Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Welcome Home! (Libre) [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Mar 11 Mai - 22:02

La jeune femme s'étendit sur le lit avec un soupir de soulagement. Le décalage horaire entre le Japon et Miami se faisait sentir, et ce n'était pas pour lui déplaire qu'elle s'allongea dès son retour à la villa. Le voyage avait été épuisant, mais elle s'était quand même ménagée. Elle caressa d'une main son ventre de plus en plus rond. Les saisons s'étaient égrenées rapidement, et ne voulant pas rester pour Noël au Japon, elle s'était envolée avec sa famille et quelques membres de sa garde rapprochée, dont Léon et Texas, pour le soleil américain. Sa grossesse se passait bien, mais elle voulait profiter de ses derniers moments de "liberté" avant la naissance de son enfant. Et puis, elle avait de la famille et quelques affaires à voir et à régler aux Etats-Unis. De toutes façons, il ne lui avait pas semblé logique de passer les fêtes avec Tatsuki, étant donné que cela aurait certainement peiné son ami Abel. De plus, elle ne désirait pas se mêler d'avantage de leurs histoires de coeur, et préférait prendre un peu de recul... Enfin, cela ne l'avait pas empêché de leur envoyer à chacun un petit cadeau pour Noël...

Cassandre ouvrit les yeux et observa son plafond. L'humidité et le froid l'avaient saisi à sa descente d'avion. Elle était, de ce fait, ravie de se retrouver dans sa maison chauffée et confortable. Ses frangins avaient beaucoup apprécié le voyage, et sa mère en avait profité pour revoir d'anciennes amies. De son coté, Cassy avait tenu un conseil avec ses sbires américains pour leur donner quelques consignes pour les prochains mois, mais le plus gros du travail avait été abattu par Gôro. Elle s'appuyait de plus en plus sur lui pour mener à bien la "maison" sans pour autant lui confier les rênes complétement.

Elle se redressa légèrement sur son lit, et jeta un rapide coup d'oeil à la pièce. Cela faisait presque un mois qu'elle n'était pas revenue chez elle, et pourtant, l'entretien régulier effectué par ses femmes de ménage lui donnait l'impression d'avoir quitté son domicile la veille.

La future maman se leva et s'approcha du miroir. Avec un sourire, elle tira sur ses cheveux qui avaient poussé à une allure folle sous le soleil de Floride. Il lui semblait même qu'ils s'étaient un peu éclaircis. Par contre, niveau bronzage, il n'y avait rien à faire. Elle désespérait de voir un jour sa peau laiteuse prendre quelques couleurs. Seules quelques légères rougeurs parsemaient ses joues, mais le reste de son corps était aussi blanc qu'au premier jour.
De cette contemplation ressortait bien évidemment la masse ronde qui avait pris la place de sa taille jadis si fine... Avec tendresse, elle caressa cet enfant qu'elle sentait cogner par moment à l'intérieur de son corps. Tatsuki serait bien surpris de la voir ainsi. Elle était partie avant même qu'il ait pu voir les premières rondeurs.

La jeune femme pris quelques vêtements dans son armoire, et s'en alla prendre une douche. Après avoir passé près d'une heure dans sa salle de bain, Cassandre en sortit, vêtue le plus simplement possible. Un jean et un pull noir à large col rond composé sa tenue. Ses cheveux qu'elle avait séché étaient maintenus distraitement par une pince-crabe. Ainsi "parée", elle se cala dans son lit et pris sur sa table de nuit un roman qu'elle avait commencé en Floride. Après tout, ne lui avait on pas dit de se ménager?

[HJ: En prime, un petit croquis rapide de la demoiselle enceinte:
Spoiler:
 
]

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Ven 14 Mai - 21:16

C’était fait.
Le cap était passé et Izumi avait réussi à sauver les meubles.
Enfin… ça c’était la version que l’infime part d’optimisme qui persistait en lui tentait vainement de lui faire admettre.
Car le jeune homme n’était pas dupe, et il y avait bien longtemps qu’il avait cessé de croire aveuglément à tout ce que cette partie de sa personnalité pouvait inventer de plus invraisemblable dans l’unique but de le rassurer.
L’intention était honorable, cependant le brun savait d’expérience que se voiler la face n’était jamais la solution idéale.

Il était donc forcé de le reconnaitre : ce premier anniversaire de la mort de Jun l’avait ébranlé.
Pas tellement sur le moment ; la journée avait été trop riche en évènements pour qu’il soit alors réellement affecté par l’ombre de ses souvenirs. Par contre le retour de flamme s’était ensuite avéré violent. Les jours qui avaient suivi il les avait passé à ruminer, le remord s’insinuant peu à peu dans ses sombres pensées.
Des conneries il en avait fait, mais cette fois-ci il avait battu des records…

A croire que trois-cent-soixante-quatre jours par an dont il pouvait disposer à sa guise pour s’envoyer en l’air avec autant de mecs qu’il le souhaitait ça n’était pas satisfaisant ; il lui avait fallu absolument ce trois-cent-soixante-cinquième jour. Ce jour précisément où il ne pouvait se permettre aucun faux pas.
Si on analysait les faits d’un point de vue logique, se torturer l’esprit pour une histoire de jour ne menait à rien, et, concrètement, Izumi n’avait pas à s’arrêter de vivre, aussi tragiques soient les évènements survenus un an auparavant. Le plus important n’était pas la date mais le souvenir qu’il gardait de Jun.
Seulement, le jeune homme n’était pas encore capable de prendre autant de recul par rapport à la situation.

Aujourd’hui, Kirishima, son patron –et accessoirement substitut de figure paternelle auto-proclamé-, lui avait encore demandé au moins trois fois ce qui n’allait pas, question qu’il avait alors éludé par des remarques désagréables.
En résumé, il était plus que temps pour le punk de se ressaisir.

Evidemment, comme si tout cela ne suffisait pas, le brun se créait en plus d’autre sources de tourment.
Depuis un moment déjà une idée lui revenait régulièrement à l’esprit.
L’envie on ne pouvait plus banale de voir une personne à qui il tenait beaucoup.
Cependant, il ne lui semblait pas judicieux de débarquer un beau matin devant la porte de sa princesse blonde après tout ce temps.
Question de fierté mal placée sans doute…
Il aurait aussi bien pu l’appeler… si toutefois il avait un jour eu la présence d’esprit de lui demander son numéro de téléphone…
A l’heure d’internet et des téléphones portables, les rendez-vous de cow-boy que l’on se fixait au coucher du soleil et auxquels on s’engageait sur l’honneur à être présent étaient pour le moins dépassés.

Lorsqu’à peine rentré du garage il se surprit pour la énième fois à tourner en rond dans les quelques mètres carré de sa mansarde, Izumi, ne supportant plus son propre comportement qu’il jugeait pitoyable, prit parti de faire taire ses excès de fierté inutiles.
Il avait besoin de se changer les idées.

Le jeune homme prit une douche et essaya de se rendre plus ou moins présentable.
Il enfila un jean bleu marine, un tee-shirt noir à manches longues par-dessus lequel il rajouta une chemise blanche à manches courtes, le tout assorti de sa vieille paire de rangers noires.
Sa veste en cuir sur les épaules il était prêt à partir.
Il fit la plus grande partie du chemin qui le séparait de la demeure de Cassandre à moto mais finit le trajet à pieds après avoir garé l’engin dans une ruelle tranquille.

Une fois face à la haute grille de la propriété, le brun eut une légère hésitation. Il pensa à repartir simplement comme il était venu.
Malheureusement pour ce dernier projet, mais heureusement pour Izumi en fin de compte, l’un des gardes du corps de sa princesse l’avait déjà repéré et était venu l’interroger d’un air un peu froid sur les raisons de sa présence.
Le jeune homme se retint d’énoncer les deux ou trois répliques cyniques que la question lui inspira.
Ça n’était pas le moment de tester le niveau de susceptibilité des gardes du corps…

Le brun se contenta donc de répondre qu’il était venu rendre visite à Cassandre.
Bien qu’étant la stricte vérité cette affirmation ne parut pas convaincre l’homme qui lui faisait face de l’autre côté de la grille qui demanda à l’un de ses collègues d’aller vérifier l’information auprès de la principale intéressée pendant qu’il garderait un œil sur ce punk douteux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Lun 17 Mai - 20:21

Cassandre sursauta légèrement quand elle entendit que l'on frappait à la porte. Absorbée par son roman, le monde l'entourant n'importait plus. Elle laissa retomber sa main, et coucha le livre ouvert sur le lit, de façon à ne pas perdre sa page. La jeune femme se leva et ouvrit doucement la porte. Texas lui faisait face. A son visage, elle pouvait voir qu'il était quelque peu contrarié. La future maman haussa un sourcil, surprise de le voir de mauvaise humeur. Elle l'interrogea alors:

"Que se passe-t-il Andrews? Un problème?"

Il passa une main nerveuse dans ses cheveux roux et grommela:

"Mouais, on pourrait dire ça... Enfin, je veux dire qu'il y a un invité pour toi..."

"Vraiment?!" s'exclama la jeune femme qui n'attendait pas de visite pour la journée. "Qui est-ce?"

Le garde du corps se racla la gorge et prononça distinctement: " Un punk que tu connais..."

Un immense sourire illumina le doux visage de porcelaine de Cassandre. Ainsi, elle comprenait mieux le comportement de Texas. Ce dernier n'avait pas vraiment apprécié la visite surprise d'Izumi, quelques mois plus tôt, à la résidence, ramenant à bord de sa moto sa patronne légèrement euphorique par l'alcool... Nul doute qu'il ne pouvait s'agir que d'Izumi. Cassandre en était certaine.

Elle sortit rapidement de sa chambre et trottina sans trop se forcer jusqu'à l'entrée principale. Les couloirs de sa maison étaient plutôt calmes à cette heure de la journée. La plupart des gens de maison étaient à la cuisine à préparer le diner, tandis que ses hommes de main faisaient des rondes dans les jardins et autour des hauts murs de la résidence. Arrivée dans l'entrée, elle enfila une paire de chaussures ouvertes, et s'échappa vers l'allée pleine de gravillons. Texas la suivait de près. Le froid la saisit un instant, et elle eut le réflexe de s'entourer de ses bras pour se réchauffer. Le temps était couvert, et l'on pouvait soupçonner qu'une nouvelle averse de neige était à prévoir.

Elle retrouva Izumi de l'autre coté de la grille, ayant pour seul compagnon le regard sévère d'un de ses gardes du corps. Elle demanda l'ouverture des grilles et invita son ami à entrer. Avec un petit rire cristallin, elle lança:

"Je suis désolée pour cet accueil aussi peu chaleureux... Mais nous avons quelques mesures de sécurité assez strictes ici..."


Depuis longtemps, Cassandre ne se posait plus la question de savoir si Izumi avait une idée des affaires dans lesquelles la jeune femme trempait. Elle lui faisait confiance, et bien qu'il ne lui ait jamais demandé, cela supposait qu'il le savait depuis un moment et qu'il l'avait "accepté". De son coté, elle n'avait pas non plus fait de recherches comme elle avait l'habitude de le faire. C'était, à peu de choses près, une amitié "normale" pour la demoiselle.

"Je suis vraiment très heureuse de te revoir Izumi! Je ne m'attendais pas à une aussi agréable visite aujourd'hui! Comment vas tu?" lui dit-elle alors qu'ils cheminaient ensemble vers la résidence, accompagnés d'une petite troupe...

Elle lança rapidement quelques directives à l'un de ses hommes et reprit le fil de la discussion avec Izumi, comme si de rien n'était... D'un pas sûr, elle l'emmenait vers la serre où elle avait demandé qu'on apporte une collation et tout un ensemble de boissons diverses. C'était l'endroit qu'elle préférait quand l'hiver battait son plein. Elle pouvait y voir les flocons s'écraser mollement sur toute la surface de verre, tout en étant à l'abri, au chaud, dans une sorte de paradis terrestre recrée.

Une fois qu'ils y furent arrivés, la bande des gardes se sépara, les laissant seuls dans le sanctuaire de la belle. Des plantes tropicales étaient disposées en toutes parts de la véranda, et en son centre se trouvait un mobilier en rotin, composé de cinq fauteuils et d'une table basse. Il était à peine quatre heures et demie mais la nuit semblait déjà tomber sur la ville... Elle invita son ami à prendre place et lui demanda:

"Alors, raconte-moi tout! Cela semble faire un siècle que nous ne nous sommes pas vus depuis le bal!"

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Ven 28 Mai - 0:01

Planté du mauvais côté du grillage, Izumi ne pouvait s’empêcher de fixer, avec un petit sourire en coin, le cerbère qui le surveillait.
Le jeune homme s’amusait de le voir à travers les barreaux gardant une posture stricte et un regard glacial.
Sans doute l’assurance du brun venait-elle du fait qu’il avait un certain recul par rapport à la situation que ne pouvaient en aucun cas se permettre le garde du corps. En effet, du point de vue du punk il était toujours assez comique de constater que l’homme de main de Cassandre se méfiait autant de lui alors qu’il était parfaitement inoffensif et n’était aucunement mêlé aux quelques affaires pas vraiment nettes que pouvait avoir la jeune femme.

Cette année l’hiver s’avérait particulièrement rude à Yuukoku.
Izumi avait tendance à négliger ce détail. Il ne s’en était pas rendu compte tant qu’il marchait en direction de la demeure de sa belle, cependant en cet instant précis, maintenant qu’il était immobile devant l’entrée, il sentait clairement la morsure du froid. Il se frotta les mains, espérant les réchauffer, mais cela n’arrangea pas grand-chose.
Deuxième idée qui lui vint pour remédier à la sensation de froid : allumer une cigarette.
De toute manière c’était un peu sa solution à tout. Pas franchement efficace. Mais ça n’était pas comme s’il s’était réellement attendu à ce que sa petite addiction puisse avoir des retombées positives sur quoi que ce soit.

Izumi aperçut finalement la silhouette de celle qu’il attendait.
Elle se pressait vers les grilles, l’air visiblement réjouit, ordonnant qu’on ouvre à son invité autoproclamé.
Il écrasa sa cigarette avant de passer le portail, puis adressa un petit clin d’œil au garde du corps.
Pas sûr que ce dernier ait apprécié…


« - Je suis désolée pour cet accueil aussi peu chaleureux... Mais nous avons quelques mesures de sécurité assez strictes ici... »


Tandis qu’elle s’excusait pour des broutilles, le brun ne put s’empêcher de détailler le profil de son interlocutrice.
Son ventre s’était encore arrondi depuis la dernière fois qu’il l’avait vu. Le fait qu’elle était enceinte était à présent quasi-impossible à manquer. Déjà la fois précédente cela paraissait assez flagrant.
Prenant conscience qu’il la fixait depuis de trop longues secondes, Izumi détourna les yeux, lançant une brève boutade en réponse aux excuses de Cassandre. Un vague trait d’esprit associant l’accueil peu chaleureux des gardes du corps au climat particulièrement froid de la saison.


« Je suis vraiment très heureuse de te revoir Izumi! Je ne m'attendais pas à une aussi agréable visite aujourd'hui! Comment vas-tu ? »


S’enquit la jolie blonde tout en le guidant vers un coin de la résidence qu’il ne se souvenait pas avoir visité précédemment.
Là encore la réponse demeura très vague.


« - Tranquille. Je fais aller. »


Le brun suivit les pas de Cassandre qui le mena jusqu’à une grande serre.
La végétation luxuriante qui y était installée contrastait fortement avec le paysage hivernal morne qu’offrait Yuukoku en cette période de l’année.
Izumi prit place sur le fauteuil en rotin que lui indiqua son amie. Il régnait dans le lieu une atmosphère agréable, et surtout les mains pratiquement congelées du mécanicien commençaient déjà à se réchauffer, ce qui représentait un confort non négligeable.
De plus, il ne savait pas vraiment où donner de la tête, ses yeux balayant l’intérieur de la serre, intrigué qu’il était par toutes les plantes exotiques qui s’y trouvaient.
Pour être parfaitement honnête il fallait toutefois admettre que la curiosité quant aux diverses plantes qui décoraient l’endroit n’était pas la seule raison qui faisait paraitre le jeune homme un peu distrait. Sans qu’il ne puisse clairement s’en expliquer la cause il y avait en lui une part d’appréhension.


« Alors, raconte-moi tout! Cela semble faire un siècle que nous ne nous sommes pas vus depuis le bal! »


Raconte moi tout ?
En fin de compte c’était peut-être bien ça qu’il craignait, d’en arriver aux confidences et de trop en dire. Mais… n’était-il pas là parce que quelque part il avait eu besoin de parler ? …
Question délicate qu’il préféra se réserver pour plus tard. Pour le moment il était simplement content de revoir sa princesse.


« - Un siècle… Une éternité… Pourtant j’saurais pas te dire si ce bal c’était y a trois ans ou hier. Mais bon… c’est bien connu, je déraille un peu… J’veux dire… maintenant je suis là… et j’aurais peut-être du prévenir que je passais d’ailleurs. »


Il adressa un sourire timide à la jolie blonde. Toujours aussi peu doué pour exprimer à haute voix ce qu’il ressentait, il s’était légèrement emmêlé les pinceaux. Le fait est qu’il ne regrettait pas d’avoir franchis le pas et de s’être enfin décidé à rendre visite à son amie, pourtant, depuis le début il n’était pas complètement à l’aise.


« - Chais pas trop par où commencer… il s’est passé pas mal de choses depuis le bal… de là à tout te raconter… je suis pas convaincu que tu veuilles connaitre en détail mes exploits de la nuit dernière ! »


Ricana Izumi, une expression malicieuse débarrassant son visage de l’air anxieux qu’il avait gardé jusque là.
Son goût pour les plaisanteries vaseuses refaisait naturellement surface. Plutôt bon signe en réalité. Peu à peu le jeune homme retrouvait toute son assurance. Cela faisait un long moment qu’il n’avait pas vu Cassandre ; sans doute l’espèce d’appréhension qu’il avait ressentit venait-elle de là. Une peur à peine consciente que les mois qui s’étaient écoulés aient affaiblit le lien qui existaient entre elle et lui, la crainte qu’en fin de compte en dehors du cadre de leurs escapades improbables ils n’aient pas grand-chose à se dire.
L’idée était totalement ridicule, Izumi s’en aperçut lorsqu’il tenta de la formuler pour lui-même dans un coin de son esprit.
Le temps n’altérerait pas la belle entente qu’il avait avec sa princesse.


« - Par contre, je crois que cette fois c’est raté pour les expéditions en moto et autres frasques du genre. »


Constata le gaillard, se risquant à poser prudemment une main sur le ventre de la future maman.
Lui qui avait un point de vue très tranché en ce qui concernait les enfants, ne savait pas comment se positionner par rapport à l’état de la jeune femme.
Il supposait qu’il devait se réjouir pour elle. C’était probablement ce que voulait l’usage. Pourtant il ne ressentait aucune joie particulière face à l’annonce de cet heureux évènement.
Non pas qu’il y voit un mal, ni qu’il y soit totalement indifférent.
Peut-être qu’il n’arrivait tout simplement pas encore à réaliser.


« - Je sais qu’on doit te les poser trente-sept fois par jour ces questions, mais faut croire que j’ai mes côtés barbants moi aussi de temps à autre. Donc, au risque de pas faire vraiment dans l’original… C’est prévu pour quand ? Et, à tout hasard, t’as peut-être pensé qu’il lui faudrait un prénom au môme ? »


Quoiqu’il en soit, ces interrogations lui étaient venues naturellement.
Il ne s’était pas senti obligé d’énoncer ces phrases par simple politesse ou pour se faire bien voir.
De toute manière, il n’était pas doué pour feindre de l’intérêt vis-à-vis de quelque chose qui le laissait froid. Il voulait simplement savoir. Tenter de comprendre ce que vivait Cassandre, ou du moins de s'en faire une idée.
C’est que face à elle notre punk aurait presque eu l’air d’une personne avenante et sociable.
Et il aurait presque oublié ce qui ne cessait de le tourmenter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Mer 2 Juin - 15:28

Cassandre était confortablement installée sous cette véranda chauffée. Son cœur se gonflait de bonheur en compagnie de son ami. Elle était absolument ravie de le retrouver après tout ce temps. La jeune femme s'accordait sur le fait qu'elle n'était pas une amie très présente. Plusieurs mois s'étaient écoulés entre leur dernière rencontre, et malgré quelques messages qu'elle lui avait envoyé sur son portable, Cassandre n'avait pas organisé d'autres retrouvailles. Il faut dire aussi que son emploi du temps avait été plus que chargé dernièrement. Elle n'avait même pas eu de temps à consacrer à Abel et Tatsuki.

« - Un siècle… Une éternité… Pourtant j’saurais pas te dire si ce bal c’était y a trois ans ou hier. Mais bon… c’est bien connu, je déraille un peu… J’veux dire… maintenant je suis là… et j’aurais peut-être du prévenir que je passais d’ailleurs. » lança le jeune homme avec un sourire timide. Quelques chose ne semblait pas aller chez Izumi. Elle le sentait beaucoup plus mélancolique et triste qu'à leur toute première rencontre. Cassandre ne lui avait jamais vraiment posé la question, mais Izumi paraissait brisé intérieurement, cachant sa détresse sous son ironie et son cynisme. Le punk reprit doucement:

« - Chais pas trop par où commencer… il s’est passé pas mal de choses depuis le bal… de là à tout te raconter… je suis pas convaincu que tu veuilles connaitre en détail mes exploits de la nuit dernière ! »


La jeune femme ne put réprimer un sourire. Ils étaient si différents tout les deux, et pourtant, un accord secret semblait s'être passé entre eux dès cette fameuse nuit. Cassandre ne cessait de fixer son ami d'un oeil bienveillant. Elle prenait conscience, sans trop savoir pourquoi, que jusqu'à maintenant, elle s'était vraiment montrée égoïste par rapport aux gens qu'elle fréquentait. Tout ne faisait que tourner autour de sa petite personne, et elle s'apercevait à présent qu'elle connaissait peu de choses de ses amis alors qu'ils savaient tout, ou presque, d'elle. Happée par ses propres pensées et par le calme qui régnait dans la véranda, elle sursauta légèrement quand Izumi reprit la parole:

« - Par contre, je crois que cette fois c’est raté pour les expéditions en moto et autres frasques du genre. »

Nouveau sourire. Il était certain que maintenant, tout allait être un peu plus compliqué qu'auparavant. De nouvelles responsabilités s'ajoutaient à celles qu'elle avait déjà, mais Cassandre les avait accepté. Elle voulait cet enfant, plus que tout au monde à présent. Izumi déposa alors timidement sa main sur le ventre de la jeune femme. Elle recouvrit la main de son ami de sa paume chaude, lui adressant un magnifique sourire.

« - Je sais qu’on doit te les poser trente-sept fois par jour ces questions, mais faut croire que j’ai mes côtés barbants moi aussi de temps à autre. Donc, au risque de pas faire vraiment dans l’original… C’est prévu pour quand ? Et, à tout hasard, t’as peut-être pensé qu’il lui faudrait un prénom au môme ? »

La jeune femme secoua négativement la tête, avant de reprendre en souriant:

« Ne t'inquiète pas. En réalité, personne ne me pose la question. C'est une grossesse assez... comment dirais-je, silencieuse? »

C'était vrai. L'américaine ne côtoyait pas de femmes de son âge, n'avait pas d'amies proches, et seule sa famille proche se réjouissait pour elle. Quand au reste de son clan, même si ce n'était plus un secret, peu d'entre eux avaient osé lui poser des questions à ce sujet. Oui, seuls les membres proches de sa famille et de son clan étaient au courant, connaissaient le nombre de mois restant avant l'accouchement, ainsi que le nom du père, et le prénom de l'enfant à venir. Pour le reste... rien.
Elle continua, joyeusement:

« Normalement, si tout se passe bien, d'ici trois mois, je serai maman... Enfin, je ne le réalise pas encore à vrai dire... Tout cela me paraît si... étrange. » Elle se tut un court instant, interpellée par quelques pensées avant de retrouver ses esprits: « Quant au prénom, c'est le père qui l'a choisi, avec mon accord. Kaname... C'est assez doux pour un garçon, mais je l'aime bien. »

Elle baissa le regard sur son ventre rebondi et sur la main d'Izumi qu'elle tenait entre ses paumes. Tout cela lui paraissait par moments complétement irréel. Suite à sa grossesse, elle avait dû ralentir. Le monde semblait maintenant tourner beaucoup plus lentement autour d'elle, et cela avait tendance à la déboussoler. De même que pour ses affaires, elle avait été obligée de lever le pied et de déléguer à ses conseillers, chose qu'elle n'avait pas l'habitude de faire. En fait, Cassandre se sentait dépassée par les événements. Elle avait l'impression d'être enfermée dans une bulle hermétique, condamnait à regarder passivement ce qui se déroulait autour d'elle. L'américaine avait horreur de cela...

La jeune femme posa les yeux sur le visage d'Izumi. Lui aussi semblait avoir changé. Il avait maigri et paraissait troublé. Elle lui demanda alors, franchement:

« Que t'arrive-t-il, Izumi? Tu parais... triste... »


Cassandre n'avait jamais été très douée pour comprendre les émotions des autres. Elle savait jouer avec les siennes, et interpréter les comportements, mais quand tout était réel, c'était beaucoup plus difficile pour elle.

«  Est-ce que je peux t'aider? De quelque manière que ce soit? »

L'Oyabun n'eut pas le temps de terminer, qu'une employée de maison fit irruption dans la véranda, apportant un plateau chargé de petits gâteaux, de tasses, de chocolat chaud, de café et de thé. Elle déposa le tout sur la table, et Cassandre la remercia. La suivant du regard, elle s'aperçut qu'il s'était arrêter de neiger. Le temps ne cessait de changer...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Jeu 3 Juin - 11:10

« Ne t'inquiète pas. En réalité, personne ne me pose la question. C'est une grossesse assez... comment dirais-je, silencieuse? »

Ces affirmations étonnèrent le jeune homme. Dans son esprit une femme enceinte avait nécessairement à faire face aux multitudes d’interrogations de ce genre, posées par les amis, la famille, les gens de passage faisant semblant de s’intéresser. Il s’était imaginé que Cassandre serait peut-être lassée de s’entendre répéter les mêmes refrains à longueur de journée, mais au final c’était plutôt le contraire.
En y réfléchissant plus de cinq seconde, en effet, ce qu’Izumi avait pris pour une bizarrerie s’avérait tout à fait logique.
La belle blonde évoluait dans un milieu austère ; les codes étaient différents et l’arrivée d’un enfant engendrait sans doute plus de problèmes qu’elle n’en résolvait. Rivalités, affaires de successions, des choses dans ce goût là supposait le mécanicien qui ne connaissait que très peu les lois du milieu.

« Normalement, si tout se passe bien, d'ici trois mois, je serai maman... Enfin, je ne le réalise pas encore à vrai dire... Tout cela me paraît si... étrange. »

Une pause. Puis la jeune femme reprit.

« Quant au prénom, c'est le père qui l'a choisi, avec mon accord. Kaname... C'est assez doux pour un garçon, mais je l'aime bien. »

Étrange… oui, c’était le mot.
Izumi avait lui aussi cette sensation ; impression de ne pas pouvoir intégrer la réalité de la situation. Bien sûr les enjeux n’étaient pas les mêmes pour lui que pour Cassandre.

« - Kaname ? Ouais, j’aime bien. »

Se contenta-t-il de répondre, un léger sourire aux lèvres, passant une main dans la chevelure blonde de son amie.

Donc la jeune femme attendait un petit garçon.
Le brun laissa s’égarer son esprit, se surprenant à essayer d’imaginer quelle allure cet enfant pourrait avoir, quels traits il emprunterait à sa mère. Et il ne le voyait pas autrement qu’ayant hérité du regard clair de la belle américaine.
D’ici quelques mois il pourrait peut-être vérifier par lui-même si les lois de la génétique lui avaient donné raison. Mais on en était pas encore là.

Sortant de ses rêveries, le brun retira doucement la main qu’il avait tenue posée sur le ventre de Cassandre. Cette main vint, sans qu’il y pense, tirailler l’anneau accroché au coin de sa lèvre.

« Que t'arrive-t-il, Izumi? Tu parais... triste... »

Le punk releva brusquement les yeux. Son amie le fixait, l’air interrogateur ; un peu préoccupée peut-être.

« Est-ce que je peux t'aider? De quelque manière que ce soit? »

Enchaina-t-elle sans qu’il n’ait eu le temps de réagir.

Triste ?
Ce n’est pas de cette façon qu’il aurait défini ses propres sentiments.
Lui-même n’y voyait pas très clair. Ce qu’il éprouvait lui paraissait infiniment confus. Un maelstrom de sensations qui s’entremêlaient, l’attirant dans les profondeurs du gouffre. Et pour chaque tentative qu’il faisait pour sortir la tête de l’eau il avait cette impression d’ensuite replonger plus bas encore, réduisant à néant ses efforts.
Colère, frustration, dégoût, mélancolie, poursuite éternelle d’un souvenir.

Izumi, qui avait eu une absence, ne remarqua que l’on avait apporté à leur table de quoi rassasier un régiment uniquement lorsqu’il entendit la porte de la serre se refermer derrière une personne qui était probablement l’un des employés de maison de Cassandre.
Ne voulant pas jouer les rabat-joie alors que sa princesse s’était donné la peine de bien le recevoir malgré son passage à l’improviste, le punk accepta une tasse de café.
Un silence.
Puis le brun déposa à côté de sa tasse de café le gâteau qu’il était en train de mordiller et reprit le fil de la discussion, le regard fuyant.

« - Merci princesse. Vraiment. Mais… contre le passé y a pas grand-chose à faire. On peut rien changer alors… »

Les tournures de phrase étaient maladroites, cependant c’était bel et bien sa reconnaissance qu’il tentait de témoigner à son amie.
Certes, elle n’était pas la première personne à s’inquiéter des états d’âme du jeune homme. Kirishima, son patron au garage, s’y était déjà essayé, sans succès.
La différence tenait au fait que, malgré toute la bonne volonté dont l’homme faisait preuve et toute la sympathie qu’avait pour lui le punk, il y avait des sujets dont ce dernier ne pouvait pas discuter avec lui.
Avec Cassandre il se sentait libre de parler.
Néanmoins, si elle n’avait pas abordé la question il n’en aurait sans doute pas pris l’initiative.

Izumi se rapprocha de l’américaine, lui lançant un regard à l’expression assez indéchiffrable, entre malaise et hésitation.
Il tira sur le col du tee-shirt qu’il portait sous sa chemise ouverte, découvrant le haut de cette longue cicatrice qui barrait son torse.
Même si elle ne s’était permis aucun commentaire à ce propos, Cassandre avait inévitablement dû remarquer cette balafre lors de leurs précédentes rencontres.

« - Accident de moto. D’après les médecins quasiment un miracle que je m’en sois sorti. »

Sur ces paroles abruptes il débuta son histoire.
Il se tut un instant avant de poursuivre, passant nerveusement une main sur sa nuque.


« - Jun… Mon… » - copain ? amant ? l’homme que j’aimais ? l’homme que j’aime ? Aucun de ces mots ne parvint à franchir ses lèvres, comme restés coincés en travers de sa gorge. Il poursuivit donc, laissant là les points de suspension. Ça faisait mal. -
« - C’est lui qui conduisait la moto. Quand l’ambulance est arrivé c’était déjà trop tard. »

Ses yeux se fixèrent sur sa tasse de café encore à moitié pleine.

« - Ça a fait un an la semaine dernière… Évidemment, me suis comporté comme le dernier des cons. »

Izumi ne savait pas encore si ces aveux soulageraient sa conscience, mais voilà, c’était dit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Ven 4 Juin - 10:14

« - Kaname ? Ouais, j’aime bien. »

La jeune femme eut un doux sourire. Elle appréciait d'avoir l'avis d'Izumi. C'était son seul ami, avec Abel. Il était donc important pour elle de savoir ce qu'il pensait.
L'homme semblait toujours nerveux, empli de sentiments contradictoires que Cassandre n'arrivait pas à saisir ou à comprendre. Izumi, malgré leur amitié, restait encore pour elle une énigme. Elle se sentait gênée de ne pas être plus proche de lui, pour interpréter instantanément les émotions de son ami.
Un silence s'installa entre eux. L'américaine en profita pour se préparer une tasse de thé. Elle versa, à la manière d'une geisha -vieille habitude qu'elle avait depuis son enfance- l'eau chaude dans une tasse de porcelaine. Les feuilles de thé brunirent, et commencèrent à flotter dans l'eau. Elle ajouta deux carrés de sucre, et mélangea le tout. Une pensée amusante lui traversa l'esprit: de nombreuses civilisations croyaient au pouvoir de la divination par la lecture des feuilles de thé. Si elle y avait accordé un peu de foi, elle aurait surement cherché à en savoir plus sur son avenir en interprétant les dessins formés au fond de sa tasse... Connaître son avenir... Voilà quelque chose qui l'effrayait. Pour le moment, elle ne cherchait qu'à vivre dans le présent.
Elle sortit de ses pensées quand Izumi reprit la parole:

« - Merci princesse. Vraiment. Mais… contre le passé y a pas grand-chose à faire. On peut rien changer alors… »

Cassandre n'était pas certaine de comprendre. Izumi restait vraiment énigmatique dans ses explications, mais ce qui était certain, c'est que le jeune homme semblait avoir un poids sur la conscience. L'Oyabun posa un regard clair sur le punk, espérant qu'il lui en dise un peu plus. Elle voulait vraiment faire quelques chose pour lui. Izumi avait été présent pour elle quand l'américaine avait eu des problèmes. Aujourd'hui, elle désirait lui renvoyer l'ascenseur.

Le jeune homme s'approcha d'elle. La future maman ne cessait d'observer son ami. Le regard de ce dernier était tout à fait étrange, impénétrable. Elle ne savait pas quoi dire, et préférait se taire. Izumi paraissait être sur le point de tout lui confesse. Mais confesser quoi?
D'une main, il détendit le col de son T-Shirt, présentant à la jeune femme un bout de cicatrice. Était-ce cette même cicatrice qu'elle avait pu voir le premier soir, alors qu'ils étaient en train de patauger dans la mare? C'était probablement le cas.
Cassandre se mordilla nerveusement la lèvre inférieure. Elle percevait toute la détresse d'Izumi, mais restait impuissante. Le brun reprit son récit:

« - Accident de moto. D’après les médecins quasiment un miracle que je m’en sois sorti. Jun… Mon… C’est lui qui conduisait la moto. Quand l’ambulance est arrivé c’était déjà trop tard. Ça a fait un an la semaine dernière… Évidemment, me suis comporté comme le dernier des cons. »

La jeune femme ferma les yeux, troublée par cette confession de son ami. Jamais elle n'aurait imaginé qu'Izumi ait dû subir une telle épreuve. Elle avait, de plus, la terrible impression d'être son unique confidente depuis bien longtemps. Son ami n'était pas du genre à s'épancher sur son histoire personnelle, mais là, il venait de lui révéler un morceau énorme de son passé, une douleur qu'il portait depuis près d'un an maintenant.
Cassandre ressentait, par empathie, toute la peine qu'il avait. A présent, elle comprenait parfaitement son ami. Une clé importante lui avait été donnée par Izumi, et de ce fait, un accès direct à son âme. Toute cette mélancolie, cette amertume, ce cynisme... Tout devait avoir pris corps ce fameux jour.
Et puis, il y avait cette perte. Jun... Elle ne savait pas qui il était clairement, mais elle se doutait qu'il était toujours aussi considérable dans le cœur et l'esprit de son ami.

Le brun la fuyait du regard, observant la tasse de café qu'il s'était servi. Cassandre sentait qu'elle devait intervenir, mais les mots qui lui venaient en tête ne lui paraissaient pas assez forts, pas assez concluants...
Elle se leva de son siège, et s'approcha du jeune homme. Avec une douceur extrême, elle enlaça son ami, et caressa les cheveux bruns et ébouriffés d'Izumi. Il lui avait semblait que c'était la chose la plus appropriée à faire. Instinctivement, elle avait eu le sentiment qu'elle devait le faire.

Un silence se passa, avant que la jeune femme ne prenne la parole, d'une voix calme et apaisante:

« Izumi... Je n'ai pas les mots pour te consoler. Je comprends ton désarroi et la douleur de ta perte, mais je ne sais pas te rassurer, car je n'ai jamais vécu cela. Tout ce que je peux faire, c'est être là pour toi, t'écouter, te conseiller... »

Cassandre s'accroupit face au jeune homme, et lui adressa un sourire triste. Elle passa une dernière fois une main dans les cheveux du brun, et continua, avec la même prévenance:

« L'anniversaire a eu lieu la semaine dernière, n'est-ce-pas? Comment l'as tu passé, si ce n'est pas trop indiscret... »

La jeune femme ne connaissait pas toute l'histoire. Elle n'était pas en mesure de comprendre la dernière phrase de son ami. En quoi c'était-il rendu coupable? A ce qu'elle avait compris, il n'était pas responsable de l'accident. C'était donc sa manière d'avoir passé ce premier anniversaire qui lui posait problème. Mais en même temps, peut-on reprocher à l'être qui a survécu de reprendre le cours « normal » de sa vie, après une telle épreuve?
Cassandre voulait en savoir plus...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Jeu 10 Juin - 0:48

Pour la première fois en un an Izumi avait réussi à parler à quelqu’un de l’accident qui avait coûté la vie à Jun. Jusque là il avait tout gardé pour lui. De toute manière, à qui aurait-il pu se confier si ce n’était à Cassandre ?
Dai ? Certainement pas ! Même s’il était toujours plein de bonne volonté et que le jeune mécanicien savait qu’il pouvait compter sur lui, cet abruti n’était pas vraiment la personne à qui parler dans ce genre de situations.
De la même façon, Izumi ne s’imaginait tenir une conversation aussi sérieuse avec aucun des membres de la bande de potes avec qui il avait l’habitude de trainer.
S’épancher auprès de Kirishima lui était tout aussi peu envisageable. Par fierté cette fois-ci.

Là le jeune homme attendait ce sentiment rédempteur d’apaisement censé déferler après les grandes confessions. Cependant rien de tel ne venait. C’eût été trop simple…
A la place il éprouvait une étrange impression de vide et de confusion.

La jeune femme se leva, et, chose à laquelle Izumi ne s’attendait pas, vint l’enlacer dans une tendre étreinte. Le brun eut en premier lieu un léger mouvement de recul. Il se crispa.
En réalité il ne savait pas comment réagir face à une telle marque d’affection de la part de son amie. Parfois les mots sont vains, elle l’avait parfaitement compris. Aussi lui fut-il reconnaissant de n’avoir pas prononcé les éternelles formules toutes prêtes qui existaient pour ce genre de circonstances.
Tandis qu’elle glissait doucement une main dans ses cheveux, il enroula tendrement ses bras autour de Cassandre et posa sa tête sur son épaule. Le brun resserra son étreinte, s’agrippant à la jolie blonde.
Il eut du mal à se résoudre à défaire cette étreinte.


« Izumi... Je n'ai pas les mots pour te consoler. Je comprends ton désarroi et la douleur de ta perte, mais je ne sais pas te rassurer, car je n'ai jamais vécu cela. Tout ce que je peux faire, c'est être là pour toi, t'écouter, te conseiller... »


Il ne voulait pas qu’on tente de le consoler.
Toutes les belles paroles du monde ne lui rendraient pas Jun, il ne cherchait donc pas à s’entendre dire des phrases réconfortantes.
Ce qui lui avait manqué jusqu’à présent c’était simplement quelqu’un à qui confier ses doutes.


« L'anniversaire a eu lieu la semaine dernière, n'est-ce-pas? Comment l'as tu passé, si ce n'est pas trop indiscret... »


L’américaine prenait son rôle de confidente au sérieux et était visiblement décidée à aller au bout de sa démarche.
Arrivé à ce stade, Izumi aurait eu envie de reculer. Mais il en avait déjà trop dit. Il s’embarqua donc dans le récit de cette fameuse soirée, tâchant de résumer au mieux.


« - Des potes, de l’alcool… Dit comme ça, ça ressemble à une fête d’anniversaire assez banale. Sur le moment ça me paraissait pas si mal, ça m’a permis de penser à autre chose, de pas passer la journée à tourner en rond chez moi. Évidemment y a eu des passages assez foireux. Mais j’ai fini la nuit… en bonne compagnie je dirais… »


Il s’en tenait à l’essentiel, incluant dans son résumé uniquement les points lui semblant importants, le tout sur un ton plutôt calme comparé à ses précédentes répliques.


« - C’tait pas prémédité… j’avais d’ailleurs pas grand-chose de prévu pour cette soirée. L’occasion s’est présentée. Ça s’est fait comme ça. Un parfait inconnu. Et, je te passe les détails, mais j’ai pris mon pied… »


La rencontre avec ce bel inconnu avait permis au jeune mécanicien de faire abstraction pour un temps de ses problèmes. Au moment de passer à l’acte Izumi n’avait d’ailleurs éprouvé aucune honte. Certes, il y avait bien eu cette petite voix intérieure qui lui avait soufflé que tôt où tard il finirait par regretter, mais il ne l’avait pas écoutée, songeant uniquement à l’instant présent. Tôt ou tard… ça laissait de la marge avait-il pensé.
Plongé dans le feu de l’action il n’avait plus hésité.
Et au final, après coup, ce qu’il regrettait ça n’était pas tant d’avoir succombé à la tentation et d’avoir pris du plaisir entre les bras de cet homme, mais plutôt que cela ce soit produit en de telles circonstances.
Ça n’était pas facile à expliquer.
Il aurait aimé pouvoir contrôler les évènements à sa guise. Faire que cette rencontre arrive plus tard, après qu’il eut franchis l’épreuve de ce premier anniversaire.

Mais… n’était-ce pas un état d’esprit encore plus méprisable ?
D’un autre côté… se torturer pour une histoire de jour n’était-il pas complètement idiot ?
Des inquiétudes très paradoxales.

Le brun n’avait pas de réponse à toutes ces interrogations qui l’assaillaient.


« - Pas foutu de me dire que c’était pas le moment de se laisser aller. J’ai juste fait comme d’habitude. J’ai même pas été capable d’un peu de respect pour … » -cette fois-ci il ne parvint même pas à prononcer le prénom - « … Impressionnant comme dès qu’il est question d’une partie de jambes en l’air je peux occulter tout le reste. »


Il n’arrivait pas à dire à quel point il se sentait minable, les mots ne semblaient pas assez forts pour exprimer ce dégoût.
Sa dernière phrase il l’avait énoncée avec un cynisme qui frôlait l’indécence. Un point de vue amer qui ne reflétait pas la réalité des choses. Les sentiments d’Izumi étaient bien plus nuancés que ce qu’il décrivait là. Cependant, n’ayant pas le recul nécessaire pour analyser cela froidement, il se figurait que prendre en compte ces infimes nuances n’était que vaines tentatives visant à se déculpabiliser.

Il plongea son regard noir droit dans les yeux clairs de Cassandre. Un regard qui n'avait quasiment plus rien de commun avec la mine désorientée qu'il arborait plus tôt. Comme si le fait de mettre des mots sur ses émotions, même s'ils n'étaient qu'approximatifs, lui avait redonné un peu de son assurance.

« - Voilà Princesse. Mais surtout t'imagines pas que ce que je cherche c'est que tu t'apitoies sur ma triste histoire en me racontant que c'est pas ma faute. Moi pour l'instant je suis pas prêt à me pardonner, et j'ai pas besoin non plus que tu le fasses pour moi. »

Manière atypique de signifier à son amie qu'il appréciait qu'elle soit là pour lui, à l'écoute de ses états d'âme.

Le jeune homme avait laissé s'égarer sa main sur les contours du visage de la belle américaine. Tendrement il vint entortiller au bout de ses doigts une mèche blonde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Ven 13 Aoû - 15:35

Le jeune homme lui raconta brièvement quelques passages de sa soirée anniversaire. Visiblement, il s'était laissé aller, et c'est la gorge serrée par moments qu'il en parlait à la jolie blonde. Elle ne préférait rien dire, comprenant parfaitement la culpabilité qui envahissait son ami. Cassandre ne le jugeait pas - elle n'avait à ce titre aucun droit pour le faire.
Izumi laissa glisser ses doigts sur la peau lisse de la demoiselle avant de s'égarer dans ses cheveux blonds. Elle lui adressa un sourire discret avant de se relever doucement pour reprendre sa place dans le fauteuil qu'elle venait de quitter.

Ses genoux craquèrent légèrement et une petite douleur se fit sentir dans le bas de son dos. Depuis quelques temps, elle avait sans cesse l'impression d'être ankylosée ou engourdie après le moindre effort.

Assisse de nouveau confortablement dans le siège en rotin, isolée de la neige et du froid extérieur, elle but une gorgée de son thé avant de reposer gracieusement sa tasse dans sa coupelle. Le silence se faisait maintenant depuis quelques minutes sans qu'elle cherche à le briser. A vrai dire, elle ne savait pas quoi répondre à Izumi. Elle comprenait ce qu'il pouvait ressentir, ainsi que la culpabilité qui l'habitait après cette soirée de deuil si... joyeuse. Mais après tout, qu'aurait du t-il faire? Brûler un cierge et pleurer toute la nuit?
La mère de Cassandre avait commencé à dépérir après le décès de Genius. Elle avait cessé de s'alimenter, de s'occuper d'elle, de vivre en quelque sorte. L'américaine se souvenait encore des cérémonies commémoratives qu'elle organisait, de la douleur encore présente, de l'âme en peine qui ne voulait pas laisser partir celle de son père. Et puis, tout s'était arrêté du jour au lendemain: les photos à profusion avaient quitté les étagères, les bougies étaient retournées dans leurs placards, les grandes cérémonies familiales de deuil oubliées.

Elle secoua doucement la tête, chassant ce genre de mauvais souvenirs de son esprit. Les morts sont morts: rien ne peut les faire revenir. Néanmoins, c'est toujours pour ceux qui restent qui souffrent le plus. Et Izumi faisait parti de cette catégorie. Il avait beau être hors norme, extravagant et indépendant, il n'en restait pas moins une âme en peine, sévèrement blessé par un passé toujours présent.

La jeune femme ouvrit sa bouche vermillon et lâcha:

"Tu es le seul à pouvoir te pardonner. Je ne suis ici que ta confidente, ton amie, et non pas ta conscience. Sache simplement que la route de ton deuil est encore longue et douloureuse, mais que personne ne t'interdit de vivre..."


Elle baissa les yeux sur son ventre rebondie et eut un petit sourire narquois.

"Mon père n'aurait jamais approuvé tout ça. Je ne suis qu'une fille indigne qui ne cherche que paresseusement à faire fructifier le domaine paternel, qui ne rêve que d'accomplir sa propre destinée, qui ne veut que son seul bonheur... Néanmoins, je n'en ai rien à faire: il est mort, et il peut bien me maudire de l'au delà, je ne suis pas superstitieuse."

Cassandre ne savait pas comment répondre aux interrogations de son ami. Elle pensait simplement qu'en lui contant une partie de son histoire, cela lui parlerait autant.

Elle goûta un petit gâteau que sa domestique lui avait apporté avant de le reposer. Elle n'avait pas vraiment faim...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Mer 8 Sep - 20:21

Cassandre demeura un moment là sans prononcer un mot, songeant probablement aux dernières paroles d’Izumi. Cherchant sans doute quelle réponse lui donner. Ou pas. La belle américaine n’était pas de ce genre de personnes qui parlent à tort et à travers persuadées qu’il est absolument nécessaire de meubler le moindre silence.
Le jeune homme s’abîma une fois de plus dans les méandres de ses pensées. Mais à trop réfléchir il ne savait plus lui-même où il en était. Sentiments contradictoires, états d’âme divergents, introspection alambiquée qui se débattait tant bien que mal avec les remords.

« - Tu es le seul à pouvoir te pardonner. Je ne suis ici que ta confidente, ton amie, et non pas ta conscience. Sache simplement que la route de ton deuil est encore longue et douloureuse, mais que personne ne t'interdit de vivre... »

En écoutant ces mots que lui adressait la jeune femme, Izumi prit conscience de l’aspect en réalité plutôt maladroit de ses dernières déclarations. De toute manière, maladroit, le brun l’avait toujours été à partir du moment où il s’agissait d’exprimer sans détour ses sentiments. Paradoxal de la part de quelqu’un qui pour tout autre sujet n’a pas sa langue dans sa poche et oublie volontiers d’user de détours. Il est bien plus facile de conserver toute son assurance lorsque le sujet ne nous touche pas de trop près.
En l’état actuel des choses, une confidente et amie, qu’il trouvait en la personne de Cassandre, était plus précieuse pour Izumi que sa conscience. Cette voix intérieure toujours si sûre d’elle et qui pourtant dans les instants les plus critiques lui soufflait tour à tour une idée puis son contraire.

« - Mon père n'aurait jamais approuvé tout ça. Je ne suis qu'une fille indigne qui ne cherche que paresseusement à faire fructifier le domaine paternel, qui ne rêve que d'accomplir sa propre destinée, qui ne veut que son seul bonheur... Néanmoins, je n'en ai rien à faire: il est mort, et il peut bien me maudire de l'au delà, je ne suis pas superstitieuse. »

Situation embarrassante. Aveux auxquels le brun ne savait que rétorquer.
Malgré cela il entrevoyait sans mal le parallèle que son amie suggérait par ce récit. Les contextes différaient, les protagonistes aussi, leurs motivations sans doute, cependant en certains points, l’histoire de Cassandre était similaire à celle d’Izumi.
Lorsqu’on devient proches on peut se le permettre ; ces exemples que l’on tire de notre propre expérience et qui sont de ce fait plus éloquents que de simples faits hypothétiques étalés au hasard.

Qu’y avait-il donc de si mal à rechercher un peu le bonheur ?
Cette question qui était celle à se poser apparaissait plus clairement au jeune homme dans l’analyse d’un cas auquel il n’était pas mêlé.

« - Ok, message reçu. »
Rétorqua-t-il, un sourire au coin des lèvres.

Il en tiendrait compte.
Non pas que soudain cette conversation ait balayé d’un seul trait les démons que le brun trainait depuis une longue année , les gens ne changent pas ainsi du jour au lendemain ; cependant cela aiderait incontestablement. Plus qu’à espérer que le temps veuille bien se charger du reste.

Sans préavis le punk se leva du fauteuil où il était confortablement installé, une moitié de gâteau dans une main.
Izumi ne tenait jamais en place très longtemps.
Faisant définitivement un sort à son gâteau, il se rapprocha de la paroi de verre qui établissait les limites de la serre jusqu’à poser une main dessus, puis l’autre. Des allures de mime, mais la vitre était bien réelle et laissait sur les mains une légère sensation de froid. Le brun sentit d’ailleurs un frisson parcourir brusquement sa colonne vertébrale.
Observant la neige qui recouvrait le paysage de l’autre côté, le jeune homme s’accroupit, son souffle chaud formant un peu de buée sur la vitre située à peine à quelques centimètres de ses lèvres.

« - Tu sais, je réfléchissais… »

Lança alors Izumi, occupé qu’il était à tracer d’un doigt des dessins d’une qualité discutable sur la buée.
Sa phrase demeura ainsi en suspend, le ton employé laissant penser à un questionnement sérieux.

De nouveau il plaqua ses mains contre la paroi vitrée de la serre. Après un moment passé là il se releva et vint rejoindre Cassandre. Se tenant derrière le fauteuil, il glissa dans le cou de la belle américaine ses mains rafraîchies par le contact de la vitre.

« - Un moyen de t’embêter, c’est ça que je cherchais. … Réussi ? A moins que ça ne manque un peu d’inventivité ? Si tu me laisses deux secondes je dois pouvoir trouver quelque chose d’un peu plus insoutenable. »

Un éclat de rire.
Revenir à des inflexions plus légères était appréciable.
Izumi ne s'était pas présenté à sa porte dans le but de miner le moral de Cassandre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Mer 29 Sep - 12:22

[Je suis sincèrement désolée du retard!]

Cassandre n'était pas certaine d'avoir su trouver les mots justes. Elle ne se sentait pas d'une grande utilité en tant qu'amie et doutait souvent d'elle à ce propos. Jamais elle n'avait eu ce rôle à jouer. En ce cas-là, elle avait juste choisi de parler avec son coeur, de lui évoquer sa propre expérience pour mieux éclairer son exemple.
Un silence méditatif se fit entre les deux amis, Izumi perdu dans ses réflexions. Au bout d'un moment, il lâcha simplement avec un petit sourire:

« - Ok, message reçu. »

Le jeune homme se leva. L'américaine le suivit un instant du regard, l'observant s'éloigner, une part de gâteau à la main. Izumi flâna du côté de la baie vitrée, contemplant sans doute la neige en train de s'amonceler autour de leur abri de verre. Cassandre détourna les yeux en silence, et caressa avec douceur son ventre arrondi. Elle appréciait cet état de quiétude, de paix qui se déversait lentement dans la serre. Une douceur l'enveloppait à mesure que la neige s'étalait autour d'eux.

« - Tu sais, je réfléchissais… »

La voix de son ami sortit la jeune femme de sa torpeur. Elle tourna le visage en sa direction, attendant la suite de sa phrase. Le mécanicien était occupé à dessiner des formes diverses et variées sur les fenêtres de la serre, se servant de son souffle comme médium artistique. L'Oyabun fronça légèrement les sourcils. Que voulait lui dire Izumi?
Ce dernier apposa ses mains sur les vitres froides et revint vers la jeune femme, se plaçant derrière elle. Un frisson fit trembler la jolie blonde. Le punk s'était amusé à poser ses doigts glacés dans le cou de la future maman. Un rire cristallin s'échappa de ses lèvres peintes.

« - Un moyen de t’embêter, c’est ça que je cherchais. … Réussi ? A moins que ça ne manque un peu d’inventivité ? Si tu me laisses deux secondes je dois pouvoir trouver quelque chose d’un peu plus insoutenable. »

La jeune femme lui prit les mains, et l'invita à s'asseoir auprès d'elle. Elle garda les doigts froids d'Izumi dans ses paumes chaudes, et lui dit avec un doux sourire:

"J'aime t'entendre rire, Izumi..."

L'américaine se tut, et ferma les yeux un instant avant de reprendre:

"Mmh, j'ai du mal à m'habituer à l'idée que je devrai plus sage après ma grossesse. J'aimerai avoir des soirées sans fin comme celles que nous avons eu ensemble..."

Elle posa alors son regard azuré sur le brun et lui demanda alors:

"Veux tu rester pour dîner ce soir? Ou as tu autre chose de prévu?"

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   Mer 17 Nov - 21:19

[Dans la série 5000 ans après... là je crois que niveau retard je t'ai battu ><" Désolé d'avoir mis autant de temps alors que je devais juste faire un petit post pour terminer à peu près le sujet. En ce moment je crois que pour réussir à faire correctement tout ce que j'ai à faire me faudrait quelque chose comme 37 heures par jour... enfin bref... ]




« - J'aime t'entendre rire, Izumi... »

La réciproque valait également.
L’esquisse d’un sourire naissant sur les lèvres de la belle américaine ; il n’en fallait pas plus au jeune homme pour que s’éveille en lui une pointe d’optimisme.
Ainsi il pouvait se dire que malgré tout il avait encore des choses auxquelles se raccrocher. Des bribes, morceaux d’existence, des instants pris sur le vif, des détails pouvant paraitre totalement insignifiants mais qui lui permettaient d’avancer.
Rassembler les pièces du puzzle, en remplacer certaines, et essayer de reconstruire ce qui en lui s’était brisé.

« Mmh, j'ai du mal à m'habituer à l'idée que je devrai être plus sage après ma grossesse. J'aimerai avoir des soirées sans fin comme celles que nous avons eu ensemble... »

Là, le brun aurait pu être tenté d’employer des paroles rassurantes, garantir à sa princesse qu’il accourrait pour la soustraire à ses obligations de mère. Mais c’eût été idiot en plus d’être complètement irréaliste. Izumi n’avait pas pour habitude de lancer des promesses qu’il savait impossibles à tenir.
Par contre, s’il ne pouvait plus offrir à la jeune femme d’interminables nuits d’ivresse embrumées de fumée de cigarettes, il était en mesure de lui garantir qu’il trouverait des alternatives. Il existe après tout une infinité de manière de s’amuser. Parmi ce vaste panel, les deux acolytes réussiraient certainement à s’entendre sur quelques idées.
L’arrivée prochaine de l’enfant de Cassandre changeait la donne, c’était un fait, alors autant essayer de s’adapter au mieux à la nouvelle situation.

« - Veux tu rester pour dîner ce soir? Ou as tu autre chose de prévu? »

« - Non, rien de prévu. Ceci dit je vais pas rester. »

Répondit doucement le jeune homme sans toutefois s’être accordé le temps de la réflexion.

Rien de plus que le paradoxe inaltérable de ce type qui soudain vient vous trouver, éprouvant le besoin de votre présence, mais qui l’instant d’après ne rêve plus que de solitude.
Lunatique? Peut-être bien, si c’est ainsi que vous l’interprétez.
Izumi ne voyait quant à lui pas nécessité d’y trouver une appellation. Il ressentait les choses de cette manière, point à la ligne, débat clos, pas la peine de s’étendre dans une vaine recherche de termes.

Pour l’instant il lui fallait simplement un moment en tête à tête avec lui-même, ne serait-ce que pour mettre en ordre dans son esprit toutes ces perspectives nouvelles qui étaient ressorties de sa discussion avec Cassandre.
La façon de faire pouvait sembler quelque peu cavalière ; débarquer à l’improviste pour ensuite refuser une invitation lorsqu’elle était présentée.
La belle américaine commençait toutefois à bien connaitre notre énergumène et donc à savoir qu’il ne fallait pas se formaliser de ce genre de réactions.

Déjà il s’était levé de son fauteuil.
Il se rapprocha de Cassandre et l’enlaça tendrement.
Avec elle il avait tendance à oublier qu’il n’était d’ordinaire pas d’une nature très démonstrative.

« - C'est ici que je tire ma révérence. Pour cette fois. A bientôt Princesse. »

Murmura-t-il à l'oreille de la jeune femme.
Phrases légères qui avaient pourtant tout leur sens et qu'il vint ensuite ponctuer d'un baiser sur la joue de la jolie blonde.

Sur ce il défit peu à peu son étreinte, et fit quelques pas vers la sortie de la serre.
Avant de partir le punk ne manqua pas de réserver à Cassandre un large sourire.

Une nouvelle fois il passa devant les hommes de main postés un peu partout dans la demeure de son amie.
En franchissant le haut portail de la propriété Izumi adressa un petit signe de la main à son "pote" le garde du corps qui l’avait accueilli à son arrivée, puis il traça son chemin.

Le brun avait garé sa moto à quelques rues de là. Pas bien loin mais largement le temps de se griller une clope.
Soudain un coup de vent, le jeune homme ressentit la morsure du froid hivernal. Il remonta la fermeture éclair de sa veste, et se retourna pour observer durant une poignée de secondes les traces de ses pas dans la neige.

Bientôt il parvint à destination.
Cigarette au coin des lèvres, il s’apprêtait à enfourcher sa moto mais interrompit soudain son mouvement.
Il étudia quelques instants la clope à présent calée entre ses doigts. Il observa la fumée qui s’élevait en fines volutes dans l’air du soir. D’un geste sec il cassa la cigarette en deux et en jeta les morceau sur le sol blanc.
Puis le jeune homme entreprit de fouiller une à une ses poches. Le butin ainsi récolté : deux paquets de clopes dont un même pas entamé. Les deux finirent leur course dans la poubelle la plus proche.

Il y avait plusieurs fois songé sans jamais mettre l’idée en application, et au final, Izumi qui décidait d’arrêter de fumer cela donnait des méthodes quelque peu radicales…
Restait à savoir s’il réussirait à s’y tenir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Welcome Home! (Libre) [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome Home! (Libre) [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Pagaille et petite bagarre [RP libre - TERMINE]
» Ouverture du Club de Duels / LIBRE/ TERMINE
» "Comme des ronds dans l'eau" {RP Libre} -TERMINE-
» Obama en chute libre ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Les Quartiers Résidentiels :: Les Maisons :: Villa de Cassandre McKeller-
Sauter vers: