Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Dim 18 Avr - 22:17

Suite au message qu’Abel avait laissé sur le répondeur de Tatsuki, l’Oyabun l’avait rappelé pour fixer un lieu et une date de rendez-vous. Le lendemain du réveillon de Noël à vingt-heures trente dans une usine désinfectée. Bien sûr, pas n’importe quelle usine désinfectée mais celle dans laquelle ils s’étaient rencontrés plus d’un an auparavant. A l’époque, ils ne s’étaient jamais imaginé qu’ils finiraient ensemble et vivraient tous ces hauts et ces bas. Ils n’étaient jamais revenus sur le lieu de leur rencontre, ce serait la première fois. Y avait-il une symbolique, surtout que cela se produirait le jour de Noël ? Cela faisait quelques coïncidences mais peut-être que Tatsuki avait pensé à tout. Ce ne serait pas étonnant de sa part. Peut-être que cela faisait partie de sa tentative de reconquête.

Le jour de Noël était arrivé. Le soir même, Abel serait dans une usine désinfectée en compagnie de son ex. Il y avait sûrement mieux pour fêter Noël mais cela lui convenait, surtout que ce n’était pas pour cela qu’ils devaient se voir normalement. Le blond avait envie de parler à Tatsuki de son entretien avec Akito. C’était urgent. Il espérait juste que l’Oyabun ne réagirait pas trop violemment. C’était une bonne occasion pour Abel de voir si le brun avait changé et appris à se contenir. Sans le vouloir, Akito lui faisait une fleur là. Mais n’était-ce pas un cadeau empoisonné aussi ? Qu’avait-il à l’esprit en lui faisant cette proposition ? Se doutait-il qu’Abel le dirait à Tatsuki ? Non, c’était impossible. Tout le monde pensait que les deux ex-amants étaient en froid. Quelles étaient donc ses intentions à ce pervers ?

Abel ne préféra pas se prendre la tête pour l’instant, il en parlerait sérieusement avec Tatsuki plus tard. Pour l’instant, il avait plus important à faire… préparer un gâteau pour son ex. Il n’allait tout de même pas venir les mains vides le jour de Noël ! Et puisque l’Oyabun avait déjà tout ce qu’il voulait, le blond s’était dit qu’un gâteau à l’abricot lui ferait plaisir. Quoique, plusieurs petits gâteaux seraient peut-être une meilleure idée. Si on voyait Tatsuki revenir avec un grand gâteau à l’abricot, on allait deviner à coup sûr d’où il venait. Abel passa donc sa fin d’après-midi aux fourneaux. Cela lui faisait plaisir de faire la cuisine pour une autre personne pour une fois. La vie de célibataire avait quelques côtés agréables mais Abel détestait cuisiner pour lui tout seul. C’était si déprimant et puis cela l’empêchait de partager ses talents en cuisine. Au moins, avec les goûts difficiles de Tatsuki, il ne s’était jamais ennuyé à faire les repas.

Une fois ses tartelettes terminées, Abel les mit dans une boîte hermétique. Cela ne faisait pas très esthétique mais tant pis, c’était l’intention qui comptait, non ? Il emballa ensuite le tout dans du papier cadeau bleu et argenté et l’agrémenta d’un petit ruban. Cela allait sûrement faire rager Tatsuki qui détestait les cadeaux mais Abel se doutait que son ex garderait ses réflexions pour lui. Et puis, dès qu’il aurait découvert les tartelettes à l’abricot, il allait saliver et oublier son horreur des présents. Le fait que cela soit plusieurs petits gâteaux au lieu d’un gros permettrait aussi à Tatsuki de partager s’il le désirait. Même s’ils allaient discuter d’un sujet important, cela ne les empêcherait pas de se détendre par la suite et de manger du sucré ensemble.

Avant son rendez-vous, Abel fit un tour par la salle de bain pour prendre une douche rapide avant de fouiller dans son armoire à vêtements. Nul besoin de s’habiller classe ce soir. Une idée lui traversa néanmoins l’esprit. Si sa mémoire était bonne, il avait été habillé tout en noir avec son long manteau et son vieux chapeau le soir de sa rencontre avec Tatsuki. Il allait donc remettre les mêmes habits. Il verrait si son ex s’en souvenait aussi et y ferait attention. Une fois prêt, il prit un sac en papier dans lequel il glissa son cadeau puis se rendit à sa voiture après avoir fermé son loft à clé. Direction l’usine désinfectée maintenant. Ils étaient sûrs de n’y trouver personne et d’être seuls. Ils pourraient parler tranquillement. Ce serait un cadre tout à fait différent du restaurant de la dernière fois.

A vrai dire, Abel ne réalisa qu’à ce moment-là que ce rendez-vous était plutôt dangereux. Vu le temps, ils iraient sûrement se mettre au chaud dans l’une des deux voitures. Cela signifiait donc intimité et proximité. La tentation serait donc présente et assez forte. Le blond sentait le stress monter en lui au fur et à mesure qu’il se rapprochait du lieu du rendez-vous. Il allait vraiment devoir prendre sur lui et contenir ses envies et ses désirs. Il priait pour que Tatsuki en fasse autant. En parlant du loup, celui-ci était déjà à l’usine abandonnée. Abel se gara près de sa berline noire, éteignit les feux et coupa le moteur de sa propre voiture, puis en descendit. Il n’oublia bien sûr pas son cadeau. Il rejoignit ensuite Tatsuki qui était sorti de sa voiture de luxe.


« Bonsoir. Comment vas-tu ? »

_________________


Dernière édition par Abel Saalfield le Lun 26 Avr - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Lun 19 Avr - 18:37


« Bonsoir Tatsuki. Hum… J’espère que tu vas bien. Tu dois être plongé dans ton travail là… J’aimerai savoir quand est-ce qu’on pourrait se revoir. Il y a quelque chose dont je voudrais te parler. Rappelle-moi lorsque tu auras eu ce message. Bonne soirée. »


Comme par hasard, il avait fallu que le yakuza soit sur messagerie pour que son ex l'appelle. Quelle poisse ! Il n'avait pas eu le choix étant donné qu'il devait assister à une réunion de la plus haute importance. S'il y avait une urgence, tout passerait pas Ren en l'absence de Tatsuki.
Une fois sorti de la réunion et après avoir écouté ce message, le yakuza rappela le blond, mais cette fois-ci, c'est lui qui était sur messagerie, pas étonnant à deux heures du matin en même temps... Ce petit jeu de "cache-cache" avait eu pour effet de tenir l'Oyabun en haleine. Qu'est-ce que le blond voulait lui dire ? Était-ce urgent ? Cela concernait-il leur couple ? Partagé entre la curiosité et l'excitation, le yakuza n'arrivait pas à se défaire d'un tas de questions.
Le lendemain, il attendit le milieu de la matinée pour le rappeler.

"J'ai eu ton message, de quoi veux-tu me parler ? ... Oh... je vois. Écoute, je crains d'avoir un emploi du temps surchargé en ce moment, mais que dirais-tu de nous voir le lendemain du réveillon. Enfin... si tu es libre..."

Visiblement, Abel ne désirait pas discuter par téléphone. Il voulait absolument voir l'Oyabun afin de discuter face à face, cela voulait donc dire que le sujet était grave. Avait-il pris sa décision ? Voulait-il accorder une chance à Tatsuki ou au contraire, voulait-il mettre fin à leur "relation". Non, quelle idée déplaisante. Pourtant, le blond avait un son de voix différent... Le sujet dont il voulait parler était-il autre que leur couple ? Ce coup de fil tombait un peu mal, car le yakuza avait toujours beaucoup à faire en fin d'année. Il fallait faire un point et un bilan des comptes, autant dire que c'était un chantier titanesque vu les biens possédés par le yakuza. Il passerait même la journée du réveillon au bureau... Mais bien évidemment, il dînerait avec Kano. Cette année, Reira resterait en famille pour Noël, autant dire qu'elle passerait une soirée merdique. Il eut donc l'idée de proposer au blond de se voir le 25 décembre et puis, c'était symboliquement une fête pour les amoureux. Les deux hommes discutèrent quelques minutes pour finaliser leur rendez-vous tels deux hommes d'affaires. Tatsuki préférait régler les détails maintenant, de peur de ne plus avoir le temps de le faire. Ils convinrent aussi du lieu... un lieu, lui aussi, hautement symbolique étant donné que ce fut le terrain de leur première rencontre. Mais au moins, il seraient à l'abri des regards...
Le réveillon et les festivités passèrent, autant dire que c'était moins jovial que l'année passée, mais quelques hommes de l'Oyabun s'étaient joint aux deux frères, du coup, ce fut une sympathique soirée entre hommes.
Le lendemain soir, comme convenu, l'Oyabun rejoignit discrètement le blond dans une usine abandonnée à la périphérie de la ville. Leur rdv clandestin avait un goût d'aventure. Une fois garé, Tatsuki attendit que son ami arrive. Pendant ce temps, il se laissa évader dans ses pensées, en repensant à la première fois qu'il avait vu Abel. Il se souvenait de chaque détail et ce lieu ne faisant qu'amplifier ses réminiscences. Le blond ne tarda pas à arriver à son tour, il se gara à côté de la voiture de Tatsuki. Celui sortit pour venir à sa rencontre.

« Bonsoir. Comment vas-tu ? »

Grand sourire aux lèvres, le yakuza retira son gant afin de serrer la main de son homme. Moyen peu pratique de dire bonjour, mais il respectait le désir de distance d'Abel. Il remarqua d'ailleurs que le blond avait apporté quelque chose avec lui ... Un boîte en plastique ? Singulière idée...

"Très bien merci. J'espère que toi aussi... Hmm, il fait froid dans ce bâtiment humide, que dirais-tu de monter dans ma voiture ?"

Visiblement, Abel était du même avis que son ami. Il le suivit donc dans sa berline. Tatsuki alluma en premier le chauffage et retira gants et manteau pour se mettre à l'aise.

"Alors ? Que se passe-t-il ? Rien de grave au moins ? Tu sais, je me suis beaucoup posé de questions..."

Tatsuki ne pouvait pas attendre une seconde de plus et entre dans le vif du sujet. Il espérait seulement que sa curiosité et que son empressement ne lui apporteraient pas de mauvaises nouvelles. Si Abel voulait mettre un terme à leur tentative de rabibochage, il ne savait pas comment il allait réagir...

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Lun 19 Avr - 21:33

"Très bien merci. J'espère que toi aussi... Hmm, il fait froid dans ce bâtiment humide, que dirais-tu de monter dans ma voiture ?"

Abel acquiesça et se dépêcha de monter à bord de la berline de Tatsuki. Comme il l’avait imaginé, son ex et lui se retrouvaient dans un habitacle clos et étroit. Mais mieux valait-il ne pas penser à cette proximité. Le blond posa son sac en papier à ses pieds puis retira chapeau et manteau pour être plus à son aise. Tatsuki en fit d’ailleurs de même après avoir allumé le chauffage. Il n’y avait pas à dire, c’était tout de même plus agréable que le froid et l’humidité de l’usine abandonnée dans laquelle ils se trouvaient. Abel soupira et se permit de passer ses mains devant l’air chaud sortant de l’une des aérations de la voiture. Il détestait vraiment ce froid humide, ou alors lorsqu’il n’avait pas à sortir et qu’il pouvait rester bien au chaud sous une couverture ou devant un feu de cheminée. Mais pour le moment, il pouvait oublier le feu de bois vu les circonstances.

"Alors ? Que se passe-t-il ? Rien de grave au moins ? Tu sais, je me suis beaucoup posé de questions..."

« Je suis désolé, je ne voulais pas que tu te prennes la tête. C’est rien de grave mais je tenais tout de même à t’en parler face à face. C’est assez important. »


Bien, comment annoncer la nouvelle maintenant ? Abel réfléchit un instant. Il était vraiment nul pour trouver les mots justes et la façon d’annoncer les choses. Mais la nouvelle serait sûrement moins difficile à entendre que les idées qu’avait bien pu se faire Tatsuki. Le pauvre. Il avait dû s’imaginer que le blond lui annoncerait qu’il ne voulait plus qu’ils se revoient. Abel n’avait pas du tout pensé à cela lorsqu’il avait téléphoné. Mais maintenant que son ex lui avouait s’être posé beaucoup de questions, il s’en voulait. Peut-être aurait-il dû lui dire que ce n’était pas en rapport direct avec leur couple. Cela aurait évité à Tatsuki de se prendre la tête pour rien. Le jeune tueur prit une inspiration avant de prendre enfin la parole.

« Je n’ai pas envie que tu te prennes la tête avec ça mais je me suis dit qu’il valait mieux t’en parler. J’ai vu Akito près de chez moi. Nous avons un peu parlé et il m’a proposé de travailler pour lui. Il m’a laissé jusqu’à la fin du mois pour réfléchir. Je ne sais pas trop quoi en penser et ce qu’il a en tête. Je préfère qu’on en parle avant que je donne ma réponse. Ça pourrait peut-être t’être utile que je travaille pour lui, même si je ne serais pas au courant de grand-chose. »

Abel se sentait nerveux. Comment Tatsuki allait-il réagir ? Allait-il savoir se contenir pour une fois ? Avait-il changé de ce côté-là ? Ce serait normal qu’il se mette en colère. Après tout, il venait d’apprendre l’un des coups bas de son ennemi. Mais peut-être pourrait-il éclairer Abel. Celui-ci n’était plus du tout au courant de ce qui se passait dans la mafia. Peut-être y avait-il du nouveau. Tatsuki serait forcément au courant et pourrait expliquer au blond ce qui se passait. Pourquoi Akito lui faisait-il cette proposition si soudainement ? Les tensions entre les clans Endo et Sugiura étaient-elles devenues plus importantes encore ? Abel en avait marre de ces histoires et ne voulait surtout pas se retrouver au milieu, à part si cela pouvait aider Tatsuki. Il était prêt à tout pour qu’Endo ne devienne pas le leader en ville. Ce serait la catastrophe sinon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Lun 19 Avr - 22:36


« Je suis désolé, je ne voulais pas que tu te prennes la tête. C’est rien de grave mais je tenais tout de même à t’en parler face à face. C’est assez important. »


Le yakuza fronça les sourcils. Visiblement, le blond ne voulait pas s'entretenir avec lui concernant leur couple. De quoi donc voulait-il parler ? De son procès ? De la mafia ? D'autres problèmes personnels ? Cette conversation intriguait de plus en plus Tatsuki. Le blond affirmait que ce n'était pas urgent ni grave, mais il voulait pourtant en parler face à face avec lui.

«Je n’ai pas envie que tu te prennes la tête avec ça mais je me suis dit qu’il valait mieux t’en parler. J’ai vu Akito près de chez moi. Nous avons un peu parlé et il m’a proposé de travailler pour lui. Il m’a laissé jusqu’à la fin du mois pour réfléchir. Je ne sais pas trop quoi en penser et ce qu’il a en tête. Je préfère qu’on en parle avant que je donne ma réponse. Ça pourrait peut-être t’être utile que je travaille pour lui, même si je ne serais pas au courant de grand-chose. »

Malgré la chaleur de la voiture, un long frisson parcourut le corps de Tatsuki. Avait-il bien compris ? C'est donc cette nouvelle que le blond estimait sans importance ? Tatsuki ne réagit pas pendant de longues minutes. Que se passait-il ? L'Oyabun serra les dents avant de taper sur le volants.

"Tsk, ce fils de pute a osé !"

Rien n'aurait pu empêcher Tatsuki de s'énerver, même s'il était censé faire bonne figure devant Abel. Et puis quoi encore ? Il n'allait pas apprendre la nouvelle tout sourire, alors que son pire ennemi tentait de soudoyer son amant. Qu'est-ce que Akito mijotait ? Abel n'était pas stupide au point de croire que Akito Endô n'avait aucune intention cachée en lui proposant un tel partenariat. Il savait que son beau-frère essayait toujours de lui nuire, même si ces temps-ci il avait joué la carte de la discrétion. Cette vipère montait donc un gros coup en douce, c'était de toute façon sa spécialité de tout faire en sous-marin. Tatsuki frappa de nouveau un coup sur le volant avant de poser sa tête sur le dossier de son siège.

"Qu'est-ce qu'il mijote cet enfoiré ? Il essaye de m'atteindre, c'est sûr..."

Mais dans ce cas, pourquoi le faire ouvertement ? Sauf si Akito s'imaginait que le blond n'allait pas le dire à son ennemi, mais cet enfoiré était loin d'être un imbécile. Ce ne serait pas étonnant qu'il ait planifié que le blond court le dire au yakuza Sugiura.

"Non... Il n'aurait pas fait quelque chose d'aussi voyant... Ou alors, il essaye de me déstabiliser, ouais, je ne vois que cela..."

Une telle nouvelle ébranlerait nécessairement Tatsuki vu son caractère exclusif. Par ailleurs, il se poserait nécessairement mille et une questions. C'était donc cela que voulait Akito ? Que Tatsuki se torture afin de savoir ses desseins... Tatsuki se tourna vers Abel et le fixa un instant. Le blond lui avait apporté la nouvelle, c'était donc un signe de fidélité. S'il le haïssait et qu'il avait encore de la rancœur contre lui, il lui aurait sans doute caché, ou pire, il aurait travaillé pour Endô.

"Tu es sans doute d'accord avec moi ... Y a quelque chose de pas clair. J'veux dire, ce hentai a une petite armée importante et comme par hasard, il veut recruter celui qui fut l'amant de son pire ennemi. En plus, il est du genre à être con au point de ne pas vouloir travailler avec quelqu'un à cause de sa "déviance sexuelle"... pour lui, nous sommes des déviants... Mais maintenant Endô- Teme veut travailler avec un homo. C'est trop flagrant, qu'en penses-tu ?"

Tatsuki voulait savoir ce que pensait Abel de la situation. Logiquement, il serait aussi méfiant que lui. Après tout, Abel s'était fait une petite idée de la personnalité d'Akito. Le brun n'était pas parano au point de faussement penser qu'il y avait anguille sous roche. Il poussa un long soupir et ferma les yeux quelques instants pour se calmer un peu.Il bouillait intérieurement. Il avait en réalité envie d'exploser. Mais un fils de chien comme l'autre ne le méritait pas. En plus, il était hors de question qu'il gâche le rare moment que Tatsuki partageait avec Abel.

"Pour être franc, à cet instant, je ne sais pas quelles sont ses intentions. Il veut m'emmerder ça c'est sûr. C'est pas que je veuille sous-estimer tes capacités de tueur, au contraire t'es un bon, mais je connais trop bien cet enflure... Je sais également que s'il t'engageait, il ne laisserait filtrer aucune information importante pour que tu sois un éventuel informateur... Soit il s'amuse dans le but de m'atteindre et de me rendre parano, soit ce connard espère que tu vas lui balancer des trucs sur moi par vengeance."


C'était pour le moment les seules explications. Tatsuki était trop énervé et trop agité pour réfléchir à tête posée pour le moment. Mais une chose est sure, il n'en resterait pas là. Il saurait un jour ou l'autre les réelles intentions de son enfoiré de beauf. Le jeune Sugiura baissa un instant les yeux et posa sa main sur le genou de son interlocuteur. Il semblait maintenant dépité.

"Dis-moi... Tu as dit que tu voulais m'en parler avant de répondre et y réfléchir aussi. Tu... tu serais éventuellement enclin à répondre oui ?..."


Même si Abel en avait gros sur la patate à cause de son ex qui l'avait malmené, il ne manquait pas de fierté au point de dire oui à un enfoiré homophobe qui n'avait aucun respect pour lui. Tatsuki connaissait trop son ami pour savoir qu'il ne se rabaisserait jamais à cela, même par besoin d'argent. Alors, Abel songeait-il à jouer l'espion pour le bien de Tatsuki... et par amour ?

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Lun 19 Avr - 23:42

Comme s’y était attendu Abel, Tatsuki explosa sous le coup de la colère. Il frappa violemment sur le volant et traita de « fils de pute » Endo. Ce n’était pas très intelligent face au blond, qui était au sens propre du terme le fils d’une prostituée. Pour ne pas envenimer les choses et jouer sur les mots, le tueur n’avait jamais tenté de clarifier les choses concernant cette expression qu’il détestait. Il avait pensé à tord que Tatsuki ferait attention à ses paroles mais c’était trompé. Enfin, peu importait. Là n’était pas le sujet principal de leur discussion et entrevue. Abel laissa son ex se défouler vu qu’apparemment il en avait besoin. Il n’avait jamais imaginé que l’Oyabun serait tant sur les nerfs en apprenant cette nouvelle. Mais c’était vrai qu’il n’avait pas le calme et la patience d’Abel. Ajoutez à cela son travail stressant et ses soucis personnels et c’était la crise de nerfs assurée.

"Qu'est-ce qu'il mijote cet enfoiré ? Il essaye de m'atteindre, c'est sûr... Non... Il n'aurait pas fait quelque chose d'aussi voyant... Ou alors, il essaye de me déstabiliser, ouais, je ne vois que cela..."

Abel n’aimait pas être le messager des mauvaises nouvelles. Ce n’était pas la première fois qu’il jouait ce rôle-là et à chaque fois, il l’avait regretté. Il espérait que cette fois-ci serait différente. Bien sûr, il culpabilisait un peu de gâcher leur rendez-vous, surtout dans un lieu et à une date aussi symboliques, mais il jugeait préférable de prévenir Tatsuki. Quoiqu’il arrive, le yakuza aurait été au courant un jour au l’autre et en aurait voulu au jeune tueur si celui-ci n’avait rien dit. Autant assurer ses arrières donc, même si cela signifiait supporter les insultes et la colère de l’Oyabun. Abel préféra encore une fois garder le silence. Il préférait attendre la suite. Et puis, en restant calme, cela apaiserait peut-être Tatsuki. En général, le yakuza retrouvait toujours son calme lorsqu’Abel était prêt de lui. Le blond savait communiquer sa sérénité.

"Tu es sans doute d'accord avec moi ... Y a quelque chose de pas clair. J'veux dire, ce hentai a une petite armée importante et comme par hasard, il veut recruter celui qui fut l'amant de son pire ennemi. En plus, il est du genre à être con au point de ne pas vouloir travailler avec quelqu'un à cause de sa "déviance sexuelle"... pour lui, nous sommes des déviants... Mais maintenant Endô-Goumi veut travailler avec un homo. C'est trop flagrant, qu'en penses-tu ?"

« C’est ce que j’ai pensé. Ça sent le piège. Pourtant, il serait capable de fermer les yeux sur mon homosexualité et m’embaucher juste parce que j’ai été ton amant, non ? Il cherche peut-être à te déstabiliser comme tu l’as dit. Mais… aux yeux de tous, tu es censé ne plus m’aimer ou alors m’avoir foutu à la porte parce que tu te rendais soi-disant compte que je profitais de toi et surtout de ta fortune. Ça ne devrait normalement pas t’ennuyer que je travaille pour lui, si ? A moins que tu m’en veuilles ou je ne sais quoi. Je ne sais pas comment certaines personnes pensent, surtout Akito. »


Ses paroles étaient peut-être un peu dures mais c’était ainsi que certains voyaient leur couple. Ils s’imaginaient qu’Abel avait séduit Tatsuki pour dilapider sa fortune et vivre ainsi dans le luxe. L’Oyabun était sûrement vu comme celui qui s’était fait avoir par un pauvre gars des rues. Le blond ne s’était jamais imaginé la situation du point de vue de son ex mais elle n’était pas plus reluisante que la sienne. Ils avaient tous deux une sale réputation en fait aux yeux de certains. Tout cela parce qu’ils étaient des incompris. Personne ne comprenait les sentiments qui les avaient liés et qui les liaient toujours. Il fallait obligatoirement qu’il y ait du vice là-dessous, tout ça parce qu’on vivait à Yuukoku ou bien juste parce que deux hommes osaient vivre au grand jour leur amour. Abel détestait cette injustice. On ne pouvait rien faire sans être jugé et critiqué par les autres.

"Pour être franc, à cet instant, je ne sais pas quelles sont ses intentions. Il veut m'emmerder ça c'est sûr. C'est pas que je veuille sous-estimer tes capacités de tueur, au contraire t'es un bon, mais je connais trop bien cet enflure... Je sais également que s'il t'engageait, il ne laisserait filtrer aucune information importante pour que tu sois un éventuel informateur... Soit il s'amuse dans le but de m'atteindre et de me rendre parano, soit ce connard espère que tu vas lui balancer des trucs sur moi par vengeance."

Abel ne fit qu’acquiescer. Il allait éviter de dire qu’il avait critiqué Tatsuki pour plaire à Endô. Mais le yakuza pouvait être tranquille, jamais son ex ne le trahirait. Malgré tout ce qui avait bien pu se passer, le grand blond ne pourrait jamais salir la réputation de Tatsuki ou même le trahir. Même si à maintes reprises il avait souhaité son malheur sous le coup de la colère et de la rancœur, il ne souhaitait pas que l’Oyabun perde tout : son clan, sa famille, ses amis, son argent… Pour se venger, Abel préférait se montrer plus subtil, comme en interdisant à Tatsuki tout contact physique avec lui, ou bien en le faisant patienter dans l’incertitude. Par contre, il n’avait jamais imaginé que cela serait aussi difficile. Il avait beaucoup de mal à se tenir aux règles qu’il avait imposées. Ses sentiments envers Tatsuki refaisaient surface et il avait du mal à les gérer. Et puis, comment rester de marbre lorsque l’homme que vous aimiez posait sa main sur votre genou ? Abel tenta de ne pas y penser et se concentra sur le regard de son ex qui s’était fait plus dépité que coléreux.

"Dis-moi... Tu as dit que tu voulais m'en parler avant de répondre et y réfléchir aussi. Tu... tu serais éventuellement enclin à répondre oui ?..."

« Je… Je ne sais pas. Si ça peut t’aider en quoique ce soit, je serais prêt à accepter. Sache que quoiqu’il arrive, qu’on se remette ensemble ou non, je n’accepterai jamais que cet enfoiré te fasse du mal. J’ai beau t’en vouloir pour beaucoup de choses, ça me ferait mal qu’on s’en prenne à toi. »


Abel se sentait vraiment bête de dire ça. Cela faisait très fleur bleue voire mauvais film romantique. Mais le pire, c’était qu’il était sincère. Le premier qui toucherait à un cheveu de Tatsuki le regretterait amèrement. Alors, si Akito mijotait quelque chose, Abel désirait le savoir et agirait en conséquent. Et, pour cela, s’il devait travailler pour ce pervers homophobe, il le ferait, tout en restant sur ses gardes. Il désirait juste avoir l’avis de Tatsuki. C’était pour cela qu’il avait demandé à le voir. Pour une fois, c’était lui qui faisait passer le clan avant leur couple. C’était étrange venant de quelqu’un qui avait toujours refusé de faire officiellement partie d’un clan yakuza. Mais ses intentions étaient tout de même guidées par son amour pour Tatsuki. C’était avant tout pour lui qu’il agissait. Le clan n’était que secondaire. Et concernant leur couple, il passait carrément en arrière-plan.

« Que me conseilles-tu ? Tu n’es pas obligé de me répondre tout de suite. J’ai encore une semaine avant de donner ma réponse. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Mar 20 Avr - 18:08


« C’est ce que j’ai pensé. Ça sent le piège. Pourtant, il serait capable de fermer les yeux sur mon homosexualité et m’embaucher juste parce que j’ai été ton amant, non ? Il cherche peut-être à te déstabiliser comme tu l’as dit. Mais… aux yeux de tous, tu es censé ne plus m’aimer ou alors m’avoir foutu à la porte parce que tu te rendais soi-disant compte que je profitais de toi et surtout de ta fortune. Ça ne devrait normalement pas t’ennuyer que je travaille pour lui, si ? A moins que tu m’en veuilles ou je ne sais quoi. Je ne sais pas comment certaines personnes pensent, surtout Akito. »


Aux yeux de tous, ils étaient tous les deux mal assortis en effet. Beaucoup jugeait Abel sans même le connaître. C’était surtout les riches et ceux du milieu qui se permettaient de le juger alors qu’il était bien mieux qu’eux. Il était désintéressé, honnête et intègre mal son boulot de tueur et contrairement à la majorité des personnes appartenant à l’aristocratie, il était bien éduqué. Mais il semblait qu’en ce bas monde, on jugeait les gens à leur portefeuille bien plus qu’à leurs réelles qualités. Tatsuki avait beau avoir mille et un défauts, il n’accordait pas d’importance au statut et à l’argent, c’est d’ailleurs ce qui lui avait permis d’aller plus loin avec Abel et chaque jour qui passait, il ne le regrettait pas le moins du monde. C’était plutôt les gens de la haute qui étaient de véritables pourriture pour la majorité d’entre elles. Mais peu importe, l’Oyabun se fichait des qu’en dira-t-on. Il avait d’ailleurs montré un nombre incalculable de fois ce qu’il pensait de l’avis des autres à son égard et concernant son mode de vie... Ce que le blond lui disait lui avait donné matière à réfléchir. Il ne fournit d’ailleurs pas de réponses aux questions posées par Abel en premier lieu.

«Je… Je ne sais pas. Si ça peut t’aider en quoique ce soit, je serais prêt à accepter. Sache que quoiqu’il arrive, qu’on se remette ensemble ou non, je n’accepterai jamais que cet enfoiré te fasse du mal. J’ai beau t’en vouloir pour beaucoup de choses, ça me ferait mal qu’on s’en prenne à toi. »

Tatsuki serra machinalement le genou de son partenaire. Entendre ces mots lui faisait tant de bien. Lui non plus ne supporterait jamais qu’on fasse du mal à son aimé. Il tuerait pour Abel, il donnerait même sa vie pour lui. Vivre sans le blond ne lui donnerait que de la souffrance… Le temps qu’il avait vécu séparer de son ami avait été un enfer, alors comment vivre sans lui toute une vie ? Autant mourir avec lui si un malheur devait lui arriver.

« Que me conseilles-tu ? Tu n’es pas obligé de me répondre tout de suite. J’ai encore une semaine avant de donner ma réponse. »

Une seule réponse était possible pour le yakuza. Il remonta la main qu’il avait posé sur le genou du blond à hauteur de son visage. La proximité qu’ils avaient l’un avec l’autre était très forte mai Tatsuki ne tenterait rien qui pourrait mettre Abel mal à l’aise. Il savait que le blond n’était pas venu à sa rencontre pour « ça » et il ne comptait pas profite de ce moment.

"Abel… je te remercie pour tes mots mais je ne tolérerai jamais que tu te mettes en danger pour moi, je tiens trop à toi pour cela. Je sais qu’en choisissant de te rapprocher de moi dans le passé, tu as aussi accepté mon train de vie et j’ai accepté que tu t’exposes à beaucoup de choses, mais… Ce type… ce type, je le connais trop bien. Il a beau avoir ses faiblesses, mais il n’en reste pas moins dangereux et intelligent. Tu me demandais si ça ne m’ennuierait pas que tu travailles pour lui… sache que « si ». Le fait de savoir que tu respires dans la même pièce que lui, même si c’est dans mon intérêt, m’est insupportable. Je n’ai pas su défendre Reira... ou épargné les malheurs de mon frère… mais avec toi... je... "

Il baissa un instant la tête avant de retirer sa main du visage du blond. Il culpabilisait toujours autant vis-à-vis de sa sœur, même s’il n’était pour rien dans son mariage. Son père était l’Oyabun et le chef de famille à l’époque, pas lui. Et même s’il le désirait ardemment, il ne pouvait pas obliger sa sœur à divorcer. Quant à Kano, il se sentait en partie responsable de son comportement.Ce qu'il avait vécu avec Dan... Tatsuki méritait que son frère se venge sur lui. Il ne voulait donc pas laisser Abel souffrir comme il avait laissé sa familel souffrir. Il releva ensuite les yeux vers son ami.

"Je ne veux pas risquer de te perdre ou que ce type t’exploite ou te fasse du mal… Je te suis reconnaissant d’avoir penser à mon intérêt avant tout, mais le fait que tu travailles pour lui ne t’apportera rien. Il n’est pas assez bête pour baisser ta garde ou pour laisser filtrer de vraies informations et prendre le risque que tu m’en informes. Cet enfoiré a de bons gardes du corps et ils pourraient s’en prendre à toi en mon absence. Je souhaiterais donc pour ton bien avant tout que tu refuses… Je ne pense pas d’ailleurs qu’il s’attendre à ce que tu acceptes. Ce gars est vicieux et il trouverait sans doute plus bizarre un « oui » de ta part à sa proposition… enfin, c’est ce que je pense, je ne veux pas que tu penses que je te donne un ordre."

Une fois de plus le yakuza y allait avec des gants. D’habitude en plus de s’énerver, il aurait sans doute sommer Abel de refuser en s’en prenant à lui. Mais il était bien trop inquiet en ce moment pour réagir aussi bêtement et impulsivement. Il esquissa ensuite un léger sourire. L’expression de son visage était à la fois joyeuse et à la fois triste, un expression étrange.

"Et dernière chose, pour ce qui est des gens, je me fiche royalement de ce qu’ils pensent. Je sais qui tu es, comment tu es et ce que tu vaux. Je n’ai jamais douté de toi et de ton amour, tout comme je ne doute pas de l’amour que j’éprouve pour toi."

Il avait besoin de répondre à ce que le blond lui avait dit en premier lieu. Les rumeurs et les dires des langues de vipères auxquels Abel avait toujours été confronté. Le blond avait dû en souffrir et devait toujours traîner ce boulet avec lui. Avoir une réputation était si facile, mais s’en débarrasser, c’était un autre problème. Après ces quelques mots, son visage était apaisé. Il regardait tendrement Abel dans les yeux quitte à rendre la situation assez gênante. Lui, n’était pas gêné le moins du monde, mais ce n’était peut-être pas le cas d’Abel. Cette ambiance pouvait paraître assez romantique… être à deux dans une voiture chauffée en plein hiver dans un parking désert et sombre et si proches. Le regard plein d’affection de Tatsuki n’améliorait rien, mais pour une fois, rien n’était planifié. Le yakuza se retenait d’ailleurs par respect des vœux d’Abel.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Mar 20 Avr - 23:43

"Abel… je te remercie pour tes mots mais je ne tolérerai jamais que tu te mettes en danger pour moi, je tiens trop à toi pour cela. Je sais qu’en choisissant de te rapprocher de moi dans le passé, tu as aussi accepté mon train de vie et j’ai accepté que tu t’exposes à beaucoup de choses, mais… Ce type… ce type, je le connais trop bien. Il a beau avoir ses faiblesses, mais il n’en reste pas moins dangereux et intelligent. Tu me demandais si ça ne m’ennuierait pas que tu travailles pour lui… sache que « si ». Le fait de savoir que tu respires dans la même pièce que lui, même si c’est dans mon intérêt, m’est insupportable. Je n’ai pas su défendre Reira... ou épargné les malheurs de mon frère… mais avec toi... je... "

Abel resta silencieux. Que pouvait-il répondre à cela ? Il était touché que Tatsuki tienne tant à lui au point de vouloir le protéger de tout. Mais l’Oyabun devait tout de même faire attention. Le blond tenait à sa liberté et ne voulait pas se retrouver enfermé dans une cage dorée comme cela avait été le cas durant plusieurs mois. Pour faire plaisir à son amant, Abel avait accepté d’arrêter de travailler et de rester à la maison. Cela lui avait convenu un temps mais au bout d’un moment, il s’était senti étouffer. C’était pour cela qu’il avait recherché du boulot et qu’il avait travaillé dans cette chocolaterie près de leur penthouse. Il avait pu respirer à nouveau, surtout qu’il avait enfin pu trouver le métier de ses rêves. Malheureusement, Akito le « hentaï » en avait décidé autrement pour son avenir et l’avait fait virer. Abel lui en voulait terriblement pour cela mais il serait prêt à mettre de côté cette rancœur pour venir en aide à Tatsuki.

Lorsque le yakuza parla de sa sœur et de son frère, le blond sentit sa tristesse. Reira n’avait vraiment pas de chance d’avoir dû épouser un homme pareil. Heureusement, elle avait ses deux enfants pour la combler mais ils ne suffisaient sans doute pas. Abel s’en voulait de s’être disputé avec elle et de lui avoir fait la tête. Mais maintenant, que pouvait-il faire ? Elle devait être enfermée dans la demeure Endô et impossible d’aller la voir sans prendre de risque. Le jeune tueur repensa aux paroles d’Akito. Celui-ci lui avait annoncé qu’il passerait les fêtes en famille. Cela signifiait que cette année, le réveillon avait été pourri pour Reira mais aussi pour Tatsuki. L’Oyabun avait dû le passer avec Kano et peut-être quelques hommes, mais cela n’avait pas dû être aussi joyeux que l’année dernière. En fin de compte, Kano avait eu raison : Abel n’avait pas passé ces fêtes avec eux et il le regrettait. Cette année, il avait réveillonné seul chez lui, comme tous les ans, sauf l’année dernière. Heureusement, en ce vingt-cinq décembre, jour de Noël et fête des amoureux, il avait la possibilité de passer un peu de temps avec Tatsuki. C’était mieux que rien du tout.


"Je ne veux pas risquer de te perdre ou que ce type t’exploite ou te fasse du mal… Je te suis reconnaissant d’avoir pensé à mon intérêt avant tout, mais le fait que tu travailles pour lui ne t’apportera rien. Il n’est pas assez bête pour baisser sa garde ou pour laisser filtrer de vraies informations et prendre le risque que tu m’en informes. Cet enfoiré a de bons gardes du corps et ils pourraient s’en prendre à toi en mon absence. Je souhaiterais donc pour ton bien avant tout que tu refuses… Je ne pense pas d’ailleurs qu’il s’attende à ce que tu acceptes. Ce gars est vicieux et il trouverait sans doute plus bizarre un « oui » de ta part à sa proposition… enfin, c’est ce que je pense, je ne veux pas que tu penses que je te donne un ordre."

« Non non, ne t’inquiète pas, je ne l’avais pas compris comme ça. »
rassura Abel à propos de cette histoire d’ordre. « Si tu préfères que je refuse, je le ferai. »

Il n’allait pas prendre des risques si cela n’apportait aucun bénéfice à Tatsuki. Lorsqu’Akito le contacterait, Abel lui ferait part de son refus. Il espérait juste que ce pervers ne le prenne pas mal au point de lui faire payer ce refus. Il ne devait pas être habitué à ce qu’on lui dise « non » non plus celui-là. Pourvu qu’il laisse le blond en paix par la suite. Celui-ci n’avait plus envie de le revoir. Par contre, s’il se remettait avec Tatsuki, il n’avait pas fini d’en entendre parler. C’était vraiment la guerre entre les deux Oyabun. Mais quelle était l’origine du conflit ? Comment est-ce que cela avait pu dégénérer ainsi ? Etait-ce juste à cause d’une certaine jalousie entre eux ? Abel n’avait jamais vraiment cherché à le découvrir. A chaque fois qu’ils avaient abordé le sujet « Akito Endô », Tatsuki s’était emporté et n’avait pas cessé de donner un tas de noms d’oiseaux à ce « hentaï ».

"Et dernière chose, pour ce qui est des gens, je me fiche royalement de ce qu’ils pensent. Je sais qui tu es, comment tu es et ce que tu vaux. Je n’ai jamais douté de toi et de ton amour, tout comme je ne doute pas de l’amour que j’éprouve pour toi."

Abel fixa un instant Tatsuki dans les yeux avant de détourner le regard, mal à l’aise. Il dut sans doute rougir un peu comme une pucelle effarouchée mais avec le peu de lumière, impossible de le savoir vraiment. Que cherchait l’Oyabun en disant cela ? A faire faillir le jeune tueur ? La situation était vraiment déroutante. Voilà de nombreuses semaines qu’Abel n’avait pas entendu de paroles aussi attentionnées. En plus, dites avec ce regard et ce petit sourire, comment y résister ? Il finit par soupirer légèrement et par reporter son regard sur Tatsuki. Rien ne devait se passer ce soir et ils devaient s’en tenir. Cette entrevue n’avait pour but que de parler d’Akito et de se voir un peu en ce lendemain de réveillon, à défaut de l’avoir passé ensemble. D’ailleurs, en y pensant, Abel se rappela qu’il avait apporté un cadeau pour Tatsuki. Il sortit du sac en papier la boîte entourée d’un papier cadeau argenté et bleu puis la tendit à son ex.

« Tiens… Je sais que tu n’aimes pas les cadeaux mais je tenais tout de même à t’en offrir un. Et puis c’est trois fois rien. Par contre, ne fais pas attention à la boîte, c’est ce qu’il y a dedans qui est important. »

Il laissa Tatsuki retirer le papier cadeau. Il était un peu gêné par la boîte qui n’avait rien d’esthétique mais elle était bien pratique pour garder les gâteaux intacts. C’était le plus important. Cela faisait longtemps que l’Oyabun n’avait pas pu manger un plat fait par son ex, surtout des gâteaux à l’abricot. Abel connaissait les goûts culinaires de Tatsuki par cœur. Il était sûr de faire plaisir au yakuza avec cette petite douceur. Et puis changer de sujet ne ferait pas de mal. Le blond, qui s’était senti mal à l’aise précédemment, se reprenait un peu. Dire que c’était lui qui devait tenir les rênes et mener Tatsuki par le bout du nez. C’était plutôt le contraire qui se produisait là. Il fallait qu’il se reprenne et rapidement sinon il allait finir par succomber à la tentation et faire une grosse bêtise. Il ne fallait pas qu’ils se précipitent sinon ils allaient retomber sur le même schéma que précédemment et ils allaient de nouveau tout gâcher.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Mer 21 Avr - 20:05


« Non non, ne t’inquiète pas, je ne l’avais pas compris comme ça.
Si tu préfères que je refuse, je le ferai. »

Tatsuki fut quelque peu soulagé par la réponse du blond. Visiblement, il ne lui opposerait pas de résistance en voulant bosser pour l'autre pourriture. S'embrouiller à cause d'Akito Endô et puis quoi encore ? Cet enfoiré ne méritait pas un tel honneur. Et puis, Abel valait mieux que ça. Respirer la même air que celle du yakuza Endô était tout simplement inconcevable et puis, le risque était trop grand. Le Kumicho n'aurait jamais supporté que son ex encourt quelconque danger. Il fit un grand sourire au blond et hocha la tête.

"Oui s'il te plaît, refuse..."

Il n'imposait pas, il demandait et Abel avait fini par décider de lui-même. Tatsuki ne jouait plus la carte du totalitarisme et de la méchanceté pour ne pas blesser celui qu'il aimait. Le chemin était encore long, mais le yakuza avait pas mal changé sur certains points. Il n'oppressait plus le blond, du moins, il essayait. Pour ce qui était de son caractère difficile, il allait devoir beaucoup travailler dessus. L'ambiance était assez romantique dans cette voiture, à deux. Ce fut sans doute la raison pour laquelle Abel changea de sujet. C'est du moins ce que se dit le yakuza en le voyant sortir un cadeau.

«Tiens… Je sais que tu n’aimes pas les cadeaux mais je tenais tout de même à t’en offrir un. Et puis c’est trois fois rien. Par contre, ne fais pas attention à la boîte, c’est ce qu’il y a dedans qui est important. »

Il ne perdit pas une seconde et ouvrit le cadeau par curiosité. Des tartes à l'abricot... C'était le rare plaisir sucré apprécié par l'Oyabun. Enfin, ce n'était pas tout à fait vrai. Tatsuki aimait l'abricot et Abel avait été le seul à réussir à concocter un dessert qui lui avait plu. De mémoire, même sa propre nanny d'enfance n'avait pas réussi à lui faire manger du sucré. Il éclata de rire en voyant ces mignonnes petites tartelettes. Abel avait dû les faire avec amour et c'était sans doute la raison pour laquelle le yakuza était aux anges. Il n'aimait pas les cadeaux mais cette fois-ci... Il posa la boîte sur ses jambes et se pencha vers le blond pour lui embrasser le front. C'était un geste amical et tendre à la fois. Il n'envahissait pas trop l'intimité d'Abel mais en même temps, il voulait lui montrer son affection, même s'il aurait aimé qu'il se passe plus entre eux, mais il allait être patient.

"Merci... vraiment... C'est sans doute le plus beau cadeau qu'on m'ait offert... Et je l'accepte avec grand plaisir."


Il garda longuement un sourire sur ses lèvres. Ses propos pouvaient paraitre étrange étant donné qu'il avait tout, mais il était sincère. Ce n'était pas la valeur marchande des biens qui comptait mais la valeur sentimentale. C'est une chose que le yakuza avait découvert avec et grâce au blond. Quand on avait tout, on n'appréciait plus les choses à leur vraie valeur et puis, être riche sans vivre auprès de la personne qu'on aimait, ça ne valait pas le coup. Il en avait fait l'expérience.
L'Oyabun réalisa soudainement une chose. Il n'aimait pas recevoir mais il aimait donner, et cette fois-ci, c'était l'inverse.


"Oh désolé, je n'ai rien pour toi..."


C'était la première fois qu'il recevait sans donner. Il était un peu gêné de la situation, mais sa satisfaction et sa joie avaient pris le dessus sur ce sentiment stupide de fierté. Il prit une tarte et en tendit une seconde à son partenaire.


"On a qu'à partager !"

Déguster un petit plaisir à deux était bien plus amusant après tout. Ils passaient le jour de Noël à deux dans une voiture dans un espèce de bâtiment crasseux et sombre, mais pourtant, Tatsuki était aux anges. Lui qui était habitué au luxe appréciait plus que tout ce moment et même ce cadre peu idyllique, quelle ironie... Il leva la tarte un peu comme si c'était un verre de champagne pour porter un petit toast.


"Merry christmas sweet heart !"

Les deux hommes dégustèrent ensemble leurs morceaux de tarte. Cette scène lui rappelait de bons souvenirs. Il espérait juste que ces doux moments se répètent de nouveau aux côtés de son homme. Qui sait, l'an prochain, ils passeraient peut-être les fêtes ensemble avec leur fils...

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Jeu 22 Avr - 13:16

"Oui s'il te plaît, refuse..."

Tatsuki avait bien changé de ce côté-là. Il ne donnait plus d’ordre à Abel mais lui demandait gentiment de faire quelque chose. Le blond appréciait. Il n’avait plus l’impression d’être le toutou du yakuza. C’était un nouveau bon point pour Tatsuki, en espérant qu’il reste ainsi si jamais les deux ex-amants retournaient ensemble. Pour l’instant, tout se passait bien, trop bien même. Abel aurait préféré qu’il y ait plus de disputes entre eux. Il avait peur que tout soit parfait pour le moment, de céder et de retourner avec Tatsuki, mais que par la suite, l’Oyabun redevienne comme avant et que tout se dégrade à nouveau. Au fond, c’était un problème de confiance. Même s’il aimait le yakuza, il avait peur d’être à nouveau trahi. C’était peut-être idiot, surtout que Tatsuki était si adorable en ce moment, mais c’était plus fort que lui.

Après qu’Abel eut offert son cadeau à son ex, celui-ci se hâta de l’ouvrir. A voir son regard, l’Oyabun semblait heureux du cadeau. Le blond ne s’était vraiment pas trompé. Il n’aurait sans doute pas pu trouver mieux. De toute façon, à part ces tartelettes, il n’avait eu aucune idée de cadeau à offrir à Tatsuki. Le yakuza avait déjà tout ce qu’il voulait ou bien pourrait se l’offrir avec la fortune qu’il possédait. En le voyant le regard pétillant de plaisir, Abel ne put s’empêcher de sourire. Son ex ressemblait tant à un enfant à cet instant. C’était si touchant, comme le baiser qu’il lui offrit sur le front. Ce geste ne mit bizarrement pas mal à l’aise le jeune tueur. Il savait que Tatsuki le faisait amicalement et sans arrière-pensée.


"Merci... vraiment... C'est sans doute le plus beau cadeau qu'on m'ait offert... Et je l'accepte avec grand plaisir."

Le sourire d’Abel s’élargit un peu plus. Le pire, même si ces paroles pouvaient paraître idiotes, c’était qu’elles étaient sincères. A force de pouvoir tout s’offrir, Tatsuki ne parvenait plus à apprécier le goût des choses. Mine de rien, Abel avait peut-être déteint sur lui avec son goût pour la simplicité. La preuve en cet instant. L’Oyabun était heureux à l’étroit dans une voiture garée dans un usine insalubre, aux côtés de son ex qui venait de lui offrir de simples tartelettes à l’abricot. Il y avait sûrement mieux comme cadre romantique mais cela leur suffisait largement. Pour rien au monde Abel souhaiterait se trouver autre part.

"Oh désolé, je n'ai rien pour toi..."

« C’est pas grave. Je n’ai besoin de rien. »

"On a qu'à partager !"

« Si tu le souhaites… Merci. »
remercia Abel en acceptant la tartelette que lui tendait Tatsuki.

"Merry christmas sweet heart !"

« Merry Christmas. »


Le blond joua le jeu et leva aussi son gâteau pour porter un toast. Il commença ensuite à manger la petite douceur. Son regard ne quittait pas l’Oyabun qui savourait sa tartelette. Une douce atmosphère s’était installée dans la voiture tandis que les deux hommes mangeaient leur gâteau en silence. Abel aimait ce genre de moments. Il n’y avait pas besoin de mots. Les deux hommes avaient passé beaucoup de moments comme celui-là dans le passé. Avec leur complicité, nul besoin de parler. Ils n’avaient qu’à profiter de la présence de l’autre, s’échanger des regards et ils étaient comblés. Mais cette fois-ci, cela n’irait sans doute pas plus loin. Il n’y aurait pas de câlins et « plus si affinité ».

Pourtant, après qu’ils eurent fini de manger chacun leur gâteau, Abel se permit une petite infraction aux règles qu’il avait imposées à Tatsuki. Il tendit la main vers son ex pour lui prendre la sienne et la serra entre ses doigts. Il avait envie et surtout besoin de sentir la peau du yakuza contre la sienne. Sa chaleur et sa douceur lui faisaient beaucoup de bien. Et dans un sens, cela prouvait qu’Abel acceptait de se rapprocher un peu plus de Tatsuki malgré tout ce qui avait bien pu se passer. Le blond soupira tout en regardant son ex. Un léger sourire étirait ses lèvres mais c’était difficile de le qualifier. Il était à la fois heureux mais aussi triste. Heureux d’être avec Tatsuki mais triste qu’ils en soient arrivés là.


« Ça fait longtemps qu’on n’a pas partagé un moment aussi simple et agréable. Dommage que le cadre ne soit pas aussi beau qu’aux sources Hebi, hein ? »

Pour Abel, le séjour qu’ils avaient passé aux sources Hebi avait été les meilleurs jours de sa vie. Là-bas, ils avaient pu se détendre et passer du temps ensemble, loin des tracas de la ville et du travail de Tatsuki. Et puis il y avait eu cette demande en mariage… Le blond était nostalgique rien qu’en y repensant. A cette époque, il avait pensé que tout irait bien entre eux. Ils avaient pu faire beaucoup de projets, comme se marier en Angleterre ou avoir des enfants. Abel avait eu l’impression de consolider encore plus leur couple lorsqu’ils avaient parlé de cela. Faire des projets d’avenir était très important pour lui. Dommage que cela n’avait été que des rêves jusque là. Mais, s’ils retournaient ensemble, peut-être se réaliseraient-ils.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Jeu 22 Avr - 18:29


Abel était assez heureux de la réaction de Tatsuki. Visiblement, la bonne humeur du yakuza avait déteinte sur l'homme, était-ce un bon signe ? Leur réconciliation était sur la bonne voie, le Kumicho n'en doutait plus. Même si le brun devait être encore patient pour avoir l'honneur d'aller plus loin avec son ami. L'abstinence n'était pas vraiment son truc mais on pouvait tout faire par amour même des choses assez difficiles. Pour Tatsuki, ne pas avoir de contacts physiques, surtout avec Abel, c'était comme retirer une dose à un drogué.


« Merry Christmas. »

Tatsuki ne pouvait pas s'empêcher de rire lorsqu'il entendait le blond parler anglais. Son accent était si craquant. Abel avait fait beaucoup d'efforts et beaucoup de progrès dans ce domaine. Il n'y avait plus qu'à espérer que Tatsuki puisse l'aider à progresser encore ; à la base, il avait voulu l'apprendre pour partager la culture de son amant mais pour préparer leurs éventuels voyages à l'étranger. Mais avec la succession d'événements qui s'était produit, ils n'en n'avaient jamais eu l'occasion.

« Ça fait longtemps qu’on n’a pas partagé un moment aussi simple et agréable. Dommage que le cadre ne soit pas aussi beau qu’aux sources Hebi, hein ? »

En parlant de voyage... Celui de Hebi avait été l'un des meilleurs moments que les deux hommes avaient partagé. Le cadre était idyllique et leur relation était au paroxysme du bonheur. Pas étonnant que le blond se soit permis de prendre la main du yakuza et de glisser habilement ses doigts entre les siens... Le fait de parler de la période Hebi avait-il réveillé quelques souvenirs et de la nostalgie ? Tatsuki esquissa un sourire en réponse à celui du blond et en profita pour caresser ses doigts. Il jeta un regard profond à Abel tout en continuant de jouer de son charme et de sourire.

"Peu importe le cadre, le plus important est d'être avec toi... Tu es le seul qui me donne autant de bonheur... amour."

Pour jouer le plan drague, il le jouait à fond, mais après tout n'était-il pas là pour séduire et reconquérir son homme ? Les belles paroles, la douceur et le tact en faisaient partis après tout. Mais au fond, Abel avait raison. Quelque part, cette période avait été la meilleure. Pas seulement parce que le cadre de la source Hebi était d'une beauté incroyable, mais surtout parce qu'il était apaisé à ce moment-là. Apaisé et franchement heureux. Tellement heureux qu'il avait projeté de se marier à l'étranger avec son amant.

"J'espère qu'on pourra y retourner un jour..."

Il garda la main d'Abel dans la sienne tout en continuant de le regarder tendrement. Il avait terriblement envie de l'embrasser, juste un petit baiser... La tentation était grande, si grande... Jusqu'à quand allait-il tenir ? Il ne le savait pas, mais une chose est sure, il ne le pourrait pas éternellement. Haa ces foutus hormones... Suite à bon nombre de pensées malsaines, il préféra lâcher la main de son homme. Comment Abel arrivait-il à se maîtriser ? C'était tellement difficile... Trop difficile pour lui en tout cas, ou alors, son appétit sexuel était anormal. Il détourna le regard un instant histoire de penser à autre chose. Peut-être qu'un peu de musique... non, sans doute pas... Si une musique romantique passait à la radio, ça enfoncerait encore plus le clou. La proximité avec Abel devenait de plus en plus difficile, surtout que Tatsuki ne pouvait pas le toucher comme il le souhaitait. Ce n'était pas un bisou sur le front et une poignée de main qui allait taire ses pulsions. Il se recula un peu vers sa portière, avant de poser sa tête sur la fenêtre. Il alluma ensuite une cigarette. Ce n'était pas le meilleur moyen de substitution mais c'était déjà ça...

"En tout cas... merci pour ta tarte, comme d'habitude, je me suis régalé."


Ses mots étaient sincères. Si ce n'était pas le cas, il n'aurait sans doute pas pu avaler une seule bouchée et ça, Abel le savait. Le yakuza entrouvrit la fenêtre pour laisser la fumée sortir, histoire de ne pas avoir une voiture dans laquelle on étouffait. L'ambiance était agréable, malgré les tensions de départ causées par l'enfoiré d'Akito. Mais fort heureusement, la relation entre Tatsuki et Abel était plus forte que tout ça. Akito ne méritait pas que Tatsuki gâche leur rendez-vous, mais le yakuza gardait tout de même cette étrange histoire en tête. Cette proposition inattendue n'était pas anodine et Tatsuki n'en resterait pas là. Cependant, il ne voulait pas inquiéter Abel ou gâcher leur soirée, voilà pourquoi, il n'était pas revenu sur ce sujet de conversation et il n'avait pas chercher à creuser plus. De toute façon, Abel n'avait pas la réponse, seul Akito l'avait pour le moment. Tatsuki le connaissait assez pour savoir qu'il se remanifesterait de nouveau.


"Dis-moi... je ne veux pas paraître impatient, mais, as-tu un peu plus réfléchi à nous ?"

Tatsuki dit cela en regardant à l'extérieur. C'était comme s'il ne voulait pas mettre une pression supplémentaire par le regard sur le blond. Les deux hommes avaient la chance de se voir de nouveau ce soir, même si la base de ce rdv était Akito... mine de rien, cet enfoiré avait fait une chose bien pour une fois, alors autant en profiter. Tatsuki avait besoin de se rassurer un peu sur l'évolution de leur relation histoire d'être sûr d'être sur la bonne voie...

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Jeu 22 Avr - 23:16

"Peu importe le cadre, le plus important est d'être avec toi... Tu es le seul qui me donne autant de bonheur... amour."

Tatsuki était vraiment incorrigible. Il mettait vraiment tout de son côté pour reconquérir Abel, il n’y avait aucun doute. Mais le blond n’avait pas besoin de ce genre de discours romantiques pour être sous le charme. Les mots comptaient beaucoup pour lui, bien sûr, mais il préférait les faits aux paroles, surtout avec l’Oyabun. Celui-ci lui avait fait tellement de promesses mais l’avait déçu avec bon nombre d’actions. Le grand blond préférait du concret. Il voulait que Tatsuki lui prouve qu’il avait changé, qu’il était prêt à faire des sacrifices. Abel voulait attendre d’être sûr à 100% avant de s’engager à nouveau avec Tatsuki. La tentation de craquer tout de suite était pourtant belle et bien présente, pourtant il prenait sur lui pour ne pas se laisser aller. Il le regretterait sûrement par la suite sinon. Autant attendre, quitte à ressentir une certaine frustration. Mais la frustration n’était-elle pas source de délivrance et de plaisir par la suite ?

"J'espère qu'on pourra y retourner un jour..."

« On verra bien… »


Abel se contenta de sourire et de caresser avec son pouce la main de Tatsuki. Il appréciait beaucoup ce simple contact entre eux mais le faisait un peu pour tester son ex. La situation était propice aux dérapages. Le yakuza saurait-il se retenir pour faire plaisir à celui qu’il aimait ? Abel prenait beaucoup sur lui-même pour ne pas succomber à la tentation, Tatsuki devrait donc en être capable aussi, non ? Et apparemment oui car il préféra rompre le contact plutôt que de faire une bêtise. Du moins, ce fut ainsi que le blond interpréta son geste, surtout lorsqu’il vit son ex s’éloigner un peu de lui pour pratiquement se coller à la portière. Abel fit comme si de rien n’était et ramena sa main vers lui pour remettre une mèche blonde derrière son oreille. Tatsuki s’en sortait plutôt bien mine de rien. Il prouvait ainsi par son comportement qu’il acceptait les choix de son ex et qu’il ne chercherait pas à transgresser ses règles. C’était un nouveau bon point pour lui.

"En tout cas... merci pour ta tarte, comme d'habitude, je me suis régalé."

« De rien, ça m’a fait plaisir. »


Le jeune tueur appréciait qu’on le complimente sur sa cuisine. C’était l’un de ses passe-temps favoris. S’il avait pu être chef dans un restaurant, il aurait été heureux. Il l’avait en quelque sorte été dans cette chocolaterie à Ginza mais malheureusement, c’était du passé, à cause d’Akito Endô… Le blond soupira légèrement et sortit à son tour son paquet de cigarettes pour en fumer une. Pas très original pour passer ses nerfs et trouver une occupation lorsque l’on ne savait pas quoi dire. Là, il était à court d’idées. Il aurait aimé garder la main de Tatsuki dans la sienne et profiter de ce simple contact mais cela n’était pas possible ou alors à ses risques et périls. Même s’il tentait l’Oyabun, serait-il capable de résister lui-même ? Lorsqu’il contrôlait la situation, il n’y avait pas vraiment de problème mais si jamais Tatsuki passait à l’action et tentait de l’embrasser, Abel pourrait-il le repousser ? Mieux valait-il que cette situation ne se présente pas et que cette question demeure sans réponse.

"Dis-moi... je ne veux pas paraître impatient, mais, as-tu un peu plus réfléchi à nous ?"

« Je… »
commença Abel, pris un peu au dépourvu. « Bien sûr mais… c’est un peu tôt pour prendre une décision, tu ne crois pas ? Pour tout t’avouer, j’ai peur de m’engager à nouveau. C’est idiot, je sais, mais je ne me sens pas encore prêt. »

Abel se passa une main dans les cheveux, signe qu’il était mal à l’aise. Tatsuki avait beau ne pas paraître insistant, le blond savait qu’il attendait avec impatience une réponse. Le yakuza avait déjà fait beaucoup d’efforts et il désirait que cela paye. Malheureusement, Abel était encore indécis. Bien sûr qu’il voulait retourner avec Tatsuki et faire sa vie avec lui, mais son ex ne lui réservait-il pas d’autres mauvaises surprises ? Il n’avait pas complètement confiance en lui à cause de toutes ces promesses non tenues. C’était bien beau de dire qu’on avait changé mais était-ce la vérité ? Abel termina sa cigarette avant de baisser la vitre et de la jeter dehors. Il reporta ensuite son attention sur Tatsuki. Après le moment de tendresse venait celui des explications. Le jeune tueur savait qu’il allait casser l’ambiance mais tant pis. Si cela faisait avancer leur histoire, il ne fallait pas hésiter.

« J’aimerai comprendre quelque chose. En mettant Hidekazu de côté, tu m’as quand même trompé plusieurs fois… Pourquoi te sentais-tu obligé d’aller voir ailleurs ? Je ne te suffisais pas ou je ne parvenais pas à te combler entièrement ? Je sais qu’on n’a pas forcément les mêmes envies parce que tu es aussi attiré par les femmes mais… on aurait pu en parler, non ? Réponds-moi franchement, je suis prêt à tout entendre. »

Le grand blond gardait son calme. Ils n’étaient pas là pour se disputer mais pour mettre les choses au clair et comprendre. L’écoute était très importante dans un couple. C’était ce qui faisait avancer. Abel en avait marre des non-dits et des mensonges. Il voulait comprendre pourquoi Tatsuki lui avait été tant de fois infidèle. Il devait bien y avoir une raison. Si cela venait d’Abel, celui-ci pourrait toujours faire des efforts. Si cela venait de l’Oyabun, ils finiraient bien par trouver une solution à son problème. Le tueur ne rejetait aucune possibilité. Dans un couple, on était deux et on pouvait s’entraider. Si Tatsuki avait besoin de se confier, Abel était là. Celui-ci n’avait jamais baissé les bras et avait toujours tenté de trouver une solution à leurs problèmes, lorsque le yakuza le avait permis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Ven 23 Avr - 13:44


« Je…
Bien sûr mais… c’est un peu tôt pour prendre une décision, tu ne crois pas ? Pour tout t’avouer, j’ai peur de m’engager à nouveau. C’est idiot, je sais, mais je ne me sens pas encore prêt. »

Tatsuki s'attendait à cette réponse, mais comme on le disait "qui ne tente rien n'a rien". Même si le yakuza n'était pas du genre très patient, il commençait à en avoir l'habitude avec Abel. Ce n'était pas la première fois qu'il avait dû jouer au jeu de la séduction avec le blond, mine de rien, il aimait jouer à la vierge effarouchée. Mais quand on y réfléchissait un peu plus, si Abel avait dû avoir recourt maintes fois à ce comportement en faisant quelque peu galérer son ami, ce n'était à l'origine pas un vœux de sa part... Tatsuki provoquait les conflits et Abel se vengeait un peu en le faisant miroiter lorsqu'il voulait s'excuser. C'était du moins comme cela que le voyait Tatsuki en partie. En partie, car il ne doutait pas de la souffrance de son ex qui voulait se préserver de lui. Il lui avait fait tellement de coup de crasses, qu'il était impossible pour un être humain normal d'en supporter le quart... Ce fut d'ailleurs le sujet suivant abordé par le blond.

« J’aimerais comprendre quelque chose. En mettant Hidekazu de côté, tu m’as quand même trompé plusieurs fois… Pourquoi te sentais-tu obligé d’aller voir ailleurs ? Je ne te suffisais pas ou je ne parvenais pas à te combler entièrement ? Je sais qu’on n’a pas forcément les mêmes envies parce que tu es aussi attiré par les femmes mais… on aurait pu en parler, non ? Réponds-moi franchement, je suis prêt à tout entendre. »

Aïe... question épineuse mais dans le mille. Ce n'est pas que Tatsuki n'assumait pas pleinement ses actes et ses conneries, mais il ignorait lui-même ses comportements absurdes qu'il regrettait presque immédiatement la plupart du temps. Pourtant, il ne pouvait pas s'empêcher de déconner à chaque fois. Lorsque tout allait bien, c'était comme s'il n'arrivait pas à entretenir et préserver ce bonheur. D'ailleurs, il n'avait jamais été vraiment heureux avant de rencontrer Abel. Sa vie bien que bien remplie était vide de sens avant de croiser le chemin du blond. Il vivait certes comme il le souhaitait et en apparence, il menait une vide de rêve mais pourtant... tout était un immense vide. Il ne croyait pas en l'amour mais seulement en l'argent et au pouvoir. Mais lorsqu'il rencontra Abel, tout changea. Son petit monde sombre et triste s'était éclairci. Mais pourtant, il se sentait encore plus troublé au fond de lui même s'il n'en n'avait touché mot à son amant durant leur relation. Il était heureux mais pourtant il ne pouvait pas s'empêcher de se torturer. Ses vieux démons étaient toujours présents et ne cessaient de venir troubler son bonheur. Il aimait sincèrement et profondément Abel, mais c'était comme s'il s'interdisait d'être heureux, sans doute parce qu'il n'estimait ne pas le mériter ou qu'il avait peur que tout s'arrête brutalement un jour. Il avait fait une croix sur le bonheur depuis très longtemps déjà.
Il passa sa main dans les cheveux en poussant un long soupir. Comment expliquer à la personne qu'on aime qu'on est incapable de lui dire ce qu'on le ressent. Tatsuki n'arrivait pas à se comprendre lui-même. Alors que dire de sa relation et de ses sentiments envers Hidekazu ? Abel avait une fois de plus l'extrême bonté d'arranger ses petites affaires. Il lui épargnait le problème Hidekazu pour le moment...

"Je... "

Il resta quelques instants sans dire un mot. Il était hésitant... Hésitant par peur de dire de mauvais mots ou par peur d'essayer de se comprendre lui-même.

"J'ai été stupide et égoïste... Ne crois pas que tu n'as jamais été à la hauteur ou que tu ne m'as jamais satisfait. Non amour, tu es ... tu es la personne idéale. Je t'assure que je n'aurais jamais cru en l'amour si je ne t'avais pas croisé. J'ai toujours cru que ce sentiment n'était qu'une chose hypocrite et fausse. Une sorte d'auto-satisfaction ... je..."

Il serra le poing et détourna le regard un instant pour garder son visage dans l'ombre et mieux le camoufler.

"Je crois que j'ai été effrayé... Effrayé par le bonheur. C'est sans doute idiot comme excuse mais moi-même je n'arrive pas à comprendre... Je t'aime tellement et pourtant c'est comme s'il y avait une partie de moi-même qui refusait le bonheur. Une partie qui me pousse à agir bêtement et... je t'ai trompé plusieurs fois... et j'en suis désolé... J'ai peur d'être heureux, peur que tout s'arrête, peur de perdre encore une fois ceux que j'aime... celui que j'aime le plus. La vie m'a déjà retiré cela une fois, je ne veux pas qu'on me le retire encore. J'ai tout gâché de moi-même pour ne pas avoir à souffrir, je..."

Tatsuki avait fauté tant de fois qu'il ne savait même plus combien d'aventures il avait eu. Certaines avaient été découvertes par Abel mais d'autres demeuraient dans le secret. C'était sans doute mieux ainsi...mieux que blond ignore d'autres aventurettes que son ex avaient eu, alors qu'il prétendait rester au bureau ou avoir un voyage d'affaire. Ces aventures n'avaient pas compté à ses yeux, elles étaient là pour... pourquoi d'ailleurs ? Au final, pour rien du tout, car elles ne l'avaient pas aidé à se sentir mieux. Mais s'il était découvert, ça lui donnait une excuse pour mettre un terme à sa relation de lui-même. Mais au final, il n'en n'avait pas eu la force.

"La solution la plus facile pour moi était de m'évader par n'importe quel moyen et de me préserver je sais pas... mes soucis personnels et mes conflits du passé non résolus. Tellement de choses ont refait surface au moment-même où je me suis senti heureux pour la première fois... mon père, ma mère, ma solitude, je..."

Sa vie de rêve n'avait pas été si parfaite que cela, au contraire, elle avait été chaotique depuis sa naissance. Il avait perdu un à un les êtres qu'il aimait réellement, son père, l'homme qui partageait le même sang que lui avait assassiné sa mère et n'avait jamais assuré son rôle paternel. Très vite, Tatsuki avait baigné dans un monde sanglant, de ce côté-là, son père ne l'avait pas épargné ni jamais protégé. Il ne pensait qu'à son clan et non à sa famille, même si c'était le premier rôle d'un bon Oyabun. Un bon chef de clan devait être avant tout un bon père et un bon mari... L'argent participait au bonheur mais ne faisait pas le bonheur à lui seul. Le yakuza avait passé le plus clair de son enfance et de son adolescence loin de sa famille et de ses racines et dès qu'il eût enfin la chance de revoir sa mère, ce fut pour seulement quelques mois, avant qu'elle disparaisse. C'était à ce moment-ci que son cœur s'était glacé et le seul qui avait été présent fut Hidekazu... surtout lorsqu'il commit l'irréparable en tuant la maîtresse de son père... Le Suprême lui sauva la vie et fut en même temps le seul à lui apporter la chaleur qu'il n'avait jamais connu. Sans compter que Tatsuki avait aussi toujours culpabilisé de ne pas avoir pu prendre soin de sa sœur et de Kano comme il l'aurait voulu. Il y avait encore tant de choses auxquelles il ne voulait pas penser, tant de souffrances... Tant de souffrances qui étaient remontées à la surface et qui l'avaient submergé dès qu'il fut la première fois heureux. C'était sans doute ses vieux démons qui voulaient l'empêcher de trouver le bonheur.
Il détourna un peu plus son visage pour le camoufler entièrement. Il ne voulait pas qu'Abel le voit...

"JE SUIS DÉSOLÉ !..."

Il poussa un cri comme pour se soulager. Mais, il ne voulait pas que le blond le voit pour la première fois pleurer...

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Ven 23 Avr - 22:29

"Je... J'ai été stupide et égoïste... Ne crois pas que tu n'as jamais été à la hauteur ou que tu ne m'as jamais satisfait. Non amour, tu es ... tu es la personne idéale. Je t'assure que je n'aurais jamais cru en l'amour si je ne t'avais pas croisé. J'ai toujours cru que ce sentiment n'était qu'une chose hypocrite et fausse. Une sorte d'auto-satisfaction ... je..."

Concernant l’amour, Abel et Tatsuki avaient eu la même façon de penser. Pour eux, avant de se rencontrer, ce sentiment n’existait pas et n’était qu’un pur mensonge inventé pour faire plaisir et se faire plaisir. C’était agréable d’avoir la sensation de se faire aimer. Avec l’amour, on avait le courage de construire des tas de choses avec la personne aimée. Au final, on s’engageait avec une personne que l’on appréciait par peur de se retrouver seul par la suite. Du moins, c’était ainsi que les deux ex-amants avaient vu les choses avant de se rencontrer et de tomber amoureux l’un de l’autre. Le grand blond avait mis plus de temps que Tatsuki mais au final, ils s’aimaient autant et impossible de leur faire oublier l’être aimé. Parfois, Abel regrettait d’avoir connu l’amour. Ce sentiment l’avait tant fait souffrir. Mais il devait avouer qu’il apportait aussi beaucoup de bonnes choses. Malgré tout ce qui avait pu se passer, il avait vécu de bons moments avec Tatsuki.

Abel fut soulagé que le yakuza lui apprenne qu’il avait toujours été à la hauteur et qu’il avait toujours su le satisfaire. Au moins, cela signifiait que le problème ne venait pas de lui mais de Tatsuki. Mais en même temps, était-ce une bonne chose ? L’Oyabun ne se confiait jamais. S’il gardait tous ses problèmes pour lui tout seul, comment Abel pourrait-il lui venir en aide ou bien comprendre ce qui n’allait pas chez lui ? Il désirait vraiment mettre les choses au point pour ne plus avoir de mauvaises surprises. Tant qu’il ne serait sûr de rien et que Tatsuki ne lui aurait pas expliqué ce qui le tracassait, le blond ne voulait pas s’engager. Il ne souhaitait pas revivre toutes ces infidélités. Si le yakuza avait besoin de lui, besoin de se confier, il pouvait le faire sans crainte. Il connaissait bien Abel, celui-ci ne le trahirait jamais et tenterait toujours de résoudre le problème.


"Je crois que j'ai été effrayé... Effrayé par le bonheur. C'est sans doute idiot comme excuse mais moi-même je n'arrive pas à comprendre... Je t'aime tellement et pourtant c'est comme s'il y avait une partie de moi-même qui refusait le bonheur. Une partie qui me pousse à agir bêtement et... je t'ai trompé plusieurs fois... et j'en suis désolé... J'ai peur d'être heureux, peur que tout s'arrête, peur de perdre encore une fois ceux que j'aime... celui que j'aime le plus. La vie m'a déjà retiré cela une fois, je ne veux pas qu'on me le retire encore. J'ai tout gâché de moi-même pour ne pas avoir à souffrir, je..."

Le jeune tueur se sentait mal à l’aise mais ressentait aussi la tristesse et la détresse de Tatsuki. C’était douloureux, surtout que le blond comprenait ce que pouvait bien ressentir son ex. Lui aussi avait perdu un être cher, sa mère, et avait peur de vivre une deuxième fois cela. Mais c’était la vie, non ? Tout ne pouvait pas être parfait et il fallait bien qu’une personne meure avant l’autre, laissant cette dernière seule derrière. Même si sa mère lui manquait horriblement, Abel allait de l’avant et faisait sa vie parce qu’il se disait que sa mère aurait été fière de lui. Pourquoi Tatsuki n’en faisait-il pas autant ? Pourquoi une partie de lui-même souhaitait-elle le faire souffrir ? Il avait le droit au bonheur, sûrement plus que d’autres. Il avait beau être riche, il n’avait pas eu une vie facile et travaillait d’arrache-pied. Etait-ce une manière de se punir ? Mais de quoi ? Il n’avait rien fait de mal. Du moins, c’était ce que pensait Abel. Peut-être que Tatsuki lui avait caché quelque chose.

"La solution la plus facile pour moi était de m'évader par n'importe quel moyen et de me préserver je sais pas... mes soucis personnels et mes conflits du passé non résolus. Tellement de choses ont refait surface au moment-même où je me suis senti heureux pour la première fois... mon père, ma mère, ma solitude, je..."

Abel n’avait jamais imaginé que son homme souffrait autant. Mais c’était normal vu que jamais Tatsuki ne s’était véritablement confié à lui. Qu’entendait-il par « conflits du passé non résolus » ? Ou bien par « soucis personnels » ? Le blond réfléchit un instant et se dit que Reira devait en faire partie, tout comme Kano. Tatsuki devait s’en vouloir de ne pas être un parfait chef de famille. Mais que pouvait-il faire ? Sa grande sœur était mariée à Akito et ne pouvait pas divorcer. Quant à son petit frère, qu’y avait-il à en dire ? Qu’y avait-il à faire pour lui ? Bien sûr Kano avait souffert de son éloignement en Angleterre mais maintenant, il était près de Tatsuki, non ? Les deux frères passaient du temps ensemble et travaillaient main dans la main. Kano était même troisième du clan Sugiura. Cela prouvait que l’Oyabun avait extrêmement confiance en lui. Que pouvait-il faire de plus ?

Le tueur se demandait pourquoi Tatsuki ne lui avait pas parlé de ses problèmes plus tôt. Cela aurait résolu pas mal de choses et peut-être seraient-ils toujours ensemble, heureux comme jamais. Abel pouvait comprendre que c’était parfois difficile de se confier mais n’avaient-ils pas été amants ? La confiance faisait partie des valeurs d’un couple. Le blond avait toujours voulu prendre soin de Tatsuki et n’avait jamais cherché à l’enfoncer, bien au contraire. Il avait toujours été prêt à lui prêter une oreille attentive et à chercher des solutions avec lui. Pourquoi Tatsuki n’avait-il pas su saisir cette opportunité ? Pourquoi avait-il fallu qu’il garde tout en lui ? Abel savait que lui-même n’était pas très bavard concernant ses problèmes personnels et ses souvenirs douloureux mais il n’en souffrait pas autant que Tatsuki. Là, le tueur se sentait mal. Pourquoi n’avait-il rien remarqué ? Il s’en voulait terriblement, même si la faute ne venait pas entièrement de lui.


"JE SUIS DÉSOLÉ !..."

Le cœur d’Abel se serra encore plus. Il resta un instant silencieux et immobile, à regarder Tatsuki qui avait la tête complètement tournée vers la portière, dans l’obscurité. Pleurait-il ? Ce serait vraiment la première fois que le blond verrait des larmes inonder son si beau visage. Mais peut-être était-ce par fierté que le yakuza désirait se cacher. Mais pourquoi ? Il n’y avait aucun mal à pleurer. Cela faisait du bien même, surtout lorsqu’on avait une épaule sur laquelle le faire. D’abord hésitant, Abel posa sa main sur l’épaule de Tatsuki, lui demandant silencieusement de se retourner, mais le brun n’en fit rien. Le blond soupira avant de se rapprocher autant que le levier de vitesse et le frein à main le lui permettaient, et passa son bras autour de Tatsuki pour le ramener près de lui. Il l’obligea ensuite à tourner la tête pour le regarder dans les yeux. Le spectacle auquel il assista le mit encore plus mal à l’aise mais en même temps, lui prouvait que Tatsuki s’en voulait réellement. Jamais un homme comme lui ne se rabaisserait à se forcer à pleurer.

« Je ne pensais pas que tu souffrais autant. » avoua Abel en passant une main sur les joues de son ex pour essuyer ses larmes. « Tu aurais dû me parler de tout ça avant. On aurait pu trouver des solutions ensemble. »

C’était peut-être plus facile à dire qu’à faire mais le blond ne savait pas quoi dire d’autre. Il était vraiment nul pour trouver les bons mots et c’était un handicap pour lui, surtout dans ce genre de situation. Tatsuki pleurait pour la première fois devant lui et il ne savait pas comment réagir. Il n’était vraiment pas « la personne idéale » qu’avait décrite le yakuza quelques minutes plus tôt. A part avec les gestes, il ne savait pas communiquer, alors autant faire de son mieux de cette façon. Il serra son homme dans ses bras et ferma les yeux. Il ne savait pas quoi faire d’autre et Tatsuki avait besoin qu’on le console ou au moins sentir qu’il n’était pas seul et qu’Abel était là pour l’écouter. Ce serait bien qu’il comprenne cela et qu’ils puissent de nouveau être ensemble. Ce qu’ils leur avaient fait défaut précédemment, c’était le manque de confessions, le manque d’explications. S’ils se disaient tout, ou presque tout, ce serait mieux. Il y aurait moins de non-dits et de mensonges qui avaient tout gâché jusque-là.

« Je t’aime Tatsuki… » chuchota le blond tout en resserrant son étreinte. « Ce qui me manque pour nous donner une dernière chance, c’est d’être certain que tu te confieras plus à moi et qu’on parlera plus entre nous. Si tu te sens mal, que tu sens que tu vas faire une connerie, parle s’en. J’en ferai autant de mon côté… Je suis sûr que ça te ferait du bien et que ça t’éviterait d’aller aussi mal. Si j’accepte de revenir vers toi, c’est pour toute la vie. Je ne veux pas que tu refasses les mêmes conneries car en fin de compte, même si inconsciemment tu souhaites te protéger, tu te fais souffrir et tu me fais souffrir aussi. Parler ne coûte rien mais peut arranger beaucoup de choses. Tu serais d’accord de faire cet effort ? »

Abel relâcha légèrement son étreinte pour pouvoir reculer un peu et regarder Tatsuki dans les yeux. S’ils se parlaient plus, surtout lorsque cela allait mal dans leur couple, cela changerait beaucoup de choses. Ils n’auraient pas à rompre sans arrêt. Si le yakuza se confiait à son amant, ils pourraient en discuter et éviter les bêtises comme les infidélités ou les malentendus. Leur histoire serait ainsi plus stable et plus saine. C’était important pour Abel. Et puis, s’ils se remettaient ensemble, ils ne seraient plus seuls. Il y aurait le bébé à venir, Kaname. Ils n’auraient pas le droit de déraper. Il fallait que l’enfant ait un environnement stable pour grandir pleinement et dans tout l’amour dont il aurait besoin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Sam 24 Avr - 13:40


La pire chose qu'il pouvait arriver à Tatsuki : pleurer et en plus, pleurer devant quelqu'un. Le yakuza avait souvent dit une phrase à Abel "un homme ne pleure jamais" et aujourd'hui, ses larmes allaient à l'encontre de ce principe. D'ailleurs, Tatsuki ne se rappelait même plus la dernière où il avait versé des larmes, c'était sans doute lorsqu'il était enfant, comme tous les enfants. Mais par la suite, il s'était tellement endurcit face aux éléments de la vie qu'il n'avait jamais réussi à extérioriser ses sentiments, même pas lors de la mort de sa mère. En somme, personne ne l'avait vu pleurer, sauf Abel maintenant, quelle merde... Le blond sans doute surpris hésita un instant, avant d'oser toucher son ami. Il tenta de retourner le visage que le yakuza tentait de camoufler mais en vain dans un premier temps. Tatsuki était si fier et pour lui, c'était la pire des choses qui pouvait arriver. Finalement, Abel eut gain de cause. Il profita d'un instant de relâchement pour retourner le brun vers lui. Face à face, Tatsuki détourna tout de même le regard, mais Abel en vit assez pour apercevoir les yeux clairs du brun rougit.


« Je ne pensais pas que tu souffrais autant. Tu aurais dû me parler de tout ça avant. On aurait pu trouver des solutions ensemble. »

C'était bien cela le problème, Tatsuki détestait parler, se plaindre ou susciter la pitié au risque de paraître faible. Il préférait tout porter sur lui et tout gérer. C'était bien plus simple pour lui et pour son entourage, sauf qu'au bout d'un moment, il se retrouvait dépasser et submerger par ses émotions et résultat, il finissait par faire n'importe quoi. Sans doute à court de mots, Abel étreignit son partenaire avant de lui caresser le visage et de sécher ses larmes. Quelle merde... Tatsuki ressemblait à cet instant précis à une femme en détresse. Si Abel prétendait avoir du mal à communiquer, c'était encore pire pour Tatsuki. Il était un véritable orateur en affaire ou dans la vie de tous les jours, mais concernant ses propres sentiments, c'était une toute autre chose. Il préférait la fuite aux explications, ou alors il était maladroit.

« Je t’aime Tatsuki… Ce qui me manque pour nous donner une dernière chance, c’est d’être certain que tu te confieras plus à moi et qu’on parlera plus entre nous. Si tu te sens mal, que tu sens que tu vas faire une connerie, parle s’en. J’en ferai autant de mon côté… Je suis sûr que ça te ferait du bien et que ça t’éviterait d’aller aussi mal. Si j’accepte de revenir vers toi, c’est pour toute la vie. Je ne veux pas que tu refasses les mêmes conneries car en fin de compte, même si inconsciemment tu souhaites te protéger, tu te fais souffrir et tu me fais souffrir aussi. Parler ne coûte rien mais peut arranger beaucoup de choses. Tu serais d’accord de faire cet effort ? »

Le blond s'écarta un peu du yakuza pour le regarder de nouveau dans les yeux. Cette position était extrêmement inconfortable pour le brun. Faire face de nouveau à son amant et être dans une position de grande faiblesse... quel cauchemar ! C'était sans doute principalement pour cette raison qu'il ne voulait pas se confier. Devoir écouter de mots rassurants, supporter l'empathie de l'autre... c'était si rabaissant. Ok, Abel était sincère et amoureux, Tatsuki n'en doutait plus, mais même venant de lui, c'était oppressant, voire, pire. D'ailleurs la requête du blond était adorable, au fond il voulait que Tatsuki cesse de souffrir en gardant toute sa misère pour lui, mais c'était en même temps insupportable... L'Oyabun devrait faire un effort de communication pour que son couple marche, mais il ne pourrait pas jouer les martyre tout le temps en partageant ses souffrances. Il ne voulait pas jouer les Cosette ou les Caliméro. Pourtant, il fit un hochement de tête pour acquiescer. Il n'avait pas le courage de parler ou débattre sur les attentes du blond. Il était très sincère avec Abel. Il avait déconné avec lui et il avait tous les tords, mais maintenant, il voulait que tout cela cesse. Il n'était plus question de déconner pour lui, mais il n'allait pas jouer les êtres fragiles qui allait sans cesse courir se confier à son amant dès que tout allait mal. Tatsuki avait toujours fonctionner en solo et il allait difficilement changer, mais il ferait un effort de communication. Ce petit travail sur lui-même allait être dur certes, mais il allait devoir faire des efforts. Vivre en couple voulait dire faire des concessions ; il avait mis du temps à le comprendre, mais il l'avait compris maintenant. Tout ce qu'il avait traversé ces derniers mois lui avait ouvert les yeux sur ce qu'était le bonheur et sur ce qu'il souhaitait réellement. Tatsuki se serra de nouveau contre le blond. Il avait besoin de contact, mais il avait surtout besoin d'arrêter de lui faire face. En l'étreignant ainsi, il pouvait paraître faible ou en manque d'amour mais peu importe, lui, ne voyait que son intérêt. Il ne croisait pas le regard du blond pour quelques instants. Il serra son amant dans ses bras histoire de reprendre un peu le dessus. Avoir quelqu'un dans ses bras, c'était autre chose que d'être blotti dans les bras de quelqu'un. Même dans ce moment d'intense émotion, sa fierté était toujours omniprésente. Il était comme ça... surtout avec son amant. Il pensait maintenant à Abel comme étant son amant, car il ne pouvait pas le voir autrement. Abel avait fini par lui dire les mots qu'il voulait entendre : "je t'aime". Il n'en doutait pas, mais ça faisait du bien de l'entendre. L'Oyabun serra un peu plus fort le blond avant de plonger son nez dans ses cheveux. Ces cheveux qu'il aimait tant. Au moins, pendant ce laps de temps, il ne croisait pas son regard et ses larmes avaient eu le temps de sécher. Ce triste spectacle était unique, car une chose était sure, Abel ne verrait plus jamais des larmes couler des yeux de Tatsuki. Tenant toujours fermement son homme dans ses bras, il se permit de transgresser un petit interdit, il essaya du moins... Il dévia son visage au creux du cou du blond pour y déposer quelques baisers, il savait que c'était l'une des faiblesses de son homme. Il caressa son visage contre celui du blond afin de dévier vers sa bouche... il finit par lui offrir un chaste baiser en espérant qu'il ne se fasse pas repousser. Bon d'accord, il profitait un peu de ce moment et de son "état de faiblesse" pour arriver à ses fins. Dans son "immense" chagrin, il avait besoin d'un peu de réconfort. Et puis, ce n'était qu'un petit baiser, il n'irait pas plus loin... Abel allait peut-être lui aussi se laisser un peu aller qui sait...

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Sam 24 Avr - 16:55

Tatsuki ne fit qu’acquiescer en guise de réponse à la question d’Abel. Le blond aurait espéré plus, même quelques mots, mais il allait sans doute devoir se contenter de ce simple hochement de tête. Tatsuki et sa fierté… Un grand moment. Le jeune tueur connaissait trop bien le yakuza pour savoir que cette situation le mettait dans l’embarras et était contre son principe « un homme ne pleure jamais ». Combien de fois l’avait-il répété à Abel ? Celui-ci détestait pleurer aussi mais malheureusement, il était plus sensible que Tatsuki et laissait parfois ses larmes couler. Mais en général, c’était lorsque cela n’allait vraiment pas. C’était soit les larmes, soit la violence de toute façon. Le choix était vite fait lorsqu’il avait son homme face à lui. Mais lorsqu’il était seul, les objets payaient cher sa détresse. Il y avait par exemple eu ce miroir dans son loft. Cela lui avait d’ailleurs valu de se couper avec les bouts de verre. Là encore, cela avait été à cause de Tatsuki. Mais par la suite, ils s’étaient de nouveau remis ensemble. A croire que leur vie ne se résumait qu’à cela.

Sûrement en manque de tendresse, l’Oyabun serra Abel tout contre lui. Le blond ne put que répondre à cette étreinte. Lui aussi avait envie de tenir son homme dans ses bras mais aussi lui montrer qu’il était là, quoiqu’il arrive. Pour lui, bien qu’au début la situation eut été gênante, n’ayant jamais vu Tatsuki pleurer, elle était tout à fait normale. Le brun avait besoin de se lâcher un peu. Le moment était sans doute mal tombé pour lui car il l’avait fait devant Abel mais où était le problème ? Par ces larmes, il prouvait au blond qu’il l’aimait sincèrement et qu’il avait une totale confiance en lui. En plus, il donnait envie à Abel de le réconforter. Ce n’était sûrement pas le but recherché vu que Tatsuki détestait la pitié, mais le jeune tueur ne pouvait s’empêcher de vouloir le protéger. C’était plus fort que lui. Pourquoi serait-ce l’Oyabun qui aurait le rôle de l’amant protecteur dans leur couple ? Abel aimait qu’on prenne soin de lui mais préférait par-dessus tout prendre soin de celui qu’il aimait. Ils allaient donc devoir partager ce rôle.

Le grand blond ferma les yeux, bercé par la chaleur de l’habitable mais aussi la tendresse de Tatsuki. C’était si agréable de le tenir dans ses bras. A quand remontait leur dernière étreinte ? A plusieurs mois malheureusement. Le tueur remonta l’une de ses mains le long du dos de l’Oyabun pour pouvoir la glisser dans ses cheveux bruns. Il respira profondément, appréciant le parfum de Tatsuki. Toujours le même et c’était tant mieux. Cela ravivait certaines choses en Abel. Des souvenirs, des envies… Il avait envie de rester enfermé dans cette voiture, en compagnie de l’homme de sa vie. Il se fichait qu’ils soient dans un quartier mal famé, dans une usine abandonnée où des choses horribles avaient dû se passer. Du moment que Tatsuki était là, près de lui, cela suffisait à le combler. C’était étrange ce que l’amour pouvait faire ressentir.

Abel esquissa un sourire lorsqu’il sentit Tatsuki plonger son visage dans sa chevelure blonde. Le yakuza l’aimait vraiment sa chevelure. Mais il avait couché avec certaines personnes pour cette particularité aussi. Cassandre, Kiba le flic bizarre… L’Oyabun faisait-il une fixette sur les cheveux blonds ou avait-il cherché un substitut de son homme en partageant le lit de l’Américaine ou de l’extraverti ? Abel ne savait pas comment il devait le prendre et préférait d’ailleurs ne pas y penser. Il désirait oublier toutes les aventures que son ex avait bien pu avoir, aussi nombreuses soient-elles. Autant tenter de les effacer de sa mémoire, même s’il en voudrait toujours un peu à Tatsuki pour toutes ses infidélités… Il revint au moment présent, à cette étreinte si agréable et qui durait longtemps.

Mais Tatsuki finit par bouger un peu. Il glissa son visage dans le creux du cou d’Abel et y posa un baiser, puis deux, puis d’autres encore. C’était l’une des grandes faiblesses du blond, surtout que celui-ci était à fleur de peau. L’Oyabun transgressait les règles en faisant cela. Pourtant, le tueur ne le repoussa pas. Cette étreinte, la chaleur de l’habitacle, le parfum de Tatsuki et bien d’autres détails encore réveillaient en lui certains désirs. Alors, lorsque son homme dévia vers ses lèvres, il ne chercha pas à réfléchir et se laissa embrasser. La bouche de Tatsuki lui avait tant manqué. Toujours les yeux fermés, comme dans un rêve, il rendit son baiser au yakuza, allant jusqu’à l’approfondir. Pour être sincère, il ne réfléchissait plus vraiment avec sa tête et laissait ses envies prendre le dessus sur sa conscience. Il posa une main sur la nuque de Tatsuki pour approfondir encore plus cet échange et glissa son autre main sur le torse du brun avant de se pencher encore plus sur lui. Mais dans son élan, il en oublia le frein à main entre eux et s’appuya trop dessus, ce qui lui fit mal. La douleur l’obligea donc à rompre le baiser et à se reculer.


« Excuse-moi, je… »

Mais que dire ? Et ces excuses, était-ce pour s’être laisser emporter ou bien pour avoir rompu ce moment où la chaleur avait commencé à monter d’un cran ? Abel ne développa pas plus et préféra remonter un peu sa chemise pour masser l’endroit où le levier s’était enfoncé. Ce n’était pas grave bien sûr. Il n’y aurait certainement aucun hématome mais le blond n’aurait pas pu continuer ce qu’il avait envisagé de faire. La position était bien trop inconfortable. C’était l’inconvénient des voitures. Même si elles offraient un espace très intime et à l’abri des regards avec ces vitres teintées, il y avait peu de place ou bien des détails comme ce frein à main gâchaient tout. Ce léger incident fit redescendre Abel de son petit nuage et il se sentit bête. Heureusement qu’ils ne devaient pas précipiter les choses. Mais pourtant, qu’avait-il été sur le point de faire ? Il s’était laissé emporter et surtout, avait été amadoué par l’état de faiblesse de Tatsuki et celui-ci n’avait rien fait pour l’arrêter, bien au contraire. Abel soupira et se passa une nouvelle fois la main dans les cheveux.

« Je ne sais pas si c’est une très bonne idée Tatsuki. Tu ne crois pas qu’on va trop vite ? Et puis… » commença t-il avant de soupirer encore une fois. « J’en ai marre de me prendre la tête. Le mieux serait peut-être qu’on arrête là notre rendez-vous. J’ai peur de déraper totalement. Je suis désolé, je me suis emporté et t’ai donné de faux espoirs. Tu n’avais vraiment pas besoin de ça, désolé. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Sam 24 Avr - 20:38


L'ambiance avait subitement monté d'un cran. Les deux hommes enlacés s'embrassaient fougueusement. Visiblement, Abel aussi était en manque de Tatsuki vu sa réaction. Non seulement, il rendit le baiser à son partenaire, mais en plus, il l'amplifia. Il serra le yakuza de plus en plus fort, allant même jusqu'à glisser sa main sur son torse, puis sous son pull. Il n'en fallait pas plus pour exciter le brun qui réagit des plus "durement" à ces magnifiques stimulations. Le yakuza glissa sa main dans les cheveux de son amant tout en continuant de caresser la bouche de celui-ci avec sa langue. Le souffle de Tatsuki s'accéléra et il poussa quelques cris étouffés. Chez lui, c'était synonyme de grande excitation et celle-ci se décupla lorsqu'Abel se pencha sur lui. Le brun n'en n'espérait pas tant, mais même si le lieu était étroit, pourquoi pas... Pourtant, ce magnifique échange fut bientôt interrompu par un dur retour à la réalité.


« Excuse-moi, je… »

Gêné par le putain de frein à main, Abel reprit ses esprits et se recula. Tatsuki qui s'était au préalable confortablement installé sur son siège afin d'accueillir son partenaire sur lui, fut quelque peu... dépité. Quelle poisse, juste au moment où ça devenait le plus intéressant et où Abel avait perdu la tête, un petit coup de frein à main l'avait vite fait ramené à la réalité. Tatsuki poussa un long soupir de frustration, juste au moment où l'ambiance atteignait son paroxysme, il avait pris une subite douche froide.

« Je ne sais pas si c’est une très bonne idée Tatsuki. Tu ne crois pas qu’on va trop vite ? Et puis… J’en ai marre de me prendre la tête. Le mieux serait peut-être qu’on arrête là notre rendez-vous. J’ai peur de déraper totalement. Je suis désolé, je me suis emporté et t’ai donné de faux espoirs. Tu n’avais vraiment pas besoin de ça, désolé. »

Pour lui en donner, il lui en avait donné. Comment calmer un état d'excitation intense ? Il n'y avait pas 36 solutions... quelle merde de se satisfaire soi-même. Tout d'un coup, l'Oyabun regrettait son petit geste. S'il n'avait pas tenté Abel, jamais celui-ci ne se serait lâché et il ne serait pas dans cet état. Il ouvrit la fenêtre histoire de prendre un bol d'air glacé, il n'y avait rien de mieux pour calmer ses ardeurs. Il était légèrement énervé mais il n'allait pas tout foutre en l'air et puis, il n'allait pas cracher dans la soupe. Il avait déjà eu un petit avant-goût des lèvres de son ami, c'était mieux que rien. Il devait être patient pour reconquérir son aimé, alors quitte à en chier... autant en chier en ayant eu au moins un petit baiser. Bon, cette excuse était bidon, mais c'était mieux que rien. Et puis, il n'avait au moins pas été rejeté complètement par Abel. D'une part, il avait répondu à son baiser et il lui avait quasiment sauté dessus. D'autre part, le jeune tueur avait clairement dit qu'il avait peur de déraper, cela signifiait donc qu'il avait pensé à aller plus loin et qu'il irait sans doute plus loin à un autre moment. Maintes excuses traversèrent l'esprit du brun histoire de le calmer un peu.
Il finit par esquisser un sourire maintenant que sa température corporelle avait un peu baissé. Il caressa ensuite le bras de son ami affectueusement.

"Ne t'inquiète pas et ne t'excuse pas, c'est moi qui t'aie embrassé en premier et puis, on s'est laissé aller avec toute cette ambiance et tout ça..."

Il fallait déculpabiliser un peu Abel, car après tout, ils s'étaient mutuellement cherchés l'un l'autre. Le blond avait beau se la jouer "je veux réfléchir" et se faire désirer, les actes ne mentaient pas. Il désirait autant Tatsuki que Tatsuki le désirait. Abel n'était pas plus coupable que Tatsuki dans cette affaire, les deux hommes étaient amoureux l'un de l'autre et s'attiraient mutuellement, voilà tout. Le brun referma la fenêtre et se redressa. Il se tourna ensuite vers le blond et posa sa main sur la sienne.

"Je pense que tu as raison pour ce qui est de mettre fin à ce rendez-vous. Je respecte ton choix d'attendre, mais pour être franc, je vais avoir du mal à me contrôler. J'ai envie de toi et j'ai terriblement envie de te faire l'amour, alors..."

Il dit cela en regardant le blond dans les yeux et en lui sortant toute la panoplie du charmeur : pincement de la lèvre, petit regard aguicheur et caresse de la main du blond du bout des doigts. Après tout, Tatsuki était né Tatsuki et rien ne pourrait changer ce côté "Casanova" chez lui.
Il resta quelques secondes sans dire un mot mais tout en continuant de regarder son interlocuteur dans les yeux. Mais, tous les bons moment avaient une fin et il fallait se résigner. Il lâcha donc la main du blond et reconcentra son attention sur le volant.


"En tout cas, j'ai été content de te voir, surtout... aujourd'hui. Qui sait, peut-être que ce rendez-vous le jour de la fête des amoureux présage de bonnes choses pour nous dans le futur..."


Sans doute une reprise de leur relation. Restait plus qu'à espérer que ça ne mettrait pas trop de temps et que le blond serait autant en manque que le yakuza, histoire d'accélérer les choses entre eux. Ne sachant plus trop quoi dire et surtout comment terminer leur petit entretien. Il espérait secrètement que ça ne se solderait pas par une poignée de main...

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Dim 25 Avr - 11:31

Abel se sentait vraiment idiot. Il avait plus réfléchi avec ce qu’il avait entre les jambes qu’avec sa tête. Il avait eu l’air d’un animal affamé. La honte… Le pire, c’était que son baiser et ses caresses n’avaient pas laissé de marbre Tatsuki vu que celui-ci avait besoin d’ouvrir la fenêtre pour prendre un bon bol d’air frais afin de calmer ses ardeurs. Ils étaient deux à rester sur leur faim mais le blond ne préférait pas aller plus loin, pas ce soir. C’était trop rapide pour lui. En aucun cas il ne voulait jouer la vierge effarouchée pour faire languir encore plus l’Oyabun par vengeance mais, à chaque fois qu’ils s’étaient remis ensemble, à chaque fois ils avaient tout de suite fait l’amour. Peut-être n’était-ce pas une bonne chose, que cela portait la poisse. Ils devaient attendre encore un peu, passer encore du temps ensemble, comme de bons amis, et après ils verraient s’ils redevenaient amants et pouvaient passer à la vitesse supérieure.

"Ne t'inquiète pas et ne t'excuse pas, c'est moi qui t'aie embrassé en premier et puis, on s'est laissé aller avec toute cette ambiance et tout ça..."

En entendant cela, le grand blond eut l’impression de rêver. A chaque fois qu’il s’était refusé à Tatsuki dans le passé, celui-ci s’était emporté. Mais là, rien, il était même adorable et rejetait la faute sur lui-même. Etait-ce calculé ou bien était-il vraiment sincère ? C’était vraiment surréaliste, surtout après le coup que venait de lui faire Abel. Heureusement que l’air frais du dehors lui prouvait qu’il était éveillé sinon il se serait pincé. En tout cas, le tueur se sentait un peu moins coupable. C’était vrai que c’était Tatsuki qui avait commencé mais ils avaient tout de même été deux à s’embrasser et à se caresser. Ils avaient donc chacun des tords. Ils s’étaient laissé aller avec cette ambiance intime et excitante. Il avait fait chaud, il y avait eu ce rapprochement, puis ce baiser, ces caresses, le parfum et la chaleur de l’autre… Bref, de quoi devenir fou lorsqu’on était en manque de l’être aimé.

"Je pense que tu as raison pour ce qui est de mettre fin à ce rendez-vous. Je respecte ton choix d'attendre, mais pour être franc, je vais avoir du mal à me contrôler. J'ai envie de toi et j'ai terriblement envie de te faire l'amour, alors..."

Abel sourit et soupira légèrement. Tatsuki et son attitude de Don Juan. Il n’avait pas changé de ce côté-là. Mais, même si son regard et sa main sur la sienne pouvaient déstabiliser le blond, celui-ci n’eut aucun mal à garder son calme. Les mots l’atteignaient bien sûr mais avaient moins d’effets que les gestes. De plus, l’air frais qui était rentré dans l’habitacle lui faisait garder la tête froide. En tout cas, il remarquait que Tatsuki ne perdait pas le Nord. Quelques minutes plus tôt, il avait été en larmes et avait profité de son moment d’égarement pour amadouer Abel. A croire qu’il avait fait exprès de se laisser aller pour parvenir à ce résultat. Heureusement que le blond le connaissait bien et savait que jamais l’Oyabun ne simulerait une crise de larmes pour avoir ce qu’il voulait. Il était bien trop fier pour s’abaisser à cela. Néanmoins, il l’avait finement joué. S’il n’y avait pas eu ce frein à main entre eux, Abel serait en train de lui faire des choses inavouables…

"En tout cas, j'ai été content de te voir, surtout... aujourd'hui. Qui sait, peut-être que ce rendez-vous le jour de la fête des amoureux présage de bonnes choses pour nous dans le futur..."

« Je l’espère. En tout cas, on a eu le droit à un avant-goût de ce que cela pourrait donner… »


Autant en plaisanter. S’ils se remettaient ensemble, ce qui était presque certain à vrai dire, leurs retrouvailles au lit allaient être extrêmement brulantes. Ils en avaient d’ailleurs eu un aperçu quelques minutes plus tôt. En un rien de temps, leurs corps avaient réagi et ils s’étaient laissé emporter par l’ivresse du moment. En tout cas, ils ressemblaient vraiment à des adolescents. Ils se donnaient rendez-vous en douce dans un endroit tranquille et étaient prêts à s’envoyer en l’air dans une voiture. Ce n’était pas très mature tout ça. Mais Abel devait avouer que l’idée lui plaisait bien. Ils n’avaient jamais fait l’amour dans une voiture. Cette fois aurait été une bonne occasion de tester cet endroit insolite. Mais l’excitation du moment aurait vite laissé place aux remords. Sur le coup, cela aurait été bien de se retrouver, mais par la suite, le blond aurait regretté de s’être précipité. Ce frein à main était donc leur sauveur.

« Ce rendez-vous était très intéressant. On peut dire qu’Akito a au moins fait une bonne action dans sa vie. »

S’il savait le pauvre qu’il était à l’origine d’un rapprochement entre son ennemi de beau-frère et le « parasite pédéraste » qu’il « affectionnait » tant… Abel ne put s’empêcher de rire à cette pensée. Mais il ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’Akito devait bien se douter que Tatsuki retournerait avec son ex. C’était un pressentiment. Peut-être que cette histoire d’embauche n’était pas si anodine que cela. Peut-être voulait-il créer des tensions entre les deux amants. Dommage pour lui, cela n’avait pas marché et avait même eu l’effet inverse. Mais peut-être pensait-il que Tatsuki serait assez bête pour se venger sans vraiment réfléchir et que cela causerait sa perte. Ce n’était pas impossible connaissant Akito. Raison de plus pour refuser son offre. Tatsuki serait ainsi moins inquiet et n’agirait pas sous le contrôle de ses sentiments envers Abel.

« Pour en revenir à lui, promet-moi de ne rien faire d’inconsidéré. Fais comme si de rien n’était, d’accord ? On verra plus tard ce qu’on pourra faire pour lui. »

A demi-mots, Abel avouait qu’un futur à deux était largement possible et qu’ils pourraient s’occuper de la menace « Akito Endô » ensemble. Le blond avait pratiquement toujours su calmer Tatsuki lorsque celui-ci était sous pression à cause de son beau-frère. Il le canaliserait et ils pourraient réfléchir tranquillement à un plan. Cela impliquait donc que l’Oyabun parle un peu de la mafia avec son amant. Abel ne voulait plus être la simple « nee-chan » de l’Oyabun Sugiura. Il souhaitait aussi participer aux activités du clan. Bien sûr, il ne s’impliquerait pas autant que Tatsuki mais voulait prouver qu’il était efficace et qu’il était quelqu’un de confiance, même concernant les affaires du clan Sugiura. Il n’était pas une femme donc n’était pas obligé de se cantonner au rôle « d’épouse ». Mais Tatsuki et lui en parleraient plus tard. Ce n’était pas au sujet de ce rendez-vous qui prenait fin.

Abel sortit de la voiture puis remit rapidement son manteau et son écharpe. Il laissa son sac en papier dans la berline de Tatsuki. Ainsi, celui-ci pourrait cacher à ses hommes et à sa famille les petites pâtisseries que lui avait faites le blond. Ils ne devaient pas savoir qu’ils se revoyaient et projetaient de retourner ensemble, pas encore. Pour l’instant, tout se passait très bien. Les deux hommes n’avaient pas besoin que quelqu’un n’interfère et gâche tous leurs efforts. Par quelqu’un, Abel pensait bien évidemment à Hidekazu et à Kano. Ceux-ci étaient les pires ennemis de leur couple et Tatsuki semblait l’avoir compris. Mais bien sûr, le jeune tueur n’obligeait pas le yakuza à couper tout contact avec son supérieur ou avec son petit frère juste parce qu’ils étaient contre leur relation. Pour lui, Tatsuki ne devait pas avoir à choisir entre lui et sa famille.


« Bien. Je vais te laisser retourner te mettre au chaud chez toi. » dit Abel en faisant le tour de la voiture pour saluer l’Oyabun qui était sorti. « J’ai apprécié ce rendez-vous. Il m’a permis d’en apprendre un peu plus sur toi. Merci de t’être confié à moi Tatsuki. La preuve que ça paye, j’ai presqu’arrêté mon choix nous concernant… »

Sourire aux lèvres, le blond se rapprocha de Tatsuki pour l’enlacer et lui offrir un nouveau baiser, mais beaucoup plus chaste que celui qu’ils avaient partagé plus tôt. Ce baiser était comme un indice qu’il donnait concernant le choix qu’il ferait bientôt. De plus, ses paroles inciteraient sûrement le yakuza à plus se confier à son amant vu les effets bénéfiques que cela avait sur leur couple… Abel finit par rompre ce doux échange puis recula en refermant bien son manteau. Il faisait vraiment froid ce soir. Il avait hâte de retourner se mettre au chaud dans son loft. Et puis, qui sait, dans quelques temps, peut-être aurait-il quelqu’un à qui se coller sous les draps pour lui tenir chaud…

« Je t’appellerai pour te donner des nouvelles de mon entretient avec Akito et pour qu’on fixe un nouveau rendez-vous, si possible dans un meilleur endroit. Que dirais-tu d’aller, tu sais, dans cet établissement dans lequel tu m’as invité une fois pour boire du thé, à la limite de Yuukoku et d’Atsugi ? Je pense que ça devrait passer avec mon bracelet électronique. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Dim 25 Avr - 17:54


« Je l’espère. En tout cas, on a eu le droit à un avant-goût de ce que cela pourrait donner…
Ce rendez-vous était très intéressant. On peut dire qu’Akito a au moins fait une bonne action dans sa vie. »

Pour en avoir fait une, cet enfoiré en avait fait une. Il avait sans le savoir accélérer la réconciliation des deux tourtereaux. Ils se seraient revus certes, mais peut-être pas collés l'un à l'autre dans une voiture et puis c'est sans doute cet environnement clos qui avait fait un peu péter les plombs au yakuza. Ce pétage de blond avait été bénéfique pour ce qui était de la communication étant donné qu'il s'était confié bien plus qu'il ne l'aurait voulu à Abel.

« Pour en revenir à lui, promet-moi de ne rien faire d’inconsidéré. Fais comme si de rien n’était, d’accord ? On verra plus tard ce qu’on pourra faire pour lui. »

Même si sa main le démangeait, il n'allait en effet pas se jeter bêtement dans cette provocation. Et puis, il voulait savoir ce que mijotait Akito et si cela allait plus loin qu'un simple jeu. S'il réagissait avec sa fougue habituelle, il ne ferait que tout foutre en l'air et qui sait, ça faisait peut-être parti du plan de son cher beau-frère. Pour vivre bien, il fallait vivre caché, c'était la même chose en affaire, il fallait mieux avoir un coup d'avance sur son adversaire. Il hocha la tête pour montrer son accord avec le blond même si au fond de lui il était quelque peu soucieux. Assez soucieux pour ne pas avoir compris la petite allusion que venait de lui faire son homme. Il s'inquiétait non pas pour lui mais pour Abel. Il ne lui dit rien mais il était hors de question qu'il y ait un "on" ; jamais il ne laisserait Abel se mouiller dans les conflits qu'il avait avec Akito. Le blond était son amant mais il n'était pas de la mafia et c'était tant mieux.

"Non, t'inquiète pas, dans ces moments-là il faut réfléchir avec son cerveau et non avec ses poings... en lui sautant à la gorge, je ne ferai que trahir notre relation et puis, je veux garder un coup d'avance sur lui. Je pense que ce connard cherche à voir ta réaction en premier lieu. Ta réaction lui donnera sûrement les réponses qu'il désire..."

Abel devait donc faire attention à ce qu'il allait dire à l'Oyabun Endô. Tatsuki ne savait pas exactement le dessein de son ennemi mais ce serpent avait assez de venin en lui pour faire beaucoup de mal et de dégâts. C'était certes un vicieux, mais aussi un stratège, du moins, il l'était assez pour parfois se montrer dangereux, mais il ne l'était pas assez pour faire trembler ses pairs. Cet idiot ne réfléchissait pas toujours avec son cerveau fort heureusement pour Tatsuki. Ce soudain intérêt envers Abel était tout sauf anodin.

« Bien. Je vais te laisser retourner te mettre au chaud chez toi. J’ai apprécié ce rendez-vous. Il m’a permis d’en apprendre un peu plus sur toi. Merci de t’être confié à moi Tatsuki. La preuve que ça paye, j’ai presqu’arrêté mon choix nous concernant… »

Le blond sortit de la voiture et fit le tour de celle-ci de façon à se retrouver du côté conducteur. Tatsuki sortit également afin de parler d'égal à égal avec son partenaire. Si la petite séquence confidence lui avait plus c'était tant mieux, mais Tatsuki aurait bien voulu éviter de se ridiculiser ainsi. La plupart des gens se sentait soulager de vider leur sac et de se confier mais pas lui... Par contre, la seconde partie du discours du blond lui plut davantage. Il savait clairement que l'affaire était dans le sac maintenant, pour preuve, la petite attaque coquine d'Abel. Le blond l'aimait, le désirait et malgré son vœux de chasteté pour le moment, il était lui aussi à bout. Il désirait autant son amant que son amant le désirait mais par respect, Tatsuki n'allait pas profiter de ce petit avantage. Et puis, il tenait le coup en se disant que plus il attendrait, plus ce serait magnifique... Il fit donc un grand sourire mais sa satisfaction grandit lorsque son ami s'approche de lui et l'enlaça une nouvelle fois. Il lui offrit un doux baiser en guise d'au revoir. Tatsuki y répondit timidement histoire de ne pas risquer de déborder une nouvelle fois car cette fois-ci, il ne pourrait vraiment pas se retenir. Le blond finit par se reculer, une décision très sage. Le Kumicho se permit tout de même de lui tenir la main quelques instants après qu'il eut boutonné son manteau.


« Je t’appellerai pour te donner des nouvelles de mon entretient avec Akito et pour qu’on fixe un nouveau rendez-vous, si possible dans un meilleur endroit. Que dirais-tu d’aller, tu sais, dans cet établissement dans lequel tu m’as invité une fois pour boire du thé, à la limite de Yuukoku et d’Atsugi ? Je pense que ça devrait passer avec mon bracelet électronique. »

Pour une bonne idée, c'était une excellente idée. Grand sourire aux lèvres, il serra davantage la main de son amant.


"Excellente idée. En début d'année on pourra aller passer un weekend là-bas à l'abri des regards et pour nous retrouver un peu plus longtemps..."

Pour être franc, Tatsuki avait pensé à ce cas de figure mais Abel avait été le premier à en parler et c'était tant mieux. Cette escapade leur permettrait d'avancer dans leur réconciliation en passant plus d'une heure ou d'une après-midi ensemble. Dommage que le blond ait ce foutu bracelet, ils auraient pu symboliquement retourner à Hebi ou partir ailleurs.
Le yakuza tira la main d'Abel pour qu'il se colle à lui. C'était comme un petit jeu d'enfant en quelque sorte, chahuter et en même temps... en profiter pour lui voler un furtif baiser. Ils ressemblaient un peu à des adolescents. Petit sourire de satisfaction aux lèvres, l'Oyabun lâcha enfin Abel pour le laisser partir. Accoudé sur sa voiture, il regarda le blond s'éloigner.


"Oh et avec l'autre connard, ne t'attarde pas trop en discussion. Sois bref et ne montre aucune expression !"

Il connaissait le côté provocateur d'Akito, il ne fallait donc pas prendre de risque.s Plus ils parleraient, plus il y aurait des risques que des infos échappent de la bouche du blond, donc autant qu'il soit bref.
Une fois que le blond remonta dans sa voiture, Tatsuki fit de même. Il démarra environ 5 minutes après le départ de son amant. Il quitta enfin les sales quartiers mais pour une fois, le fait de voir ces rues ne lui donnait par le cafard. Il était même de très bonne humeur...
Il alluma une cigarette histoire de faire passer sa frustration. Il l'était toujours...

"Et merde ! Tu sais pas dans quel état tu m'as mis beau blond, tsk !"


Un état d'extrême excitation qu'il n'avait pas pu satisfaire. Mais il s'imaginait déjà partir en weekend avec lui... Enfin, il y aurait avant ce foutu entretien avec l'autre bâtard. C'était le point qui le tracassait le plus. Tatsuki ne pouvait pas s'en mêler pour le moment et c'était sans doute ce qui le tracassait le plus... voilà pourquoi il allait discrètement faire suivre le blond sans qu'il le sache. Il prendrait toutes les précautions en s'adressant à une personne inconnue à Abel mais également à Endô, au cas où. Abel connaissait uniquement la partie immergée de l'iceberg concernant le clan Sugiura et c'était mieux comme ça. Il connaissait une minorité des hommes travaillant pour le clan ce qui laissait une grande liberté à Tatsuki lorsqu'il voulait agir ainsi.
Il arriva enfin à sa résidence. Kano qui avait eu du mal à récupérer de la soirée de la ville, était déjà au lit. C'était une bonne idée d'ailleurs, le yakuza s'empressa d'ailleurs de faire de même.


_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   Lun 26 Avr - 21:36

"Excellente idée. En début d'année on pourra aller passer un weekend là-bas à l'abri des regards et pour nous retrouver un peu plus longtemps..."

Abel n’avait pas pensé à passer un week-end dans cet endroit mais plutôt un après-midi, comme la dernière fois. Mais l’idée de Tatsuki lui convenait aussi. Cela faisait longtemps qu’ils n’étaient pas partis en week-end quelque part. Le blond aurait préféré que cela soit à l’extérieur de la ville, comme lors de leur séjour aux sources Hebi mais à cause de son bracelet électronique, ce n’était pas possible. Tant pis, ils se rattraperaient sur cet établissement dont ils parlaient. Ce serait tout aussi bien, surtout que le cadre était agréable et à l’écart de l’agitation du centre ville. Mais qui disait calme disait relâchement. Tatsuki proposait-il ce week-end en tête à tête en ayant certains projets ? Il avait avoué quelques minutes plus tôt vouloir faire l’amour au jeune tueur. Ce week-end à l’abri des regards devait être dans ce but. Ils verraient bien où cela les mènerait. Abel pouvait encore retarder les choses…

Joueur, Tatsuki tira son ex vers lui pour pouvoir se coller à lui et lui voler un dernier baiser. Qu’il n’en profite pas trop. Ce n’était pas parce qu’Abel avait pratiquement arrêté son choix que le yakuza devait s’amuser à transgresser les règles établies. Mais pouvait-on encore dire qu’elles étaient en place après tout ce qu’avait fait le grand blond ? Sans doute pas. Il se laissa donc faire sans rien dire avant de reculer lorsque Tatsuki le relâcha. Il était maintenant temps de se quitter. Il se faisait tard et la température extérieure semblait encore baisser. Il ne valait donc mieux pas traîner dehors. Abel allait se dépêcher de rentrer chez lui, surtout que ce n’était pas loin de cette usine désinfectée. Tatsuki par contre aurait un peu plus de route. Les beaux quartiers de la ville étaient le plus éloignés possibles des bas fonds de la ville, pour éviter les mélanges.


"Oh et avec l'autre connard, ne t'attarde pas trop en discussion. Sois bref et ne montre aucune expression !"

« Arrête de t’inquiéter, tout se passera bien. »


Abel était confiant. La dernière entrevue qu’il avait eue avec Akito s’était plutôt bien passée. Pourquoi serait-ce différent là ? Il allait continuer à être sur ses gardes et éviterait de se retrouver isolé avec Endô et ses hommes. La dernière fois, le blond était bien sûr monté dans la voiture du « hentaï » mais s’était au préalable assuré qu’on ne le conduirait pas autre part. Il n’était pas bête au point de se jeter dans la gueule du loup et risquer sa vie. Akito serait bien capable de l’éliminer, par envie ou bien sous les ordres d’Hidekazu, si jamais Abel relâchait sa garde. Mais cela n’arriverait pas. Même si cela faisait déjà quelques temps qu’il n’exerçait plus son métier de tueur à gage, le blond en gardait de très bons réflexes et avait toujours les sens aiguisés. Tatsuki devait avoir confiance en lui.

Après avoir salué l’Oyabun, le jeune tueur retourna à sa voiture et y prit place. La première chose qu’il fit fut de mettre le chauffage en route. Il alluma ensuite ses feux puis quitta les lieux. Bien sûr, en passant devant la voiture de Tatsuki, il lui fit un signe de la main pour le saluer une dernière fois, avant de s’engager sur la voie de circulation. Il ne mit que quelques minutes à rentrer chez lui. Une fois dans son loft, il mangea vite fait quelque chose avant d’aller se mettre au lit. Il mit du temps à trouver le sommeil. Il ne pouvait s’empêcher de repenser au moment qu’il avait passé avec Tatsuki. Heureusement que les lieux n’avaient pas prêté à faire de l’exercice et qu’il y avait eu ce frein à main pour le stopper. Il regrettait un peu d’avoir agi ainsi. Tatsuki savait maintenant que les jeux étaient faits et qu’ils retourneraient bientôt ensemble. Abel aurait aimé le faire patienter encore un peu. Cela aurait été sa petite vengeance personnelle. Ce fut sur ces pensées qu’Abel finit par s’endormir, seul sous ses draps. Mais combien de temps durerait encore cette solitude ?..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
En souvenir du bon vieux temps... [PV Tatsu] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Parlons du bon vieux temps (PV)
» Comme au bon vieux temps [libre]
» Comme au bon vieux temps. || Patrick Sandman
» CANICHES d'élevage Tous âges URGENT à placer - VAR
» Un vieux tigre reste dangereux. (Terminé ne pas oublier de changer le nom en Barbe Rouge svp)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Les Endroits à risque :: Usines abandonnées-
Sauter vers: