Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Jeu 26 Aoû - 22:20

Puisqu’Abel avait promis un dîner chez lui à son cher Yuki-san, il était temps de l’inviter. Les deux amants occasionnels s’étaient revus peu de temps après leur dernière nuit ensemble, afin que le grand blond montre les résultats de son dernier test sanguin. Le bel hôte avait montré les siens donc il était normal qu’il en fasse autant. C’était pour qu’ils se rassurent tous les deux après les rapports qu’ils avaient eu sans protection. Délicieux moment d’ailleurs, mais s’en était suivi une longue angoisse. Abel n’avait jamais couché sans préservatif, excepté avec Tatsuki, bien évidemment. Alors le faire avec un hôte, qui vendait parfois son corps à ses clients, cela lui avait fait peur. Mais il avait compris que ce charmant Yuki était très sérieux. Peut-être n’était-il donc pas à exclure une nouvelle fois sans préservatif. Cela avait été si agréable, surtout en sachant que leurs corps étaient liés par une puissante alchimie.

Deux jours avant le dîner, Abel avait téléphoné à son délicieux amant pour lui demander si la date lui convenait et s’il désirait encore de ce dîner, bien évidemment. La réponse fut « oui ». Après une courte conversation au téléphone, le blond raccrocha, petit sourire aux lèvres. Il ne saurait expliquer ce qu’il ressentait envers l’éphèbe. Yuki lui apportait une grande sérénité. A chaque fois qu’ils se voyaient, certes leur grande attirance les amenait à faire l’amour, mais il y avait bien plus que cela entre eux. Ils se connaissaient à peine et pourtant, Abel se sentait en confiance, extrêmement bien avec son amant occasionnel. C’était encore différent de sa relation avec Tatsuki. C’était vraiment difficile de mettre des mots sur ses sentiments et sensations. Tout ce qu’il savait, c’était qu’il désirait que leur relation dure longtemps. Il n’y avait pas besoin que cela soit sérieux. Le simple fait de passer du temps ensemble de temps à autre lui suffisait.

Le jour J, Abel se leva tôt pour être à l’ouverture des magasins et ainsi choisir les meilleures pièces de poissons et de viandes qu’il cuisinerait plus tard dans la journée. Il voulait faire un très bon repas, quitte à payer plus cher les ingrédients. La qualité valait bien qu’on mette la main au porte-monnaie. Ce soir, il allait cuisiner typiquement japonais et préparer un repas varié, selon le style « Kaiseki Ryori ». Au menu, il y aurait une soupe miso, des sashimi, tempura, sushi et yakitori. Il y aurait ainsi le choix et vu qu’Abel adorait cuisiner, il serait servi avec tout cela à préparer. Et en dessert, il était tenté de faire une mousse au chocolat assez légère. Il savait que cela ne faisait pas vraiment japonais mais… Un repas sans chocolat n’était pas un vrai repas à ses yeux. Il espérait que cela plairait tout de même à Yuki. Au pire, il pourrait se rabattre sur un bon thé relaxant.

Tous les ingrédients achetés, le blond repassa par chez lui afin de les mettre au frigo. Il avait encore quelques achats à faire pour cette soirée en tête à tête. Il désirait que tout soit parfait et avait promis au bel hôte qu’il s’occuperait bien de lui. Abel se dirigea donc vers un magasin vendant des huiles de massage. Il opta pour un lot contenant des huiles aux senteurs différentes. Yuki pourrait ainsi choisir celle qui l’attirerait le plus. Le jeune tueur acheta aussi des bougies parfumées aux fleurs de cerisier. Peut-être en faisait-il un peu trop mais cela lui manquait de ne plus organiser ce genre de soirée. Puisqu’il n’était plus avec Tatsuki depuis plusieurs mois, il fallait bien qu’il s’offre ce type de soirée avec quelqu’un d’autre. Et Yuki était la personne idéale. Abel lui réservait même un petit cadeau, pour lui prouver qu’il l’appréciait beaucoup et qu’il tenait un minimum à lui. Ce cadeau était un kimono couleur lilas, avec des fleurs brodées à la main avec du fil d’or. Ce n’était pas donné, certes, mais Abel pouvait se permettre ce genre d’extras vu qu’ils étaient extrêmement rares.

En rentrant chez lui, le jeune homme mangea rapidement puis se mit directement aux fourneaux. Il était impatient que Yuki arrive mais il avait encore plusieurs heures devant lui. Il s’appliqua à faire les différents plats composant ce dîner. Cela lui prit du temps de préparer des sushis design. Afin de les rendre originaux, il mit des épices et des colorants naturels dans le riz. Celui-ci prit donc une teinte jaune pour certains sushis, rouge pour d’autres, ou bien encore verte claire. Cela l’amusait de pouvoir se lâcher un peu en cuisine. Nul doute que cela produirait son petit effet aux yeux du bel hôte. Une fois tous les plats finis, il ne restait plus qu’à dresser la table et organiser les assiettes. Là encore, cela touchait à un domaine qu’Abel affectionnait beaucoup, la décoration. Il posa des dessous de plat en bambou sur la table du salon, là où ils allaient manger, et plaça quelques bougies pour rendre l’ambiance un peu plus intime. C’était simple mais agréable au regard.

Lorsque tout fut prêt, le grand blond prit la direction de la salle de bain. Il allait prendre une bonne douche et se faire beau avant l’arrivée de Yuki. Il passa un bon moment sous la douche mais encore plus à se coiffer. Il opta pour un chignon savamment négligé et retenu par des baguettes de bois, duquel tombaient plusieurs mèches blondes et ondulées. Il passa ensuite par la chambre pour se vêtir d’un des deux kimonos qu’il possédait, un de couleur noir. Il en avait un autre, un blanc brodé de fleurs rouges, que Tatsuki lui avait offert lors de leur séjour aux sources Hebi. Il ne tenait pas à le mettre ce soir. Ce kimono avait une certaine valeur sentimentale et Abel se sentirait mal de le porter pour un autre homme que celui qui le lui avait offert… Enfin prêt, le blond se pressa d’emballer son cadeau dans un papier cadeau simple. Il espérait vraiment que ce kimono plairait à son cher Yuki-san. D’ailleurs, en parlant du loup, celui-ci venait apparemment d’arriver. Abel alla donc ouvrir la porte pour accueillir son invité de marque, après avoir posé le cadeau à la place que prendrait l’éphèbe, c’est-à-dire sur un confortable coussin posé sur le sol…

_________________


Dernière édition par Abel Saalfield le Lun 29 Nov - 15:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Mer 1 Sep - 14:42



Au milieu de leurs activités à plein temps, les deux hommes finirent par se mettre d’accord sur un jour pour dîner ensemble, ou plutôt, ce fut Abel qui pris les devants en appelant Yuki afin de l’inviter. Le blond avait à plusieurs reprises insisté pour lui rendre la pareille en l’invitant à son tour chez lui. Yuki aimait beaucoup la compagnie d’Abel. Ils n’étaient pas un vrai couple, mais les moments d’intimité qu’ils passaient ensemble étaient très chers aux yeux du bel éphèbe. Il se sentait bien en compagnie du blond et surtout, il savait que celui-ci n’attendait rien de lui contrairement à ses clients ou clientes. Il se sentait comment dire… lui-même avec Abel. Il n’avait pas à jouer un rôle afin de satisfaire son ami. Il pouvait enfin se comporter naturellement et savourer chaque moment qu’il passait avec lui. Yuki était certes aux petits soins avec le blond mais c’était sa vraie personnalité, il ne sur jouait pas contrairement à lorsqu’il remplissait son rôle d’hôte. Enfin… il masquait tout de même une partie de sa personnalité à tous… celle d’un homme un peu trop curieux et poltron qui roulait pour la mafia parfois par obligation. Son côté Geek et un peu top intrépide l’avait mené aux portes de l’enfer ou plutôt d’un yakuza… mais fort heureusement, cette parcelle de sa vie n’était pas visible au grand jour. Qui soupçonnerait un homme aussi beau et fin que lui ?
Le jour J, il se leva comme à son habitude en début d’après-midi. Il travaillait tard dans la maison d’hôte dans laquelle il exerçait et pour garder son teint frais, il devait avoir ses 8 heures de sommeil, pas plus, pas moins. Il était tellement obnubilé par son apparence, qu’il ne lésait pas sur les soins sur sa petite personne. Il passa son après-midi à faire divers rangements avant d’accompagner sa propriétaire faire quelques courses. Il en profita pour acheter une belle orchidée violacée afin de ne pas venir les mains vides chez son hôte. Il voulait marquer le coup en étant un peu original. Acheter un dessert ne l’eût pas été et puis, il semblait que le délicieux blond avait pris en main le repas de l’entrée au dessert. Il y avait peu de chance que l’appartement d’Abel soit décoré d’Orchidées. En plus d’être onéreuses, ce type de fleur ne décorait pas tous les foyers masculins. Pourtant, il n’y avait rien de plus beaux que ces fleurs… elles étaient si délicates, un peu à l’image de Yuki d’ailleurs. Une fois fin prêt, il quitta sa demeure afin de prendre un taxi. Il n’était pas véhiculé, d’ailleurs, il n’avait pas le permis du tout. Yuki ne s’était pas mis en kimono cette fois-ci, il avait opté pour un pantalon noir assez sobre, ainsi qu’un pull à col V. Le temps ne se prêtait pas à porter des tenues légères et puis, il n’avait pas envie de se promener dans un quartier inconnu et à la limite des quartiers mal famés, en kimono. Il donna l’adresse que le blond lui avait envoyé par mail. Une fois arrivé, il tourna un peu avant de trouver la bonne porte. Son sens de l’orientation était quelque peu limité. Il frappa doucement à la porte d’Abel pour ne pas risquer de faire tomber son pot de fleur. Celui-ci ouvrit avec un grand sourire déjà pendu aux lèvres.

-Bonsoir...

Abel le convia à s'installer. Il avait aménagé son appartement un peu à la façon d'un futon en posant quelques coussins sur le sol. Vu l'esthétique de son appartement, il ne faisait aucun doute qu'il avait un peu réaménagé son salon pour recevoir son amant occasionnel. Il avait même mis un kimono qui lui allait à ravir. Dire qu'il n'aimait pas porter ce genre de tenue, c'était bien dommage. Yuki tendit le pot de fleur au blond avant de suivre son invitation à s'asseoir. Il y avait un petit paquet sur son coussin, mais ne sachant pas vraiment si celui-ci lui était adressé, il préféra le décaler légèrement sans l'ouvrir. Il n'allait pas perdre sa légendaire politesse devant celui qui le voyait comme un bel ange.

-J'espère ne pas être en retard, j'ai eu un peu de mal à trouver, je ne connais pas ce quartier... Oh, j'espère que cette orchidée vous plaît, je ne savais pas vraiment quoi vous offrir Abel-han...


Il devait jouer la carte du parfait "hôte" après tout. Première règle, ne pas venir les mains vides lorsqu'on était invité à dîner chez quelqu'un. Et, nul doute que cette soirée en compagnie de son ami serait des plus délicieuses qu'il soit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Mer 1 Sep - 22:20

-Bonsoir...

« Bonsoir. »


Abel s’effaça pour laisser le beau Yuki entrer. Il referma ensuite la porte, à clé. Il le faisait non seulement pour être tranquille, mais aussi par sécurité. On ne savait jamais dans ce genre de quartier. Le blond habitait dans les bas fonds de Yuukoku, depuis toujours d’ailleurs. Peut-être était-ce pour cela qu’il n’avait jamais eu de gros problèmes. Par contre, pour un « étranger », ce n’était pas très sûr. Yuki n’avait pas dû se sentir très à son aise dans ces rues, d’où ses habits sobres et tout à fait normaux. Il avait laissé tomber ses magnifiques kimonos, pensant sûrement que cela attirerait l’attention sur lui, et il avait eu tout à fait raison. Mais secrètement, Abel espérait que son bel invité se vêtisse du kimono qu’il allait lui offrir. Connaissant les goûts de l’éphèbe pour ce vêtement traditionnel, le grand blond avait misé là-dessus ce soir, allant jusqu’à en porter un lui-même, alors que ce n’était pas du tout dans ses habitudes.

-J'espère ne pas être en retard, j'ai eu un peu de mal à trouver, je ne connais pas ce quartier... Oh, j'espère que cette orchidée vous plaît, je ne savais pas vraiment quoi vous offrir Abel-han...

« Elle est magnifique. Merci beaucoup. »


En général, on n’offrait pas de fleurs à un homme mais Abel appréciait ce geste. Ce n’était pas étrange venant de Yuki. L’hôte était quelqu’un de délicat. Cette fleur lui allait très bien en plus. Magnifique et de grande valeur. En plus, le violet lui allait extrêmement bien. Le jeune tueur savait déjà où il allait mettre cette fleur. Il la poserait sur sa table de chevet, dans sa chambre. Mais pour le moment, la fleur allait décorer la table. Abel poussa une bougie et posa le pot de fleur sur un coin de la table. Elle allait parfaitement bien avec la décoration. Et elle comblait aussi l’absence de fleur dans le loft de l’assassin. Ce n’était pas qu’Abel détestait cela mais il ne pensait jamais s’en acheter pour lui-même. En général, lorsqu’il se rendait chez le fleuriste, c’était dans l’optique d’offrir un bouquet à quelqu’un, comme à Cassandre par exemple. Il savait que la jeune femme appréciait ce genre d’attention.

Pendant que Yuki prenait place sur l’un des coussins disposés autour de la table basse du salon, Abel alla chercher une bouteille de champagne et deux coupes. Il jouait vraiment le grand jeu ce soir mais c’était la première fois qu’il recevait quelqu’un chez lui, si on ne comptait pas Tatsuki, bien sûr. Et à vrai dire, cela lui manquait de ne pas prendre soin de quelqu’un. Il souhaitait donc organiser une soirée romantique. La dernière remontait à plusieurs mois. Il y avait pris goût. Tant pis si ce n’était plus avec la même personne. Il avait tourné la page. Et tant pis aussi si ce n’était pas avec un homme qu’il pouvait considérer comme son amant officiel. Yuki méritait que l’on prenne soin de lui et Abel ne se gênait pas pour le faire. Ce soir, il serait aux petits soins du bel hôte, à commencer par le repas, pour continuer avec un bon massage, puis terminer par des câlins torrides… Mais pour l’instant, c’était champagne. Abel apporta donc une coupe à son invité et prit place à son tour sur l’un des coussins.


« Je suis heureux que vous ayez accepté mon invitation… Je porte un toast à notre soirée. Qu’elle soit aussi agréable que les précédentes, voire plus. »

Il leva sa coupe de champagne tout en plongeant son regard dans celui de Yuki, comme le voulait la tradition. Il était sincère lorsqu’il disait qu’il était heureux que l’éphèbe soit venu. Il l’appréciait énormément. Il lui était d’ailleurs impossible de décrire avec des mots ce qu’il ressentait pour son beau Yuki-san. Ayant connu l’amour, il savait que ce n’était pas cela. Mais connaissant l’amitié aussi, il savait que ce n’était pas cela non plus. Peut-être était-ce quelque chose se situant entre amour et amitié ? C’était difficile à dire. Ils se connaissaient très peu après tout. Mais une chose était sûre, il y avait vraiment quelque chose entre eux, quelque chose d’intense. Abel espérait que Yuki ressente la même chose que lui à son égard. Il désirait que leur relation dure, sans savoir comment la qualifier. Le blond ne voulait pas s’engager dans une nouvelle relation sérieuse mais en même temps, il ne voulait pas considérer Yuki comme un simple coup. Le bel hôte était plus que cela à ses yeux. La preuve avec le cadeau qu’il désirait lui offrir.

« J’ai moi aussi un cadeau pour vous. J’espère qu’il vous plaira. » dit-il en désignant la paquet cadeau que Yuki avait légèrement mis de côté.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Ven 3 Sep - 23:40


Abel eut l’air d’apprécier le petit cadeau fait par son invité. Pas une fleur ne décorait son appartement, c’était sans doute normal pour un homme, cependant Abel dégageait une grande sensualité et débordait de sensibilité. Les fleurs étaient donc un présent qui lui sciait à merveille. Yuki se contenta d’incliner la tête en guise d’acquiescement.
Le bel hôte pris place avec sa grâce habituelle sur l’un des coussins prévu à cet effet. Le blond s’absenta un court laps de temps et revint avec une bouteille de champagne. Quelle douce attention… En voyant cette scène, Yuki ne pu s’empêcher d’adresser un sourire timide à son cher Abel. Ça faisait quelque peu… romantique. Il était certes habitué au champagne et à tout le tralala avec ses clients mais il savait que les intentions d’Abel n’étaient pas aussi perverses que celles de ses chers clients… Quoique, on ne pouvait jamais savoir ce qui se cachait dans la tête d’un homme. Abel n’était pas insensible à ses charmes et désirait peut-être terminer sa soirée au milieu de ses draps… Le blond s’assit aux côtés de son invité après lui avoir tendu une coupe. Les deux hommes trinquèrent comme la tradition le voulait, yeux dans les yeux. Il ne manquait plus que les chandelles mais Yuki n’en n’exigeait pas autant… leur relation n’était pas sérieuse au point d’être qualifiée de relation durable et amoureuse.

« Je suis heureux que vous ayez accepté mon invitation… Je porte un toast à notre soirée. Qu’elle soit aussi agréable que les précédentes, voire plus. »

Voire plus ? Quel petit coquin cet Abel ! Le bel éphèbe leva sa coupe et la colla à celle du blond en lui adressant un sourire charmeur dont il avait le secret.

-Kampaï !

Il était très content de cette invitation reçue par le blond. Abel et lui étaient comment dire… amis ? Amants ? Il ne le savait pas lui-même, mais il y avait un quelque chose de très excitant dans leur relation. Une chose était sûre, il s’apportait mutuellement du réconfort. Deux beaux célibataires au cœur brisé, mais dans le cas de Yuki c’était encore plus compliqué. C’était surtout la sincérité et le respect d’Abel qui lui faisait beaucoup de bien, plus que leurs petits jeux érotiques.


« J’ai moi aussi un cadeau pour vous. J’espère qu’il vous plaira. »

Un peu gêné (il jouait la gêne de façon exagérée bien évidement) c'était tellement craquant) il inclina légèrement la tête.

-Merci bien...

Yuki saisit délicatement le petit paquet posé à ses côtés. C’était une charmante attention, surtout vu la façon dont Abel avait disposé le paquet sur son coussin. C’était une petite attention que Yuki souhaiterait que son amant lui fasse… enfin, l’amant dont il rêvait et qu’il n’aurait jamais. Il ouvrit lentement le paquet cadeau en se demandant bien quel genre de présent Abel pouvait lui faire. Un large sourire s’étira lorsqu’il aperçut un magnifique kimono couleur lilas. Le blond avait tapé dans le mille. Yuki aimait beaucoup ce genre de teinte qui allait à ravir avec son teint.

-Abel-han, je ne sais pas quoi dire, c’est magnifique... me permettez-vous de l’essayer ?

Question inutile sans doute, mais dans l’excitation, il ne put s’empêcher de poser cette question enfantine en gloussant légèrement. Après tout, ce présent avait sans doute pour but de mettre le corps du beau brun au teint de porcelaine en valeur. Après validation du blond, Yuki se leva et se rendit dans la salle de bain en suivant le chemin indiqué par Abel. Il ressortit moins d’une minute plus tard vêtu de cette magnifique texture en ayant prit le soin de nouer le Obi à sa façon. Il devait apporter sa petite touche personnelle. Il se dirigea vers son hôte d’une démarche féline avant de tournoyer sur lui-même.


-Comment me trouvez-vous Abel-han ? Soyez franc surtout, je ne me froisserai pas si je n’étais pas digne d’un tel présent !

Mot inutile bien évidemment ! Il savait que ce petit bijou lui allait comme un gant mais il aimait la flatterie. Il voulait que des mots accompagnent le regard séduit de son cher européen.

-Nous voilà tous les deux en kimono ! Pardonnez-moi de ne pas vous savoir dit à quel point le votre vous va comme un gant. Je ne m’étais pas trompé en vous disant que vous étiez magnifique dans cette tenue.

Il s’assit tout en gardant son sourire coquin au bout des lèvres avant se saisir la coupe de champagne et de la boire de façon relativement… suggestive. Maintenant qu’il avait la tenue adéquate, il pouvait jouer de ses charmes. C’était toujours mieux que la tenue de ville qu’il portait en arrivant chez son hôte… Il posa ensuite sa coupe presque vide avant de poser ses coudes sur la table et de laisser « négligemment » le haut de son kimono retomber sur son épaule.

-Dites-moi Abel-han, comment allez-vous depuis la dernière fois ? Pour ma part, je suis très flatté que vous m’ayez invité à dîner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Sam 4 Sep - 22:21

-Merci bien...

Yuki était tellement craquant lorsqu’il était gêné. Abel ne savait pas trop si c’était sincère ou bien si l’hôte jouait la comédie pour l’attendrir. Dans les deux cas, le résultat était le même. Le grand blond le trouvait adorable. Mais il avait tout de même l’impression de se faire mener par le bout du nez par l’éphèbe. Il était difficile de résister à un être aussi gracieux et fragile que lui. Dans le passé, Abel n’aurait jamais posé un seul regard sur Yuki. Mais maintenant, il devait avouer que le jeune homme lui plaisait beaucoup et que son charme opérait. Peut-être que Tatsuki n’était pas étranger à tout cela. L’Oyabun était quelqu’un de fort et d’autoritaire. Abel en était peut-être venu à se lasser de ce genre d’hommes et avait fini par se tourner vers quelqu’un de très doux, à la frontière du féminin. Et pour un homme tel que Yuki, lui offrir une bouteille de vin aurait sûrement été déplacé, alors qu’un kimono lui irait parfaitement…

-Abel-han, je ne sais pas quoi dire, c’est magnifique... me permettez-vous de l’essayer ?

Abel acquiesça et indiqua la direction de la salle de bain. Apparemment, Yuki souhaitait se changer en paix, alors que son hôte l’avait vu plusieurs fois dans le plus simple appareil. Là, le blond était sûr que l’éphèbe jouait avec lui. Malgré ses airs innocents, Yuki savait y faire avec les hommes et comment les faire languir. Mais cela ne déplaisait pas au jeune tueur, bien au contraire. Il aimait ce petit jeu de séduction. Et ainsi, cela lui éviterait de craquer devant leur corps frêle de Yuki. Il désirait d’abord passer une soirée tranquille et simple en tête à tête. Il ne fallait pas que l’éphèbe croit qu’il l’avait invité seulement pour baiser. Abel désirait bien plus que cela. Cette soirée serait sous le signe de la détente, mais aussi de la séduction. Il était difficile d’y échapper avec Yuki. Le bel hôte le prouva en sortant de la salle de bain, vêtu de son nouveau kimono.

-Comment me trouvez-vous Abel-han ? Soyez franc surtout, je ne me froisserai pas si je n’étais pas digne d’un tel présent !

« Vous portez divinement bien le kimono Yuki-san. Vous êtes magnifique. »


Sous ses airs d’ange, Yuki savait manipuler les gens. Il jouait les jeunes hommes fragiles et sans assurance pour obtenir des louanges. Abel s’en doutait mais tombait dans le panneau quand même, avec plaisir. Il aimait entrer dans son jeu. C’était un vrai plaisir, tout comme admirer Yuki. C’était un pur délice pour les yeux. L’éphèbe en faisait d’ailleurs beaucoup pour mettre en valeur sa grande beauté et sa délicatesse. Sa façon de marcher, sa façon de parler… Même sa façon de porter le kimono et de nouer son obi. Abel ne doutait pas que son ami devait avoir beaucoup de clients, même s’il préférait ne pas y penser. Ce soir et comme à chaque fois qu’ils se voyaient, Yuki était à lui et à lui seul. Personne d’autre n’avait d’importance. Abel désirait être aux petits soins de son invité comme celui-ci serait aux siens.

-Nous voilà tous les deux en kimono ! Pardonnez-moi de ne pas vous avoir dit à quel point le votre vous va comme un gant. Je ne m’étais pas trompé en vous disant que vous étiez magnifique dans cette tenue.

Le jeune tueur vêtu d’un kimono noir se contenta de sourire en guise de remerciement, avant de porter sa coupe de champagne à ses lèvres. Et tout en buvant, il observait du coin de l’œil son cher Yuki-san qui… tentait de l’allumer. Du moins, c’était l’impression qu’il donnait. Sa façon de boire puis son kimono glissant sur ses épaules étaient assez aguicheurs. Abel reposa son verre et coinça l’une de ses mèches de cheveux derrière son oreille, tout en regardant ailleurs l’espace d’un instant. Il fallait qu’il se contienne. Il avait prévu tant de choses avant de succomber à la tentation. Il tenait à ce que tout se passe comme il l’avait prévu. Lorsqu’il établissait un planning, il se sentait obligé de le respecter à la lettre et faire l’amour à Yuki était la dernière chose sur la liste.

-Dites-moi Abel-han, comment allez-vous depuis la dernière fois ? Pour ma part, je suis très flatté que vous m’ayez invité à dîner.

« Je vais très bien… Quant à ce dîner, je vous l’avais promis. Et puis c’est toujours vous qui me recevez. Je ne veux pas que vous croyez que j’abuse de votre hospitalité Yuki-san. »


A chaque fois qu’ils s’étaient vus, cela avait été chez Yuki. Ou du moins chez sa propriétaire. Abel pensait donc qu’il était tout à fait normal qu’il invite son ami chez lui. C’était une nouvelle preuve qu’il tenait à lui, même si l’éphèbe ne devait pas s’en douter. Le blond ne recevait pratiquement jamais personne chez lui, à part ses rares amis comme Keiji qui passait souvent à l’improviste. Par contre, ce serait la première fois qu’il partagerait son lit avec quelqu’un autre que Tatsuki. Mais il allait taire ce détail. Il ne désirait pas parler de son ex ce soir. Les peines de cœur, c’était fini pour lui. Mais si Yuki désirait parler des siennes, il le pouvait. Abel savait écouter. Peut-être y avait-il eu du nouveau entre le bel hôte et ce client qui lui avait tapé dans l’œil. Mais si c’était le cas, serait-il ici ce soir ?

« Ne connaissant pas vos goûts, j’ai décidé de préparer plusieurs petits plats. Vous devriez trouver votre bonheur. Je vais chercher l’entrée. »

Abel se leva et se rendit à la cuisine. Ayant préparé la soupe miso en dernière et l’ayant conservée dans le four micro-onde pour qu’elle évite de perdre de sa chaleur, elle était encore chaude. Cela lui évitait ainsi de la réchauffer et qu’elle perde peut-être du goût. Il prit deux bols qu’il remplie de cette soupe puis les posa sur un plateau. C’était tout de même plus présentable que de les apporter à la main. Il revint ensuite dans le salon et posa le plateau sur la table avant de se rasseoir à sa place. Il espérait que sa cuisine plairait à Yuki. Pour l’instant, personne ne s’était plaint de ses plats mais il fallait dire que peu de personnes y avaient goûté. Mais vivant seul depuis plusieurs années, il avait appris à cuisiner donc cela ne devrait pas être mauvais.

« J’espère que vous aimerez. Itadakimasu. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Mar 7 Sep - 13:32


Les petits compliments d’Abel eurent l’effet escompté. Yuki avait assez confiance en ses charmes pour se passer de telles éloges, mais il en était trop friand. Si l’homme représentait deux péchés, ce serait la luxure mais surtout l’orgueil. Qu’y avait-il de mal dans tout cela ? Il donnait du plaisir et on lui faisait plaisir en échange uniquement avec des mots.


« Je vais très bien… Quant à ce dîner, je vous l’avais promis. Et puis c’est toujours vous qui me recevez. Je ne veux pas que vous croyez que j’abuse de votre hospitalité Yuki-san. »


Certes, à chaque fois qu’ils s’étaient vus c’était chez Yuki, mais on pouvait surtout attribuer leurs entrevues au hasard la plupart du temps ou sur un coup de tête. Le blond ne devait donc absolument pas se sentir redevable envers Yuki, même si cette petite invitation était fortement appréciée du brun. Il sentait en Abel beaucoup plus de sincérité que chez beaucoup de personnes qu’il connaissait. Même si leur rdv se soldait souvent par un tour au lit, il sentait que le blond n’attendait pas que cela de lui. C’était assez rare, mais il pouvait parier que son cher ami était intéressé par sa petite personne, bien plus que par son corps.

- Il n’en n’est rien Abel-han. J’ai pris grand plaisir à vous recevoir et je suis honoré que vous m’ayez invité à votre tour. Mais en venant, je n’ai nullement pensé que vous me rendiez la pareille…

Ce n’était donc pas du “donnant-donnant”. Ils n’attendaient rien en retour l’un de l’autre comme c’était le cas entre un client et un hôte par exemple. Yuki se sentait désiré mais aussi apprécié à sa juste valeur, c’était sans doute pourquoi il prenait tant de plaisir à voir Abel. Ils n’étaient pas amants mais pas non plus vulgaire coup d’un soir, même si leur relation était basée sur un principe d’échange en quelque sorte… Ils s’apportaient mutuellement de l’affection et du réconfort (?), ils « sortaient ensemble » ou plutôt, ils se fréquentaient périodiquement afin de s’apporter un peu de bien être, que ce soit en discutant ou en faisant l’amour.

« Ne connaissant pas vos goûts, j’ai décidé de préparer plusieurs petits plats. Vous devriez trouver votre bonheur. Je vais chercher l’entrée. »

Abel se leva et se rendit dan la cuisine. Il avait donc préparé plusieurs plats afin de satisfaire les moindres désirs et goûts de son bel invité, quelle délicate attention. Il ne fallait pas non plus qu’il gâte trop Yuki sous risque que celui-ci s’habitue à être chouchouté. Il revint avec deux bols de Miso sans doute. C’était un beau début. Yuki savait cuisiner quelques petites choses grâce aux cours de sa Oba-han mais il ne se doutait pas qu’un homme célibataire vivant seul, était capable d’une telle chose. Il ne s’était pas trompé sur Abel, c’était un homme délicat et fin sous sa carapace. Il ne laissait rien paraître de lui, il était donc difficile de se faire un avis. Yuki avait pu percevoir sa sensibilité grâce à ses caresses dans l’intimité mais aussi à sa façon de se comporter. Les principes qu’il avait étaient les principes d’un homme bien et respectueux.

« J’espère que vous aimerez. Itadakimasu. »

- Itadakimasu !

Yuki joignit ses deux mains avant de faire honneur eu plat du bel Hollandais. La soupe miso n’avait véritablement aucun secret pour lui. Le brun porta plusieurs cuillères à sa bouche gracieusement en n’omettant pas de souffler sur chaque cuillérée pour ne pas prendre le risque de se brûler et surtout de faire une grimace disgracieuse. Même dans de tels moments, il ne fallait pas relâcher son attention. Le prix à payer était que le jeune hôte manquait de naturel et calculait chacune de ses actions, mais il préférait cela…

-C’est excellent, vous êtes un cuisinier hors pair. Je suis sûr que la suite sera tout aussi appréciable.


Ce n’était que du miso, mais il y avait une façon bien spécifique de la faire. Un ingrédient de trop ou une cuisson trop longue et le goût s’en trouvait dégradé. Le principal problème était de ne pas la faire trop salée. Yuki était sans doute un peu surpris car il ne s’attendait pas à ce qu’un homme à l’aspect européen soit aussi doué. Mais après tout, Abel était aussi en partie japonais et il vivait ici…

-Pardonnez mon étonnement, mais je pensais que vous seriez plus expert pour les plats européens, c’est stupide de ma part. Vous avez hérité d’un don pour la cuisine et je suis sûr que vous faites cela en prenant du plaisir… c’est relativement rare…

Yuki adressa un sourire à son partenaire. Il était étrange qu’une soupe l’ait rendu aussi bavard mais plus la soirée suivait son cours, plus il était de bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Sam 16 Oct - 23:29

- Itadakimasu !

Abel esquissa un sourire en voyant Yuki joindre les mains en lui souhaitant un bon appétit. Le comportement du bel hôte était peut-être un peu surjoué mais le blond appréciait ses petites manières. Cela donnait au jeune Japonais un air bien élevé, très raffiné. Mais Abel avait aussi l’impression que chaque action était très réfléchie. Pourtant, Yuki paraissait plutôt spontané. C’était assez contradictoire. Au final, le jeune assassin ne savait pas ce que pensait vraiment son bel hôte. Mais n’était-ce pas cela qui l’attirait ? Yuki était très mystérieux et son côté charmeur faisait encore plus tourné la tête d’Abel. En sa compagnie, le grand blond avait l’impression d’être sur un petit nuage, de flotter à vingt mille lieux au-dessus de ses problèmes. Mais peut-être n’était-ce pas une bonne chose. A cause de cela, il ne se méfiait pas du tout du beau Yuki et lui accordait toute sa confiance.

-C’est excellent, vous êtes un cuisinier hors pair. Je suis sûr que la suite sera tout aussi appréciable.

« Je l’espère. En tout cas, merci pour ce compliment. »

-Pardonnez mon étonnement, mais je pensais que vous seriez plus expert pour les plats européens, c’est stupide de ma part. Vous avez hérité d’un don pour la cuisine et je suis sûr que vous faites cela en prenant du plaisir… c’est relativement rare…

« Ma mère m’a appris les bases. Ensuite, j’ai appris à maitriser diverses techniques… Et vous avez raison, je prends beaucoup de plaisir à cuisiner. C’est même devenu l’une de mes passions. »


Certains pensaient que c’était la place de la femme d’être derrière les fourneaux mais Abel n’était pas de cet avis. Chacun faisait ce qu’il aimait et lui, c’était la cuisine. En vivant seul, il avait appris à cuisiner, ne voulant absolument pas tomber dans les plats préparés et les boîtes de nourriture chinoise. Il préférait tout faire lui-même, perfectionniste dans l’âme. Il ne faisait appel aux services d’un professionnel qu’en dernier recours, lorsqu’il ne parvenait pas à faire lui-même quelque chose. En général, c’était en informatique. Il ne savait vraiment pas se débrouiller avec un ordinateur. Mais à part cela, il s’occupait très bien de son loft, que ce soit au niveau ménage ou décoration. C’était même lui qui avait refait la peinture des murs. Et puis, à l’époque où il n’avait pas beaucoup d’argent, il avait bien fallu qu’il fasse tout lui-même, ne pouvant se permettre de se payer les services de professionnels. Depuis, il avait gardé sa grande simplicité. Il semblait que son ex n’avait pas compris ce côté chez lui. Tatsuki était plus du genre à payer quelqu’un pour la décoration ou le ménage plutôt que de tout faire lui-même. Cela avait donc été difficile de le convaincre de renvoyer la femme de ménage.

« Pour la suite, j’ai prévu des tempura. C’est mieux de les faire à la dernière minute. Voulez-vous m’aider à les préparer ? »

La soupe miso terminée, il était temps de passer à la suite. Abel avait prévu beaucoup de choses, dont des tempura. Il avait déjà découpé les légumes en morceaux, il ne restait donc plus qu’à les frire. Mais il ne voulait pas que son cher Yuki-san s’ennuie tout seul dans le salon pendant que lui préparait la suite. Il proposait donc à son bel invité de se joindre à lui pour cuisiner. Cela créerait une petite complicité et ils pourraient continuer à bavarder. Abel prit donc les bols de soupe vides pour débarrasser la table et invita l’éphèbe à le suivre dans la cuisine. Il fit chauffer la friture et en attendant que celle-ci soit à la bonne température, il sortit les sushis et les sashimi du frigo pour qu’ils ne soient pas trop froids. Yuki pouvait ainsi s’apercevoir qu’Abel avait passé beaucoup de temps à cuisiner pour faire ces plats et s’était montré imaginatif dans les couleurs du riz. Avec quelques épices, le blond lui avait donné diverses couleurs. C’était donc d’abord un délice pour les yeux, et ensuite pour les papilles.

« Je vous ai avoué que la cuisine était l’une de mes passions. Mais vous, qu’aimez-vous faire ? Je désire vous connaitre un peu plus. » avoua le grand blond en commençant à faire frire ses légumes, écoutant en même temps la réponse de Yuki.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Ven 19 Nov - 22:26



« Je l’espère. En tout cas, merci pour ce compliment. »


Nul besoin de remercier Yuki qui était sincère. Abel était 100% parfait de son point de vue. Son expertise pour les plats de tout genre allait être justifiée par ses propos.

« Ma mère m’a appris les bases. Ensuite, j’ai appris à maîtriser diverses techniques… Et vous avez raison, je prends beaucoup de plaisir à cuisiner. C’est même devenu l’une de mes passions. »

Une passion… le blond avait de la chance d’en avoir une. Qu’elle était celle de Yuki ? Il ne le savait pas vraiment. Jadis, il éprouvait un plaisir presque maladif à bricoler les ordinateurs et à concevoir toute sorte de programmes, mais cette passion fut quelque peu détruite par un certain yakuza, depuis qu’il était son employé prisonnier. Depuis, il avait bien eu d’autres loisirs tel que d’être hôte, mais était-ce une passion ? Il n’en n’était pas sûr. Sa seule satisfaction était de prendre soin de sa belle petite personne et de regarder son reflet dans un miroir, mais était-ce un passion ? Il apprenait de plus en plus à connaître le bel hollandais et il se demandait de plus en plus comment il pouvait être seul. Un homme tel que lui rendrait heureux n’importe qui, même un bellâtre comme Yuki. Mais l’éphèbe brun rêvait des bras d’un autre homme… même si cela était impossible.

« Pour la suite, j’ai prévu des tempura. C’est mieux de les faire à la dernière minute. Voulez-vous m’aider à les préparer ? »

Yuki sortit de ses pensées. Dès qu’il pensait à l’homme des ses rêves, il était à 100 lieux de la réalité, c’était fou ! Il avait d’ailleurs dégusté sa soupe sans s’en rendre compte. Il allait se rattraper avec la suite du repas en savourant et en profitant des petits plats de son hôte.

-Bien sûr, mais je n’ai pas votre doigté. Je n’assurerai que des tâches rudimentaires pour ne rien gâcher.

Yuki savait cuisiner grâce à sa Oba-han mais visiblement, Abel le surpassait dans ce domaine, même en n’étant pas 100% japonais. Le brun suivit Abel dans la cuisine et s’accouda à l’un des meubles, tandis que le blond alluma le feu pour faire chauffer de l’huile. Le blond avait déjà préparé toutes sortes d’ingrédients mais il ne s’était pas contenté de mettre des sushis préparés dans une assiette, il s’était appliqué tel un artiste en jouant avec les formes et les couleurs, c’était un véritable festival pour les yeux. Il avait également pris le temps de préparé la pâte à tempura, c’était tant mieux, car niveau pétrissage, il ne pouvait pas compter sur Yuki.

« Je vous ai avoué que la cuisine était l’une de mes passions. Mais vous, qu’aimez-vous faire ? Je désire vous connaître un peu plus. »

Et justement, qu’aimait-il faire ? C’était comme si le blond avait lu dans ses pensées quelques minutes auparavant. Abel étala la pâte afin d’y fourrer les quelques ingrédients avant la friture.

-Chanter je suppose !

Le brun répondit instantanément sans vraiment réfléchir. S’il avait commence à réfléchir, il n’aurait certainement pas su quoi dire. Il n’allait pas parler de ses bêtises passées et de sa passion pour les programmes informatiques étant donné que sa curiosité l’avait conduite dans les bras de la mafia et tout s’était enchaîné ensuite. Quant à sa situation, il s’était retrouvé en club d’hôte au départ par obligation pour rembourser une dette, mais au final, avoir un métier dans lequel il jouait en partie de ses charmes ne lui avait pas tant déplu que ça. Il s’était plutôt accommodé et prenait parfois des libertés, comme passer des moments intimes avec quelques clients triés sur le volet.
Tout en regardant le blond préparer les tempuras et en jouant avec les manches de son kimono, il pensait sourire aux lèvres à la personne qu’il avait rencontré en exerçant ce métier.


- Mais il y a bien une personne que j’apprécie… un homme discret et tellement secret. Mais je suppose que ce n’est qu’un doux rêve, il n’a sans doute pas le même genre de pensée quand il partage son temps avec moi. Pour lui, je ne suis qu’un hôte parmi tant d’autres dans la maison de son patron…

Le brun s’interrompit. Il pensait tout haut et n’avait pas eu l’intention d’en dire autant sur sa vie personnelle. De plus, en parlant de l’homme qu’il aimait, il risquait de parler de la mafia. Abel était bien au-delà de ça et à l’écart de ce monde et Yuki ne voulait pas salir la bonne image que le blond avait de lui.

- Oh, pardonnez-moi, je n’ai été d’aucune utilité pour vous… vous avez au final préparé tout seul ces délicieux tempuras, j’en ai l’eau à la bouche.

Yuki déviait sans doute la conversation, mais il avait trouvé le bon prétexte étant donné que le blond avait presque terminé de faire frire les tempuras. La douce odeur de ces beignets était un bon moyen de mettre fin à ces confessions. Le beau brun esquissa un franc sourire avant de prendre le petit plateau de tempuras pour donner le coup d’envoi à la suite du repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Sam 20 Nov - 16:45

-Chanter je suppose !

Abel sourit à cette réponse. Le jour de sa rencontre avec Yuki dans ce bar, il avait bien remarqué que le jeune homme aimait chanter. Cela s’était d’ailleurs confirmé à plusieurs reprises lors de leurs rendez-vous. Le bel hôte avait une très belle voix, très claire et apaisante. L’entendre chanter était un pur délice pour les oreilles. Si Abel n’avait pas jugé cela impoli, il aurait bien demandé à l’éphèbe de pousser la chansonnette, ne serait-ce qu’un court instant. Mais il ne le fit pas, par réserve sans doute. Même si parfois le grand blond paraissait très à l’aise avec quelqu’un, il n’en restait pas moins un homme discret, évitant de trop en dire et de trop en demander. Peut-être était-ce ce qui faisait son charme. Mais réservé ne signifiait pas sans personnalité. Lorsqu’il avait vraiment quelque chose à dire, il se montrait plus loquace, quitte à être maladroit et mal choisir ses mots. C’était l’un de ses problèmes. En ayant vécu souvent dans la solitude, il avait peu d’expérience lorsqu’il s’agissait de nouer des liens avec les gens. Heureusement, avec Yuki, le courant passait bien, très bien même. Ce fut sûrement pour cela que le jeune hôte décida d’ouvrir légèrement son cœur à Abel en lui révélant ses sentiments pour un autre homme.

- Mais il y a bien une personne que j’apprécie… un homme discret et tellement secret. Mais je suppose que ce n’est qu’un doux rêve, il n’a sans doute pas le même genre de pensée quand il partage son temps avec moi. Pour lui, je ne suis qu’un hôte parmi tant d’autres dans la maison de son patron…

L’un des sourcils d’Abel s’arqua légèrement suite à cette révélation. Mais il n’en perdit pas pour autant le fil de ce qu’il faisait. Tout en continuant de cuisiner ses tempuras, il réfléchit un instant à ce que venait de lui dire Yuki. L’éphèbe lui avait à plusieurs reprises parlé de cet homme mystérieux qui l’attirait tant. Pourtant, il avait toujours émis de préciser que le patron de cet homme était aussi le propriétaire de la maison d’hôtes. Abel se demanda si les maisons d’hôtes pouvaient être liées aux maisons closes et si, par conséquent, Akito Endô en était aussi le patron. C’était sûrement idiot mais le blond ne réalisait qu’à cet instant que Yuki était peut-être mêlé de près ou de loin à la mafia. Après tout, le métier d’hôte avait sa part d’obscurité. Le jeune homme était amené à tenir compagnie à des gens influents qui n’avaient pas toujours les mains propres. Un léger trouble traversa le jeune tueur tandis qu’il terminait de frire le dernier tempura. La mafia… Il avait l’impression d’être poursuivi par elle. Yuki avait-il un quelconque lien avec elle, même très léger ?

- Oh, pardonnez-moi, je n’ai été d’aucune utilité pour vous… vous avez au final préparé tout seul ces délicieux tempuras, j’en ai l’eau à la bouche.

« J’espère que vous en apprécierez autant le goût que la vue et l’odeur. De même pour les sushis. »


Abel se reprit rapidement, ne voulant pas que cette soirée soit gâchée par ses vieux démons. Il voulait dans un sens oublier la mafia, même si c’était difficile en ayant des amis yakuza, et même sa meilleure amie qui était Oyabun. Mais lorsqu’il était avec eux, il ne pensait pas à leur statut. Tout ce qui importait à ses yeux, c’était les personnes qu’ils étaient, tout simplement. Alors, si Yuki avait un lien avec la mafia, tant pis. Il s’en accommoderait et continuerait de voir le bel hôte de la même façon, c’est-à-dire comme un ami cher, même si leur relation était bien plus complexe qu’une simple amitié… Abel répondit au sourire de Yuki et le laissa porter le plateau de tempuras jusqu’au salon où ils mangeaient. Il le suivit, avec quant à lui l’assiette de sushis entre les mains. Ils allaient continuer à se régaler dans cette ambiance intime. Néanmoins, le grand blond continuait de réfléchir aux paroles de Yuki dans un coin de sa tête. Il avait envie de savoir si le jeune hôte connaissait Akito Endô. Pourtant, si la question franchissait ses lèvres, la réponse qu’il pouvait avoir risquait de gâcher la soirée. Mais peut-être y avait-il un moyen d’avancer à visage masqué…

« Vous avez les yeux qui brillent lorsque vous évoquez cet homme qui vous est cher. Ce n’est pas la première fois que vous me parlez de lui. Il doit être exceptionnel pour que vous craquiez autant sur lui. » dit Abel, sans moquerie. « Si j’ai bien compris, son patron est aussi votre patron mais il n’est pas hôte, c’est bien ça ? Il travaille tout de même dans la maison d’hôte où vous êtes ? »

Abel osait poser quelques questions. Il voulait bien sûr en apprendre un peu plus sur Yuki, mais aussi rassasier sa curiosité. Mais quoiqu’il en soit, même s’il n’obtenait pas de réponses de la part de son ami, il pourrait toujours se renseigner auprès de Keiji par exemple. Le moulin à paroles devait bien savoir si Endô avait un quelconque lien avec les clubs d’hôtes. Et si c’était le cas, lequel de ses subordonnés avait bien pu taper dans l’œil du charmant Yuki ? Un « homme discret et tellement secret »… Abel connaissait très peu d’hommes de main d’Akito mais parmi eux, un collait bien à la description. Il s’agissait de Kiba, l’un des jumeaux. Mais quelles étaient les probabilités pour que cela soit lui ? Tout de même, ce serait invraisemblable que le blond rencontre Yuki et qu’ils aient comme connaissance commune Kiba, cet homme si discret qui passait pour l’ombre d’un des plus influents Oyabun de la ville. Abel se disait donc qu’il s’agissait d’un autre homme, surtout qu’il ne savait pas si le patron en question était réellement Akito.

« Répondez seulement si vous le souhaitez. Sachez tout de même que je suis à votre écoute. Vous m’avez bien écouté lorsque je vous ai parlé de mes problèmes avec mon ex. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Dim 21 Nov - 21:09


« J’espère que vous en apprécierez autant le goût que la vue et l’odeur. De même pour les sushis. »


Yuki acquiesça avec le magnifique sourire qu'était le sien. De nouveau il se sentait léger, c’était sans doute grâce à sa petite confession, même s’il n’avait pas eu l’intention au départ de s’ouvrir autant à Abel. Il avait confiance en l’homme, peut-être un peu trop, mais jusqu’à maintenant, il s’était montré tellement bon avec lui. Pourtant, il ne voulait pas dévoiler le côté sombre de sa vie et son véritable travail ; parler du métier d’hôte ne le dérangeait guère, mais dire qu’en réalité il faisait cela parce qu’il avait une dette envers le clan Sugiura, ce serait reconnaître qu’il travaillait de son plein gré pour la mafia, mais surtout qu’il n’était pas si sain que ça. Il avait été un peu trop curieux et fouineur, voilà pourquoi il s’était retrouvé dans cette situation. Les deux hommes rejoignirent le salon, les mains chargées de délicieux tempuras et sushis. Ils prirent ensuite place pour déguster la bonne cuisine du beau blond. Celui-ci servit deux verres de saké pour accompagner le tout.

« Vous avez les yeux qui brillent lorsque vous évoquez cet homme qui vous est cher. Ce n’est pas la première fois que vous me parlez de lui. Il doit être exceptionnel pour que vous craquiez autant sur lui. Si j’ai bien compris, son patron est aussi votre patron mais il n’est pas hôte, c’est bien ça ? Il travaille tout de même dans la maison d’hôte où vous êtes ? »

Yuki ne s’attendit pas à ce que Abel revienne sur ce sujet. Yuki ne s’était pas rendu compte qu’il avait parlé de son ami avec autant d’enthousiasme, cela se voyait-il tellement qu’il était amoureux… et oui, même s’il n’avait jamais été séduit par cette idée, il semblait qu’il l’était. Le jeune homme en question était tellement différent des autres et puis, il n’avait jamais eu un mot plus haut que l’autre ou des mots ou gestes déplacés. Peut-être qu’il ne s’intéressait tout simplement pas au bel hôte… mais pourtant, il lui accordait de l’attention alors qu’il n’était pas obligé de le faire. Son boulot était simplement d’effectuer quelques contrôles parfois pour son boss et de récolter de l’argent. Yuki avait découvert que ce n’était en réalité pas sa fonction, mais pourtant, il venait dès qu’il le pouvait à la maison d’hôte afin d’assurer cette tâche. Le beau brun s’était permis d’imaginer qu’il venait pour lui mais peut-être n’était-ce que son imagination et puis, l’homme en question n’était pas du genre bavard et à s’attarder à parler avec les hôtes mais il avait petit à petit sympathisé avec Yuki.

« Répondez seulement si vous le souhaitez. Sachez tout de même que je suis à votre écoute. Vous m’avez bien écouté lorsque je vous ai parlé de mes problèmes avec mon ex. »

En effet, Abel semblant avoir souffert et Yuki avait été sincère en étant à son écoute. L’ex du blond devait vraiment être stupide pour avoir laisser un homme comme Abel filer.
Comme l’avait pensé le jeune hôte, le blond était quelqu’un de bien : patient, attentionné et réfléchi. Le beau brun appuya ses deux mains sur parterre tout en levant la tête en l’air. Penser à l’homme qu’il aimait le faisait perdre pied. Même si tout n’était qu’un doux rêve et un amour impossible, ça le rendait heureux. C’était d’ailleurs souvent l’inaccessible qui rendait le plus heureux, car l’imagination était sans borne, à défaut d’obtenir des choses dans la réalité.


- Merci Abel-han... je dois avouer que je me sens un peu idiot, tel un adolescent qui aspire à ce qu’il n’aura jamais.

En effet, il n’aurait jamais cet homme. D’ailleurs, Abel était le premier à qui il en avait parlé. Sans doute parce qu’il était à son aise. Yuki s’accouda ensuite sur la table et esquissa un grand sourire.

- La situation est assez compliquée mais comme vous l’avez justement dit, nous avons le même patron, mais cet homme n’est pas hôte, non il vaut mieux que cela ! Il vient de temps en temps dans la maison d’hôte et nous prenons un verre ensemble et discutons de choses et d’autres, mais il n’a jamais rien tenté. Je suppose, qu’il ne me voit pas comme un potentiel partenaire et puis, il ne doit pas aimer les hommes je pense…

C’était sans doute la réalité, une dure réalité qui fallait accepter. Mais Yuki se contenterait de sa compagnie, même si cela signifierait « amour platonique » pour lui. Le fait de pouvoir voir cet homme et discuter avec lui, lui suffirait.

-Abel-han, je vous remercie de ne m’avoir jamais considéré comme un déchet, je veux dire, tout le monde sait avec quoi rime ‘hôte’… le monde de la nuit et souvent la prostitution, même si je ne suis pas de ceux-là… .

En effet, il n’était pas un prostitué et une marchandise sans valeur, même si le regard des autres devaient porter ce jugement à son égard. Beaucoup d’hôtes couchaient pour de l’argent et ne se contentaient pas de boire des verres, mais lui, n’était pas comme ça. Mais il appartenait quand même à ce monde et puis, dans cette ville, la prostitution était sous le joug de la mafia et même Abel le savait… bizarrement, ce n’était pas ça qui dérangeait Yuki parce qu’il travaillait sans vraiment travailler pour le clan Endô, d’ailleurs, il n’avait jamais rencontré le boss de ce clan. Donc il jouait un rôle ici… par contre, il travaillait réellement pour le clan Sugiura et il avait eu souvent affaire au diable de Tatsuki.

-Pourtant, je travaille pour des hommes peu recommandables, mais ce n’est pas par choix, croyez-moi… .

Hommes peu recommandables = mafia, même s’il ne le disait pas explicitement. Par contre, il ne mentait pas sur le fait qu’il n’avait pas le choix même s’il n’avouerait jamais les vrais raisons. Abel penserait sans doute que Yuki travaillait dans ce sale milieu par besoin d’argent et non pour d’autres raisons…


Dernière édition par PNJ Tatsuki Sugiura le Lun 22 Nov - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Dim 21 Nov - 23:23

- Merci Abel-han... je dois avouer que je me sens un peu idiot, tel un adolescent qui aspire à ce qu’il n’aura jamais.

Abel eut un léger sourire. A ses yeux, Yuki avait un petit côté enfantin, et non d’adolescent. Il avait un air candide qui le rendait si irrésistible. Pourtant, ce n’était qu’une apparence. L’hôte était loin d’être un enfant et avait l’assurance d’un homme qui savait séduire. Le grand blond aimait ce savant mélange. Yuki ressemblait à un ange mais en réalité, il était un véritable petit démon qui savait jouer de ses charmes. Ce n’était nullement une critique. L’éphèbe était un brin manipulateur et Abel le savait très bien. Pourtant, il tombait à chaque fois avec plaisir dans ses pièges, sachant qu’il ne risquait rien. Il avait confiance en Yuki. Au fil de leurs rendez-vous, il avait peu à peu appris à le connaître. Mais, même sans cela, dès le premier soir, Abel avait perdu pied et s’était totalement laissé tomber sous le charme de son ami. Au final, l’image qu’il avait de Yuki était tout aussi compliquée et indéfinissable que l’était leur relation. Mais cela ne l’empêchait pas de ressentir une profonde affection pour le jeune homme.

- La situation est assez compliquée mais comme vous l’avez justement dit, nous avons le même patron, mais cet homme n’est pas hôte, non il vaut mieux que cela ! Il vient de temps en temps dans la maison d’hôte et nous prenons un verre ensemble et discutons de choses et d’autres, mais il n’a jamais rien tenté. Je suppose, qu’il ne me voit pas comme un potentiel partenaire et puis, il ne doit pas aimer les hommes je pense…

Abel ne connaissait rien de l’homme qui avait su voler le cœur de Yuki. Il préféra donc se taire, plutôt que de sortir de quelconques paroles qui se voulaient rassurantes, comme « peut-être est-il simplement timide et qu’il n’ose pas faire le premier pas. Peut-être qu’au fond, il éprouve des sentiments pour vous mais vous respecte trop pour tenter quelque chose ». Le jeune assassin aimait être à l’écoute des gens qu’il appréciait et les conseiller lorsqu’il s’en sentait capable, mais il ne s’avançait jamais à dire des choses qui étaient peut-être fausses. A quoi cela servirait-il, si ce n’était donner de faux espoirs ? Mais il espérait tout de même que cet homme qu’aimait Yuki éprouvât un jour ou l’autre des sentiments pour le bel hôte, si ce n’était pas déjà fait. Abel désirait voir son ami heureux, même si cela signifiait au final mettre fin à leur relation complexe d’amis/amants.

-Abel-han, je vous remercie de ne m’avoir jamais considéré comme un déchet, je veux dire, tout le monde sait avec quoi rime ‘hôte’… le monde de la nuit et souvent la prostitution, même si je ne suis pas de ceux-là… .

« Ma mère était prostituée donc si vous l’aviez été, je pense que ça aurait été malvenu de ma part de mal vous juger. Je suis plutôt ouvert d’esprit. Je ne juge pas les personnes à leur métier mais à ce qu’ils sont réellement au fond d’eux. Malgré cette part de mystère qui fait votre charme, je suis certain que vous êtes quelqu’un de bien. »


Abel n’était pas avare en compliments lorsqu’il s’agissait de Yuki. Il savait que l’éphèbe aimait en recevoir, et puis cela lui venait naturellement. Il était tellement à l’aise en sa compagnie. Il ne savait pas à quoi cela était dû. L’hôte dégageait comme une aura de sérénité. On avait tout de suite envie de lui faire confiance et de lui offrir le Bon Dieu sans confession. Cela le rendait sans doute dangereux dans un sens mais Abel aimait jouer avec le feu, ayant confiance en Yuki. Il s’imaginait que le bel hôte ne lui ferait jamais de mal. C’était d’ailleurs la première fois qu’il ressentait cela avec une personne. Là encore, il ne savait pas à quoi cela était dû. Il espérait juste que cela ne lui jouerait pas des tours et qu’il ne le regretterait pas par la suite.

-Pourtant, je travaille pour des hommes peu recommandables, mais ce n’est pas par choix, croyez-moi… .

« Je vous crois. J’ai connu ça jusqu’à il n’y a pas si longtemps. J’ai aussi des amis dans ce cas-là. Ils se sentent dans un sens redevables envers la personne qui les a pris sous son aile. Je ne sais pas si c’est votre cas et je ne vous oblige pas à me le dire. De toute façon, je ne vous ai pas invité pour que vous pensiez à ça mais pour que vous vous détendiez. Changeons de sujet et dîtes-moi ce que vous pensez de mes sushis. »


Pour ponctuer sa phrase, Abel se saisit à l’aide de ses baguettes d’un sushi composé de riz au curry et le porta à la bouche de Yuki pour qu’il le déguste. Il aurait aimé en savoir un peu plus sur Yuki et ses liens avec la mafia mais au final, ce sujet le mettait mal à l’aise. Il n’aimait pas ce monde sombre. Peut-être parce qu’il lui faisait ressasser des souvenirs douloureux. Il avait vécu près d’un an dans ce monde, en étant l’amant d’un Oyabun. Bien sûr, il n’y avait pas baigné totalement, Tatsuki l’ayant le plus tenu à l’écart, mais ses histoires de rivalités entre clans et la position de supériorité du « Suprême » ne lui avaient pas plu. Cela l’avait même écœuré. Souvent, il avait eu la boule au ventre en sachant que son amant de l’époque évoluait dans l’insécurité. Tatsuki avait beau avoir tout fait pour faire croire que les risques qu’il lui arrive quelque chose fussent minimes, Abel était loin d’être naïf… Enfin, ce n’était plus qu’un lointain souvenir maintenant. Il n’avait plus à se soucier de l’Oyabun.

« Alors, qu’en pensez-vous ? Vous aimez ? » demanda le blond, attendant l’avis du beau Yuki concernant sa cuisine.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Lun 22 Nov - 17:16


« Ma mère était prostituée donc si vous l’aviez été, je pense que ça aurait été malvenu de ma part de mal vous juger. Je suis plutôt ouvert d’esprit. Je ne juge pas les personnes à leur métier mais à ce qu’ils sont réellement au fond d’eux. Malgré cette part de mystère qui fait votre charme, je suis certain que vous êtes quelqu’un de bien. »


Décidément, cet homme avait toujours les mots pur rassurer, c’était à se demander s’il le faisait exprès. Mais visiblement, il avait lui aussi eu ses lots de problèmes. Contrairement à Yuki qui était fils de riche, la vie n’avait pas gâté Abel ; il avait certainement dû faire face à des situations difficiles et non désirées, alors que Yuki s’était fichu tout seul dans la panade en voulant voler de ses propres ailes. Il devait maintenant assumer et se débrouiller sans retourner dans les jupons de ses parents. Il le pouvait s’il le voulait. Sa mère l’enverrait à l’étranger ou n’importe où pour qu’il puisse échapper à son créditeur, mais l’idée que son père puisse lui reprocher sa conduite et prononcer la phrase « je te l’avais dit… », le confortait dans ses convictions. Il préférait vivre dans sa galère plutôt que dans un confort acquis d’office. Il se contenta de sourire au gentil blond avant de prendre une bouchée de tempuras tiède. Il craquait sous la dent, ça lui rappelait un peu ceux que la cuisinière de maison faisait.

« Je vous crois. J’ai connu ça jusqu’à il n’y a pas si longtemps. J’ai aussi des amis dans ce cas-là. Ils se sentent dans un sens redevables envers la personne qui les a pris sous son aile. Je ne sais pas si c’est votre cas et je ne vous oblige pas à me le dire. De toute façon, je ne vous ai pas invité pour que vous pensiez à ça mais pour que vous vous détendiez. Changeons de sujet et dîtes-moi ce que vous pensez de mes sushis. »

Abel avait décidé de couper court à la conversation et c’était tant mieux. Parler de son boulot ou de l’homme qui l’aimait ne le dérangeait pas, mais parler des gens pour qui il travaillait, le dérangeait. D’autant plus qu’il avait une double casquette étant donné qu’il travaillait en réalité pour un Oyabun qui n’était pas en lien direct avec son métier officiel d’hôte. Yuki préféra donc ne pas développer cet aspect de sa vie privée, cependant, les mots d’Abel attirèrent tout de même son attention : « être redevable », en effet… Abel avait-il compris que Yuki « fricotait »avec la mafia… ou du moins qu’il en était victime ? Par contre quand il parla « d’être pris sous une aile », Yuki rit intérieurement. Il aurait pu même s’étouffer. L’Oyabun Sugiura ne l’avait certainement pas pris sous son aile, il le détestait et le traitait comme un minable… mais il l’avait quand même épargné alors qu’il avait fouiné dans sa vie privée, sans savoir où il mettait les pieds.
Le brun prit un sushi et l’enfourna dans sa bouche. Ils étaient exquis, mais il préférait le goût du beignet des tempuras.


« Alors, qu’en pensez-vous ? Vous aimez ? »

Yuki n’en perdit pas une miette et repiocha dans le plateau de tempuras.

-Vous cuisinez à merveille, vous vous êtes sans doute trompé de vocation !


C’était un compliment évidemment. Abel aurait pu être cuisinier, il pouvait toujours l’être d’ailleurs et rompre avec sa vie dangereuse. Il avait partagé quelques petits secrets avec Yuki, mais pour une fois, le bel hôte avait préféré ne pas trop être curieux. La vie lui avait au moins appris une leçon et puis, il aimait la compagnie d’Abel et son côté mystérieux, alors autant ne pas tout gâcher.

- Vos sushis sont exquis, mais je préfère le côté croustillant des tempuras.


Il ne se priva pas d’en manger un autre avant de faire passer ce doux met croustillant avec un bon verre de saké. Abel ne perdit pas le nord lui non plus, puisqu’il dégustait également sa douce cuisine. Ce tendre moment de dégustation fut interrompu par une sonnerie de portable. Yuki se leva et alla chercher son téléphone dans sa veste… il savait qu’il devait toujours répondre.

- Allô ? Oh oui, Tomoe-san… non, pas ce soir..

Kane Tomoe était le numéro un de la maison et il était accessoirement l’un des « secrétaires » du grand manitou. Il gérait l’ensemble du personnel de la maison d’hôte.

- Oh… je pensais prendre un peu de repos, mais je n’ai pas le choix… bien, mais dans ce cas, je prendrai deux jours d’affilé quand il me sciera… je termine mon dîner et je serai là d’ici une heure ou une heure trente, pas avant… Je ne suis pas en ville.

Yuki raccrocha et poussa un soupir. Le boulot l’appelait et il irait en traînant les pieds ce soir. Il rejoignit Abel à table et prit une mine désolée. Son minois était irrésistible et nul doute que son hôte lui pardonnerait ce petit imprévu.

- Je suis désolé, mais comme vous avez dû le comprendre, je vais devoir travailler exceptionnellement ce soir. Deux hôtes ont la grippe et visiblement on a besoin de moi, je suis désolé.


Même si ses mimiques tristes étaient sur jouées, il était réellement triste. Il aurait voulu rester avec le blond et partager sa soirée avec lui pour discuter, voire plus…

- Si au moins Kiba-san était sur place, j’aurais moins de regret à partir… bien que pour ce soir, j’aurais aimé vous tenir compagnie...

Yuki parla sans vraiment réfléchir… Il poussa ensuite un soupir et remplit deux verres de saké, avant de lever le sien.

- Mais nous allons terminer notre repas... après tout, je dépanne ce soir, donc ils pourront un peu attendre ! Nous ferons honneur à notre dîner Abel-han, et j’espère me rattraper un peu plus tard !


Il savait que Tomoe ne lui en tiendrait pas rigueur. C’était un hôte hautain et parfois un peu vipère dans ses propos, mais dans l’ensemble, il était juste contrairement à certains, qui imposaient des ordres. Il savait que Yuki lui faisait une faveur en venant ce soir, alors qu’il pouvait être n’importe où en ville. Il avait d’ailleurs un peu menti à ce sujet en disait qu’il n’était pas sur Yuukoku, mais c’était calculé, histoire de prouver que même en dehors de la ville, il pouvait se démener pour satisfaire ses patrons… histoire de se faire bien voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Lun 22 Nov - 22:10

-Vous cuisinez à merveille, vous vous êtes sans doute trompé de vocation !

Abel remercia le bel hôte d’un simple sourire. Oui, sûrement s’était-il trompé de vocation. Mais ayant arrêté ses études très tôt et n’ayant suivi aucune formation dans le domaine de la cuisine, il lui était difficile de trouver du travail dans un restaurant. Il y avait bien sûr eu ce poste dans cette chocolaterie à Ginza mais Abel soupçonnait Tatsuki d’avoir fait pression sur le patron pour qu’il l’embauche. Pourquoi le propriétaire aurait-il accepté un homme qui avait enchainé les petits boulots de serveur et de barman ? Abel avait bien fait ses preuves lorsque son patron lui avait demandé de préparer une certaine gamme de chocolats mais embaucher quelqu’un sans formation, c’était risqué. Voilà pourquoi le blond s’était dit que son amant était intervenu. Malheureusement, il n’avait jamais eu confirmation et maintenant, c’était trop tard de toute façon. Il avait rompu avec Tatsuki et perdu ce précieux travail. Maintenant, il travaillait comme agent de la sécurité dans une banque. Ce métier ne lui plaisait pas trop mais il avait reçu du piston pour l’obtenir, au moment où il avait eu des problèmes d’argent à cause de la grosse somme qu’il avait mise dans l’achat du penthouse.

- Vos sushis sont exquis, mais je préfère le côté croustillant des tempuras.

« Je m’en souviendrai pour une prochaine fois alors. »


Abel sous-entendait donc qu’il réinviterait Yuki. Ce n’était pas dans ses habitudes d’inviter quelqu’un chez lui mais il lui arrivait de faire des exceptions lorsqu’il appréciait beaucoup la personne. Mais Yuki n’était pas la seule exception. Il arrivait au jeune tueur d’inviter aussi Keiji le moulin à paroles. Les deux hommes s’entendaient très bien. Lorsqu’il se sentait seul, Abel invitait le jeune homme et était sûr de ne jamais s’ennuyer. Keiji avait tellement de choses à raconter. Le grand blond avait certes peu d’amis mais au moins, il s’entendait à merveille avec eux. C’était l’un des points positifs de sa relation avec Tatsuki. En rencontrant l’Oyabun, il avait fait la connaissance de certains de ses hommes et avait tissé des liens avec eux. En dehors des hommes du clan Sugiura et McKeller, Abel avait peu d’amis. Seulement un en fait en y réfléchissant bien. Il s’agissait bien évidemment de Yuki. Le bel hôte fricotait bien avec des personnes peu recommandables mais le blond ne pensait pas qu’il soit énormément lié à la mafia. Il devait simplement être l’un des nombreux employés d’Akito si ce pervers était bel et bien à la tête des maisons d’hôtes.

Les deux hommes continuèrent de manger, accompagnant les mets préparés par Abel par quelques gorgées de saké. Le maître de maison était ravi que la soirée se passe aussi bien. Tout semblait parfait. Le repas plaisait à Yuki, ils avaient pu faire un peu plus connaissance et, par la suite, ils pourraient passer un bon moment. Malheureusement, une sonnerie de téléphone vint interrompre le repas. Ne reconnaissant pas la mélodie, Abel se dit qu’il s’agissait du portable de Yuki. L’éphèbe se leva donc pour aller chercher dans la poche de sa veste l’appareil qui dérangeait, puis répondit. Le jeune tueur fit comme si de rien n’était, même si la curiosité l’emporta sur la politesse. Il écouta son bel invité, se demandant si cet appel était important ou pas. Mais apparemment, oui, il l’était. Yuki allait devoir le quitter d’ici une heure ou une heure et demie pour aller travailler. Abel en fut déçu mais il était reconnaissant envers son ami de mentir pour rester au moins jusqu’à la fin du dîner. Yuki était vraiment très respectueux de faire cela. Le bel hôte vint expliquer la situation après avoir raccroché et reprit sa place à table.


- Je suis désolé, mais comme vous avez dû le comprendre, je vais devoir travailler exceptionnellement ce soir. Deux hôtes ont la grippe et visiblement on a besoin de moi, je suis désolé.

« Je comprends. »

- Si au moins Kiba-san était sur place, j’aurais moins de regret à partir… bien que pour ce soir, j’aurais aimé vous tenir compagnie...


Abel resta un instant bloqué sur le prénom. Kiba-san ? Vu le regard de Yuki, nul doute qu’il s’agissait de l’homme qui lui avait tapé dans l’œil. Mais alors, le blond avait-il vu juste ? Kiba, le « gentil » jumeau, était-il l’homme qui avait fait chavirer l’éphèbe ? Dans un sens, il était ravi de le savoir mais de l’autre, il ne pouvait s’empêcher de ressentir de la peine pour Yuki. Même si Kiba avait des sentiments pour l’hôte, jamais il ne pourrait avoir de relations avec lui. Il n’y avait sûrement pas pires homophobes qu’Akito et Masao, le frère jumeau de Kiba. Ils ne laisseraient pas le garde du corps vivre son idylle avec le bel hôte. Mais Abel se devait-il de le dire à Yuki ? Il ne voulait vraiment pas lui faire de peine. Néanmoins, l’éphèbe semblait s’être fait à l’idée de ne jamais avoir de relation avec Kiba. Lui expliquer pourquoi l’homme était si lointain serait peut-être une bonne chose.

- Mais nous allons terminer notre repas... après tout, je dépanne ce soir, donc ils pourront un peu attendre ! Nous ferons honneur à notre dîner Abel-han, et j’espère me rattraper un peu plus tard !

« Je l’espère. J’avais prévu plusieurs choses après dîner. »


Abel ne détailla pas plus, laissant Yuki imaginer ce qu’il voulait. S’ils avaient pu poursuivre la soirée après ce dîner en tête à tête, le grand blond se serait occupé de détendre son ami en lui offrant une délicieuse séance de massage. Il avait acheté diverses huiles un peu plus tôt donc il faudrait bien qu’elles servent. Ensuite, ils auraient par exemple pu prendre un bain ensemble, puis… Inutile de préciser ce qui se serait sûrement produit par la suite. A chaque fois qu’ils se voyaient, ils passaient du bon temps ensemble. Mais ce soir, ce serait une exception. Ils remettraient cela à plus tard. Abel n’avait après tout pas invité Yuki juste pour cela. Le beau Japonais était loin d’être un simple coup. Ils étaient réellement amis. Des amis spéciaux, certes, mais des amis quand même. Et en bon ami, Abel se disait qu’il devait se lancer pour avertir Yuki concernant Kiba. Mais comment s’y prendre ? Tout en buvant le verre que venait de lui servir le bel hôte, il réfléchit un instant. Peut-être valait-il mieux s’assurer qu’il s’agissait bien du même Kiba, même si les similitudes étaient trop nombreuses pour se tromper.

« Alors comme ça l’homme qui a volé votre cœur s’appelle Kiba ? Avec la description que vous m’en avez faite, j’ai l’impression que je le connais. Savez-vous s’il a un frère ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Lun 22 Nov - 23:26


« Je l’espère. J’avais prévu plusieurs choses après dîner. »


Aure chose ? Yuki sourit délicatement à cette idée… que voulait-il dire par cela ? Certainement un petit quelque chose de très agréable. Les deux hommes avaient l’habitude de passer un doux moment ensemble à chaque fois qu’ils se voyaient. Pourtant, c’était comme si rien n’était vraiment planifié à chaque fois, c’est sans doute pourquoi Yuki aimait beaucoup Abel. Celui-ci ne voyait pas seulement le brun comme un coup ambulant. Il était prêt à parier qu’ils pouvaient parfois se voir sans coucher ensemble, mais au final, Yuki jouait toujours de ses charmes pour arriver à séduire le beau blond. Faire les yeux doux était sa spécialité. Les deux hommes continuèrent de déguster les sushis et tempuras. L’ambiance était chaleureuse et reposante, Yuki regrettait vraiment de devoir quitter l’appartement de son ami . Il se serait laissé tenter de rester toute la nuit à ses côtés. Soudain, la soirée prit un tournant inattendu, puisque le blond revint à l’élu du cœur de Yuki. En plus d’être des sexfriend, ils étaient confidents et amis.

« Alors comme ça l’homme qui a volé votre cœur s’appelle Kiba ? Avec la description que vous m’en avez faite, j’ai l’impression que je le connais. Savez-vous s’il a un frère ? »

Yuki resta un instant prostré. Il tenait sa baguette tout fixant Abel. Comment pouvait-il connaître Kiba ? Et son frère ? Abel ne fréquentait pas la maison d’hôte dans laquelle il travaillait, mais peut-être qu’il en fréquentait d’autre. Mais même si c’était le cas, comment connaissait-il Kiba ? Celui-ci se rendait dans peu de maisons d’hôte, d’ailleurs, il se faisait parfois questionner par son frère étant donné qu’il se rendait souvent dans celle où travaillait Yuki. Mais heureusement, personne n’avait encore faire le lien entre les deux hommes, même s’il ne se passait rien entre eux. Kiba passait officiellement pour ramasser quelques gros sous et garder un œil sur la sécurité, mais Yuki savait qu’il y avait autre chose. Il ne se faisait guère de film en pensant que l’homme l’aimait, mais il avait trouvé une personne originale avec qui partager quelques verres. Parfois, c’était le grand silence, mais peu importe.

-Abel ... vous... comment ?

La curiosité du brun avait été titillée. Non, ce n’était pas ça. Il était à la fois surpris et mal à l’aise. Non, en fait il ne savait pas ce qu’il ressentait… sans doute un peu de déception aussi. Il s’était confié en pensant qu’il parlait d’un inconnu, mais Abel connaissait l’élu de son cœur, pire, ils couchaient ensemble… Kiba le saurait-il ? Tant de questions se mêlaient dans l’esprit torturé de l’hôte. Le brun baissa les yeux et posa ses baguettes. La petite lueur malicieuse qui illuminait ses yeux avait disparu.

- Comment le connaissez-vous ? Il a un frère en effet… son double physiquement mais son opposé en réalité…

Les jumeaux étaient en effet diamétralement différents. L’un était gros parleur, coureur et hautain, l’autre était discret et peu loquace. C’était évidemment le second qui était le prince charmant de Yuki… il se sentait tellement gêné.

-Je... j’ose espérer que toute cela restera entre nous… je me sens tellement gêné… Est-ce l’une de vos connaissances ? Je doute que vous soyez amis, car il ne semble pas en avoir… Mais nous n’avons aucune relation, comme je vous l’ai dit, il vient de temps en temps et nous discutons parfois. Parfois, on se contente seulement de boire et il m’écoute chanter… Rien… rien de plus..

Bizarrement, il se justifiait. C’était stupide, car il n’avait pas besoin de le faire et il savait que le blond ne le répéterait pas, mais il ne savait pas comment réagir. Il était encore sous le choc. Abel s’était confié à lui en lui disait qu’il avait un passé lourd, était-il de la mafia ? Il était un peu trop « blond » pour ça. Les yakuzas n’aimaient trop recruter étranger… mais on ne savait jamais. Le bel hôte releva les yeux et fixa Abel d’un air un peu plus déterminé.

-Dites-moi... êtes-vous.. en affaire ou … ? Même si j’affectionne beaucoup Kiba, il appartient à un monde différent, même si contrairement à d’autres, il ne le porte pas clairement sur lui.

Il n’était pas en apparence effrayant ou méchant et il ne s’exposait pas façon « bling bling » comme les riches mafieux. Yuki poussa un long soupire et se passer la main sur la joue.

-Pfff... je me sens si...

Il ne savait pas comment définir son état… Pourtant, il voulait être fixé. Savoir comment les deux hommes se connaissaient et s’ils avaient un quelconque lien. Déjà, il connaissait les deux frères… mauvais signe.

-Je vais être franc, veuillez pardonner mon insolence... vous côtoyez la mafia ?

Autant être directe. Il était mal placé pour parler étant donné qu’il travaillait sous l’ordre direct d’un Oyabun, mais il ne le mentionnerait jamais. Par contre, il n’était nullement gêné de travailler pour l’Oyabun Endô car il ne travaillait pas directement pour lui. Il était l’un des nombreux maillons de ses milliers de chaîne.

-Je veux dire, vous connaissez des yakuzas ? Je ne vais pas jouer l’innocent, car je sais que la prostitution, les boîtes de strip-tease et d’hôtes appartiennent à un grand mafieux. Mais je ne l’ai jamais vu…

Mais peut-être qu'il en était autrement pour Abel. Après tout, il lui avait avoué avoir été condamné pour port d'arme... peut-être qu'il était comme Kiba. Sous son apparence calme et de monsieur tout le monde, il travaillait pour la mafia. Restait à espérer qu'il ne travaille pas avec Kiba...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Mar 23 Nov - 14:07

-Abel ... vous... comment ?

Abel avait effectivement vu juste mais il n’avait pas imaginé que Yuki réagisse ainsi. Le bel hôte avait perdu toute malice et semblait… Surpris ? Perdu ? Mal à l’aise ? Il était difficile de décrire son état. Le grand blond se sentait un peu coupable. Il avait pensé qu’ils continueraient de parler de la même façon que précédemment. Malheureusement, il s’était trompé et le fait qu’il connaisse Kiba semblait perturber Yuki. Mais en y réfléchissant bien, quoi de plus normal ? Si Abel connaissait les jumeaux, cela pouvait signifier plusieurs choses, qui dans tous les cas pouvaient apporter des questions et créer des doutes sur lui. Soit il était un habitué des clubs d’hôtes, soit il travaillait pour Akito ou la mafia en général. C’était sûrement ce que devait se dire Yuki. Mais aucune de ses deux possibilités n’était la bonne. Comment l’éphèbe pourrait-il deviner qu’Abel était l’ex-fiancé de l’Oyabun le plus puissant ? Le fait qu’il ne le sache pas prouvait qu’il connaissait peu de choses de ce monde.

- Comment le connaissez-vous ? Il a un frère en effet… son double physiquement mais son opposé en réalité…

« Masao… »
souffla le blond, pour montrer qu’il connaissait aussi le « méchant » jumeau.

-Je... j’ose espérer que toute cela restera entre nous… je me sens tellement gêné… Est-ce l’une de vos connaissances ? Je doute que vous soyez amis, car il ne semble pas en avoir… Mais nous n’avons aucune relation, comme je vous l’ai dit, il vient de temps en temps et nous discutons parfois. Parfois, on se contente seulement de boire et il m’écoute chanter… Rien… rien de plus…

« Vous n’avez pas à vous justifier Yuki-san. Et vous pouvez avoir confiance en moi, je ne dirai rien à personne. »


Abel n’était pas du genre à raconter aux autres ce qu’il pouvait bien dire avec une personne. Il n’y avait sans doute pas meilleur confident que lui. Il savait garder les secrets, plus particulièrement ce genre de secrets qui pouvaient créer des problèmes si jamais ils étaient révélés. Yuki était son ami et jamais il ne voudrait lui porter préjudice. Kiba, quant à lui, n’était rien pour lui si ce n’était une simple connaissance mais Abel éprouvait du respect pour lui. Le garde du corps n’était pas comme son frère ou son patron. Il était calme et réfléchi. Le jeune tueur avait apprécié ses excuses à la chocolaterie, le jour où Akito l’avait fait virer. Cela prouvait que lui avait une conscience et du respect au moins. Mais à part cela, Abel ne savait rien de lui. Il se disait juste que Kiba avait sûrement suivi son frère dans la mafia, sans vraiment apprécier sa place. Mais sous son côté calme, nul doute qu’il devait avoir un côté sombre. Il ne tiendrait pas la place de garde du corps d’un Oyabun sinon. Au fond, Abel et lui étaient un peu pareils.

-Dites-moi... êtes-vous.. en affaire ou … ? Même si j’affectionne beaucoup Kiba, il appartient à un monde différent, même si contrairement à d’autres, il ne le porte pas clairement sur lui.

« Je ne travaille pas pour le patron de Kiba si c’est ce que vous voulez savoir. »

-Pfff... je me sens si... Je vais être franc, veuillez pardonner mon insolence... vous côtoyez la mafia ?


La question à laquelle n’aimait pas répondre Abel. Parler de la mafia ne lui plaisait pas. Son interlocuteur pouvait être un flic sous couverture par exemple, même si cette hypothèse ne semblait pas tenir avec Yuki. Le bel hôte n’avait pas le profil d’un policier. De plus, un policier n’aurait sans doute pas couché avec lui pour obtenir des informations, surtout que c’était Abel qui avait abordé le sujet, pas Yuki. Mais c’était tout de même délicat de parler de la mafia. Ce monde était si sombre. Le grand blond voulait éviter d’en parler pour s’y tenir le plus éloigné possible. Ainsi, les problèmes restaient loin de lui, même s’il avait tendance à les attirer par moment. Mais c’était sûrement dû à son histoire avec Tatsuki. C’était difficile de vivre dans l’ombre de l’Oyabun, même en ne vivant plus avec lui. Leur relation était restée dans la mémoire de certaines personnes peu fréquentables, dont Akito.

-Je veux dire, vous connaissez des yakuzas ? Je ne vais pas jouer l’innocent, car je sais que la prostitution, les boîtes de strip-tease et d’hôtes appartiennent à un grand mafieux. Mais je ne l’ai jamais vu…

« J’ai déjà eu à faire à ce grand mafieux et je connais effectivement des gens dans ce milieu. On peut dire que j’en ai fait partie un long moment. Ma place n’était pas vraiment celle d’un yakuza mais disons qu’elle me procurait une certaine célébrité dans le milieu, d’où le fait que je connaisse l’Oyabun à la tête de la prostitution et des clubs d’hôtes. Il est souvent accompagné de Kiba et Masao. C’est de là que je connais Kiba. Mais je n’ai aucun lien avec cet Oyabun et de ce fait avec Kiba. Je le connais en quelque sorte de vue, c’est tout. »


C’était difficile de s’expliquer tout en restant dans le flou. Abel ne voulait pas avouer sa relation avec Tatsuki et s’en vanter. Il se disait que Yuki ne comprendrait peut-être pas. De plus, peut-être risquait-il de se faire des idées sur le jeune tueur. Etre l’amant d’un homme qui pouvait faire tuer son propre père ou bien tuer de ses propres mains quelqu’un, ce n’était pas très reluisant et sans doute fallait-il être un peu fou pour rester avec lui. Certes, Abel avait assassiné des dizaines de personnes mais il désirait se défaire de ce passé. Il était devenu plus sage, peut-être parce qu’il avait eu un avant-goût de la prison à cause de cette affaire de port d’arme illégal. Et puis, du temps où il avait vécu avec Tatsuki, l’Oyabun ne lui avait pratiqué plus donné aucune mission. Au final, Abel s’était donc habitué à retrouver une vie à peu près normale, si on pouvait dire cela en étant l’amant d’un puissant chef mafieux.

« Ce n’était pas pour en arriver là que j’ai abordé le sujet de Kiba. Si vous me dîtes connaître son frère, vous devez vous douter pourquoi Kiba est si distant avec vous, sans compter qu’il est extrêmement réservé. Il n’y a pas plus homophobes que Masao et son patron. J’en ai fait plusieurs fois les frais. Si Kiba a des sentiments pour vous, il ne peut pas se permettre d’aller trop loin avec vous et doit se satisfaire de ce que vous lui offrez. Croyez-moi, c’est sans doute mieux ainsi car les histoires d’amour au grand jour sont sûrement à bannir dans la mafia. Il y a toujours de sales histoires qui viennent tout gâcher. »

Yuki comprendrait sans doute qu’Abel savait de quoi il parlait. S’il n’y avait pas eu la mafia, si Tatsuki avait été un simple homme d’affaire, les choses auraient sûrement été bien différentes. Il n’y aurait pas eu de risques qu’il se fasse tuer, il n’y aurait pas eu ces histoires de mariages arrangés, il n’y aurait sans doute pas eu cette relation avec Hidekazu… Tatsuki aurait sans doute été moins instable et de ce fait n’aurait pas déraillé à plusieurs moments. Il n’y aurait sans doute pas eu d’infidélités ni de mensonges. C’était du moins ce que s’imaginait Abel mais il lui était impossible d’en être absolument certain. Quoiqu’il en soit, il ne voulait pas que Yuki vive la même chose que lui en se lançant dans une relation passionnelle avec un yakuza. Du moment où il y aurait des requins tournant autour de Kiba, tel que Masao ou Akito par exemple, il serait dangereux d’aller plus loin.

« Je ne souhaite en aucun cas vous faire de peine Yuki-san, bien au contraire. Je suis sûr que vous apportez beaucoup de bien à Kiba. Passer du temps en votre compagnie doit lui faire oublier l’espace d’un instant son monde, tout comme vous me faites oublier mes problèmes. Vous avez ce pouvoir de détendre les gens. Continuez à l’exercer sur lui. Je le connais très peu mais je suis sûr qu’il en vaut la peine. »

Abel était parfois maladroit pour exprimer clairement ce qu’il pensait. Il espérait donc que son message soit bien passé. Kiba devait sûrement beaucoup apprécié Yuki vu qu’il passait beaucoup de temps en sa compagnie lorsqu’il descendait dans la maison d’hôtes où travaillait l’éphèbe. Celui-ci n’avait donc aucune crainte à avoir. Le garde du corps ne devait sans doute pas le voir comme un simple hôte. Le grand blond avait un profond respect pour Kiba, bien que celui-ci travaille pour un homme infect. Voilà pourquoi il se permettait de parler de lui avec de bons termes et qu’il conseillait Yuki. Abel désirait prouver qu’il était dans un sens de leur côté. Le beau Japonais ne devait pas confier ses sentiments à beaucoup de monde. Cela lui ferait sans doute du bien de savoir que quelqu’un le comprenait, le conseillait et était là pour l’écouter.


_________________


Dernière édition par Abel Saalfield le Lun 29 Nov - 15:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Ven 26 Nov - 20:30


« Masao… »


Yuki se contenta d’acquiescer timidement. Kiba et Masao… les deux jumeaux. Abel les connaissait donc bien, quelle poisse. Yuki n’avait heureusement rien dit de mal. Aucun de ses propos ne pourraient être retournés contre lui. Même s’il ne craignait rien d’Abel, la vie lui avait appris de se méfier de tout le monde… mais pourquoi diable, Abel devait-il connaître Kiba ? De tous les hommes, il avait fallu que ce soit lui ! Les deux hommes qu’il appréciait avait un lien dont il ignorait la nature, mais peu importe…

« Vous n’avez pas à vous justifier Yuki-san. Et vous pouvez avoir confiance en moi, je ne dirai rien à personne. »

Rassuré dans un sens, mais pas trop. Le brun adressa un timide sourire à son ami. Abel se voulait rassurant, il l’était en fait, mais la déception de Yuki était toujours palpable. Le brun savait au fond de lui que Abel ne dirait rien, mais il se sentait quand même très gêné. Il avait couché avec une personne qui connaissait l’homme qu’il aimait… ils ne devaient pas être amis, étant donné que Kiba lui avait fait comprendre que la seule personne qu’il voyait régulièrement était son jumeau, mais tout allait se savoir… malgré la discrétion d’Abel. Yuki regrettait amèrement cet après-midi au bar… moment de leur rencontre…

-Bien...

Trop d’idées tournoyaient dans sa tête. Ajoutez à cela le choc, et vous comprendrez pourquoi le bel éphèbe, d’habitude maître dans l’art rhéteur ne trouvait pas un mot à dire. Restait à savoir comment, pourquoi… de quelle façon Abel connaissait Kiba. Avaient-il travaillé ensemble ? Abel avait-il fait de sale boulot pour Endô-sama ? Décidément, la mafia pourrissait la vie de Yuki… y compris dans sa vie personnelle et dans ses petit plaisir, à croire qu’il était maudit comme pas deux.
Abel essayait vraiment d’être rassurant, il semblait même être un peu désolé pour Yuki.Il n’y avait pourtant pas de raison de l’être, car après tout, ils étaient deux adultes consentants. Déjà que le brun savait qu’il n’avait aucune chance avec son charismatique amour caché, mais là, tout était fichu.


« J’ai déjà eu à faire à ce grand mafieux et je connais effectivement des gens dans ce milieu. On peut dire que j’en ai fait partie un long moment. Ma place n’était pas vraiment celle d’un yakuza mais disons qu’elle me procurait une certaine célébrité dans le milieu, d’où le fait que je connaisse l’Oyabun à la tête de la prostitution et des clubs d’hôtes. Il est souvent accompagné de Kiba et Masao. C’est de là que je connais Kiba. Mais je n’ai aucun lien avec cet Oyabun et de ce fait avec Kiba. Je le connais en quelque sorte de vu, c’est tout. »

Et puis quoi d’autre ? Une célébrité dans le milieu ? Abel n’avait donc pas été un vulgaire délinquant qui avait commis quelques bêtises comme beaucoup de personnes. Il avait été lié à la mafia… peut-être qu’il l’était toujours d’ailleurs. Par contre, la curiosité de Yuki était de nouveau titillée, enfin si on pouvait appeler cela curiosité. Inconsciemment, il ne voulait pas du tout savoir ce qu’il en était, mais la révélation d’Abel le tracassait quelque peu. Il connaissait Kiba et Masao mais seulement de « vue ». Mentait-il pour rassurer Yuki ? Connaître de vue les deux frères et savoir lequel était plus calme que l’autre, c’était plus que de connaître de vue… Lorsque Yuki avait parlé de son frère qui était l’opposé de Kiba, Abel semblait savoir ce que valait Masao. Et puis, il connaissait Endô. Il n’y avait rien de surprenant à cela, tout le monde le connaissait comme tout le monde connaissait tous les Oyabuns, gens honnêtes ou malhonnêtes…

- Votre visage s’est légèrement froncé quand vous avez parlé de Endô-sama... je ne l’ai jamais vu mais je sais qu’il a mauvaise réputation, mais vous semblez un peu… comment dire, amer en parlant. Je me trompe sûrement…

Le ton employé par Abel au moment où il avait parlé de ce milieu différait de celui employé tout au long de leur rendez-vous, mais sans doute que le brun se faisait des idées. Il devenait parano en sachant que tout son monde et ses connaissances tournaient autour de la mafia.

« Ce n’était pas pour en arriver là que j’ai abordé le sujet de Kiba. Si vous me dîtes connaître son frère, vous devez vous douter pourquoi Kiba est si distant avec vous, sans compter qu’il est extrêmement réservé. Il n’y a pas plus homophobes que Masao et son patron. J’en ai fait plusieurs fois les frais. Si Kiba a des sentiments pour vous, il ne peut pas se permettre d’aller trop loin avec vous et doit se satisfaire de ce que vous lui offrez. Croyez-moi, c’est sans doute mieux ainsi car les histoires d’amour au grand jour sont sûrement à bannir dans la mafia. Il y a toujours de sales histoires qui viennent tout gâcher. »

Abel connaissait assez Masao pour savoir qu’il était homophobe ? Yuki avait entendu des rumeurs sur le caractère exécrable de Masao, d’ailleurs, même son boss direct en parlait. Tomoe qui était l’un des hommes de main de Endô-sama en quelque sorte, ou plutôt l’un de ses employés détestait Masao. Il n’était pas homosexuel mais il s’était pris le bec avec lui. Entre deux verres, Tomoe avait discuté avec Yuki et d’autres hôtes, d’ailleurs, il s’était étonné de voir Kiba parfois venir. Il avait tenté d’être un peu curieux, mais il n’avait rien pu décrocher de l’homme. Les mots d’Abel étaient décidément blessants. Yuki savait très bien cela, mais c’était trop d’un coup. Il devait digérer le fait que le blond connaisse plus ou moins Kiba, mais en plus, il se prenait des conseils déplaisants à la figure. Et s’il voulait un peu rêver ? Il en avait le droit… bien que ce soit enfantin.

-Je sais très bien cela !

Le ton du brun était un peu sec, mais il n’allait pas être désagréable car il savait très bien que tout était vrai.

« Je ne souhaite en aucun cas vous faire de peine Yuki-san, bien au contraire. Je suis sûr que vous apportez beaucoup de bien à Kiba. Passer du temps en votre compagnie doit lui faire oublier l’espace d’un instant son monde, tout comme vous me faites oublier mes problèmes. Vous avez ce pouvoir de détendre les gens. Continuez à l’exercer sur lui. Je le connais très peu mais je suis sûr qu’il en vaut la peine. »

Bien sûr qu’il en valait la peine, mais ça Abel ne pouvait pas le savoir. Il ne connaissait rien de Kiba. Il savait juste qu’il était l’homme de main d’une grosse tête de la ville mais c’était tout. Pour un type qui connaissait seulement les jumeaux de « vue », il en savait drôlement. Il savait aussi beaucoup de la mafia, un peu trop sans doute. Yuki avait le chic pour se dégoter des histoires pas possible : il s’était frotté à un Oyabun et était devenu son esclave, ensuite il s’était entiché d’une homme de main d’un autre Oyabun et maintenant, Abel aussi…
Yuki ne voulait plus rester inactif, il avait besoin d’en savoir plus. Il n’allait pas rester passif une fois de plus.


- Qu’en savez-vous ? Vous m’avez dit que vous ne connaissiez les jumeaux que de vue ? Mais vous semblez en savoir assez sur eux pour me dire de me méfier ? Que Kiba-kun en vaut la peine mais qu’il ne peut pas être avec moi ? Que l’amour et la mafia ne font pas bon ménage ? J’ai joué franc jeu avec vous, alors faites-en de même ! Avez-vous travaillé pour la mafia ? Avez-vous travaillé avec eux ? Vous avez dit ne pas travailler pour monsieur Endô mais comment connaissez-vous ce milieu ? … Je... désolé d’être agressif, je voudrais juste savoir… je..

De nouveau, la voix de Yuki redevint suave, ou plutôt, il s’était de nouveau éteint. Il était un peu attristé de tout ce qui se passait. Tête baissée, il esquissa un timide sourire.

-Je sais que Kiba-kun et Masao travaillent pour ce yakuza… je sais aussi que Masao traîne parfois dans des maisons d’hôtesses avec son patron, mais Kiba-kun n’a aucun intérêt de venir dans une maison d’hôte. Il ne s’occupe pas des tâches administratives, même s’il prend cela comme excuse auprès de son patron… (Rire). - Comme ça personne ne trouve bizarre qu’il vienne. Il n’a pas de rapports non plus avec les hôtes, d’ailleurs, il n’a pas d’interaction avec eux, mais pourtant, il demande chaque fois ma compagnie pour discuter… Comme vous l’avez dit, c’est sans doute parce que parler lui fait du bien mais… cela me suffit, je ne suis pas stupide et je sais que jamais lui et moi…

Jamais ils ne seraient ensemble. Kiba dont la fonction était de veiller sur son patron, trouvait comme excuse de veiller sur sa sécurité en laissant ses yeux et ses oreilles traîner dans des établissements, mais il avait avoué à demi-mot qu’il ne venait que dans la maison d’hôte dans laquelle travaillait Yuki pour parler. Il l’avait dit à demi-mot, car Kiba parlait avec beaucoup de réserve et ne disait jamais réellement ce qu’il ressentait ou pensait.
Yuki se redressa et regarda Abel dans les yeux.


- Dites-moi tout s’il vous plaît…je ne vous demande pas de me parler de choses qui vous gêneraient ou de vos affaires avec eux, mais comment cela se fait-il…


Qu’il en connaissait autant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Sam 27 Nov - 16:27

- Votre visage s’est légèrement froncé quand vous avez parlé de Endô-sama... je ne l’ai jamais vu mais je sais qu’il a mauvaise réputation, mais vous semblez un peu… comment dire, amer en parlant. Je me trompe sûrement…

Abel adressa un simple regard à Yuki. Le jeune hôte ne se trompait pas. Le blond ne portait pas Akito dans son cœur, loin de là même. Il le haïssait comme ce n’était pas possible. Ce pervers coureur de jupons devait même arriver à la deuxième place après Hidekazu dans la liste des personnes que détestait Abel, c’était pour dire. La troisième place revenait sûrement à Masao. Ensuite, le classement n’était pas très clair. Il y avait bien cette Lena, insupportable fliquette, et ses collègues. Tatsuki et Kano avaient aussi leur place, même si Abel ne savait pas clairement quelle place leur attribuer. Au final, dans les personnes qu’il n’appréciait pas, il n’y avait que des mafieux et des policiers. Le jeune tueur se demandait si cela signifiait quelque chose. Sans doute. Il ne faisait pas partie de la mafia mais en même temps, il n’était pas aussi blanc comme neige pour apprécier les flics. Il se trouvait en quelque sorte au milieu. Son âme devait être dans les tons grisés.

- Qu’en savez-vous ? Vous m’avez dit que vous ne connaissiez les jumeaux que de vue ? Mais vous semblez en savoir assez sur eux pour me dire de me méfier ? Que Kiba-kun en vaut la peine mais qu’il ne peut pas être avec moi ? Que l’amour et la mafia ne font pas bon ménage ? J’ai joué franc jeu avec vous, alors faites-en de même ! Avez-vous travaillé pour la mafia ? Avez-vous travaillé avec eux ? Vous avez dit ne pas travailler pour monsieur Endô mais comment connaissez-vous ce milieu ? … Je... désolé d’être agressif, je voudrais juste savoir… je..

« Ne vous excusez pas. Vous avez raison de réagir ainsi. »


Abel avait tout de même du mal à l’admettre mais il comprenait que Yuki s’emporte de la sorte. Le blond n’avait pas joué franc jeu avec lui mais il avait ses raisons. Il n’avait pas voulu parler de son passé et de ses relations. On ne pouvait se vanter d’avoir des liens avec la mafia. Abel avait en quelque sorte voulu se faire passer pour un homme normal, si on pouvait dire cela malgré son histoire de port d’arme illégal. Il avait voulu que quelqu’un le voie comme il était vraiment, pas que cette personne le juge sur son passé. Dès que l’on parlait de la mafia, tout devenait si compliqué. La preuve, l’ambiance de cette soirée avait changé, devenant plus tendue et désagréable. Yuki semblait être sur ses gardes. Abel se rendait compte qu’il aurait dû se la fermer. Il n’aurait jamais dû parler de Kiba. Pourtant, lorsqu’il l’avait fait, il avait pensé bien faire. Il avait voulu donner quelques conseils au bel hôte. Mais encore une fois, en voulant bien faire, il avait gaffé. Il était vraiment nul avec les gens. Mais tout ce qui arrivait en ce moment était la faute de la mafia. Elle gâchait tout. Abel avait l’impression qu’elle le poursuivait pour lui pourrir la vie.

-Je sais que Kiba-kun et Masao travaillent pour ce yakuza… je sais aussi que Masao traîne parfois dans des maisons d’hôtesses avec son patron, mais Kiba-kun n’a aucun intérêt de venir dans une maison d’hôte. Il ne s’occupe pas des tâches administratives, même s’il prend cela comme excuse auprès de son patron… Comme ça personne ne trouve bizarre qu’il vienne. Il n’a pas de rapports non plus avec les hôtes, d’ailleurs, il n’a pas d’interaction avec eux, mais pourtant, il demande chaque fois ma compagnie pour discuter… Comme vous l’avez dit, c’est sans doute parce que parler lui fait du bien mais… cela me suffit, je ne suis pas stupide et je sais que jamais lui et moi…

Abel se sentit mal en voyant Yuki dans cet état. Il aurait vraiment bien fait de se taire. Mais là encore, tout n’était pas complètement de sa faute. Si la mafia n’était pas derrière tout cela, les choses seraient sûrement différentes. Le grand blond en avait assez que son histoire avec Tatsuki lui colle à la peau. S’ils n’avaient pas été amants, Abel n’aurait pas autant baigné dans ce milieu rempli de requins. Tout aurait sûrement été plus simple s’il n’avait pas fait de mauvaises rencontres. Même plusieurs mois après sa rupture, il payait encore sa relation avec l’Oyabun. Cela prouvait que son histoire avec le yakuza avait été toxique et l’était toujours. Abel soupira légèrement et se passa une main dans les cheveux, signe qu’il n’était pas à l’aise. Il en avait marre que cette histoire lui gâche la vie. Tout ce qu’il désirait, c’était se faire des amis hors mafia, pour vivre une vie à peu près normale. Il avait pensé que cela serait possible avec Yuki mais il s’était malheureusement trompé.

- Dites-moi tout s’il vous plaît…je ne vous demande pas de me parler de choses qui vous gêneraient ou de vos affaires avec eux, mais comment cela se fait-il…

« Mon ex fait partie de la mafia. J’ai passé un an dans ce milieu. Comme il est assez haut placé dans la pyramide, j’ai pu malheureusement faire la connaissance d’hommes puissants, comme Endô. Lui et Masao se sont bien amusés à me démoraliser. Les mensonges, les insultes… A croire qu’ils ne connaissent que ça. Kiba, quant à lui, le seul mot que j’ai entendu de sa bouche, c’était « Désolé ». Il s’excusait de l’agissement de son frère et de son patron. A part ça, je n’ai fait que l’observer. C’est pour ça que je vous ai dit que je ne le connaissais pratiquement que de vue. »


Abel détestait se confier mais il sentait que s’il ne le faisait pas, il risquait de perdre Yuki. Quoique… N’était-il pas déjà en train de le perdre ? Il avait senti comme quelque chose se déchirant entre eux depuis qu’ils avaient abordé le sujet de la mafia. Il espérait se tromper. Sa relation avec l’éphèbe avait beau être étrange, il ne souhaitait pas le perdre. Il avait appris à l’apprécier et à lui faire confiance. Une étrange amitié s’était tissée entre eux et Abel ne souhaitait pas la perdre. Il ne voulait pas que la mafia et son passé gâchent encore tout. Ce serait vraiment comme si la malchance s’abattait sur lui sinon. Il avait tout de même envie d’être heureux et chanceux par moment. Ce n’était tout de même pas trop demander après tout ce qu’il avait pu vivre comme galères.

« La mafia a été mon monde durant près d’un an mais j’ai l’impression qu’elle ne veut pas me lâcher… S’il vous plait Yuki-san, ne me jugez pas à cause de mon passé. Certes j’ai vécu avec un yakuza, certes j’ai connu des gens peu fréquentables, certes j’ai des amis qui sont toujours dans la mafia, mais je n’ai plus rien à faire avec ce monde-là. J’essaye de retrouver une vie normale. C’est pour ça que je ne vous ai rien dit. Je ne pensais pas que vous étiez aussi lié à ce monde. Je ne veux pas que la mafia gâche notre relation. Je vous apprécie beaucoup Yuki-san. »

Abel qui avouait ses sentiments, c’était plutôt rare. Yuki devait suffisamment bien le connaitre maintenant pour le savoir. Le jeune assassin désirait que tout redevienne normal entre eux. Certes, ils savaient tous deux que chacun était lié à la mafia, mais en quoi cela les empêchait de continuer à se voir comme si de rien n’était ? Abel se sentait toujours aussi mal à l’aise. Il détestait ne pas savoir ce qui allait se passer. Il croisait les doigts pour que le beau Yuki lui pardonne d’avoir voulu se mêler de son histoire et ne le juge pas mal. Mais il se doutait que l’éphèbe n’était pas de ce genre-là. Il ne jugeait pas les gens à leur passé. La preuve, Abel lui avait bien avoué ses problèmes avec la justice et pourtant, Yuki n’avait rien dit. Pourvu qu’il en soit de même là aussi…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Sam 27 Nov - 20:59


« Mon ex fait partie de la mafia. J’ai passé un an dans ce milieu. Comme il est assez haut placé dans la pyramide, j’ai pu malheureusement faire la connaissance d’hommes puissants, comme Endô. Lui et Masao se sont bien amusés à me démoraliser. Les mensonges, les insultes… A croire qu’ils ne connaissent que ça. Kiba, quant à lui, le seul mot que j’ai entendu de sa bouche, c’était « Désolé ». Il s’excusait de l’agissement de son frère et de son patron. A part ça, je n’ai fait que l’observer. C’est pour ça que je vous ai dit que je ne le connaissais pratiquement que de vue. »


Yuki resta silencieux. Abel avait toujours été franc avec lui, il lui avait d'ailleurs avoué avoir été condamné, mais Yuki avait été plus loin. Il appréciait le blond et ne l'avait pas jugé sur des erreurs passées, et puis, le brun n'était pas un saint lui non plus. Il côtoyait des sales types et même s'il ne se salissait pas les mains et qu'il gardait la conscience tranquille sur ce point, il ne menait pas une vie si droite que cela. Mais de là à savoir qu'il avait été l'amant d'un yakuza, c'était tellement irréaliste. Un an en plus ?
D'après ses dires, il n'avait pas côtoyer une petite main, mais une personne haut placée. Yuki ne connaissait pas toute le casse-tête compliqué de la hiérarchie chez les mafieux, mais il savait qu'il y avait plusieurs rangs. Abel avait dû certainement partager la vie d'un important homme d'affaire qui devait travailler avec l'un des clans, mais peu importe. Quelle importance cela avait après tout ? Ce n'était pas l'ex d'Abel qui l'intéressait mais ce fut par le biais de cette homme qu'il croisa le chemin de Kiba. Abel avait donc dû sans doute sortir avec un yakuza travaillant avec les Endô, c'est ainsi qu'il croisa Akito et les jumeaux. Malgré tout le chamboulement, Yuki ne pu se retenir de sourire lorsque le blond décrivit l'homme qu'il aimait. C'était tout Kiba ça. Ne pas prendre parti et s'excuser de la méchanceté des autres. Lui, ne faisait pas de mal aux gens, enfin, gratuitement, car il devait sans doute avoir un peu de sang sur les mains comme tout mafieux. Mais, Yuki ne pensait pas à ce côté de sa vie dont il ne savait rien et c'était tant mieux en fait.


- Oui, il est comme ça Kiba-kun...

L'espace d'un instant, Yuki oublia un peu sa déception pour laisser quelques sentiments un peu plus positifs le submerger. Il se complaisait dans un doux rêve à chaque fois qu'il pensait à Kiba, mais d'entendre une confirmation de la bouche d'Abel le remplissait de bonheur.
Pourtant, il ne savait plus où il en était. Peut-être qu'il aurait aimé que tout redevienne comme avant, qu'il ne sache pas que le blond ait eu des liens avec cette fichue mafia et surtout avec son Kiba.


« La mafia a été mon monde durant près d’un an mais j’ai l’impression qu’elle ne veut pas me lâcher… S’il vous plait Yuki-san, ne me jugez pas à cause de mon passé. Certes j’ai vécu avec un yakuza, certes j’ai connu des gens peu fréquentables, certes j’ai des amis qui sont toujours dans la mafia, mais je n’ai plus rien à faire avec ce monde-là. J’essaye de retrouver une vie normale. C’est pour ça que je ne vous ai rien dit. Je ne pensais pas que vous étiez aussi lié à ce monde. Je ne veux pas que la mafia gâche notre relation. Je vous apprécie beaucoup Yuki-san. »

Le brun savait parfaitement ce que ressentait Abel. Lui aussi, pour d'autres raisons, aurait aimé ne plus avoir de lien avec la mafia. C'était à moitié vrai, car sans cela, il n'aurait pas connu Kiba, mais il aurait pu le rencontrer dans cette maison d'hôte tout de même... il ne le saurait jamais, cependant, Abel avait raison sur un point, peut-être que les choses seraient plus simple si les deux hommes ne baignaient pas dans ce monde, ou peut-être pas... après tout, rien ne disait que Kiba le regardait de cet œil "là".
Tout était vraiment confus, mais une chose était sûre, il n'en voulait pas à Abel. La raison avait pris le pas sur la surprise. Il aimait bien la compagnie du blond qui l'apaisait beaucoup et il avait trouvé en lui un confident. Mais maintenant qu'il savait qu'il connaissait même de loin Kiba, il aurait sans doute du mal à être aussi intime avec lui. Il ne pourrait pas s'empêcher de penser à son bel amour maintenant qu'il savait qu'ils avaient eu des interaction. Le bel hôte esquissa un petit sourire et toucha la main d'Abel.


-Je vous apprécie aussi. Je dois dire que maintes fois votre compagnie m'a grandement aidée. Il est vrai que je suis surpris d'apprendre que vous avez eu des interactions avec ce milieu. Je veux dire, vous êtes quelqu'un de juste et raffiné, vous n'avez pas le profil. Jamais je m'en serai douté et plus encore, que vous ayez connu Kiba-kun et son entourage. Mais ce passage de votre vie vous appartient et je vous remercie de me l'avoir détaillé.

Yuki ne se montrerait pas trop curieux. En réalité, il avait peur d'apprendre des choses qui ne lui plairaient pas encore, donc il préférait pour une fois l'ignorance.

- Pour Kiba-kun, je sais que tout restera entre nous et je vous en remercie par avance. Je serai aussi muet concernant votre personne. Je sais que je rêve un peu en pensant à cet homme et je vous remercie de m'avoir dit ce que vous en pensiez. Seul les vrais amis prennent le risque de dire des vérités qui ne veulent parfois pas être entendues, mais je reste un doux rêveur... Je sais que Kiba-kun m'accorde une attention particulière... une attention qu'il n'accorde à personne d'autre et ça, c'est déjà beaucoup... Je me contenterai de cela...

Il se contenterait d'une relation platonique et à sens unique, même si au final, il souffrirait de ses illusions. Cette soirée avait été riche en rebondissement et en émotion, Yuki aurait sans doute besoin d'un peu de temps pour se remettre de tout cela.
Il se leva doucement et tapant légèrement sur la table pour sonner la fin de leur entrevue.


-Pardonnez-moi Abel-han, mais je vais devoir retourner au travail. Je vais passer chez moi afin de me changer avant de me rendre au club...

Avant cela, il allait devoir retirer son kimono et remettre sa tenue de ville. Il n'avait plus tellement la tête à aller travailler, mais dans un sens, ça lui faisait une bonne excuse pour partir et digérer un peu sa soirée. Il allait pouvoir aussi se changer les idées au club avec quelques clients et les meilleurs champagnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Sam 27 Nov - 23:54

-Je vous apprécie aussi. Je dois dire que maintes fois votre compagnie m'a grandement aidée. Il est vrai que je suis surpris d'apprendre que vous avez eu des interactions avec ce milieu. Je veux dire, vous êtes quelqu'un de juste et raffiné, vous n'avez pas le profil. Jamais je m'en serai douté et plus encore, que vous ayez connu Kiba-kun et son entourage. Mais ce passage de votre vie vous appartient et je vous remercie de me l'avoir détaillé.

Abel esquissa un sourire et serra entre ses doigts la main que Yuki avait posée sur la sienne. Le bel hôte ne le connaissait pas. Même s’il savait maintenant que le blond avait vécu dans la mafia durant près d’une année, il ne se doutait pas des choses qu’avait pu faire Abel. Le jeune tueur avait le sang de dizaines de victimes sur les mains, dont un Oyabun, le père de Tatsuki. Il avait tué et torturé des gens à la demande de clients. Mais cela, Yuki n’avait pas à le savoir. Abel désirait taire son ancien métier de tueur à gages. C’était du passé. Il souhaitait maintenant tourner la page et vivre normalement. C’était pourquoi il ne cherchait plus de contrats et se concentrait sur son métier d’agent de la sécurité. Ce n’était certes pas très excitant mais c’était un métier comme un autre. Cela lui permettait de gagner de l’argent et d’occuper ses journées. C’était cette vie d’homme honnête qu’Abel désirait montrer aux gens maintenant. Il avait fini par se poser.

- Pour Kiba-kun, je sais que tout restera entre nous et je vous en remercie par avance. Je serai aussi muet concernant votre personne. Je sais que je rêve un peu en pensant à cet homme et je vous remercie de m'avoir dit ce que vous en pensiez. Seuls les vrais amis prennent le risque de dire des vérités qui ne veulent parfois pas être entendues, mais je reste un doux rêveur... Je sais que Kiba-kun m'accorde une attention particulière... une attention qu'il n'accorde à personne d'autre et ça, c'est déjà beaucoup... Je me contenterai de cela...

Abel était heureux pour Yuki. Bien sûr, il le serait plus si Kiba parvenait à avouer ses sentiments et à offrir à l’hôte une belle histoire mais ce n’était qu’un doux rêve. Tant que le garde du corps aurait son frère près de lui et serait sous les ordres d’Endô, cela ne risquait pas d’arriver. C’était dommage. Yuki gagnait vraiment à être connu et à vivre une belle relation. Ce n’était pas parce qu’il avait un métier mal vu qu’il n’avait pas le droit au bonheur… En tout cas, Abel était heureux que l’éphèbe le considère comme un vrai ami. Cela lui faisait chaud au cœur. La mafia n’allait pas détruire leur amitié. Peut-être même qu’elle la renforcerait qui sait. Ils pourraient en parler librement si besoin était, sans craindre du regard de l’autre. Abel était rassuré. Yuki avait retrouvé le sourire et semblait de nouveau à l’aise. Malheureusement, l’heure tournait et le blond n’aurait pas plus de temps pour tenter de détendre encore plus son charmant invité. Celui-ci se leva, sonnant la fin de ce tête-à-tête, ô combien riche en rebondissements et en révélations.

-Pardonnez-moi Abel-han, mais je vais devoir retourner au travail. Je vais passer chez moi afin de me changer avant de me rendre au club...

« D’accord. Je vais vous appeler un taxi. Je ne souhaite pas que vous vous baladiez seul à cette heure-ci dehors. »


Abel se leva à son tour et alla rechercher le numéro d’une agence de taxis dans l’annuaire. Une fois trouvé, il composa le numéro sur son téléphone portable. Sa technique était peut-être un peu vieillotte étant donné que de nos jours il était possible de consulter un annuaire à partir de son téléphone ou ordinateur, mais le blond n’était vraiment pas familier de ce genre de choses. La technologie et lui, cela faisait deux. Et au moins, avec sa méthode, il était sûr de ne pas se tromper. Au bout de trois sonneries, un homme décrocha. Abel donna l’adresse à laquelle devait se rendre le taxi puis raccrocha. Cela lui faisait de la peine que la soirée se termine aussi tôt. Il aurait souhaité qu’elle dure plus longtemps, voire que Yuki passe la nuit chez lui, avec lui sous les draps. Il se demanda même si cela serait possible dans le futur. Maintenant que chacun d’eux savait que l’autre connaissait Kiba, les choses seraient sûrement différentes. Enfin, ils verraient bien ce que cela donnerait…

« Un taxi sera là dans une quinzaine de minutes. Voulez-vous boire un thé ou quelque chose d’autre en attendant ? »

A défaut de prendre un dessert, Abel souhaitait que Yuki prenne au moins un thé pour finir ce repas. A la réponse de son invité, il se rendit dans la cuisine, en débarrassant au passage une partie de la table. Ce dîner ne se terminait pas comme il l’avait souhaitait. Il avait pris le temps de préparer une mousse au chocolat pour le dessert mais finalement, ils n’y toucheraient pas. Il avait pourtant pris le soin de bien la présenter. Ce serait idiot de ne pas en faire profiter Yuki. Abel fouilla donc dans ses placards pour trouver une petite boîte isotherme et y enferma l’une des verrines qu’il avait préparées. Une fois le thé préparé, il le porta en même temps que la boîte au bel hôte qui se trouvait toujours dans le salon. Il posa la tasse devant le jeune Japonais, et la boîte à côté, avant de reprendre sa place en face.

« J’avais préparé un dessert. Ce n’est pas très japonais mais j’espère que cela vous plaira. Vous n’aurez qu’à me rapporter la boîte lorsque vous aurez le temps… Désirez-vous un sac en plus pour mettre vos affaires ? » demanda t-il, se disant que comme il lui avait offert un kimono, il faudrait bien un sac à l’éphèbe pour ranger ses affaires.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Dim 28 Nov - 15:48


« D’accord. Je vais vous appeler un taxi. Je ne souhaite pas que vous vous baladiez seul à cette heure-ci dehors. »


Yuki acquiesça. Comment d'habitude, Abel était aux petits soins et soucieux de son bien être. Le brun était venu en moyen de transport étant donné qu'il ne conduisait pas. Il aurait été difficile à cette heure-ci de rentrer de la même façon, il n'y avait pas réfléchi étant donné qu'il pensait repartir le lendemain en journée.
Le blond passa donc un coup de fil afin d'appeler un taxi. Il vivait vraiment dans la simplicité, pas de gadgets trop techniques ou d'internet. Voilà pourquoi il dégageait une sorte de sérénité. L'industrialisation avait tendance à rendre les gens plus speed et coincé, avec Abel, c'était différent. On avait l'impression que le temps s'était arrêté.


« Un taxi sera là dans une quinzaine de minutes. Voulez-vous boire un thé ou quelque chose d’autre en attendant ? »

A défaut de terminer convenablement son repas, il prendrait un thé pour patienter et puis, ce ne serait pas convenable de refuser. Tout en se dirigeant vers la salle de bain pour se changer, le bel hôte s'inclina en marquant un temps d'arrêt.

- Volontiers. Un thé fera pleinement l'affaire merci. Je reviens dans quelques instants.

Yuki se rendit dans la salle de bain avec ses affaires sous les mains. Il allait soigneusement plier le beau présent offert par le blond. Tout en se changeant, il repensa à cette folle soirée... Il ne réalisait pas encore tout ce qu'il venait d'apprendre. Il voulait oublier, mais sa politique de l'autruche ne fonctionnerait pas cette fois-ci. Même en rentrant chez lui, il aurait ce kimono pour lui faire rappeler que c'était la réalité et non un rêve.
Comment faire face à Kiba maintenant ? Il savait que l'homme ne serait pas au courant pour Abel et lui, mais Yuki se sentirait tout de même mal à l'aise. Il lui arrivait de coucher avec d'autres personnes, car il avait des besoins, mais aucune d'entre elles ne connaissait Kiba il n'y avait donc aucune chance que son prince aux cheveux ébènes le sache, même s'il n'avait pas de compte à lui rendre vu qu'ils n'étaient pas un couple. Quelques minutes plus tard, Yuki se décida à sortir de la salle de bain. Le kimono sur le bras, il se rendit dans le salon où le blond l'attendait. Il avait préparé du thé et une petite boîte à emporter.


« J’avais préparé un dessert. Ce n’est pas très japonais mais j’espère que cela vous plaira. Vous n’aurez qu’à me rapporter la boîte lorsque vous aurez le temps… Désirez-vous un sac en plus pour mettre vos affaires ? »

Comment lui en vouloir même l'espace d'une seconde ? Il se montrait toujours tellement... gentil. C'était cette gentillesse apparente qui avait trompé le jugement de Yuki. Personne n'aurait pu soupçonné un tel homme d'avoir ou d'avoir eu des liens avec le monde de la mafia. Mais, Yuki était aussi un bel exemple après tout. Son visage si angélique était aussi trompeur... il ne fallait jamais se fier aux apparences et encore Abel ne savait pas tout.

- Merci encore. Je suis sûr que ça me plaira, vous me gâtez trop. Pour le kimono, je préfère le porter plié ainsi à la main, ça évitera qu'il se froisse...


Yuki esquissa un sourire et prit place pour boire sa tasse de thé. Il n'aimait pas boire debout. Il ne savait pas trop quoi dire pour meubler. Il y avait comme un petit malaise, même s'il faisait tout pour le dissimuler. Il était encore sous le choc et il lui faudrait un petit moment pour tout digérer, mais en même temps, il ne voulait pas accabler le blond. Il bu gracieusement sa tasse tout en restant silencieux. Il pouvait mettre ce silence sous le coup de la dégustation du thé. Mais en vérité, il ne savait plus trop quoi dire. Il ne désirait plus aborder le sujet en question, plus pour le moment du moins, mais en même temps, il aurait du mal à parler de la pluie et du beau temps, ça ferait un peu trop faux.

- En tout cas, je me suis régalé. J'espère ne pas être trop plein au club, où je risquerai de m'endormir.

Il laissa échapper un petit rire pour détendre un peu l'atmosphère. Une petite dose d'humour n'était pas de trop. L'idée de le voir à demi-assoupi au club parce qu'il avait rempli sa panse était quand même une image assez drôle. Le silence revenu, il termina sa tasse. Un klaxon vint heureusement interrompre le silence qui se faisait pesant, enfin, c'est comme ça que Yuki le ressentait même s'il ne montrait pas son malaise. Béni soit ce taxi qui était arrivé en 10 minutes. Le bel hôte se releva toujours avec autant de grâce afin de remplir son rôle jusqu'au bout.

- Voici mon taxi, il est temps pour moi de me retirer.


Abel l'escorta vers l'entrée afin qu'il remette ses chaussures et sa veste. La soirée avait très bien commencé et s'était un peu moins bien terminé. Tout irait mieux quand Yuki aurait un peu digéré les nouveaux événements.

-Désolé pour la tournure qu'a prise la soirée. Mais j'ai passé un bon moment et comme vous l'avez dit, je désire que nous restions amis. J'espère que nous nous reverrons assez vite, qui sait, j'arriverais sans doute à en rire...

Il ne pouvait pas quitter les lieux sans revenir une ultime fois sur la situation, ça aurait sans doute mis un fossé entre les deux hommes. Ainsi, Yuki montrait à Abel que malgré les apparences, il ne comptait pas laisser cette histoire mettre en péril leur relation amicale.
Abel ouvrit la porte et le froid hivernal vint littéralement gifler la peau du bel éphèbe. Pour un réveil, c'était un réveil. Il fit un signe au taxi qui klaxonna de nouveau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Dim 28 Nov - 22:19

- Merci encore. Je suis sûr que ça me plaira, vous me gâtez trop. Pour le kimono, je préfère le porter plié ainsi à la main, ça évitera qu'il se froisse...

« D’accord, c’est vous l’expert du kimono. »


Abel faisait totalement confiance à Yuki en matière de kimono. Le bel hôte savait comment porter ce magnifique habit comme personne et, en le portant régulièrement, nul doute qu’il connaissait les techniques pour ne pas froisser ce tissu noble qu’était la soie. Peu connaisseur dans ce domaine, le grand blond avait plié ses kimonos comme tout autre vêtement et les avait rangés dans le bas de son placard, sans se demander si c’était la bonne technique pour les ranger. Il verrait bien ce que cela donnerait la prochaine fois qu’il en porterait un. Mais quand serait cette prochaine fois ? Abel ne portait un kimono qu’en présence de Yuki et il ne savait pas quand est-ce qu’ils se reverraient après cette soirée riche en révélations. L’intensité du courant entre eux avait baissé. Le blond s’en voulait. Il aurait vraiment dû se taire, au risque de cacher la vérité à l’éphèbe. Mais la base de l’amitié n’était-elle être franc l’un envers l’autre ? Abel retint un soupir avant de se servir un verre d’eau. Un silence s’était installé et il ne savait pas comment le briser. Heureusement, Yuki reprit la parole.

- En tout cas, je me suis régalé. J'espère ne pas être trop plein au club, où je risquerai de m'endormir.

« Ça devrait aller. Je n’ai pas cuisiné quelque chose de trop calorique. »


Mais cela n’avait pas été dans l’optique d’empêcher Yuki de dormir sur son lieu de travail. Si Abel avait voulu cuisiner léger, cela avait été pour qu’ils profitent au maximum de leur soirée et de leur nuit. Malheureusement, les choses en avaient voulu autrement. Le massage et la nuit ensemble étaient à remettre à plus tard, si Yuki était toujours d’accord. Enfin, ce n’était pas comme si Abel était complètement en manque et désirait lui sauter dessus. Si l’éphèbe désirait que leur amitié soit plus simple, sans sexe, il accepterait. Ce n’était pas ce qu’il y avait de plus important. Ce que recherchait le jeune tueur chez le bel hôte, c’était sa compagnie. Même s’il détestait se confier, Abel était parvenu à le faire avec Yuki et il devait avouer que cela lui avait fait du bien. Le jeune Japonais était le seul avec qui il était facile de parler. Le blond avait bien Keiji ou Cassandre comme amis, mais c’était différent… Un bruit de klaxon retentit, sortant Abel de ses pensées. Yuki fut le premier à se lever, à croire qu’il était pressé de partir. Etait-ce le cas ?

- Voici mon taxi, il est temps pour moi de me retirer.

Abel se leva à son tour et accompagna Yuki jusqu’à l’entrée. Il le regarda remettre ses chaussures et son manteau. Il ne faisait pas chaud dehors. Le froid avait commencé à s’installer. Ce serait bête que l’hôte tombe malade et attrape la grippe, comme ses collègues. Dire qu’il aurait pu passer la nuit bien au chaud chez Abel. Le blond maudissait ce téléphone qui avait sonné au mauvais moment. A cette heure-ci, ils auraient pu être arrivés à la séance de massage qu’avait préparée le maître des lieux. Abel avait bien envie de garder jalousement Yuki pour lui tout seul ce soir. Malheureusement, cela n’était pas possible. Mais il espérait revoir son ami très vite. Celui-ci était parvenu à négocier deux jours de congé. Peut-être pourrait-il accorder un peu de temps à Abel.

-Désolé pour la tournure qu'a prise la soirée. Mais j'ai passé un bon moment et comme vous l'avez dit, je désire que nous restions amis. J'espère que nous nous reverrons assez vite, qui sait, j'arriverais sans doute à en rire...

« Je l’espère… En tout cas, je vous souhaite bon courage pour ce soir. »
dit-il avant d’ouvrir la porte, laissant un vent d’air froid s’immiscer dans le loft.

A l’inverse de Yuki, Abel avait gardé son kimono. Autant dire qu’il avait peu de tissu sur lui pour le protéger du froid. Mais malgré cela, il ne voulait pas se débarrasser de Yuki le plus vite possible, quitte à attraper froid. Il posa un baiser sur le front de l’hôte puis détourna le regard vers le taxi qui s’impatientait. Il se trouvait bête d’avoir ce geste tendre alors que la soirée semblait avoir brisé quelque chose entre eux. Mais tant pis. Il éprouvait toujours autant d’affection pour le bel hôte, malgré les révélations de la soirée. Néanmoins, il se montrait un peu plus réservé cette fois-ci. A leurs autres rendez-vous, il avait salué Yuki en l’embrassant sur les lèvres. Ce simple baiser sur le front prouvait qu’il ne savait plus trop comment agir avec le beau Japonais… Le blond regarda enfin son ami dans les yeux et lui adressa un léger sourire.


« Je ne vais pas vous retenir plus longtemps. Revenez quand vous voulez. Je vous ai promis une soirée détente et on ne peut pas dire que cela a été le cas ce soir, je suis désolé. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   Lun 29 Nov - 15:15


« Je l’espère… En tout cas, je vous souhaite bon courage pour ce soir.»


En effet, il lui en faudrait. Non seulement, il ne devait pas travailler à la base, mais en plus avec de tels aveux, il ne savait pas s'il aurait la tête à se divertir avec des clients autour de quelques verres. Mais Yuki devait laisser ses problèmes personnels devant la porte de l'établissement et se comporter en vrai professionnel pendant le travail. L'hôte devait toujours être souriant, de bonne humeur et distraire ses clients et clientes qui venaient justement pour oublier leurs problèmes.

-Merci.

Le taxi attendait le brun. Heureusement qu'il était arrivé rapidement. Yuki aurait le temps de prendre une bonne douche pour se réchauffer chez lui et pour se changer. Il demanderait ensuite à l'un des hôtes de venir le chercher. Avec un froid pareil, il était hors de question qu'il se déplace à pied et puis, son patron lui devait bien cela.

« Je ne vais pas vous retenir plus longtemps. Revenez quand vous voulez. Je vous ai promis une soirée détente et on ne peut pas dire que cela a été le cas ce soir, je suis désolé. »

Abel semblait être frigorifié, pas étonnant vu qu'il était en kimono. Ces tenues étaient esthétiques mais n'étaient pas fait pour tenir chaud, mais c'était le but après tout. Une tenue légère qui s'enlevait facilement. Le bel hôte s'éloigna du blond afin de rejoindre le taxi. Il se retourna cependant en adressant un sourire à Abel.

-Ne vous inquiétez pas, tout était parfait. Pardonnez-moi d'avoir agi un peu froidement à un moment, mais j'ai été pris au dépourvu. Rassurez-vous, tout est clair pour moi Abel-han, je n'ai rien à vous reprocher et vous n'avez pas perdu ma profonde amitié.
Nous rattraperons cette soirée, je compte sur vous !


Le sourire de Yuki se fit plus accentué. Il ne voulait pas inquiéter le blond et surtout lui laisser le doute sur leur relation. Même si ce ne serait pas comme avant et que le brun ne serait plus aussi insouciant maintenant, Abel restait un homme adorable et de très bonne compagnie. C'était si rare de nos jours.
Le bel hôte serra son kimono contre lui et monta dans le taxi. Il fit un ultime signe au blond qui malgré le froid, le suivait toujours du regard, comme pour être sûr qu'il arriverait sain et sauf à une destination de 5 mètres. Abel ne pouvait pas s'empêcher d'être aux petits soins et de veiller sur le frêle petit hôte.
Le taxi démarra et Yuki lui donna l'adresse de sa résidence. Pendant que le paysage gris défilait, le brun se replongea dans ses pensées. Abel, la mafia, Kiba... tout ses problèmes rassemblés en un problème... Mais cette dure réalité était frappée par un sentiment amer et de frustration, il savait déjà qu'il n'avait aucune chance avec Kiba, pour maintes raisons mais là, c'était définitif. Abel avait confirmé ses soupçons qu'il avait toujours fait en sorte de refouler... Mais le brun avait l'habitude de vivre dans le fantasme et de mettre de côté ses soucis. Avec tout ce qu'il avait traversé, il allait s'en remettre. Quand on travaillait pour un tortionnaire comme Sugiura-sama, on pouvait tout affronter... d'ailleurs, c'est sans doute grâce à cette situation qu'il avait déjà renoncé à son beau Kiba depuis le début. Comment un type qui travaillait pour un clan ennemi pourrait avoir une liaison avec un homme de main du clan en question ? Et oui, dure réalité, mais si Kiba apprenait que Yuki travaillait pour le clan Sugiura en réalité, nul doute qu'il ne lui pardonnerait jamais... Kiba ressentait quelque chose pour le bel hôte, mais le grand manitou du clan Endô passerait toujours avant lui... Et oui, au final, seul Abel serait là pour lui... il avait fréquenter la mafia, mais fort heureusement, il n'était pas mêlé directement à l'un des clans, donc ça faciliterait les choses. Quoique, le plus simple eut été que le bel hollandais n'eut jamais connu ce monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aux petits soins pour un invité de marque [PV Yuki-san (PNJ)] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recption pour le baptême de Savannah [Libre]
» Quelques petits liens pour un futur Chris Hemsworth ?
» Tous sur les chevaux (repro., soin etc...)
» Petits cadeaux pour tous!
» Baptême de Jehanny Dubois et Carophélie Lord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Les Quartiers Résidentiels :: Les Lofts :: Loft d'Abel Saalfield-
Sauter vers: