Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Mer 22 Déc - 12:34

    Après quelques jours de vacances dans la capitale, j’étais revenu à Yuukoku plus fatigué que lorsque j’étais parti. Il fallait dire que j’avais passé beaucoup de temps dans les bars, dans les clubs de stripteases et autres night-clubs. Comment se reposer dans ces conditions ? Mais je ne regrettais pas ce court séjour. J’avais pu voir mes parents tous les jours et m’amuser avec mon meilleur ami Ranmaru qui était rentré au pays pour trois semaines. Avec son travail au pays de Shakespeare, il était difficile de le voir souvent. Heureusement, lorsqu’il revenait au Japon, je parvenais souvent à caler mes congés en même temps que les siennes. Ça nous permettait ainsi de nous voir et de passer de longs moments ensemble. Il m’avait confié qu’il fréquentait une fille, une Anglaise, mais que ce n’était pas vraiment sérieux entre eux. Tant mieux. Il ne manquerait plus qu’elle me pique mes rares moments avec lui ! Que ferions-nous sans nos virées entre célibataires ? Je n’étais pas pressé qu’il se trouve une petite amie. Quant à moi, de l’eau aurait coulé sous les ponts avant que ça ne m’arrive. J’aimais trop ma liberté pour me caser avec qui que ce soit.

    Après un mois de boulot, je m’offris un week-end détente. J’en avais vraiment besoin. Affalé sur mon lit double, je fixai longtemps le plafond. Je ne savais pas quoi faire. Je n’avais pas envie de rester moisir chez moi ce soir devant la télé, ni d’aller m’éclater en boîte de nuit. Il fallait que je trouve quelque chose entre les deux. Une sortie, mais tranquille, sans trop d’animation. Un bar ? Non, je n’étais pas vraiment d’humeur à faire de nouvelles rencontres. Un resto ? C’était un peu con d’y aller tout seul. Je poussai un long soupir avant de m’allumer une cigarette. Le nombre d’options s’offrant à moi diminuait de plus en plus. J’étais prêt à me résoudre à rester derrière un écran de télé ou d’ordi jusqu’à ce que je tourne la tête et pose mon regard sur un sac. Celui-ci ne m’appartenait pas. Il était à Kano. Depuis notre soirée ensemble avant mon voyage à Tokyo, nous ne nous étions pas revus. Ça faisait donc plus d’un mois et demi. Que le temps passait vite… Peut-être était-il temps de revenir dans sa vie pour l’embêter un peu. C’était un jeu qui me plaisait bien.

    Ma clope terminée, je me redressai sans grande motivation, même si j’avais trouvé mon programme de la soirée. Le petit frère Sugiura m’avait parlé d’un restaurant qu’il tenait. Avec un peu de chance, il s’y trouverait ce soir. Un rapide tour sur Internet me permit de dégoter l’adresse de l’établissement. Sans réelle surprise, je m’aperçus qu’il se situait dans un quartier assez luxueux. En tout franchise, un quartier que je ne fréquentais jamais. J’osais à peine le traverser pour me rendre autre part. Toutes ces boutiques et ces restaurants pour bourgeois… Ça me donnait presque la nausée. Mais Kano m’avait parlé d’un dîner donc jouer les pique-assiettes le temps d’une soirée n’allait pas me tuer. J’allais même bien me remplir le ventre si le propriétaire des lieux s’y trouvait. Mais avant de m’y rendre, un détail devait être réglé. A voir le site internet, c’était tenue classe exigée. Qu’est-ce qu’ils étaient chiants ces bourgeois avec leurs codes ennuyeux… Je fouillai dans mes placards à la recherche d’une tenue mettable. Je ne trouvai que le costume que j’avais porté lors de ce mariage auquel m’avait invité Tatsuki. Ça suffirait. Aux yeux d’un averti, ça se voyait qu’il avait été acheté dans un supermarché mais tant pis. Au moins je faisais l’effort de le mettre !

    Habillé pour l’occasion, j’étais fin prêt à partir. Je pris ma sacoche fourre-tout et le sac de vêtements que m’avait prêté le jeune Sugiura puis quittai mon appartement. Je descendis jusqu’au garage et rangeai mes affaires dans le petit coffre de ma moto noire. Connaissant plutôt bien la ville, je n’avais pas besoin de plan pour me rendre au restaurant. Ça faisait bien trois ans que j’étais flic à Yuukoku. A force d’intervenir ici-et-là, je connaissais bien les rues, même celles où on pensait qu’il n’y avait aucun trafic de drogues. Ce n’était pas parce que les bourgeois faisaient tout pour paraitre clean qu’ils avaient forcément le nez propre… Après être sorti du garage, je m’engouffrai sur la route et roulai en direction du restaurant dont le nom avait une consonance étrangère. Française peut-être, mais je n’étais pas sûr. Moi, à part le Japonais, je ne connaissais aucune autre langue, à part quelques mots d’Anglais, mais pas suffisamment pour former de belles phrases… Un quart d’heure sur la route me suffit pour me retrouver sur le parking du restaurant. Je descendis de mon fidèle destrier et pris ma sacoche dans le coffre. Inutile de m’encombrer du sac pour le moment. Par contre, même dans le coffre, il m’embêtait un peu. Je dus le tasser pour ranger mon casque. Une fois cela fait, je me présentai à l’accueil du restaurant, où l’on me posa la fameuse question…


    « Vous avez réservé ? »

    « Non mais je souhaiterai voir le patron. Pouvez-vous l’appeler je vous prie ? »


    Qu’est-ce que je n’avais pas dit là… Déjà que l’homme de l’accueil m’avait regardé de travers en me voyant arriver, là il me lança carrément un regard dédaigneux. Oui je n’avais pas un costume hors de prix. Oui je n’étais pas le client type de ce genre d’établissement. Mais ça ne m’empêchait pas de connaître le maître des lieux ! Qu’est-ce que ça pouvait m’énerver ce genre de préjugés ! Voilà pourquoi je détestais les bourgeois. Ils vous prenaient toujours de haut lorsque vous faisiez partie du « petit peuple ». Mais c’était grâce à qui qu’ils vivaient bien ? Grâce à nous ! S’il n’y avait pas des gens moins riches qu’eux, ils ne pourraient jamais se considérer comme « plus riche que… ». Et puis il fallait bien des gens pour faire le travail que les pauvres mains de ces richots ne pouvaient faire. Tant de pensées traversèrent mon esprit mais je gardai pour l’instant mon calme. Je n’allais pas créer un scandale dès mon arrivée ici. Ce serait rentrer dans le jeu de cet idiot habillé en pingouin.

    « Monsieur est là mais ne peut vous recevoir. »

    « Pourriez-vous au moins l’avertir que je suis là ? C’est important. »

    « Je suis désolé mais c’est impossible. »

    « Pourquoi ? Il est trop occupé à désamorcer une bombe pour venir cinq secondes à l’accueil ? »

    « Écoutez monsieur, n’insistez pas, le patron ne peut vous voir. »

    « S’il faut que j’aille dans son bureau ou en cuisine pour le voir, ça ne me pose pas de problèmes. Où est-il ? »

    « Si vous ne dînez pas ici, je vous prierais de bien quitter les lieux monsieur. Si vous insistez, je demanderais à la sécurité de vous évacuer. »

    « Ce serait tout de même grave d’en arriver là ! Je vous demande juste de prévenir le patron que je suis là ! Je ne vous demande pas la lune ! »

    « Sécurité ! »


    Avant même que je trouve la moindre chose à répliquer, je vis deux gorilles sortir de nulle part et se diriger vers moi. Non mais pour une fois que j’étais poli et gardais mon calme, du moins jusqu’à ma dernière remarque, je me faisais traiter comme un malpropre. Qu’est-ce que ça lui aurait coûté de passer un rapide coup de téléphone à Kano pour l’avertir de ma présence ? Il n’avait pas envie de se casser le cul pour un type comme moi, voilà tout. J’étais sûr que si j’avais sorti une belle liasse de billets il aurait fait l’effort de se déplacer lui-même pour aller chercher le patron. Mais je n’étais malheureusement pas de la même classe que les clients qui dînaient dans la salle derrière et, par conséquent, j’avais simplement le droit de me faire virer par deux hommes à la musculature imposante. En les voyant s’approcher dangereusement de moi, je fus pris d’une folle envie de les contourner et de courir vers les cuisines. Sauf que je ne savais pas où celles-ci se trouvaient, et surtout que les King Kong, malgré leur masse importante, se déplaçaient assez vite pour me rattraper à peine eussé-je bougé le petit doigt.

    « Non mais c’est bon ! Je sais où se trouve la sortie ! Je peux m’y rendre tout seul ! » m’écriai-je, les bras écrasés dans les étaux qui servaient de mains aux gorilles. Heureusement, mon sauveur vint à ma rescousse…


_________________


Dernière édition par Kiba Tenkai le Sam 1 Jan - 18:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Mer 22 Déc - 15:55


Une soirée comme les autres ou presque... Kano jonglait entre sa vie estudiantine, son boulot en tant que second et sa casquette de patron de restaurant. Dans le premier cas, il était débarrassé de ses examens semi-semestriels, dans le second cas, il avait été un peu mis de côté par son frère qui lui avait préféré Ren pour la gérance de quelques affaires. Parfois, la grande intelligence de Kano n'était pas suffisante pour comprendre le fonctionnement de son frère. Il était Wakagashira mais pourtant, ses fonctions n'étaient pas celles d'un second. Tatsuki faisait-il cela pour le protéger ou parce qu'il s'était senti obligé de le nommer à ce poste, mais qu'il ne lui faisait pas confiance ? Inutile de préciser que ce flux de pensées déplaisantes minaient Kano. Il était tonton depuis quelques jours, mais là aussi, cette naissance ne lui disait rien qui vaille. En oncle modèle, il avait gâté le petit Kaname mais il ne savait pas si cette naissance rimait avec plus gros fossé entre son frère et lui... Il ne lui restait donc que le restaurant pour s'occuper. Il avait trois semaines de vacances et aucune personne qu'il avait envie de voir durant ce laps de temps. Il partagerait son temps entre mafia et restaurant. Il serait bien parti à l'étranger mais ça aurait été vu d'un mauvais œil par son frère qui était jeune papa...
Le restaurant était bien rempli ce soir, mais pas trop et c'était tant mieux. Avec un peu de chance, il fermerait plus tôt. Le riche gratin de Yuukoku devait passer ses vacances au ski ou dans le lieu branché du moment. Le jeune Sugiura terminait les nouvelles cartes. Qui disait nouvelle année, disait nouveaux choix de menu. La mode était à la viande rouge.
Après avoir examiné les plaquettes proposées par les cuisiniers, il décida de se rendre en salle ou plutôt de regarder discrètement de l'étage les clients. Il était tiré à quatre épingles comme d'habitude mais un homme important comme lui n'allait pas se rabaisser à venir en salle saluer les clients. Il le faisait lorsqu'il y avait des personnes vraiment importante pour la pub, mais ce soir ce n'était pas le cas.
Toutefois, rester perché devenait ennuyeux. Kano n'allait sans doute pas trop s'attarder ce soir, mais que faire ? S'il rentrait à la résidence, il y avait peu de chance que Tatsuki soit présent... Le jeune adolescent descendit de sa tour d'Ivoire pour se rendre en salle en fin de compte. Il souriait hypocritement aux cadres et PDG présents. Quelle bande de cons... Faisant la tournée de la salle, il s'approcha de l'entrée afin de vérifier le listing des réservations. Si aucun acteur ou politique venait ce soir, il rentrerait chez lui. Mais une voix l'interpella.


« Ce serait tout de même grave d’en arriver là ! Je vous demande juste de prévenir le patron que je suis là ! Je ne vous demande pas la lune ! »

Le patron ? Qui voulait donc le voir ? Un peu curieux il s'approcha de cette voix. Les deux gorilles masquaient en partie la vue mais cette voix valait la peine qu'il se déplace. Elle lui rappelait quelque chose.

« Non mais c’est bon ! Je sais où se trouve la sortie ! Je peux m’y rendre tout seul ! »

C'était Kiba. Il n'avait été visiblement pas bien accueilli... avec son costume de marché. Kano s'appuya contre le mur et ne pu s'empêcher de sourire. Le maître d'hôtel s'inclina vers lui et s'excusa par peur que ce vacarme ait incommodé son patron.

« Pardonnez cette intrusion monsieur, nous nous en occupons... cet homme qui ne connait pas les règles de la société prétendait vous connaître...»

Kano resta de marbre les bras croisés.

"Je ne le connais pas..." (silence puis éclats de rire) "Je plaisante, c'est en effet l'une de mes connaissances. Il connaît également mon frère, laissez-le entrer."

Assez surpris, les vigiles s'écartèrent. Le maître d'hôtel s'inclina vers le blond.

«Pardonnez mon impudence monsieur. J'ignorais que vous étiez un ami du patron. »

Kano prit le blond par le bras et le tira vers lui. Lui, qui pensait s'emmerder ce soir, allait en fin de compte pouvoir s'amuser. Messire Kiba avait daigné venir le voir.
Petit sourire ironique au coin des lèvres, il fit signe à Kiba de le suivre. Il était de très bonne humeur tout d'un coup. Il semblait avoir totalement oublié que la dernière rencontre avec le blond avait été quelque peu compliquée...

"Je ne m'attendais pas à te voir ici... dans un si beau costume ! Si t'as pas mangé, ça te dit de te joindre à moi ? J'étais sur le point de partir mais puisque tu es là !"

Il ne se posait même pas de question sur les raisons qui avaient amené Kiba ici et peu importe. Il avait décidé qu'il se joindrait à lui. Cette soirée avait début comme les autres, mais elle serait différente des autres. Kano ne se posait pas de question quant à la venue de Kiba, il savait seulement que son "ami" saurait le divertir. Avec Kiba, les choses ne se déroulaient jamais comme prévues et c'est ça qui était terriblement excitant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Mer 22 Déc - 21:24

    J’eus beau me débattre, ça ne servait strictement à rien avec ces deux armoires à glace qui m’entouraient. Où est-ce que Kano les avait recrutés ceux-là ? Ils n’étaient pas humains ! Mais alors que je m’étais résigné à ne plus résister, je sentis l’emprise des deux gorilles se relâcher sur mes bras. Trop occupé à me défendre en vain, je ne m’étais pas aperçu que quelqu’un nous avait rejoints dans l’entrée. Il s’agissait de mon sauveur ! Kano, peut-être alerté par le vacarme que j’avais causé, était venu se joindre à nous et avait apparemment demandé à ses chiens-chiens de me lâcher. Tout en restant digne, je passai mes mains sur les manches de ma veste pour la défroisser. Elle ne m’avait pas coûté bien cher mais j’y tenais tout de même. Il s’agissait de mon seul costume pour les grandes occasions et je n’avais pas envie d’investir dans un nouveau, de grande marque ou de supermarché d’ailleurs. Mais je n’avais pas honte de le porter. Je gardai la tête haute, même habillé comme un manant en ces lieux, et regardai le maître d’hôtel me faire des courbettes pour s’excuser.

    « Pardonnez mon impudence monsieur. J'ignorais que vous étiez un ami du patron. »

    « Ce n’est pas grave mon brave. Tout le monde n’est pas censé connaître les "règles de la société"… »
    dis-je en me permettant de lui tapoter le torse.

    Prends ça dans les dents sale con ! Si je n’avais pas été un ami du patron, je ne serais pas venu me ridiculiser dans un établissement de haut standing. J’aimais déconner mais il y avait des limites tout de même. Toujours avec mon air snob, je laissai les deux gorilles et l’homme pingouin à l’accueil et suivis Kano dans le restaurant. Je n’avais pas eu le temps d’admirer la décoration de l’entrée mais là, j’en profitai pour regarder les moulures et autres statues ornant les murs du palace. Je n’étais pas fin connaisseur d’art mais ça avait l’air d’être dans le style français. C’était beau mais pas vraiment à mon goût. J’étais Japonais que voulez-vous ! Sans Bouddhas, maneki neko et autres dragons, j’étais perdu moi ! Mais bon, je devais avouer que la décoration française des lieux prouvait que l’addition devait être très salée à la fin du repas. Heureusement que j’étais « un ami du patron ». Ça me permettrait de manger à l’œil dans l’un des plus chers restaurants de la ville ! Le repas serait sans doute encore plus luxueux que celui du mariage au casino…


    "Je ne m'attendais pas à te voir ici... dans un si beau costume ! Si t'as pas mangé, ça te dit de te joindre à moi ? J'étais sur le point de partir mais puisque tu es là !"

    « C’est pour manger que je suis venu. Tu m’avais parlé la dernière fois de venir manger dans ton restaurant donc me voilà, dans mon plus beau costume. »


    Pas besoin de cacher mon côté pique-assiette, Kano l’avait découvert à ce fameux mariage. Quant à mon costume, je ne mentais pas, c’était le plus beau que j’avais. Enfin, le seul donc forcément le plus beau. Mais comparé à celui que portait le maître des lieux, il faisait vraiment miteux. Je n’osai pas vérifier mais je ne serais pas choqué d’apprendre que celui de Kano était de marque italienne. Je n’étais pas trop porté sur le luxe – pour la simple raison que mon porte-monnaie ne pouvait pas suivre et que ça ne servait à rien de se faire du mal – mais pouvoir s’habiller chez les plus grands couturiers ne me déplairait pas tellement. J’adorais les fringues. D’où mes grands placards d’ailleurs, que j’avais préférés à une salle de bain avec baignoire. Par certains côtés, je jalousais un peu Kano. Il pouvait se faire plaisir souvent avec tout le fric qu’il avait. Mais de l’autre, c’était parfois bien de trimer pour mériter ce qu’on s’achetait… Mouais, c’était la philosophie des pauvres ça… Je retirais donc ce que je venais de dire. Ça n’avait que des bons côtés d’être riche. J’étais donc prêt à prendre la richesse de Kano, mais à lui laisser le pouvoir et la célébrité. C’était trop chiant pour moi ça.

    « Je m’attendais à un restaurant luxueux mais là… Ça change de mon petit resto de nouilles près du commissariat que je fréquence le midi. Par contre, niveau amabilité, y’a à redire. Pareil pour les gens qui le fréquentent… » lançai-je, sachant pertinemment que Kano connaissait mon opinion sur les bourgeois bourrés de fric.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Mer 22 Déc - 23:29


Kiba suivit le jeune Sugiura sans trop la ramener pour une fois, ou presque. Après tout, Kiba était né Kiba, on ne pouvait pas le changer.

« C’est pour manger que je suis venu. Tu m’avais parlé la dernière fois de venir manger dans ton restaurant donc me voilà, dans mon plus beau costume.»

Kano sourit puis ne put s'empêcher de glousser. Ce qu'il aimait en cet enfoiré de Kiba, c'était cette façon très à lui de se tourner en dérision, pourtant, il était loin de paraître ridicule. Ce type à la grande gueule qui venait de se faire malmener comme un chien malpropre, gardait cependant toute sa classe.

"Hmph... ce n'est pas le costume qui fait l'homme..."

Un compliment masqué ? Assurément... Mais il n'allait pas trop s'attarder à cela, il ne voulait pas paraître gentil envers Kiba et surtout ridicule. Mais, il pensait ce qu'il avait dit. L'habille ne faisait pas le moine et il était bien placé pour le savoir. Dans son monde, tout était apparence et les pires pourris étaient bien ceux qui étaient ornés de toute sorte de richesse. Si ces richesses masquaient en apparence leurs âmes putrides, on s'apercevait très vite de leur vraie valeur. Kiba n'avait rien ou presque mais il était sincère, un peu trop des fois. Il était arrogant, grande gueule et beau parleur et il agaçait Kano au plus haut point. Mais au-delà de ça, l'adolescent l'affectionnait sans savoir pourquoi...

«Je m’attendais à un restaurant luxueux mais là… Ça change de mon petit resto de nouilles près du commissariat que je fréquence le midi. Par contre, niveau amabilité, y’a à redire. Pareil pour les gens qui le fréquentent… »

Et celui qui le possède sans doute. Les riches étaient chiants et pompeux pour la plupart, alors pourquoi le contredire ? M'enfin, les pauvres étaient aussi emmerdants, toujours à se plaindre et tellement limités dans leurs moyens. Heureusement que le petit flic savait se montrer distrayant. Les deux hommes se rendirent à l'étage qui était fermé ce soir. C'était un avantage de connaître le patron d'un restaurant. Ils prirent ensuite place à une table.

"On pourra dîner en tête à tête, en plus t'as une belle vue sur tes amis les riches !"

Kano savait que le blond émettait quelques réserves sur les riches mais il en fréquentait tout de même, comme quoi, il ne mettait pas tout le monde dans le même sac. C'était aussi le cas pour Kano et les flics. Depuis qu'il connaissait Kiba, il était comment dire, moins réticent envers ce corps de métier, mais ce n'était pas pour cela qu'il lui attribuerait sa confiance. Un serveur arriva sans plus attendre et tendit deux cartes. Il apporta ensuite une bouteille de vin blanc.

"Moi, ce sera une tagliatelle au saumon"


Le choix était vite fait pour lui, inutile de consulter la carte. Il laissa Kiba scruter la carte en détail afin de choisir ce qu'il voulait gratter ou plutôt manger.

"Je t'invite, prends tout ce qu'il te plaît !"

Il accompagna sa remarque d'un petit sourire histoire de garder l'ascendant sur le blond. C'était amusant et à la fois irritant. Kiba ne se cachait pas de sa situation de fonctionnaire moyen et fauché et il n'avait nulle honte. Kano prenait grand plaisir à rabaisser les gens comme lui et c'était plutôt amusant, mais il en fallait plus pour troubler le blond. C'était même devenu un jeu pour les deux. Le jeune Sugiura se permit le luxe d'allumer une cigarette, c'était aussi un passe-droit uniquement pour les VIP.

"Alors, ça fait un bye ! Dis-moi, qu'as-tu fait durant ces dernières semaines, à part penser à moi jveux dire ?! Je suis sûr que je t'ai manqué !"

Autant entrer directement dans le vif du sujet ou plutôt dans le jeu. Beaucoup de choses s'étaient passées dans la vie de Kano. Ce n'était sans doute pas le cas chez monsieur le flic qui avait dû patrouiller chez les drogués.

"Hmm, si tu es viande, je te conseille les Penne et l'Osso-buco, c'est le plat du jour... y a aussi des spécialités françaises... "

Kiba n'était pas du grand monde, mais il devait sans doute connaître pas mal de choses vu qu'il était un serial pique-assiette. Avec Tatsuki, il avait dû "voir du pays". Une fois la commande passée, Kiba alluma à son tour une cigarette et dégusta le vin apporté par le serveur. Il allait devenir un fin gourmet à force de fréquenter les Sugiura, mais il ne fallait pas qu'il s'y habitue trop.

"Alors, sincèrement, je doute t'avoir manqué. Qu'est-ce qui t'a amené ici ? Tu t'ennuyais tant ? Ou t'avais plus rien dans ton frigo..."

Si Kano était trop gentil ou trop correct ce soir, il ennuierait Kiba. Il devait donc rester égal à lui-même et envoyer quelques pics de temps à autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Jeu 23 Déc - 12:37

    "Hmph... ce n'est pas le costume qui fait l'homme..."

    Oh… Un compliment ? Ça m’en avait tout l’air. C’était si rare de la part de Kano, surtout à mon égard. Je préférai donc me taire, pour le savourer. Mais je ne pus tout de même pas réprimer un léger sourire. Si le petit frère Sugiura disait ça, c’était qu’il le pensait vraiment. Il n’était pas genre à mentir, ou alors s’il le faisait, c’était pour rabaisser la personne. Même s’il avait du mal à l’admettre, il m’appréciait. Il ne prendrait pas la peine de dîner en ma compagnie et surtout de m’inviter dans son luxueux restaurant dans lequel l’addition devait surpasser mon salaire mensuel. Kano avait beau jouer les sales merdeux, il était tout de même attachant. Il suffisait de creuser un peu sous sa carapace d’arrogance pour trouver un jeune homme comme les autres, avec ses qualités comme ses défauts. Au fil de nos moments passés ensemble, j’avais appris à le connaitre un peu. Certes, le jeune Sugiura me réservait sûrement beaucoup de surprises mais le peu que j’avais découvert me plaisait bien. C’était rare que je m’attache à quelqu’un. Peu de personnes étaient dans ce cas en fait. La dernière personne que j’avais appris à apprécier était une jolie journaliste américaine. A croire que je ne m’attachais qu’aux étrangers…

    En suivant le maître des lieux, je me retrouvai à l’étage. Il n’y avait personne d’autre que nous. Apparemment, l’étage était fermé ce soir à la clientèle et ne devait servir que pour les grandes occasions. Et bien, j’étais pris pour un prince pour avoir ce privilège. A moins que Kano n’ait honte de manger à ma table, ce qui ne serait pas surprenant. Peut-être finirait-il par me le cracher à la figure à un moment bien choisi, histoire de me rabaisser un peu. C’était notre jeu ça, rabaisser l’autre. Mais parfois, j’avouais aller trop loin. Ça avait été le cas lors de notre dernière soirée passée ensemble. Je l’avais comparé à son grand frère, Tatsuki, et je n’aurais pas dû. Ça n’avait pas été correct et, de plus, je ne pensais pas du tout ce que j’avais bien pu dire. Kano était bien plus intéressant que son aîné. Voilà pourquoi je m’accrochais à lui alors que j’avais complètement laissé tomber Tatsuki (même si en réalité, c’était lui qui m’avait lâché, mais je préférais dire le contraire, par fierté…).


    "On pourra dîner en tête à tête, en plus t'as une belle vue sur tes amis les riches !"

    « Oh… Et on peut leur lancer du pain pour les nourrir ? »


    Sourire aux lèvres, je pris place à table, en face de Kano. Je tournai un instant la tête pour regarder en bas. Tout le monde mangeait et discutait tranquillement. Personne ne pensait lever la tête en notre direction. Tant mieux. Pour une fois, je n’avais pas envie de me donner en spectacle et préférais rester dans mon coin. Ce soir, je désirais passer un moment tranquille. Mais serait-ce le cas avec Kano ? Le jeune homme pouvait parfois être prise de tête, comme la dernière fois d’ailleurs. Le coup du « baise-moi ou je me trouve un autre type qui fera l’affaire » m’avait grave saoulé. Heureusement, l’idée semblait lui être passée. Du moins, je l’espérais. Je ne l’avais pas vu depuis pour m’en assurer. Certes, il faisait ce qu’il voulait avec son corps mais au fond, ça m’ennuierait qu’il s’envoie en l’air avec un homme. Avec une femme, ça me gênait moins mais avec un homme… Je ne savais pas comment expliquer ce sentiment. Peut-être était-ce cette envie de jouer le grand-frère qui montait en moi. Je n’en savais rien et je n’avais pas envie d’y penser pour le moment. Un serveur venait de nous apporter les cartes et j’allais pouvoir choisir ce que j’allais manger ce soir.

    "Moi, ce sera une tagliatelle au saumon… Je t'invite, prends tout ce qu'il te plaît !"

    J’esquissai un léger sourire tout en me plongeant dans la lecture de la carte. Je comptais bien qu’il m’invite, il ne manquerait plus que ça ! Je ne serais pas venu sinon, je n’en avais pas du tout les moyens. Alors, puisque Kano m’autorisait à prendre tout ce qui me plaisait, je n’allais pas me priver. Je n’avais aucune honte de ce côté-là de profiter de la fortune d’un autre. Ce n’était pas comme si je demandais une voiture ou un immeuble. Un repas, aussi coûteux soit-il, n’allait pas ruiner Kano. Il y aurait sûrement peu de différences sur son compte en banque, tandis que sur le mien, je serais sûrement dans le négatif si je payais l’addition. Je n’avais aucune honte de l’avouer, ni aucune fierté d’ailleurs. Je ne volais sur l’or, certes, mais je ne m’en vantais pas. Je préférais le prendre en dérision. Si je devais me lamenter sur mon sort et me plaindre aux autres, je n’en avais pas fini. En plus, ça ne me ressemblait pas.

    "Alors, ça fait un bye ! Dis-moi, qu'as-tu fait durant ces dernières semaines, à part penser à moi jveux dire ?! Je suis sûr que je t'ai manqué !"

    « Horriblement manqué. J’ai eu du mal à survivre. »
    mentis-je pour entrer dans le jeu de mon « ami ».

    "Hmm, si tu es viande, je te conseille les Penne et l'Osso-buco, c'est le plat du jour... y a aussi des spécialités françaises... "

    « Ça ne me dit trop rien… Hum… Pour moi, ce sera rôti de porc farci au foie gras truffé, avec son accompagnement de haricots verts. »


    Kano m’avait dit que je pouvais prendre TOUT ce que je voulais alors ce serait quelque chose avec du foie gras de luxe. Ça ne devait pas être mauvais. En tout cas, le prix de ce plat était assez élevé. Le foie gras avait dû être importé de France. En plus, les truffes contenues dedans ne devaient pas être données. Je savais que ces champignons étaient très chers, pour une raison inconnue pour moi. Tout ce que je savais, c’était que j’allais enfin y goûter sans me ruiner ! Fier de moi, je bus une gorgée de vin, qui ne devait pas être du premier prix. J’allais vraiment être traité comme un prince ce soir. Je ne regrettais pas d’être venu. Par contre, j’étais certain que Kano allait me réserver quelques surprises et tenterait de m’embêter. Qu’il essaye ! Comme d’habitude, ça allait m’amuser. Il était difficile de trouver mes points sensibles et de me titiller.

    "Alors, sincèrement, je doute t'avoir manqué. Qu'est-ce qui t'a amené ici ? Tu t'ennuyais tant ? Ou t'avais plus rien dans ton frigo..."

    « Les deux. Et puis j’avais des affaires à te rapporter. Elles sont dans le coffre de ma moto. J’aurais peut-être dû te les rapporter plus tôt mais depuis que j’ai repris le boulot, je n’ai plus une minute à moi. Mais je doute que Tatsuki en ait eu besoin durant ce temps. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Jeu 23 Déc - 17:06

La petite remarque au sujet du pain du pauvre et des riches fit rire le jeune Sugiura. Même s’il aimait être du genre à pourrir l’ambiance en sourcillant sur des blagues douteuses, cette fois-ci, c’était trop marrant pour feindre l’ennui. Kano ne regrettait pas que son cher « ami » soit venu ce soir. Grâce à lui, il ne passerait pas une soirée à ruminer.

« Ça ne me dit trop rien… Hum… Pour moi, ce sera rôti de porc farci au foie gras truffé, avec son accompagnement de haricots verts. »

« MOSIEUR » s’y connaissait. Nul doute qu’il avait dû avoir des amants ou des maîtresses raffinés. Ce séducteur avait un palmarès de conquêtes impressionnant à son actif même s’il ne s’en vantait pas. L’œil d’un « non intéressé par la chose » comme Kano ne s’y trompait pas. Le serveur s’inclina et se retira pour prendre commande. Les deux hommes dégustèrent leur verre de vin, Kano le fit du bout des lèvres car il n’avait pas l’intention de se saouler ce soir. Ou t'avais plus rien dans ton frigo..."

« Les deux. Et puis j’avais des affaires à te rapporter. Elles sont dans le coffre de ma moto. J’aurais peut-être dû te les rapporter plus tôt mais depuis que j’ai repris le boulot, je n’ai plus une minute à moi. Mais je doute que Tatsuki en ait eu besoin durant ce temps. »

Il était clair que non. D’ailleurs, Kano avait lui-même oublié ce petit détail, mais leur soirée, comment l’oublier ? Ça avait été relativement chaotique pour lui. Il était dans l’un de ses moments de faiblesse et de fragilité… comme il détestait cela ! Il perdait toute fierté et tout sens de la réalité au cours de ses petites crises… quelle humiliation de ressembler à un être humain. Le jeune Sugiura aimait se placer au-dessus de ses pairs et ne montrer aucune faille, même si ce n’était qu’en apparence. Mais, malheureusement, Kiba avait vu ce côté pathétique de sa personne et il lui en voulait un peu pour ça… Mais, contrairement à ce qu’il aurait pensé, le blond si insolent ne s’était pas moqué de lui, au contraire… il l’avait tout de même rabaissé en le repoussant et en le comparant à son frère, mais très vite, il s’était comporté lui-même comme un grand frère. Kano l’avait détesté pour cela. Attirer la pitié, quelle faiblesse… Il le haïssait mais il était heureux de le voir. Mais, pourquoi ? Dire qu’il avait occupé ses pensées aurait été un gros mensonge, mais l’inverse aussi… il avait de temps à autre repensé à cette fichue soirée… Ce qu’il y avait entre Kiba et lui était assez trouble. Il ne le considérait pas comme un insecte, mais il ne voulait pas non plus le mettre sur un piédestal. Il lui accordait une infime importance, mais même cela, c’était trop… Il savait pertinemment que Kiba « traînait » avec lui par ennui et par intérêt. Il le voyait comme un gamin pompeux. Kano poussa un soupir et haussa les épaules.

"Non, il n’en n’a pas besoin. D’ailleurs, je ne pense pas qu’il les réclame un jour, t’aurais pu les jeter…"

Ça faisait encore sans doute discours de riche mais peu importe. Ces vêtements étaient restés dans la penderie depuis des mois et si Tatsuki ne les avait pas récupéré, c’est qu’il n’en voulait plus. Si c’était le cas inverse, Kano n’aurait pas prêté ces vêtements.

"En ce moment, on est tous plus ou moins occupé, y compris mon frère. Il est papa maintenant…"

Une façon de dire au blond qu’il était OUT. Il le savait déjà c’était clair, mais au moins il était fixé maintenant. C’était sans doute pour en être sûr que l’adolescent souligna ce dernier point. Kiba devait de toute façon le savoir, il avait beau être un playboy de pacotille, il n’en n’était pas moins, intelligent. Le jeune homme termina son verre avant de le poser et de sourire en regardant Kiba de haut en bas.

"Je serais curieux de voir ce qu’un type en costard donne sur une moto… ça doit avoir de la gueule !"

Il imaginait bien l’image. Kiba dans un costard d’opérette à bord de son bolide. Vu comme ça, ça pourrait paraître ridicule, mais Kano était sûr que ce n’était pas le cas. Ce type lui était inférieur en tout point, mais il se débrouillait pas mal pour un cafard, rien à voir avec les sangsues habituelles qui passaient dans le lit de son frère. Le serveur arriva enfin avec les plats. Le chef avait dû avoir vent des destinataires de la commande, du coup il avait mis les bouchées doubles pour ne pas faire attendre son patron et son ami. La présentation des plats étaient impeccables. Kano qui était assez gourmand ne se fit pas attendre pour déguster ses tagliatelles au saumon.

"Régale-toi ! C’est pas tous les jours que monseigneur doit manger des truffes !"

Et ce n’est pas Kiba qui dirait le contraire. Son bon coup de fourchette confirma que le fonctionnaire découvrait pour la première fois un tel met.
Les minutes qui suivirent furent calmes. Les deux hommes, surtout Kiba, savouraient leur plat dans un silence quasi-religieux. On pouvait même entendre les riches pompeux discutailler et rire.

"Alors, monsieur le policier avait beaucoup à faire en ville ? Je suppose que t'as arrêté des méchants, mais que ça ne t'a pas empêché de faire la fête pour autant, hein ?"

Kano commençait un peu à cerner Kiba. C'était pas difficile en même temps : un célibataire branché, assez belle gueule, qui avait le goût pour la fête au point de vider son salaire en fréquentant les discothèques et qui jetait son dévolu à gauche et à droite. Enfin, pas sur tout le monde, puisque lui, n'était pas son genre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Jeu 23 Déc - 22:30

    "Non, il n’en n’a pas besoin. D’ailleurs, je ne pense pas qu’il les réclame un jour, t’aurais pu les jeter…"

    Je ne pus m’empêcher de lâcher un soupir. Jeter des vêtements de grandes marques… C’était bien un discourt de richot ça. Franchement, s’il n’en voulait pu, j’étais là pour le débarrasser. Ça me ferait tellement plaisir de l’aider à vider ses placards. Quoique… Porter les vêtements de Tatsuki ne me plaisait pas trop. C’était assez humiliant. Je n’avais aucune honte à me faire inviter dans un restaurant luxueux mais porter les vêtements haute couture d’un autre, c’était autre chose. J’allais donc les rendre à Kano, ou les jeter, bien que cette dernière alternative ne me plaisait pas. Peut-être pourrais-je en tirer un bon prix en les revendant ? A voir. Au moins ça me permettrait de me faire un petit peu d’argent de poche. C’était mieux de revendre des vêtements de riches que de la drogue après tout. J’en avais marre de dealer. J’en avais marre aussi de dépenser mon argent dans les entrées de boîte de nuit ou dans les bars. A vrai dire, je me lassais de beaucoup de choses en ce moment et pour être franc, ça me faisait peur. Aurais-je trouvé la sagesse ? Aurais-je atteint l’âge où il fallait arrêter de s’amuser ? J’espérais que non. Le coup de vieux sinon… Et la nouvelle de Kano n’arrangea rien.

    "En ce moment, on est tous plus ou moins occupé, y compris mon frère. Il est papa maintenant…"

    « Tatsuki, papa… J’ai du mal à y croire. »


    Tatsuki avait pratiquement le même âge que moi, même un peu plus jeune je crois, et il était déjà papa. Cette pensée me fit le même effet qu’une claque en pleine figure. Tatsuki, le coureur de jupons, l’homme arrogant et me ressemblant le plus, avait maintenant un gamin. Ça me faisait un choc quand même. Était-ce parce qu’il était encore trop jeune pour fonder une famille ? Ou bien parce que moi, j’étais loin d’être père ? Aucune réponse ne me vint à l’esprit. Et au final, c’était sans doute mieux que je ne me prenne pas la tête avec cette histoire. Chacun vivait sa vie comme il l’entendait. J’étais encore jeune et plein de vie. J’avais encore du temps devant moi pour avoir des gamins. La preuve, je ne me sentais pas encore prêt. J’aimais ma vie de célibataire endurci qui préférait les aventures d’un soir à une histoire sérieuse. C’était moins prise de tête.

    "Je serais curieux de voir ce qu’un type en costard donne sur une moto… ça doit avoir de la gueule !"

    « Je t’offrirai la possibilité de le vérifier tout à l’heure si tu veux. Je n’y ai pas vraiment pensé à vrai dire. J’ai tellement l’habitude de rouler avec ma moto que je ne me demande pas si ma façon de m’habiller va avec. »


    A part ma moto, je n’avais aucun autre moyen de déplacement. Les seules voitures que je conduisais étaient celles du commissariat et je les utilisais par obligation. Si je le pouvais, je roulerais toujours en moto, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige, même si dans ce dernier cas, j’évitais de sortir. Pas parce que j’avais peur de me blesser mais parce que je ne désirais pas glisser et abimer ma chère bécane. C’était mon bijou, ma chérie, mon bébé. J’y tenais comme à la prunelle de mes yeux. Peu de personnes comprenaient cela mais je les emmerdais. Certains bichonnaient leur voiture ou leur maison. Moi c’était ma moto. Chacun son truc. Et en plus de ça, la moto était une passion pour moi. On avait plus de liberté qu’avec une voiture et puis, il fallait avouer que le style « motard bad boy » me correspondait bien.

    "Régale-toi ! C’est pas tous les jours que monseigneur doit manger des truffes !" me lança Kano lorsque le serveur nous apporta nos plats.

    « Détrompe-toi ! Les truffes, c’est matin, midi et soir, voire même en pleine nuit lorsque j’ai un p’tit creux. »

    C’était beau de rêver. Mais en tout cas, mon rêve de manger du foie gras et des truffes allait devenir réalité. J’en avais l’eau à la bouche rien qu’en humant la délicieuse odeur s’élevant de mon assiette. Après un rapide « itadakimasu », je commençai à découper ma viande et à goûter. C’était… C’était… Un pur délice. Le paradis sur Terre. Presqu’aussi bon qu’un orgasme. J’avais tellement l’habitude de bouffer des plats préparés en barquette ou des nouilles en boîte que j’en avais perdu celle de manger de bons plats préparés avec soin. En plus, ce plat n’était pas comme les autres. Il valait extrêmement cher. Raison de plus pour le savourer. Un silence s’installa à table durant quelques minutes mais il ne me dérangea pas, bien au contraire. Je pouvais pleinement prendre plaisir à manger un repas digne de ce nom et découvrir la grande cuisine française.

    "Alors, monsieur le policier avait beaucoup à faire en ville ? Je suppose que t'as arrêté des méchants, mais que ça ne t'a pas empêché de faire la fête pour autant, hein ?"

    « A vrai dire, depuis que je suis revenu de Tokyo, je me suis calmé niveau sorties. Je m’en lasse un peu à vrai dire. J’espère juste que je ne deviens pas trop vieux pour ça. A ce train-là, je vais me mettre à faire des mômes comme ton frère ! D’ailleurs, ça fait quoi d’être tonton ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Ven 24 Déc - 15:48



Difficile d'imaginer Tatsuki papa en effet, mais pourtant, c'était bien réel. Non pas que Kano n'avait jamais imaginé ce moment, il le fallait bien un jour ou l'autre pour le clan, mais si tôt... Et tout ça, c'était à cause de cette garce de Cassandre. Une traînée comme elle devait être habituée à utiliser les moyens de contraception mais comme par hasard, avec un beau parti comme Tatsuki, elle l'avait oubliée. C'était comme ça que le jeune Sugiura voyait la situation. Mais, ce qui était fait était fait et puis, il semblait que Tatsuki était maintenant heureux. Ce gamin comblerait-il le vide que Tatsuki avait en lui ? Kano avait visiblement échoué.

« Je t’offrirai la possibilité de le vérifier tout à l’heure si tu veux. Je n’y ai pas vraiment pensé à vrai dire. J’ai tellement l’habitude de rouler avec ma moto que je ne me demande pas si ma façon de m’habiller va avec. »

Kano sortit de ses pensées sombres. Il n'allait pas pourrir sa soirée en repensant à des choses déplaisantes, surtout que ses pensées devaient normalement être joyeuses. Il termina sa bouchée de tagliatelle avant de s'essuyer délicatement la bouche avec sa serviette.

"Ouais, bonne idée. On aurait l'air de deux mannequins classes sur une moto... enfin, surtout moi !"

Il esquissa un sourire avant de lever son verre en direction du blond. Ce n'est pas comme s'il mentait. Il était assez beau avec son costume de haute couture... Il avait hâte de parcourir la ville accroché au blond, ce serait une façon de se divertir un peu. Les choses simples étaient parfois les meilleures et c'était surtout la compagnie qui comptait. Il pouvait louer un hélicoptère ou faire des choses de millionnaires, mais si les gens qui l'accompagnaient étaient pompeux, aucune chance qu'il s'amuse. D'ailleurs, ces derniers temps, même Keiji l'ennuyait. Sans doute parce que cet imbécile ne jurait que par Kaname... à croire que c'était lui son oncle.


«A vrai dire, depuis que je suis revenu de Tokyo, je me suis calmé niveau sorties. Je m’en lasse un peu à vrai dire. J’espère juste que je ne deviens pas trop vieux pour ça. A ce train-là, je vais me mettre à faire des mômes comme ton frère ! D’ailleurs, ça fait quoi d’être tonton ? »

Qu'est-ce que ça lui faisait ? Bonne question. Plusieurs sentiments l'animaient mais il ne voulait SURTOUT pas mettre un nom dessus. En voyant le petit bonhomme d'une cinquantaine de centimètre il avait été un peu... ému... touché... content et en même temps, déçu... plein d'amertume et de haine ? Ce sentiment sans nom qu'il ne voulait pas évoqué, était-ce la jalousie ? Comment LUI, pouvait être jaloux ? Et d'un môme en plus, quelle honte... Au-delà de ça, Kaname était un Sugiura, il avait son sang, ses gênes. Il l'avait gâté comme tout tonton digne de ce nom.


"C'est bien... je suis un oncle, bien..."


Il n'ajouta rien de plus à sa phrase ambiguë. Kiba pouvait l'interpréter comme bon lui semblait. Kano poussa son assiette, marquant ainsi sa fin de repas. Cette question avait suffit à elle seule à ce qu'il soit repu.

"Donc, t'es allé à Tokyo ?"

Autant changer de discussion, il n'avait pas envie de parler famille ce soir, ni de s'exposer. Kiba était donc parti quelques jours à la capitale, ça expliquait qu'il n'ait pas donné de nouvelles, même si rien ne l'aurait obligé à le faire, même s'il était resté sur Yuukoku. Il était sans doute aller voir de la famille, même si c'était difficile de l'imaginer faire ce genre de chose, ou alors, il était parti en escapade avec une conquête. Kano imaginait plutôt cela. Il fit signe au serveur pour qu'il vienne débarrasser. Autant ne pas rester des heures avec une assiette à moitié vide.

"J'aurais du mal à imaginer Kiba-san devenir aussi sage. Non, tu deviendrais vraiment chiant en papa rangé. Mais j'ai aussi du mal à imaginer que TOI, tu as renoncé aux sorties... Oh oh, c'est toi ou t'es possédé ?"

Le jeune brun fit un signe de main devant les yeux du blond histoire de le réveiller un peu. Si Kiba se rangeait, nul doute que Kano ne lui porterait plus autant d'intérêt. Il considérait le flic comme une distraction, comme son joujou. Même si Kiba se sentait supérieur à lui (même s'il n'avait vraiment pas de quoi agir comme cela), il restait tout de même à la botte de Kano. L'adolescent était difficile à cerner et c'est cela qui faisait sa force, en plus de son statut social.

"Tu veux un dessert ? Si oui, on le demande à emporter. J'ai envie de partir d'ici à vrai dire. Tu m'as promis un tour à moto, hein ? Alors, on y va ?"

Kano se comportait un peu comme un gamin pressé, mais peu importe. Il avait tenu sa promesse en invitant Kiba, alors le flic devait faire de même. On pouvait être flic et avoir une parole après tout. Tant pis si Kiba voulait encore profiter de ce beau cadre qu'il admirait tant. Si Kano agissait ainsi, ce n'était pas anodin, il avait besoin de distraction ce soir et avec Kiba, ce n'est pas ce qu'il manquait. Avec ce gars, il arrivait à oublier un peu son monde et sa situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Sam 25 Déc - 19:07

    "C'est bien... je suis un oncle, bien..."

    Je marquai un temps avant d’enfourner une énième bouchée de rôti de porc au foie gras. Cette réponse n’était-elle pas… bizarre ? Kano m’avait l’air un peu à côté de la plaque. Soit le fait d’être oncle l’enjouait, soit elle l’emmerdait. Là, ses paroles et son attitude ne reflétaient aucune émotion, à croire que la nouvelle ne lui faisait ni chaud ni froid. C’était tout de même quelque chose d’être tonton. Enfin, c’était ce que je me disais. A sa place, je serais fou de joie. Difficile d’y croire mais si j’avais eu un frère ou une sœur, j’aurais été ravi de m’occuper un peu de son bambin. Ensuite, il restait à savoir si on m’aurait laissé la surveillance du gamin. Pas sûr. On me pensait souvent irresponsable. Pourtant, ce n’était pas le cas. En général, lorsque l’on me confiait une tâche, je m’appliquais pour l’achever. Dans mon métier de flic, on me donnait des ordres et je les exécutais sans problème.

    "Donc, t'es allé à Tokyo ?"

    « Ouais, voir un pote et de la famille. »


    Tout comme Kano, je préférais rester vague sur ce plan-là. Je détestais parler de ma famille et de mes amis proches. J’occupais un métier dans lequel il valait mieux rester discret sur soi, par peur de représailles, mais aussi pour que personne n’ait d’emprise sur vous. Je ne voyais pas pourquoi le jeune Sugiura s’en prendrait à ma famille mais sait-on jamais. On n’était jamais trop prudent. Mes parents avaient déjà bien assez de problèmes comme ça. Je n’allais pas leur rajouter la mafia sur le dos. Heureusement, Kano préféra changer de sujet pendant que je terminai mon assiette. Lui avait fini la sienne quelques minutes plus tôt. Enfin, il l’avait délaissée sans complètement la vider, à croire que ma question sur son neveu lui avait coupé l’appétit. Était-ce le cas ? Non, ce serait peut-être un peu trop si jamais il détestait vraiment l’idée d’être oncle. Mais ce sujet semblait tout de même sensible, comme moi avec ma famille. J’éviterais d’y revenir donc. Ça pourrait se retourner contre moi sinon.

    "J'aurais du mal à imaginer Kiba-san devenir aussi sage. Non, tu deviendrais vraiment chiant en papa rangé. Mais j'ai aussi du mal à imaginer que TOI, tu as renoncé aux sorties... Oh oh, c'est toi ou t'es possédé ?"

    « Arrête, je peux très bien te prouver que c’est bien moi… »
    dis-je en donnant une claque sur la main de Kano qui passait devant mes yeux. « Il y a juste des moments où il faut savoir faire des pauses dans une vie de débauché. »

    Mon train de vie n’était pas de tout repos. Entre boulot le jour, soirées ou trafics de drogues la nuit, ce n’était pas toujours évident de suivre. En ce moment, j’avais besoin d’un peu de repos. Mais ça ne m’empêchait pas de rester qui j’étais et de taquiner Kano s’il me cherchait trop. La preuve avec ce que je venais de dire. S’il désirait du grand Kiba, il pourrait en avoir ce soir. Je savais très bien ce qui le dérangeait et n’hésiterais pas à en user. Mais pour l’instant, je restais sage. Après tout, nous étions dans un grand restaurant rempli de personnalités. Je n’allais tout de même pas faire de vagues. Et puis je n’avais pas encore totalement fini mon assiette. Je mangeai donc jusqu’au dernier petit morceau. Le plat était pratiquement propre, prêt à être rangé. Je m’étais vraiment régalé. Si seulement je pouvais manger comme ça tous les jours… Quoique non, une fois par semaine me suffirait, il ne fallait pas être trop gourmand.

    "Tu veux un dessert ? Si oui, on le demande à emporter. J'ai envie de partir d'ici à vrai dire. Tu m'as promis un tour à moto, hein ? Alors, on y va ?"

    « Je ne t’ai rien promis du tout ! Mais en guise de remerciement pour ce repas, j’avoue que je peux bien de l’accorder ce tour en moto. Mais accorde-moi cinq minutes, je viens de terminer de manger ! »


    Kano avait l’air pressé pour une raison qui m’était inconnue donc j’allais le faire patienter encore un peu. Je me servis un verre d’eau et en bus quelques gorgées. Il restait encore du vin dans la bouteille mais un verre m’avait suffit. Lorsque je conduisais, j’étais sobre. Je voyais tellement de conneries sur la route dues à l’alcool. Je ne voulais pas terminer comme l’un de ces imbéciles qui avaient bu un verre de trop et qui avaient fini à l’hôpital ou à la morgue. Et, en plus d’être sobre, je préférais ne pas prendre la moto tout de suite après avoir mangé. Avec le copieux repas que je venais d’avaler, je souhaitais attendre un peu, le temps de griller une cigarette par exemple. Je m’en allumai une et jetai un coup d’œil en contrebas, où les bourgeois passaient du bon temps à leur façon. Qu’est-ce qu’ils semblaient pompeux…

    « Pourquoi t’es pressé de partir ? Ici, t’es avec ceux de ton milieu alors que si tu pars, tu seras avec un gueux comme moi, à faire des trucs simples qui ne coûtent pas un sous… Vous êtes étranges chez les Sugiura. Vous fréquentez des gens haut placés mais vous avez l’air de préférer les gens simples. Ça me fait penser à ces histoires à l’eau de rose, où le prince tombe amoureux de la paysanne ou des trucs du genre. Messire Kano serait-il en train de tomber sous le charme du manant que je suis ? »

    J’esquissai un léger sourire espiègle en regardant Kano du coin de l’œil. Que ça soit son frère ou lui, ils avaient l’air de préférer les gens normaux. La preuve, Tatsuki était apparemment tombé amoureux d’un simple serveur sans un sou. Il fréquentait aussi les endroits branchés en se mêlant à la foule de gens banaux. Certes, il avait la grosse tête à cause de la fortune qu’il avait et dépensait sans compter mais la compagnie de ces richots sans intérêt n’avait pas l’air de lui plaire. Il en était de même pour Kano. Ça titillait ma curiosité. Allais-je avoir une réponse ? Ou bien Kano allait-il m’inventer une excuse bidon histoire de m’embêter ? C’était difficile de démêler le faux du vrai lorsque ça touchait aux sentiments de Messire Kano. Le jeune homme semblait être un handicaper des émotions et j’avais bien envie que ça change. La dernière fois, j’avais eu la preuve qu’il avait un cœur mais ne l’avais qu’entraperçu. Ça me plairait bien d’en découvrir un peu plus…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Dim 26 Déc - 20:00


Bien évidemment que les gens pouvaient changer, mais si c'était le cas pour Kiba, il deviendrait vite ennuyeux. Il était digne d'intérêt parce qu'il menait une vie à 100 à l'heure en touchant parfois la limite du raisonnable pour un flic. C'était ce côté grande gueule qui attirait un peu Kano, mais pas seulement cela. Il connaissait des tas de types dans le genre de Kiba qui aboyait tout le temps, mais Kiba avait ce quelque chose... de plus. C'était ce quelque chose insaisissable qui attirait et repoussait en même temps le jeune Sugiura. Mais, il valait mieux que Kiba ne sache rien de ce que pensait le yakuza, il était déjà si arrogant…

« Je ne t’ai rien promis du tout ! Mais en guise de remerciement pour ce repas, j’avoue que je peux bien de l’accorder ce tour en moto. Mais accorde-moi cinq minutes, je viens de terminer de manger ! »

Rien promis ? Et puis quoi encore ! Bien sûr qu’il avait promis… Kano avait même plus en tête, il ne se contenterait pas d’un tour en moto, il prendrait un peu plus du temps précieux de monsieur le policier. Il s’ennuyait ferme ce soir et il n’y avait rien de bien palpitant au programme. Kiba était vraiment bien tombé. Kano se contenta de sourire en poussant un petit son dédaigneux qui signifiait « parle toujours ». Kiba se trompait, il ne faisait pas une faveur au jeune garçon mais c’était plutôt le contraire, mais visiblement, le blond ne voyait pas les choses sous cet angle.

«Pourquoi t’es pressé de partir ? Ici, t’es avec ceux de ton milieu alors que si tu pars, tu seras avec un gueux comme moi, à faire des trucs simples qui ne coûtent pas un sous… Vous êtes étranges chez les Sugiura. Vous fréquentez des gens haut placés mais vous avez l’air de préférer les gens simples. Ça me fait penser à ces histoires à l’eau de rose, où le prince tombe amoureux de la paysanne ou des trucs du genre. Messire Kano serait-il en train de tomber sous le charme du manant que je suis ? »

Confirmation… il pensait bien le contraire. Décidément ce gars était vraiment intéressant. Il n’avait pas tord sur le fait qu’il attirait l’attention de Kano, mais pas comme il le pensait. Il n’était pas si important que cela aux yeux du yakuza. Cependant, cette petite remarque l’amusa, ou plutôt la pointe d’ironie qui en émanait. Kano approcha sa tête de celle du blond et plongea son regard dans le sien. Très sérieusement, il baissa les yeux avant de les relever de nouveau.

"Je ne peux plus te le cacher... et oui, je suis tombé sous le charme du « petit » que tu es… je suis percé à jour…"

Il resta silencieux un moment. Le jeu était bon mais un seul mot trahissait son état d’esprit. Pourtant, Kano resta sérieux comme si sa pseudo déclaration était la plus importante faite de sa vie, avant de pouffer de rire. Il était rentré dans le jeu de Kiba en n’oubliant pas la petite insulte au passage, « petit » était plus approprié que « manant » après tout.

"T’es vraiment con quand tu le veux... mais, les riches sont plus cons que toi, enfin, certains. C’est sans doute pour cela que je te fais le grand honneur de te tenir compagnie. T’es distrayant et tu ne te prends pas au sérieux, enfin la plupart du temps et puis les trucs pas chers, pour Nous les riches, c’est pas banal… du coup, t’es le meilleur jouet que je n’ai jamais eu, mais quelque chose me dit que c’est réciproque…"

Ko voyait seulement Kiba comme un jouet. Quand il s’en lasserait, il le jetterait et ferait en même temps tomber ce masque d’arrogance. Le blond ne s’était pas laissé rabaissé par Kano comme beaucoup le faisait et ça, c’était quelque peu nouveau pour le jeune yakuza. Pire, il l’avait repoussé. Même si c’était du passé et que c’était un moment spécial, il gardait une petite frustration et un soupçon de rancune… surtout qu’il avait été comparé à son frère et dans le mauvais sens du terme. Il se vengerait donc à sa façon. Le brun se servit un fond de verre qu’il but d’ un trait.

"Tomber amoureux, hein? Chez les Sugiura, ça n’existe pas mon cher. Ne te fais donc pas trop de film…"


Il ponctua sa phrase d’un petit clin d’œil, avant d’appeler le serveur.

"Préparez-moi un fondant au caramel salé à emporter…"

Il se leva et fit un signe de main à Kiba.

"Je reviens. Commande un dessert si tu veux, on le mangera chez toi !"

Il avait bel et bien prévu la suite de leur soirée. Il avait invité Kiba chez lui, il l’avait invité à manger, le blond devait lui aussi être un parfait hôte.
Sans attendre la réponse de son invité, il s’éclipsa. Il se rendit au WC pour se laver les mains et en profita pour passer un coup de fil. Il revint plusieurs minutes après. Le serveur avait déposé deux petits paquets à emporter sur la table.


"On digérera à moto ! Allez, viens. Un élu à réservé pour dîner, je ne veux pas le croiser ou je serai contraint de rester."

Il avait trouvé une bonne excuse pour mettre la pression à Kiba et filer vite du restaurant, ou il avait peut-être une autre idée en tête...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Jeu 30 Déc - 0:51

    "Je ne peux plus te le cacher... et oui, je suis tombé sous le charme du « petit » que tu es… je suis percé à jour…"

    Qu’est-ce que ça faisait vrai comme déclaration… Tellement vrai que je ne pus m’empêcher de joindre mon rire à celui de Kano. Le petit Sugiura était entré dans mon jeu mais j’aurais plus aimé qu’il ne le fasse pas. J’aurais préféré qu’il me dise vraiment ce qu’il pensait de moi, comment il me considérait. Avec lui, c’était assez flou. Me voyait-il comme un bon pote ? Une distraction ? Un grand frère ? Un pauvre type qui inspirait la pitié au point de lui offrir un repas hors de prix ? Je souhaiterais bien être fixé, pour savoir à quoi m’attendre. Lui, je le considérais un peu comme un bon ami. On s’amusait bien ensemble après tout et j’aimais bien passer du temps avec lui. Nos moments passés ensemble étaient toujours riches en rebondissements. On ne s’ennuyait jamais avec lui. Serait-ce le contraire si jamais Kano ne m’appréciait pas ? Il ne perdrait pas son temps avec moi sinon.

    "T’es vraiment con quand tu le veux... mais, les riches sont plus cons que toi, enfin, certains. C’est sans doute pour cela que je te fais le grand honneur de te tenir compagnie. T’es distrayant et tu ne te prends pas au sérieux, enfin la plupart du temps et puis les trucs pas chers, pour Nous les riches, c’est pas banal… du coup, t’es le meilleur jouet que je n’ai jamais eu, mais quelque chose me dit que c’est réciproque…"

    Un jouet ? Je n’étais donc qu’un jouet aux yeux de Kano ? Même si le jeune homme disait ça sur un ton léger, je n’appréciai pas beaucoup. Un jouet, lorsqu’on s’en lassait, on s’en débarrassait. Allait-ce être mon sinistre sort ? Je valais tout de même mieux que ça ! Et puis je m’étais déjà fait lâcher par un Sugiura. Par deux, ce serait la goutte d’eau qui ferait déborder le vase. En temps normal, c’était moi qui décidais de laisser tomber les gens, pas l’inverse. Et puis même, j’appréciais bien Kano. Il avait beau être un p’tit merdeux pété de tunes, je m’entendais bien avec lui. Si je pouvais le faire s’attacher un peu plus à moi, je n’allais pas m’en priver. Mais comment ? En le faisant oublier son monde de riches pompeux ? Si c’était ça, c’était possible et ça ne me coûterait pas grand-chose. Bah oui, je tenais quand même à ce petit monstre, je l’avouais !

    "Tomber amoureux, hein? Chez les Sugiura, ça n’existe pas mon cher. Ne te fais donc pas trop de film…"

    « C’est sûrement mieux comme ça. »
    répondis-je avant que le serveur n’arrive.

    "Préparez-moi un fondant au caramel salé à emporter…" commanda t-il avant de se lever et de s’adresser de nouveau à moi. "Je reviens. Commande un dessert si tu veux, on le mangera chez toi !"

    « Chez moi ? Pourquoi forcément chez moi ? »


    Mais Kano se contenta d’un sourire comme il en avait le secret avant de quitter la table. En gros, je n’aurais jamais de réponse et Messire Kano avait parlé, le reste de la soirée se passerait chez moi. S’attendait-il vraiment à ce que je lui obéisse ? Nous allions voir ça… Je n’avais aucune envie de rentrer chez moi. Si j’étais sorti ce soir, c’était forcément pour éviter de rester cloîtré dans mon appartement. Kano avait beau avoir décidé de venir chez moi, je n’allais pas lui obéir. Après tout, je serais celui qui conduirait ma moto. Lui serait derrière et n’aurait pas son mot à dire. Il irait là où je l’aurais décidé. Enfin, il fallait d’abord que je décide de l’endroit. Un bar ou une discothèque, c’était non. Un cinéma ? Bof. Si j’avais quitté mon chez moi ce soir, c’était en partie pour ne pas rester le cul posé devant un film débile. Je verrais bien sur la route. Pour l’instant, il fallait que je me décide à commander un dessert.

    « Je prendrais la même chose que lui. »

    Le serveur nota la commande et retourna en cuisine. Je profitai d’être seul pour terminer ma cigarette et regarder autour de moi. J’avais vraiment bien fait de venir. Quand j’allais dire à Ranmaru que j’avais dîné dans l’un des plus chers restaurants de la ville, il aurait du mal à y croire. J’aurais bien pris des photos pour lui donner des preuves mais c’était limite quand même. Ça ferait un peu le gros beauf qui sortait pour la seule fois de l’année de sa baraque. Mon meilleur ami devrait donc me croire sur paroles… Je soupirai et m’étirai avant de voir arriver le serveur avec deux paquets contenant les fondants au caramel salé. Je n’en avais jamais mangé mais je n’avais pas d’idée concernant le dessert. Voilà pourquoi je n’avais pas fait original et que j’avais pris la même chose que Kano. D’ailleurs, en parlant du loup, celui-ci ne tarda pas à revenir.

    "On digérera à moto ! Allez, viens. Un élu a réservé pour dîner, je ne veux pas le croiser ou je serai contraint de rester."

    « Bien bien, j’arrive. »


    Je me levai et suivis Kano jusqu’à l’entrée. Mon « super ami » était toujours là à la réception. Je lui donnai une petite tape « amicale » sur l’épaule avant de sortir du restaurant. Les gorilles, quant à eux, je préférai les laisser dans leur coin. Ils étaient bien là bas, au calme. Mieux valait-il ne pas trop les embêter… Kano me suivit jusqu’à ma superbe bécane. J’ouvris le coffre et lui tendis un casque. Je pris ensuite le mien et posai les deux fondants au caramel à la place. Ils étaient ainsi en sécurité. Je pris place sur ma moto noire et laissai Kano s’asseoir à l’arrière. Étions-nous aussi classes qu’il l’avait espéré ainsi installés sur ma moto et habillés en costard ? Je mis le contact et démarrai la belle dont le bruit du moteur faisait sport. C’était un plaisir de l’entendre ronronner de la sorte. Je tournai ensuite la tête vers Kano pour lui parler.

    « C’est bon, t’es bien installé ? Tu peux te tenir à moi si tu veux. Des questions avant de partir ? » demandai-je pour être sûr que tout le trajet se passe bien, pour lui comme pour moi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Ven 31 Déc - 0:34


« Bien bien, j’arrive. »

Kiba se leva avec sa nonchalance habituelle et caractéristique. C'était ce côté qui le rendait cool, mais bien évidemment, Kano se garderait de le lui dire.
Le serveur avait préparé comme convenu un petit paquet contenant les desserts. Ils seraient encore meilleurs à déguster chez Kiba. Les deux hommes quittèrent la table pour se rendre à l'entrée. Ils récupérèrent leurs effets avant de quitter l'établissement. La soirée allait enfin prendre un tournant intéressant, ou plutôt, inattendu, car avec le blond, on ne savait jamais vraiment ce qui allait suivre. Kano suivit ensuite son ami de la soirée jusqu'à sa moto. Il ouvrit le petit coffre afin de prendre les casques, puis d'y ranger les desserts.
Une fois installé, il fit signe au jeune adolescent de s'asseoir derrière lui. Kano s'installa mais ne se colla pas trop à Kiba.


«C’est bon, t’es bien installé ? Tu peux te tenir à moi si tu veux. Des questions avant de partir ? »

Il lui parlait un peu comme à un gosse, c'était chiant à la longue. Kano ne se tint pas à lui et préféra s'accrocher au rebord de la moto. Lui non plus n'allait pas écouter le blond comme un toutou ou plutôt, il ne voulait pas paraître faible.

"Nan c'est bon ! Démarre !"

Il tapota le dos du blond un peu comme s'il était à cheval. Un gros brouhaha laissa place à une grande secousse. Kiba avait démarré en trombe. Tellement en trombe, que Kano sursauta et s'accrocha à lui. Le mot agripper serait plus de mise à vrai dire. Même si le jeune Sugiura la jouait relax, en réalité ce n'était pas trop le cas, étant donné qu'il n'avait pas l'habitude de monter en moto. C'était trop dangereux d'après son frère et puis, il était trop exposé ainsi. Sur ce dernier point, il ne pouvait qu'être d'accord. C'était si regrettable. Monter à moto était tellement excitant. Il sentait l'air fouetter son corps et surtout une sensation de liberté. Pas étonnant que Kiba ne jurait que par sa moto, c'était autre chose que la voiture et puis, la sensation de vitesse extrême c'était franchement le pied. Kiba emprunta l'autoroute. Il zigzaguait entre les voitures histoire d'aller plus vite, ou alors, il voulait impressionner Kano. Celui-ci, un peu moins sûr de lui soudainement colla sa tête contre Kiba. Il avait l'air sans doute ridicule, mais peu importe.
Après une belle balade à sensation, le flic qui ne respectait sans doute pas la limitation de vitesse, quitta l'autoroute pour revenir en ville. Kano ne connaissait pas tellement le quartier dans lequel ils étaient, mais ce n'est pas cela qui attira son attention, mais plutôt le ralentissement de la moto. Kiba pouvait habiter un lieu "bizarre" mais sûrement pas autour d'un parc, à moins qu'il soit SDF. Lorsqu'il s'arrêta, le jeune yakuza comprit qu'ils n'iraient pas chez lui. Mais quel casse-couille ce type ! Kiba descendit de la moto, suivit de Kano qui retira son casque en marmonnant quelques mots d'insatisfaction.


"Bien... je suppose que ta maison est un carton dans le parc. Merde, moi qui m'attendais à un studio deux pièces miteux et mal isolé près d'une gare... comme une baraque de flic quoi !"

Autant être ironique à défaut de s'énerver un peu. Kano était frustré que monsieur Kiba eut décidé de changer ses projets sans son accord. Le jeune yakuza s'appuya ensuite contre la grosse bécane, ne sachant pas quoi faire.

"Quoi ? On va rester dans un parc par ce froid ?? T'es chiant merde ! T'es franchement pas drôle !"

Un homme du style de Kano ne squattait pas les parcs, surtout de nuit. C'était sans doute une activité de pauvre ou tout simplement, la volonté de le faire chier. Mais, autant se prendre au jeu. Le jeune yakuza ouvrit le coffre et sortit les desserts. Il marcha ensuite vers le parc avant de se retourner.

"Bon monsieur le policier, si un clochard nous agresse, je compte sur ton grade pour nous défendre ! On va se trouver un beau petit banc c'est ça ?!!"


La situation bien qu'embêtante au départ devenait amusante, voire excitante. Kano n'avait jamais fait quelque chose d'aussi... commun que cela. En plus, le parc était fermé, allaient-ils l'escalader ? Difficile d'imaginer qu'un yakuza qui baignait dans le crime puisse être excité par un délit aussi... insignifiant. Car après tout, c'était le genre de chose que tous les adolescents de son âge faisaient.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   Ven 31 Déc - 15:28


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour de l'emmerdeur ! (Kano) [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un retour à la maison... chaotique (terminé)
» Un retour brusque à la réalité (suite à D'ombre et de lueur) [PV Daaf et Archie] [Terminé]
» Enfin tu es de retour ... [ Terminé ]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: Les Bars et Restaurants :: Les Restaurants-
Sauter vers: