Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Mer 28 Sep - 20:18

    En arrivant au commissariat à huit heures du matin, j’étais frais comme une rose et de bonne humeur. Mais mon sourire s’effaça rapidement en voyant l’agitation secouant le commissariat. En plus, il y avait une tension palpable… J’eus envie de tourner les talons et de partir en courant. Mais que se passait-il ? La dernière fois qu’il y avait eu cette mauvaise ambiance, c’était le jour où le vieux Sugiura s’était fait refroidir à la sortie d’un restaurant. Je m’en souvenais bien parce que ça s’était produit seulement quelques mois après mon arrivée à Yuukoku. Mais là, qu’avait-il bien pu se passer ? Un autre meurtre ? Une alerte à la bombe ? Je remarquais que c’était plus mes collègues de la Crim’ qui s’affairaient. Je penchai donc plus vers l’option « meurtre ». Je me dirigeai vers l’accueil où travaillait une belle officier de police.

    « Bonjour Yuko. Dis-moi, tu sais ce qui se passe ? »

    « Quoi ? T’as pas lu le journal ou regarder les infos ? Les Sugiura ont été pris pour cible. Apparemment, Tatsuki serait entre la vie et la mort, et son petit frère… Il n’a pas survécu. »

    « … Non arrête ! C’est une connerie ! »


    « Non, je t’assure. Regarde ! »


    Elle me tendit l’exemplaire du journal qu’elle avait derrière le comptoir. La première page était dédiée à l’accident dont elle parlait. Il y avait la photo des deux frères Sugiura. Je survolai l’article pour en arriver aux informations qui m’intéressaient. Du moins, à l’unique information qui m’intéressait. Je tombai enfin sur celle-ci. « Kano Sugiura, qui était le conducteur du véhicule attaqué, a succombé à sa blessure par balle. Son grand frère, quant à lui, a pu s’extraire du véhicule et blablabla… ». Non ! Il y avait sûrement une erreur ! Ils s’étaient plantés quand ils avaient écrit l’article. Kano ne pouvait pas… J’eus l’impression que le sang avait quitté mon visage et que le sol vacillait sous mes pieds. Complètement perdu, je repliai le journal et le rendis à ma collègue. La voix de celle-ci parvint vaguement à mes oreilles mais je ne compris pas le sens de ses paroles. J’étais sous le choc. Je ne voulais pas y croire. Je m’éloignai de l’accueil pour rejoindre le coin réservé aux Stup’. Un peu à l’écart, je sortis mon portable et appelai Kano. Ça sonna mais personne ne me répondit. Je tombai sur le répondeur. Je laissai un message, en priant pour que ce petit con soit vivant et l’écoute.

    « Salut Kano. C’est Kiba. Appelle-moi dès que tu auras ce message s’il te plait. »

    Je raccrochai, avant de me rendre compte de ma bêtise. Si Kano n’était pas mort, son grand frère restait tout de même en sale état, à l’article de la mort d’après les médias. Peut-être avait-il d’autres choses à penser en cet instant donc. Je finis par me rendre aux vestiaires pour vêtir mon uniforme et allai travailler. Mais les minutes passaient, puis les heures. Arrivé à treize heures, je commençai vraiment à m’inquiéter, surtout que j’entendais parfois les paroles de mes collègues travaillant sur l’affaire Sugiura. L’un évoqua encore la mort de Kano mais se concentra rapidement sur Tatsuki, qui tenait une place plus importante dans la société. Ça me révoltait cette façon de penser et en même temps, ces paroles ne faisaient qu’accroitre ma peur et ma certitude que les journaux disaient en fait vrai. Alors Kano était vraiment mort ? Je lui avais parlé quoi ? Il y avait moins d’une semaine au téléphone ? Je ne parvenais pas à me résoudre à l’idée qu’il n’était plus de ce monde. Je m’étais attaché à lui, plus que je n’aurais dû sans doute…

    Je laissai tomber mon rapport et m’étirai. J’en avais marre de rester le cul posé sur une chaise derrière un écran d’ordinateur. Il fallait que je bouge. Je sortis du bureau dans lequel j’étais et allai me chercher un café, même s’il était dégueulasse au distributeur. Je le bus sans y penser et en faisant extraction de tout ce qui m’entourait. Kano… Cette nuit passée ensemble chez moi… Ces souvenirs me revinrent à l’esprit mais une conversation à côté de moi me tira de mes pensées. C’était mes collègues de la Crim’. Ils planifiaient d’aller faire un tour chez les Sugiura pour interroger quelques personnes et enquêter. J’eus alors comme une illumination. C’était ma chance d’en voir plus sur cette affaire et me rendre vraiment compte que Kano était vraiment mort. Tant que je ne l’avais pas entendu de la bouche d’un de ses proches, je ne voulais croire personne, surtout pas les médias. Je terminai en vitesse mon café et rejoignis mes collègues de la Crim’.


    « Dîtes, je n’ai rien à faire là. Je peux vous filler un coup de main sur votre enquête ? »

    « Eh bien… T’es des Stup’, je ne sais pas si tu nous seras d’une grande aide. »
    me répondit l’un d’eux, avant que son collègue n’intervienne et ne lui chuchote quelque chose à l’oreille. « Ah… En fait, tu ne seras pas de trop. Il y aura sûrement du monde à interroger là-bas. Bon, on y va alors. »

    Je ne savais pas ce que le deuxième flic avait chuchoté à l’autre et ne préférais pas le savoir. Peut-être avait-il informé l’autre que j’avais fricoté avec Tatsuki. On ne pouvait pas cacher grand-chose dans cette ville. En même temps, me rendre au mariage d’un yakuza travaillant pour Tatsuki n’avait pas été malin de ma part. J’avais entendu des messes basses derrière mon dos par la suite au commissariat mais je m’en fichais. Je connaissais la vérité et ça me suffisait. Par contre, concernant la relation avec Kano, je n’avais pas eu d’échos. C’était sûrement mieux comme ça… Je suivis mes deux collègues jusqu’à la voiture. Un troisième nous rejoignit. J’eus l’impression que le trajet jusqu’à la résidence Sugiura dura une éternité. Etant croyant lorsque ça m’arrangeait, je ne cessais de prier pour que les journaux se soient plantés. Lorsque nous arrivâmes à destination, plusieurs gardes nous accueillir. Suite à ce qui s’était passé, nous fûmes fouillés. Vive la confiance envers la police… Mais nous pûmes enfin entrer et demander à parler à plusieurs hommes. Je pris quelques notes sur les interrogatoires mais j’étais plus occupé à regarder autour de moi qu’autre chose. Je cherchais Kano du regard, en vain.

    Il ne restait plus que trois hommes à interroger. A part eux et nous, les flics, il ne restait personne dans la pièce. Vu que les présumés yakuza étaient occupés, je parvins à m’esquiver et à sortir de la salle. En refermant délicatement la porte derrière moi, je m’aperçu qu’il n’y avait personne dans les couloirs. Tous les gardes devaient être autour de la grande baraque vu qu’il n’y avait sûrement aucun risque à l’intérieur. C’était bon pour moi ça… Je me faufilai, en étant tout de même le plus discret possible, dans les couloirs de la résidence. Mais c’était un vrai labyrinthe. C’était la première fois que je mettais les pieds dans cette forteresse et je ne savais même pas par où commencer. Et puis, qui devais-je chercher ? Kano ? L’un de ses proches si jamais l’adolescent était mort ? J’eus un pincement de cœur à cette pensée. Non, il fallait que je trouve Kano en personne. Je continuai d’avancer dans ce dédale mais je fus stoppé net à l’angle d’un couloir en me heurtant à quelque chose, ou plutôt à quelqu’un. Par réflexe, je reculai, avant de me rendre compte qu’il s’agissait d’une vague connaissance. C’était l’un des amis de Kano, que j’avais croisé en boîte de nuit. Merde, comment il s’appelait déjà ? Ça commençait par un « K »…


    « Je… C’est pas ce que tu crois ! J’suis pas venu fouiner ! Je voulais juste savoir si ce que disent les journaux est vrai. Kano… Est-ce qu’il est… » commençai-je, sans trouver la force de terminer ma phrase.


_________________


Dernière édition par Kiba Tenkai le Lun 31 Oct - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Mer 28 Sep - 22:45



L'ambiance était devenue folle ces derniers jours, pourtant, il ne fallait pas céder à toute cette agitation. Au contraire, c'était dans des moments de crises extrêmes comme ceux-là qu'il fallait montrer toute sa force. Kano était pour le moment le seul Sugiura qui avait toutes ses capacités et il était second officiel. Il se devait donc de garder les rangs serrés au maximum. Fort heureusement, Ren était là et il pouvait compter sur la fidélité d'amis comme Keiji ou Kyousuke. Tatsuki ne s'était pas trompé en choisissant ses hommes. L'adolescent avait pu rendre visite à son frère mais il fut le seul vu que toute visite était interdite. Après plus de 24 heures, Tatsuki avait été sorti de son coma artificiel. La septicémie avait heureusement été évitée mais Tatsuki était sous traitement intensif, il passait donc son temps à dormir. Kano avait dû signer un tas de paperasse à l'hôpital vu qu'il était le seul membre de la famille. Reira avait apposé sa signature en second pour encadrer son frère presque majeur. Bref, pas loin de 48 heures d'enfer s'étaient écoulés. Le clan Sugiura n'avait pas parlé à la presse pour éviter de fournir des informations à leurs éventuelles ennemis. Il fallait être vigilant tant qu'ils ne savaient pas qui était à l'origine de cette agression. Kano avait dû se mettre au travail dès le lendemain et s'entretenir avec les autres "sages" des clans et le Suprême. Il avait même brièvement parlé à Cassandre tout en restant professionnel. Il ne voulait guère trop s'étaler sur ses sentiments personnels.
La police était déjà passée la veille mais ils avaient convenu d'interroger un maximum de monde le lendemain.
Kano se réveilla vers 9 heures 30. Il avait très peu dormi depuis l'accident et Ren en sage grand frère lui avait fait prendre un petit cachet la veille pour mieux dormir. Kano devait après tout se maintenir en forme vu qu'il était la tête pensante et qu'il avait la direction du clan. Le mot d'ordre était de renforcer la sécurité et de rester prudent mais aussi discret. Les hommes du clan enquêtèrent dans l'ombre. Ils furent rejoint par des hommes du clan McKeller. Les deux autres Oyabuns proposèrent leur solidarité (histoire de montrer leur bonne foi mais Kano refusa poliment). Par contre, il dut se forcer à entretenir le dialogue avec Hidekazu... le clan passait avant tout. Leurs recherches se concentrèrent sur les différentes pistes à exploiter mais surtout sur Ada. Elle n'avait toujours pas donné de nouvelles... c'était très mauvais signe mais son corps n'avait pas été retrouvé sur les lieux.
Le jeune yakuza fut prévenu de l'arrivée des flics. Il demanda à ne pas être dérangé avant la fin de la matinée. La police allait interroger quelques hommes triés sur le volet, après tout, ils n'avaient pas besoin d'interroger tous les hommes du clan. Ceux qui étaient donc officiellement les amis et employés les plus proches de Tatsuki furent interrogés : Ren, Keiji, Kyousuke, Kanzaki... Kano y passerait en dernier. Ren trouverait auprès de ces chers commissaires une raison pour expliquer ce retard.


------------
Keiji quitta le salon après avoir parlé à l'un des enquêteurs. Il était officiellement un employé proche de Tatsuki et ami de son frère. Il répondit très précisément aux questions pour montrer sa bonne volonté mais bien entendu, il n'eut rien à apprendre à la police. Il montra son grand étonnement à un tel événement vu le statut de Tatsuki et sa popularité.
Il sortit de la salle pour se rendre dans le couloir et rejoindre Kano. Il voulait le prévenir qu'il passerait à l'interrogatoire et le roder avant, mais les flics ne l'accableraient pas trop vu son statut de victime, car après tout, son frère gisait à l'hôpital. Le beau blond un peu agité comme à son habitude tomba nez à nez avec une connaissance ou plutôt tête à tête uv qu'ils se rentrèrent dedans... une vague connaissance. Il reconnut l'ex de Tatsuki. Que foutait-il ici ? Il se rappela qu'il était flic lui aussi mais pourquoi se baladait-il seul ici ? Il était bien loin de ses collègues. Keiji devait rester calme et ne pas causer un problème de plus avec ce fouineur.


« Je… C’est pas ce que tu crois ! J’suis pas venu fouiner ! Je voulais juste savoir si ce que disent les journaux est vrai. Kano… Est-ce qu’il est… »

D'emblée ce chien se justifia, mais le plus suspect fut sa référence à Kano. Il s'était tapé Tatsuki nan ? Du moins, d'après ses souvenirs au casino.


"Que faites-vous ici ? Vous savez que Tatsuki est à l'hôpital ! Voulez-vous nous interroger ? Si c'est le cas, c'est dans le salon que ça se passe !"


Keiji était sur la défensive. Personne n'avait trouvé normal que Tatsuki ajoute un flic à son tableau de chasse, mais chacun avait ensuite pensé que c'était un indic ou un truc du genre. Mais le voir dans les couloirs fouiller et surtout le fait qu'il parle de Kano était... que lui voulait-il ? Keiji était surprotecteur avec le jeune yakuza, en particulier aujourd'hui. Il ne supporterait pas que quelqu'un touche à son ami, surtout en ce moment. L'homme de main était surement parano mais il ne pouvait faire confiance à personne, surtout pas aux flics ! Qui sait, ils étaient peut-être responsables de la tentative de meurtre sur Tatsuki et ils voulaient approcher Kano... Après tout, ça expliquerait pourquoi ce type avait approché l'Oyabun... Des tas d'idées folles étaient passées dans la tête des hommes du clan.
Keiji saisit le flic par le bras quand il comprit que celui-ci semblait vouloir insister.


"Suivez-moi ! Vous ne pouvez pas rester ici !"

Sans le vouloir le ton monta. Il monta assez pour tirer Kano hors de son bureau. Il descendit l'escalier pour demander au blond ce qui se passait.

"Keiji, tu..."


Il ne put terminer sa phrase quand il aperçut Kiba en compagnie de son ami. Que faisait-il ici ? Il était des stup et cette affaire ne le concernait pas. Kiba le fixa au moins dix secondes avant de prononcer son prénom. Keiji ne cacha pas sa curiosité mais aussi son énervement.


"Kano, remonte !"

Pour une fois il se comportait avec sérieux comme un vrai grand frère. Le brun se dirigea vers les deux hommes et prit le bras de Kiba.

"Je t'expliquerai plus tard, Keiji... Kiba on monte !"

Il tira le blond pour qu'il le suive, laissant Keiji derrière eux. Celui tapa sur le mur et jeta un regard glacial au blond qui lui faisait dos.

"Et merde !"

Kano et Kiba arrivèrent à l'étage et se rendirent dans la chambre de Kano. Il préférait cette pièce au bureau de son frère, il fallait rester prudent et ne pas oublier malgré tout ce bordel que Kiba était flic. Il referma la porte derrière lui et s'appuya contre la porte.

"Qu'est-ce que tu fais ici ? T'es malade ?! T'es pas de la crim ! En plus, mon frère est à l'hôpital, si tu voulais le voir c'est par là-bas qu'il fallait enquêter !... C'est risqué de venir ici ! "


Kano ne savait pas vraiment quoi dire et comment interpréter la venue du blond. Il avait plutôt en tête qu'il était là pour son frère, mais ce n'était pas le moment de se prendre la tête pour des histoires sans importances.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Ven 30 Sep - 6:01

    "Que faites-vous ici ? Vous savez que Tatsuki est à l'hôpital ! Voulez-vous nous interroger ? Si c'est le cas, c'est dans le salon que ça se passe !"

    « Non non, je veux juste… Aïe ! Du calme ! »
    m’écriai-je lorsqu’il me prit fermement le bras.

    "Suivez-moi ! Vous ne pouvez pas rester ici !"

    Agacé, je fis un mouvement de bras pour me dégager de son emprise. Non mais je savais que je n’avais pas à être là mais il fallait que je sache ! Pourquoi ne voulait-il pas me répondre ? Les journaux disaient-ils vrai ou non ? C’était pourtant simple comme question ! Il n’avait qu’à me répondre par « oui » ou « non ». En le voyant revenir à la charge pour me reconduire au salon, j’eus un nouveau mouvement de recul. Je fus prêt à lui envoyer une saloperie verbale au visage mais je fus coupé dans mon élan par une voix très familière. Je tournai la tête vers sa source. Kano se trouvait là, en bas de l’escalier, vivant. Je n’en revenais pas. J’avais eu raison de me méfier des journaux. Mais comment avaient-ils pu se tromper à ce point ? C’était grave d’écrire des conneries pareilles ! Est-ce une blague de leur part ? Ou une idée bizarre des Sugiura ?

    « Kano, tu… »

    "Kano, remonte !"

    "Je t'expliquerai plus tard, Keiji... Kiba on monte !"


    Un peu secoué par la bonne nouvelle, je me laissai entrainer docilement par Kano dans les couloirs de la maison. Je n’étais pas du genre à obéir aussi facilement à un ordre aussi direct mais j’étais trop content de voir Kano en pleine forme. Par contre, ce Keiji ne semblait pas être dans le même état d’esprit à cause de ma venue ici et de ma proximité avec l’adolescent… Mais qu’importe ! Le plus important était que Kano soit vivant. Je le suivis à l’étage jusqu’à ce qui devait être sa chambre. La pièce ne ressemblait pas vraiment à une chambre d’adolescent. Il y avait peu de décoration. Par contre, de gros livres trainaient par endroit. J’avais un peu oublié que Kano avait une intelligence supérieure à la moyenne. Peut-être aimait-il lire pour approfondir ses connaissances, ou bien c’était simplement des bouquins de cours. Mais là n’était pas la question.

    "Qu'est-ce que tu fais ici ? T'es malade ?! T'es pas de la crim ! En plus, mon frère est à l'hôpital, si tu voulais le voir c'est par là-bas qu'il fallait enquêter !... C'est risqué de venir ici ! "

    « Mais il fallait que je sache ! Les médias te disent mort. Si tu avais répondu à mon message, je ne serais pas venu jusqu’ici ! »


    Je venais lui rendre visite en prenant des risques et voilà comment il me remerciait ? Il m’engueulait et me parlait de son frère. Qu’est-ce que j’en avais à faire de Tatsuki ? Bien sûr, ça me touchait tout de même un peu de le savoir à l’hôpital entre la vie et la mort mais le plus important à mes yeux était Kano. J’étais rassuré de le savoir en vie. Mine de rien, je m’étais vraiment attaché à lui, plus que je ne me l’étais imaginé. Il était un peu comme un petit frère à mes yeux. Certes, j’avais couché avec lui la dernière fois mais ça n’avait été qu’un réflexe pour le garder près de moi. Je lui avais montré jusqu’où j’étais prêt à aller pour continuer à le voir. Pourquoi jouait-il les indifférents maintenant ? J’avais l’impression qu’un gouffre s’était formé entre nous depuis la dernière fois où nous nous étions parlé au téléphone. Pourquoi ? J’étais là pour lui dans un moment aussi grave. Peut-être était-ce l’uniforme qui le dérangeait ? Mais j’étais flic et il le savait très bien. Pourtant, ce n’était pas le flic qui était là mais l’ami.

    « Ecoute, je ne suis pas venu pour t’emmerder avec des questions. Comme tu l’as dit, je ne suis pas de la Crim’ donc je n’ai pas à faire leur boulot. Mais c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour venir. Je voulais savoir si ce que j’ai lu sur toi était vrai ou faux. Visiblement, c’est faux. Euh… Je… »

    Que dire d’autre maintenant ? Je me sentais con tout d’un coup. Kano était en face de moi, vivant. Maintenant que je le savais, que devais-je faire ? Lui demander comment il allait ? C’était évident qu’il n’allait pas bien puisque son frère qu’il aimait tant était à l’hôpital. Lui dire qu’il pouvait se confier à moi s’il en avait besoin ? J’étais sûr qu’il refuserait et qu’il prendrait ça pour une insulte. Après tout, Kano avait sa fierté. Si je lui laissais entendre que je le pensais faible, il allait mal le prendre. Alors quoi ? Qu’est-ce que je pouvais dire d’autre ? Je ne savais pas comment réagir. Il semblait vouloir mettre une barrière entre nous, sans doute pour se protéger. Peut-être avait-il raison. Dans un moment pareil, je n’étais pas vraiment le bienvenu. Il avait autre chose à penser que ma petite personne et puis j’étais flic, l’uniforme que je portais le montrait bien.

    « Les collègues croient les journaux. Ils n’ont même pas été fichus d’aller à la morgue ou de téléphoner au légiste pour vérifier. Ils ne vont donc pas t’interroger aujourd’hui et je ne vais rien leur dire, qu’ils se démerdent ! Ça t’évite d’avoir affaire à eux aujourd’hui… Hum… Comment va ton frère ? » demandai-je, me disant que ça aurait été impoli de ne pas le lui demander.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Ven 30 Sep - 12:15



« Mais il fallait que je sache ! Les médias te disent mort. Si tu avais répondu à mon message, je ne serais pas venu jusqu’ici ! »

Répondu à son message ? Kano ne l'avait tout simplement pas eu et quand bien même, il ne l'aurait sans doute pas fait. Il avait de très grosses responsabilités maintenant et sa vie privée passer après. Il manquait parfois un peu de maturité en jouant les gamins gâtés et égoïstes, mais il savait prendre les choses au sérieux quand c'était nécessaire. Même si c'était difficile à accepter, Kiba n'avait pas sa place dans sa vie et il ne l'aurait sans doute plus. Cet évènement tragique qu'avait été la tentative d'assassinat de son frère avait eu un impact énorme dans sa vie. Plus rien ne serait pareil. Cette légèreté qu'il s'était permis de prendre en menant une petite vie cachée était du passé. Mais c'était dur à dire et à admettre.

"Je... je n'ai plus eu mon téléphone entre les mains depuis... enfin... je suis scotché au bureau de Tatsuki à prendre les appels professionnels et familiaux..."

Que dire de plus ? C'était vrai après tout. Il s'occupait principalement du clan et les appels personnels sur son téléphone lui étaient passés par-dessus la tête, mais il avait peut-être eu un peu tord. Du moins, au regard des gens normaux. personne ne pourrait comprendre ses nouvelles résolutions et son train de vie. Quitte à être froid et un peu distant avec le blond, il préférait jouer son rôle de second Sugiura, mais en réalité, il était heureux à l'intérieur de lui de voir le blond.

« Ecoute, je ne suis pas venu pour t’emmerder avec des questions. Comme tu l’as dit, je ne suis pas de la Crim’ donc je n’ai pas à faire leur boulot. Mais c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour venir. Je voulais savoir si ce que j’ai lu sur toi était vrai ou faux. Visiblement, c’est faux. Euh… Je… »


Pour la toute première fois, le blond semblait extrêmement gêné. Enfin, c'était la seconde fois, après qu'il lui eu avoué avoir été un peu jaloux de Yonekuni. Mais cette fois-ci, il semblait très tendu, voir désespéré. Nul doute qu'il avait été plus qu'inquiet pour le jeune yakuza. Ce n'était pas simplement de l'inquiétude, c'était un peu plus. Les deux hommes avaient une relation vraiment étrange... mais le plus secret des deux était bien le flic. Kano n'arrivait toujours pas à mettre un nom sur la façon dont il le considérait. Il n'était pas fou amoureux de lui, mais il tenait à lui. Comme un frère comme il l'affirmait mais aussi plus...
Ce foutu article de presse avait dit n'importe quoi et beaucoup de connaissances du jeune brun devaient être effondrés, mais Kano s'en fichait. Les gens de l'université qu'il côtoyait ne représentait rien à ses yeux, sauf peut-être Yonekuni, mais plus rien ne serait possible entre eux. Aujourd'hui, seul Tatsuki comptait et le clan, au point qu'il n'avait pas pensé à Kiba.C'était normal au fond de faire passer sa famille en premier.


« Les collègues croient les journaux. Ils n’ont même pas été fichus d’aller à la morgue ou de téléphoner au légiste pour vérifier. Ils ne vont donc pas t’interroger aujourd’hui et je ne vais rien leur dire, qu’ils se démerdent ! Ça t’évite d’avoir affaire à eux aujourd’hui… Hum… Comment va ton frère ? »

Kiba était attentionné et c'était plaisant. Sa présence en était la preuve. Il avait enfilé ce stupide accoutrement et faisait des heures supplémentaires dans un secteur qui n'était pas le sien pour venir prendre des nouvelles de Kano. Ce fut la première pensée joyeuse du jeune brun en 48 heures. Mais le blond avait tord. Kano n'allait pas continuer de jouer au mort aux yeux de toute la société.

"Tatsu va mieux... il va se remettre je le sais... mais merci de t'être déplacé... C'est vrai que ces Cons de journalistes se sont contentés de prendre des photos lointaines et d'en tirer des conclusions hâtives... mon avocat n'a rien démenti depuis 48 heures par sécurité. On a eu peur pour moi mais... on va démentir dès cet après-midi et je ne vais pas me soustraire à tes collègues. Ce ne sont que des questions après tout. Mais... merci de t'en inquiéter Kiba..."

Pour la première fois depuis le début de leur entrevue, il esquissa un léger sourire tout en restant politiquement correct et distant. Il fixa un temps le blond dans son uniforme, ça faisait un peu bizarre de le voir ainsi. Son look cool habituel faisait presque oublier son métier. Même si Kano faisait bonne figure comme un vrai homme, il avait besoin de réconfort, mais jamais il ne le dirait. Jamais au clan ou à Kiba, même si les bras de ce dernier lui avaient terriblement manqués. Que dire de plus maintenant ? Kiba savait que Kano était en vie et il s'était assuré que tout allait globalement bien.
Le jeune yakuza s'assit sur son lit et fouilla dans sa veste pour allumer une cigarette.


"En général j'évite de fumer dans ma chambre mais là... c'est spécial... mon frère a failli se faire tuer... Tes collègues pensent à une tentative d'enlèvement qui aurait mal tourné et je suis dans doute menacé." il pouffa de rire. "Quand tu es riches et que tu réussis dans les affaires, tu te fais plein d'ennemis... mais ce sont les risques je suppose... donc je vais pour le moment prendre les rennes de la société familiale et mettre un peu la fac de côté. De toute façon, c'est pas compliqué !"

La discussion prit un versant "normal". Il fallait après tout banaliser cet accident même si c'était le genre de crime qui était rarissime dans les environs. On s'en prenait jamais aux gens puissants ici. Kano arrivait même dans un moment aussi compliqué à faire en sorte de construire une histoire excluant la mafia. Il fallait mettre cet incident sur le compte de la jalousie de concurrents de l'Oyabun, concurrents n'appartenant pas à la mafia, mais concurrents "honnêtes" baignant dans les affaires, car même dans le monde des affaires et des finances, on se faisait beaucoup d'ennemis, surtout s'il y avait des millions à la clef. Ou peut-être qu'on voulait une rançon de leur part et dans ce cas, Kano pouvait lui aussi être kidnappé. Ces histoires abracadabrantesques n'étaient qu'un écran de fumée, car il y avait 100% de chance que ce soit en relation avec la mafia, même si pour le moment, tout le monde se renvoyait la balle et personne n'arrivait à trouver qui pouvait être à l'origine de tout ça.
Kiba prit place aux côtés de l'adolescent et alluma à son tour une clope.


"Tu t'es inquiété pour moi... merci..."


Kano le savait mais voulait l'entendre de la bouche du blond. Même s'il restait stoïque devant le flic, cet acte le touchait grandement et lui faisait encore plus réaliser ce qu'il ressentait pour lui, mais il ne dirait rien de plus, quitte à mettre une barrière entre le flic et lui et à couper les contacts par la suite. Avec cette histoire, il devait être sage et responsable et éviter de poursuivre son histoire avec un policier, surtout en ce moment... Dommage, ce fut trop court à son goût...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Sam 1 Oct - 18:20

    "Tatsu va mieux... il va se remettre je le sais... mais merci de t'être déplacé... C'est vrai que ces cons de journalistes se sont contentés de prendre des photos lointaines et d'en tirer des conclusions hâtives... mon avocat n'a rien démenti depuis 48 heures par sécurité. On a eu peur pour moi mais... on va démentir dès cet après-midi et je ne vais pas me soustraire à tes collègues. Ce ne sont que des questions après tout. Mais... merci de t'en inquiéter Kiba..."

    « De rien. »


    Kano n’avait pas à me remercier. C’était normal après tout. Je pouvais comprendre le fait qu’il ne souhaite pas avoir à faire aux flics pour le moment. Les évènements étaient encore trop récents et il avait d’autres choses à penser, comme à son frère par exemple. Même si je n’avais aucun attachement particulier à Tatsuki, j’étais tout de même un peu soulagé de le savoir sur la bonne voie pour guérir. Si ça avait été l’inverse, Kano aurait été dévasté et ça, je ne le voulais pas. J’étais conscient que l’adolescent souhaitait mettre une certaine distance entre nous, même si je ne savais pas pourquoi, mais ça me donnait encore plus envie de me rapprocher de lui. Dans un moment comme celui-là, les vrais amis devaient toujours être là, non ? J’étais présent et je tentais d’être le plus attentionné possible, sans trop en faire quand même. J’avais tout de même ma fierté et je ne voulais pas passer pour un mec trop collant… Je suivis Kano du regard pour le voir s’asseoir sur son lit et allumer une cigarette.

    "En général j'évite de fumer dans ma chambre mais là... c'est spécial... mon frère a failli se faire tuer... Tes collègues pensent à une tentative d'enlèvement qui aurait mal tourné et je suis sans doute menacé… Quand tu es riche et que tu réussis dans les affaires, tu te fais plein d'ennemis... mais ce sont les risques je suppose... donc je vais pour le moment prendre les rennes de la société familiale et mettre un peu la fac de côté. De toute façon, c'est pas compliqué !"

    « C’est pas compliqué » ? Nous n’avions apparemment pas le même sens du mot « compliqué » lui et moi. Mais lui était un petit génie, moi un être humain de base. En tout cas, même dans un moment pareil, il continuait de me parler d’affaire familiale tout à fait légale mais je n’étais pas dupe. Cette tentative de meurtre avait sûrement un rapport avec la mafia. Lui comme moi le savions mais c’était un sujet tabou entre nous. J’étais flic, lui yakuza, ce sujet n’avait donc pas à être abordé entre nous. Je rejoignis Kano sur son lit et allumai à mon tour une clope. C’était dur le boulot de flic quand même… Je soupirai en recrachant de la fumée de cigarette. Je me sentais mieux maintenant que j’avais Kano à côté de moi et en pleine forme. Pourtant, il y avait cette distance qu’il mettait entre nous. Ça m’énervait. Néanmoins, je savais que ça lui faisait tout de même plaisir de me voir. Ses paroles qui suivirent me le prouvèrent.

    "Tu t'es inquiété pour moi... merci..."

    « Tu aurais fait la même chose pour moi. Enfin j’espère… »
    lui dis-je en lui adressant un sourire avant de glisser ma main libre sur sa nuque pour lui caresser un peu les cheveux. « J’espère que tu porteras plainte contre ces connards de journalistes. J’ai failli les croire moi ! »

    Je tentais un contact physique avec Kano, tout en lui disant les mots qu’il souhaitait sans doute entendre. Il avait beau jouer les types distants, je savais que j’exerçais une certaine emprise sur lui. Mais ce n’était que vengeance. Lui aussi avait une certaine emprise sur moi. Je n’aurais pas accouru à ses côtés si ça n’avait pas été le cas. Je prenais quand même des risques à être ici. Mes collègues de la Crim’ devaient sûrement s’imaginer des choses à mon sujet. Peut-être me voyaient-ils même comme un flic ripou. C’était un peu le cas bien sûr, mais pas comme ils le pensaient. Je n’avais aucune affaire avec les Sugiura et je n’en aurais jamais. Je ne voulais pas être impliqué dans les affaires de la mafia. Je côtoyais un yakuza, certes, mais ce n’était que sur le plan affectif et non professionnel. Et puis je ne savais pas combien de temps ça allait durer. Kano allait-il se détourner de moi ?..


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Mar 4 Oct - 0:26


« Tu aurais fait la même chose pour moi. Enfin j’espère… J’espère que tu porteras plainte contre ces connards de journalistes. J’ai failli les croire moi ! »

Kiba frotta amicalement les cheveux du jeune yakuza, un peu comme avant. Il montrait ainsi modérément son attachement en relativisant sa venue. Mais Kiba avait été plus qu'inquiet pour le jeune Sugiura et ce sentiment redonna l'espace d'un instant le sourire à Kano. Il se sentit un peu coupable d'oublier l'espace d'un instant toute la situation. Tout ce cadre lourd et grave qui pesait autour de lui... mais la présence du blond lui faisait vraiment plaisir, d'autant plus que c'était inattendu. C'était donc ça... l'amitié, l'amour, avoir des interactions et une personne qui s'inquiète pour soi. Kano rejetait tout cela et les interactions extérieures. Dans sa tête, il se suffisait à lui seul, lui et son frère, seuls face à tous. Mais, Tatsuki n'avait jamais été de cet avis et son gout frénétique pour les conquêtes étaient sans doute dues à ce sentiment... sentir qu'on est important pour quelqu'un, même si ce n'est pas réciproque. Dans son cas, Kiba était important pour lui mais inversement, c'était plus modéré. Mais même s'il ne lui rendrait jamais ses sentiments, ce qu'il ressentait pour le yakuza suffisait. Ce qu'il ressentait l'avait après tout fait déplacé dans la maison d'un chef de la mafia... même si les deux hommes jouaient aux idiots, chacun savait la vie que menait l'autre.

"J'ai pas le temps pour ces absurdités, mais je ferai un démenti bien salé ! De toute façon, la réputation de ce journal va en prendre un sacré coup ! Cette bande de cons, tsk !"

Ils avaient bien merdé, mais fort heureusement, l'entourage proche de Kano savait que cette affirmation était fausse. Y compris, Kiba maintenant. Tout d'un coup, l'adolescent se sentait un peu coupable de ne pas l'avoir prévenu, mais tant de choses s'étaient passés... Et puis, les rangs s'étaient resserrés autour de lui et maintenant, il avait beaucoup de responsabilités.

"Oh merde ! C'est vrai... Yonekuni a dû avoir la même réaction que toi ! Tsk ! Sur ce coup j'ai été égoïste... mais ces derniers jours, mon téléphone à été le cadet de mes soucis..."

Non pas qu'il avait gaffé sciemment, mais faire référence à Yonekuni même dans ce contexte alors qu'il savait qu'au fond de lui que le blond éprouvait une certaine jalousie envers lui, était un peu déplacé. Mais pour une fois, rien n'était calculé. Il écrasa sa cigarette dans un petit pot, avant de réfléchir un instant. Maintenant que Kiba s'était assuré que Kano était bien en vie, que dire de plus ? Même si Kano n'avait pas la tête à se poser plusieurs questions sur leur relation, une petite gêne s'était installée. Ils ne s'étaient pas revus depuis cette nuit... la fameuse nuit... ils avaient bien eu un échange furtif mais rien depuis. D'ailleurs, ils ne s'étaient pas revus. Ils avaient planifié de fêter son anniversaire ensemble, mais là ce n'était plus d'actualité... quelle triste anniversaire d'ailleurs. Sa majorité serait à jamais marqué par le sang de son frère et le triste sentiment de perdre un être cher. La vengeance l'animait plus que tout... Il jeta un regard furtif à son partenaire avant de pousser un soupir.

"Enfin... ça m'a fait plaisir d'avoir une visite... je vais sans doute rester longtemps cloitré ici... quand mon frère se réveillera, à coup sûr il flippera pour moi et il m'enverra à l'étranger ! Quelle merde, hein ?! Peut-être qu'on ne se reverra plus après !"

Il esquissa un sourire forcé, mais c'était tout à fait plausible. Tatsuki se battrait pour guérir et être sur pied pour buter les enfoirés qui avaient commis cette agression. Mais, vu son côté père poule, il surprotégerait ses proches ; son fils, Cassandre sans doute, Abel et surtout Kano... même si parfois leurs relations étaient tendues (principalement à cause de l'adolescent), Tatsuki avait le devoir de le protéger. Il s'était toujours senti coupable des malheurs et de la tristesse de Kano. Il donnerait sa vie pour lui... et même s'il n'avait jamais parlé de cela, il n'était pas sûr qu'il souhaite que son petit frère tienne un jour la dangereuse place d'Oyabun, ni son fils d'ailleurs... Tatsuki ne pensait pas comme les autres, il était différent de tous, y compris de ses pairs.

"Mais t'es flic ! T'auras qu'à me protéger, hein ?"

Le sourire qui marquait son visage était également forcé. Il parlait comme un gamin, mais ne pouvait-il pas rêver ? Un peu d'insouciance, même l'espace de quelques minutes lui faisait le plus grand bien. Ces mots n'étaient pas habituelles dans sa bouche, il semblait même être stupide, lui, qui d'habitude faisait tellement preuve de maturité. Peut-être que cela reflétait tout simplement sa faiblesse et son ras-le-bol, même s'il ne se plaindrait jamais. Il bouscula le flic en riant.

"T'imagine... je suppose que Keiji, le type que tu as vu en bas, s'est rappelé de toi... c'est sans doute pour ça qu'il a été sur ses gardes ! Alors, ce serait pire si Tatsu nous voyait..."

Autant plaisanter un peu de la situation. Mais au fond, Kano ne plaisantait pas... La relation que Kiba et son frère avaient eu le gênait de plus en plus. Mais peu importe maintenant, ils ne se reverraient sans doute plus. Le temps de la légèreté était bel et bien terminé, à cause de cette accident, tout changerait sans doute, à commencer par la vie privée de Kano, qui ne bénéficierait plus de libertés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Ven 7 Oct - 18:22

    "Oh merde ! C'est vrai... Yonekuni a dû avoir la même réaction que toi ! Tsk ! Sur ce coup j'ai été égoïste... mais ces derniers jours, mon téléphone a été le cadet de mes soucis..."

    « Tant pis pour lui. Il n’a qu’à avoir les couilles pour venir jusqu’ici. »


    Me comparer à ce playboy de pacotille… Kano l’avait-il fait exprès ou pas ? Et puis pourquoi me parlait-il de lui ? On s’en foutait complètement de ce Yonekuni. Rhaa, mais maintenant que l’adolescent en avait parlé, je ne pouvais empêcher de nombreuses pensées envahir mon esprit. Au final, Kano et lui avaient-ils couché ensemble, le lendemain de notre nuit à nous ? J’avais tenté de le savoir au téléphone la dernière fois mais le petit frère Sugiura était resté vague, juste pour me faire chier. Il savait que j’étais jaloux et il en jouait. Quel petit con. Je soupirai et retirai ma main de ses cheveux. Voilà qu’il m’avait énervé… Je tirai une dernière taffe sur ma cigarette et l’écrasai à mon tour dans le cendrier improvisé. Il y eut un silence, qui fut rompu par Kano.

    "Enfin... ça m'a fait plaisir d'avoir une visite... je vais sans doute rester longtemps cloitré ici... quand mon frère se réveillera, à coup sûr il flippera pour moi et il m'enverra à l'étranger ! Quelle merde, hein ?! Peut-être qu'on ne se reverra plus après !"

    « Dis pas ça. »


    Kano le faisait-il exprès ou pas ? J’avais du mal à discerner ses intentions parfois. Mais à d’autres moments, je me savais pertinemment manipulé, et je ne faisais rien pour résister. Cependant, à cet instant, faisait-il exprès de me dire ça ? De me dire que nous ne nous reverrions peut-être plus à l’avenir ? Putain, si je m’étais attaché à lui, ce n’était pas pour le voir partir peu de temps après. Bien sûr, ça aurait pu être plus grave, comme le savoir mort, ce que j’avais cru avant de venir dans l’antre des Sugiura. Mais là… Maintenant que je savais qu’il allait bien, je ne voulais pas qu’il m’échappe. Son frère n’avait pas intérêt à le renvoyer à l’étranger. Mais ça, était-je capable de le dire concrètement ? Pas sûr. Je me doutais des sentiments de Kano à mon égard mais je ne parvenais pas à mettre un nom sur les miens. Je ne voulais donc pas lui donner de faux espoirs ou quelque chose du genre.

    "Mais t'es flic ! T'auras qu'à me protéger, hein ?"

    « Bien sûr ! C’est mon boulot après tout. Et puis tu te souviens, je me suis autoproclamé comme ton garde du corps. »


    Je répondis à sa bousculade en disant ça. Le soir où il avait joué avec le feu avec ce pervers en boîte de nuit, je l’avais sorti d’affaire et reconduis jusqu’à chez lui pour lui éviter de faire une connerie. Ensuite, j’avais eu le droit à un spectacle dont je me serais bien passé : Kano en pleine crise. Mais, sans cet épisode, je n’aurais sans doute pas appris à le connaitre autant… Et je ne me serais sans doute pas attaché à lui comme je l’avais fait. Tout n’avait pas été parfait dans notre histoire mais au final, on s’en sortait plutôt bien, non ? Même si au final, on ne savait pas trop ce qui nous liait. Tout était si compliqué. Alors pourquoi compliquer encore plus la situation en voulant à tout pris mettre un nom sur ce qui nous liait ? Je préférais vivre le moment présent plutôt que de me prendre la tête pendant des heures.

    "T'imagine... je suppose que Keiji, le type que tu as vu en bas, s'est rappelé de toi... c'est sans doute pour ça qu'il a été sur ses gardes ! Alors, ce serait pire si Tatsu nous voyait..."

    « Arrête, il me réserverait le même traitement qu’au bâtard qui lui a tiré dessus ! Enfin… Il rêverait de me faire ça. Bien sûr, en homme intègre, il ne le ferait pas… »


    Bien sûr, on allait le croire. Mais je n’étais pas censé le savoir. Aux yeux de tous, Tatsuki Sugiura était un riche héritier et un homme d’affaire très puissant. Mais évidemment, tous les flics de la ville étaient au courant des rumeurs courant à son sujet. Il était un yakuza très puissant et serait capable de tuer de ses propres mains, si ce n’était pas déjà fait. Mais ça, je ne voulais pas le savoir. Je ne désirais pas être mêlé à ce genre d’histoires. Voilà pourquoi je jouais les idiots, même si Kano comme moi n’étions pas dupes. Et de toute façon, l’adolescent ne me révèlerait jamais rien, pour la simple raison que j’étais flic.

    « Ce Keiji, il va tenir sa langue ou je dois dès maintenant m’inquiéter ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Sam 8 Oct - 23:39


Kiba semblait ne pas trop apprécier l'idée de ne plus revoir Kano, cependant, c'était une affirmation plus que crédible. Peut-être que inconsciemment, il voulait souligner cela pour faire réaliser au blond qu'ils ne se reverraient peut-être pas, mais il réalisait surtout petit à petit que sa vie changerait du tout au tout.

« Bien sûr ! C’est mon boulot après tout. Et puis tu te souviens, je me suis autoproclamé comme ton garde du corps. »

Le jeune brun éclata de rire. Ce serait vraiment ironique cette situation. Un flic servait d'escorte à un yakuza, mais ce n'était pas aussi fou que ce même flic ait été l'amant d'un yakuza, ou plutôt de deux... ce côté de Kiba était ce qui attirait le brun. Il était tellement imprévisible... il avait traité Kano comme personne. Non pas qu'il l'avait bien traité, mais au contraire, il ne lui avait pas fait des ronds de jambes comme beaucoup, il avait été franc et sincère. Au début, ça avait agacé le jeune yakuza mais par la suite, il avait été fasciné et petit à petit, il était tombé sous son charme... jusqu'à...

« Arrête, il me réserverait le même traitement qu’au bâtard qui lui a tiré dessus ! Enfin… Il rêverait de me faire ça. Bien sûr, en homme intègre, il ne le ferait pas… »


Quel enfoiré ce type... mais il était habile... Chacun savait des choses sur l'autre mais chacun faisait comme si ce n'était pas le cas.

"Ouais... il te casserait la gueule mais mon frère n'est pas le genre de type à tirer sur les policiers... ou sur n'importe qui d'ailleurs !"

Kano était sous le charme du flic, mais sa famille prévalait sur tout. Jamais il ne dirait quelque chose contre son frère. Rien, sauf les rumeurs, révélaient leur appartenance à la mafia et puis, les politiques et les flics étaient des pourris en majorité. Avec l'argent, on pouvait quasiment tout acheter, y compris l'intégrité... Mais, même si Kiba semblait parfois contourner certains aspects de la justice, il avait au moins sa fierté. Kano se leva et s'étira un coup.


« Ce Keiji, il va tenir sa langue ou je dois dès maintenant m’inquiéter ? »

Il se tourna vers Kiba en souriant. Keiji ne causerait jamais du tord à Kano... Aux flics, sans doute, mais pas à Kano.


"T'inquiète pas... jamais il ne me grillera auprès de Tatsu. Et puis, y a plus important tsé ! Mais je ne lui dirai pas qu'on a couché ensemble... juste... qu'on s'est croisés et qu'on a un peu déliré ! T'inquiète pas ! Il ne me verrait jamais m'acoquiner avec qui que ce soit... et il n'a pas tord... jveux dire en général... j'ai peu d'aventures..."

Il parlait à cœur ouvert et ne mentait pas. Kiba le savait sans doute. Kano avait toujours évité les contacts et Kiba avait été une exception. D'ailleurs, l'adolescent se pencha vers le blond et lui déposa un baiser furtif sur les lèvres avant de reculer pour ne pas se laisser emporter ou avoir de faux espoirs.

"Ouais... c'est comme ça. En tout cas, je crois qu'on ne va pas se revoir... d'ailleurs, faut qu'on redescende, tes collègues vont certainement te chercher..."


C'était un peu douloureux... comment expliquer cela ? C'était tellement inattendu... Il n'avait jamais ressenti cela et jamais il n'aurait pensé un jour ressentir une telle chose. C'était admettre qu'il était humain après tout... cette aventure humaine lui avait enfin fait réalisé qu'il n'était pas un Roi installé sur un trône qui surplombait les autres... Cette expérience fut douloureuse mais elle eut le mérite de le faire réfléchir autrement.
Il fixa Kiba qui s'était relevé du lit et lui adressa un timide sourire. Ce petit con avait le don de le rendre nerveux...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Dim 9 Oct - 12:10

    "Ouais... il te casserait la gueule mais mon frère n'est pas le genre de type à tirer sur les policiers... ou sur n'importe qui d'ailleurs !"

    « Je vais te croire. »


    Mais bien sûr, mon sourire ironique prouvait le contraire. Mais Tatsuki faisait ce qu’il voulait, je ne voulais pas le savoir ni être impliqué dans cette histoire. J’étais flic et je préférais croire en la justice plutôt qu’à la vengeance, même si le connard qui lui avait tiré dessus méritait sûrement qu’on lui fasse pareil. Parfois, ça devait être bien pratique d’être yakuza et de faire régner sa propre justice. Ça mettait moins de temps que la vraie justice et au moins, c’était radical, on n’avait pas à craindre une récidive. Mais j’étais resté un peu rêveur. Je voulais croire en la justice et en l’âme humaine. Voilà pourquoi j’étais devenu flic, pour essayer de changer le monde. C’était très utopique mais j’y croyais. Si je pouvais empêcher un type de tomber dans la délinquante et le crime, j’en serais heureux… Je retins un soupir avant de regarder Kano se lever et répondre à ma question concernant son ami Keiji.

    "T'inquiète pas... jamais il ne me grillera auprès de Tatsu. Et puis, y a plus important tsé ! Mais je ne lui dirai pas qu'on a couché ensemble... juste... qu'on s'est croisés et qu'on a un peu déliré ! T'inquiète pas ! Il ne me verrait jamais m'acoquiner avec qui que ce soit... et il n'a pas tord... jveux dire en général... j'ai peu d'aventures..."

    Je le savais bien ça. Kano était quelqu’un de sérieux, à l’inverse de moi qui couchais avec tout ce qui bougeait ou presque. Voilà un point qui pouvait empêcher toute relation sérieuse entre nous. Je voulais changer mais c’était plus facile à dire qu’à faire. J’avais plus de besoins que Kano. Foutues hormones… Et puis j’étais flic, lui yakuza. De part mon caractère mais aussi nos mondes très différents, ça ne pouvait pas fonctionner entre nous… Légèrement plongé dans mes sombres pensées, je mis un temps à réaliser que les lèvres de Kano venaient de se poser furtivement sur les miennes. Ce léger baiser me prouvait que, même s’il désirait être plutôt distant avec moi, il recherchait tout de même un peu de contact. Il me faisait vraiment tourner en bourrique. Je ne savais pas comment m’y prendre avec lui. D’un côté, j’aurais aimé que notre relation reste basée sur une sorte d’amitié, mais de l’autre, je savais qu’il attendait un peu plus. Voire beaucoup plus ? Mais ce n’était pas possible.

    "Ouais... c'est comme ça. En tout cas, je crois qu'on ne va pas se revoir... d'ailleurs, faut qu'on redescende, tes collègues vont certainement te chercher..."

    « Ouais, c’est vrai… »


    Je les avais complètement oubliés à vrai dire. J’aurais aimé rester un peu plus longtemps avec Kano mais mes très chers collègues m’en empêchaient. Mais au moins, ils m’avaient bien servi pour pouvoir entrer dans l’antre des Sugiura et découvrir que Kano n’était pas mort. Je les avais utilisés à leur insu, même s’ils devaient se douter de quelque chose. Je les avais bien vus s’échanger quelques murmures et regards. Ma pseudo-relation avec Tatsuki n’était plus un secret au commissariat. Par contre, personne ne se doutait de ce qu’il y avait entre Kano et moi. C’était déjà ça. Je me levai à mon tour et m’étirai aussi avant de regarder l’adolescent. Il m’adressa un léger sourire mais ne dit rien. Nous restions nous regarder ainsi plusieurs secondes sans un mot. Que dire ? C’était peut-être la dernière fois que nous nous voyions. Quelle merde…

    Me laissant emporter par mes émotions, je finis par me rapprocher de Kano et le serrai dans mes bras avant de capturer ses lèvres avec les miennes. Tant pis pour tout ce que je m’étais dit plus tôt. Je savais que c’était ce qu’il attendait de moi en cet instant, que je lui montre que ça me faisait quand même quelque chose de savoir que peut-être c’était la dernière fois qu’on se voyait. Au début tendu, Kano finit par se relâcher dans mes bras et répondit à mon baiser. Je ne savais pas ce que je ressentais pour lui mais une chose était sûre : je ne voulais pas le perdre et désirais lui faire plaisir. J’étais flic, lui yakuza. J’étais un coureur, lui un type sérieux. J’étais majeur depuis cinq ans, lui ne le serait que d’ici environ une semaine. Mais je m’en foutais de tout ça. Je voulais le garder pour moi tout seul… Mais alors que je l’embrassai tendrement, ma sonnerie de portable nous interrompit. Je rompis le baiser à contrecœur avant de fouiller dans ma sacoche à la recherche de ce maudit portable. C’était un message de la part de mes collègues. Ils se demandaient où j’étais et m’attendaient. Ils me faisaient vraiment chier ceux-là…


    « Mes collègues… » dis-je simplement à Kano pour qu’il sache qui c’était. « Je vais devoir partir. Mais j’aimerai qu’on se revoie avant ton probable départ. Dis-moi où et quand. »

    Je ne savais pas si ça serait possible avec tout le dispositif de sécurité autour de Kano mais il fallait essayer. A moins que je ne mente à mes collègues et leur raconte une connerie pour qu’ils partent sans moi ? Je pouvais leur dire que j’étais parti espionner et que je m’étais fait prendre. Les gardes m’avaient donc foutu à la porte et j’étais rentré chez moi. Mais il faudrait quelqu’un chez les Sugiura pour aller dans mon sens et ça, c’était impossible. Personne n’allait me couvrir, surtout en sachant que j’étais flic et que je désirais passer plus de temps avec Kano. Ça serait trop flagrant qu’il y avait quelque chose entre nous. Cette histoire allait me rendre fou. C’était évident que ça ne nous mènerait à rien mais pourtant, je voulais rallonger cette entrevue. Je ne voulais pas quitter Kano comme ça. Je voulais encore le faire rêver un peu, lui faire oublier l’espace d’un instant la dure réalité, l’avoir pour moi encore un peu.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Ven 14 Oct - 22:14

Kano donna un baiser furtif au blond. Ce n'était pas tellement calculé mais plutôt spontané. Cette envie qui le démangeait tellement révélait sans doute sa peur enfouie de ne plus pouvoir le faire. Les deux hommes étaient adultes après tout, mais Kano avait tout de même du mal à se faire à tout ça... il avait sans doute plus de mal que le blond, mais tant pis. Pourtant, il n'était pas au bout de ses surprises... soudain, Kiba s'approcha de lui et le saisit par la taille. Alors que Kano allait lui demander ce qui se passait, il l'embrassa fougueusement. Dans un premier temps, l'adolescent resta rigide. Il regardait fixement le blond qui s'était un peu plus serré contre lui. Pourquoi Kiba faisait-il cela ? C'était... c'était étrange. Son corps était à la fois tout émoustillé et rigide. Il souffrait intérieurement, se faisant à l'idée qu'il devrait sacrifier son bien être en voyant le blond pour son clan, et maintenant ça... Pourtant, ses interrogations s'évaporèrent bien vite. Il se laissa une fois de plus aller, dévoilant ainsi de nouveau ses faiblesses au flic, mais tant pis. Il ferma à son tour les yeux et échangea le baiser donné par le blond. Il se serra contre le corps de Kiba afin d'intensifier ce moment. Il était clairement tombé amoureux de lui... mais cet amour non réciproque prendrait vite fin. C'était toujours pareil... surtout que pour une fois, une personne s'était intéressé à lui, vraiment intéressé. Non pas pour son statut ou pour le fait qu'il était le petit frère de l'Oyabun Sugiura, mais pour "lui".
Malheureusement, les bonnes choses étaient trop courtes. Le téléphone du blond sonna. Le baiser ne prit pas fin immédiatement, car en grand professionnel, Kiba avait l'art et la manière de rompre un baiser délicatement. Il fixa son portable et poussa un long soupir.

« Mes collègues… Je vais devoir partir. Mais j’aimerais qu’on se revoit avant ton probable départ. Dis-moi où et quand. »

Kano encore sous le coup du baiser mit un peu de temps à répondre. Pourtant, il fallait qu'il revienne vite à la réalité, surtout qu'un léger tapotement s'était fait entendre à la porte. C'était un signe de Keiji pour lui indiquer qu'il devait quitter la pièce.

"Ouais... c'est bon..."

Un peu gêné, il tapota sur sa veste un peu froissé. Kiba devait partir pour ses obligation et Kano aussi. Des obligations diamétralement opposées, comme leurs mondes.

"Hmm... je sais pas exactement mais..."

Il saisit le portable du blond et tapota un numéro dessus. Il s'était procuré un nouveau téléphone depuis que l'incident, ou plutôt, c'était la faute de Ren qui parano comme pas deux, lui avait fait changer deux fois de portable après lui avoir retiré le sien. Voilà en partie pourquoi, Kiba n'avait pas pu le joindre. S'il écoutait Ren, il couperait tout contact avec l'extérieur et échangerait uniquement avec le clan, mais il avait besoin d'un téléphone pour garder contact avec ses camarades de l'université et mener une vie d'étudiant normal. Le seul argument qu'il avait trouvé pour garder un minimum de contact avec le blond était celui-là pour le moment. En réalité, c'était le seul personnage de l'extérieur avec lequel il voulait garder des contacts.
Il donna son numéro au blond qui allait le joindre. De toute façon, il ne parlerait pas mafia sur cette ligne.


"Je ne sais pas quand je vais partir... appelle-moi et on avisera pour se voir, mais j'te préviens que ça va être coton... on me lâche pas !"

Kano chuchotait pour être sûr que Keiji ne pourrait pas l'entendre. D'ailleurs, il faudrait lui fournir des explications... mais ça, c'était un autre problème. Enfin, les problèmes, ce n'est pas ce qui manquait... Entre Tatsuki qui était à l'hôpital, la reprise du clan temporairement de Kano, l'ennemi invisible et maintenant... Kiba.

"Ok ? Désolé mais c'est la seule solution pour le moment..."

Il esquissa un léger sourire et s'écarta du blond pour se diriger vers la porte de la chambre.

"Bon... une fois sorti, prends l'escalier à gauche et descend..."

Kano ne l'accompagnerait pas, Keiji s'en chargerait sans doute et ne le lâcherait pas d'une semelle. Un flic dans la maison rendait toujours nerveux, mais aujourd'hui, ce n'est pas cet aspect ci qui rendait Kano nerveux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Dim 23 Oct - 18:40

    Un léger tapotement se fit entendre au niveau de la porte de la chambre de Kano. Merde. Ça devait être ce Keiji. Il nous avait peut-être écoutés et mes précédentes paroles pouvaient lui donner la puce à l’oreille concernant ma relation avec Kano. Mais, quelle relation ? Qu’y avait-il vraiment entre lui et moi ? Ça, personne ne le savait, même pas nous deux, les principaux intéressés. Mais pourquoi nous prendre la tête à mettre un mot sur ce qu’il y avait entre nous ? C’était très bien ainsi. Nous étions amis (du moins, c’était ainsi que je nous considérais) mais il nous arrivait de nous embrasser et de coucher ensemble. Néanmoins, je ne le voyais pas comme un « sex-friend ». Il y était plus important que ça à mes yeux. Mais ça, personne d’extérieur à notre relation pourrait le comprendre.

    "Hmm... je sais pas exactement mais..."

    Kano prit mon portable des mains et pianota dessus pour rentrer un numéro de téléphone. Apparemment, il en avait encore changé depuis ce qui était arrivé à son frère. C’était sans doute une bonne idée, quoique… Qu’est-ce que ça pouvait bien changer ? Si quelqu’un désirait le tuer, il n’allait pas le faire par téléphone. Mais peut-être était-ce l’une des mesures de sécurité dans la mafia. J’espérais que tout se passe bien pour lui. Bien sûr, ça me ferait chier de le voir partir à l’autre bout du monde mais s’il n’y avait pas d’autres options pour garantir sa sécurité, je m’y résoudrais. J’espérais juste que nous aurions un peu de temps devant nous avant son départ. Nos « au revoir » d’aujourd’hui ne me suffisaient pas.

    "Je ne sais pas quand je vais partir... appelle-moi et on avisera pour se voir, mais j'te préviens que ça va être coton... on me lâche pas !.. Ok ? Désolé mais c'est la seule solution pour le moment..."

    « Puisqu’on ne peut pas faire autrement… »

    "Bon... une fois sorti, prends l'escalier à gauche et descend..."

    « Ok. »


    Mais je ne bougeai pas pour autant. Ça me faisait vraiment chier de devoir partir et de laisser Kano. Il ne risquait sans doute rien dans cette grande demeure sous haute sécurité mais je ne pouvais m’empêcher de me faire du souci pour lui. Physiquement, peut-être que tout allait bien mais mentalement, il devait être sous le choc. Il avait failli perdre son frère, l’un des derniers membres de sa famille. En plus, il tenait vraiment beaucoup à lui. Bien sûr, comme j’étais fils unique, je ne savais pas ce qu’il pouvait ressentir mais je pouvais tout de même me l’imaginer. Si je perdais l’un de mes parents aussi brusquement, je serais sûrement anéanti… Bon, j’allais arrêter de ressasser tout ça et partir. Mes collègues m’attendaient, tout comme ce Keiji qui allait sûrement m’escorter jusqu’à la sortie.

    « Bon, je vais y aller alors… Prends-soin de toi et tiens-moi au courant de la situation, ok ? »

    Je doutais qu’il le fasse mais si Kano avait besoin de parler, j’étais là. Je lui adressai un sourire et lui tapotai légèrement la tête pour l’embêter un peu puis ouvris la porte de sa chambre. Ce Keiji était bel et bien derrière à nous attendre et peut-être à nous écouter. Il me regarda froidement mais je n’y fis pas attention. En même temps, je le comprenais. Il n’était au courant de rien et devait se poser des questions sur ma venue ici, surtout pour voir Kano. Mais l’adolescent lui expliquerait sans doute la situation, ou trouverait bien une excuse bidon. Après un dernier regard à Kano, je me dirigeai vers l’escalier. Keiji me suivit comme mon ombre. Sans doute avait-il peur que j’aille fouiner dans la demeure.

    « Pour éviter tout problème, on fait croire à mes collègues que j’étais en train de fouiner et que tu m’as chopé, ok ? C’est pas complètement faux en même temps. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Mar 25 Oct - 23:15

« Bon, je vais y aller alors… Prends-soin de toi et tiens-moi au courant de la situation, ok ?»

Kiba tapota la tête de l'adolescent. Cette tape anodine montrait toujours cette relation petit frère/grand frère qu'ils avaient et ça avait le don d'énerver le jeune yakuza qui ne tenait jamais le rôle de l'adulte. Pourtant, cette fois, il n'en tint pas rigueur au flic, au contraire, il apprécia ce court contact affectueux qui contrastait avec la gravité de la situation et puis, peut-être que ce contact serait le dernier. Avec la guerre actuelle, on ne pouvait rien prévoir. Il espérait cependant revoir le blond. Les deux hommes se quittèrent la mort dans l'âme, leurs regards et leur courte proximité allaient dans ce sens. La tension était palpable mais ils ne pouvaient pas faire autrement, chacun avait ses obligations et ses devoirs qui l'appelaient. Kano se contenta de sourire et de hocher légèrement la tête. Une fois dans le couloir, il jeta un coup d'œil bref à Keiji pour lui faire comprendre de ne pas poser de questions pour le moment et enfin, il s'éclipsa. Il ferait appeler l'un des enquêteurs dans son bureau pour répondre à ses questions en présence de l'avocat de la famille. Autant se débarrasser de cette sale besogne.
Keiji laissa passer le flic devant lui pour être sûr de l'avoir à l'œil. Il ne pensait pas le plus grand bien de ce flic bizarre et fouineur. Après Tatsuki, il avait sympathisé avec Kano, c'était tout sauf normal. L'idée que le jeune ado puisse avoir le même genre de relation avec cette traîné dégoutait au plus haut point l'homme de main. Kano et lui avait une vraie relation fraternel, et même plus. Rien de pervers bien évidemment, mais Kano s'était en parti ouvert à lui, il était le seul dans cette situation d'ailleurs.


« Pour éviter tout problème, on fait croire à mes collègues que j’étais en train de fouiner et que tu m’as chopé, ok ? C’est pas complètement faux en même temps. »

Voilà que cette merde donnait les directives et pensait copiner avec Keiji au point de monter un bateau comme s'ils étaient complices. Keiji se contenta de le regarder de haut et de le pousser à avancer au fond du couloir pour rejoindre ses collègues. Il aurait dorénavant ce type dans son collimateur. Les autres flics se trouvaient dans le grand salon, mais avant que ce fouineur les rejoigne, il fut stoppé dans son élan par le bras de l'homme de main qui obstruait la porte qui les séparaient de la pièce centrale et qui avait été exceptionnellement fermée à cause de la présence de ces rats.

"On va être clair... je ne vais pas monter un bateau pour te couvrir, mais pour ne pas indisposer Kano... alors, écoute-moi bien... On sait tous que tu as été "la conquête" de Tatsuki-sama pour quelques passes..."


Keiji qui était d'habitude joviale et souriant, présentait un visage grave et fermé. Pour lui, le flic était clairement une salope qui était l'une des conquêtes de son boss et il ne se gênait pas pour le rabaisser franchement. L'attitude lascive et vulgaire du blond au mariage, était restée dans la mémoire de beaucoup, dont Keiji. Il se méfiait de ce fouinard de flic qui était soit un pourri, soit en planque. Ou alors, il était à la limite et désirait un peu d'excitation dans sa vie... mais la majorité des hommes du clan avaient une sale image de lui. D'ailleurs, beaucoup de bavardages avaient été faits dans le dos de Tatsuki sur les risques qu'il prenait à sauter un flic, mais personne ne lui avait évidemment dit en face, sauf sans doute Ren, qui se permettait d'avoir des libertés avec l'Oyabun. Mais par la suite, il sembla avoir perdu les faveurs de Tatsuki, donc la polémique avait désenflé. Pourtant, c'était un mystère... il n'avait jamais caché qu'il était un poulet, donc pour la planque c'était mort et s'il était un pourri, pourquoi se montrer au grand jour au bras d'un yakuza. Au sein de son corps de métier, ça avait dû aussi jaser... il devait faire honte aux flics.
Aujourd'hui, le feu était donc ravivé puisqu'il s'avérait qu'il connaissait aussi Kano... un insociable comme le jeune Sugiura... c'était le comble. Le regard complice échangé n'avait pas échappé à Keiji, d'ailleurs, ça l'avait rendu amer, mais il ne voulut pas montrer son agacement.


"Mais Kano est différent, alors un conseil, ne cherche PLUS DU TOUT après lui... Si c'est de l'argent que tu veux, tu perds ton temps... si c'est un coup que tu veux, va plutôt chercher un type qui te vaut..."


Keiji fixa un temps le flic qui allait sans doute lui répondre. En plus d'être vulgaire à souhait, il semblait avoir une grande gueule, mais qu'il tache de rester à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Mer 26 Oct - 22:42

    « Oh ! Du calme ! »

    Cet enfoiré n’avait pas répondu à ma demande et se contenta de me pousser pour me faire avancer. Je comprenais bien qu’il ne me portait pas dans son cœur mais ce n’était pas une raison pour être aussi désobligeant. Je poussai un long soupir en remettant bien ma casquette de flic sur ma tête. Je ne lui avais rien fait à ce Keiji et il me traitait comme un chien. C’était peut-être ce que représentaient les flics à ses yeux mais ce n’était pas une raison pour être aussi con. Il était sûrement yakuza et pourtant, je ne le prenais pas comme une merde. Quoique, s’il continuait, c’était ce qui l’attendait. D’ailleurs, il ne tarda pas à faire un autre truc qui me déplut. Alors que je m’apprêtais à rejoindre mes collègues dans le salon, ce Keiji me barra le chemin avec son bras. Surpris, je me tournai vers lui.

    "On va être clair... je ne vais pas monter un bateau pour te couvrir, mais pour ne pas indisposer Kano... alors, écoute-moi bien... On sait tous que tu as été "la conquête" de Tatsuki-sama pour quelques passes..."

    « Juste une à vrai dire… »


    Et même si ça avait été un très bon moment, je le regrettais. Je n’avais jamais imaginé que ça me poserait autant de problèmes par la suite. Ça dérangeait Kano et ce Keiji semblait vouloir me rabaisser en remémorant cette histoire. Mais ça ne me faisait ni chaud ni froid. Tout le monde pouvait penser ce qu’il voulait, je m’en foutais complètement. Je ne cachais pas avoir eu une pseudo-relation avec Tsuki-sama. Les yakuza comme mes collègues étaient au courant. Ça me valait sûrement une sale réputation des deux côtés. Mais c’était ma vie et c’était mon cul que je lui avais offert. Ça ne regardait personne d’autre. Alors cet enfoiré de Keiji pouvait tenter de me déstabiliser, ça ne marcherait pas. D’ailleurs, ma réponse le prouvait. J’en parlais librement, sans aucune gêne.

    "Mais Kano est différent, alors un conseil, ne cherche PLUS DU TOUT après lui... Si c'est de l'argent que tu veux, tu perds ton temps... si c'est un coup que tu veux, va plutôt chercher un type qui te vaut..."

    « Ecoute, c’est ni pour l’argent, ni pour le cul que je fréquente Kano. C’est quelqu’un de bien malgré son entourage. Alors, si on doit arrêter de se voir, ça sera NÔTRE décision, pas la tienne, ok ? Il est assez grand et intelligent pour savoir ce qui est bien pour lui. »


    Non mais pour qui il se prenait celui-là ? Il m’interdisait de revoir Kano ? Je n’avais d’ordre à recevoir de personne, surtout pas d’un yakuza de pacotille. Si Kano ne voulait plus me revoir, c’était à lui de me le dire. Tant qu’il ne le ferait pas, je resterais en contact avec lui. Il avait beau faire partie d’une famille mafieuse, il n’en restait pas moins quelqu’un de bien, j’en étais persuadé. D’ailleurs, c’était ce que je voulais faire passer comme message. Ce n’était pas parce qu’il avait un entourage pourri que j’allais me détourner de lui. J’étais conscient de la situation bien avant de m’attacher à lui. C’était d’ailleurs en partie pour ça que je m’étais attaché à lui. Il vivait dans la mafia et ne devait pas avoir une vie facile. Je m’étais pris d’affection pour lui et souhaitais lui changer un peu les idées. Avec moi, il pouvait agir comme un jeune de son âge. C’était peut-être utopique de penser que nos deux mondes diamétralement opposés n’allaient pas peser dans la balance et nous séparer mais peu importait. Pour le moment, ça fonctionnait, c’était le principal.

    « Ok, je suis flic. Ok, j’ai couché avec ton boss. Ok, je vois ton pote. Mais je ne suis pas venu chercher la merde, ok ? Donc je vais faire comme si je n’avais pas compris tes insinuations et on va tranquillement rejoindre mes collègues, d’accord ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kano Sugiura

avatar

Nombre de messages : 424
Age : 20
Sexe : Masculin
Sexualité : Indécis
Relation avec Kiba Tenkai
Métier : Étudiant et Shateïgashira du clan Sugiura
Frère de Tatsuki
Petit(e) Ami(e) : Une relation avec Kiba...
sérieuse ou pas ?
Date d'inscription : 21/02/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Jeu 27 Oct - 13:23



« Écoute, c’est ni pour l’argent, ni pour le cul que je fréquente Kano. C’est quelqu’un de bien malgré son entourage. Alors, si on doit arrêter de se voir, ça sera NÔTRE décision, pas la tienne, ok ? Il est assez grand et intelligent pour savoir ce qui est bien pour lui. »


Keiji serra fortement les dents. Tellement fort, que sa mâchoire laissa échappé un son de claquement tel un prédateur qui refermait la bouche sur sa proie. "Nôtre" décision ? Mais pour qui ce connard se prenait-il ? Pensait-il mieux connaître Kano que l'homme de main ? Il était impossible que le jeune yakuza puisse se lier d'amitié à cet homme et à n'importe quelle personne d'ailleurs. Keiji ressentait-il un soupçon de jalousie ? Sans doute oui... mais son devoir premier était de protéger Kano. Le jeune homme était en effet très intelligent mais concernant sa vie privée, il ne faisait pas nécessairement les meilleurs choix... Le blond fixa le flic avec un regard plein de rage. Il le haïssait mais ne pouvait pas faire d'esclandre, il n'était pas un gamin mais il garderait particulièrement ce type opportuniste à l'œil. Ce n'était pas anodin qu'il ait jeté son dévolu sur les deux frères... une merde comme lui y était pourtant arrivé. Mais pire encore, il pourrait détourner Kano de la pire façon. Cette idée de luxure dégoutait Keiji au plus haut point.


« Ok, je suis flic. Ok, j’ai couché avec ton boss. Ok, je vois ton pote. Mais je ne suis pas venu chercher la merde, ok ? Donc je vais faire comme si je n’avais pas compris tes insinuations et on va tranquillement rejoindre mes collègues, d’accord ? »

Keiji garda un regard sévère et froid. Ce type le répugnait. Il ressemblait à une traînée qui se la jouait garant de la loi, quel hypocrite. Ce n'était un secret pour personne qu'il avait couché avec Tatsuki, mais contrairement aux autres plans cul qui s'étaient fait discrets par la suite en voyant qu'ils ne représentaient rien aux yeux du yakuza, Kiba la ramenait encore. Il était tellement arrogant, mais il restait un flic et le buter à l'instant présent et même après, pourrait avoir des conséquences. Et puis, Keiji était curieux de savoir ce qu'il voulait dire par "voir Kano"... Il règlerait ce point-ci avec le principal concerné. La mort dans l'âme, Keiji retint ses propos et se contenta de hocher la tête. Non pas par infériorité ou parce qu'il était d'accord avec ce type, mais par ce qu'il devait prendre sur lui et parce qu'il n'avait guère envie de poursuivre cet entretien. Il fit donc signe au flic de se rendre dans le salon principal pour rejoindre ses collègues. Quelques mots et un au revoir n'étaient pas utiles. Il fixa le flic pendant qu'il s'éloignait. Il appela ensuite un homme de main pour qu'il escorte l'un des inspecteurs (sauf Kiba) au bureau supérieur; où Kano et son avocat attendaient. Il fallait mieux se débarrasser de cet entretien au plus vite.
Keiji resta un temps dans la pièce principale pour garder les flics restant à l'œil et surtout Kiba. Appuyé contre un mur, il ne décrocha pas un mot. Au bout d'une petite demi-heure, le policier qui avait procédé à l'audition de Kano redescendit. Enfin, les policiers furent raccompagnés hors de la résidence ; ce fut un après-midi bien éprouvant. Keiji, principal protagoniste de cet instant décida de satisfaire sa curiosité. Il décida donc de s'entretenir avec Kano, mais avant, il ordonna à un homme de confiance de se renseigner un peu plus sur Kiba. Ce qu'il n'avait pas fait en première instance quand cet homme eut fréquenté l'Oyabun, il le ferait pour son ami Kano, qu'il jugeait être affaibli et donc en proie à ce prédateur de flic pas net. Mais plus que cette enquête, il espérait en apprendre plus sur ce "nous" dont Kiba avait fait allusion. Jusqu'où ce "nous" allait-il entre les deux hommes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   Lun 31 Oct - 12:51

    Ce petit con blondinet ne me répondit pas. Ouf, tant mieux. Je n’avais pas envie de partir dans une engueulade. Mais au fond, je me demandais si ça n’aurait pas été mieux de savoir ce qu’il pensait. J’avais peur des gens qui ne disaient pas ce qu’ils pensaient tout bas. Mais je n’allais pas me prendre la tête pour un con pareil. Après avoir eu son accord, je me retournai vers la porte du salon et l’ouvris. Mes collègues attendaient, sous le regard d’un garde des Sugiura. J’allais devoir leur fournir des explications vu que ce Keiji n’avait pas voulu jouer le jeu d’inventer un mensonge… L’un de mes collègues fut appelé à se rendre à l'étage pour interroger Kano. Ils furent tout d’abord surpris en sachant le jeune Sugiura vivant mais l’un d’entre eux se proposa. « Bizarrement », on ne s’adressa qu’à mes trois collègues et pas à moi. Ce Keiji avait dû faire passer la directive de ne pas me faire approcher une nouvelle fois Kano.

    Je soupirai et me laissai tomber dans l’un des fauteuils du salon. Bien sûr, mes deux collègues restant ne tardèrent pas à me questionner. Je leur inventai un mensonge pour éviter d’avoir à leur révéler ma relation complexe avec le petit frère Sugiura. Je leur expliquai que j’avais voulu espionner un peu dans la demeure. Vu que la majorité de la sécurité était basée dehors, j’avais peu de chance de me faire prendre. Malheureusement, je n’avais pas eu de chance et m’étais tout de même fait coincer. Mais j’avais tout de même eu le temps d’apprendre que Kano n’était pas mort, d’où cet interrogatoire de dernière minute non prévu au programme. C’était un mensonge plausible, non ? En tout cas, ils devraient s’en satisfaire.

    Après bien une demi-heure, mon collègue finit par revenir et nous pûmes quitter les lieux. Ce Keiji n’avait pas cessé de garder un œil sur moi et continua de m’observer jusqu’à ce que je regagne la voiture de police. Décidemment, il ne me portait pas dans son cœur. Pourtant, je ne pensais pas avoir fait quelque chose de mal. Mais peut-être était-il jaloux de ma proximité avec Kano. Peut-être éprouvait-il des sentiments pour son ami et supérieur. Ce n’était pas de ma faute si l’adolescent avait succombé à mon charme ! Que ce Keiji se détende et ne s’en prenne qu’à lui-même s’il ne parvenait pas à séduire Kano ! Il faudrait que je mène ma petite enquête sur la relation liant ces deux-là. Mais parviendrais-je à trouver quelque chose ? Je ne faisais pas partie de la mafia donc ça allait sûrement être difficile voire quasi impossible. Mais peut-être que Kano me répondrait. Je verrais bien quand je lui téléphonerais pour organiser une nouvelle entrevue, si elle était possible…Ce Keiji allait sûrement être plus sur le dos de Kano. Quant à mes collègues, peut-être m’auraient-ils encore plus à l’œil. J’avais merdé en venant voir Kano. Mais j’avais agi sur un coup de tête, croyant que j’avais perdu ce petit merdeux que j’appréciais malgré tout. Comme quoi on pouvait faire n’importe quoi quand le cœur prenait le dessus sur la raison…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite à un "mort" (Kano) [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Visite touristique de la Tanière [Terminé] (lecteurs avertis)
» [Rp Entrainement] Chaos, mort, manipulation, visite de vieux, mort depuis des millénaires, combat et apprentissage de nuit.
» Simple visite de courtoisie ?[PV Axire][Terminé]
» A deux doigts de la mort. [Terminé]
» [Terminé]Les habits de La Mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Les Quartiers Résidentiels :: Les Maisons :: Résidence familiale des Sugiura-
Sauter vers: