Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Encore un peu plus...[Oyu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Encore un peu plus...[Oyu]   Mer 7 Sep - 20:23

Une matinée bien remplie, qui fut précédée de deux journées bien remplies, venait de se terminer. Les affaires de la gangster fonctionnaient plutôt bien. Et bientôt, il faudrait en conclure une assez importante. Or, cela lui posait quelques petits soucis. Elle devait rencontrer quelques personnes pour finaliser une transaction, comme il y avait quelques nouveautés et de grosses sommes en jeu, ils tenaient à être présents et ces alliés commerciaux avaient pour habitude de faire la fête en de telles circonstances.

C’est là qu’étaient les problèmes. D’une part, elle n’avait pas fait ce genre de rencontre sur Yuukoku depuis son arrivée, car elle travaillait surtout en dehors de la ville par habitude et par soucis de discrétion. D’autre part, elle connaissait les goûts des ces collaborateurs étrangers. Des russes qui descendaient de la vodka par litres et appréciaient les charmes des filles de l’archipel.
Or, cette organisation devenait ennuyeuse : travaux chez l’un, de la famille chez l’autre, ou pas assez de place ou un blessé en convalescence… chaque lieu ne convenait pas, elle n’avait actuellement aucun endroit de libre pour les accueillir pas plus que de filles peu farouches pour les divertir. Elle fumait dans son bureau, chez elle, en observant son agenda, son carnet d’adresse, et un plan de la ville.

-Bien, pas le choix, on fait ça en extérieur. Trois équipes, vous me faites le tour de la ville, de la région s’il le faut. Rien de trop tape à l’œil, un peu isolé et facile d’accès. Photo des lieux, des environs, des accès, tout le topo quoi. Retour et débriefing avant prise de décision, ok ? Filez, et discret !

Elle envoya ses hommes en reconnaissance dans quelques hôtels, de manière à réserver quelques chambres pour ces festivités. Pas un hôtel de grand luxe, mais pas un bouge crasseux, juste un hôtel propre, bien agencé, qui aurait plusieurs chambres libres et ne ferait pas grand cas d’une ou deux nuits agitées par des clients un peu exubérants. Elle attendit leur retour en se détendant avec sa guitare pendant deux petites heures, tout en gardant en tête les préparatifs.
Quand ses hommes eurent finit ce repérage, des lieux et de leurs environs, ils se réunirent, définirent quel endroit serait le plus propice et retinrent quatre hôtels, pour brouiller les pistes, juste par précaution. Des membres de son clan occuperaient les chambres en attendant l’arrivée de ces mafieux du continent. Et dans des chambres proches, dans le même établissement ou non, de manière à les tenir sous très haute surveillance.
Ils firent donc le tour des hôtels, réservèrent en laissant chaque fois un petit groupe, et à la dernière halte, il était temps de passer à la seconde étape. Organiser la petite sauterie pour ces russes, sans lésiner sur les moyens étant donné qu’il s’agissait de partenaires importants et de membres haut placés de la Bratva. Stock d’alcool à acheter, nourriture du traiteur à commander, musique en tout genre, un peu de cocaïne ou amphet’, et bien évidemment… des prostituées.

Myo envoya ses hommes de main de charger des commissions avec un listing des produits à ramener, qui serait complétée au moment venu. Sauf pour les filles : elle savait qui contacter pour cela. A cette heure là, elle savait qu’elle pouvait l’appeler. La gangster s’isola en prenant en main son téléphone. Un numéro en mémoire, une pose détendue, appuyée à coté d’une fenêtre, Myo attendait que l’appel aboutisse.

-Konbanwa ! T’as le temps là, mignonne ? …Hai…Sinon, ça va depuis l’autre soir ? Sacrée fiesta hein !…. Ok, parfait…je t’attends, je t’envoie l’adresse où je suis.

Un mail tapé vite fait. D’autres ordres donnés aux sbires, dont celui de ramener un repas pour deux et pour eux. Myo descendit attendre celle qu’elle avait appelée, avec un sourire ravi, au bar juste à coté de cet hôtel. Deux grands costauds s’étaient installés à la table derrière elle, une voiture attendait devant, l’une des deux dans laquelle ils étaient arrivés. Tout le monde semblait sur les nerfs, sauf elle, détendue, qui buvait un cocktail en lisant le journal du soir, une clope en bouche. Limite si elle n’avait pas les pieds sur la table, mais elle savait se tenir… même si elle était impatiente de voir arriver son amie. Impatiente et contente de la revoir, les souvenirs de leurs deux dernières virées emplissaient sa tête de joie et son visage de bonne humeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyu Gokudo

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 25 ans
Sexe : Femelle
Sexualité : Bi.
Métier : Proxénète.
Petit(e) Ami(e) : Mon verre d'alcool.
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Mer 7 Sep - 21:30

Une journée mortellement ennuyeuse. Elle préférait les éviter mais là, elle ne pouvait pas y échapper. La proxénète cherchait à monter en place son projet et aujourd'hui elle visitait des bâtiments afin de l'entamer. Accompagné de deux de ses gars, elle avait traversé Yuukoku de long en large et elle commençait à être épuisée de cette journée qui commençait à se coucher. Une sonnerie, un hymne à la libération. Sans perdre de temps, Oyu s'isola pour prendre l'appel après avoir vérifié le numéro. Myo. Un large sourire se dessina sur son visage. Elles se voyaient de plus en plus et leurs deux dernières rencontres ne dataient pas de loin dans le temps.

" Moshi moshi ? "

- Konbanwa ! T’as le temps là, mignonne ?

"Konban wa Myo. Oui je crois. Par contre pas avant une bonne demi-heure. "

- Hai…Sinon, ça va depuis l’autre soir ? Sacrée fiesta hein !

" Haha, tu sais j'ai eus du mal à m'en remettre. Bon je fais le plus vote possible et je te rejoins. "

- Ok, parfait…je t’attends, je t’envoie l’adresse où je suis.


Elle reçu le mail cinq minutes après alors qu'elle était en train de voir les derniers détails avec le vendeur. Puis, une fois soulagé de cette tache, elle partit avec hâte rejoindre la voiture. Elle n'avait plus vraiment la tête à réfléchir à l'immobilier, elle verra ça demain. Oyu n'avait qu'une hâte, rencontrer Myo. Après avoir donné sa destination à son chauffeur, celui la déposa à l'endroit indiqué. En fin de compte, ils n'étaient pas trop loin. Un échange, juste pour leur dire de garder leur téléphoner à disposition si elle avait besoin qu'on vienne la chercher en fin de soirée. La voiture partit lentement. La proxénète entra dans le bar. Encore une fois habillé en costume bien que la cravate soit inexistante et que quelques boutons étaient ouvert. Sa lui donnait un petit côté masculin, chose qu'elle appréciait. Quelques pas, elle ne tarda pas à apercevoir la Yakuza. Jupe en jean et t-shirt troué pour elle accompagné d'une paire de rangers, Myo avait toujours ce look un peu rock. Leurs regards se croisèrent alors que la proxénète n'était plus qu'à deux trois mètres d'elle. La yakuza se leva avec enthousiasme et vint la prendre dans ses bras.

- Contente de te revoir, c'est cool que t'aies pu faire aussi vite.

" Moi de même. "


Oyu lui vola un petit baiser au passage avant de lui proposer de s'asseoir. En premier lieu elle commanda un cocktail et se fit silencieuse, se contentant de dévorer discrètement Myo du regard. Elle savait pertinemment qu'elle n'était pas là juste pour une sortie. Les deux grands costauds derrière ne semblaient pas être là par hasard... Une fois son verre devant elle et après avoir trinqué et tremper ses lèvres dedans, elle décida de rompre le silence.

" Alors, qu'est ce qu'il se passe ? Raconte-moi tout... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Jeu 8 Sep - 1:24

Après deux journées aux horaires fatigantes, aux activités stressantes, revoir Oyu était comme une bouffée d’air pur après une plongée en eaux troubles. Elle la rejoindrait bientôt : parfait. Cela avait déjà suffit à la détendre. Dans le bar, une musique calme, quelques salarymen en goguette, trois petits vieux en pleine discussion philosophique, un groupe de jeunes qui organisaient leur soirée… L’arrivée de Myo fit tourner deux trois têtes, le temps d’un regard, jusqu’à ce qu’elle s’installe. Quand sa boisson arriva, le train-train avait reprit dans la salle.

L’attente ne fut pas longue, même si elle était impatiente, le journal sut l’occuper et la distraire. Elle le reposa en voyant entrer la jeune femme qu’elle attendait. Un regard sur Oyu, dans son costume sombre, chemise ouverte en haut, ça lui donnait un look qui faisait de l’effet sur la yakuza. Elle se releva pour aller l’enlacer avec un bonheur non dissimulé.
Oyu ne se priva pas de l’embrasser en passant, Myo sentit son cœur s’emballer à ce contact. Elle retint l’envie de lui rendre cette charmante attention. Elle se retint de s’assoir sur ses genoux et la serrer contre elle. C’était pas une question de lieu, ni à cause de la présence de ses gars, mais juste parce que la rencontre n’était pas qu’amicale. Pis elle ne savait toujours pas si Oyu aimerait ce genre d’effusion.

Le temps de commander un verre pour la belle, d’échanger quelques politesses et la proxénète qui avait probablement deviné que cette rencontre n'était pas que par pur plaisir, lançait la question clé :

" Alors, qu'est ce qu'il se passe ? Raconte-moi tout... "

Myo reprit sa clope dans le cendrier, tira une bouffée et s’assura que personne ne viendrait les importuner, et elle fit un sourire en coin à Oyu.

-Eh bien, j’ai passé deux journées ennuyeuses et j’avais envie de penser à autre chose. Hélas, en plus d’avoir envie de te revoir, j’en ai aussi besoin et pas que par plaisir. Il va falloir qu’on cause affaire toutes les deux.

Voilà, tout était dit, ne restait qu’à expliquer quoi et quand, puis fixer un tarif. Une gorgée de sa boisson, un regard pétillant de malice, Myo sourit à l’autre criminelle en croisant ses jambes. Elle tira une autre bouffée et écrasa son mégot. Elle aimait ces petits moments de suspense, prenait un malin plaisir à le faire durer. Elle se pencha vers Oyu, en lui caressant le dos de la main.

-J’suis en affaire avec des gens qui vont avoir envie de compagnie. Ils sont pas difficiles, ni très romantiques, ils sont un peu rustiques mais bien élevés. En revanche, ils aiment faire la fête, ça tu peux me croire. Le truc, c’est que ce sont des étrangers et ne resteront pas assez longtemps pour…hmm… faire des rencontres facilement. J’ai donc pensé que ce serait bon pour mon business et le tien de s’arranger. Qu’en dis-tu ?

Avec ça, Oyu savait plus précisément de quoi il retournait et avait déjà assez d’éléments pour réfléchir à sa réponse. Myo avait causé assez bas, pour éviter d’être entendue, précaution inutile vu la musique d’ambiance, les rires et brouhaha des autres clients, surtout que les tables alentour étaient vides, si on exceptait ses gardes du corps qui palabraient devant une bière.

-Ah, et si t’as faim, j’ai commandé de quoi manger, ça devrait pas tarder. J’ai une piaule aussi à coté… Perso, j’ai les crocs quelque chose de sévère !

Retour à une conversation banale, d’un ton chantant, verre en main. Son sourire de fauve et son regard toujours aussi vague. Sous la table, elle faisait maintenant doucement du pied à la fille en costard, alors qu’elle se remettait avec une gestuelle innocente une mèche en place dans sa chevelure éparpillée.
Bien sur, dans sa remarque, il y avait plus qu’une invitation à diner avec elle. Sous entendue, il y avait la suggestion d’aller causer de cela en détail ailleurs et même un peu plus. Myo vida le reste de son verre d'un trait, visiblement, elle semblait d'humeur à s'amuser. Elle résista à l'envie de se griller une cigarette, mais joua avec son briquet.

-Sinon, dans un autre délire, j'crois que j'ai trouvé le prochain motif que je vais me faire tatouer aussi...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyu Gokudo

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 25 ans
Sexe : Femelle
Sexualité : Bi.
Métier : Proxénète.
Petit(e) Ami(e) : Mon verre d'alcool.
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Jeu 8 Sep - 21:14

Les affaires. Comme elle l'avait deviné sans grand mal, Myo attendait cette fois ci un peu plus que de passer un bon moment. Elles passaient sur un autre plan de leur relation. Un peu plus sérieux. Elle attendit que la yakuza en déballe un peu plus. Une gorgée, le temps que son interlocutrice mettre un terme à ce suspens. La proxénète se préparait à prendre une clope quand la main de Myo vint caresser la sienne. Tant pis, elle fumera plus tard et puis, elle n'en ressentait pas trop l'envie. Cette petite attention à son égard lui arracha un petit sourire au coin des lèvres. Oyu avait l'impression qu'elles devenaient de plus en plus intimes. En tout cas elle l'espérait. Et elle commençait à bien s'incruster.... Le complément de détails arriva enfin. Le ton était bas, un peu difficile à entendre avec le bruit ambiant du bar... Alors qu'au contraire, Oyu parla plus distinctement car il n'y avait rien de "suspect" dans ses paroles.

" Oui pourquoi pas ? C'est intéressant. "

Et soudainement changement de sujet. La faim. Il était vrai qu'Oyu aussi commençait à gargouiller. Elle n'avait pas encore eut le temps de se restaurer. Myo lui avait elle commander quelque chose pour elle en particulier avant qu'elle n'arrive ? De toute façon elle piquerait dans son assiette et se feras même donné la nourriture sans lever le petit doigt. D'ailleurs, la proxénète nota l'indication calé entre deux phrases. Une piaule à côté. Sans grande surprise, elle préféra cet option mais après avoir remplit son estomac... Léger frissons, sa jambe sentit un contacte. Elle lui faisait du pied ? Son regard se baissa timidement avec une légère inclinaison de la tête puis revint en position normale. Oyu savait pertinemment que Myo se retenait de faire plus voyant. Pour se genre de petites choses elle ne disait rien. La proxénète se lâcher un peu plus dans le cadre privée que public.

- -Sinon, dans un autre délire, j'crois que j'ai trouvé le prochain motif que je vais me faire tatouer aussi...

" Ah oui ? Tu vas faire quoi ? "


Le repas arriva et tandis qu'elles s’emplissaient la panse, elles entamèrent une discussion tatoo... Quand le repas fut fini, les verres vidaient, deux cigarettes s'allumèrent. Le temps de payer l'addition et les voilà en route pour un endroit plus discret. Un pied posé tout juste en dehors du bar et voilà que les lèvres de Myo prennent d'assaut les siennes. Sa devait sacrément la démanger... Le bras qui l'entoure et hop, une main sur la taille. Un coup d'œil par dessus l'épaules, les deux hommes les suivaient. Elles arrivèrent dans l'hôtel et se séparèrent des deux hommes sur le pas de la porte. Les voila toutes les deux, seules dans la chambre. Il y avait une petite table basse et un minibar. Pas la peine de vous dire qu'Oyu atterrit devant celle ci et qu'un verre d'alcool s'y trouva rapidement...


" Alors. Tu as besoin de mes filles. Je peux t'en fournir dix au maximum. Combien il t'en faudrait ? Et surtout pour quand ? "

La proxénète ne posa pas tout de suite la question du prix. Elle voulait déjà avoir un minimum de renseignement avant d'annoncer la couleur. Elle tira son paquet de sa veste et proposa une cigarette à Myo avant de s'en prendre une...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Ven 9 Sep - 1:33


Des paroles et des sourires, Myo échangeait les informations tant sur sa proposition de collaboration que sur sa bonne humeur. Les retrouvailles étaient légèrement teintées d’une sensualité qui couvait, et que Myo se faisait un plaisir d’entretenir.
Oyu semblait partante pour en savoir plus, elles causeraient de sa proposition plus tard, pour l’instant le sujet tournait autour du tatouage. Myo expliquait qu’elle aimerait imprimer des motifs simples représentant deux katanas et des symboles ésotériques, quand deux types arrivèrent avec des paquets. Ils contenaient des plats à emporter tout chauds, fraichement préparés et ramenés par les sbires de la gangster. Bien sur, il y en avait un pour chacune et pour chaque gaillard qui semblaient aussi affamés qu’elles.

Pour accompagner le repas, de la bière et encore des tatouages. Myo aimerait poursuivre sa fresque aussi, elle avait déjà le motif mais pas encore l’artiste… Tout le long du repas, elles échangeaient quelques regards, des sourires, goutaient le plat de l’autre alors que c’était le même plat de riz au curry, un petit frôlement sous la table… Myo conservait cette atmosphère détendue avec un relent de romance.

Repas finit, un dernier verre en écoutant la musique, avec une discussion banale sur les tendances mode au gout de la saison : pas tellement un sujet important mais manière d’amener à dire que Myo appréciait le look de la jeune femme. Les jeunes gens étaient partis commencer leur fête, une nouvelle cohorte de salarymen les avaient remplacés, déjà bien imbibés en arrivant. Etrangement, aucun ne tenta de les aborder mais plus d’un regard se posa sur elles.
Il fut temps d’y aller, un billet fut lancé sur le comptoir pour leurs consommations. En sortant, Myo chercha la main de la demoiselle, et finalement à peine sur le trottoir, attira Oyu à elle pour l’embrasser à pleine bouche. Si ses hommes ne les avaient pas suivies, elle l’aurait fait durer. Enfin, direction l’hôtel, Myo l’amena à la chambre, ses gars échouèrent dans celle d’à coté et d’en face. Avant de reprendre leur conversation, Oyu commençait déjà à piller le minibar…

" Alors. Tu as besoin de mes filles. Je peux t'en fournir dix au maximum. Combien il t'en faudrait ? Et surtout pour quand ? "

- Tant que t’es devant le frigo, ne perds pas la main ! Et oui, il me faudrait des filles. Je vais rencontrer trois types venus de Russie, surement accompagnés de quelques agents de sécurités à eux, mais faudra pas oublier que y’aura des gars à moi aussi.

Elle accepta bien volontiers la cigarette, l’embrassa de nouveau puis farfouilla à la recherche de son zippo et le tendit à Oyu après l’avoir utilisé. Elle vint d’ailleurs s’assoir tout contre elle, posa même ses jambes sur les siennes.

-J’pense que les dix seront pas de trop, les pauvres, faudra p’t’être même prévoir du renfort. Ces invités arrivent après demain, je vais les chercher et on aura à faire, donc début des festivités le lendemain. Ils resteront deux jours…

Elle eut envie de renverser Oyu sur le lit, mais comme elle tenait son verre, c’eut été dommage de perdre leurs boissons. Elle glissa donc une main sous la chemise pour promener ses doigts sur le ventre de la belle.

-Et toi, hors de question que je te lâche en pâture à ces gars là…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyu Gokudo

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 25 ans
Sexe : Femelle
Sexualité : Bi.
Métier : Proxénète.
Petit(e) Ami(e) : Mon verre d'alcool.
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Ven 9 Sep - 18:31

Un autre verre se remplit et atterrit dans les mains de la Yakuza. Une cigarette tiré et ce fut un baiser qu'elle récolta. Finalement, la proxénète posa ses fesses à côté de sa partenaire. Zippo en main, une fumée s'éleva doucement. Elle écouta attentivement Myo, jusqu'au bout sans l'interrompre. De nouvelles informations venaient d'êtres dites, lui donnant une idée du prix de la facture. C'était une occasion en or il faut le dire. Déjà que toutes ses filles seraient occupés, il fallait aussi envisagé d'en rameuter d'autres, chose pas forcément facile en si peu de temps. Oyu aller devoir faire appel à des "collègues". Une main glissa sur son ventre, douce et agréable... Cependant, la maquerelle repoussa gentiment l'avance. Elle ne voulait pas déraper avant que l'affaire soit conclut. Il fallait qu'elle garde la tête sur les épaules.

" Attends un peu... "

Elle se mordit légèrement la lèvre inférieure, regard timide, puis décida de se lever et de faire face à la Yakuza debout, reprenant la discussion sur l'affaire.

" S'il en faut plus, elles viendront d'un autre "vendeur" donc le prix sera un poil plus cher. Partons sur la base de 15 ? Donc deux jours... Bien entendu, elles seront réservé, à disposition, pendant tout ce laps de temps. Hum voyons...

Oyu prit la pose, en pleine réflexion, calculant rapidement un prix de tête.

" Sa va chiffrer dans les 10 000 000 de yens. Pas plus. "

Le prix pouvait être rabaissé, elle le savait, mais elle voulait se faire une bonne marge. Y'a pas de petits profits. Elle prenait aussi en compte que ses filles allaient beaucoup jouer les hôtesses en même temps qu'elles s'offriraient entièrement. Un peu comme un double emploi... Elle voulait aussi la transaction en Yen, question pratique.

" Qu'en pense tu ? "

Puis, de manière plus douce et plus intime, elle lui avoua :

" Ne t'en fais pas pour moi. Il y a une cliente qui a prit goût à mes charmes et je me réserve exclusivement pour elle pour ces festivités là. "

Mains sur les hanches, elle dévisagea la Yakuza sans pour autant faire des avances physiques. Elle ne fera rien tant qu'une poignée de main n'aura pas eut lieu. Sauf si... On lui forçait la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Ven 9 Sep - 21:09


La proxénète l’écouta sans dire mot, elle ne laissa pas sa main se promener sur elle et se releva même pour se placer face à elle, Myo dut déplacer ses jambes pour la laisser se mettre debout. Myo restait assise, s’allongea alanguie sur un coussin qu’elle tira vers elle en écoutant Oyu.
Elle lui demandait 10 million de yen pour 15 filles. Peut être même moins, d’après le ‘pas plus’, analysa la gangster.

Pour toute réponse, elle souffla sa fumée de cigarette et chercha son verre à tâtons au pied du lit. La dernière phrase la fit sourire, elle leva son verre vers la demoiselle…

-Quelle veinarde celle là !

Le ton paraissait outré et envieux mais elle avait un sourire amusé. Myo but une gorgée, pas trop, vu les faibles quantités disponibles dans le mini bar.

-Bon, donc pour ce tarif, quelles sont les prestations auxquelles peuvent s’attendre ces messieurs ?

Myo ne comptait pas discuter ristourne pour l’instant, mais plus qualité et condition de travail des filles. Si ce métier était souvent mal vu, moqué, Myo respectait ces femmes qui bossaient dans des situations pas toujours faciles. De plus, vu les sommes qu’elle manipulerait dans les transactions à venir, elle ne chercherait même pas à faire baisser le tarif. Ces filles le gagneraient assez durement, ce fric. Myo voulait juste savoir jusqu’à quel point elles s’investiraient pour cela…

Son Zippo virevoltait dans sa main, passant d’une face à l’autre, les doigts ouvraient et fermaient le couvercle, Myo glissait son regard des pieds à la tête de la demoiselle debout non loin d’elle.

-Au fait, certaines de tes filles ont des notions de la culture Russe ? Il faudra p’t’être les briefer un peu, ça serait pas mal. Et… inutile de dire que ce qui se dira et se passera ces soirs là, ne devra jamais, je dis bien jamais filtrer…

Myo tira une nouvelle bouffée de cigarette.

-Et mes gars s’assureront qu’il n’y aura aucun problème. Si d’aventure un petit ennui, la moindre gêne ou quelque chose de fâcheux survenait, on s’en chargera. Quel que soit la nature du souci, et, s'il s'en présente, quel que soit le fautif, ou… la fautive.

Comme ça, c’était clair. Oyu ne savait peut être pas que Myo ne plaisantait pas sur ce genre de mises en garde : c’était tout ce qu’il y avait de plus sérieux et aucune exception ne serait faite. Gros bonnet de la mafia ou simple fille de joie, tous seraient soumis aux mêmes lois, celles de la yakuza. Et elle avait la réputation d'être impitoyable.
Si son sourire charmeur et son ton aimable paraissaient trompeur, sa pose détendue et aguicheuse alors qu’elle pliait une jambe en dévorant Oyu des yeux, son regard de fauve, sa prestance et son assurance montraient bien que Myo était loin de prendre ces paroles à la légère.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyu Gokudo

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 25 ans
Sexe : Femelle
Sexualité : Bi.
Métier : Proxénète.
Petit(e) Ami(e) : Mon verre d'alcool.
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Ven 9 Sep - 21:47

-Bon, donc pour ce tarif, quelles sont les prestations auxquelles peuvent s’attendre ces messieurs ?

Visiblement Myo ne semblait pas prête à discuter du prix. Un bon point pour elle. D'ailleurs, la proxénète remarqua aussi qu'elle n'avait dit rien de spécial quand elle avait refusé ses avances... La yakuza l'avait bien compris ? Cela détendit légèrement Oyu de savoir qu'elles étaient sur la même longueur d'onde. De plus, sa phrase avait fait mouche et elle se félicita d'arracher ce sourire à Myo. Enfin...

" Les prestations ? Simple. Elles feront le service, rempliront les verres vides, seront aux petits soins, feront la conversation, flirteront.... Et si ces messieurs veulent "conclure", elles ne refuseront pas. Cependant... "

Oyu se fit plus froide avec un regard extrêmement mauvais et sortit sa voix rude pour mettre les choses au clair.


" Interdiction de les frapper. Je ne tolérerai pas qu'on me les abîme. "

Les rares clients qui s'étaient emporté pourront vous le confirmer, elle ne plaisantait pas la dessus... Pour preuve, ils servent maintenant de nourriture pour les poissons. Puis changement d'expression. Un sourcil se haussa tandis que l'autre resta froncé. Des Russes ? Leur culture ? Peut être que l'une de ses filles pourrait avoir quelques notions mais elle... Oyu pédalait littéralement dans la semoule.

" Je ne crois pas non... Et... Moi aussi faudrait me briefer... "

Il devait surement y avoir des détails très important pour que Myo lui en parle... Pour le reste, la maquerelle resta terriblement sérieuse.

" Elles connaissent déjà le sort sort que je réserve aux traitres... Elles ne sont pas prête de parler de quoi que ce soit. "

Si Oyu pouvait se montrer comme une mère protectrice pour ses "filles", elle savait aussi se montrer très violente quand les choses n'allaient pas dans le bon sens. Et puis il y avait un vrai lien entre elles. Sauf bien entendu pour celle qui viendraient de l'autre "vendeur". Si jamais un seul mot devait sortir, toutes passeraient à la casserole et elle comptait bien leur faire comprendre.

" Bon je crois qu'on à tout vu... "

Il ne manquait plus que la poignée de main pour conclure si tout était au point pour Myo...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Ven 9 Sep - 22:58


Pas de mots déplacés, pas de mains lourdes, mais des filles bien élevées et pas de rejets en cas de sollicitation, parfait, elles étaient bien en phase sur ces points. Myo n’était pas du genre à cautionner la violence sur des filles, surtout de la part d’hommes dans un cadre festif. Sur un ring, oui, mais pour jouer les dominants ou passer sa colère ou son trop plein d’alcool… hors de question ! Et comme le disait Oyu, ces filles avaient besoin de rester présentables.

Selon Oyu, quelques mises au point seront nécessaires auprès des filles sur les coutumes Russes et quelques mots de bases, pour faciliter les relations. Bon, il faudra organiser une petite mise au point, rien de bien long, juste le strict minimum, après tout, ils étaient au japon, non ?

-Bien, on donnera un p’tit cours rapidos pour être au point. Au moins les politesses d’usage, pour mieux se comprendre et éviter les malentendus quoi.

Petite gorgée, bouffée sur la cigarette.

-C’est pas enfants de chœurs qui seront présents, mais croit moi, je ne tolérerais aucun dérapage. Donc oui, on a tout vu. 10 millions pour toi et tes filles, quant aux extras de la part de ces messieurs, si y’en a, ce sera votre bonus. Et j’compte même pas la participation aux frais, mais j’espère bien que t’oublieras pas la prochaine fois qu’on fera appel à tes services…

Encore une bouffée sur sa clope. Myo se redresse, s’assoit à demi, et bois une gorgée.

-Durant ces deux jours, ça marche selon mes règles. Tu seras garante pour tes filles, moi pour le reste. Les filles en extra, on les tiendra plus particulièrement à l’œil. Je tiens, et même j’exige être tenue au courant du moindre petit truc qui sort de l’ordinaire. Si c’est bon pour toi, on a un deal.

Myo reposa le verre presque vide au sol et tendait la main pour finaliser l’affaire. Il ne restait plus qu’a lancer la machinerie à l’aide de coup de téléphone ou de mails. Seulement, au moment où Oyu vint serrer sa main, Myo ne la laissa pas repartir et de sa poigne attira Oyu à elle. En se relevant, elle la cueillit dans ses bras et l’enlaça, déposa un baiser dans son cou et lui offrit un regard langoureux. Elle appelait silencieusement du bout des lèvres, de cette lueur animale de ses mains caressantes, un petit baiser …
Il était temps de penser à autre chose que les affaires, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyu Gokudo

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 25 ans
Sexe : Femelle
Sexualité : Bi.
Métier : Proxénète.
Petit(e) Ami(e) : Mon verre d'alcool.
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Dim 11 Sep - 20:46

" On a un deal. "

Une poignée de main... Qui dura bizarrement. Un sourcil se leva puis la proxénète fut tirée de force. Oyu se retrouva dans les bras de Myo qui l'appelait du regard. On pouvait considérer que l'affaire était parfaitement conclue, il fallait fêter ça non ? Quelques secondes à peine, Oyu donna à la Yakuza ce qu'elle souhaitait. Ses lèvres se posèrent sur les siennes. Cette nuit allait être encore torride....


____________


Deux jours plus tard...

Les filles arrivaient une par une à l'hôtel et se regroupaient dans une chambre. Oyu faisait le taxi aujourd'hui et seule. Aucun de ses gars n'était là pour l'épauler. La maquerelle avait prit toute les dispositions et faisait preuve d'une grande prudence, bien que, si jamais quelqu'un devait lui chercher quelques poux elle ne doutait pas que sa se réglera rapidement avec le soutien de Myo... Elle avait réussit à trouver d'autres filles pour arriver au compte. Elle les avait déniché non loin de son secteur chez un gars qui payer sa place aux Endô. Et encore un petit bénéfice, ces filles là seront payé bien moins cher que les siennes. Une fois que toutes étaient réunies, Oyu se joignit à eux. Dans un premier temps, il fallait passer par le petit briefing "Russe". Ce n’était pas vraiment évident pour elles mais quelques unes se démarquèrent plutôt pas mal. Pour Oyu c'était une sérieuse panne sèche. Comme si son esprit rejetait tout. Elle abandonna, se disant qu'au pire il y aura toujours Myo... Le reste de la journée fut l'occasion essentiellement de se reposer et de remettre en forme bien que, trois hommes de Myo, ceux qui les surveillaient, demandèrent une petite mise en bouche avant la grande festivité. La proxénète laissa deux filles s'occuper d'eux sans qu’elles ne s’épuisent à la tache.

Puis vint le grand jour. Incertitude. Elle ne savait pas quand ils allaient débarquer. En tout cas, l'étage était en effervescence ! Pour leur part, les filles se préparèrent. Maquillage, coiffures, vêtements et sous vêtements. Elles s’habillaient plutôt de manière élégante, pas trop tape à l'œil mais avec classe. Trois quatre se mirent en kimono afin de diversifier un peu. Il y en avait presque pour tout les goûts. Oyu, elle aussi, passa dans la salle de bain. Un maquillage, fin, de quoi faire disparaître ses horribles cernes et de souligner d'une meilleure façon son regard. Sa coiffure, un chignon avec deux grandes mèches glissant derrière ses oreilles. Une épingle tenait le chignon. Un accessoire très beau mais qui peut être mortel. Elle avait aussi opté dans le traditionnel pour ses fringues. Un kimono noir avec une fleur rouge sur la partie droite au niveau de la poitrine, sans rien d'autre dessous et un obi très large venant mettre en valeur sa poitrine. Puis direction la salle de réception pour les attendre...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Lun 12 Sep - 23:01

Si au matin suivant, Myo avait flemmardé le plus possible pour rester en compagnie de la charmante demoiselle, elle finit par se résoudre à la quitter pour rejoindre ses quartiers et mettre en route le programme définit. Elle passa coups de téléphone sur coups de téléphone, fit venir plusieurs de ses gars pour des récapitulatifs, des rappels, des dernières vérifications et ultimes recommandations.

Puis vint le moment d’aller à la rencontre de ces étrangers. Ce qui se ferait à la capitale, ces gens qu’elle attendait arrivaient par avion, et une fois en leur compagnie, s’en suivit un long trajet vers une destination discrète où attendait ce que Myo était venu chercher, dans des entrepôts. Sa paranoïa fut mise à rude épreuve, puis elle fit de longues vérifications sur la marchandise, quitte à prendre quelques risques en faisant durer cette étape ou à jouer avec la patience de ces mafieux du continent.
Mais d’une certaine manière, elle leur faisait bien savoir que ici, ils étaient pas en terrain conquis, au contraire, c’était elle qui mènerait la danse, ne leur en déplaise. Et puis, le client est Roi non ? Et comme eux aussi venaient acheter, elle leur montrerait que le vendeur est Empereur. Si ça ne leur plaisait pas, ils pouvaient toujours jouer les touristes et rentrer chez eux. Au risque de se faire piller leur marchandise…

Mais tout se déroula bien : après une âpre discussion, tout ce beau monde fit affaire. Ce n’était qu’un passage à la vitesse supérieure des relations étroites qu’avaient déjà ces deux clans, une sorte de formalité qui devait toutefois être validée et traitée par les dirigeants en personne.
Après une nuit à la capitale, une partie de ce groupe repartirait, une autre resterait et suivrait ensuite Myo vers Yuukoku, une fois qu’ils auraient finit de s’amuser dans Tokyo : certains découvraient la ville, d’autres voulaient profiter de cette escale. Pas de problème. Elle aussi en profitait, même si elle ne put s’éclipser comme elle l'aurait voulut.

Finalement, toute la petite troupe prit place dans un cortège de voitures escortées de motos, dans une ambiance de plus en plus détendue : les accords étaient passés, il ne restait qu’à se détendre comme l’avait promis la yakuza. Par petits groupes, sur des routes séparées parfois, chacun se rendit jusqu’à l’hôtel. Myo avait prévenu l’équipe sur place de leur arrivée durant le trajet.
Si bien qu’à leur arrivée, tout devait être prêt ! Et ce fut le cas, malgré l’horaire imprévisible et plus tardive qu’elle ne l’aurait pensé, ils arrivèrent quand même avant l’heure du diner. Cela avait largement laissé le temps de préparer la soirée.

Pour le moment, il n’y avait de prévu qu’une soirée d’amusement, de repos que tout le monde attendait avec une hâte grandissante. Myo avait fait en sorte que les voitures arrivent presque en même temps, d’où les trajets différents alors qu’ils n’étaient pas partis au même moment. Et puis, cela contribuait à troubler les pistes au cas où, d’ailleurs pour cela, elle fit faire à tout le monde une belle promenade dans un endroit où des sentinelles avaient été postées et identifieraient d’éventuels indésirables.

Aussi étrange que cela puisse paraître à l’esprit dérangé et anxieux de la gangster, rien d’étrange ne fut à signaler. De moins, pour le moment… Et en descendant de voiture, elle accueillit chacun des Russes et leur escorte en les menant dans le salon de la plus grande chambre, là où se trouvaient déjà quelques filles et des gardes. Ce n’est qu’une fois tout le monde réunit là qu’elle fit, d’une manière presque théâtrale, entrer toute la petite troupe qui devait piaffer nerveusement dans les chambres voisines.
C’était le départ pour la soirée : à partir de maintenant, alcool, nourriture, jeux, flirts, seraient les maitres mots dans cette partie de l’hôtel. Mais ce n’était pas qu’une partie de plaisir pour la yakuza, non, c’était autant une manière de boucler un gros contrat que de montrer à ces gaijins une petite vitrine de cette ville qu’elle envisageait de tenir au creux de sa main…

Cependant, ses mains ne demandaient qu’un contact, sa bouche n’avait faim et soif non pas de ces aliments raffinés et d’alcools, son cœur ne battait plus tant de nervosité que par une pulsion instinctive, ses yeux n’en avaient que pour une personne, celle sur qui avait reposé la lourde tâche de ramener des filles ici, celle dont les épaules recouvertes d’une délicieuse soierie de qualité devenait d’autant plus scintillante dans cette foule bigarrée, celle qu’elle n’avait pu approcher dans cette agitation qui avait régné depuis son arrivée, celle avec qui elle brûlait de laisser exploser sa joie d’avoir réussit cette transaction… Celle qui peut être arriverait à calmer le fauve en elle, avant qu’elle ne se laisse emporter par sa sauvagerie. Cette personne n’était autre qu’Oyu, et dès qu’elle le put, elle vint la trouver.

-Contente de te revoir...

Peu de paroles, mais le ton employé dénotait une sincérité et une sorte d'apaisement mêlée d'une joie assez communicative dans son sourire et ses yeux aux pupilles dilatées. Un regard plus monstrueux que jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyu Gokudo

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 25 ans
Sexe : Femelle
Sexualité : Bi.
Métier : Proxénète.
Petit(e) Ami(e) : Mon verre d'alcool.
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Mar 13 Sep - 20:21

Les filles s'étaient placés de manière à former un "^" en face de la porte. Oyu se tenait au centre. La porte s'ouvrit, toutes s'inclinèrent devant le groupe d'arrivants en leur souhaitant la bienvenue en chœur. Un accueil chaleureux, de quoi commencer avec une bonne ambiance. Et puis, sans attendre, les premières filles encadrèrent les Russes, brisant rapidement la glace afin de les mettre à l'aise avec elle. Tous se réunirent autour d'un premier verre alcoolisé afin de trinquer et de lancer véritablement la soirée. Puis le groupe s'éclata légèrement. La proxénète passa voir chacune de ses filles, observant comment les choses se passaient... Elles étaient bien briefées, il ne semblait pas avoir de problème apparent. Le début de soirée réconforta Oyu, ses filles se débrouillaient très bien. Puis elle s'écarta, se mettant légèrement en retrait. Dans un premier temps, un homme de Myo, qui semblait l'avoir repéré dès le début de la réception, vint lui tenir compagnie. Léger sourire, le regard un peu timide, elle lui renvoyait avec amusement ses compliments, le faisant espérer qu'il aurait le droit à une belle nuit agitée... Enfin juste avant cette petite phrase qui les interrompu.

-Contente de te revoir...

Et l'homme se retira sans un mot. Le regard de la maquerelle croisa celui de la Yakuza.

" C'est partagé. "

Myo la dévisageait avec ce regard bien à elle. La Yakuza semblait prendre goût à une nouvelle drogue. Léger sourire. Oyu savait pertinemment qu'elle approchait de son but, peut être de trop... Il y a toujours une petite peur de s'accrocher et d'y laisser des plumes. Mais quand elle y réfléchissait, une autre pensée venait s'interposer, celle de foncer tout droit, le plus vite possible sans jamais se retourner. Trois pas et la voilà à quelques centimètres de la Yakuza. Ses mains vinrent attraper celle de sa "cliente" et les étreignirent faiblement. Ses lèvres se posèrent délicatement sur celles d'en face. Les yeux fermés. Quelques secondes. Puis, faisant un pas en arrière, elle ne lâcha pas les mains de Myo pour pouvoir l'entrainer vers un endroit où poser ses fesses confortablement. L'invitant à s'asseoir, Oyu s'absenta le temps de ramener deux verres pleins afin d'étancher leur soif. Un petit "kampai" en couple, et Oyu trempa seulement ses lèvres dans le liquide alcoolique. Visiblement, elle ne comptait pas pour le moment se rendre joyeuse. De même, elle refusa une cigarette mais alluma celle de Myo comme le faisait l'une de ses filles à un homme.

" J'imagine que tout s'est bien passé. La réception est à ton goût ? "

Ses filles n'étaient pas des grands modèles de beauté, elles paraissaient être dans la "normale". Il y avait bien une fille dont la beauté était exceptionnelle que la maquerelle gardait de côté. Elle n'était pas présente ici car son tarif était extrêmement élevé et elle choisissait ses clients. Une perle rare qu'Oyu cachait et entretenait. Elles avaient aidé à tout mettre en place dans la salle, proposant même quelques arrangements sur la disposition. Bref... La proxénète semblait bien chaste mais à disposition entière de la Yakuza.

" En tout cas t'as pas l'air d'être épuisée. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Mar 13 Sep - 23:06


Dès la sortie de l’ascenseur, le ton était donné : les hommes en costumes n’étaient pas là pour le room service. L’arrivée dans le petit salon eut l’effet escompté, des sourires égayèrent les visages des rudes continentaux. Myo eut encore à causer avant de se libérer, ce fut plus facile quand de petits groupes s’éparpillaient ici et là.
Oyu glissait derrière chacune de ses filles, vérifiant … Myo ne savait quoi exactement mais ce spectacle l’amusa : elle tenait son rôle sérieusement. C’en n’était que plus rassurant et avait même un petit coté apaisant. Quand la gangster l’avait rejointe, l’un de ses lieutenants s’éclipsa avec un air un peu gêné. Cette femme, dans cette tenue : Myo la trouvait exquise, un délice incarnant le supplice de la tentation.

Elle s’était arrêtée pour l’admirer, pour souffler de sa journée tendue, c’est finalement Oyu qui fit les derniers pas pour, d’un simple, doux, généreux baiser, apaiser une bonne partie du stress accumulé de la yakuza. Myo aurait aimé se laisser aller, fondre sur place et emportant Oyu dans un tourbillon sensuel, mais elle fut ramenée à la réalité et entrainée plus loin pour finir assise sur de moelleux coussins. Avant qu’elle n’eut le temps de dire un mot, Oyu s’était échappée pour revenir avec de quoi boire… Une clope était apparue entre les doigts de la yak. Délicate et attentionnée, la demoiselle s’occupait de Myo avec un charme et une élégance qui la ravissait.

" J'imagine que tout s'est bien passé. La réception est à ton goût ? "

Un sourire, un petit rire, détendue maintenant, elle posa de nouveau un regard teinté d’une lueur de démence sur la fille à coté d’elle.

-Un beau travail que voilà, le fruit d’un dur labeur. Espérons qu’il sera apprécié à sa juste valeur !

Oui, le compliment était discret mais venait droit du cœur, surtout il était mérité. La yakuza se coupait petit à petit du reste de la salle, même si elle en percevait le moindre mouvement derrière Oyu. Là où elles avaient prit place, un mur se dressait derrière elles et les deux personnes les plus proches étaient des combattants aguerris et armés de son clan. Myo pouvait se sentir à son aise. Elle s’étira et fit craquer une épaule, puis lorgna de nouveau vers la jeune femme en tapotant la mesure de la musique qui se faisant entendre.

" En tout cas t'as pas l'air d'être épuisée. "

-Eh, pourtant crois moi… mes nerfs ont été mis à rude épreuve.

Elle n’avouerait pas qu’elle n’en dormirait pas de la nuit, ou d’un demi-sommeil tel le félin dorant au soleil que le moindre son ou mouvement sort de sa torpeur et anime d’une sauvage ferveur. Pour l’heure, Myo se séparait enfin de sa veste longue, une sorte de cache poussière sous laquelle elle dévoilait une tenue plus élégante. Une longue jupe plissée et un chemisier fin sur lequel reposait un petit boléro assortit à la jupe. Il masquait difficilement son holster, mais elle devait se moquer qu’on le voit. A ses pieds, avaient été des chaussures de marque anglaise connues pour ses semelles confortables et ses coques, souvent appréciées des mouvements punks.

-Enfin, le plus ennuyeux est passé ! Reste juste à veiller à ce rester sur la même lancée… et avec toi à mes cotés, ce ne peut qu’être plaisant.

Elle sourit à Oyu, levant son verre vers elle, pour ajouter d’un air plus sibyllin :

-Et puis, je n’ai pas encore put pleinement profiter des plaisirs de cette soirée prometteuse, bien qu’assurément, il n’y a que toi à mon goût…

De toute manière, Myo ne comptait guère papillonner de-ci de-là, les seules sources de plaisirs pour elles seraient la satisfaction d’avoir mené à bien sa transaction et la compagnie de la proxénète. Avec éventuellement la nourriture qui calmerait sa faim grandissante et assez d’alcool pour l’échauffer, à moins que les Russes n’entreprennent de la saouler… ce en quoi ils prenaient déjà de l’avance d’ailleurs. E toutes manières, avec les petites friandises qu’elle sortait de sa poche, elle tiendrait véritablement toute la nuit. Elle en proposa discrétement à Oyu, deux petites pilules blanches dans le creux de sa main avec un motif ésotérique dessus. Elle-même n’en prendrait que si Oyu l’acceptait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyu Gokudo

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 25 ans
Sexe : Femelle
Sexualité : Bi.
Métier : Proxénète.
Petit(e) Ami(e) : Mon verre d'alcool.
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Mer 14 Sep - 21:44

Un petit sourire en guise de reconnaissance, l'ambiance semblait convenir à la Yakuza. Mieux encore qu'un compliment, Myo décompressait petit à petit, prenant ses aises. Dans la foulée Myo retira son cache poussière dévoilant une tenue qui collait mieux à la soirée. Oyu s'occupa de celui ci, le rangea de manière et à l'endroit approprié. La Yakuza pouvait très bien la suivre du regard. De retour au près d'elle, la maquerelle s'installa de nouveau, posant délicatement sa tête sur le bord de l'épaule de sa compagne. Elle l'écouta ainsi, sans perdre une miette de ses paroles. Si Oyu se réservait exclusivement pour Myo, la Yakuza lui affirma qu'elle aussi se contenterait seulement de la proxénète. Léger rougissement accompagnée d'un regard langoureux. Enfin, avant que deux pilules ne passent sous ses yeux. Elle ne mit pas longtemps à comprendre de quoi il s'agissait... Le carburant de Myo. La proxénète n'y touchait pas elle, tout comme elle l'interdisait à ses filles. Elle se pencha alors pour aller murmurer à l'oreille de la Yakuza :

" Tu sais, je ne touche pas à ces choses là. Mais ne te prive pas pour moi. "

Elle n'avait rien à dire vis à vis de Myo cependant, elle ne pouvait que l'informer qu'elle ne goutera pas aux pilules en tout genre. Une question de moral surement. Refusant les petits cachets, elle rebondit rapidement sur un autre sujet pour ne pas créer de malaise.

" Tu n'as pas du manger grand chose, je vais te chercher quelque chose. "

Le temps que sa cigarette se finisse et qu'elle disparaisse dans le cendrier qui n'était pas loin d'elle et Oyu revint avec un petit bol et deux baguettes. Mais celui ci n'arriva pas dans les mains de la Yakuza. Il resta avec la proxénète qui se chargea de nourrir Myo. Tout était fait pour qu'elle soit le plus tranquille possible. Après la petite restauration et après avoir débarrassé le bol, ce fut au tour d'un massage. La maquerelle s'installa dans le dos de la Yakuza et commença à la masser à travers les tissus de ses vêtements. Elle en profita d'ailleurs pour déposer deux trois petits baisers sur la nuque de la femme. Un couple commença déjà à s'éclipser dans une chambre voisine. Large sourire. Faut dire que sa lui donnait quelques envies...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Jeu 15 Sep - 19:56



Oyu refusa les ‘stimulants’ proposés, ce qui ne fut pas une réelle surprise. En vérité, Myo ne ressentait pas un réel besoin d’en prendre pour le moment, aussi les rangea t’elle illico. Elle aurait assez de tentations durant la soirée avec ce russe accro à la poudre blanche, ironiquement elle-même ne cautionnait pas cette consommation. Le plus dur serait de ne pas froisser son hôte s’il l’invitait à une dégustation de sa réserve personnelle. Plutôt que de refuser en l’offensant, ses pilules pouvaient servir d’alibi pour s’esquiver.

La proxénète supposa qu’elle n’avait probablement pas prit de repas : ce qui était vrai, en dehors d’un solide petit déjeuner, Myo n’avait qu’à peine eut le temps de grignoter quelques cochonneries sucrées. L’idée même d’un repas provoqua son estomac qui réclama à être remplit. Heureusement qu’Oyu était déjà allée chercher une ration sur la table emplie de victuailles diverses, froides et chaudes, prévues pour la soirée.
A son retour, la yakuza fut étonnée de ne voir qu’un bol, et plus encore de se faire nourrir. C’était bien inattendu, légèrement déroutant mais si agréable, touchant, ce moment de complicité lui fit le plus grand bien en plus de calmer sa faim. Cela lui permit aussi de découvrir Oyu d’une manière qu’elle ne soupçonnait pas et fit naître une bien douce chaleur en son sein.
Et à peine ce petit repas terminé, arriva le coup de grâce, des mains de la demoiselle même : dans un moment de bonté et désireuse de son bien être, elle lui appliqua de ses doigts de délicieuses pressions, chaque geste de ce massage fut apprécié comme un remède miraculeux. Myo accepta avec joie ce traitement spécial, la voilà transportée en douceur sur un petit nuage de bonheur. Les lèvres de la jeune femme répandaient un grisant souffle de chaleur sur sa peau à chacun de ses baisers.

C’était si bon, Myo aurait volontiers passé des heures ainsi, même dans l’ambiance de plus en plus remuante de la pièce. L’un des russes se mit à chanter, accompagné de deux de ses gardes du corps, sous le regard de quelques filles et de ses gars à elle qui restaient stoïquement à leurs postes désignés, seuls quelques uns étant autorisés à participer à la fête.

Si la gangster aimait bien la musique, y compris les chansons étrangères, ce style n’était guère approprié à son moment de détente. Comme sa présence ne semblait pas nécessaire au bon déroulement des réjouissances, elle eut envie d’une petite pause à l’écart. D’ailleurs, au vu du nombre en baisse de la fréquentation de la salle, plusieurs personnes avaient déjà regagnés les chambres avoisinantes destinées à s’isoler.

Myo se tourna en douceur vers Oyu, glissa une main sur la sienne, se tordit même à moitié en pivotant pour lui faire face et l’embrassa doucement. Elle lui chuchota alors :

-Si on allait faire un petit tour ?

Ce qui n’avait rien d’une question. Surtout que si elle continuait à lui prodiguer ses bons soins, assurément Myo ne pourrait s’empêcher de devenir indécente. Elle se releva, bien à contre cœur, fit quelques politesses à ses invités, échangea quelques paroles à l’un de ses lieutenant, puis sortit sur le balcon avec sa longue veste sous le bras.
Pause cigarette ? Oui, mais pas seulement… Myo vérifia que personne ne l’avait suivit autre qu’Oyu, se plaça dans un angle mort depuis la salle, et sortit un petit appareil d’une poche de sa veste. Un petit appareil de transmission, avec lequel elle fit un rapide tour des hommes postés à l’extérieur et à l’intérieur. Myo s’assurait que les filles était bien traitées et qu’aucune menace ne planait. Elle avoua alors à sa complice :

-J’ai des hommes qui veillent au grain. Plusieurs équipes prêtes à prendre le relais, et d’autres prêtes à intervenir. Par sureté, j’ai même mis les chambres sous surveillance radio… sauf une !

Avec un petit clin d’œil, elle sourit à la belle. L’air de la nuit était frais, un petit vent se levait. La gangster enveloppa la jeune femme de sa veste, profitant de ce geste pour venir la caresser à son tour. Elle était maintenant dans son dos, une main se glissait doucement sous l’habit de la donzelle, juste au dessus de la large ceinture. Sous leurs yeux, la ville illuminée s’étendait jusqu’à la mer. De la hauteur de ce point de vue sur les collines, elles n’en devinaient qu’à peine les embruns dans l’air nocturne. Blottie l’une contre l’autre, Myo appréciait ce moment à partager la même clope, jusqu’à ce qu’elle ressente un furtif tremblement.

-Je te sens frissonner… rentrons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyu Gokudo

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 25 ans
Sexe : Femelle
Sexualité : Bi.
Métier : Proxénète.
Petit(e) Ami(e) : Mon verre d'alcool.
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Jeu 15 Sep - 21:35

Ses petites attentions faisaient leurs effets et surprenaient visiblement. Le contexte jouait beaucoup. En effet, si Oyu mettait plus de volonté ce soir là et servait Myo comme une Impératrice, c'était essentiellement car la proxénète était comprise dans le paiement du service qu'elle lui avait vendu. Dans d'autre circonstance, elle ne l'aurait probablement jamais fait. Si elle ne laissait rien paraître, cependant la maquerelle éprouvait des sentiments. Elle n'était pas une coquille vide, elle ne le voulait pas, et l'argent ne faisait pas tout non plus. Ses petites mains parcouraient toujours le dos de la Yakuza, quelques pressions par ci par là. Si elle n'était pas vraiment une experte en la matière, elle avait quelques notions largement suffisantes pour détendre une personne. L'ambiance monta d'un cran à côté. Une légère grimace qui disparut bien vite quand le Russe chanta dans sa langue. La sonorité de celle ci n'étant pas du goût d'Oyu. Une main sur la sienne ramena son entière attention sur sa partenaire. Myo venait de pivoter afin d'aller chercher ses lèvres avant de lui glisser quelques mots à l'oreille auxquels elle lui répondit en acquiesçant la tête. Alors que la gangster fit quelques politesse de son côté, la proxénète s'arrêta devant le buffet où la nourriture s'étalait pour discuter rapidement avec l'une de ses filles. Quelques mots pour savoir comment ça se passait avec les Russes, et quelques autres qui la firent rire...

L'air frais vint lui caresser les joues et lui faire perdre un peu de couleur. Myo se mit dans un coin du balcon, comme pour se cacher vis à vis de l'intérieur avec Oyu en brise-vue. Une cigarette ? La maquerelle se fit un plaisir de l'allumer. Mais un petit objet sortit de la poche de Myo l'intrigua un peu plus que le reste. Elle comprit rapidement son utilité, en particulier lorsque Myo lui avoua qu'elle avait mit en place une surveillance en béton et de quoi intervenir très efficacement. Oyu se demanda intérieurement si elle n'était pas un peu paranoïaque sur les bords pour mettre un tel niveau de sécurité... Elle n'en demandait pas autant mais bon. Au moins, il y avait une chambre dans laquelle elles ne seront pas surveillées. Une sensation de chaleur, la Yakuza venait de lui couvrir les épaules. De quoi lui redonner quelques couleurs momentanément. Mieux encore, le corps chaud de la propriétaire de la veste vint se coller dans son dos et en profita pour glisser une main dans son kimono la faisant frissonner sur le moment. Le paysage de fond laisser un peu rêveur, un petit moment en tête à tête, une cigarette partagé, surement la seule que fumera Oyu et puis cette main sur sa poitrine, la caressant. Elle frissonnait ? Plus sous les caresses de la Yakuza qu'à cause du froid. Mais elle n'était pas contre que de rentrer se mettre un peu plus au chaud. Enfin...

Aussitôt rentré et après avoir reprit sa veste, Myo repartit vérifier si tout allait bien. Léger soupir. Oyu se redirigea vers les boissons pour en prendre une qui, cette fois ci, descendit de moitié. Elle ne pouvait pas trop lui en vouloir de toute façon, ce n'était pas comme ci la soirée n'était prévue que pour elles. Bref... Avant que la proxénète ne se retourne, une paire de main se posa sur ses hanches la surprenant un peu. Elle resta quelques secondes immobile, avant que l'on vienne lui susurrer à l'oreille quelques mots. Les mains étaient plutôt larges et la voix grave. Un homme. Surement celui du début de soirée. Une fine odeur, une haleine alcoolisée. Les mains bougeaient faiblement lui prodiguant quelques caresses. Oyu pouvait très bien le rembarrer directement mais une idée lui passa par la tête... Elle voulait voir la réaction de Myo. Le sourire aux lèvres, elle se prit au jeu ne répondant ni oui ni non aux avances qu'on lui faisait, de quoi faire durer l'échange le temps que la Yakuza s'en aperçoive....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Jeu 15 Sep - 22:49


La porte coulissante claqua derrière elles, Myo retira la veste des épaules de la demoiselle pour l’en débarrasser et retrouver une liberté de mouvement, offrant de nouveau aux regards sa belle tenue qu’il aurait été dommage de cacher. Elles se séparèrent un petit moment, le temps de faire un tour de salle. Elle vit Oyu se diriger vers le buffet, puis se consacra à ses invités : échange en russe de propos sur cette soirée, petites plaisanteries de circonstances, deux ou trois conseils en passant devant ses hommes de main encore.

Elle ne put déroger au vidage de quelques verres de vodka, bus cul sec comme il se doit, avec son homologue pour réellement sceller leur entente. La bonne humeur de ce bon vivant faisait plaisir à voir et était contagieuse. La petite réception paraissait bien lui plaire et il s’était trouvé une jolie fille pour lui tenir compagnie.
Myo s’amusait bien, mais elle aussi retrouverait bien l’agréable compagne avec qui elle avait commencée la fête. Elle retourna donc auprès du buffet et là… stupeur ! Oyu y était bien, mais elle n’était pas seule. Si au moins l’homme à ses côté se contentait de lui faire la conversation, ce serait aucunement un problème, mais là il se permettait des choses impardonnables.

Approche furtive, l’aura sombre de la yakuza semblait devenir visible, voire palpable autour d’elle. Elle attrapa fermement et sans ménagement entre ses doigts l’oreille de ce malappris et tira dessus, de manière à amener à terre l’impudent, à genou, à l’image d’un garnement qui se ferait gronder. Mieux valait qu’il ne tente aucune résistance ou opposition, sans quoi le châtiment serait immédiat et sans appel. Myo avait déjà sa main sur son tantō, preuve de son sérieux.
Tiens, un homme à elle ? Quelle surprise. Elle demanda à l’un des hommes de surveillance de l’emmener ‘prendre l’air pour décuver’. Façon polie de dire ‘ramenez moi cet imbécile dehors et faites lui comprendre son erreur’. Ce qui signifiait aussi pour lui qu’il devra rattraper son geste par des excuses en bonnes et dues formes et surtout un comportement exemplaire par la suite. Il serait bien sûr placé sous surveillance constante pour une longue période. A la moindre erreur…

Myo laissa le type se faire sortir, en douceur et la tête basse, avant de faire des excuses à Oyu pour cet incident fâcheux. Elle se sentait mal vis-à-vis d’elle et surtout d’avoir eut à intervenir pour ce genre d’évènement qui n’aurait jamais dut avoir lieu. Elle se servit un verre, puis, avec un sourire, se tourna vers la salle où son geste n’était pas passé inaperçu. Si les membres de son clan étaient étonnés, les Russes eux avaient appréciés sa méthode. Moment idéal pour lancer les mots magiques qui anéantiraient toute tension et feraient encore monter d’un cran l’enthousiasme général :

-Allez, maintenant, champagne pour tout le monde !

Claquement de doigts, deux types partirent et revinrent quelques secondes plus tard avec deux caisses sorties d’une chambre voisine, où elles attendaient bien au frais. Myo savait les Russes friands de cette boisson pétillante venue de France, eh bien c’était le moment idéal pour leur en offrir. L’ouverture des bouteilles fut comme un feu d’artifice dans la pièce, les verres se remplissaient et étaient distribués à toute l’assemblée. Myo profita de ce moment pour revenir se coller contre Oyu, lui caresser le dos et susurrer à son oreille :

-J’ai une bouteille aux frais rien que pour nous, si tu veux…

Elle n’en dit pas plus, mais il n’y avait pas que cela. Dans sa chambre, la bouteille était d’un cru spécial, accompagné de fruits rouges, de chocolats et même d’un bouquet de fleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oyu Gokudo

avatar

Nombre de messages : 63
Age : 25 ans
Sexe : Femelle
Sexualité : Bi.
Métier : Proxénète.
Petit(e) Ami(e) : Mon verre d'alcool.
Date d'inscription : 10/07/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Sam 17 Sep - 0:36

Le souffle chaud sur sa nuque ainsi que la sensation des mains sur ses hanches disparu. Myo venait de s'en apercevoir. Se retournant de moitié, Oyu observa la triste scène qui se jouait sous son regard légèrement baissé, dévisageant cet homme qui était venue lui faire quelques mots doux. Celui ci était à genoux, l'oreille tenu par la Yakuza. Drôle de sensation. Elle n'avait pas pensé que cela prendrait une si grande ampleur. Mais elle ne pouvait rien dire, du moins pas en publique. Plus étrange encore, Myo présentant des excuses. Toutes les deux alors gênées, Oyu glissa discrètement un "ce n'est rien." Un bref regard balayant la salle, entre les visages étonnés quelques uns affichaient de l'approbation. La proxénète était partagé. Un tout petit sentiment de culpabilité, mais elle aurait eut la même réaction si... La voix de la Yakuza retentit de nouveau afin de détendre l'atmosphère. Du champagne ? Elle n'en avait pas spécialement goûté. Le plus amusant resta les quelques bouchons volants et se bruit sec quand les bouteilles s'ouvraient. Mais pas le temps d'attraper un verre, Myo se colla rapidement à elle, profitant de l'occasion pour lui faire une proposition.

-J’ai une bouteille aux frais rien que pour nous, si tu veux…

Pour réponse, une de ses mains vint attraper celle de la Yakuza et la serrer délicatement. Un murmure pour lui dire qu'elle la suivait et voilà le couple qui s'éclipse silencieusement pour trouver le confort d'une chambre et de l'intimité. La porte s'ouvre te se referme. Les voilà à l'intérieur. Un poil ébahit, la chambre ne manquait strictement pas d'espace. Il y avait plus qu'un simple lit, c'était presque un appartement. La proxénète alla s'installer devant la table basse dans le petit salon, en seiza et à son tour se fit servir... Alcool, petites friandises, tout devait rouler comme sur des roulettes. Cependant, Oyu était un peu nerveuse. Elle finit par cracher le morceau sur un ton contrarié :

" Myo, tu sais pour ce gars.... J'ai mis un peu de l'huile sur le feu... Je comptais voir ta réaction et... Ne sois pas trop dur avec lui. "

Mais dans cette petite contrariété, elle avait ce sentiment d'importance aux yeux de quelqu'un. Oui, maintenant elle savait clairement où en était l'attachement de la Yakuza. Cela ne lui faisait pas peur, bien au contraire.

" Tu tiens tant que ça à moi ? "

Son regard se baissa légèrement, timide, mais elle finit par le relever car il fallait un baiser. Un baiser rassurant et réchauffant. Yeux mi clos et cette envie de vivre l'instant jusqu'à la fin de sa vie. Puis le verre se leva et elles trinquèrent ensemble. Un fond de musique et quelques chocolats, Oyu grignota sagement. Pour la suite, elle l'a devine. Myo semblait avoir faim...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   Sam 17 Sep - 2:06



L’ouverture des bouteilles par Myo et son associé russe fit vite oublier l’incident. Si les continentaux avaient l’air de bien connaitre cette boisson, certains de ses hommes n’en avaient encore jamais bu, ils feraient leur première dégustation avec l’une des meilleures références. Myo avait choisit ses références devant un film de James Bond, connu pour ses goût raffinés…
La encore, elle eut à trinquer avec le leader en partageant quelques paroles avant de pouvoir rejoindre Oyu. Celle-ci accepta bien facilement sa proposition de s’esquiver à nouveau, dans une autre chambre cette fois ci. C’est main dans la main qu’elles se faufilèrent jusqu’au couloir, attrapant au passage sa veste et ses chaussures puis passèrent devant les hommes postés devant les portes et entrèrent dans cette chambre.

Première impression, le calme environnant, seconde impression, la petite touche personnalisée pour les deux femmes. La pièce unique était grande, mais disposait en plus du futon déjà installé d’une large alcôve faisant office de petit salon, avec une télévision, une petite table et des coussins.
Sur cette table, un panier emplit de fleurs, autour de quelques sucreries et une boite de petits chocolats.
Une fois ses chaussures déposées, Myo referma la porte, accrocha sa veste à l’un des crochets du mur à l’entrée, récupéra au passage son appareil de transmission et ses clopes. Bien qu’elle n’ait pas une grande envie de cigarette… Elle se rendit droit au petit frigo qu’elle avait préalablement remplit d’une bouteille d’une prestigieuse cuvée et d’une large coupelle de fruits rouges. Oyu s’était déjà installée, il n’y avait plus qu’à la servir. Ce qui fut fait en déballant d’abord le chocolat, la bouteille fut ouverte en bataillant un peu, les verres servis et Myo était venue s’installer juste à coté de la belle. Quoiqu’il manquait quand même un petit quelque-chose : de la musique.

Le temps que Myo trouve une chaine câblée musicale, Oyu lui fit une petite confession.

" Myo, tu sais pour ce gars.... J'ai mis un peu de l'huile sur le feu... Je comptais voir ta réaction et... Ne sois pas trop dur avec lui. "

Myo reposa son verre, pour caresser doucement la joue de la demoiselle en lui répondant.

-Qu’importe. Ce n’est que le manque d’attention, de retenue et surtout de respect, tant pour toi que le code établi qui l’ont amené à la punition, même s’il semble avoir bu. J’ai été magnanime : il a encore la chance de rattraper son erreur, à lui de ne pas la gâcher.

La yakuza n’en dit pas plus, mais en vérité, c’est bien parce que c’était une soirée spéciale dans un hôtel neutre qu’il s’en sortait à si bon compte. Un peu aussi parce qu’elle ne voulait pas effrayer Oyu avec ses accès de violence parfois mal canalisés. Elle les découvrirait bien assez tôt, n’est ce pas ? Bien qu’elle n’en ferait pas les frais, du moins tant qu’elle ne la trahirait pas, mais tôt ou tard elle en serait témoin.

" Tu tiens tant que ça à moi ? "

La question sut la surprendre! Elle vit Oyu baisser les yeux, puis son visage se releva lentement vers elle. En la fixant bien, Myo qui était passée de l’étonnement à un attendrissement soudain, vint doucement l’embrasser.

-Assez pour le faire savoir en faisant couler le sang … ce n’est pas juste un jeu, Oyu. Du moins, c’est ce que j’espère. Fut sa réponse dans un murmure suave en la dévorant des yeux.

Elle fit tinter son verre contre celui de la proxénète, comme pour donner à ses mots une résonance particulière. Ses paroles pouvaient sembler dures, parce que ce qu’elle ressentait était fort.
Pour le moment, Myo préférait oublier cet incident, oublier même cette soirée, les autres et ne se consacrer qu’à elles deux. Elle vint nicher sa tête sur l’épaule d’Oyu, avec un petit baiser, puis fit glisser vers elles la boite de chocolats et la coupelle de fruits dans laquelle elle piochait à près chaque gorgée, encourageant Oyu à faire de même.
Toujours pleine d’entrain, Myo reprit subtilement ses petites caresses sous la tenue de la belle, partout où ses mains pouvaient se faufiler sans forcer sur les vêtements. Juste de quoi venir titiller la peau, venir à son contact, profiter de cette douceur, cette chaleureuse sensation.
Dans ses yeux, certainement, on y lisait son désir d’un peu plus de complicité et le plaisir d’avoir enfin un peu de calme et d’intimité après les évènements de la journée. Myo espérait aussi qu’Oyu se trouve dans le même état d’esprit, partageait la même envie de profiter de cet instant à elles, pour elles.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Encore un peu plus...[Oyu]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Encore un peu plus...[Oyu]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: Les Hôtels-
Sauter vers: