Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Umi Kanashimi

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 37
Age : 23
Sexe : homme
Sexualité : hétérosexuel
Métier : PDG d'une agence de presse /trafiquant d'influence
Petit(e) Ami(e) : aucune
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Mer 14 Juil - 14:25

La soirée venait de commencer, L'air était frais et Umi avait décidé de prendre un apéritif, dans son bar préféré avec son assistante mademoiselle Junko Sagara. Il était très contrarié, l'entretien téléphonique qu'il venait d'avoir n'avait pas été concluant. Cela faisait des semaines qu'il essayait de convaincre le directeur de cabinet d'un conseiller municipal, malheureusement certains hommes font passer leur travail avant leurs vies privées. Le Maitre chanteur qu'il était avait menacé de dévoiler au grand jour, sa liaison extra conjugale, mais rien à faire ce fonctionnaire était l'intégrité incarnée, Umi n'avait aucune prise sur lui, il lui restait une solution, une qu'il n'aimait pas, car trop voyante, mais comme ce directeur de cabinet pouvait s'avérer être une pièce importante de son échiquier, il y pensait sérieusement.

Le couple entra et s'installa à une table isolée dans le fond, l'établissement n'était pas très fréquenté après tout c'était un jour de semaine. Umi comme à son habitude s'était habillé de manière décontractée, un costard noir sur une chemise rouge rayée de noir légèrement entrouverte au niveau du col et d'un pantalon noir, ses chaussures fraichement cirées réfléchissaient la lumière des lampes suspendues au plafond, quant à Junko elle était vêtue d'un ensemble tailleur composé d'une jupe et d'une veste grise et d'un chemisier blanc, ses lunettes et sa coiffure en chignon lui donnaient de faux airs sévères.

Ils s'étaient à peine installés qu'Umi retira de la poche intérieure de sa veste son téléphone portable et sélectionna dans le répertoire téléphonique le nom « Nita ». Nita était un ancien yakusa de Tokyo qui s'était réfugié à YUUKOKU quand son clan fut exterminé par une bande rivale. Umi l'avait embauché pour exécuter ses basses besognes, entre les deux hommes une confiance mutuelle s'était instaurée. Après plusieurs secondes, il put enfin entrer en contact avec Nita.

« M'oui »

La voix semblait être celle de quelqu'un qui venait de se réveiller

« Nita c'est moi, ton patron, tu te souviens, j'ai du travail pour toi,» dit-il avec un ton ferme

« Euh là ça va être un peu dure, je sais que j'aurais dû te prévenir mais j'ai dû quitter la ville d'urgence pour une semaine ou deux peut-être un mois »

Nita était un homme plein de ressources, mais il avait le don de se créer toutes sortes d’ennuis, mais il arrivait toujours à se tirer des situations les plus délicates.

« Par contre, je connais quelqu'un qui fera l'affaire, une vielle connaissance de Tokyo, qui vient de s'installer a YUUKOKU, je t'envoie son numéro de téléphone »

Nita raccrocha aussi sec, quelques instants plus tard le téléphone d'Umi vibra il venait de recevoir un message de Nita, il était écrit en romanji :

SM : xxxx xxxx xxxx xxxx


Le jeune homme composa le numéro et fut mis directement en contact avec une messagerie vocale

« Bonjour, j'appelle de la part de Nita, pourrait-on se voir, je suis au « twenty-fifth hour » sur l'avenue principale »

Il déposa le téléphone face lui et s'étira les bras, a la manière d'un oiseau de proie voulant prendre son envol. A vrai dire Umi était un peu perplexe, ce n'était pas dans ses habitudes de faire appel à des inconnus, mais Nita malgré son sombre passé était quelqu'un de fiable et loyal, une des rares personnes sur qui il pouvait compter et il n'avait aucune raison de douter de la fiabilité du fameux SM. Une serveuse s'approcha de la table, Umi commanda un daiquiri et Junko de corvée de conduite un jus de goyave fraiche.


Dernière édition par Umi Kanashimi le Dim 31 Oct - 12:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Mer 14 Juil - 20:29

Myo était dans son nouveau "chez elle" et rageait.

C’était bien situé et propre, un beau petit loft aménagé en appartement avec un confort simple, une grande chambre, un bel espace de vie mais surtout de bien jolies planques. Le container qui trônait au milieu de l’énorme garage était loin d’être vidé. Que de rangement encore! Pas qu’elle ait beaucoup d’affaires, mais plutôt que son arrivée était récente et elle avait eut à régler quelques petites choses.

De plus, la veille elle avait eut une mésaventure, d'où son mécontentement. Bien qu’elle en ait encore, elle voulut se prendre du matos en attendant qu’un de ses bons contacts la ravitaille et elle s’était fait avoir. On ne lui faisait pas, elle a l’habitude et elle est chimiste après tout, elle s’était même monté son petit kit de vérification. Résultat de son test : coupé de moitié, infâme ! Elle l’avait bien vite retrouvé, ce dealer à la manque, et lui avait expliqué sa manière de penser. A coup de nunchaku. Et elle avait pris son gain de la soirée en guise de remboursement…et indemnités.

Aussi, ce soir là, elle avait encore les nerfs bien tendus. En musique, elle rangeait les paquets, cartons et autres appareils dans sa demeure, ça lui permettrait de meubler les longues heures d’insomnies qui la guettaient en aménageant son intérieur.
Entre deux déballages, son téléphone retentit d’une petite sonnerie indiquant un message. *tiens voilà autre chose, qui donc à cette heure ci ?* C’était sa ligne professionnelle. Elle s’alluma une cigarette, prit une feuille et un stylo, s’assit sur le sofa posé en biais dans la pièce et écouta le message.

Une voix inconnue, qui citait en référence Nita, et le nom d’un établissement dont elle nota le nom, probablement un bar, pour un rendez vous. Nita…son esprit lui envoya l’image d’un type parti il y a déjà quelques temps de la capitale pour ‘prendre l’air’. Elle ne l’avait pas revu depuis ce moment d’ailleurs, mais ils avaient eut des contacts professionnels encore. Elle le savait réglo, il n’avait juste pas eut de chance, son équipe était tombée sur des très gros morceaux. En fait, si, il avait eut la chance de s’en tirer, contrairement au reste de sa bande.

Elle fumait quelques bouffées. Que faire ? Aller à ce rendez vous ? Elle ne le connaissait pas ce type, mais entre rester ici à faire la bonniche ou aller voir…au pire, si cela ne lui plaisait pas ou sentait pas bon, elle pourrait toujours faire demi tour. Et puis, après tout, c’était probablement intéressant s’il était en contact avec Nita…Tiens, voilà par où commencer.

Téléphone, appel : Nita. Elle lui demanda de but en blanc s’il avait fournit ses coordonnées à quelqu’un. Il confirma. Elle le remercia et coupa la conversation. Ce n’était donc pas un piège, où un plan foireux. Plutôt un échange de bon procédé qui rendrait service à tout le monde.
Elle irait, Myo vérifia l’adresse sur un plan on-line, examina les routes, accès, de tout le quartier. Elle se changea en deux temps trois mouvements. Ordinateur éteint, historique et cookies effacés, musique coupée, container bouclé, tout est paré. La demoiselle écrasa le mégot dans un cendrier, se dirigea vers sa moto et composa un message :

‘C’est à 25 minutes de route. Je serais là dans moins de 10 minutes.’

Top, envoyé, chrono lancé. Elle vérifia, sur le papier, le nom : ‘twenty-fifth hour’ et le fourra dans sa poche. Myo alluma sa bécane, la laissa chauffer et sortit de chez elle sur son engin, bipa la fermeture des portes du garage et attendit qu’il soit bien fermé pour descendre calmement la rue, puis s’engager sur la route. Et là…plein gaz.
Exactement huit minutes et quarante quatre secondes plus tard, elle garait sa moto vrombissante devant le bar. Elle ôta son casque, se recoiffa un peu, ouvrit sa veste, puis coupa seulement le contact. Elle prit la peine d’envoyer un second message :
‘Je suis arrivée’,
avant de descendre de sa moto.

Son casque sous le bras, Myo fit son entrée. Cheveux attachés bas en deux couettes derrière les oreilles percées de boucles, lunettes sur les yeux, elle avançait lentement. Sa veste en cuir de motarde ouverte à l’arrivée ne montrait qu’un court top sombre, sans ornement laissant voir un piercing au nombril. Sa jupette, de tissu quadrillé plissée stoppant juste au dessus du genou, dansait dans les airs sous le pas déhanché de la sulfureuse yakusa aux jambes gainées de bas sombres. Ses bottes de motarde ne dépareillaient pas sa tenue.

Elle retirait ses gants pour les poser dans son casque, pendant qu’elle dardait son regard sur les quelques personnes présentes, derrière le verre noir de ses lunettes. Elle se fichait éperdument que certains la regardent également. Elle n’était pas là pour s’amuser, elle voulait repérer son contact, de plus la clientèle de piliers de bars et jeunots en costard-cravate sortant du bureau n’était pas du tout son genre.
En revanche, la petite demoiselle du fond dans son tailleur…dommage qu’elle soit accompagnée. Accompagnée du seul jeune homme dont le téléphone était encore en main. Myo sourit légèrement, s’approcha calmement, et dit le plus simplement du monde :

-Moins de 10 minutes.

Si c’était bien lui qui avait appelé, il comprendrait. Sinon, elle tournerait les talons.
Revenir en haut Aller en bas
Umi Kanashimi

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 37
Age : 23
Sexe : homme
Sexualité : hétérosexuel
Métier : PDG d'une agence de presse /trafiquant d'influence
Petit(e) Ami(e) : aucune
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Jeu 15 Juil - 17:55

Les deux jeunes gens étaient confortablement installés, Umi la jambe droite pliée sur la cuisse gauche, assis de trois quarts sur son siège tandis Junko s'était positionnée face à lui, assise sagement les mains sur les genoux. Ils attendaient que la serveuse leur ramène leur commande, quand le téléphone d'Umi vibra de nouveau, il le saisit et consultât le message, sur l'écran de l'appareil on pouvait lire « je suis arrivée », le numéro de l'envoyeur était celui qu'il avait composé, il y a peine dix minutes. Il compara l'heure d'envoie de ce message avec l'heure de son premier appel, c'est à ce moment qu'une voix féminine l'interpella :

« Moins de 10 minutes »

Umi leva la tête, devant lui se tenait une femme, à coup sur c'est elle qui se cachait derrière les initiales SM. Il était agréablement surpris, il ne s'attendait pas à voir débarquer une femme. Mais plus encore cette jeune femme avait réussi à se rendre sur les lieux du rendez-vous et avait réussi à l'identifier en moins de dix minutes. Ses talents étaient donc réels, cerise sur le gâteau, elle avait un physique agréable, cependant une personne de cet acabit ne passait pas inaperçue et pour cause depuis son arrivée dans la salle, elle ne cessait d'attirer les regards des pauvres âmes en peine accoudés au comptoir du bar.

Umi fit un léger signe de la tête à junko, aussitôt l'assistante laissant sa place libre afin de permettre à la motarde de s'installer face au PDG. C'était toujours ainsi entre ces deux personnes, Junko était peut-être la seule femme au Japon qui pouvait anticiper les ordres d'Umi.

Tout en désignant le siège vide il prit la parole :

« Vous avez fait vite en effet, installez vous je vous en prie »

Junko était toujours postée à côté de la chaise attendant patiemment que Myo s'asseye.

« Nita ne m'avait pas dit qu'il avait rencontré à Osaka une si charmante femme »

La première phrase de son invitée sonnait comme un test, comme si elle réclamait un mot de passe, chose normale puisque les deux ne s'étaient jamais vus, ni même présentés, ce qui donna l'idée à Umi de répondre lui aussi par une petite phrase test, non pas parce qu'il doutait de Myo, mais plutôt par jeu, pour sonder un peu la mystérieuse femme face a lui.

Curieux de voir la réaction de la jeune femme Umi décroisa les jambes et s’accouda sur la table


Dernière édition par Umi Kanashimi le Ven 16 Juil - 15:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Jeu 15 Juil - 21:45

La demoiselle au joli chignon impeccable se levait après un échange de regard silencieux avec le jeune homme. Myo fit un léger pas de coté, de manière à lui laisser de l’espace, mais surtout à se placer en posture défensive, elle gardait un œil sur le jeune homme bien sur, mais s’occupait surtout d’analyser le mouvement de la secrétaire. Tout en appréciant sa silhouette bien sur. Fausse alerte, chose amusante, elle ne faisait que lui proposer sa place…

Myo se sentit doublement soulagée et ravie. D’une part, ces gens prévenants et bien rodés dans leurs affaires, pour avoir une telle complicité, n’avaient pas l’air d’amateurs et d’autre part, les paroles prononcées par le jeune homme en beau costume l’invitant à s’assoir confirmait qu’elle ne s’était pas trompée de personne. Ce qui lui éviterait de passer pour une cruche étrange et d’en prime rater son pronostique pris comme un pari personnel.

Myo prit donc place sur le siège gentiment libéré, s’assurant d’être placée de manière à voir toute la salle en plus de son interlocuteur, quitte à déplacer ce siège. Elle détestait que l’on puisse venir dans son dos. Elle ne manqua pas de remercier très poliment cette très charmante demoiselle et fit en sorte de s'assoir en même temps qu'elle, qui prenait un autre siège. Le jeune homme poursuivit :

« Nita ne m'avait pas dit qu'il avait rencontré à Osaka une si charmante femme »

Ce qui ne manqua pas de faire rire Myo. Il avait de l‘humour ce brave garçon, et il était bel et bien la personne qui l’attendait : sa voix, la référence à leur complice commun, le doute n’était plus possible.

-Ce brave Nita est très doué pour rencontrer les femmes qui lui attireront des ennuis. A moins que sa dernière conquête ne lui ait troublé la mémoire, j’aurai pris ceci pour un compliment car je l’ai connu à Tokyo.

Une serveuse arrivait avec deux boissons, elle les posa sur la table et Myo lui demanda directement une vodka-martini, au shaker et sans glace ni olive. Une fois qu’elle était partie, Myo ôta ses lunettes et les glissa pliées, accrochées par une branche à son bustier.

Quelque chose frappait en la regardant. Autre que sa tenue provocante. Non pas l’absence de maquillage, ni même les petites cicatrices bien visibles maintenant autour de sa tempe et pommette droite. Son regard.
Son visage au doux sourire avait les yeux d’un fauve carnassier dont les proies n’était pas les petits agneaux fragiles ni même les pauvres humains innocents, les yeux d’une démone qui semblait adorer traquer et dévorer les monstres les plus dangereux.

C’est ce regard qui vint se caler dans celui du jeune homme, tandis que la yakuza se présentait enfin. Il était temps de passer aux choses sérieuses, même en gardant un ton léger et propice à la plaisanterie. Elle était curieuse de connaitre la raison de cet étrange appel.

- Nous ne nous connaissons pas encore, mais je sens que cela va venir…aussi appelez moi Myo. A qui ai-je l’honneur ?

Elle sorti d’une poche de sa veste de cuir un paquet de cigarette Black Devil et en proposa une aux deux personnes attablées puis demanda poliment :

-Si cela ne vous dérange pas, puis je m’en griller une ?

Avec toujours ce sourire agréable et franc, elle baladait son regard de l’un à l’autre, en attente de réponses et en profitait pour observer les lieux tout comme les gens présents dans l’établissement. Plus particulièrement ces deux personnes, sur qui elle reporta son attention.
Revenir en haut Aller en bas
Umi Kanashimi

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 37
Age : 23
Sexe : homme
Sexualité : hétérosexuel
Métier : PDG d'une agence de presse /trafiquant d'influence
Petit(e) Ami(e) : aucune
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Ven 16 Juil - 23:25

-Ce brave Nita est très doué pour rencontrer les femmes qui lui attireront des ennuis. A moins que sa dernière conquête ne lui ait troublé la mémoire, j’aurai pris ceci pour un compliment car je l’ai connu à Tokyo.

Umi sourit à la réponse de la jeune motarde, il était satisfait, seul quelqu'un ayant vraiment côtoyé Nita pouvait connaitre son penchant pour le sexe opposé et aussi sa faculté à toujours se mettre dans le pétrin. Elle avait passé avec brio son petit test, on pouvait donc passer aux choses sérieuses.

La serveuse leur apporta enfin les boissons demandées, Umi la remercia avec un sourire charmeur.Quelle que soit la situation ou le lieu, il ressentait toujours le besoin de tester son pouvoir de séduction avec pas mal de réussite, l'homme savait plaire et se faire désirer. Par contre, ces petits jeux cessaient dès qu'il s'agissait d'affaires. La Yakusa en profita pour commander une vodka martini, Umi fit signe du doigt à la serveuse, pour lui désigner qu'il paierait aussi cette consommation.

La jeune femme s'était présentée elle se nommait Myo,.

*joli prénom pour une chose si dangereuse* pensa Umi

Belle et dangereuse ce sont les deux adjectifs qui lui sont venus à l’esprit des que la jeune femme s’était installée face lui, il avait en tète, à chaque fois qu'il posait le regard sur son invitée, l’image de ces fleurs sauvages très rares qui ne poussent que dans des conditions extrême, et qui peuvent s'avérer létale pour l'imprudent qui s'approcherait de trop près sans précautions.

Umi se saisit de son verre et en bu une petite gorgée, pour s'éclaircir la voix et répondit a Myo

« Enchanté Myo, appelez moi Umi et la charmante femme qui m'accompagne est Junko, mon assistante ».

Myo manifesta l'envie de fumer et sortit un paquet de cigarette elle en proposa au jeune PDG et à son assistante. Umi accepta volontiers et du bout des doigts extirpa une cigarette du paquet, puis la porta entre ses lèvres. Ce fut comme un signal pour junko qui sortit un briquet tempête d'une des poches de sa veste, une pièce unique qu'umi avait reçu d'un homme d'affaires américain, en métal argenté, elle actionna le capot afin de créer une magnifique flamme bleutée à la base, l'assistante alluma la cigarette de son employeur, puis présenta la flamme à Myo.

Puis après avoir tirer une petite bouffée de sa cigarette, Umi reprit la parole :

« J'avoue que j'ai été étonné de voir arrivé une femme je me demande ce qui a pu vous pousser à faire ce métier, votre visage marqué suggère que les choses n'ont pas été facile pour vous tous les jours »

Umi était toujours intrigué par ces individus entourés d'un Halo de mystère, il les comparait à des pièces de jeux d'échec rares, des pièces de collection qui n'ont de la valeur à ses yeux qu'une fois leurs mystères dévoilés par lui. Mais il devait remettre ses petits jeux a plus tard l'affaire qui l'avait forcé à faire appel à Myo était primordiale.

« J’aimerais vous confier une mission très importante pour moi, mais voila je ne vous connais pas, et ce travail demande de la discrétion, est-ce que c’est dans vos cordes ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Dim 18 Juil - 22:37

Myo commençait à percevoir quelque chose de particulièrement intriguant. Quelque chose qui maintenant venait travailler son esprit.
Cet homme devant elle, parlait un japonais parfait, avait les manières d’un homme raffiné et habitué à prendre les commandes, diriger d’une main de fer mais dans ses traits, avait un petit coté métissé devenu évident. C’était visible à son teint plus pâle, ses yeux peu bridés, la ligne de son nez et quelques légers détails encore, mais Myo en était de plus en plus persuadée.
Elle se demandait qui était donc précisément cet homme.

« Enchanté Myo, appelez moi Umi et la charmante femme qui m'accompagne est Junko, mon assistante ».

Le jeune homme prit une cigarette proposée de bon cœur, ce qui donna l’autorisation implicite à la jeune femme pour allumer celle qu’elle piocha dans le paquet qui fut placé sur la table. Elle sortait aussi de sa poche, un briquet Zippo estampillé ‘US Air Force’, pas un de ces gadgets imitation bon marché, un original pris sur l’un des soldats ayant fait connaissance avec la furie combattive de la belle.
La flamme apparut brièvement puis s’éteignit dans le claquement provoqué par la fermeture du briquet en un geste sec du poignet. Elle le reposa aussi sec, et préféra, par politesse utiliser la flamme de celui que lui tendait la séduisante Junko sans manquer de la gratifier d’un sourire et d’un mot poli.

Elle inspira une belle bouffée et leva son verre en direction de la demoiselle, en première par galanterie et pour la remercier du geste fait pour lui offrir du feu, puis du charmant patron au regard pénétrant. Un regard qu’elle appréciait : direct, porteur d’une lueur d’intelligence et d’une assurance qui devait déstabiliser les plus faibles. Elle but une gorgée, cette soirée commençait à devenir bien plaisante.

« J'avoue que j'ai été étonné de voir arrivé une femme je me demande ce qui a pu vous pousser à faire ce métier, votre visage marqué suggère que les choses n'ont pas été facile pour vous tous les jours »

Elle n’en savait toujours pas plus sur ce jeune au look du cadre dynamique, mais elle ne doutait pas qu’il était bien plus que cela. Elle manqua de rire à cette phrase, en s’imaginant toutes les questions que se posait son interlocuteur. Surement réfléchissait-il tout autant qu’elle en ce moment même.

-Ces marques -dit-elle en faisant un mouvement de sa main droite, tenant la cigarette- je ne les dois guère à mes activités professionnelles. Quand à ce métier, il n’est qu'une suite logique de certaines de ces activités et m’en a offert d’autres…

Ce qui était vrai, elle en devait une partie à une bouteille dans une terrible bagarre, une autre partie à son accident de moto, ce qui lui apprit à porter un casque lors de ses courses folles. Elle avait cru qu’il lui parlerait des impacts de balles sur son abdomen, toujours visibles sur son corps, surtout à cette distance et absolument pas cachés dans cette tenue bien courte. Sa réponse ambigüe lui plaisait assez: elle répondait sans trop en dire et avait même plusieurs interprétations possibles qui étaient toutes valabes.

-Quant à la facilité… *elle souffla une fumée opaque, lentement, pour faire comme un rideau devant son visage* A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire, non ?

Elle ne donnerait pas plus d’explications que celles-ci, du moins pas pour l’instant. Son sourire et ses yeux n’avaient marqué aucun trouble. Signe que Myo assumait totalement son passé et son présent, et en semblait même fière. Elle attendait patiemment que le jeune homme poursuive donc cette discussion, quitte à ce qu’il pose d’autres questions.

« J’aimerais vous confier une mission très importante pour moi, mais voila je ne vous connais pas, et ce travail demande de la discrétion, est-ce que c’est dans vos cordes ?»

-Bien des choses sont dans mes cordes, Umi-san. Tout dépend de deux facteurs : le type de mission bien sur, et les moyens que vous y mettrez. Si vous voulez que je sois discrète, je saurai l’être autant que faire ce peut, mais pour le garantir, il me faudra de plus amples renseignements.

Myo préférait les méthodes radicales et expéditives, mais savait bien sur utiliser des ruses et des approches indirectes pratiquement insoupçonnables. Elle avait pratiqué le ninjutsu, après tout, et avait appris beaucoup sur l’art de la tactique par la suite. Et puis, elle avait été un agent infiltré pendant plusieurs mois lors de son dernier contrat.
Cela sentait de plus en plus le genre de mission assez confidentielle et peu légale, mais cela, elle s’en moquait. Elle aurait une jolie enveloppe et une belle dose d’adrénaline avec le défi que cela lui poserait, et cela lui suffisait. Elle avait hâte d’en savoir plus.

Les yeux de Myo brillèrent d’un éclat nouveau, tandis qu’elle tirait une nouvelle bouffée. Un mélange d’excitation et de réflexion, avec en fond une sorte de curiosité éveillée et le reflet effrayant d’un coté malsain. Elle regardait Umi mais maintenait dans son champ de vision le moindre fait et geste de sa ravissante assistante.
Revenir en haut Aller en bas
Umi Kanashimi

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 37
Age : 23
Sexe : homme
Sexualité : hétérosexuel
Métier : PDG d'une agence de presse /trafiquant d'influence
Petit(e) Ami(e) : aucune
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Lun 19 Juil - 18:47

Umi avait attentivement écouté la professionnelle parler, il espérait récolter quelques bribes d'informations, sur la personnalité bien mystérieuse de la jeune de fille, cependant un détail et non des moindres l'interpella, son briquet. Pour un profane il s'agissait d'un simple zippo, mais Umi savait que seul un nombre restreint de personne pouvait se le procurer, ce type de briquet, il l'avait vu lorsqu'il était enfant, ce claquement caractéristique résonnait au fond de son coeur et l'image de son père qu'il avait enfouie au plus profond de ses souvenirs refit surface, instinctivement il passa la main sur la petite bosse au front qu'il avait dissimulé sous une mèche de cheveux pendant une fraction de secondes Umi Kanashimi, redevint le faible Sean Sorrow. Mais ce n'était pas le moment de ressasser de vieilles histoires, il avait une société à faire tourner ainsi qu'une ville à conquérir, de plus montrer un signe de faiblesse lors de négociations aux conséquences aussi importes, était un signe d'amateurisme qu'il ne pouvait tolérer.
A sa dernière question la sulfureuse yakusa répondit :

« Bien des choses sont dans mes cordes, Umi-san. Tout dépend de deux facteurs : le type de mission bien sur, et les moyens que vous y mettrez. Si vous voulez que je sois discrète, je saurai l’être autant que faire ce peut, mais pour le garantir, il me faudra de plus amples renseignements. »

Une chose était sûre, elle n'avait pas froid aux yeux et était confiante, Umi reprit une gorgée de son verre, puis il ramassa le téléphone qu'il avait déposé sur la table, cet appareil avait plus les attributs d'un ordinateur portable que d'un téléphone, Umi s'en servait pour stocker quelques médias et avoir toujours un oeil sur l'activité de la société, bien entendu toutes les informations stockées sur cet engin, avaient un rapport qu'avec la partie légale de son activité, cependant il devait bien y avoir une photo ou une vidéo ou apparaissait le futur « travail » de Myo.
Tout en manipulant son mobile, il s'adressa à Myo

« En ce qui concerne votre mission, j'aimerais juste que livriez un message à un ami perdu de vue, j'aimerais que vous lui fassiez comprendre, qu'il est préférable qu'on reste amis »

Puis il passa le téléphone à Junko, l'assistante qui depuis le début de la conversation avait toujours gardé le silence se reprocha de Myo afin de lui présenter l'écran de l'appareil, se faisant elle effleura son genou, toute confuse Junko s'excusa avec un presque inaudible « excusez-moi » et activa la lecture d'une vidéo. Il s'agissait de l'enregistrement d'un meeting politique, on pouvait voir un homme d'environ soixante ans d'assez forte corpulence, vociférer dans un microphone des promesses que seul un naïf ou un sot pouvaient croire, cet homme faisant la une de tous les médias, il se faisait passer pour le preux chevalier qui allait débarrasser Yuukoku de la pègre et de la criminalité, à condition qu'il devienne Maire bien sûr.

Umi reprit la parole :

« C'est une cible de choix que je vous offre, vous voyez cet homme assis au troisième rang, costume sombre, cravate rouge, porteur de grosses lunettes, c'est le directeur de cabinet du conseiller Kitamura, il s'appelle Akira Yukinara, il détient des informations qui m'intéressent »

Puis il ajouta

« Bien entendu je vous fournirais des informations plus détaillées une fois que vous aurez accepté le travail, toujours partante ? »

Umi s'adressait à elle comme un employeur à son employée, son instinct et le regard de prédateur qu'arborait Myo lui disaient que la jeune femme allait surement accepter de travailler pour lui, c'est parce qu'il avait cette certitude qu'il exposa sans craintes ses projets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Lun 19 Juil - 20:58


Cet homme reprit son téléphone en main, un petit bijou de technologie dont Myo n’aurait pas su utiliser la moitié des fonctions sans se perdre dedans. Il tripotait son appareil en exposant plus clairement ce qu’il désirait d’elle : faire passer un message à un ‘vieil ami’.

Myo ricana tandis que l’assistante vint à son coté avec ce téléphone en main. Cela commençait à prendre forme, elle avait vu juste, ce serait une mission confidentielle et bien aux limites de la légalité, mais déjà du mauvais coté pour la Loi.

Pour la première fois depuis cette entrevue, la douce voix de Junko se fit entendre, pour demander poliment à se faire excuser, car elle avait malencontreusement effleuré le genou de Myo. Elle se contenta de lui faire un beau sourire et secoua sa tête, indiquant dans un souffle qu’il n’y avait pas matière à se faire du souci pour si peu.
La jolie demoiselle mit en lecture une vidéo, sur ce mobile, et sur l’écran un politicien local faisait son discours. Il y avait bien sur la presse, une foule que l’on entendait acclamer…et tout un flot de palabres dont Myo se fichait éperdument. Hormis ce que vint indiquer Umi :

« C'est une cible de choix que je vous offre, vous voyez cet homme assis au troisième rang, costume sombre, cravate rouge, porteur de grosses lunettes, c'est le directeur de cabinet du conseiller Kitamura, il s'appelle Akira Yukinara, il détient des informations qui m'intéressent »


Elle le repéra, et demanda d’un ton ferme un arrêt sur image par un
-Stop !...merci bien

Elle dévisagea cette personne et sortit un calepin de la poche intérieure de sa veste. Un tout petit carnet de la taille de sa main, dans une sorte de reliure en jean noir. Elle l’ouvrit, plaça une page vierge sur le petit support mobile qu’elle replia sur le bloc –précaution utile pour éviter de faire apparaitre un texte écrit sur la page en dessous par pression- et attrapa le stylo passé dans l’anneau prévu à cet effet au centre. Umi poursuivit son explication.

« Bien entendu je vous fournirais des informations plus détaillées une fois que vous aurez accepté le travail, toujours partante ? »


Elle y prit des notes : conseiller Kitamura, directeur de cabinet Akira YUKINARA, lunettes…et une brève description (couleur de cheveux, petite calvitie…)... tout en répondant, en ayant baissé d’un ton pour éviter de se faire entendre malgré la musique.

-En clair, vous m’offrez ce qui ressemble à l’un de mes rêves d’ado rebelle : titiller du politicien. Vous devinerez bien que si je prends des notes et l’annonce comme cela, c’est que je suis partante comme vous dites !

Elle reposa son carnet et prit une bouffée sur sa cigarette et leva son verre, pour demander à trinquer pour sceller cette affaire. La page écrite ne fut visible que le temps de mettre ce carnet à coté du paquet de cigarette, mais elle était totalement illisible. Myo avait écrit en mélangeant le russe et le sanskrit, précaution dictée par sa paranoïa qu’elle suivait depuis de longues années maintenant.

Elle adorait cette soirée, et appréciait de plus en plus cette rencontre. Mais elle préférait rester méfiante : elle ne voulait pas être juste une messagère dont on se débarrasserait une fois le travail finit –son coté parano encore-.
Elle s’était doucement décalée de manière à pouvoir voir encore les deux personnes. Sous la table, en espérant que cela ne se remarque pas, la yakuza commençait à faire doucement du pied à sa voisine, la si désirable Junko. Son coté mystérieux dans sa tenue de secrétaire modèle ou de maitresse d’école sévère l’émoustillait de plus en plus.

-Je suppose que nous développerons cela ailleurs ? Ou vous estimez cet endroit suffisamment sûr pour m’exposer vos doléances à faire passer et votre suggestion pour une approche ? Car pour ma part, j’aurai pas mal de questions …
Revenir en haut Aller en bas
Umi Kanashimi

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 37
Age : 23
Sexe : homme
Sexualité : hétérosexuel
Métier : PDG d'une agence de presse /trafiquant d'influence
Petit(e) Ami(e) : aucune
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Mar 20 Juil - 19:34

Umi fronça un peu des sourcils quand il vit l'experte sortir son carnet pour prendre des notes, l'écrit laisse des traces, des traces qui au cours d'une enquête policière deviendront des preuves, des preuves qui dans les mains d'un procureur incorruptible pourraient bien mettre un terme à son entreprise et à ses projets. Cette inquiétude se métamorphosa en stupéfaction quand il put jeter un coup d'oeil rapide au fameux carnet que la yakusa avait déposé sur la table, il était illisible mieux que cela il était indéchiffrable.

Rassuré Umi trinqua avec Myo qui lui avait tendu son verre, il finit son verre puis prit encore une autre bouffée de sa cigarette, c'est alors qu'il remarqua un changement de comportement chez son assistante. Junko qui d'habitude était toujours inébranlable et silencieuse n'agissant que sur les ordres de son employeur, semblait étrange. Elle détournait le regard quand il croisait celui de Myo et curieusement n'arrêtait pas réarranger une mèche de cheveux qui couvrait le lobe de son oreille gauche.

Umi se demandait si cet état n’était pas du a la proximité de Myo, Junko qui malgré ses airs de femme stricte et sévère était en fait d’une extrême timidité quand la motarde reprit la parole :

"Je suppose que nous développerons cela ailleurs ? Ou vous estimez cet endroit suffisamment sûr pour m’exposer vos doléances à faire passer et votre suggestion pour une approche ? Car pour ma part, j’aurai pas mal de questions"

Le bar en effet commençait à se remplir, la table se situant à proximité d'eux venait d'être occupé par un groupe de salary men joyeux et bruyant, surement l'un d'eux qui venait de recevoir une promotion, avait voulu fêter cela en compagnie de ses collègues moins fortunés. Quoi qu'il en soit la place commençait à devenir un peu trop peuplée à son gout. La solution la plus sage et surement la plus censée aurait été de continuer la conversation ailleurs, dans un endroit plus intime, mais Umi en décida autrement.

De façon autoritaire il leva la main pour faire signe à une des serveuses de s'approcher, cette dernière obtempéra rapidement, Umi sortit alors de sa veste une enveloppe de papier, l'ouvrit et en retira une liasse de billet de banque soigneusement entourée d'une bande de papier couleur bleue, à l'aspect des billets on pouvait deviner qu'ils sortaient tout droit d'une banque, cependant il ne s'agissait pas de yen, mais de dollars. Il les posa sur la table et s'adressa à la serveuse avec un ton dominateur:

« Mademoiselle, j’aimerais pouvoir profiter de cette partie de votre établissement, seulement en compagnie de mes invités »

Il avait désigné du bout des doigts la somme d'argent disposée sur la table, à première vue elle était équivalente à deux mois de salaires d'un employé de base japonais. Ces billets étaient destinés à une autre de ses transactions, mais le jeune homme ambitieux, préféra l'utiliser autrement, la somme dépensée apparaitra dans la colonne pertes et profits du bilan comptable de sa société.

Tandis que la serveuse faisait évacuer les bruyants voisins de table du trio, Umi reprit la parole avec sérénité.

« Je suis ravi d'entendre que vous avez des interrogations, autrement j'aurais été très déçus, je suppose qu'au moins une me concerne, je vais donc commencer par me présenter convenablement, je suis Umi Kanashimi, je dirige la KUMONOSU News, j'imagine que vous vous demandez, pour quelles raisons un responsable d'entreprise comme moi fait appel à des gens comme vous ou Nita, tout simplement par ambition. »

Umi affichait un sourire diabolique en dévoilant son activité à la jeune femme assise face à lui.

« Je vous dévoile tout ceci maintenant, parce que j'ai l'intime conviction, que vous serez un partenaire privilégié pour l'accomplissement de mes projets. De plus je vous ai assez observé pour en déduire que tôt ou tard vous auriez eu ces informations. »

Il voulut reprendre une gorgée de son cocktail, mais en saisissant le verre il se rendit compte qu'il était déjà vide, il refit un signe à la serveuse qui depuis qu'elle avait reçu ce généreux don, n'arrêtait pas d'observer la table avec intérêt.

« Je peux vous garantir, que vous ne regretterez pas notre association, tout comme notre cher Nita, travailler avec moi présente de nombreux avantages »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Mar 20 Juil - 23:45


Rester ici ou non, là était la principale préoccupation du moment. Vu ce dont ils avaient à causer, mieux valait éviter de se faire malencontreusement entendre. Contre toute attente, Umi trouva une solution assez osée et impérieuse tant dans la manière que le ton utilisé avec la serveuse venue à son signe. Soit il aimait réellement cet endroit, soit il voulait bien montrer à quel point il pouvait réagir vite en bénéficiant de moyens financiers et d’une supériorité indiscutable, ou peut être y avait il des deux.

Le calme était revenu, une fois les nouveaux voisins juste arrivés gentiment écartés, une pancarte ‘réservé’ fut même apposée sur les deux tables les plus proches. Umi semblait apprécier que Myo ait des questions à poser, ce qui était pourtant évident selon elle. On ne se lance pas dans ce genre d’opération sans un minimum de précautions et d’indications. Il prit même le soin de présenter plus précisément : quel homme intentionné !

«...Je suis Umi Kanashimi, je dirige la KUMONOSU News, j'imagine que vous vous demandez, pour quelles raisons un responsable d'entreprise comme moi fait appel à des gens comme vous ou Nita, tout simplement par ambition. »

Ça, pas besoin d’être médium pour le deviner, ce qui ne peut être obtenu de manière directe et légale, on l’obtient de manière indirecte et illégale, ce qui implique des contacts. Il était loin d’être le premier homme d’affaire à engager des yakuza, et surement pas le dernier. Le nom de Kumosonu News était inconnu de Myo, mais elle ne le souligna pas, cependant elle comprenait mieux les implications de cet homme avec le milieu politique et sa cible.

« Je peux vous garantir, que vous ne regretterez pas notre association, tout comme notre cher Nita, travailler avec moi présente de nombreux avantages »

Umi sous entendait même que leur association pourrit être durable, ce qui ne tombait pas dans l’oreille d’une sourde. Il devait avoir de grands projets, ce qu’il lui présentait là n’était certainement qu’un petit glaçon détaché d’un gros iceberg dont Myo n’osait deviner la taille.

Cet homme devait déborder d’ambition, un véritable requin nageant en eaux troubles, qui n’hésitait pas à soulever de la vase pour mieux surprendre sa cible et la mordre sans lui laisser d’échappatoire. Et il ne s’occupait pas du menu fretin, non, mais bien des autres requins.

Myo tira une bouffée sur sa cigarette. Elle n’avait pas perdu son sourire depuis qu’elle était arrivée ici, et au contraire avait même rit. Elle l’appréciait de plus en plus ce jeune homme, pas autant que sa douce secrétaire, ni de la même manière mais tout de même en peu de temps, il faisait forte impression.
Il était temps de mettre la vitesse supérieure. Elle reprit son carnet, et débuta d’un ton amusé sa petite enquête.

-Nous parlerons du futur quand nous aurons terminé, si vous le voulez bien, nous avons un projet à finir avant cela.
J’en sais plus sur vous, j’apprécie votre éclairage quand à votre situation, bien que ce ne fut pas nécessaire pour notre affaire, c’est très aimable de votre part et je comprends mieux votre demande
.

Elle tira une nouvelle bouffée sur sa cigarette, qui arrivait à sa fin.

-Je vais maintenant commencer à demander des choses précises, j’attendrai des réponses précises, donnez moi juste ce dont j’ai besoin et pas plus, mais pas moins. Ne vous sentez pas non plus obligé de répondre si vous ne savez pas où ne voulez pas.
Donc, si je résume bien, sans extrapoler, je dois livrer un message à cette personne, pour lui rappeler que vous êtes son ami. Cela en toute discrétion, mais en étant convaincante.


Elle marqua une pause, son regard se durcit, elle ne réfléchissait pas à ce qu’elle venait de dire en récapitulatif ou allait demander : l’un était venu tout seul, et elle savait de quoi elle avait besoin. Elle voulait seulement laisser à Umi le temps de souffler après ces paroles et en mesurer les significations.

- En bref, plus vous serez précis dans votre explication, plus le travail sera fait de manière efficace. Vous pouvez me laisser carte blanche avec juste ce que vous voulez obtenir et ce que je dois éviter aussi. J’ai déjà de petites idées. Bien, commençons…
Chose importante, ce message, je suppose qu’il ne vaut mieux pas vous citer directement, exact ? A remettre à l’oral, je suppose ?
Ensuite, ce directeur de cabinet…est il accompagné ? gardes, conseillers, secrétaires ?
Avez-vous une approche déjà en tête ? Niveau intimidation : simple conseil, menace, violence, jusqu’où aller ? Y a-t-il un moyen de pression pour le convaincre, ou doit on en trouver un? Peut-on envisager une sorte d’exemple ou punition à titre préventif ? Enfin, s’attend t- il à ce message ?


Myo notait chaque réponse de la même manière que précédemment, sur la feuille de son bloc note, la relut et pour finir…froissa, arracha le petit papier du bloc et utilisa le zippo pour le brûler, tenu entre ses doigts, aux ongles courts vernis de noir, au dessus du cendrier pour le laisser tomber dedans à l’état de cendre. Elle écrasa sa cigarette terminée pour en éclater et trifouiller les débris. Pas de traces.
Elle continuait de parler pendant cette opération.

-Je sais, j’en demande beaucoup, mais ce sont des points importants. J’irai ensuite étudier mon objectif : lieu de travail, de vie, horaires, pour définir où et comment agir, sauf si vous avez déjà pris les devants. Si vous avez des informations sur lui, ce qui ne me surprendrais pas, je suis preneuse, plus j’en saurais, mieux ce sera.

Elle se tourna vers Junko en disant cette dernière phrase, une façon de suggérer qu’elle pourrait peut être voir cela avec elle, sans que cela ne prenne du précieux temps de son employeur pour des broutilles. Du moins, elle trahissait ainsi son envie de manière discrète de passer du temps avec elle.

Une fois les cendres éparpillées en une fine poudre dans le cendrier, elle avala ce qui restait de son verre. Elle s’étira en élargissant son sourire, qu’elle adressait autant à Umi qu’à Junko. Ses yeux pétillaient d’une vive excitation.
Ses caresses du pied sous la table s’étaient muées en d’autres contacts : leurs cuisses s’étaient collées l’une contre l’autre quand Myo s’était avancée vers cet étrange patron pour prendre des notes, et elle avait laissé volontairement Junko lire ce qu’elle écrivait, elle y avait dessiné tout en bas un petit cœur avec un hiragana ‘Ju’ dedans…ce fut la seule raison qui fit de la peine à Myo de brûler ce papier.

-Eh bien… Umi-san, Junko-san, je suis ravie de vous connaitre. Cette soirée ne fait que commencer, et elle débute plutôt bien ! J’ai hâte de voir ce qu’elle nous réserve. En ce qui concerne notre affaire, je suis sûre que nous saurons la mener à bien. Il nous reste juste à parler de du tarif...sachant que je demanderai une partie en avance, le reste une fois le résultat obtenu
Revenir en haut Aller en bas
Umi Kanashimi

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 37
Age : 23
Sexe : homme
Sexualité : hétérosexuel
Métier : PDG d'une agence de presse /trafiquant d'influence
Petit(e) Ami(e) : aucune
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Mer 21 Juil - 18:48

Myo posa quelques questions très précises en rapport avec sa mission, jamais elle n'avait abordé la question des honoraires surement préférait-elle attendre d'en savoir plus, pour établir un « devis » :

"Chose importante, ce message, je suppose qu’il ne vaut mieux pas vous citer directement, exact ? A remettre à l’oral, je suppose ?"

Umi répondit

« Vous avez bien deviné, c'est bien la difficulté de la mission, mon nom ne doit jamais être cité, sinon n'importe quel coupe jarret aurait fait l'affaire »

"Ensuite, ce directeur de cabinet…est il accompagné ? gardes, conseillers, secrétaires ?"

"Il est toujours accompagné d'un garde du corps qui lui sert de chauffeur aussi, mais cela uniquement durant ses heures de travail, le soir il rentre directement chez lui et se barricade littéralement dans son domicile en compagnie de ses deux filles et de sa femme."

Puis tout gêné il ajouta :

"Je n'ai aucune informations concernant le système de sécurité, pour le moment en tout cas. "

"Avez-vous une approche déjà en tête ? Niveau intimidation : simple conseil, menace, violence, jusqu’où aller ? Y a-t-il un moyen de pression pour le convaincre, ou doit on en trouver un? Peut-on envisager une sorte d’exemple ou punition à titre préventif ? Enfin, s’attend t- il à ce message ?"

"J'ai bien une idée, mais je ne suis pas sûr que vous l'adoptiez, Mr Yukinara est un homme intègre, du moins dans sa vie professionnelle, mais il a penchant pour les jeunes femmes, je l'ai même déjà menacé de rendre ses aventures extra-conjugales publiques, mais sans effet cependant, si quelque chose de fâcheux devait arriver à sa maitresse, tout juste après leurs ébats, rendrait l'homme très réceptif."

Le plan était parfait selon lui, si le directeur de cabinet n'obéissait pas, il s'arrangerait pour informer la police que la dernière personne à avoir vu la victime indemne était ce brave Akira, il possède déjà de nombreux clichés du couple illégitime, il suffira d'ajouter d'autres cliches horodatés le montrant entrer et sortir des lieux du crime, les enquêteurs orienteront l'affaire sur la dispute d'amoureux qui tourne mal, tout cela appuyé par la présence d'empreintes digitales et génétiques du suspect sur la scène de crime. Dans le meilleur des cas, Umi obtiendrait les informations qu'il désire sinon il disposerait d'un scoop qui fera monter la côte de son entreprise, de plus l'homme politique serait obligatoirement destitué de son poste, remplacé par quelqu'un de plus malléable. Ce plan n'avait qu'un défaut il ne devait rester aucun témoin.
« Bien entendu, si vous pensez connaitre un moyen plus sûr et efficace, je vous laisse carte blanche, il n'y a qu'une seule restriction, on ne doit jamais pouvoir faire de rapprochement avec moi. »

Umi observait avec attention la yakusa prendre des notes puis méthodiquement les détruire, puis elle aborda le problème du renseignement. Umi ne put s'empêcher de ricaner, il avait déjà établi une base de données assez enrichie sur sa cible et ses fréquentations, profil psychologique, lieux préférés, maîtresses, itinéraires fréquentés presque tout y était.

"Je dispose en effet d'informations détaillées, mais vous vous doutez bien que je ne les transporte pas en permanence, c'est avec Junko que vous verrez cela. Ce sera votre interlocuteur privilégié durant votre mission."

C'était la manière de faire d'Umi, il donnait les directives principales et laissait Junko gérer la suite des opérations, lui donnant toute l'autorité nécessaire à cette tâche. Cependant, à l'annonce de cette nouvelle il crut, pendant un bref instant apercevoir un furtif sourire sur les lèvres de son assistante.
Puis la Yakuza aborda la question des finances :

« Eh bien… Umi-san, Junko-san, je suis ravie de vous connaitre. Cette soirée ne fait que commencer, et elle débute plutôt bien ! J’ai hâte de voir ce qu’elle nous réserve. En ce qui concerne notre affaire, je suis sûre que nous saurons la mener à bien. Il nous reste juste à parler de du tarif...sachant que je demanderai une partie en avance, le reste une fois le résultat obtenu »

« Moi aussi je suis ravi de cette rencontre Myo-san. Mais ne vous inquiétez pas pour vous honoraires, je paierais ce que vous demandez, je vous propose même de doubler votre prime, si vous suivez mon plan, pour les modalités de paiement je vous laisse vous mettre d'accord avec mon assistante»

Pendant qu'il s'expliquait, Junko inscrivait sur une des serviettes en papier qui était disposée sur la table un numéro de téléphone portable, suivi d'une adresse mail, c'était une procédure normale, le numéro de téléphone était celui d'une ligne sécurisée qui permettait de la joindre, quant à l'adresse elle servait à poster des documents cryptés et était intraçable, par contre le petit coeur dans lesquels était inscrit le caractère hiragana de "mi" était une fantaisie que seule Myo pouvait comprendre. Quand elle eut fini, elle fit glisser le bout de papier, fermé de façon à ce que son patron n'ait pas connaissance de son contenu vers la professionnelle.
Spoiler:
 
La serveuse se présenta de nouveau à lui, Umi recommanda un Daiquiri et invita ses deux magnifiques compagnes à en faire autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Mar 27 Juil - 23:05

Ce monsieur Kanashimi avait déjà un plan, pas nécessairement très élaboré mais une ébauche bien solide et précise. Et nul doute que ce plan serait efficace s’il était mis en œuvre, mais deux de petites choses déplurent à Myo.
Non seulement cela impliquait une personne extérieure, l’une des maitresses, mais surtout, cette personne était elle innocente –si l’on omettait l’adultère du directeur de cabinet bien sur- et cela pesait lourd dans la balance de la terrible Myo. Car elle avait des principes, tout aussi sauvage et rude qu’elle puisse être, elle impliquait le moins possible les katagari (non membre d’organisation ou d’entreprises associées) dans ses plans, et ce autant par respect d’une certaine éthique que pour s’éviter des ennuis avec les civils. Ici, la maitresse n’avait rien fait de bien grave, et d’après Myo ni elle ni sa famille –sa vraie famille- ne méritait un tel châtiment. Après tout, les groupes de yakuza ne sont là que pour et grâce à eux d’une certaine façon.
Or cela changeait considérablement la donne si cette personne était une complice, ou elle-même membre d’une organisation quelconque. Si elle était une alliée, elle jouerait le jeu, si elle était une ennemie, alors là…Myo se lâcherait sans retenue aucune. Pour le moment et même si cela était regrettable, elle ne pensait qu’à élaborer une autre stratégie, en passant sous silence ces réfléxions.

Myo avait déjà exclut l’idée d’être elle-même la séductrice de cet Akira : il n’était pas du tout son genre, même en se forçant pour la mission, le lien avec Umi pourrait être découvert un jour ou l’autre et elle ne voulait pas prendre ce risque, surtout elle avait quelqu’un d’autre qui faisait battre son cœur…et qu’elle guettait du coin des yeux.

Heureusement Umi avait précisé qu’elle pourrait agir à sa guise si elle avait d’autres idées, et ça, elle n’en manquait pas. Et pour les informations, ce qu’il dit la ravit :

-Je dispose en effet d'informations détaillées, mais vous vous doutez bien que je ne les transporte pas en permanence, c'est avec Junko que vous verrez cela. Ce sera votre interlocuteur privilégié durant votre mission


L’idée de son commanditaire serait donc conservée comme sorte de joker, un bon bonus pour appuyer sur le point sensible que Myo se chargerait d’éveiller chez sa cible. Après tout, un enlèvement par exemple, c’était tout à fait faisable, si cela devenait nécessaire… La gangster aurait tout le temps de mettre au point un plan et une approche avec cette exquise Junko et pas uniquement pour ce dont avait parlé Umi.

Idem pour tout ce qui est établissement d’une rétribution, d’après ce qu’indiquait ce chef d’entreprise, somme et paiement et probablement de mise au point concernant le matériel et autres, à voir avec son assistante. Magnifique, Myo était aux anges : elle passerait des moments privilégiés avec cette jolie fille avec la bénédiction de son employeur. Que demander de plus ?

Myo rangea la serviette de papier pliée, qu’elle effleura de ses lèvres en un chaste baiser le temps qu’Umi passe sa commande, dans son petit bloc note qui revint dans la poche du manteau d’où il était sortit, en remerciant poliment Junko. Lors de l'échange, leurs mains s'étaient comme figées le temps d'un souffle, l'une sur l'autre, et leurs doigts se caressèrent si lentement en se séparant...une délicate et sensuelle communication gestuelle en apparence si innocente mais néanmoins que toute deux avait comprise et ressentie au plus profond de leurs chairs.
Myo lui fit signe de commander une boisson à son tour, puis elle-même demanda à nouveau une vodka martini, au shaker et sans glace.
Il semblait que la soirée prenait doucement une autre tournure, après le travail, le loisir ? Myo n’était pas contre, après tout, mieux valait parler des détails ailleurs. Ils avaient eut le temps de se découvrir un peu, de se mettre d’accord sur ce qui les intéressait l’un et l’autre, et de prévoir de quoi avoir une base de travail, c’était bien le principal non ?

Myo leva une nouvelle fois son verre, autant pour trinquer que sceller cette nouvelle association, car elle pourrait avoir quelque chose de durable. En tout cas elle le souhaitait, et de manière professionnelle ou non, elle comptait bien revoir Junko.

-Parfait, affaire conclue, Junko-san et moi-même étudierons ce problème à l’aide des pièces fournies et une solution sera apportée. Mettons donc de coté le buisness pour le reste de la soirée ! Amusons nous maintenant, à moins que vous ayez des questions, ou autre chose à proposer ?

Myo demandait autant par taquinerie qu’avec un fond de sérieux. Après tout, peut être y avait il un autre travail à la clé ou un aperçut de soirée qui se profilerait ?
Elle trinqua avec ses deux jeunes gens et reprit une cigarette, en proposant de nouveau à Umi et Junko. Elle s’adossa bien contre son siège, secoua la tête ce qui fit remuer ses couettes, alluma sa tige de tabac avec son briquet, qu’elle ouvrit et alluma d’un mouvement du pouce et refit claquer d’un mouvement de poignet, avant de jouer avec.
Elle ne le reposa que pour prendre son verre en main. Elle avait toujours ce sourire doux et aimable, un brin carnassier et surtout ce regard dur, ni chaud ni froid, une sorte de gouffre qui aspirait l’âme de qui les regarde en ne laissant entrevoir qu’une interminable errance dans le néant.


Revenir en haut Aller en bas
Umi Kanashimi

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 37
Age : 23
Sexe : homme
Sexualité : hétérosexuel
Métier : PDG d'une agence de presse /trafiquant d'influence
Petit(e) Ami(e) : aucune
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Jeu 29 Juil - 19:03

L'affaire semblait donc conclue, pour le plus grand plaisir d'Umi, il avait mis la main sur une perle rare, a l'occasion il ajouterait un petit bonus sur le virement mensuel de Nita pour cette découverte. Après avoir trinqué une seconde fois, la charmante yakusa lui proposa une seconde cigarette qu'il refusa avec un joli sourire, il n'est pas vraiment fumeur, mais il a appris que le mimétisme peut améliorer l'image que les autres ont de lui, ainsi si son interlocuteur était un fumeur, il partagerait volontiers une cigarette avec lui, simple technique d'approche.
Et maintenant il fallait penser au reste de la soirée, dans un premier temps se sustenter, ce serait un bon moyen de célébrer officiellement leur accord et surtout d'en apprendre un peu plus sur sa nouvelle « employée » ou plutôt associée, car c'est ainsi qu'il voyait le futur avec Myo. Comme à son habitude Umi se posait plein de questions à propos de son interlocutrice, qui était-elle vraiment, d'où venait-elle, qu'a-t-elle fait, pourquoi est-elle ici et il avait les ressources de trouver les réponses à ces questions du moins la plupart.
Des gens de l'envergure de Myo des traces, un rapport de police, peut être un procès verbale d'interpellation, un dossier médical, de plus en fouinant en peu dans les rues de Tokyo il trouverait bien une âme généreuse qui l'aiderait contre rémunération. Mais à quoi bon faire les choses ainsi si on peut tout obtenir de l'intéressée avec le sourire.
« Bien, il commence à se faire tard et cette petite discussion m’a ouvert l’appétit, j’aimerai vous inviter à diner en notre compagnie, Je connais un excellent soba-ya pas loin d’ici ca vous tente ? »

Curieusement Umi aimait ce petit restaurant, dans un premier temps il y allait seulement pour courtiser la nièce du patron, mais depuis que la belle est partie vivre très loin de Yuukoku, il a commencé à apprécier les mets que proposait l'enseigne, de plus l'endroit était tranquille et peu fréquenté, le refuge idéal pour déjeuner sans être dérangé par de vielles connaissances. C’est d’ailleurs cette caractéristique plus que la saveur des « Soba » du restaurant qui l’avait poussé à choisir cette option.
« Ensuite je vous emmènerai au siège de ma société, ou je vous laisserais avec Junko pour commencer à préparer votre mission »

Le temps qu'ils dînent les locaux de la KUMONOSU NEWS seraient déserts et Junko pourrait emmener son invitée incognito consulter les données sur Yukinara et sa clique. Umi lui avait d'autres projets qui ne nécessitaient pas la présence de Junko et nuls doutes que son assistante ne serait pas contre faire des heures supplémentaires dans ces conditions.
« Évidemment je comprendrai si vous refusiez cette invitation un peu inattendue, après tout cela fait un peu trop pour une première rencontre»

Umi portait son verre à ses lèvres, pour boire une autre gorgé de son cocktail, Junko toujours aussi discrète, en profita réajuster son siège, profitant de l'occasion pour effleurer la cuisse Myo du bout de l'annulaire, cette action l'a fit rougir autant de plaisir que d'excitation, elle n'osait même pas imaginer la réaction de son employeur s'il la surprenait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   Dim 1 Aoû - 1:01


Un repas et ensuite une visite des locaux de son employeur pour prendre possession des informations contenues dans ce fameux dossier, voilà une proposition assez attrayante. L’évocation des Soba avait réveillé son estomac, qui heureusement ne gargouilla pas, mais fit sentir le besoin et l’envie de prendre un aliment solide, ou tout du moins plus consistant que deux cocktails.

Se nourrir était important pour la yakuza, cependant elle avait un rythme de vie peu propice à une alimentation aux heures habituelles : en fait, elle mangeait à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, parfois uniquement parce que le besoin s’en faisait sentir, parfois pour le simple plaisir de cuisiner soi même ses propres plats et les déguster ensuite, surtout que grâce aux cours suivit lors de sa scolarité, elle se débrouillait plutôt bien.

-Vous avez bien raison, et vous êtes bien aimable. Je ne suis pas contre l’idée d’un repas chaud avec vous, je vous remercie de cette proposition.

Elle tira une bouffée de sa cigarette, avec toujours aux lèvres ce sourire serein. Elle appréciait les bonnes manières de son interlocuteur et d’après elle, voir les personnes se nourrir en disait long sur leur personnalité.

-En ce qui concerne l’étude des pièces du dossier, plus tôt cela sera fait, plus tôt je saurai comment organiser mon travail, donc si cela ne vous dérange pas que nous utilisons vos locaux, je vous suivrai, à moins que cela ne soit incommodant que je sois vue en votre compagnie ou dans vos murs.

Elle avait beau être nouvelle dans cette ville, elle ignorait si sa réputation de diablesse l’y avait précédée, ce qui pouvait potentiellement nuire à l’image de cette entreprise de presse si on l’apercevait. La yakuza savait être prévenante à cet égard et ne craignait aucunement un traquenard de la part de ces gens fort sympathiques. Elle était même au contraire persuadée qu’une bonne entente s’établissait entre Umi et elle- même, qui deviendrait solide si sa mission venait à se solder par un succès, aussi elle ferait en sorte de s’appliquer tout particulièrement en ce but. De plus Myo ne dit pas ouvertement qu’elle aurait aimé ramener Junko chez elle, elle préférait éviter de faire ce genre de proposition de manière aussi directe devant Umi.

Elle relâcha un nuage de fumée accompagné d’un léger soupir de surprise au contact espiègle et discret mais si plaisant de la jolie demoiselle, contre sa cuisse, qu’elle fit passer pour une marque d’appréciation de la gorgée de sa boisson bue juste avant. Myo sentit une bouffée de chaleur l’envahir, partie depuis le creux des reins pour remonter tout le long de son dos, envahir sa poitrine et finir par lui donner de légères couleurs aux joues.
Cette vague finit par lentement s’étendre dans tout son corps, éveillant plus encore son désir. Ses pensées en furent troublées par de salaces images de ce qu’elle aurait pu lui faire si Umi n’avait pas été présent. *Patience, Myo, patience…bientôt nous serons toutes deux en tête à tête, et là…*

Son sourire fut éloquent et elle plongea les yeux dans son verre, de peur de trahir son émotion ou de dévoiler l’intrigue naissante entre elles deux au grand jour. Elle vida d’un trait ce qui restait de son breuvage, elle finirait sa cigarette le temps de sortir de ce bar.

-Je vous suivrai avec mon véhicule, je ne tiens pas à le laisser ici.

Elle tenait trop à sa bécane customisée par ses soins, bichonnée avec dévotion, trafiquée des bielles au carénage, de manière à offrir des performances ahurissantes en totale opposition avec son look neutre, avec sa peinture noire mate et unie, décorée d’un fin liseré rouge. Même s’il était évident qu’elle était bricolée, seul un œil averti et connaisseur serait apte à déceler le potentiel monstrueux de cette rageuse moto digne d’un circuit, dans sa livrée sobre, garée devant la vitrine.

Myo attendit qu’Umi se lève pour le suivre en dehors du bar. Elle aurait tant aimé tenir Junko par la main, où même par la taille, mais elle se retint. Elle camoufla sa gêne et sa déception de ne pouvoir agir ainsi en tirant une longue bouffée. Elle se saisit de son casque, referma sa veste après avoir rangé son paquet de cigarette et son zippo, ainsi que ses lunettes dans un petit étui, dans les poches.

D’abord, se rendre au restaurant, manger, idéalement des Nabeyaki Udon, puis découvrir le lieu de travail de ses nouvelles relations tant de travail que…de probablement bien plus, pour justement aller lever les derniers voiles de mystère sur son contrat…pour commencer.
Un programme intéressant dans lequel Myo saurait joindre l’utile et l’agréable. Ses pas l’amenèrent à l’extérieur, en faisant encore une fois danser les plis de sa jupette. Oui, cette soirée ne faisait que commencer et devenait de plus en plus prometteuse. Myo était ravie d’être venue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tractation devant un verre (avec Shinonaga Myo)[Fini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Boit un verre 'avec son ex [ pv Victoire]
» DECLAN&JENNIFER- "Parlons autour d'un verre"
» Discussion nocturne autour d'un verre: PV Blodwen C. Kelly
» Des histoires à en dormir debout(PV avec Coeur Boiteux)Fini
» Les roses jaunes ne fanent pas [ PV : Vy ; Angélie ] {RP court}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: Les Bars et Restaurants :: Les Bars-
Sauter vers: