Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Ven 14 Mai - 23:19


Le grand jour était arrivé. Tatsuki et Abel allaient passer un weekend ensemble. Chaque jour, ils faisaient un pas vers la réconciliation, c'était du moins ce que le yakuza espérait. Il fallait la jouer version "thérapie de couple" en avançant tout doucement et en favorisant un maximum la communication. Quelle merde ! Bon, ok il devait faire un énorme boulot sur lui-même et il devait se plier totalement aux désirs de son ex et éviter de la ramener comme à son habitude, mais il espérait au fond de lui que ces deux jours en tête à tête leur permettraient de progresser un peu plus. La dernière fois, dans cette voiture, ce fut un baiser et peut-être que cette fois-ci, seuls dans une chambre, ce serait plus... Il serait hypocrite de dire que l'Oyabun n'y avait pas pensé. Il espérait continuer son "opération séduction" en douceur dans l'espoir de reconquérir enfin son homme, mais il espérait aussi que les choses se décanteraient un peu entre eux. Galérer des mois... c'était au-delà de ses forces. S'il avait fait des efforts tels que se remettre en question, prendre sur lui et admettre son erreur, son impatience, elle, demeurait toujours. Il ne pouvait pas totalement changer après tout.
Comme il avait promis à Abel, il réserva une chambre dans la petite résidence traditionnelle dans laquelle ils s'étaient déjà rendus. L'endroit paisible au milieu des champs faisait aussi auberge. L'avantage était qu'ils étaient à l'écart de la grande ville sans vraiment quitter la ville. Le bracelet merdique qui retenait Abel prisonnier de Yuukoku était vraiment un handicap. Pour s'en tenir à la discrétion, les deux hommes se rejoignirent directement à la grande résidence qui se trouvait à la limite de Yuukoku et de Atsugi. Tatsuki avait envoyé un mail à Abel pour lui rappeler le plan de route.
Après une semaine bien remplie, ce weekend était une bénédiction. Quelque part, la patience pouvait être une bonne chose... Tasuki n'avait jamais été aussi impatient et content de voir Abel. Quand on devait se plier à des règles strictes, on appréciait beaucoup mieux les choses à leur juste valeur. Même si le yakuza ne le reconnaissait pas, cette épreuve était une bonne expérience pour lui. Son expérience et sa rencontre avec Abel l'avait vraiment fait changer... en bien.
Tatsuki arriva vers 17 heures à la grande résidence. Ils s'étaient donnés RDV vers 17h30, mai le yakuza avait eu le pied un peu trop lourd sur la pédale... l'impatience et l'euphorie sans doute. Il fut accueillit par une jeune femme en kimono qui le conduisit directement vers un petit bungalow en bois, sans étage. Pas de cérémonie du thé pour aujourd'hui, par pitié... la dernière fois, il avait failli s'endormir, même s'il avait joué au passionné devant Abel. Leur petit baraquement était situé au bout des jardins et non loin d'une minuscule rivière. Celle-ci était sans doute factice, mais le magnifique son d'écoulement d'eau qu'elle produisait était vraiment agréable à entendre, voire romantique...
Le yakuza pénétra dans le petit pavillon isolé. Il y avait plusieurs tatamis à l'intérieur et évidemment un grand futon dans la chambre. Tatsuki savait à quel point Abel aimait ce petit côté traditionnel. Quand on voulait séduire quelqu'un, il fallait mettre le paquet pour rendre l'ambiance la plus romantique possible et même un type fier et à la tête dur comme Tatsuki l'avait compris. C'est fou à quel point on pouvait changer par amour quitte à se comporter de façon détestable parfois.

"Merci..."

La jeune femme qui l'escortait, avait préalablement préparé le petit pavillon. Il y avait du thé et quelques mochi sur l'une des tables basses qui se trouvait près de la cheminée. Une douce odeur d'encens flottait également dans toute la petite maison. Deux kimonos étaient également pliés : l'un noir et l'autre blanc. Le yakuza ne perdit pas une minute et se rendit dans la chambre pour se changer. C'était pratique que la pièce principal et la chambre se trouvent au même niveau. Une mince porte coulissante les séparait. Il y avait à l'autre bout un petit bain à vapeur pour la détente. Tout était fait ici pour la détente. Et lorsque les deux hommes auraient envie de dîner, ils pourraient soit commander, soit se déplacer au restaurant principal qui se trouvait au centre du domaine. Tatsuki espérait qu'ils resteraient au chaud à côté de la cheminé et qu'ils commanderaient bien évidemment. Après avoir mis l'un des kimonos (le noir), il s'assit près de la cheminée et alluma une cigarette pour se détendre un peu en attendant Abel. Il serait lui aussi accueillit par l'une des hôtesses et escorté vers leur location. Tatsuki était pressé de le voir, mais il n'allait pas secouer la queue en l'attendant gentiment dans les jardins.
Son attente fut de courte durée puisque le blond le rejoignit. Le Kumicho ne pu retenir son sourire.

"Salut beau blond, j'ai pensé l'espace d'un instant que tu avais changé d'avis !"

Il rigolait bien sûr, mais il devait créer une atmosphère relativement agréable et accueillante. Un petit brun d'humour serait le meilleur moyen de le faire. Abel referma la lourde porte en bois derrière lui. Au moins, ils allaient être au chaud dans cette maison bien isolée.


"Oh, je me suis déjà mis à l'aise, pfff, ce weekend est voué à la détente et au repos ! Alors, ta semaine, ça a été ?"


Le yakuza s'allongea sur une pile de coussin pour se mettre à son aise et inviter Abel à en faire de même. Autant briser la glace dès maintenant et puis, ce n'était pas comme s'ils n'avaient jamais partagé des moments intimes ensemble dans un espace clôt comme celui-ci.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici


Dernière édition par Tatsuki Sugiura le Mar 25 Mai - 19:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Sam 15 Mai - 11:42

La veille de son week-end avec Tatsuki, Abel avait eu du mal à s’endormir. Il avait même finalement trouvé le sommeil que tôt dans la matinée du samedi. Cela aurait pu être à cause de l’excitation de retrouver son ex plus tard dans la journée mais non, ce n’était pas le cas. Il avait même peur de passer ces deux jours avec l’Oyabun. C’était sans doute idiot mais il ne pouvait empêcher une certaine crainte de monter en lui. Il ne voulait pas que ce week-end se passe mal. Cela pouvait arriver s’ils se disputaient ou s’ils allaient plus loin que lors de leur dernier rendez-vous. De ce côté-là, Abel avait en quelque sorte pris ses précautions, mais à quel prix ? Il se sentait vraiment minable, faible, dégoûtant… Tant de mots lui venaient à l’esprit lorsqu’il repensait à ce qu’il avait fait en cette froide après-midi du vendredi.

Yuki, le bel hôte… Le grand blond avait passé un agréable moment en sa compagnie. Pour cela, il ne regrettait rien. Tout avait été parfait, si ce n’était l’épisode de leurs ébats dans la cabine de douche. A cause du désir qui les avait brûlés à ce moment-là, ils en avaient oublié un détail très important. Ils ne se connaissaient pas et pourtant, l’idée de faire l’amour sans protection leur était venu et ils avaient franchi le pas, sans réfléchir aux conséquences. Depuis que la fièvre du moment était passée, Abel s’en voulait terriblement. Il n’aurait jamais dû faire cette bêtise. Peut-être ne risquait-il rien mais il y avait tout de même ce doute désagréable qui le tiraillait. Il était le premier à exiger le port du préservatif en raison de son passé et pourtant, il n’avait pas laissé parler sa raison mais une partie de son anatomie qui avait été en feu à cet instant-là…

Durant toute l’après-midi du samedi et ce jusqu’à ce qu’il parte rejoindre Tatsuki au point de rendez-vous, Abel se sentit mal, en plus d’être un peu fatigué. Avant de quitter son loft, il se passa tout de même de l’eau froide sur le visage et se massa les yeux pour faire disparaître au mieux ses cernes. Il ne voulait pas que l’Oyabun le voit avec cette face de déterré. Il allait s’inquiéter sinon, lui poser des questions, être frustré de ne pas recevoir de réponses. Leur week-end pourrait être gâché de cette façon. Autant jouer l’homme calme mais néanmoins content de sortir de ses bas quartiers pour aller à la périphérie de la ville, là où l’air était tout de même plus respirable et où le bruit de la circulation dense n’était plus audible. Peut-être que dans cet endroit, Abel se sentirait mieux. Mais maintenant, il était certain de ne pas faire l’amour avec Tatsuki. Il n’en avait premièrement pas la force à cause de son après-midi de la veille, et deuxièmement, il ne voulait pas lui transmettre quelque chose si jamais Yuki était malade. Ce n’était pas à souhaiter, bien sûr, mais Abel préférait imaginer toutes les possibilités.

Après avoir rangé ses dernières affaires dans la valise et imprimé le plan menant à l’établissement de détente où il allait passer le week-end, Abel quitta son loft et prit le volant de sa voiture. Il ne fit pas attention à ce qui défilait de chaque côté de la route. Il suivit scrupuleusement le plan donné par Tatsuki et arriva environ trois quarts d’heure plus tard à destination. Les bas fonds de Yuukoku étaient assez éloignés de ce havre de paix et il y avait quelques travaux sur la route. Mais Abel, toujours prévoyant (ou presque…), était parti en avance et arrivait donc sur les lieux du rendez-vous à l’heure. Il se gara sur le parking, prit sa petite valise, puis alla à l’accueil. Une jeune femme vint l’accueillir et lui signala que Tatsuki était déjà arrivé. Elle le mena donc à lui, dans un petit pavillon isolé du bâtiment principal. Le cadre était vraiment très beau, mais devait être encore mieux au printemps, lorsque les cerisiers étaient en fleurs.

Arrivés au niveau du pavillon, la jeune femme en kimono s’inclina et laissa Abel entrer. Le grand blond referma la lourde porte en bois derrière lui puis s’avança dans la pièce principale. Tatsuki s’y trouvait déjà, vêtu… d’un kimono noir, presque le même qui avait habillé le jeune tueur la veille. Le sort se jouait-il de lui ? Il y avait aussi cette odeur d’encens et ce côté traditionnel… Abel aurait bien sûr dû y penser puisqu’il était déjà venu ici mais il avait oublié ces détails qui lui rappelaient son après-midi de la veille. Ce n’était pas vraiment le moment d’y penser. Abel respira profondément et sourit légèrement à Tatsuki qui prenait ses aises en fumant tranquillement une cigarette. Le blond retira ses chaussures et posa sa petite valise par terre. Il la rangerait plus tard. Il retira ensuite son manteau et s’approcha de son ex qui semblait heureux de le voir.


"Salut beau blond, j'ai pensé l'espace d'un instant que tu avais changé d'avis !"

« A chaque fois tu dis ça et je viens. »


Ce n’était par la première fois que Tatsuki lui faisait cette remarque. Mais pour être sincère, Abel regrettait un peu de ne pas avoir changé d’avis. Il se sentait un peu mal à l’aise dans cet air chaud embaumé d’encens. Cela avait quelque chose d’oppressant. Mais il se devait de faire bonne figure. Mais combien de temps allait-il pouvoir berner Tatsuki qui le connaissait sur le bout des doigts ? Le blond trouvait cela injuste de ne plus avoir de secrets pour l’Oyabun alors que celui-ci demeurait encore un mystère pour lui. Mais peut-être allait-il apprendre à le connaître durant le week-end. Cela les aiderait peut-être à se réconcilier, si Abel s’en sentait la force. Il avait encore des doutes, encore plus en fait depuis son entrevue avec Akito mais aussi avec Yuki. Tout était si compliqué.

"Oh, je me suis déjà mis à l'aise, pfff, ce weekend est voué à la détente et au repos ! Alors, ta semaine, ça a été ?"

« Oui, ça a été. »


Pourquoi Tatsuki lui posait-il cette question ? Abel n’avait aucune envie d’en parler. Il avait travaillé du lundi au jeudi et vendredi… Bref, le yakuza n’avait pas besoin de savoir. Le grand blond alla s’asseoir à ses côtés, sur les coussins, mais pas trop près non plus. On pouvait sentir une légère froideur de sa part mais c’était fait inconsciemment. Mais peut-être que Tatsuki ne remarquerait rien. Après tout, à chaque début de rendez-vous, le jeune tueur avait été distant mais s’était détendu par la suite. Cela serait sans doute le cas lors de ce rendez-vous aussi. Pourquoi cela serait-il différent ? Parce qu’Abel avait des choses à se reprocher ? Quelle idée… Le blond allait tout faire pour paraître normal. Ses craintes ne devaient pas gâcher ce week-end.

« Tu veux que je te parle de mon entrevue avec Akito ou bien préfères-tu qu’on mette ça de côté pour profiter de ce week-end ?.. En tout cas, merci pour le plan, je n’aurais pas retrouvé le chemin sinon. » avoua Abel en esquissant un léger sourire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Sam 15 Mai - 20:10


« Oui, ça a été. »


Hmm hmm... Le ton d'Abel ne présageait rien de bon. Il avait l'air déjà blasé alors qu'il venait à peine d'arriver. Tatsuki espérait se tromper. La semaine d'Abel avait dû être rude et il était sans doute éreinté, ce weekend serait donc une parfaite cure de repos. Le yakuza allait tout faire pour que le blond se détende et pour créer une ambiance propice aux échanges.
Mais une chose clochait... Le comportement un peu glacial du blond ne trompait pas. Il s'assit d'ailleurs à une distance assez éloignée de son interlocuteur. Tatsuki ne s'attendait pas à ce que Abel lui saute dessus d'emblée mais il aurait espéré au moins un baiser de "bonjour" ou à une attention un peu plus particulière... Mais, il ne fallait pas le brusquer, les choses avanceraient peut-être au fur et à mesure de leur petit weekend.



« Tu veux que je te parle de mon entrevue avec Akito ou bien préfères-tu qu’on mette ça de côté pour profiter de ce week-end ?.. En tout cas, merci pour le plan, je n’aurais pas retrouvé le chemin sinon. »


Tatsuki répondit au timide sourire d'Abel même si la première proposition ne lui convenait guère. Ils étaient dans un cadre paradisiaque et en tête à tête et pourtant, le blond mentionnait le nom de l'autre enfoiré. Encore heureux qu'il ne voulait pas entendre parler de lui et qu'il voulait profiter de ce weekend, mais il se disait qu'une fois débarrassé de cette discussion, ils pourraient en profiter ensemble. Il commençait bien leurs retrouvailles, mais même si Tatsuki ne voulait pas entendre parler de son cher beau-frère, il sentait que le blond avait des choses à dire et première règle : être à l'écoute de l'autre. Alala, devoir parler d'une connard comme Akito uniquement pour favoriser la communication avec Abel... quel sacrifice.

"Hmm... Comme tu veux. S'il t'a dit quelque chose dont tu aimerais parler..."


Au final, il préférait laisser le choix au blond. S'il avait par malheur envie de parler de sa conversation avec Akito, Tatsuki l'écouterait. L'autre pervers avait encore dû le malmener en lui sortant des saloperies homophobes ou en faisant des allusions douteuses. Mais si par bonheur, Abel préférait lui aussi parler du yakuza Endô plus tard, ce serait du pur bonheur. Tatsuki se rapprocha un peu du blond et posa sa main sur la sienne en souriant. Il voulait être rassurant et montrer son désir de discuter avec son partenaire. Il avait maintenant compris à quel point la communication était une étape importante pour reconquérir son aimé.

"On peut en parler..."


Il retira sa main de celle du blond pour ne pas être trop oppressant. Il servit ensuite du thé à Abel et s'en servit également une tasse afin d'aider Abel à se détendre. Il paraissait être un peu mal à l'aise, c'était bien différent de la dernière fois lorsqu'ils s'étaient embrassés dans la voiture. D'ailleurs, Abel avait été extrêmement entreprenant à ce moment-là... Restait à espérer qu'il le serait davantage pendant ces deux jours...

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Sam 15 Mai - 23:56

"Hmm... Comme tu veux. S'il t'a dit quelque chose dont tu aimerais parler..."

Abel n’avait pas spécialement envie de parler d’Akito et celui-ci n’avait rien dit d’important mais le blond avait pensé que cela intéresserait Tatsuki. Pourquoi celui-ci ne lui demandait-il aucune nouvelle ? La dernière fois, lorsque le jeune tueur lui avait avoué avoir eu une entrevue avec Endô, il s’était emporté et s’était fait du mauvais sang en imaginant les pires choses qui auraient pu arriver. Là, il restait calme, fumait sa cigarette comme si de rien n’était. Soit il se fichait de ce rendez-vous entre son ex et son pire ennemi, soit il ne désirait pas en parler pour le moment, préférant profiter du calme des lieux. Abel ne savait pas quelle possibilité choisir. Peut-être la deuxième. Cela ferait passer Tatsuki pour quelqu’un d’attentionné qui souhaitait ménager un peu son ex et lui éviter une conversation désagréable dès le début de leur week-end. Cette idée collait bien avec cette main qui se voulait rassurante.

"On peut en parler..."

Abel avait l’impression que Tatsuki se forçait un peu là par contre. Sa façon d’agir n’avait pas l’air naturel. Ou alors avait-il changé et le blond avait du mal à le reconnaître ? Voilà pourquoi le jeune tueur avait redouté ce week-end. Il se posait beaucoup trop de questions et se prenait la tête pour des détails insignifiants. Il fallait qu’il arrête de tout voir en noir lorsqu’il s’agissait de Tatsuki. L’Oyabun n’était pas le Diable même s’il lui était déjà arrivé de le dire et de le penser. Il n’avait pas toujours des idées derrière la tête et pouvait se montrer attentionné sans rien attendre en retour. Par exemple là, il servait le thé à Abel pour que celui-ci se détende, pas pour se montrer gentil et amadouer son ex pour l’avoir plus rapidement dans son lit. Pourtant, ce genre d’idées tordues lui ressemblait bien. Il était très manipulateur et le grand blond avait l’impression qu’il s’était déjà fait avoir de nombreuses fois, comme à chacune de leurs réconciliations par exemple.

« Non, il n’a rien dit d’important. Mais j’ai l’impression qu’il se doute de quelque chose pour nous deux. »

A plusieurs reprises, Akito avait clairement dit qu’il ne faisait pas confiance à Abel puisque celui-ci pouvait très bien être encore en contact avec Tatsuki. Malgré sa tête d’idiot pervers, Endô était intelligent et avait vu juste. Heureusement, il n’avait aucune preuve pour valider son hypothèse. Mais qu’est-ce que cela ferait s’il découvrait qu’Abel et Tatsuki se revoyaient ? A part se moquer du blond pour sa faiblesse, il s’en ficherait sûrement. Akito avait prédit que son beau-frère se jouerait encore d’Abel si jamais ils retournaient ensemble. Avait-il raison ? Le jeune tueur n’était-il qu’un jouet entre les mains de l’Oyabun Sugiura ? D’un côté, Abel avait envie de croire en l’amour de son ex, mais de l’autre, il avait peur de se faire à nouveau avoir. Et cette histoire d’habitude dont avait parlé le beau Yuki-san, pouvait-elle être vraie ? Le blond aimait toujours Tatsuki mais s’il retournait avec lui, n’était-ce pas pour retrouver la sécurité d’avoir une famille, un homme à aimer jusqu’à la fin de ses jours, un enfant à élever ? Abel revenait en quelque sorte au point de départ. Lors de son dernier rendez-vous avec Tatsuki, il avait été quasiment sûr de retourner avec lui mais là, il doutait à nouveau.

« J’ai appris que Reira avait accouché d’une petite fille. Je suis content pour elle. Ça doit lui faire plaisir d’avoir un deuxième enfant. » dit-il avant de penser qu’il valait peut-être mieux changer de sujet. « Comment s’est passée ton début d’année ? Tu as dû avoir pas mal de travail, non ? »

Abel tentait d’être un peu plus bavard même s’il ne parlait que de sujets banaux. C’était un bon début, non ? Et puis pour le moment, cela lui évitait que Tatsuki lui pose des questions trop personnelles. Le blond ne voyait pas pourquoi son ex le ferait mais on ne savait jamais. Lorsque l’on avait quelque chose à cacher, on imaginait beaucoup de scénarii dans lesquels on se retrouvait piégé… Pour se détendre, Abel but quelques gorgées de thé. Thé, kimono noir, encens, chaleur… Cela lui rappelait de proches souvenirs. Mais ce n’était pas le moment d’y penser. Mais pourquoi est-ce que cela le tourmentait autant ? Pourquoi ne parvenait-il pas à chasser ses peurs, ne serait-ce que durant ce week-end avec Tatsuki ? Peut-être parce que ce rendez-vous lui inspirait d’autres peurs. Abel ne se sentait pas très bien. Il se sentait oppressé. Il avait l’impression que tout était contre lui depuis qu’il revoyait Tatsuki. Ses doutes concernant son ex, les projets obscurs d’Akito, sa bêtise avec Yuki… Dire qu’avant le retour de l’Oyabun dans sa vie, il était parvenu à retrouver une vie à peu près normale. Là, cela faisait trop de changements d’un seul coup.

« Excuse-moi mais est-ce qu’on pourrait éteindre l’encens s’il te plait ? L’odeur me monte un peu à la tête. » expliqua t-il, se disant qu’il pouvait faire passer son mal être pour un malaise dû à l’encens.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Dim 16 Mai - 16:53


« Non, il n’a rien dit d’important. Mais j’ai l’impression qu’il se doute de quelque chose pour nous deux. »


Comme on pouvait l’attendre de la part d’un rat comme Akito. Tatsuki avait d’ailleurs prévenu le blond de la perspicacité de cet individu qui malgré les apparences, était loin d’être bête. C’était en effet assez embêtant qu’il se doute de quelque chose, voilà pourquoi il fallait être prudent pour ne pas amplifier ou confirmer ses soupçons. Malheureusement pour lui, Akito connaissait plus ou moins sa personnalité et surtout son peu de sérieux dans ses relations. Il n’était jamais resté aussi longtemps avec une personne et surtout, il n’avait jamais vécu avec quelqu’un, enfin, de façon aussi officielle. Il avait bien vécu avec une demoiselle pendant quelques temps, mais leur relation n’avait pas du tout été aussi sérieuse et intense.
Akito avait donc bien compris que les sentiments que portait Tatsuki à l’égard d’Abel n’étaient pas légers et vu la personnalité du yakuza, il était peu probable qu’il lâche un homme avec qui il était resté plus d’un an. Tatsuki avait une personnalité très forte et s’il avait donné son cœur à un homme, il ne l’avait pas fait à moitié. Il n’était jamais tombé amoureux et il n’était d’ailleurs pas de ceux à vivre une relation sérieuse, mais le jour où il allait tomber amoureux, on pouvait prévoir qu’il aurait cette « fameuse personne » qui avait réussi à le « faire tomber », dans la peau. Et ça, Akito l’avait bien compris… mais son raisonnement était basé sur le doute vu que Tatsuki allait être père et qu’il avait projeté de se marier avec une certaine Cassandre.


"En effet, c’est un peu embêtant… Ce type me connaît assez bien, il se dit sans doute qu’une personne aussi froide de nature comme moi devient très possessive lorsqu’il tombe amoureux et sur ce point, cet idiot n’a pas tord… Il sait donc que j’ai dû garder un goût amer de notre séparation, mais ses doutes restent des doutes. La donne a changé depuis que j’ai mis Cassandre enceinte, Akito ne peut donc pas confirmer à 100% la théorie selon laquelle je t’aime encore. Il se dit sans doute que pour le bien du clan je vais épouser Cassandre et que de ce fait, il est impossible que toi et moi, nous nous remettions ensemble… Mais on a une longueur d’avance…"

Les deux hommes tentaient de ressouder leur couple et surtout, Tatsuki n’avait plus l’idée farfelue d’épouser Cassandre. La jeune femme en serait la première contente, aucun doute sur ça. Quelque part, elle aurait perdu une part de sa liberté en l’épousant, alors qu’elle avait de l’énergie à revendre. Elle pouvait bien gérer un clan à elle seule, elle pourrait donc faire face à une vie de mère célibataire, même si Tatsuki ne serait jamais loin d’elle et de leur fils.


« J’ai appris que Reira avait accouché d’une petite fille. Je suis content pour elle. Ça doit lui faire plaisir d’avoir un deuxième enfant. Comment s’est passée ton début d’année ? Tu as dû avoir pas mal de travail, non ? »


Même si les deux hommes s’étaient lancés dans une discussion, quelque chose clochait. Le comportement d’Abel, son empressement de passer d’un sujet A à un sujet B, le fait qu’il ne laisse pas non plus la place à Tatsuki de s’exprimer. L’Oyabun connaissait par cœur son ex ; il était du genre calme et posé d’habitude mais là, quelque chose n’allait pas. D’ailleurs, Tatsuki voulait encore questionner Abel sur sa discussion avec Akito, mais il semblait que le blond en avait décidé autrement en changeant de sujet… tant pis…

"Hmm, ça va merci… pas mal… j’ai beaucoup de boulot comme d’habitude. Pour ce qui est de Reira, merci de t’en soucier. Elle va bien et sa petite Haruka aussi… mais je ne les ai vu que furtivement..."

Tatsuki se sentait tout de même obligé de répondre aux deux questions même si ce fut de façon furtive. Il savait aussi que son ex appréciait sa sœur, il était donc normal qu’il lui parle de sa nièce Haruka.


« Excuse-moi mais est-ce qu’on pourrait éteindre l’encens s’il te plait ? L’odeur me monte un peu à la tête. »

L’Oyabun acquiesça et se leva pour éteindre le petit bout d’encens qui se consumait encore. Il se dirigea ensuite vers l’une des fenêtre pour l’ouvrir et amener un peu d’air frais. Il déposa le reste d’encens qui brûlait encore sur le bord de la fenêtre afin que le petit nuage du fumé continue son escapade dehors. Peut-être que la petite mine d’Abel était en rapport avec cette odeur. C’était pourtant une douce odeur mais il suffisait d’être un peu barbouillé pour que cette odeur devienne vite écœurante. Le malaise ressenti était-il la conséquence de l’encens ? ou y avait-il autre chose ? On le saurait bien assez tôt.
L’Oyabun se rassit de nouveau et termina sa tasse de thé. Il y eut un long silence… le yakuza avait imaginé des retrouvailles un peu plus… mouvementées ou heureuses. On avait l’impression qu’il était le seul à apprécier la compagnie de l’autre. Peut-être que le blond aurait préféré être ailleurs ou avec quelqu’un d’autre, voire même seul. Si c’était le cas, il aurait plutôt fallu qu’il annule. Ça y est, il s’était produit assez d’événements pour que la tête du brun se remplisse d’un tas d’idées déplaisantes.


"Tu devrais aller te rafraîchir un peu et te mettre à l’aise peut-être que tu te sentiras un peu mieux après. Cette foutue odeur d’encens a dû trop te monter à la tête ! J’ai quelques coups de fils à passer dans la chambre de toute façon…"

Autant proposer une idée pour ne pas rester dans la même pièce alors que l’atmosphère était lourde. Tatsuki faisait comme si la raison évoquée par Abel était à l’origine du petit malaise ressenti ; au moins, ça n’amplifiait pas le froid qu’il y avait et la raison évoquée n’était pas en rapport avec « leur couple ». Peut-être qu’après avoir pris un petit bain dans le grand espace aménagé dans la salle de bain ou s’être un peu rafraîchit, le blond se sentirait de nouveau mieux et serait un peu moins…distant. Oui distant, car c’était ça le problème. C’était comme s’il y avait un petit mur entre eux. La salle de bain était elle aussi très traditionnelle. L’avantage était qu’elle était spacieuse et qu’elle était aménagée un peu à la façon d’une petite source avec en plus des pierres chauffantes. C’était l’idéal pour un couple, mais il n’était pas vraiment sûr qu’ils en profitent à deux. Les journées d’hiver étaient assez courtes et la nuit tombait vite, il restait donc à espérer que le blond ne soit pas aussi replié sur lui-même pendant toute la soirée. Leur première soirée au restaurant s’était si bien déroulée, d’ailleurs, c’était d’ailleurs aussi le cas pour leur seconde entrevue même si le cadre ne s’y prêtait pas. Tatsuki avait repris espoir à l’issue de ce rendez-vous et il s’était dit que leur réconciliation ne serait plus qu’une question de temps. Mais il avait sans doute vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué…

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Dim 16 Mai - 23:04

"En effet, c’est un peu embêtant… Ce type me connaît assez bien, il se dit sans doute qu’une personne aussi froide de nature comme moi devient très possessive lorsqu’il tombe amoureux et sur ce point, cet idiot n’a pas tord… Il sait donc que j’ai dû garder un goût amer de notre séparation, mais ses doutes restent des doutes. La donne a changé depuis que j’ai mis Cassandre enceinte, Akito ne peut donc pas confirmer à 100% la théorie selon laquelle je t’aime encore. Il se dit sans doute que pour le bien du clan je vais épouser Cassandre et que de ce fait, il est impossible que toi et moi, nous nous remettions ensemble… Mais on a une longueur d’avance…"

Une longueur d’avance ? Mais à quoi servait-elle ? Pour Abel, à rien. Ce n’était pas une guerre, ils n’avaient donc pas besoin d’avoir une longueur d’avance sur les autres. Il ne s’agissait seulement que de leur relation. Ils se cachaient pour le moment pour que personne n’intervienne dans leurs décisions mais était-ce nécessaire ? Même sans cela, certaines personnes avaient influencé sans le vouloir Abel. Il y avait eu Akito, puis Yuki. A cause d’eux, ou grâce à eux, le grand blond était revenu sur sa décision. Lors de son dernier rendez-vous avec Tatsuki, il avait été pratiquement sûr qu’ils se remettraient ensemble lors de ce week-end en amoureux. Mais les choses avaient changé en peu de temps. Abel s’était rendu compte qu’il ne connaissait pratiquement pas son ex et avait peur de retourner avec lui par habitude. Bien sûr, ses sentiments étaient toujours là et c’était eux qui faisaient qu’il avait accepté ce rendez-vous, mais ses peurs et ses craintes prenaient le dessus sur eux.

Se disant que cela l’aiderait à mieux se détendre, Abel but encore un peu de thé. C’était la première fois qu’il se sentait aussi perdu. Il ne savait pas ce qu’il faisait là. Ce week-end ne l’emballait pas tellement à vrai dire. Il était venu par politesse en fait. A ses yeux, c’était comme s’ils étaient revenus en arrière et que ce week-end en tête à tête était trop tôt au stade de leur relation. Bien sûr, Tatsuki ne devait pas penser cela puisque depuis la dernière fois, rien n’avait dû changer dans son esprit. Il avait même dû imaginer tout un tas de scénarii, comme de belles retrouvailles ce soir durant lesquelles ils feraient l’amour. Ce genre d’idées lui ressemblait bien. Il avait peut-être changé mais son appétit sexuel avait dû rester le même. C’était même un miracle qu’il soit resté des semaines sans relation sexuelle. Il devait être à fleur de peau, comme l’avait été Abel la veille. Mais en pensant à son ex, il avait dû se retenir d’aller voir ailleurs, imaginant faire l’amour au blond durant le week-end. Quelle déception il aurait en réalisant que le jeune tueur ne lui laisserait aucune chance…


"Hmm, ça va merci… pas mal… j’ai beaucoup de boulot comme d’habitude. Pour ce qui est de Reira, merci de t’en soucier. Elle va bien et sa petite Haruka aussi… mais je ne les ai vu que furtivement..."

Ainsi la fille de Reira s’appelait Haruka et non Aya. Akito lui avait menti sur le prénom de sa fille. C’était complètement idiot de sa part mais cela ne surprenait pas Abel. Néanmoins, il restait sur son avis, la petite fille portait un très beau prénom. Il aimerait pouvoir la rencontrer mais depuis qu’il s’était embrouillé avec Reira, avait-il le droit de revenir vers elle ? Il s’en voulait, surtout que la jeune maman avait eu tout à fait raison de le mettre en garde. Elle avait vu juste concernant leur couple. Tatsuki était bien trop instable pour vivre une histoire sérieuse et sans problème. D’ailleurs, avait-il changé ? Cela valait-il le coup de revenir près de lui si c’était de nouveau voué à l’échec ? Abel souhaitait plus de réponses à ses questions et plus d’assurances. Il désirait être sûr de lui avant de retourner avec l’Oyabun. Mais comment pourrait-il l’être ? Le yakuza lui cachait bien trop de choses. Reira pourrait-elle répondre aux interrogations d’Abel ? Le blond n’avait pas imaginé cette possibilité mais Akito lui avait avoué que Tatsuki avait trahi sa mère et sa sœur. Reira était donc forcément au courant de l’histoire. Mais comment lui demander des explications sans attirer sa curiosité et surtout celle de son mari ? Abel allait devoir y réfléchir longuement.

Suite à la demande du jeune tueur d’éteindre l’encens, Tatsuki se leva et alla ouvrir un peu la fenêtre pour rafraichir la pièce et assainir un peu l’air. L’odeur d’encens allait mettre un peu de temps à partir mais l’air frais entrant faisait du bien. Abel ne savait pas s’il se sentirait mieux après mais il remercia tout de même l’Oyabun pour son geste. Le yakuza revint ensuite s’asseoir et un long silence s’installa durant lequel les deux hommes burent leur thé. Le grand blond ne trouvait rien à dire. Il avait parlé précédemment, Tatsuki lui avait répondu mais maintenant, plus rien. Si tout leur week-end se déroulait ainsi, ils allaient vraiment s’amuser… D’ailleurs, qui avait-il de prévu au programme ? Il n’y avait rien à faire dans ce petit pavillon. Il y avait cette pièce principale, une chambre et une salle de bain qu’Abel n’avait pas encore vues. Pour un couple, c’était super mais sinon, on pouvait vite s’ennuyer. Et là, c’était bien parti pour.


"Tu devrais aller te rafraîchir un peu et te mettre à l’aise peut-être que tu te sentiras un peu mieux après. Cette foutue odeur d’encens a dû trop te monter à la tête ! J’ai quelques coups de fils à passer dans la chambre de toute façon…"

« D’accord. Je vais commencer par mettre mon kimono. »


Peut-être qu’être habillés de la même façon les aiderait à se rapprocher un peu parce que pour l’instant, il y avait vraiment un gouffre entre eux. Abel avait l’impression d’en être la cause. C’était à cause de son malaise que Tatsuki ne se lâchait pas et restait silencieux. Le yakuza ne savait pas comment se comporter. Mais peut-être que cela s’arrangerait par la suite. Ils avaient la soirée et le lendemain devant eux… Abel termina son thé et se leva. Il prit le kimono blanc qui lui était destiné puis laissa Tatsuki aller dans la chambre tandis qu’il s’isolait dans la salle de bain. C’était sans doute bête de se cacher pour se changer alors qu’on était avec son ex qui vous avez vu des centaines de fois dans le plus simple appareil. Mais Abel ne souhaitait pas se montrer nu devant l’Oyabun, par gêne. Et puis, il y avait cette marque sur son épaule que Tatsuki ne devait absolument pas voir. Ce bleu qui marquait sa peau était dû à la morsure de Yuki la veille, alors qu’ils faisaient l’amour. Abel retira sa chemise et regarda cette marque dans le reflet du miroir. Dans un ou deux jours il n’y aurait sûrement plus rien mais d’ici là, il allait devoir la dissimuler aux yeux de Tatsuki, bien qu’il n’ait aucun compte à lui rendre et n’avait pas fauté.

Tout en se changeant et en enfilant son kimono, le grand blond jeta un coup d’œil à la salle de bain. Il y avait une baignoire qui ressemblait à une source d’eau chaude. Il y avait même des pierres chauffantes pour l’ambiance détente. Le décor était magnifique. Mais allaient-ils vraiment en profiter ? Ce genre d’ambiance était bien pour les couples, pas pour ceux qui ne savaient pas encore s’ils allaient se remettre ensemble ou pas. Abel s’avança vers le bain et s’assit sur le bord. Il plongea sa main dans l’eau chaude et regarda les petites vaguelettes qu’il venait de produire. Cette fausse source lui rappelait son séjour dans les montagnes. C’était vraiment son plus beau souvenir avec Tatsuki. Ils avaient été si proches lors de ce séjour, sur la même longueur d’onde, avec les mêmes projets d’avenir… Comment leur bulle de bonheur avait-elle pu éclater et comment leur histoire avait-elle viré au cauchemar ? Si Abel pouvait remonter le temps, il retournerait à ce séjour aux sources Hebi et stopperait là le temps. Il avait eu des étoiles plein les yeux lors de ces quelques jours en amoureux.

Le jeune tueur fut perdu dans ses souvenirs durant un moment. Lorsqu’il revint à la réalité, il se dit qu’il ferait mieux de sortir de la salle de bain et retourner dans la pièce principale, près de la cheminée. Tatsuki avait peut-être terminé de passer ses coups de téléphone. Mais, lorsqu’Abel quitta la salle de bain, l’Oyabun n’était toujours pas sorti de la chambre. Peut-être était-ce mieux ainsi… Le grand blond s’approcha de la cheminée et remit une bûche de bois dans le feu. Il prit ensuite une pile de coussin et les mit devant la cheminée avant de s’asseoir dessus. Il aimait beaucoup le feu et la chaleur. Il était donc bien là, le regard perdu parmi les flammes de l’âtre. Vu d’une personne extérieure, Abel devait sembler mélancolique seul devant la cheminée. Pourtant, le moment pouvait être rendu romantique si quelqu’un le rejoignait. Mais Tatsuki allait-il sortir de la chambre ou était-il en train de regretter d’être venu ? Abel soupira avant de tendre ses bras devant lui, en direction du feu pour mieux sentir la chaleur. Il commençait à se détendre. Peut-être serait-il ainsi plus enclin à parler et à profiter de son week-end avec Tatsuki…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Lun 17 Mai - 12:53


Abel se retira dans la salle de bain, tandis que le yakuza se rendit dans la chambre. Une tension incompréhensible était palpable. Qu’arrivait-il au blond ? Était-il souffrant ? Avait-il des problèmes ? Est-ce que Tatsuki avait fait quelque chose de mal ? Non, pas encore pour une fois… C’était la première fois que son ex paraissait aussi perdu. Oui, perdu était le mot juste. Il était à la fois tendu, distant, voire même malheureux… Son visage reflétait bien plus que ses mots. Même lorsqu’ils avaient eu des problèmes de couple à cause des infidélités de l’Oyabun ou de la mésentente avec Hidekazu, Abel n’avait pas montré une expression de visage aussi étrange. Tatsuki préférait de loin qu’il s’énerve ou qu’il parle un peu trop comme d’habitude. Abel reprochait le silence de Tatsuki et pour une fois, le yakuza comprenait à quel point il était dur de faire face à un silence. Lui-même était un peu perdu et ne savait pas comment interpréter le comportement d’Abel. Il était loin d’être con et il avait compris que quelque chose ne tournait pas rond même avec seulement quelques minutes d’interaction. Le blond était complètement différent de la dernière fois. Tatsuki avait pu déceler chez lui un réel désir de reconstruire leur couple, mais là, plus rien… C’était comme s’il avait changé d’avis, comme si le yakuza était un inconnu et que le blond se sentait mal à l’aise en sa compagnie.
Le brun s’allongea sur l’énorme futon et fixa un moment le plafond. Quelle merde cette situation ! Pourquoi tant de changements en seulement quelques jours ? Leur proximité de la dernière fois avait-elle fait peur à Abel ? Combien de temps fallait-il attendre pour qu’il soit prêt ? D’accord, Tatsuki devait être patient et faire preuve d’amende honorable, mais il n’allait pas jouer au jeu du chat et de la souris éternellement. Ce n’est pas parce qu’il avait eu les tords par le passé qu’il allait devoir ramper pour toujours et/ou être pris pour un con.
Il poussa un soupir et saisit son téléphone qu’il ralluma. Et oui, il avait même éteint son téléphone pour passer une bonne soirée en compagnie de son homme. Il avait confié à Kano et à Ren la gestion des affaires pour 24 heures, rien de bien méchant. Il avait prétexté se rendre à un important dîner avec un investisseur dans la capitale japonaise. Son retour était donc prévu pour le lendemain, mais vue l’allure de leur week-end, plus rien n’était sûr. Est-ce que le Kumicho s’était-il planté en beauté en interprétant mal les signes qu’il avait perçu de la part de son ami ? Il commençait sérieusement à douter de lui-même. Mais pourquoi Abel avait-il accepté de venir ? S’il voulait se venger en faisant languir son ex, il aurait pu tout simplement annuler à la dernière minute. Après avoir donné de faux espoirs à Tatsuki, il se serait sournoisement retiré de la partie. Ça aurait été un coup dur pour le yakuza et une petite vengeance pour son ex, mais là… venir et être présent physiquement sans vraiment être présent, quelle blague. C’était une situation gênante et embêtante pour les deux hommes au final. Le yakuza resta allongé sur le futon pour réfléchir un peu. Abel avait visiblement terminé de se rafraîchir étant donné que quelques bruits émanaient du salon. Cette situation était merdique et Tatsuki devait se contrôler et ne pas être brusque ou s’énerver. Mais il détestait vraiment ce genre de situation, voilà pourquoi il avait préféré se retirer un moment. Mais il n’allait pas rester éternellement dans cette chambre pour être séparé d’Abel. Et puis, ce n’était pas le but de ces retrouvailles, autant rentrer chez soi si c’était le cas. Cette situation n’allait pas durer 24 heures, impossible. Pire encore, si ce malaise persistait, une réconciliation était également exclue. Ça faisait moins d’une demi-heure qu’ils s’étaient retrouvés, et pourtant, ça avait suffit pour foutre le moral de Tatsuki en l’air, pire, sa bonne humeur et ses espoirs s’étaient envolés.
Comme il n’était pas du genre à rester passif et à se lamenter, il décida de se lever pour rejoindre le salon. Rester chacun dans son coin ne rimait à rien et puis, ils n’étaient plus des gamins, autant être clairs et nets. Le yakuza poussa la porte coulissante et se rendit dans le salon. Abel était près de la cheminée. Il avait enfilé son magnifique kimono blanc et comme d’habitude, il était resplendissant.


"Ah, tu t’es changé aussi ! Je suis sûr que tu dois être plus à l’aise maintenant. "

Autant ne pas laisser l’atmosphère se pourrir davantage. Il fallait éviter les blancs pour ne pas sombrer dans l’ennui. L’Oyabun ne pu s’empêcher de sourire malgré l’ambiance, le fait de voir Abel assit ainsi et surtout avec cette magnifique tenue sur le dos, avait reboosté sa bonne humeur. Il fallait brise la glace et tout faire pour rendre l’ambiance plus amicale. Il se glissa donc doucement derrière Abel et posa son menton sur son épaule. Il caressa ensuite ses deux bras, avant de lui déposer un petit baiser dans le cou. Son but était de séduire de nouveau son ex après tout et puis, peut-être que le blond avait besoin de douceur après tant de temps sans Tatsuki dans sa vie. Un peu de timidité s’était sans doute installée entre eux, il fallait donc de nouveau remettre le blond en confiance. Le yakuza n’était pas du tout gêné de la situation, il aurait pu d’ailleurs se dévêtir et déshabiller son amant sur le champ mais il semblait que le blond voulait de nouveau prendre son temps. Peut-être était-ce dû aux quelques mois sans interactions entre les deux, c’était du moins ce que pensait Tatsuki. C’était tout de même bizarre étant donné qu’Abel n’avait jamais semblé aussi gêné auparavant… il était peut-être nerveux à l’idée de se réinvestir avec Tatsuki. Après toutes les difficultés qu’ils avaient rencontré et toutes ces séparations, c’était normal qu’il veuille se préserver. Et puis, il avait été clair, c’était leur dernière chance ! Il avait dit cela maintes fois certes, mais cette fois-ci, il semblait être résolu à passer à autre chose si leur relation capotait de nouveau.

"Qu’as-tu envie de faire ce soir beau blond ? On peut soit manger dans le restaurant principal, soit commander notre dîner et rester ici en tête à tête… Hmm, pour ma part, je préférerais le tête à tête…"

Il continua de caresser les bras de son compagnon tout en se collant un peu plus à lui. Le ton était donné et puis, cette douce ambiance devant le feu de cheminée donnait des idées au jeune Sugiura. Il plongea ensuite le nez dans les cheveux du blond avant de déraper au creux de son cou et de lui mordiller légèrement et délicatement la fine peau de son cou. C'était un coin assez sensible chez son partenaire et il y avait des chances que cette douce attention réveiller un peu les ardeurs endormies du blond. Le corps de l'homme était stupide et réagissait à la moindre stimulation érotique et puis, Abel et lui devaient jouer au jeu de l'abstinence depuis quelques temps déjà. C'était pas comme si aucun des deux n'avait eu de rapports sexuels pendant des mois, quoique, Tatsuki avait seulement passé une nuit avec Kiba et le reste de son énergie était passée dans son travail. Quant à Abel, le yakuza s'était fait à l'idée qu'il avait eu un ou plusieurs compagnons. Il l'avait vu lui-même cette fois-ci dans la rue... puis, le scandale avait suivi. Mais connaissant Abel, il n'avait pas dû se faire cent mecs non plus et il avait dû privilégier les coups d'un soir comme il le faisait avant sa rencontre avec Tatsuki. Donc, logiquement, un manque devait se faire ressentir chez les deux partenaires, sans compter le fait qu'ils étaient accros au corps de l'un et de l'autre.

"Tu sens bon…"

Technique d’approche vieille comme le monde, mais sa réflexion n’était pas dénuée de vérité. Il tentait d’apporter un peu de chaleur à son partenaire mais son manque de réaction commençait un peu à faire douter l’Oyabun. Malgré la chaleur de son corps et de la pièce grâce à la cheminée, le froid persistait toujours…

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Lun 17 Mai - 18:45

"Ah, tu t’es changé aussi ! Je suis sûr que tu dois être plus à l’aise maintenant. "

Tatsuki venait de sortir de la chambre. Abel tourna la tête vers lui et acquiesça avec un léger sourire. Il se sentait un peu mieux et le feu de bois n’y était pas étranger. Il aimait beaucoup les cheminées, sans savoir pourquoi d’ailleurs. Elle lui apportait la chaleur et une lumière agréable, protectrice même. Le feu lui apportait le repos. Il se détendait donc peu à peu et ne dit rien lorsque Tatsuki vint se glisser derrière lui. Inconsciemment, c’était ce qu’il attendait en fait. L’Oyabun faisait le premier pas pour briser la glace et c’était tant mieux. Ils n’auraient pas pu passer tout le week-end dans cette ambiance glaciale. Même si Abel doutait plus que jamais sur une possible réconciliation, un peu de tendresse lui faisait du bien, surtout lorsqu’il n’avait pas vraiment le moral. Tatsuki lui caressa les bras puis posa un baiser dans le creux de son coup. Qu’il n’en profite pas non plus…

Abel soupira calmement et ferma un instant les yeux. Il se doutait bien que son ex tentait de le séduire à nouveau et qu’il passait par les caresses et les câlins. Tatsuki avait le droit après tout. Mais le blond espérait qu’il n’aille pas trop loin quand même. Le yakuza serait bien déçu de s’apercevoir que son partenaire n’avait aucune envie d’aller plus loin que ce genre de câlins. Abel n’avait vraiment pas la tête à cela. S’il faisait l’amour avec Tatsuki, cela signerait en quelque sorte leur réconciliation et il n’était vraiment pas prêt. De plus, son histoire avec Yuki ne cessait de le tourmenter et il avait peur d’avoir attrapé quelque chose. Et contrairement à l’Oyabun, il pensait au pire et n’avait pas envie de lui transmettre une maladie. Dès lundi, il retournerait sûrement voir Yuki. Il n’y avait finalement pas besoin d’attendre trois mois pour être fixé. Ils n’auraient qu’à aller faire le test et s’il était négatif pour tous les deux, cela signifierait que lorsqu’ils avaient couché ensemble, ils avaient tous deux été sains.


"Qu’as-tu envie de faire ce soir beau blond ? On peut soit manger dans le restaurant principal, soit commander notre dîner et rester ici en tête à tête… Hmm, pour ma part, je préférerais le tête à tête…"

« Allons pour le tête à tête alors. »


Abel garda les yeux fermés tout en répondant cela. Qu’ils soient au restaurant ou seuls dans ce pavillon, cela ne changerait sûrement rien. Ils ne feraient que manger de toute façon. Mais peut-être que Tatsuki avait d’autres projets ? Il ne fallait absolument pas qu’il s’imagine tout un tas de choses car sinon, il allait être terriblement déçu. Abel avait beau apprécié ses caresses, il n’aimait pas laisser son ex espérer. Cela lui faisait mal au cœur. Mais devait-il lui dire clairement qu’ils ne se passeraient rien entre eux durant le week-end ? C’était un coup à tout gâcher et à mettre de mauvaise humeur Tatsuki. Mais d’un côté, mieux valait-il être franc. Ainsi, le yakuza serait moins déçu et saurait à quoi s’attendre. Mais malgré le manque de réaction d’Abel, il semblait tout de même résolu à l’exciter vu sa façon de mordiller la peau de son cou, zone très érogène chez le grand blond. Mais celui-ci ne voulait pas se laisser aller et, sans y réfléchir, il se tendit légèrement, n’aimant pas la tournure que prenaient les évènements.

"Tu sens bon…"

« Tatsuki… Ecoute, je… »
commença Abel avant de se retourner légèrement et oser affronter le regard de Tatsuki. « Il ne se passera rien ce week-end entre nous. Je n’ai pas envie d’aller plus loin avec toi pour le moment. »

Aïe, les mots étaient sortis et le blond n’était franchement pas aller dans la finesse. Mais il ne fallait pas oublier qu’il était vraiment nul pour dire ce qu’il pensait. Mais l’Oyabun le connaissait et devait avoir l’habitude maintenant, non ? Abel espérait donc que son ex ne le prenne pas mal. Mais il imaginait tout de même le pire. Lors de leur dernier rendez-vous, il avait failli sauter sur Tatsuki. Celui-ci avait donc dû se monter tout un tas de films depuis et avait dû s’imaginer qu’ils franchiraient le cap ce soir. Malheureusement pour lui, Abel avait changé d’avis et ne voulait vraiment pas se précipiter. Il n’en sortirait rien de bon sinon. Il ne voulait pas refaire les mêmes bêtises. Il souhaitait apprendre à mieux connaître Tatsuki avant, surtout que s’ils retournaient ensemble, ce serait encore plus sérieux que les fois précédentes. Il y avait le bébé. Abel ne voulait pas prendre la mauvaise décision. Ils ne seraient bientôt plus deux mais trois. Ils ne devaient pas agir sur un coup de tête.

« Je suis désolé si je t’ai laissé croire des choses la dernière fois. Je me suis laissé emporter par l’ambiance mais j’ai eu le temps de réfléchir calmement depuis. Beaucoup de choses ont changé et je ne souhaite plus m’engager sur un coup de tête. Laisse-moi du temps s’il te plait. Je me doute que ça doit être dur pour toi mais ça l’est aussi pour moi. Mets-toi à ma place. Je dois penser que je ne vais pas m’engager avec un homme mais avec un futur père. Je veux être sûr que ça marchera vraiment entre nous. »

Abel avait l’impression qu’à chaque fois qu’il se voyait, il vidait un peu plus son sac. Et encore, là, il n’avait pas encore fini. Mais il n’allait pas tout dire d’une traite. Tatsuki devait déjà l’avoir mauvaise. La patience n’était pas son fort et ne pas savoir lorsqu’Abel reviendrait vers lui devait l’énerver. Mais s’il l’aimait vraiment, il comprendrait ses craintes. Et, avec un peu de chance, lorsque le jeune tueur lui demanderait de parler de son passé, peut-être qu’il accepterait. Mais peut-être avait-il fait des choses inavouables. C’était l’impression qu’avait donnée Akito à Abel. Mais si Tatsuki se confiait, le tueur se sentirait plus proche de lui. C’était donc dans l’intérêt de leur couple que l’Oyabun devait apprendre à faire des concessions. Il en avait déjà fait pas mal jusque-là mais pas assez encore. Abel voulait savoir avec qui il allait peut-être faire sa vie et de quoi son amant était capable.

« Je ne suis vraiment pas de bonne compagnie aujourd’hui. Désolé… » s’excusa t-il, ne sachant pas quoi dire d’autre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Lun 17 Mai - 21:23


L’idée du tête à tête séduisait aussi Abel, enfin, séduire était un bien grand mot. Le ton n’y était pas trop. D’ailleurs, la suite des événements confirma bien les craintes du yakuza.


« Tatsuki… Ecoute, je… Il ne se passera rien ce week-end entre nous. Je n’ai pas envie d’aller plus loin avec toi pour le moment. »

Pas envie d’aller plus loin ? Mais que racontait-il ? La dernière fois dans la voiture, n’avait trompé personne et puis, il savait bien ce qu’il pouvait arriver en passant 24 heures ensemble. Abel jouait à un jeu auquel Tatsuki n’adhérait pas du tout. Les règles qu’il avait posé n’était pas au goût de l’Oyabun. Celui-ci se recula et leva ses deux mains un peu comme si une arme était pointée vers lui. Il voulait montré de façon un peu exagérée à son ami qu’il n’avait nul envie d’insister. Il n’était pas en manque au point de se conduire comme un vulgaire animal sauvage même si jouer au jeu du « je te tiens la main » poussait de plus en plus sa frustration.

« Je suis désolé si je t’ai laissé croire des choses la dernière fois. Je me suis laissé emporter par l’ambiance mais j’ai eu le temps de réfléchir calmement depuis. Beaucoup de choses ont changé et je ne souhaite plus m’engager sur un coup de tête. Laisse-moi du temps s’il te plait. Je me doute que ça doit être dur pour toi mais ça l’est aussi pour moi. Mets-toi à ma place. Je dois penser que je ne vais pas m’engager avec un homme mais avec un futur père. Je veux être sûr que ça marchera vraiment entre nous. »

Du temps ? Mais combien de temps croyait-il que Tatsuki allait attendre ? Il n’allait pas jouer la vierge effarouchée pendant des mois encore. L’Oyabun lui avait promis d’être patient et jusqu’à maintenant, il s’était plié aux volontés du blond et il s’y plierait encore d’ailleurs, mais son comportement allait être limité dans le temps. Que son ex ne veuille pas revivre avec lui de suite, il le comprendrait aisément mais l’empêcher quelconque contact physique, c’était de la pure connerie.

« Je ne suis vraiment pas de bonne compagnie aujourd’hui. Désolé… »

"En effet, ouais…"

Puisque le blond avait été cash, autant l’être aussi. Le yakuza avait en effet atteint sa limite et pire encore, il avait l’impression qu’Abel se foutait de sa gueule et les arguments qu’il avançait le confirmait. Tatsuki se leva et préféra s’éloigner pour ne pas s’énerver, mais cette petite tentative d’apaisement ne porta pas ses fruits. Il alluma une cigarette et se plaça dans un premier temps à l’autre bout de la pièce. Il regrettait amèrement d’avoir planifié ce weekend à deux, pire encore, il s’était conduit comme un gros con en montrant à son ami à quel point il était pressé et excité par cette petite escapade. L’atmosphère était lourde, d’ailleurs, la pièce était aussi sombre que l’humeur de l’Oyabun. La nuit venait de tomber et au lieu de profiter d’un petit tête à tête sympathique au coin du feu, les deux hommes allaient sans doute s’emporter, enfin, surtout l’Oyabun.
Il écrasa nerveusement sa cigarette et tourna comme un lion en cage dans la pièce.

"Nan, c’est pas logique ce que tu me racontes… tu me prends pour un con !"

Limite atteinte… Il fit face au blond en lui jetant un regard glacial.

"Ok, je m’attends pas à ce que tu me sautes dessus comme une chienne en chaleur, mais ne me dis pas que la dernière fois, c’était un putain d’accident ! … Et que bizarrement, aujourd’hui, le moindre contact physique avec moi te répugne presque… Ne me sors pas une excuse de merde comme « je veux prendre mon temps.. », je ne te demande pas encore d’habiter de nouveau ensemble…si à la limite tu m’avais dit que tu voulais attendre mais sans me repousser… Tsk… là, tu ne veux même pas que je t’embrasse !"

Tatsuki l’avait mauvaise de savoir qu’il n’y aurait pas la moindre intimité entre eux, mais la distance que le blond mettait entre eux était pire que tout. Même des caresses et quelques baisers au creux du cou n’y avaient rien fait. Le brun leva ensuite violemment le bras en l’air histoire de déchaîner un peu ses ardeurs, avant de se passer la main dans les cheveux.

"Tu me dis que ça change quelque chose de t’engager avec un futur père, hein ? Mais rappelle-moi qui voulait le plus être impliqué dans la vie de Kaname ? Qui était celui qui était le plus prêt de nous deux ? Qu’est-ce que qui t’a poussé à la rupture, HEIN ? C’est la paternité… c’était ton souhait le plus cher Abel, alors s’il te plaît, n’insulte pas mon intelligence en essayant de me faire croire que c’est la naissance du petit qui chamboule tout ! NAN ! … NAN… NAN… Des choses ont changé ? Lesquelles ? En quelques jours, t’es passé d’un raisonnement à un autre… L’autre fois, tu voulais prendre ton temps pour construire doucement les choses entre nous et maintenant… je le sens… Je le sais… tu veux prendre ton temps pour mettre de la distance… Je suis pas un putain d’ATTARDÉ ! QUOI ? Tu n’oses pas me dire que t’as pas l’intention de te remettre avec moi !! Putain, aie au moins les couilles de le dire ! On aurait évité de PASSER le weekend ensemble !"

Tatsuki vidait littéralement son sac. La prosodie de sa voix variait d’une phrase à une autre. Il passait des cris, aux murmures sans que ce soir nécessairement logique. Il s’approcha du blond en tentant de reprendre tant bien que mal son calme.

"Tu ne m’aimes plus, c’est ça ? Ou alors, c’est ta façon de me faire payer ?"

Le ton de sa voix était redevenu mielleux. C’était sans doute l’idée de penser que le blond ne puisse plus l’aimer qui le chagrinait un peu. Même dans l’obscurité, on pouvait distinguer grâce aux flammes rougies du feu de bois qui éclairaient son visage que les traits de son visage avaient changé. Il y eut un grand silence. Le yakuza n’avait plus la force de poser des questions qui le mettaient encore plus de mauvaise humeur. Les seuls bruits audibles étaient les crépitements du feu de cheminée et les gouttes de pluies qui s’abattaient sur le toit du pavillon.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Lun 17 Mai - 22:52

"En effet, ouais…"

Abel n’avait pas imaginé que Tatsuki lui donnerait cette réponse mais il la méritait sans doute. Il faisait miroiter son ex et finissait par mettre le plus de distance possible entre eux. Pourtant, il ne le faisait pas exprès. C’était juste un moyen de se protéger. Il en avait assez de souffrir à cause de l’Oyabun. Mais c’était malheureusement ce qui était en train de se passer. Depuis qu’il revoyait Tatsuki, sa vie s’était en quelque sorte assombrie. Au prix de grands efforts, il était presque parvenu à oublier son ex mais maintenant, ses pensées n’allaient que vers lui, comme avant. Il l’aimait toujours mais ne désirait pas revivre ce qu’il avait vécu. Il avait supporté durant un long moment l’instabilité de Tatsuki mais il était arrivé à un point où cela n’était plus possible. Et puis il y avait cette paternité et une part d’ombre du yakuza qu’il ne connaissait pas. Comment s’engager dans ces conditions ?

Abel baissa les yeux lorsque Tatsuki se leva. Celui-ci avait l’air énervé et il y avait sûrement de quoi. Il s’était imaginé qu’ils se rapprocheraient encore plus que la dernière fois. Malheureusement pour lui, le blond avait complètement changé depuis leur dernier rendez-vous et était revenu en arrière. Cela avait de quoi être frustrant. Mais Abel ne le faisait pas exprès. Ses craintes étaient plus fortes que ses sentiments. Pour une fois, il souhaitait se montrer égoïste. Il faisait peut-être souffrir Tatsuki mais au moins, il se protégeait. Se montrer distant était comme un bouclier pour lui. L’Oyabun devrait pourtant le savoir. Il avait galéré pour qu’Abel ouvre son cœur et se laisse apprivoiser. Là, c’était comme s’ils revenaient aux prémisses de leur histoire. Le jeune tueur avait peur de s’engager à nouveau, ne voulant plus souffrir.


"Nan, c’est pas logique ce que tu me racontes… tu me prends pour un con !"

Voilà, Tatsuki élevait la voix, comme à chaque fois qu’il était énervé et qu’il n’obtenait pas ce qu’il voulait. Il jouait encore les gamins gâtés à qui on refusait quelque chose. En fin de compte, il n’avait pas tant changé que cela. Abel pouvait comprendre que son comportement soit frustrant pour l’Oyabun mais celui-ci pouvait tout de même tenter de se mettre à sa place pour comprendre son agissement. Il connaissait très bien le grand blond. Il lisait en lui pratiquement comme dans un livre ouvert. S’il se montrait moins égoïste, il parviendrait à comprendre son ex. Abel préféra détourner les yeux pour ne pas avoir à affronter le regard glacial de Tatsuki. Combien de fois avait-il eu le droit à ce regard ? A chaque fois, cela s’était mal terminé. Il y avait eu soit des insultes, soit des gestes violents, allant jusqu’à la rupture. Abel ne pouvait plus supporter cela. Il en avait marre des crises de nerfs du yakuza. Pourquoi ne pouvait-il pas parler calmement pour résoudre un problème ?

"Ok, je m’attends pas à ce que tu me sautes dessus comme une chienne en chaleur, mais ne me dis pas que la dernière fois, c’était un putain d’accident ! … Et que bizarrement, aujourd’hui, le moindre contact physique avec moi te répugne presque… Ne me sors pas une excuse de merde comme « je veux prendre mon temps.. », je ne te demande pas encore d’habiter de nouveau ensemble…si à la limite tu m’avais dit que tu voulais attendre mais sans me repousser… Tsk… là, tu ne veux même pas que je t’embrasse !"

C’était faux. Abel n’avait rien contre les baisers. Mais avec Tatsuki, qui disait « baisers » disait « dérapage ». Il n’y avait qu’à revenir sur le rendez-vous précédent. C’était pour éviter ce genre « d’accident » que le blond était allé voir ailleurs la veille. Dans le feu de l’action, il en était même arrivé à faire une énorme bêtise qu’il regrettait amèrement maintenant. Que Tatsuki arrête avec le sexe, il n’y avait pas que cela dans la vie. A croire qu’il avait invité Abel en week-end juste pour le sauter. Le blond avait espéré qu’ils puissent parler tranquillement tout en passant deux jours ensemble au calme. Mais visiblement, Tatsuki n’était pas d’humeur à discuter et voulait passer à un langage plus physique. Et bien sûr, vu qu’Abel refusait, il s’emportait, piquait sa crise tel un gamin. Le grand blond admettait avoir ses tords dans l’histoire. La dernière fois, il s’était laissé emporter par le manque et ses sentiments. Mais depuis, il avait réfléchi à tête reposée et désirait penser avec sa tête, et non avec une autre partie de son anatomie. Celle-ci avait déjà fait assez de dégât comme cela…

"Tu me dis que ça change quelque chose de t’engager avec un futur père, hein ? Mais rappelle-moi qui voulait le plus être impliqué dans la vie de Kaname ? Qui était celui qui était le plus prêt de nous deux ? Qu’est-ce que qui t’a poussé à la rupture, HEIN ? C’est la paternité… c’était ton souhait le plus cher Abel, alors s’il te plaît, n’insulte pas mon intelligence en essayant de me faire croire que c’est la naissance du petit qui chamboule tout ! NAN ! … NAN… NAN…"

Abel se sentait blessé. Tatsuki rappelait des souvenirs douloureux, comme les disputes et les explications qu’ils avaient eues avant de rompre concernant la paternité. Le blond se souvenait de paroles atroces prononcées par le yakuza. Elles l’avaient tant fait souffrir. Et là, celles qu’il venait de recevoir en pleine face avaient le même effet. Il avait l’impression que Tatsuki lui reprochait d’avoir voulu d’un enfant qui n’était pas le sien, d’avoir voulu être un second père. Rien n’avait changé, Abel voulait toujours élever un enfant. Mais l’Oyabun ne comprenait pas les craintes de son ex. Ce n’était pas la paternité qui lui faisait peur mais qu’on lui retire Kaname qu’il aurait élevé comme son fils si jamais ils se séparaient à nouveau. Là, si on lui arrachait son « fils », jamais il ne pourrait s’en remettre. Jusque là, les ruptures avaient été douloureuses mais supportables mais là, avec un enfant au milieu de cette crise, ce serait trop pénible, non seulement pour Abel mais pour Kaname aussi. Le jeune tueur préférait donc être sûr à 100% avant de s’engager. Il ne voulait pas qu’il y ait une autre rupture alors qu’il y aurait Kaname entre eux.

"Des choses ont changé ? Lesquelles ? En quelques jours, t’es passé d’un raisonnement à un autre… L’autre fois, tu voulais prendre ton temps pour construire doucement les choses entre nous et maintenant… je le sens… Je le sais… tu veux prendre ton temps pour mettre de la distance… Je suis pas un putain d’ATTARDÉ ! QUOI ? Tu n’oses pas me dire que t’as pas l’intention de te remettre avec moi !! Putain, aie au moins les couilles de le dire ! On aurait évité de PASSER le weekend ensemble !"

Les mots étaient lâchés. Alors c’était ainsi que Tatsuki interprétait le comportement d’Abel. Il savait pourtant que le blond était un homme « avec des couilles ». Il avait par exemple osé tenir tête à Hidekazu, alors que personne ne s’y risquait. Alors ce n’était pas Tatsuki qui allait lui faire peur. Il lui avait déjà dit assez souvent ses quatre vérités. Il avait aussi pris son courage à deux mains pour se défaire de cette relation qui l’avait détruit à petit feu. Il donnait néanmoins une dernière chance à l’Oyabun mais celui-ci gâchait encore tout en se montrant trop gourmand. Il désirait tout avoir tout de suite. Mais ce n’était pas ainsi que cela fonctionnait. Il fallait savoir être patient dans la vie mais il n’avait pas l’air de comprendre cela. Il n’était encore qu’un gamin. Il n’avait pas encore assez de maturité pour s’asseoir dans un coin et réfléchir longuement à la situation. Il préférait exploser, quitte à blesser la personne l’écoutant. Et là, c’était le cas. Abel était blessé. Blessé parce que Tatsuki insinuait qu’il se jouait de lui et qu’il n’avait pas le courage de l’avouer.

"Tu ne m’aimes plus, c’est ça ? Ou alors, c’est ta façon de me faire payer ?"

« …Va te faire voir. »
finit par lâcher Abel au bout d’un certain temps, excédé par le comportement de son ex.

Malgré tout ce qu’il pensait au fond de lui, il dit cela avec calme. Au moins, à l’inverse de Tatsuki, il n’avait pas besoin de crier pour faire passer un message. Il en avait marre de devoir toujours se justifier. Il n’était pas prêt, il n’était pas prêt, point. Pourquoi était-il toujours assailli de questions ? N’avait-il pas le droit d’avoir peur de se réengager ? Il tentait de se justifier tant bien que mal pour donner un sens à son comportement mais se faisait engueuler en retour. Alors oui, que Tatsuki aille se faire voir ou se calme tout de suite. Ce n’était pas les disputes qui allaient régler leur problème de communication car oui, ils avaient clairement un problème pour communiquer ensemble. Pour qu’ils aient une chance de se remettre ensemble, il fallait qu’ils règlent ce problème avant tout… Abel se leva pour faire face à Tatsuki. Peut-être que ses paroles auraient plus de poids ainsi.


« Respecte mes choix. Si je n’ai pas envie qu’on fasse l’amour, n’insiste pas et arrête de m’engueuler. Si t’es tant que ça en manque de sexe, va voir quelqu’un d’autre, d’accord ? Nous ne somme pas ensemble après tout… Ce ne sont pas tes caresses et tes baisers qui me dérangent, c’est les idées que t’as derrière la tête. Si tu veux tant que ça qu’on s’embrasse, pas de problème, mais franchement, je ne vois pas à quoi ça rimerait vu l’état de notre relation. Tu en as peut-être marre de parler mais moi j’en ai besoin. Je souhaite retrouver notre complicité d’antan et pour cela, je veux réapprendre à te connaître, voire apprendre à te connaître tout court parce qu’au final, je ne connais pas grand-chose de toi. J’ai l’impression de n’avoir plus de secrets pour toi alors qu’il y a tant de mystères autour de toi. Je ne veux pas m’engager à vie avec quelqu’un que je connais à peine. » avoua t-il clairement, avant de revenir sur le sujet que n’avait pas compris Tatsuki. « Et concernant Kaname, mon vœu le plus cher est de pouvoir l’élever. Ma seule crainte est que tu me retires à nouveau ce rêve si jamais nous nous séparons à nouveau. Je veux être sûr de connaître l’homme que tu es Tatsuki avant de m’engager. Je ne veux plus avoir de mauvaises surprises. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Mar 18 Mai - 14:19


« … Va te faire voir. »


*Hein ?*

Dire que Tatsuki fut surpris par cette réponse serait un euphémisme. Il s'était certes laissé emporter, mais pour une fois, il jugeait sa réaction non excessive. C'est sûr qu'il s'attendait à quelque chose d'autre ce weekend et même si ça l'ennuyait un peu, il était encore prêt à attendre, mais la réaction d'Abel ressemblait à celle d'un gosse. Il était distant et froid et ne disait rien. Il semblait même bouder... L'Oyabun savait qu'il avait beaucoup à se faire pardonner, mais il n'allait pas non plus supporter la sale humeur de son ex. Celui-ci se leva d'ailleurs pour faire face au yakuza qui était toujours médusé par les propos tenus par Abel.

« Respecte mes choix. Si je n’ai pas envie qu’on fasse l’amour, n’insiste pas et arrête de m’engueuler. Si t’es tant que ça en manque de sexe, va voir quelqu’un d’autre, d’accord ? Nous ne somme pas ensemble après tout… Ce ne sont pas tes caresses et tes baisers qui me dérangent, c’est les idées que t’as derrière la tête. Si tu veux tant que ça qu’on s’embrasse, pas de problème, mais franchement, je ne vois pas à quoi ça rimerait vu l’état de notre relation. Tu en as peut-être marre de parler mais moi j’en ai besoin. Je souhaite retrouver notre complicité d’antan et pour cela, je veux réapprendre à te connaître, voire apprendre à te connaître tout court parce qu’au final, je ne connais pas grand-chose de toi. J’ai l’impression de n’avoir plus de secrets pour toi alors qu’il y a tant de mystères autour de toi. Je ne veux pas m’engager à vie avec quelqu’un que je connais à peine. Et concernant Kaname, mon vœu le plus cher est de pouvoir l’élever. Ma seule crainte est que tu me retires à nouveau ce rêve si jamais nous nous séparons à nouveau. Je veux être sûr de connaître l’homme que tu es Tatsuki avant de m’engager. Je ne veux plus avoir de mauvaises surprises.»

Mais c'était quoi cette merde ? Abel parlait exactement comme une femme. Il fallait attendre, accepter que monsieur daigne réfléchir 108 ans, jouer la carte de la psychologie à deux balles, parler ! Putain, parler ! Parler, parler, parler des heures et des heures... quant à sa volonté d'éducation de Kaname... Abel ne se rendait pas compte qu'il réagissait exactement comme les femmes le faisaient. Il réfléchissait trop, beaucoup trop ! Le yakuza était aussi de ceux qui utilisait son cerveau mais uniquement à dose nécessaire. Abel, quant à lui, se compliquait la tâche. Les femmes étaient un mystère aux yeux du yakuza, c'était aussi le cas pour beaucoup d'hommes d'ailleurs. Même en connaissant sur le bout des doigts l'anatomie féminine et les paroles qu'il fallait dire pour les endormir et les séduire, il était impossible de connaître ce qu'une femme avait réellement en tête. Elles étaient toujours pleines de contradictions, de prises de tête, de réflexions, d'engagements et de sentimentalisme, bref, de vraies casses couilles ! Voilà pourquoi au final, Tatsuki avait choisi de vivre une relation sérieuse avec un homme, mais pour le coup, c'était raté ! Le blond avait développé le côté "casse couille" des demoiselles. Et avec le temps, ça n'allait pas en s'arrangeant. On ne pouvait pas lui en vouloir de jouer la prudence, mais en attendant, à jouer trop la prudence, on passait à côté d'un tas de choses ! Sans compter que ce genre de minauderies rendait fou Tatsuki. La patience n'était pas son fort et il devait faire en sorte de l'être un peu plus, mais il ne fallait pas non plus trop tirer sur la corde raide.

"Tsk... tu me prends pour qui ? Tu crois que je vais te sauter dessus et te forcer à faire l'amour ? T'es au courant qu'on appelle ça un viol ?"

Il est vrai que le yakuza était en manque mais il n'allait pas pour autant se jeter sur Abel, surtout si celui-ci n'était pas consentant. Quel plaisir en dégagerait-il ? Mais en plus des paroles chiantes dites par Abel, l'une était plus blessante que l'autre. Allez voir ailleurs... D'accord, ils n'étaient pas encore en couple officiellement, mais le blond ne ressentirait rien si Tatsuki allait voir ailleurs ? Si Abel couchait avec quelqu'un d'autre, ça rendrait fou Tatsuki... fou de colère et fou de jalousie. Mais visiblement, c'était à sens unique. L'Oyabun ne préféra pas polémiquer sur ce point désagréable, il était déjà de sale humeur. Il s'éloigna du blond et s'assit parterre, près de la cheminée. Quelque part, c'était mieux de rester dans l'obscurité, ça évitait d'affronter franchement le regard de l'autre.

"Parler davantage, faire connaissance ? Pff... à part des choses qui me lient au travail et dont je ne peux pas te parler, tu connais tout de moi, je ne comprends vraiment pas où tu veux en venir, vraiment pas ! On a vécu un an ensemble, n'est-ce pas une preuve suffisante !?"

Abel savait que Tatsuki avait un caractère assez difficile et imprévisible, était-ce à cause de cela qu'il disait ne pas le connaître ? Il avait parfois des réactions inattendues, mais c'était le propre de l'homme après tout...

"Pour notre fils, je dis bien notre fils, je souhaite vraiment que nous soyons trois dans sa vie et rien ne changera cela. Comme je te l'ai dit, tu ferais un meilleur père que moi même si ça me fait un peu mal de l'admettre et jamais je ne ferai quelque chose qui desservira mon fils tel que te séparer de lui et lui retirer ton amour. Et puis, si tu n'as pas confiance en moi, tu auras toujours la bénédiction de Cassandre, non ? Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve mais je veux que nous nous remettons définitivement ensemble même si on ne sait pas comment les choses évolueront à long terme..."

L'Oyabun essayait tant bien que mal de rassurer son ex fiancé. Il ne réagirait plus comme un enfant gâté en retirant "le jouet" à un autre. Cette façon de penser était étrange, mais il avait réagi comme cela dans un premier temps en retirant son fils des mains de celui qui lui donnerait sans doute le plus d'amour. D'ailleurs, dans un premier temps, il avait même projeté de l'enlever à Cassandre... une idée tellement stupide lorsqu'on y réfléchissait avec le recul nécessaire. Une fois son enfant né et Abel entré dans sa vie, il ferait trop de dégâts en les séparant. Il causerait le malheur de son propre fils qui allait sans aucun doute s'attacher au blond. Et puis, Cassandre aurait aussi son mot à dire... aussi bête que cela pouvait être, il l'avait aussi compris à postériori. Cela valait aussi pour leur pseudo mariage. Le brun avait dans un premier temps tout imposé à la belle blonde, quelle farce...
Le beau brun se retourna vers Abel avant de hausser les épaules. Il fallait absolument qu'il contrôle ses pulsions.

"Bien, discutons..."

Abel demandait à parler et avait projeté de faire cela pendant tout le weekend, c'était clair maintenant. Cette idée était peu séduisante mais tant pis. Faire du forcing ne servirait à rien de toute façon et le yakuza n'en n'avait pas envie. Tatsuki était déterminé et mettait toutes les chances de son côté.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Mer 19 Mai - 9:05

"Tsk... tu me prends pour qui ? Tu crois que je vais te sauter dessus et te forcer à faire l'amour ? T'es au courant qu'on appelle ça un viol ?"

Visiblement, les deux hommes n’étaient vraiment pas sur la même longueur d’onde. Abel n’avait jamais parlé de viol mais de la grande insistance de Tatsuki. Il savait bien que l’Oyabun ne le forcerait jamais à lui faire l’amour. C’était malheureusement déjà arrivé et ils avaient vu le résultat… Et encore là, Abel lui avait pardonné. Il avait pardonné tellement de choses à Tatsuki. Il était donc normal qu’il en ait assez maintenant et qu’il soit sur ses gardes. Pourquoi le yakuza ne parvenait-il pas à le comprendre ? Le grand blond souhaitait tellement que son ex comprenne ses craintes et qu’il tente d’y remédier. Cela prouverait qu’il faisait plus attention à Abel. Peut-être que le jeune tueur était trop exigeant mais il en avait tellement bavé qu’il exigeait des certitudes maintenant. Il en avait marre de se faire avoir et souhaitait être sûr avant de s’engager vraiment. Mais le comportement de Tatsuki le faisait douter. Il regarda le yakuza retourner s’asseoir devant la cheminée.

"Parler davantage, faire connaissance ? Pff... à part des choses qui me lient au travail et dont je ne peux pas te parler, tu connais tout de moi, je ne comprends vraiment pas où tu veux en venir, vraiment pas ! On a vécu un an ensemble, n'est-ce pas une preuve suffisante !?"

Non, ce n’était pas une preuve suffisante pour Abel. Il désirait plus pour une fois. Akito avait su aviver sa curiosité. Etait-ce un bien ou un mal, il n’en savait rien. Tout dépendait du point de vue sans doute. Peut-être que Tatsuki cachait de terribles secrets et que cela lui ferait mal de les dévoiler à Abel. Mais s’ils faisaient leur vie ensemble, ils allaient devoir avoir confiance en l’autre et ne rien lui cacher, ou presque. Si des choses du passé devaient être révélées pour renforcer leur couple et éviter les mauvaises surprises, l’Oyabun se devait de se jeter à l’eau. S’il désirait savoir certains détails de la vie d’Abel, celui-ci lui répondrait. C’était donnant-donnant. Le blond ne voyait pas pourquoi il serait le seul à pouvoir poser des questions. Mais Tatsuki accepterait-il de jouer le jeu ou allait-il encore s’emporter ?

"Pour notre fils, je dis bien notre fils, je souhaite vraiment que nous soyons trois dans sa vie et rien ne changera cela. Comme je te l'ai dit, tu ferais un meilleur père que moi même si ça me fait un peu mal de l'admettre et jamais je ne ferai quelque chose qui desservira mon fils tel que te séparer de lui et lui retirer ton amour. Et puis, si tu n'as pas confiance en moi, tu auras toujours la bénédiction de Cassandre, non ? Je ne sais pas ce que l'avenir nous réserve mais je veux que nous nous remettons définitivement ensemble même si on ne sait pas comment les choses évolueront à long terme..."

C’était ce détail qui dérangeait Abel. Lui souhaitait savoir ce qu’allait donner leur relation à long terme. Il ne voulait plus de séparation. S’ils se remettaient ensemble, c’était à vie. Si Tatsuki ne pouvait pas lui certifier cela, cela ne servait à rien d’insister. Ils pourraient garder contact mais cela s’arrêterait là, Abel ne se remettrait jamais avec son ex. Bien sûr, l’idée d’être père lui donnait envie de leur donner une dernière chance mais il savait que ce n’était pas une bonne idée. Pourtant, c’était tentant. Tatsuki parlait de son enfant comme le leur à tous les deux, enfin, à tous les trois en comptant Cassandre. Il voyait Abel comme un bon père, un très bon père même, meilleur que lui qui était le père biologique. Le blond ne savait pas s’il avait la fibre paternelle mais une chose était sûre, il désirait élever un enfant, que ce soit le sien ou celui de son amant.

Abel soupira calmement. Il en avait assez de se prendre la tête alors que tout pourrait être plus simple s’il arrêtait de se poser des questions et se jetait à l’eau en retournant avec Tatsuki. Mais il avait déjà agi sur un coup de tête plusieurs fois et il l’avait toujours regretté. Même si l’Oyabun lui promettait de ne pas lui retirer leur fils si jamais ils devaient à nouveau se séparer, Abel ne souhaitait pas de séparation tout court. Il en avait assez. Tatsuki et lui s’étaient trop de fois déchirés et séparés. Le grand blond ne comprenait pas comment son ex pouvait avoir envie de tenter une dernière fois une vie ensemble sans savoir ce que l’avenir leur réservait comme mauvaises surprises. Mais peut-être était-ce parce que Tatsuki agissait souvent sur un coup de tête et qu’Abel se prenait trop la tête. Le yakuza préférait vivre le moment présent alors que le blond préférait se projeter dans l’avenir pour se protéger.


"Bien, discutons..."

Tatsuki disait cela mais n’avait pas l’air motivé à le faire. Cela semblait même être une corvée pour lui. Abel regrettait vraiment d’avoir accepté ce week-end. Si la situation entre eux continuait d’être aussi tendue, ces deux jours ensemble allaient être un enfer. Mais en même temps, il ne devait s’en prendre qu’à lui-même. C’était de sa faute s’il y avait ce froid entre eux. Mais ce n’était vraiment pas intensionnelle. Il aurait préféré que cela se passe comme lors de leur dernier rendez-vous et qu’ils aillent plus loin même. Mais il fallait qu’il se prenne la tête, peut-être pour un rien. Et si Akito lui avait monté la tête en se doutant que Tatsuki et lui se revoyaient ? Mais de l’autre côté, s’il disait vrai et que l’Oyabun portait vraiment de sombres souvenirs sur ses épaules, n’était-ce pas préférable de les connaître pour savoir avec qui on allait vivre ? Abel avait tant de questions mais avait peur que Tatsuki élève à nouveau la voix. Il en avait assez des cris, il souhaitait parler calmement pour faire avancer les choses. Le yakuza serait-il enclin à le faire ?.. Le jeune tueur retourna s’asseoir devant la cheminée, cette fois-ci face à son ex.

« Ça a l’air d’être une corvée de me parler et finalement, je me demande si ça va servir à quelque chose vu l’ambiance. Je sais bien que tout ça est de ma faute et j’en suis désolé… Mais pour tout t’avouer, je ne sais pas ce que j’attends, ni de quel déclic j’ai besoin pour accepter qu’on soit à nouveau ensemble. Je ne le fais pas exprès pour t’ennuyer. Je pensais que tu me faisais confiance de ce côté-là. Mais je n’arrête pas de douter en ce moment…» avoua t-il, espérant que Tatsuki le comprenne cette fois-ci.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Mer 19 Mai - 18:15


« Ça a l’air d’être une corvée de me parler et finalement, je me demande si ça va servir à quelque chose vu l’ambiance. Je sais bien que tout ça est de ma faute et j’en suis désolé… Mais pour tout t’avouer, je ne sais pas ce que j’attends, ni de quel déclic j’ai besoin pour accepter qu’on soit à nouveau ensemble. Je ne le fais pas exprès pour t’ennuyer. Je pensais que tu me faisais confiance de ce côté-là. Mais je n’arrête pas de douter en ce moment…»

Qu'il était compliqué et surtout agaçant dans un sens. Le yakuza se pliait enfin à son désir de parler et d'échanger un peu plus et monsieur Abel trouvait encore à redire en lui reprochant son manque d'envie. Mais il y avait pire encore, cette indécision et surtout son incompréhension. Abel n'était pas foutu d'expliquer ce qu'il voulait et ce qu'il ressentait, alors que dire pour Tatsuki ? Si le blond ne savait pas lui-même ce qu'il ressentait, comment l'Oyabun allait-il le savoir ? Il n'était pas dans la tête de son ex. Il avait l'impression de se faire un peu manipuler et que son partenaire se foutait un poil de lui. C'est bon, il avait compris que son ex ne voulait plus souffrir et c'était tout à fait normal. Tatsuki ne voulait plus lui non plus souffrir, sa vie sans Abel avait été un enfer mais était-ce une raison pour jouer les ultra-sensibles et pour réagir aussi excessivement ? Lorsque Tatsuki avait précédemment pensé que le blond se conduisait comme une femme, ça n'avait pas été exagéré du tout. Et quelque part, ce nouveau côté d'Abel lui donnait aussi des doutes... C'était justement ce côté-là qui avait toujours poussé le yakuza à ne pas vouloir de liaisons sérieuses, trop de sentiments et trop de prises de tête... il se disait jusqu'à maintenant que le côté "hystérique" et ultra émotif étaient le propre de ces dames. Lorsqu'il avait rencontré Abel, il était tombé sous le charme de cet homme beau, attirant, réservé et surtout détaché. Leur relation évolua vers l'amour pour le plus grand bonheur de Tatsuki et leur engagement devint beaucoup plus sérieux, mais jusqu'à maintenant, le blond n'avait jamais été aussi demandeur et aussi exigeant. Mais maintenant, il montrait un côté assez déplaisant... ses craintes avaient déteintes sur le yakuza. S'il vivait de nouveau avec son homme, serait-il constamment angoissé par ces exigences si étouffantes ? Il savait qu'une relation sérieuse impliquait des concessions et même s'il avait du mal de ce côté-là, il était prêt à en faire et à revoir beaucoup de choses du côté de ses défauts. Décidément, les quelques mots du blond avaient réussi à faire douter l'Oyabun.
Le brun soupira et croisa les bras avant de poser sa tête sur la paume de sa main. Cette position reflétait son anxiété et surtout cela montrait à quel point il était paumé.


"Tu doutes ?... Je comprends... Mais, je te le redemande de nouveau Abel... Tu ne m'aimes plus ? Tu doutes de tes sentiments à mon égard c'est ça ?"
Dit-il très calmement.

Si c'était réellement ça, c'était une situation des plus embêtantes. Non, la pire des situations même. L'Oyabun ne vasait pas s'il était triste, déçu, choqué ou énervé...ou peut-être, il était tout ça à la fois. Une forte pression lui compressait la poitrine mais il ne savait pas comment expliquer cela. Il n'arrivait pas à savoir ce qu'il pensait ou ce qu'il ressentait à cet instant. Mais il savait une chose, s'énerver était inutile, forcer Abel était inutile... si c'était réellement un problème de sentiment, il ne pouvait rien y faire. C'était si frustrant pour quelqu'un qui avait l'habitude de tout contrôler. La seule chose qu'il pouvait faire était de tenter de séduire de nouveau son ex et d'attendre. Abel était le seul à avoir ses réponses, qui sait, Tatsuki avait peut-être raté le coche, c'était peut-être trop tard. Il avait laissé passer sa chance... Non, non, cette idée était trop déplaisante, mais il devait s'y préparer. Son expérience et ses frasques lui avaient au moins apprises qu'on ne maîtrisait pas ses sentiments.

"Bien... je suppose qu'on peut rien y faire. Je ne peux pas t'obliger à me redonner une chance..."


Le yakuza continua de parler calmement. Ce n'était pas une stratégie ou une nouvelle manipulation de sa part, mais les paroles du blond l'avaient atteintes. Même si Abel n'avait pas été insultant ou agressif, ses mots avaient été comme un coup de poignard dans le cœur du brun... Abel doutait... c'était pire que tout. Malgré les promesses et les résolutions de Tatsuki, il doutait. L'Oyabun avait été tellement loin qu'il avait creusé sa propre tombe ? Il avait réussi à dégoûter Abel de lui... Le jeune Sugiura se tourna vers le blond tout en gardant une partie de son visage engouffrée entre ses mains.


"Il n'y a que le temps... je ne peux donc qu'attendre... En attendant, je suppose que l'on devrait se comporter comme... ... ... ... ... "

Ces mots avaient du mal à sortir.

"Des amis..."

Et pour cause... Comment être ami avec celui qu'on aimait comme un fou ? Sans pouvoir le toucher, sans pouvoir mettre le nez dans sa vie. C'était pire que tout et le yakuza payait le prix fort. C'était pire que la douleur de la balle qu'il s'était prise dans l'épaule. Et en plus, en dehors de sa relation avec Abel, l'Oyabun ne croyait pas en l'amitié, il avait toujours pensé et même dit au blond qu'il avait des ennemis, des associés et son frère, rien d'autre. Il avait bien sûr ajouté avec le temps son amant, mais l'amitié n'avait jamais eu sa place dans la vie du yakuza. Il ne faisait pas confiance à 100% même aux gens les plus proches et puis, croire en une amitié entre deux personnes, c'était ringard.


"Ouais, des amis... Comme deux amis célibataires..."


Il rebondit sur ce que lui avait dit Abel plus tôt. Le blond n'avait sans doute pas fait attention à la portée et au sens de ses paroles mais Tatsuki avait tiqué sur ces mots. Célibataire voulait bien dire que chacun était libre de ses actes...

"Tu m'as dit tout à l'heure que je n'avais qu'à aller voir ailleurs... Le penses-tu vraiment ? Je veux dire, ça ne te ferait rien que je sorte avec quelqu'un d'autre ? Et, dois-je comprendre, que toi aussi tu peux sortir avec quelqu'un d'autre sans que j'ai mon mot à dire ? On est donc libre et sans attache jusqu'à ce que tu sois fixer c'est ça ?

Quel mauvais délire... non, ce n'était pas cool du tout et surtout ce n'était pas ce que Tatsuki avait prévu. Ce weekend allait laisser un goût amer au yakuza. Il s'attendait à se remettre avec son ex, mais au lieu de cela, il gagnait une interminable attente. Il allait devoir se contenter de jouer copain/copain avec son ex en attendant qu'il y ait ce fameux déclic qui lui apporte la réponse. Et encore, rien ne laissait entendre que cette réponse serait positive. Et si entre temps, le blond faisait une rencontre et retombait amoureux ? C'était un risque. Le jeune tueur au cœur froid que Tatsuki avait rencontré plus d'un an auparavant n'existait plus. En plus, le blond était assez fragile en ce moment. Toutes les conditions idéales étaient réunies pour le faire tomber dans les bras d'un autre. Même si le yakuza se contenait, il ne le supporterait pas. Il ne tolérerait pas de voir Abel dans les bras d'un autre, mais il ne pouvait pas non plus forcer le blond à redevenir sien... Allait-il devoir tourner la page ? Rien n'était sûr maintenant... Le jeune Kumicho retira la main de son visage et se pencha vers le blond en le regardant dans les yeux d'un air déterminé.

"J'ai besoin de savoir Abel... Donne-moi une réponse claire et nette, s'il te plaît et ne me dis pas que tu ne sais pas..."

Abel avait usé son lot de paroles vagues. Il devait maintenant clairement dire à Tatsuki ce qu'il en était, que ce soit déplaisant ou non.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici


Dernière édition par Tatsuki Sugiura le Lun 30 Aoû - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Jeu 20 Mai - 12:40

"Tu doutes ?... Je comprends... Mais, je te le redemandes de nouveau Abel... Tu ne m'aimes plus ? Tu doutes de tes sentiments à mon égard c'est ça ?"

En entendant ces questions, le cœur d’Abel se serra et le fit souffrir. Non, il avait toujours des sentiments pour Tatsuki, c’était le problème en fait. Ceux-ci le faisaient souffrir et lui faisaient faire n’importe quoi. Il avait l’impression de devenir comme fou. Il était parvenu à retrouver son rythme de vie d’avant et depuis que l’Oyabun lui avait proposé qu’ils se revoient, c’était le trouble. Tout se bousculait dans la tête d’Abel. D’un côté, il avait repris goût à sa vie de célibat et ne désirait plus souffrir dans une relation destructrice avec Tatsuki, mais de l’autre, il aimait toujours son ex et avait envie de leur redonner une chance. C’était si compliqué. Pourquoi avait-il fallu qu’il tombe amoureux et surtout que cet amour soit si résistant ? Il en avait assez, assez que ses sentiments pour le yakuza le détruisent à petit feu. Il ne faisait rien de bien lorsqu’il pensait à Tatsuki. La preuve la veille avec son énorme connerie qui pouvait le faire sombrer dans la même souffrance que sa défunte mère. Tatsuki ne s’en rendait peut-être pas compte mais il avait un pouvoir destructeur sur les personnes étant trop proche de lui. Reira l’avait prévenu.

"Bien... je suppose qu'on peut rien y faire. Je ne peux pas t'obliger à me redonner une chance..."

Abel le savait bien cela mais il avait tout de même voulu redonner une chance à Tatsuki. Mais cela avait l’air très mal parti. Pourquoi cela se passait-il si mal ? Auparavant, ils n’avaient eu aucun mal à se réconcilier. Mais le problème venait sûrement du grand blond. Psychologiquement, il était plus faible qu’avant. Sans doute était-ce à cause de toutes les crasses que lui avait faites l’Oyabun. Il n’avait pas cessé d’accepter celles-ci et au final, cela avait été trop dur à supporter. Résultat, il doutait plus que jamais et était plus que perdu. Pourtant, même s’il souffrait, il avait aussi mal pour Tatsuki. Celui-ci avait l’air calme en cet instant mais pourtant, Abel sentait qu’il n’allait pas bien non plus. Le yakuza avait fait beaucoup d’efforts pour tenter de reconquérir son ex mais cela n’avait apparemment servi à rien et cela devait être frustrant pour lui. Abel s’en voulait tant de lui faire cela mais Tatsuki le faisait souffrir aussi.

"Il n'y a que le temps... je ne peux donc qu'attendre... En attendant, je suppose que l'on devrait se comporter comme... ... ... ... ... Des amis... Ouais, des amis... Comme deux amis célibataires..."

Ils avaient déjà tenté d’être amis mais cela n’avait jamais fonctionné. Quelque part, même s’ils faisaient tout pour l’enfouir, une chose les faisait retourner ensemble. Ils étaient comme deux aimants. On avait beau vouloir les séparer, ils s’attiraient et finissaient toujours par revenir ensemble. Et puis, quand bien même ils parvenaient à rester amis, cette amitié ne serait pas saine. Elle serait tout aussi toxique que cette situation dans laquelle ils se trouvaient en ce moment. Ils souffraient tous les deux. Abel se sentait mal. Tout cela était de sa faute. Mais il n’allait pas accepter de retourner avec Tatsuki juste pour lui faire plaisir et plaire à une partie de lui-même. Il y aurait toujours ce côté en lui qui souffrirait et qui prendrait le dessus. S’il se sentait mal, leur relation en pâtirait. Il valait donc mieux ne rien tenter, du moins pour l’instant. Peut-être qu’un jour, il se sentirait prêt. Mais quand ce jour arriverait-il ? Tatsuki serait-il toujours disponible ? Serait-il toujours amoureux de lui ?

"Tu m'as dit tout à l'heure que je n'avais qu'à aller voir ailleurs... Le penses-tu vraiment ? Je veux dire, ça ne te ferait rien que je sorte avec quelqu'un d'autre ? Et, dois-je comprendre, que toi aussi tu peux sortir avec quelqu'un d'autre sans que j'ai mon mot à dire ? On est donc libre et sans attache jusqu'à ce que tu sois fixé c'est ça ?"

Abel n’avait pas vu les choses ainsi. Il avait pensé qu’ils seraient libres chacun de leur côté d’aller voir ailleurs tant qu’ils ne se seraient pas officiellement remis ensemble. Mais apparemment, Tatsuki ne voyait pas les choses ainsi. Il semblait se dire qu’ils n’avaient pas le droit de coucher avec quelqu’un d’autre depuis le jour où ils s’étaient reparlés et avaient planifié une éventuelle réconciliation. Abel se sentit encore plus mal à cette pensée et surtout sale. A peine vingt-quatre heures plus tôt, il était en train de coucher avec Yuki, trompant en quelque sorte Tatsuki. Mais était-ce vraiment « tromper » ? Aux yeux de l’Oyabun, oui, mais aux yeux d’Abel, non ? Qui avait raison ? Sans doute pas le blond. Pourquoi se sentait-il honteux sinon ? Pourquoi avait-il des remords ? Il avait vraiment fait une belle connerie en couchant avec le bel hôte, aussi magnifique avait été le moment. Voilà une belle preuve de ce que son amour pouvait lui faire faire. Il avait vraiment l’impression de perdre pied et de sombrer dans la folie.

"J'ai besoin de savoir Abel... Donne-moi une réponse claire et nette, s'il te plaît et ne me dis pas que tu ne sais pas..."

Tatsuki anticipait la réponse d’Abel car celui-ci allait lui répondre qu’il n’en avait aucune idée. Il ne savait vraiment plus où il en était. Bien sûr, cela ne le laisserait pas de marbre de savoir que le yakuza avait couché avec un autre, mais est-ce que cela lui ferait si mal que cela ? Mine de rien, il avait pris l’habitude d’être trompé et avait même cautionné cette aventure avec Hidekazu, ne préférant rien dire plutôt que de perdre Tatsuki. Alors quoi ? Etait-il trop blasé par les bêtises qu’avait bien pu faire l’Oyabun ? Sans doute. Mais en même temps, s’ils se remettaient officiellement ensemble, il se montrerait bien plus exigeant et Tatsuki en avait eu un aperçu déjà. Abel en demandait peut-être trop pour être sûr de ne plus souffrir. Mais est-ce que le yakuza ne se sentirait-il pas emprisonné par toutes les conditions et les exigences du blond ?

« J’ai l’impression de passer pour celui qui fout tout en l’air. »

Abel baissa la tête, ne pouvant plus regarder Tatsuki dans les yeux. Il désirait fuir le plus loin possible de ce pavillon. Il souffrait et faisait souffrir l’homme qu’il aimait. Cette situation était intenable. Il souhaitait oublier tout cela, revenir à sa vie d’avant. Pourquoi avait-il fallu qu’il tombe amoureux ? Il n’avait jamais imaginé que ce sentiment pouvait être aussi destructeur. Il ne désirait plus se prendre la tête. C’était ce qu’il avait voulu la veille et était parvenu à se changer les idées dans les bras de Yuki. Mais il savait que ce n’était pas une bonne idée. C’était lâche et incorrect de rejoindre un autre homme que celui qu’on aimait. Mais pourquoi tout ne pouvait-il pas être aussi simple qu’avec le bel hôte ? Au moins, avec lui, Abel pouvait se confier, se détendre, parler de tout et de rien. Alors qu’avec Tatsuki, il était sur ses gardes et avait peur de retourner avec lui.

« Je suis désolé Tatsuki. » dit-il, sans relever la tête de peur de partir dans une crise de nerfs. « Je t’aime mais j’ai l’impression que je vais devenir fou. Depuis qu’on se revoit, j’ai l’impression de perdre complètement pied. Je fais n’importe quoi… Tellement de choses me passent par la tête. Tu n’imagines pas à quel point ça me fait mal de constamment douter de toi et de vouloir me protéger… J’aimerais tant qu’on retrouve notre complicité mais… c’est comme si les rôles étaient inversés. C’est moi qui déraille. »

Abel n’osait pas regarder Tatsuki dans les yeux. Il ne voulait pas y lire quelque chose qui lui déplairait. Peut-être que l’Oyabun le prenait pour un fou. Mais il espérait que son ex comprenne sa détresse et surtout un certain message qu’il désirait faire passer. Est-ce que Tatsuki le comprendrait ? Il parlait de rôles inversés. Dans le passé, c’était le yakuza qui faisait tout de travers et qui dérivait en allant voir ailleurs. C’était aussi lui qui désirait tout savoir sur son amant, allant jusqu’à le faire suivre. Abel en était arrivé à vouloir tout savoir de son ex, projetant même d’interroger sa famille. Cela prouvait à quel point il avait peu confiance en Tatsuki. Le problème, c’était qu’il ne savait pas comment retrouver cette confiance. Tout serait plus facile s’il y parvenait. Il ne se prendrait plus la tête et n’aurait plus à souffrir comme il le faisait en ce moment.

« Je ne sais pas quoi faire… Tu penses que la situation serait moins tendue si nous tentions d’être amis ? On a déjà essayé pourtant… »

Abel ne savait pas quoi répondre à Tatsuki. Il se sentait frustré. Il avait l’impression d’être dans une impasse, d’être comme un lion en cage. Il avait envie d’exploser mais gardait tout en lui, ne sachant pas ce qui pourrait se produire. Il finit tout de même par se lever et alla à la fenêtre. Il avait besoin d’air frais. Il n’en pouvait plus de cette ambiance. Il ne savait pas quoi faire. Un côté de sa conscience lui conseillait de laisser tomber Tatsuki et de retourner à sa vie de célibataire qu’il était parvenu à retrouver. Mais au fond de son cœur, quelque chose le retenait à son ex. Ce dilemme allait finir par lui faire perdre la tête. Son amour pour l’Oyabun était néfaste. Peut-être était-il donc préférable qu’il tente de s’en débarrasser… Il finit par se retourner pour faire face à Tatsuki, mais sans vraiment oser le regarder dans les yeux tant ce qu’il allait dire était douloureux.

« Je… Pardonne-moi mais je pense qu’il vaudrait mieux que nous arrêtions de nous voir. Je vais devenir complètement parano sinon, si ce n’est pas déjà fait. J’en viens même à imaginer les pires choses avec ce qu’ "il" a dit… Je suis désolé Tatsuki, vraiment désolé. Je t’aime mais je ne pourrais plus supporter une nouvelle rupture si ça devait arriver. »

En disant « il », Abel voulait parler d’Akito. Tatsuki allait-il comprendre et faire le rapprochement entre son beau-frère et le caprice du blond à vouloir mieux le connaître ? Peut-être que cela aiderait à calmer la situation, ou peut-être pas… Abel s’en voulait énormément. Il n’aurait pas dû laisser trainer les choses. Pourtant, il avait cru possible une réconciliation. Mais vu l’état des choses, c’était impossible. Il n’avait plus confiance en Tatsuki et avait peur de l’engagement maintenant. Il aurait pourtant tant aimé être marié et père. C’était ses rêves d’avenir. Mais pour le moment, il ne le pensait pas possible avec l’Oyabun. Mais trouverait-il l’amour avec quelqu’un d’autre ? Rien n’était sûr. Son amour pour Tatsuki était tellement fort et passionné. C’était d’ailleurs sûrement pour cela qu’il souffrait tant. Mais il se doutait qu’il n’était pas le seul à avoir mal. Tatsuki aussi devait être dans le même cas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Jeu 20 Mai - 18:27



« J’ai l’impression de passer pour celui qui fout tout en l’air. »


Même si le yakuza s’était dit l’espace d’un instant la même chose, il ne pouvait pas confirmer la pensée d’Abel. Il avait été le premier à déconner et même si son ego sur-dimensionné ne supportait pas les tords, il devait être objectif et admettre qu’il avait fauté. Ses crises de nerf répétées, ses infidélités répétées, ses exigences et parfois sa méchanceté… Abel avait largement supporté les frasques de son ex.

« Je suis désolé Tatsuki. Je t’aime mais j’ai l’impression que je vais devenir fou. Depuis qu’on se revoit, j’ai l’impression de perdre complètement pied. Je fais n’importe quoi… Tellement de choses me passent par la tête. Tu n’imagines pas à quel point ça me fait mal de constamment douter de toi et de vouloir me protéger… J’aimerais tant qu’on retrouve notre complicité mais… c’est comme si les rôles étaient inversés. C’est moi qui déraille. »

Le blond souffrait lui aussi, il ne pouvait d’ailleurs pas faire face au yakuza puisqu’il préféra fuir son regard et même sa proximité. Celui-ci resta d’ailleurs stoïque pendant qu’il écoutait ces paroles qui lui faisaient tant mal. Même s’il faisait mine de supporter ce que le blond lui disait, au fond de lui, il souffrait. Surtout lorsque son ex amant lui parlait de doute. Il avait répété ce mot une bonne dizaine de fois, mais de quelles doutes parlaient-il ? Quelle question stupide au fond… Il devait douter de tout concernant Tatsuki… de sa fidélité, de ses promesses et de leur avenir. Il n’était pas sûr qu’ils aient un avenir tous les deux. Mais une chose était sure, Abel n’avait pas le droit de douter de la sincérité des sentiments de l’Oyabun. Malgré tous les coups bas qu’il avait fait à Abel, il l’aimait comme un fou. C’était d’ailleurs ça le plus étrange, il faisait le plus souffrir celui qu’il aimait le plus au monde. Pourtant, le brun écoutait son ex parler sans dire un mot. Il avait tant à dire, mais à quoi bon ?

« Je ne sais pas quoi faire… Tu penses que la situation serait moins tendue si nous tentions d’être amis ? On a déjà essayé pourtant… »

Bien sûr que non. Lui non plus ne voulait pas d’une pseudo amitié entre eux. Il n’avait pas voulu paraître agressif et de mauvaise foi en disant le contraire, mais une amitié était impossible. Soit, ils se remettaient ensemble, soit ils ne se reverraient plus. Ce serait trop douloureux.

« Je… Pardonne-moi mais je pense qu’il vaudrait mieux que nous arrêtions de nous voir. Je vais devenir complètement parano sinon, si ce n’est pas déjà fait. J’en viens même à imaginer les pires choses avec ce qu’ "il" a dit… Je suis désolé Tatsuki, vraiment désolé. Je t’aime mais je ne pourrais plus supporter une nouvelle rupture si ça devait arriver. »

"..."

« Il ? » Le blond faisait sans doute référence à Hidekazu. Le « Suprême » n’y avait pas été de main morte cette fois-ci. Il avait réussi à pousser Abel à bout à force de menaces et de chantages. Il avait longtemps manipulé le yakuza en jouant sur les sentiments et même si celui-ci en avait pris conscience, il n’avait jamais voulu se mettre son père spirituel à dos en le contredisant. Il avait donc choisi de subir mais Abel n’avait pas à faire cela. Il l’avait pourtant fait pendant un bon moment même si rien ne l’avait obligé à le faire. Il avait choisi de supporter en silence la méchanceté de Hidekazu par amour, mais à la fin il avait fini par craquer. C’était triste à dire, mais Tatsuki ne pu répondre à cela… « après ce qu’il a dit »… Il imaginait aisément ce qu’il avait pu raconter au blond mais il n’avait pas le cœur à en parler. Et puis, visiblement, les jeux étaient faits.
Les deux hommes s’aimaient passionnément, mais leur amour était trop destructeur. Telle une tornade, il détruisait tout sur son passage en ne laissant que des ruines. On disait que la passion était la pire des maladies. Elle vous rongeait tel un cancer petit à petit jusqu’à complète destruction, mais malgré le mal que la passion causait, on ne pouvait pourtant pas lutter contre elle et aller à son encontre. Tatsuki et Abel étaient prisonniers, prisonniers de leur amour, prisonniers l’un de l’autre. Il était sans doute sage qu’ils en finissent définitivement pour ne pas finir par se détruire ou se haïr… mais une rupture détruirait le yakuza. Il avait connu l’amour, le bonheur d’être aimé et d’aimer, une épaule sur laquelle se reposer, des bras pour le réchauffer… comment renoncer à tout ça ? Mais pourtant… L’Oyabun se leva à son tour, mais il resta à distance du blond.

"Donc… autant se séparer définitivement… Ou plutôt renoncer…"

Renoncer était le mot le plus approprié, car après tout, ils ne s’étaient pas remis ensemble pour se séparer de nouveau. Ce petit lapsus en disant long sur les espoirs de Tatsuki.

"Je pense moi aussi qu’on ne pourra jamais être amis, même pendant un court laps de temps. Tsk… je dis pas que cette situation ne m’emmerde pas et que je n’espérais pas qu’il se passerait quelque chose ce weekend… mais si tu doutes de moi et de notre futur, tu as raison, il ne faut pas retenter quelque chose. "

C’était dur à dire, surtout qu’il n’était pas de cet avis, mais à quoi bon s’énerver. Il n’allait pas obliger son ex à lui redonner une chance et puis, si c’était pour se remettre avec une personne qui doutait continuellement, leur couple ne tiendrait pas bien longtemps. L’Oyabun avait changé de ce côté-là. Avant, il aurait insisté, voire obliger son ami à se plier à ses quatre volontés. Le moral de Tatsuki était retombé comme un soufflé raté. Il avait tant attendu ces deux jours… et au final, il recevait une claque en pleine gueule. C’était donc terminé ? Leurs routes se séparaient mais une question taraudait le jeune Sugiura… Abel voulait participer à l’éducation de Kaname, mais c’était une chose impossible maintenant. Comment être présent dans la vie d’un enfant sans être en interaction avec son père ? Abel le comprendrait sûrement de lui-même. Tatsuki ne lui interdirait pas de voir son fils comme il l’avait affirmé lors de l’une de leurs disputes, mais le blond ne pourrait pas s’investir dans la vie de Kaname sans partager la vie de Tatsuki. Bref, ce n’était pas le moment d’en parler et puis, le yakuza n’avait pas vraiment envie de réfléchir à ce détail pour le moment.

"Je vais rentrer… je suis désolé. Je pense qu’il vaut mieux nous séparer au plus vite et passer une nuit avec toi ou rester dans la même pièce que toi… Tsk… Tu sais très bien que c’est impossible…"

Les deux hommes n’allaient pas parler de tout et de rien comme s’ils étaient les meilleurs amis du monde. Qu’est-ce qu’ils pourraient bien se dire ? En restant tous les deux encore 24 heures, nul doute que l’atmosphère serait déplaisante pour l’un comme pour l’autre. Le jeune Sugiura se dirigea d'un pas lourd vers la chambre afin de se changer et de rassembler ses affaires. Il ne voulait plus rester en ces lieux une minute de plus.

"Je sais que c'est moi qui aie proposé de passer ce weekend ensemble mais, je préfère rentrer. Tu peux rester ici jusqu'à demain mais à vrai dire... je doute que tu le feras. Je vais m'habiller..."

Il fit un sourire forcé afin de ne pas ajouter un poids de plus au malaise déjà présent. Surtout qu'il se sentait bête à cet instant. Il avait planifié tout à l'avance pour récolter au final... Récolter quoi d'ailleurs ? Rien du tout... Lui, qui s'emportait tellement facilement paraissait pour une fois complètement anéanti, même s'il ne le montrait pas clairement par fierté. Il voulait faire face au blond et lui montrer qu'il acceptait sa décision, voire qu'il la validait. Après tout, il s'en remettrait... C'était du moins ce qu'il voulait montrer au blond.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici


Dernière édition par Tatsuki Sugiura le Lun 30 Aoû - 15:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Dim 23 Mai - 14:45

"Donc… autant se séparer définitivement… Ou plutôt renoncer…"

Abel acquiesça d’un simple hochement de tête. Il était préférable pour eux qu’ils arrêtent avant d’être complètement détruit par cet amour qui les faisant tant souffrir. Le blond aurait quand même aimé rester ami avec Tatsuki mais c’était malheureusement impossible. Mais si l’Oyabun souhaitait tout de même garder un minimum de contact avec lui, Abel ne l’en empêcherait pas. Un message pour l’anniversaire, une petite carte pour Noël… Quoique non, c’était vraiment stupide comme idée. Cela ne servait à rien qu’ils gardent contact, si ce n’était à se faire plus de mal. De toute façon, Abel parviendrait bien à avoir des nouvelles de Tatsuki par le biais de la presse, ou bien par l’intermédiaire de Keiji. Il allait continuer à voir le moulin à parole et, si l’Oyabun désirait avoir de ses nouvelles sans entrer en contact avec lui, il pourrait lui aussi poser des questions à Keiji.

"Je pense moi aussi qu’on ne pourra jamais être amis, même pendant un court laps de temps. Tsk… je dis pas que cette situation ne m’emmerde pas et que je n’espérais pas qu’il se passerait quelque chose ce weekend… mais si tu doutes de moi et de notre futur, tu as raison, il ne faut pas retenter quelque chose. "

Abel baissa la tête. Il avait l’impression d’avoir tout gâché ce soir. Mais tout n’était pas entièrement de sa faute. Tatsuki aussi avait sa part de responsabilité. S’il n’avait pas trahi la confiance de son amant dans le passé, ils n’en seraient pas là. Ils seraient sûrement à l’heure actuelle dans la chambre de ce beau pavillon ou seraient même encore ensemble, n’ayant vécu aucune rupture. Mais cela ne servait à rien de faire des suppositions. Avec des « si », on pouvait refaire le monde… En tout cas, Abel se doutait bien que Tatsuki était déçu. Il avait pour ainsi dire joué le grand jeu ce week-end en organisant ce tête à tête dans ce petit pavillon entouré par la nature. Ils auraient été bien si tout n’avait pas été gâché. Mais c’était mieux qu’ils se quittent maintenant. Cela ne servait à rien d’insister.

"Je vais rentrer… je suis désolé. Je pense qu’il vaut mieux nous séparer au plus vite et passer une nuit avec toi ou rester dans la même pièce que toi… Tsk… Tu sais très bien que c’est impossible…"

« Je comprends très bien. »


S’ils en restaient à leur plan et passaient le week-end ensemble, il n’en sortirait rien de bon. Il y avait trop de tensions et de malaises entre eux. S’ils restaient tous les deux ici, ils allaient se regarder en chiens de faïence dans un silence pesant. C’était tout de même dommage qu’ils en arrivent là. Mais l’amitié était impossible entre eux. C’était soit l’amour passionnel et destructeur, soit rien. Abel avait opté pour le « rien » et Tatsuki avait accepté, sans chercher à discuter d’ailleurs. C’était étrange. Sa décision était une preuve de maturité. Là, le yakuza ne jouait plus au petit garçon pourri gâté faisant des caprices. Cela changeait d’il y avait quelques minutes. Il respectait le choix d’Abel et ne cherchait pas à lui faire changer d’avis. C’était sage de sa part. Il avait compris que c’était impossible entre eux, malgré cet amour très fort.

"Je sais que c'est moi qui aie proposé de passer ce weekend ensemble mais, je préfère rentrer. Tu peux rester ici jusqu'à demain mais à vrai dire... je doute que tu le feras. Je vais m'habiller..."

« D’accord… Je vais rentrer chez moi aussi, même si je ne pensais pas le faire aussi tôt. Je suis désolé d’avoir gâché ton week-end Tatsuki. »


Abel garda la tête baissée tandis que Tatsuki rejoignait la chambre pour aller se changer et rassembler ses affaires. Le blond referma la fenêtre et s’adossa au mur tout en relevant la tête et en regardant le plafond. Il avait pris la bonne décision. Il en était mieux ainsi. Les deux ex amants venaient de se délivrer de cette relation qui les consumait. Abel souhaitait que Tatsuki refasse sa vie et soit heureux. Il espérait aussi qu’il serait un très bon père pour Kaname. L’Oyabun méritait d’avoir une vie heureuse. Le jeune tueur allait de son côté en faire autant et refaire sa vie. Tant pis s’il n’était pas le second père du petit Kaname. Peut-être que l’avenir lui permettrait d’avoir un enfant lui aussi. Il le souhaitait. Mais pour le moment, il allait retourner à sa vie de célibataire et allait attendre avant de revivre une histoire sérieuse. Il n’était pas encore prêt.

Le grand blond baissa la tête et regarda en direction de la chambre. Il avait décidé de vivre sa vie sans Tatsuki. L’Oyabun allait lui manquer, même s’il allait dans un sens continuer à vivre dans son sillage puisqu’ils avaient des amis communs. Si Keiji et les autres organisaient une fête, les deux ex-amants s’y retrouveraient peut-être. Abel espérait juste que si jamais ce genre de situation arrivait, ils ne gâcheraient pas la fête et feraient des efforts pour parler comme si de rien n’était. Mais si Tatsuki savait que son ex venait à la fête, il serait capable de se faire porter malade ou trouverait une autre excuse du genre. Abel ne désirait pas cela. Il ne voulait pas être une contrainte. Keiji, Kanzaki, Kyousuke, Tagami, Ren et les autres étaient avant tout les amis de l’Oyabun. Tatsuki ne devait pas renoncer à faire la fête avec eux si jamais Abel se joignait à eux. Il fallait qu’il mette les choses au clair.

Il se décolla du mur et s’avança vers la porte de la chambre. Il toqua légèrement avant de se permettre d’entrer. Son regard se posa en premier sur le lit. Un grand lit pour deux personnes. Tatsuki avait vraiment prévu qu’ils se remettent ensemble durant ce week-end et qu’ils fassent l’amour. Il devait vraiment être très déçu et triste. Pourtant, comme à son habitude, il cachait au mieux ses émotions. Dans un sens, cela aidait Abel à ne pas trop culpabiliser. S’il avait revu le beau visage de Tatsuki couvert de larmes à cause de lui, il s’en serait terriblement voulu. Il avait une seule fois vu le yakuza en pleurs et cela lui avait suffi. Il avait bien vu que son ex souffrait et qu’il était parvenu à laisser libre court à sa tristesse devant lui. Cela avait été une preuve de son amour. Mais même si les deux hommes s’aimaient, ils ne pouvaient pas être ensemble.


« Tatsuki… Je voulais te dire, si jamais tes hommes organisent une fête ou je ne sais quoi et que j’y suis invité, ne cherche pas d’excuses pour m’éviter et viens quand même, d’accord ? Ils sont avant tout tes amis. Je ne veux pas que ma présence soit une contrainte pour toi. On pourra faire des efforts durant une soirée je pense. Même si nous renonçons à être ensemble, ça ne nous empêche pas de nous parler un peu si nous nous croisons, tu ne crois pas ? Nous avons quand même pas mal d’amis en commun en comptant tes hommes mais aussi Cassandre. Nous serons sûrement un jour amenés à nous revoir. »

Cela serait sûrement difficile mais ils pouvaient tout de même faire des efforts. Ils ne pouvaient pas faire comme s’ils ne se connaissaient pas. Ils avaient tout de même vécu près d’un an ensemble et partagé beaucoup de choses. S’ignorer n’était pas la meilleure solution si jamais ils étaient obligés de se voir durant une fête organisée par leurs amis en commun. Et à part cela, si Tatsuki avait un grave problème, il savait qu’il pouvait avoir confiance en Abel et que celui-ci n’hésiterait pas à lui venir en aide. Ce n’était pas parce qu’ils renonçaient à faire leur vie ensemble qu’ils devaient complètement oublier l’autre. Du moins, c’était ainsi que le jeune tueur voyait les choses. Si Tatsuki lui demandait un service, il ne refuserait jamais.

« Et je sais que ça ne sera pas facile mais si jamais un jour tu as vraiment besoin de moi, je serai toujours là. Je ne refuserai jamais de te venir en aide. Après, tu fais ce que tu veux. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Mar 25 Mai - 14:41


Gâché le weekend ? Oui, il l'avait fait dans un sens. Il avait même fait plus que gâcher ce fichu weekend, mais au moins, maintenant Tatsuki était fixé. Si Abel avait laissé traîner les choses, il aurait donné de faux espoirs au yakuza. Même si la réalité était dure à affronter, il devait y faire face. La vie n'était pas toujours rose et malheureusement, il y avait des hauts et des bas, mais beaucoup plus de bas pour Tatsuki. C'était du moins ce qu'il ressentait étant donné qu'il n'était pas heureux dans sa vie personnelle. Les affaires marchaient à merveille mais le monde hostile dans lequel il vivait lui pesait vraiment. Il avait tant de choses sur les épaules pour son jeune âge et il vivrait encore de nombreuses années dans ce milieu violent, sauf si la mort l'emportait. C'était étrange, mais parfois il le souhaitait. Quand on dormait éternellement, on n'était plus envahi par les problèmes et par les remords... et surtout par la tristesse, cette même tristesse qu'il ressentait intérieurement. La solitude le pesait de plus en plus et maintenant que le blond ne serait plus à ses côtés, il n'aurait plus d'épaules sur lesquelles s'appuyer... Le brun ne répondit pas aux mots de son ex et se dirigea vers la chambre pour se changer. Il retira son kimono sans perdre une minute et se rhabilla. Heureusement pour lui, il n'avait pas défait le petit sac qu'il avait emmené, il n'en n'avait pas eu le temps. Il regarda une dernière fois la grande chambre dans laquelle il devait passer la nuit avec son ami... Quel idiot ! Il regrettait l'ancien Tatsuki sans cœur qui ne croyait pas en l'amour... Au fond, il avait peut-être voulu tout simplement se préserver de ce qu'il vivait actuellement... S'il n'était pas tombé amoureux, il n'aurait jamais souffert d'une rupture... Que ça faisait mal, c'était indescriptible, mais il n'avait pas le droit de se laisser aller. Malgré cela, la vie continuait. Beaucoup de choses l'attendaient, un futur heureux avec son fils et moins heureux sans son amant et dans son milieu. Mais peu importe, il avait flanché deux fois devant son amant, il ne le referait pas une troisième fois. Il décida de rejoindre le salon pour quitter les lieux et affronter une dernière fois la présence de son "ami". Il arriva dans le salon et récupéra sa veste posée sur la chaise.


« Tatsuki… Je voulais te dire, si jamais tes hommes organisent une fête ou je ne sais quoi et que j’y suis invité, ne cherche pas d’excuses pour m’éviter et viens quand même, d’accord ? Ils sont avant tout tes amis. Je ne veux pas que ma présence soit une contrainte pour toi. On pourra faire des efforts durant une soirée je pense. Même si nous renonçons à être ensemble, ça ne nous empêche pas de nous parler un peu si nous nous croisons, tu ne crois pas ? Nous avons quand même pas mal d’amis en commun en comptant tes hommes mais aussi Cassandre. Nous serons sûrement un jour amenés à nous revoir. »

Des "amis" en commun... Ou plutôt des connaissances en commun. Ceux que Abel considérait comme ses amis n’étaient que des serviteurs aux yeux du yakuza. Ses hommes travaillaient pour lui, ils ne faisaient que leur travail après tout puisqu’il les payait, alors pourquoi parler d’amis en commun… Quant à Cassandre, si leur relation avait évolué étant donné qu’ils allaient avoir un enfant ensemble, ils n’allaient pas se marier, ils resteraient donc deux Oyabuns de deux clans différents… ils partageraient un peu plus certes, mais le yakuza désirait maintenant mettre de la distance entre les gens et lui. L’amitié était une connerie et il avait voulu croire en l’amour, résultat : une énorme déception à la clef. Désormais, il redeviendrait l’ancien Tatsuki, ce qui lui permettrait au moins de se préserver et de ne pas être déçu. Quant à la requête du blond, quelle connerie. La meilleure chose pour les deux hommes seraient de ne pas se recroiser. Avec Tatsuki, il n’y avait pas deux poids deux mesures, autant être entier. Il ne se voyait pas saluer gentiment Abel et discuter… Discuter de quoi d’ailleurs ? En étant amants, ils pouvaient partager des choses, mais comme le blond n’était plus rien pour lui, quel intérêt aurait-il à se comporter avec attention avec lui ? Le yakuza préféra garder le silence et enfila son manteau pour se préparer à partir.

« Et je sais que ça ne sera pas facile mais si jamais un jour tu as vraiment besoin de moi, je serai toujours là. Je ne refuserai jamais de te venir en aide. Après, tu fais ce que tu veux. »

Quelle farce… jamais il ne solliciterait quoi que ce soit de la part d’Abel. Par fierté, mais aussi parce qu’il n’avait jamais accepté l’aide d’autrui. D’ailleurs, le blond lui même, l’avait reproché à son ex lorsqu’ils étaient encore ensemble. Tatsuki esquissa tout de même un sourire. Il s’approcha d’Abel et le serra dans ses bras sans lui laisser la moindre chance de réagir.

"… Je serai toujours là pour toi aussi… "

Il ne pu s’empêcher d’étreindre son ami une dernière fois et de lui susurrer des mots gentils. Après tout, il ne savait pas s’ils allaient se revoir. Même s’il n’avait pas dit le contraire, il n’y avait aucun doute quant à l’impossible amitié qui pouvait les lier. Se voir au cours d’un évènement ou dans la rue et se saluer comme si de rien n’était, quel intérêt ? Mais paradoxalement, ses mots étaient sincères. Il ne pouvait pas s'empêcher d'être protecteur avec le blond et même si à l'heure actuelle,cet homme lui brisait le cœur, il serait là pour lui au moindre problème, comme il l'avait toujours été.
Il lâcha enfin Abel avant de se diriger vers la porte du petit pavillon. Il ouvrit la lourde porte en bois, laissant ainsi le vent glacial s’infiltrer dans la pièce et faire vaciller le feu de cheminée.
Avant de sortir, il ne pu cependant s’empêcher d’adresser quelques paroles à celui qui fut l’homme de sa vie. Des propos un peu moins doux que précédemment.

"Mes hommes sont seulement mes hommes… Ton amitié avec eux n’a rien à voir avec moi Abel… et puis, te comporteras-tu aussi amicalement si Cassandre et moi décidions de nous marier ? Maintenant que je suis pleinement célibataire, plus rien ne m’en empêcherait si elle aussi le désire… "

Tatsuki voulait mettre les choses au point et répondre aux paroles dites par le blond quelques instants plus tôt. Mais au fond, il ne pensait nullement ce qu’il disait. Il n’épouserait pas Cassandre, c’était une certitude. Ni l’un, ni l’autre ne le désirait au fond, mais il avait eu envie l’espace d’un instant de faire douter le blond et de le déstabiliser. Il avait aussi le droit de semer le doute dans l’esprit d’Abel, comme celui-ci l’avait fait. Il y avait une once de vengeance dans ce qu’il disait, mais il serait trop facile de laisser Abel sur les dernières paroles qu’il avait dites et surtout sur cette étreinte. Celui-ci aurait peut-être moins culpabilisé… Le Kumicho voulait lui montrer que lui aussi pensait à l’avenir et qu’il avancerait sans se retourner. Il avancerait encore plus vite qu’Abel…
Il se décida enfin à quitter les lieux. Il faisait nuit, froid et humide, mais ce temps allait de pair avec son état. Pour une fois, il était pressé de rentrer chez lui. Il tardait toujours et traînait au bureau ou ailleurs, mais là, il désirait rejoindre sa résidence et voir un personne qu’il avait beaucoup négligé ces derniers temps : son frère. Kano avait des défauts, mais il ne l’avait jamais trahi jusqu’à maintenant… et puisque l’amitié et l’amour n’étaient que des leurres, il ne lui restait plus que sa famille… Son frère et celui qui l'avait toujours épaulé jusqu'à maintenant, même avec brutalité, Hidekazu. D'ailleurs, ne l'avait-il pas prévenu des méfaits de l'amour ?

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   Mar 25 Mai - 18:03

Même s’ils ne se remettraient jamais ensemble, Abel préférait faire comprendre à Tatsuki que jamais il ne refuserait de lui venir en aide un jour où il aurait besoin de lui. Ensuite, le yakuza faisait ce qu’il voulait. Le grand blond connaissait bien son caractère et savait que son ex était un monstre de fierté. Peut-être qu’il n’appellerait jamais le jeune tueur. Cette pensée ne plaisait pas à Abel mais il s’y préparait. Après tout, il avait bien dit qu’il ne préférait plus le revoir, même en tant qu’ami. Mais les mois et les années auraient beau passer, il répondrait toujours à Tatsuki si celui-ci lui téléphonait et ne le laisserait pas sur le pas de la porte si jamais le yakuza venait lui rendre visite. Peut-être que ces paroles faisaient plaisir à l’Oyabun, Abel n’en savait rien. Quoiqu’il en soit, Tatsuki lâcha ses affaires et vint étreinte Abel.

"… Je serai toujours là pour toi aussi… "

Le blond eut un pincement au cœur en entendant ces mots. C’était à peu près les mêmes qu’il venait de prononcer mais il n’avait pas pensé à l’effet qu’elles pouvaient avoir. Touché, il serra à son tour Tatsuki contre lui et profita un peu de cette étreinte. Ce serait sûrement la dernière entre eux. Mais c’était sûrement mieux ainsi. Abel faisait tout pour s’en convaincre. Il aurait bien sûr aimé que les choses se passent autrement mais la vie avait décidé qu’ils n’étaient pas faits pour vivre ensemble. Quoiqu’il en soit, le blond se disait que Tatsuki resterait tout de même l’homme de sa vie. Ils n’avaient vécu qu’un an ensemble mais cela avait été du concentré. Ils étaient sûrement passés par tout ce que les couples pouvaient vivre comme épreuves. Bien sûr, ils n’avaient pas vécu les joies du mariage et de la paternité ensemble mais l’avaient envisagé donc c’était tout comme.

Tatsuki finit par lâcher Abel qui aurait souhaité que cette étreinte dure un peu plus longtemps. Mais il ne fallait pas abuser des bonnes choses, surtout lorsqu’elles faisaient mal. L’Oyabun reprit ses affaires et se dirigea vers la lourde porte du pavillon. Un vent froid s’engouffra, faisant vaciller les flammes de la cheminée et frissonner légèrement Abel. Le temps froid et humide de ce rude hiver accompagnait bien le moral du blond, et sans doute celui de Tatsuki aussi. Mais ils finiraient bien par s’en remettre. Il le fallait bien de toute façon. Ils devaient refaire leur vie chacun de leur côté. Peut-être que l’avenir les ferait se rencontrer à nouveau mais pour le moment, il était préférable qu’ils restent à distance l’un de l’autre, pour tenter de guérir. Lorsqu’ils auraient refait leur vie et que leurs sentiments se seraient affaiblis, peut-être pourraient-ils se revoir et être amis. Abel ne savait pas si c’était possible et préférait laisser faire le hasard.


"Mes hommes sont seulement mes hommes… Ton amitié avec eux n’a rien à voir avec moi Abel… et puis, te comporteras-tu aussi amicalement si Cassandre et moi décidions de nous marier ? Maintenant que je suis pleinement célibataire, plus rien ne m’en empêcherait si elle aussi le désire… "

Abel aurait pu se passer de ces dernières paroles. Alors c’était ainsi que Tatsuki clôturait leur histoire ? Par ce qui ressemblait à un pic ? Non, cela n’y ressemblait pas, cela en était un. Sous le choc car ne s’attendant pas à cela, il ne put rien répondre et laissa l’Oyabun partir. Encore cette histoire de mariage ? Pourquoi en reparlait-il ? Pour remuer le couteau dans la plaie ? Qu’il fasse ce qu’il veut, comme il l’avait dit, il était pleinement célibataire maintenant. Abel soupira, énervé. Il ne s’attendait vraiment pas à un coup aussi bas de la part de Tatsuki. C’était sans doute sa petite vengeance pour avoir refusé de retourner avec lui. C’était vraiment petit. Abel avait pourtant tout fait pour limiter les dégâts. Il aurait tout aussi bien pu faire durer les choses en sachant que cela ne mènerait à rien. Il aurait laissé ainsi Tatsuki dans le doute et aurait fini par le laisser tomber. Là le yakuza aurait eu le droit de se venger.

Enervé par ces paroles en guise d’adieu, le blond retira son kimono blanc et le jeta dans un coin de la pièce. Il attrapa ensuite ses habits et les enfila. Il avait envie de quitter ce pavillon le plus vite possible. Il voulait s’éloigner le plus possible de cet endroit où il avait eu la bêtise d’aller. Si Tatsuki n’avait pas parlé de ce mariage et de ses hommes, Abel aurait continué à s’en vouloir d’avoir gâché ce week-end mais là, la colère l’emportait. Le yakuza n’était qu’un con. Ils auraient pu finir sur des mots gentils et une douce étreinte mais non, il avait fallu que Monsieur Sugiura gâche encore tout. Qu’il aille se faire voir. Il avait bien fait de quitter au plus vite l’endroit car sinon Abel aurait fini par s’emporter. Il avait vraiment bien fait de mettre fin à leur histoire. Il s’en voulait même de leur avoir redonné une chance. Cela n’avait rien apporté de bon, juste du mauvais.

Prêt à partir, Abel éteignit le feu puis, ses affaires à la main, sortit, traversa les jardins et regagna sa voiture. Il jeta son sac sur le siège passager puis démarra rapidement. Il alluma ses phares puis quitta les lieux en vitesse. Il avait hâte de rentrer chez lui. Retrouver son loft allait peut-être le détendre. A l’heure actuelle, il ne savait plus s’il répondrait à Tatsuki si jamais celui-ci lui téléphonait. Ses paroles l’avaient tellement énervé et blessé. Il lui en voulait encore plus. L’Oyabun aimait vraiment le faire souffrir. Akito avait raison, Tatsuki n’avait aucun respect, à part bien sûr pour son cher Hidekazu. Abel serra les dents tellement il était énervé et qu’il avait envie d’exploser. Il ne parvenait plus à se retirer son ex de la tête et cela l’énervait. Il fallait qu’il tente de l’oublier à nouveau, et pour de bon. Heureusement, il connaissait une personne qui l’aiderait à lui changer les idées…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération Séduction 2 (Abel) TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opération Séduction [Charlie]
» tuto haradrim, opération désert
» Salle d'opération section civile
» Votre fédération 2011.
» Ambassade de la Confédération du Rhin {LCR}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: Les Hôtels-
Sauter vers: