Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Usami Fukuya
Wakagashira et médecin glacial du clan Endô
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 27 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel mais a une très nette préférence pour les femmes
Métier : Wakagashira et médecin du clan Endô
Petit(e) Ami(e) : Son scalpel ?


Date d'inscription : 14/07/2011

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Lun 23 Jan - 20:13

Usami serra doucement le poing lorsque l’hôte osa lui gifler la main pour se libérer de son emprise. Le petit Yuki se rebellait vraiment. Cela devenait intéressant… Il continua de cracher ses paroles qu’il pensait sans doute blessantes. Mais le Wakagashira en avait tant bavé dans le passé qu’il était hermétiquement fermé à ce genre d’attaques. Les expériences douloureuses qu’il avait vécues avaient sûrement fait ce qu’il était maintenant, même s’il devait tout de même avoir au fond de lui les bases de sa personnalité de sociopathe. S’il réagissait aux provocations de l’éphèbe, c’était parce que cela lui plaisait, pas parce qu’il se sentait blessé et tentait de se défendre. On pouvait le comparer à un taureau devant lequel on agitait un drapeau rouge. Le changement de comportement de Yuki vis-à-vis de lui était ce drapeau rouge.

Gardant son calme olympien mais sentant une certaine effervescence pointer le bout de son nez en lui, Usami suivit du regard Yuki qui prit l’initiative d’aller se doucher avant son « maître ». Le bel hôte faisait-il exprès de jouer avec lui ? Le provoquait-il sciemment ? Qu’attendait-il de lui ? Le Chirurgien ferma un instant les yeux et prit une profonde aspiration pour contenir cette agitation qui montait au fond de lui. Ce n’était pas bon. Il ne fallait pas qu’il perde pied ici. Endô-sama en serait informé. Mais une sorte de curiosité malsaine le poussa à rejoindre l’hôte dans la salle de bain dans laquelle ce dernier prenait sa douche. Il fut reçu par une réplique encore plus mordante que les autres. Usami ne comprenait vraiment pas ce revirement de situation. Il avait beau connaître par cœur le corps humain, il n’en saisissait pas les subtilités psychologiques. Mais peut-être aurait-il pu comprendre les raisons de ce changement de comportement si son esprit avait été totalement présent. Or, ce n’était pas le cas en cet instant. Tout ce qu’il voyait, c’était que Yuki le provoquait et réveillait le dominateur brutal qui était en lui. Il y eut comme un moment de déconnection dans l’esprit d’Usami lorsqu’il vit la grimace de l’éphèbe. Il s’approcha de la cabine de douche dans laquelle se trouvait le jeune homme et actionna l’eau glacée avant de l’agripper d’une main par le cou et de l’autre par le poignet pour l’immobiliser. Les manches de son peignoir s’imbibèrent d’eau froide mais il n’y fit pas attention. Il ne cessait de fixer le petit Yuki dans les yeux.


« Je t’interdis de me parler et de te comporter de cette façon avec moi sale insecte ! »

Usami ne put empêcher sa main de serrer la gorge de l’éphèbe. Aucune colère n’était visible sur ses traits, ni palpable dans sa voix. Même dans ces circonstances, il gardait sa froideur, ce qui était sans doute pire. Aucun sentiment n’était visible dans ses yeux sombres. Peut-être qu’une légère lueur de folie y brillait. Mais le Wakagashira finit par retrouver son calme lorsqu’il vit le visage pâle de Yuki virer au bleu, par manque d’oxygène mais peut-être aussi à cause de la fraicheur de l’eau. Il desserra ses doigts et repoussa l’éphèbe avant de quitter précipitamment la salle de bain. Il ferma la porte derrière lui, à clé. Usami reprenait peu à peu ses esprits. Il soupira et porta une main à son visage pour se frotter les paupières. Son peignoir dégoulinait d’eau froide. S’il avait arrêté d’étrangler Yuki, c’était par peur de représailles de la part d’Endô-sama, pas par peur de tuer. Si ce petit insolent n’avait pas été hôte dans ce club, il serait sûrement déjà mort à l’heure qu’il était. Le Chirurgien passa ses doigts dans ses cheveux humides avant de retourner vers la table de massage où il avait posé ses lunettes. Il les remit sur son nez et les remonta. Il retrouvait son calme olympien, revenant aussi inexpressif qu’un cadavre. Mais il s’était senti si vivant lorsqu’il avait serré ses doigts autour de ce cou fin… Usami jeta un coup d’œil vers la porte qu’il avait fermé à clé. L’éphèbe devait être sous le choc. Mais ne l’avait-il pas cherché ? Le Wakagashira avait tenté de ne pas être désagréable et voilà ce qu’il récoltait ? De l’insolence ? Mais au moins, là, Yuki avait de bonnes raisons de le craindre… Le médecin retourna près de la salle de bain et patienta à côté, adossé au mur. Après quelques minutes, l’hôte finit sûrement par se remettre de ses émotions et tenta d’ouvrir la porte, en vain.

« Pourquoi m’as-tu cherché ? Je pense pourtant avoir été correct avec toi Yuki… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Mer 25 Jan - 19:39



Yuki feint d’ignorer la présence de l’homme, mais un soudain coup de froid le ramena à la réalité. L’eau glacée qui parcourut son corps causa plusieurs soubresauts à son corps fébrile. Cet enfoiré d’Usami avait décidé d’avoir le dernier mot ; Yuki se retourna rapidement afin de se rebeller une fois de plus, c’en était trop. Mais il fut couper dans son élan par la main portée à son coup par le yakuza. Celui-ci étrangla le brun sans dire un mot. Yuki paniqua et tenta de se débattre mais en vain, étant donné que le yakuza avait également bloquer sa main. Le jeune hôte suffoquait et au delà de la douleur causée par le contact de la main de fer de son invité. Que se passait-il ? Le bel éphèbe ne comprenait pas, il y avait un grand blanc dans son esprit qui l’empêchait de résonner. Allait-il mourir ? Avait-il poussé l’homme à bout ?


« Je t’interdis de me parler et de te comporter de cette façon avec moi sale insecte !»

Le regard d’Usami était encore plus effrayant que d’habitude. Celui de Yuki devenait de plus en plus trouble, il était sur le point de tomber dans les vapes. Il ne faisait vraiment pas la taille face à l’homme, il le savait déjà mais il n’avait pas mesuré la férocité de celui-ci. Il ressemblait véritablement à un psychopathe. Les rumeurs à son égard n’étaient donc pas fausses. Il était le genre de type à pouvoir tuer de sang froid. Yuki n’arrivait même pas à crier tant la prise du yakuza était agressive. Au moment où il semblait tourner de l’œil, Usami le lâcha. Un homme qui avait l’habitude de tuer savait quand s’arrêter ? Yuki glissa le long de la douche et tomba à ma renverse. Il suffoquait encore et porter machinalement la main à son cou pour reprendre son souffle. Il ne ressentait même plus l’eau glacée qui coulait le long de son corps, tant la panique l’avait fait suffoquée.

" Kof ! Kof !"

Une forte toux s’empara ensuite de lui. Il était encore fortement choqué. Usami n’était pas hautain, il ne tolérait simplement pas qu’on lui manque de respect et c’était bien pire que ça. Il virait au rouge et était pris par des pulsions meurtrières quand il n’avait pas pleine autorité. Seul Akito Endô arrivait à le maintenir sous ses ordres ? C’était étrange qu’un type comme lui puisse appartenir à la mafia et obéir à un chef. Il était pire qu’un lion fou quand il se mettait en colère. Yuki trouva la force de sortir de la douche à cause du froid qui s’était emparé de lui, mais il retomba par terre sur le carrelage. Il avait été trop loin avec Usami et il l’avait largement sous-estimé ; résultat, il avait failli se faire tuer. Il avait dépassé une ligne rouge très dangereuse et il ne pouvait s'en vouloir qu'à lui-même. Usami ne plaisantait pas, il n'était pas un client qui aimait que son hôte se joue de lui. Recroquevillé sur lui-même, il se mit à verser quelques larmes comme un gamin. Il réalisait pour la première fois de sa vie à quel point il était faible…et pour la première fois, il était passé à un cheveux de la mort. Le regard vide d’Usami ressemblait à celui d’un supposé shinigami venu lui aspirer la vie. Yuki avait joué avec la mauvaise personne et il l’avait appris à ses dépends, nul doute qu’il ne recommencerait plus. Il resta plusieurs minutes assis toujours très heurté par ce qui venait de lui arriver. Pour la première fois, il avait connu la violence physique ; il avait traversé beaucoup d’épreuves dans sa vie, donc la séparation avec sa famille et il s’était à peu près construit psychologiquement, même s’il était assez fragile, mais il n’avait jamais reçu de coups de sa vie. C’était assez traumatisant. Il essuya ses larmes et se releva fébrilement pour saisir une serviette. Il s’essuya en chouinant un peu avant de mettre un peignoir. Il claquant des dents à cause du froid et aussi à cause de la peur qu’il ressentait toujours. Cet homme n’était pas seulement insécure mais il était également très violent.
Le jeune hôte se lava le visage pour dissimuler ses yeux rougis, puis il se regarda dans le miroir. Son cou était presque violacé. Non seulement Usami avait une force de titan, mais la peau blanche et sans défaut de Yuki ne l’aidait pas pour une fois. Heureusement que ce n’était pas sur le visage ou sur les poignets, car ils étaient difficilement dissimulable par rapport au cou. Là au moins, il pourrait porter un tissu sous le kimono jusqu’au haut du cou ou il pouvait renoncer aux kimonos pendant un temps et mettre des cols roulés… mais ce n’était pas la question. D’ailleurs, l’espace d’un instant, il pensait quitter ce milieu. Cette expérience traumatisante le marquerait à vie. Fuir… il devait fuir, maintenant. Une autre vague de panique le submergea au point qu’il eut des douleurs à la poitrine. Il se dirigea précipitamment vers la porte de la salle de bain et tenta de l’ouvrir. Mais elle était coincée… Il insista en la cognant violemment, soudain, il ne pensait plus rationnellement.


« Pourquoi m’as-tu cherché ? Je pense pourtant avoir été correct avec toi Yuki… »

Le son de la voix d’Usami le glaça littéralement. C’était sans doute étrange, mais il avait oublié la présence de l’homme dissimulé derrière la porte, sans doute pour éradiquer de sa mémoire le cauchemar qu’il vivait. Pourquoi l’avait-il enfermé ? Pourquoi était-il toujours présent ? Le plus angoissant était sans doute la tonalité calme de sa voix… il avait vraiment l’air d’être un sociopathe. Yuki cogna de nouveau la porte sans vraiment contrôler ses gestes.

"Laisse-moi sortir... laissez-moi sortir… je veux partir… "

L’hôte retomba par terre en continuant de frapper la porte. Il était aussi faible qu’un nouveau-né. Il désirait rentrer chez lui, uniquement cela. Voir oba-han dans le salon en train d’écouter la radio, retrouver sa chambre et s’allonger seul tranquillement sur son futon. Bref… retrouver un environnement sécurisé et surtout être loin de cet homme. Un léger clic se fit entendre. Sur le coup, l’hôte sursauta de peur de revoir le visage de se monstre se montrer à lui, mais ce ne fut pas le cas. Usami n’entra pas dans la salle de bain. Après quelques minutes, Yuki reprit son courage à deux mains et même si c’était effrayant, il décida de sortir de la pièce, quitte à confronter son regard à celui du terrible yakuza. Il devait bien en passer par là pour quitter cette maudite pièce. Le brun se leva et marcha presque sur la pointe des pieds. Il ouvrit timidement la porte en tremblant, avant de jeter un œil à la pièce. Un soupir de soulagement se dégagea de lui lorsqu’il ne vit pas Usami dans son champ de vision. Mais un frisson paralysa de nouveau son corps, lorsqu’il sentit une présence à ses côtés. Usami n’avait pas quitté la suite, il était simplement appuyé sur le mur attelant la salle de bain. Yuki se retourna et recula lorsqu’il vit Usami.

"Je veux partir… je… je ne raconterai rien à Tomoe-san, ni à personne… je vous le jure… ni à Kiba-san…ni…"

Yuki parla de Kiba sans vraiment en prendre conscience. Il était celui avec qui il aurait aimé passer du temps, celui avec qui il se sentait en sécurité, celui qu’il aimait et qu’il n’aurait jamais. Il était aussi l’un des hommes de main de Endô mais il était totalement différent des autres et surtout d’Usami. Il se contentait de prendre parfois un thé avec lui, sans dire un mot, mais quelque chose se dégageait pourtant de lui, c’était étrange qu’une alchimie se soit opérée entre eux même si Yuki était le seul à voir les choses ainsi. Celui-ci porta machinalement la main à son cou en tremblotant. Un étrange sourire se dressa sur son visage, un sourire traduisant son angoisse.

"Je dirai simplement…que tout s’est bien passé. Je ne parlerai pas de ça… pas… pas de ça… tant que c’est pas le visage, ce n’est rien… je…"

Le bel éphèbe qui rassemblait plutôt à une proie effrayé avait perdu tous ses moyens. Ni arrogance, ni rébellion de sa part. Il était prêt à tout pour pouvoir repartir sain et sauf surtout en vie…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Usami Fukuya
Wakagashira et médecin glacial du clan Endô
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 27 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel mais a une très nette préférence pour les femmes
Métier : Wakagashira et médecin du clan Endô
Petit(e) Ami(e) : Son scalpel ?


Date d'inscription : 14/07/2011

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Mer 25 Jan - 23:39

« Calme-toi… »

Usami soupira et remonta ses lunettes sur son nez. Yuki ne se calma pas malgré les paroles du médecin. Il continua de frapper sur la porte mais ses coups se firent de plus en plus faibles, jusqu’à cesser. Bien… Il avait sûrement compris que cela ne servait à rien de faire tout ce bruit avec le Wakagashira. L’homme n’était pas du genre à lâcher l’affaire aussi facilement, même si on tentait de lui abimer les oreilles. Néanmoins, Usami tendit le bras vers la serrure et y tourna la clé pour libérer son hôte, pour ne pas dire son otage… Il ne bougea pas plus, restant adossé au mur, même lorsque Yuki finit par ouvrir la porte et pointer le bout de son nez. Le Chirurgien l’observa. L’éphèbe jetait des coups d’œil devant lui, cherchant son bourreau du regard. Ce ne fut qu’après avoir réalisé que celui-ci n’était pas devant lui qu’il pensa se retourner. Usami ne put que se délecter en voyant la peur dans les yeux de son beau geisha qui eut un mouvement de recul tellement il était paniqué et il finit par bafouiller quelques mots.

« Kiba-san » ? Que venait faire Kiba, l’un des jumeaux sûrement, dans cette histoire ? Usami comprenait pourquoi l’hôte évoquait Tomoe car il était le gérant de ce club mais Kiba… Soudain, il se remémora quelques sous-entendus échangés par Endô-sama et Masao, le frère de Kiba. Les deux hommes se posaient parfois des questions sur les préférences du jumeau et apparemment, Usami venait de les découvrir. Kiba aimait les hommes et semblait entretenir une relation cachée avec Yuki. Cette nouvelle était intéressante, très intéressante… Etrangement, le médecin trouva encore plus d’intérêt à l’éphèbe. Le jeune homme appartenait à quelqu’un, à un homme du clan qui plus est. Cela donnait au Chirurgien l’envie de se l’approprier…


« Tant que je ne touche pas à ton visage, ce n’est rien ? »

Usami répéta cela, d’une voix aussi monocorde qu’à son habitude. Après un léger silence, pour laisser le temps à Yuki de mesurer l’ampleur de ses mots, le yakuza aux cheveux auburn se décolla du mur et avança tel un félin vers lui. L’hôte recula bien évidemment par peur mais il n’avait pas le choix, il devait faire face à Usami qui n’allait pas le laisser partir tout de suite…

« Puisque rien ne sortira d’ici… »

Le Chirurgien ne termina pas sa phrase mais la fin était tellement claire qu’il n’en avait pas besoin. Il franchit sans précipitation la distance qui le séparait de Yuki et plongea son regard indescriptible dans ses yeux apeurés. On aurait dit un animal ébloui par les phares d’une voiture et qui sentait son moment venu. Usami tendit une main vers le cou de l’éphèbe mais stoppa un instant son geste en le voyant frissonner.

« Je ne vais plus m’emporter maintenant que tu es sage... Yuki. »

Usami reprit son geste et passa un doigt sur la carotide de l’hôte, avant de descendre sa main vers son peignoir pour l’entrouvrir. Alors ce jeune homme avait quelqu’un dans sa vie ? Peut-être avait-il même arrêté d’avoir des relations sexuelles avec ses clients pour être fidèle. Cette idée plaisait beaucoup au médecin. Il n’avait rien contre l’amant de Yuki mais que cela soit Kiba ou un autre, c’était pareil. L’éphèbe l’avait provoqué, réveillant en lui quelque chose de mauvais, il en payait donc les conséquences. Usami reporta sa main vers le menton de Yuki et se pencha vers lui, jusqu’à son oreille. Il lui mordilla le lobe, sans lui faire mal cette fois-ci. Il lui chuchota alors au creux de l’oreille :

« Tu vas être bien sage maintenant, n’est-ce pas Yuki ? Tu vas faire ce que je vais te demander, d’accord ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Jeu 26 Jan - 14:11


« Tant que je ne touche pas à ton visage, ce n’est rien ? »

Usami fixa le brun avec comme à son habitude aucune expression. Mais cette fois-ci semblait différente… même s’il ne dégageait aucune aura, une rapide étincelle illumina ses yeux. Peut-être que l’hôte hallucinait et se faisait des idées, mais la portée des mots du yakuza avait fait leur effet. Il sous-entendait clairement qu’il pouvait toucher à autre chose… nan, pire… qu’il pouvait abîmer autre chose ? Yuki paralysé par la peur se contenta de le regarder. Il avait creusé sa propre tombe en disant cela. Si seulement il s’était tu… si seulement il avait tourné 7 fois la langue dans sa bouche. Usami n’aurait peut-être pas eu de telles idées délirantes… mais là, il n’y avait pas l’ombre d’un doute : de vilaines choses fleurissaient dans sa tête.

" ... !"

Le yakuza se décolla du mur et avança lentement et vicieusement vers le jeune hôte qui recula par réflexe. Par réflexe, car il ne contrôlait plus aucun de ses mouvements, c’était comme si son cerveau s’était éteint. Il avait l’impression de vivre un cauchemar en étant tout éveillé. Il voulait qu’on vienne tout de suite le réveiller. Jusque-là, il avait eu beaucoup de chance dans son métier. Certains hôtes avaient eu la malchance de croiser quelques brutes adeptes de la violence et du SM… on avait rendu justice à certains en virant leur client et on avait étouffé l’affaire pour d’autres, si le client était important. Autant ne pas préciser que pour le grand wakagashira du clan Endô, ce serait la seconde solution ; le statut de premier de Yuki ne le protégerait pas cette fois-ci et puis.. ce n’est pas comme s’il désirait que ça se sache. Par honte, par fierté… à cause de Kiba. Quel regard porterait-il sur lui ? Usami arriva rapidement à sa hauteur et tendit la main vers son cou. Allait-il de nouveau l’étrangler ? Utilisait-il comme certains adeptes la strangulation pour augmenter le plaisir ? En tout cas, Yuki n’était pas fan de ce genre de pratique. Il se tendit à l’approche de cette main tellement effrayante, mais il semblait que le yakuza ne désirait pas réitérer l’expérience. Quel sadique il était… il voulait simplement choquer son hôte en lui rejouant la scène traumatisante de la douche. Il était expert dans la manipulation psychologique en plus d’être violent.

« Puisque rien ne sortira d’ici… »

Yuki baissa la tête. C’était maintenant clair. Il allait devoir subir et ne rien dire. Se soumettre à son maître qui avait sa vie et son destin entre ses mains. Si on retrouvait son corps inanimé, on le balancerait dans un canal à l’abri du regard des gens et Usami s’en sortirait… c’était ça, la réalité. Il n’était rien, tandis que Usami avait tout les pouvoirs entre ses mains. Restait juste à espérer que ce sale moment allait vite passer, finir au plus vite. Ce qu’il l’effrayait, c’était qu’il ne savait pas ce qui allait suivre. Le yakuza désirait-il le prendre ? Ou désirait-il plus ? Même si son visage n’avait jamais rien laissé transparaître, il s’était passé quelque chose dans la douche… avait-il pris du plaisir en étranglant et en dominante « l’insecte » qu’il torturait ? Yuki jouait parfois au simplet, mais il était loin d’être bête. Il avait de l’expérience avec ses clients et Usami n’avait pas le profil de ceux rencontrés jusqu’à maintenant… il l’imaginait mal se contenter de coucher avec une personne normalement… ce type était trop étrange…

« Je ne vais plus m’emporter maintenant que tu es sage... Yuki. »

Le déséquilibré reprit son geste et caressa la carotide de son jouvenceau. C’était sans doute symbolique de sa part… cette partie du corps humain était porteuse de vie, après tout, les lions en finissaient ainsi avec leur proie, était-ce un signe ? Fallait-il y voir un avertissement ?
Yuki ferma les yeux lorsque son peignoir fut entrouvert. Il ne voulait pas voir le reste. Mais lorsqu’il sentit des doigts sur son menton, il les rouvrit, voyant par la même occasion le visage glacial de son tortionnaire. Celui-ci se rapprocha de son oreille et la lui mordilla, mais cela ne provoqua aucune onde de plaisir chez le bel éphèbe. Le yakuza lui susurra ensuite quelques mots avec sa voix atone.

« Tu vas être bien sage maintenant, n’est-ce pas Yuki ? Tu vas faire ce que je vais te demander, d’accord ? »

Les yeux humides, il hocha la tête timidement. Le jeune homme ne voulait pas pleurer, il ne voulait pas faire cet honneur à ce sale type mais il craignait aussi sa réaction. Il était trop imprévisible, il ne fallait donc pas trop le heurter.

" o… oui... "

Le son de sa voix était presque inaudible. Contrairement à précédemment, il se ferait tout petit, se laissant totalement dominer par son client. Après tout, la rébellion n’apportait rien de bon. La seule fois où il avait haussé la voix contre un client, fut le pire jour de sa vie. Il avait choisi la mauvaise personne… pourquoi était-il venu ? Pourquoi Usami l’avait-il choisi ? Pour une fois, il payait son physique agréable et atypique. Le tortionnaire abaissa le peignoir du brun qui retomba à ses pieds. Entièrement nu, il était à la merci de son diabolique client qui était toujours penché sur lui. Il prenait sans doute plaisir à humilier et à rabaisser le brun et c’était totalement réussi. Yuki se laisserait faire de toute façon, si ça pouvait l’aider à sortir d’ici par la suite. Il ne savait plus sur quel pied danser avec lui. Tout à l’heure, ce gars semblait détester que son hôte soit à ses ordres, mais maintenant, il désirait le contraire, il était lunatique. Seul un déséquilibré se comportait ainsi. Yuki devait donc abonder dans ce sens et ne plus le contredire, il devait s’adapter aux humeurs de son bourreau même si d’une minute à l’autre, il exigeait tout et son contraire.

" Tout ce que vous voulez… je ferai tout... " dit-il d’une voix tremblotante.

Nul doute qu’il regretterait amèrement ces paroles mais il n’avait pas le choix. Dans tous les cas, il était coincé. S’il tentait de se sauver, Usami le tuerait sans doute, s’il réussissait à fuir, l’influence du yakuza le condamnerait également… s’il résistait, ce serait encore pire.
Usami se redressa et le contempla un instant. Prenait-il plaisir à regarder son corps ? … Pas sûr. Son attention se porta sur le cou du brun ou plutôt sur ses bleues qui ressemblaient à une brûlure. Seule une force hors du commun pouvait provoquer de telles blessures et Usami était assurément sur humain. La poigne avec laquelle il saisit brutalement le bras du brun le confirma. Il l’entraîna avec lui violemment, vers le lit ou autre part… peu importe en réalité, le jeune homme ne voulait pas le savoir. Le corps de Yuki était telle une poupée de chiffon entre des mains perverses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Usami Fukuya
Wakagashira et médecin glacial du clan Endô
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 27 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel mais a une très nette préférence pour les femmes
Métier : Wakagashira et médecin du clan Endô
Petit(e) Ami(e) : Son scalpel ?


Date d'inscription : 14/07/2011

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Jeu 26 Jan - 16:30

Usami esquissa un micro sourire lorsque Yuki lui répondit par l’affirmative. Le petit hôte allait se laisser gentiment faire, sans se rebeller cette fois-ci. Certes, un peu plus tôt dans la soirée, l’éphèbe avait accepté de satisfaire les moindres désirs du médecin mais c’était différent de l’instant présent. Là, il acceptait par peur et non parce que son métier l’y contraignait. Le Wakagashira avait gagné. Yuki était totalement paralysé par la crainte et cela excitait l’homme aux cheveux auburn. Voilà comment il aimait ses relations sexuelles. Avoir la pleine puissance et dominer totalement sa pauvre victime. En début de soirée, lorsqu’il avait choisi Yuki, il n’avait pas pensé en arriver là. Il s’était imaginé une soirée tranquille avec massage et jacuzzi. Mais l’hôte s’était rebellé, pour une raison inconnue, et avait réveillé le sadique dormant au fond d’Usami. Cela faisait un petit moment qu’il ne s’était pas éveillé. Le pauvre geisha allait sans doute en faire les frais… Le Chirurgien lécha l’oreille de son esclave de ce soir et tira un peu plus sur les pants du peignoir de celui-ci, jusqu’à ce que l’habit ne tombe à ses pieds. Yuki était ainsi complètement nu, son corps s’offrant entièrement à la vue et au toucher du second des Endô…

Le bel hôte répéta qu’il ferait tout ce que lui demanderait son maître. Sa voix tremblante faisait plaisir à entendre. Usami se redressa lentement et admira le corps de sa magnifique poupée. Il regrettait un peu de l’avoir abimée tout à l’heure. Elle n’était plus aussi belle qu’avant avec ces bleues au cou. Devait-il s’arrêter là pour ne pas lui faire plus de blessures ou bien continuer sur sa lancée, se disant qu’un bleu de plus ou de moins ne changerait plus grand-chose maintenant, du moment qu’il n’était pas sur son visage ? Cette pensée provoqua une légère vague de chaleur dans le corps du Wakagashira. Sans crier gare, il saisit le frêle Yuki par le bras et l’entraîna avec lui jusqu’au lit, où il le poussa violemment pour qu’il s’y allonge. Le pauvre éphèbe était paralysé par la peur, ce qui ne fit qu’accroitre le désir de son bourreau. Usami retira ses lunettes et en plia soigneusement les branches avant de poser la monture sur la table de chevet. Il reporta alors son attention sur Yuki. Par chance, sa vue n’était pas si mauvaise. Il pouvait donc voir dans quel état se trouvait sa poupée de ce soir. Elle attendait patiemment que les choses se passent. Elle semblait sans vie, s’offrant corps et âme à Usami, pour le plus grand plaisir de celui-ci…

Le Chirurgien prit place sur le matelas, s’assit et s’adossa au cadre du lit. Yuki n’avait pas bougé de sa place. Son corps était parcouru par de légers frissons. Des frissons de peur, voire peut-être aussi dus à l’eau froide de toute à l’heure. Mais il allait vite se réchauffer. Du moins, Usami allait se réchauffer. L’hôte, c’était secondaire… Le yakuza tendit une main pour demander à son geisha de se rapprocher de lui. Le jeune homme s’exécuta sans un mot. Le médecin passa doucement ses mains dans les cheveux humides de l’éphèbe avant de le saisir brusquement par la nuque et de guider son visage vers son bas-ventre.


« Excite-moi Yuki. »

Usami savait ce qu’il voulait et ordonnait à sa poupée de s’exécuter. Totalement soumise, elle se mit au travail. Le Wakagashira ferma les yeux et laissa sa tête tomber en arrière contre le cadre en bois du lit. Il garda sa main sur la tête de Yuki pour l’inciter à continuer. Dans des circonstances normales, le médecin n’aurait rien ressenti mais dans ce genre de situation où il dominait et humiliait son partenaire, le plaisir montait en lui.

« Mmm… Tu sais bien t’y prendre. Continue comme ça, on a tout notre temps… »

Il était inutile d’accélérer les choses. Usami aimait profiter de chaque seconde de plaisir, surtout que le plaisir charnelle était une chose rare pour lui, donc à savourer avec délectation. Il mettait généralement un peu de temps à se mettre dans l’ambiance malgré les premiers signes qui assaillaient son membre. Yuki devrait donc prendre son mal en patience, surtout que ceci n’était qu’une mise en bouche…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Jeu 26 Jan - 21:11


Usami traîna le jeune hôte dans le coin chambre et le jeta violemment sur le lit. La différence de force entre les deux hommes étaient clairement marquée. Il était inutile de lutter. D’ailleurs comment un être aussi frêle et apeuré que Yuki aurait pu lutter ? Il ne faisait pas le poids. Il aurait aimé crier au secours, il aurait aimé qu’on lui vienne en aide. Il pensa à Kiba à ce moment-là… une vieille discussion lui revint en mémoire, elle était précieuse car rare vu que Kiba ne parlait guère en général. Il lui avait un jour suggéré de quitter ce monde d’hôtes… ce fut dit habilement et avec distance, mais Yuki n’avait pas compris sur le coup. Il venait de comprendre… Kiba avait peut-être voulu le protéger de telles choses. Il appartenait aussi à la mais et il savait que des pourris de son monde fréquentait les maisons d’hôte. Kiba était tellement différent, que faisait-il avec de tels types. Avec UN TEL TYPE ? Yuki paralysé resta allongé sur le lit en fixant son tortionnaire. Celui-ci avait gardé un calme olympien malgré la situation, sans doute parce qu’il la contrôlait. Il aimait dominer et rabaisser les proies faiblardes comme Yuki. Le yakuza retira et posa calmement ses lunettes. Il semblait être tellement ordonné et rigide dans ses gestes… ces mêmes gestes appliqués pouvaient être tellement bestiaux. Il prit place ensuite sur le lit et s’adossa sur le cadre du lit. Il tendit ensuite la main à l’hôte pour l’inviter à s’approcher de lui ou plutôt, pour lui ordonner comme on ordonnerait à un animal d’obéir. Il était condescendant et autoritaire à la fois. L’hôte attrapa sa main et s’approcha de lui en tremblant toujours. Même en étant dans un état aussi lamentable, Yuki n’attirait pas la sympathie de son maître. Au contraire, il se montra de nouveau violent en saisissant le cou du brun. Il n’avait nul besoin d’être aussi agressif mais il semblait y prendre plaisir. Leur relation sexuelle serait donc basée sur une relation de dominant/dominé. C’était toujours le cas, sauf que là, tout s’opérerait dans la violence. Une relation de « maître » à « propriété ». Il baissa la tête du brun au niveau de son bas-ventre. C’était une humiliation de plus.

« Excite-moi Yuki. »

L’ordre était clair. Ce n’était pas comme si Yuki n’avait jamais pratiqué de fellations mais là c’était différent. Il était dégoûté vu la façon dont les choses se déroulaient. Usami l’humiliait et le traitait comme un sous-homme. Yuki était totalement à sa merci.

" ... "

Il ferma les yeux quelques secondes pour trouver un peu de courage au fond de lui et surtout pour y mettre tout son cœur. Il ne voulait pas heurter le yakuza… Il caressa son entrejambe avant d’y porter sa bouche. Il lécha le sexe de son client en faisant des va-et-vient avec sa langue. Sa bouche engloutit ensuite la totalité du sexe d’Usami. Il fit des mouvement de va-et-vient avant de se retirer et de caresser de nouveau le sexe de l’homme. Il le masturba avant de plonger de nouveau sa bouche aussi habilement que possible. Il variait ses actes pour satisfaire au mieux son maître.

« Mmm… Tu sais bien t’y prendre. Continue comme ça, on a tout notre temps… »

Tout notre temps… Usami savait remuer le couteau dans la plaie. Il blessait physiquement et torturait psychologiquement son hôte. Yuki continua ses mouvements buccaux en accélérant un peu la cadence pour faire monter le plaisir chez le yakuza. Il avait beau être froid, son sexe n’en devint pas moins chaud. Il semblait prendre du plaisir, mais Yuki ne voulait pas lever les yeux pour voir l’expression de son visage. Cela ne l’exciterait guère.
Le membre du tourmenteur s’était durcit et quelques Signes montraient qu’il allait bientôt venir, mais Yuki n’osa pas arrêter sa gâterie par peur, si bien qu’Usami éjacula dans sa bouche. Le jeune hôte se retira et toussa.

"Kof ! Kof ! "

Ce n’était pas la première fois que ça lui arrivait mais tout était différent avec Usami. Il n’y avait aucune chaleur, aucun plaisir, aucune complicité. Yuki eut à peine le temps de s’essuyer la bouche qu’il fut plaqué sur le lit de nouveau. Une étrange lueur animait le regard du yakuza. La lueur d’un animal sauvage qui s’apprêtait à mettre fin à la vie de son trophée. Le yakuza écarta de force les jambes du brun et bloqua tout mouvement de sa part. Il plongea ensuite sa tête au niveau de son bas-ventre. Il lécha ensuite le ventre du brun en partant de la hanche pour remonter vers les pectoraux. Un animal qui voulait savoir quel goût avait sa proie… Cette langue humide et visqueuse confirmait le dégoût du Yuki. Le yakuza mordit ensuite la hanche de l’hôte, provoquant une violente torsion chez celui-ci.

"Hmmm ! "

Yuki n’osait même pas exprimer sa douleur en criant. Il imaginait déjà le sang qui coulerait de sa plaie. Usami se redressa brusquement et bloqua les deux mains du brun. Il le fixa ensuite longuement sans dire un mot, avant de forcer le passage entre ses jambes pour se coller un peu plus à lui.

"Non... ! "

Ce mot échappa au bel éphèbe en mauvaise posture. Il se tut immédiatement. Il eut peur d’avoir froissé le psychopathe qui se tenait devant lui, mais Usami resta impassible. Au contraire, il semblait qu’un petit sourire vicieux s’était dessiné sur ses lèvres. Prenait-il vraiment du plaisir à tout cela ? Si c’était le cas, il était bien le seul. Yuki ressentait seulement de la souffrance et rien d’autre… Yuki le fixait avec un regard de chien battu, le suppliant d’arrêter avec des yeux larmoyants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Usami Fukuya
Wakagashira et médecin glacial du clan Endô
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 27 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel mais a une très nette préférence pour les femmes
Métier : Wakagashira et médecin du clan Endô
Petit(e) Ami(e) : Son scalpel ?


Date d'inscription : 14/07/2011

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Jeu 26 Jan - 22:53

Usami garda en main les cheveux de Yuki pour l’inciter à continuer sa fellation. Les yeux fermés, le médecin sentait les vagues de plaisir monter en lui. Son hôte mettait beaucoup de bonne volonté pour le satisfaire. Il alternait les mouvements de poignets, avec des mouvements buccaux, jouant parfois avec sa langue. Le Chirurgien serra les dents, voulant s’empêcher de gémir. Il détestait laisser entendre son plaisir. Ce serait récompenser en partie l’éphèbe qui faisait du bon boulot. Du tellement bon boulot qu’Usami finit par éjaculer sans prévenir, sa semence se déversant donc dans la bouche de son petit geisha. Celui-ci recula et toussa. Quoi ? N’avait-il pas aimé ce petit « cadeau » venant du Wakagashira ? Quel ingrat. Il aurait pu faire semblant au moins, pour satisfaire Usami. L’homme se sentit donc légèrement blessé. Yuki allait être puni. Le Chirurgien se redressa et plaqua sa poupée sur le lit. Il était loin d’avoir fini… Il écarta ses jambes afin de pouvoir y prendre place puis bloqua les bras de l’hôte pour l’empêcher de le repousser. Mais l’éphèbe semblait avoir compris que cela ne servait vraiment à rien de se débattre. Il ne tenta rien qui puisse froisser son maître. Bon garçon…

Le second des Endô descendit légèrement pour lécher le nombril de son jouet sexuel, avant de remonter peu à peu, en prenant son temps. Nul doute que ce geste devait dégoûter l’éphèbe. Usami redescendit sa bouche et vint mordiller la hanche de son hôte, avant d’y mordre à pleines dents. Il aimait beaucoup faire mal, surtout en mordant, lorsqu’il était sûr qu’il ne risquait pas d’attraper une quelconque maladie. Yuki gémit de douleur mais ne cria pas. Dommage. Mais au moins, Usami était certain que personne ne se douterait de ce qui se passait dans cette suite.

Le médecin obligea l’éphèbe à écarter un peu plus les cuisses. Il y parvient sans trop de mal mais entendit un refus de la part de sa victime. Pourquoi « non » ? Ne méritait-il pas ce qui lui arrivait ? Il n’avait pas le droit de refuser la correction que lui infligeait son bourreau. Le regard d’Usami brillait d’une étrange lueur. Une idée lui traversa l’esprit. Il se retira d’entre les jambes de sa poupée mais lui fit un signe de la main pour lui ordonner de ne pas bouger. Le Wakagashira n’avait nullement eu pitié de ce regard de chien battu, bien au contraire. Cela l’excitait à nouveau. Il ramassa son peignoir et en retira la ceinture en tissu mousse. Un peu de bondage lui plaisait bien dans cette situation. Usami était adepte du shibari, cette pratique d’immobilisation japonaise qui pouvait s’avérer très dangereuse lorsqu’on ne faisait pas attention. Mais là, il n’y aurait aucun risque. De plus, le tissu ne laisserait sûrement aucune trace sur la peau bien que fragile de Yuki. Le médecin sociopathe revint près de son jouet et tendit la ceinture devant ses yeux pour lui laisser deviner la suite des festivités.


« Tourne-toi. »

Yuki n’eut d’autre choix que de s’exécuter. Après tout, cette ceinture pourrait très bien servir à l’étrangler s’il se rebellait… Usami l’obligea à lever les fesses pour tenir la position qu’il souhaitait. Il passa ensuite le milieu de la ceinture en tissu dans la bouche de l’éphèbe pour l’empêcher de dire quoique ce soit, puis lui attacha les mains dans le dos avec les extrémités de la ceinture. Le spectacle était vraiment très excitant…

« Tu es vraiment parfait pour ce genre de pratiques, tu le sais ça ?.. »

Usami se mordit la lèvre inférieure pour s’empêcher de jubiler devant l’image que lui offrait Yuki. Heureusement, dans sa position, l’hôte ne pouvait pas le voir. Maintenant, ils pouvaient passer aux choses sérieuses… Le médecin passa une main sur le bas du dos de son beau geisha avant de remonter vers ses fesses. Sa peau était si douce. Une peau de pêche, dans laquelle on avait envie de croquer… Usami se pencha et lécha l’intimité de son partenaire soumis. Il remonta sa langue, arrachant des frissons à sa pauvre victime. Il espérait que celle-ci soit prête car le moment était arrivé… Le Wakagashira se redressa et frotta son sexe légèrement durci entre les fesses de sa poupée. Il se masturba au-dessus de celle-ci, jusqu’à ce que son sexe durcisse.

« Mords la ceinture… »

Léger sourire aux lèvres, Usami pénétra sans préparation son hôte. Un cri de douleur sortit de la bouche de Yuki mais fut étouffé par la ceinture. Le médecin posa ses mains sur les hanches de son jouet sexuel et démarra ses mouvements de va-et-vient. L’éphèbe était vraiment très étroit, pour le plus grand plaisir du Wakagashira mais pour le plus grand malheur de celui qui subissait… Comme précédemment, le second des Endô prit son temps. C’était si bon… A remarquer qu’il n’avait pas mis de préservatif, rendant la pénétration plus douloureuse mais les sensations encore plus délicieuses pour lui. Le médecin était certain de ne pas attraper de maladies vu que les hôtes passaient des visites médicales fréquemment et que les résultats arrivaient dans son bureau. En tant que médecin et second du clan, il mettait à l’arrêt ceux qui ne pouvaient pas avoir de relations sexuelles, et Yuki n’en faisait pas partie. C’était pratique d’être haut placé dans la hiérarchie d’un clan tout en étant médecin…Usami continua ses mouvements de balance et se coucha pratiquement sur l’hôte pour accentuer la pénétration. Le pauvre Yuki sentait donc la respiration saccadée du Chirurgien dans son cou. L’homme accéléra peu à peu ses mouvements, jusqu’à sentir l’orgasme venir. Il se redressa et planta ses ongles dans les hanches de son hôte lorsqu’il éjacula de nouveau en lui. Une fois sa petite affaire terminée, le yakuza se retira, satisfait. Il tira sur la ceinture pour défaire le nœud et libérer ainsi son éphèbe qui avait été souillé.

« Tu mérites bien ta place de numéro 1 Yuki… Je te remercie pour cette délicieuse soirée. »

Usami se leva, remit son peignoir sans le fermer vu qu’il n’avait plus la ceinture, et se dirigea vers ses vêtements. Il sortit une liasse de billets de la poche de son pantalon et la jeta devant l’hôte avant d’aller s’enfermer dans la salle de bain pour se laver, bien que ce n’était pas vraiment lui qui avait le plus besoin de le faire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Ven 27 Jan - 1:05



Le regard de chien battu de Yuki ne changea rien aux desseins du yakuza. Pourtant, lorsqu’il se leva, le jeune hôte eut un court espoir. Allait-il s’en aller après l’avoir effrayé ? Il lui avait donné en quelque sorte une petite leçon. Mais, le yakuza lui fit signe de ne pas bouger. Il ramassa son peignoir et retira la ceinture sous le regard médusé du brun. Il revint et afficha fièrement la ceinture.


« Tourne-toi. »

L’hôte avait peur, terriblement peur. Allait-il l’étrangler ? Le tuer ? Malgré cela, il s’exécuta. Il le regretta amèrement. Non seulement, il fut bâillonné, mais le sadisme d’Usami ne s’arrêta pas là. Il attacha également les mains dans le dos. Il voulait soumettre à 100% Yuki et faire en sorte qu’il soit à sa merci et sans défense. La position adoptée révéla aussi la volonté de soumission. Attaché et offert en pâture les fesses en l’air, c’ était l’humiliation extrême. L’hôte avait envie de pleurer. Ce genre de jeu amusait certaines personnes et en excitaient d ‘autres mais pas Yuki. Même avec un amant attitré, il n’aurait jamais suggéré de telles pratiques douteuses. C’était écœurant. En une soirée, il avait été complètement détruit et la remarque caustique du yakuza ajouta un peu plus de douleur chez le brun.


« Tu es vraiment parfait pour ce genre de pratiques, tu le sais ça ?.. »

Rabaisser, rabaisser… il ne savait que faire cela. Il était largement supérieur au brun, alors pourquoi en rajouter ? Ce n’était pas que du vice, mais aussi de la méchanceté. Usami désirait faire du mal à Yuki, uniquement parce qu’il lui avait un peu résisté ? C’était navrant. Les mains du yakuza parcoururent le dos du jouvenceau, avant que sa langue se frotte à l’intimité du brun. Il ne désirait pas Usami, mais il restai un homme. Et comme tous les hommes, il frissonna mécaniquement. Ce fut un très court moment de plaisir qui ne lui suffit pas à jouir. Le contact du sexe du wakagashira le refroidit complètement, signe qu’il ne convoitait pas un rapport charnel. Il sentit le sexe durcit du yakuza se frotter à son intimité.


« Mords la ceinture… »

Yuki ferma automatiquement les yeux et mordit la ceinture de toutes ses forces, il savait ce qui allait suivre. Mais il n’imagina pas une seule seconde la sauvagerie de l’acte. Il gémit fortement lorsque le yakuza le pénétra brutalement. Il ne l’avait pas préparé et il n’avait pas pris le soin de mettre un préservatif. Jamais Yuki n’avait ressenti une telle douleur. C’était indescriptible. Il avait l’impression qu’on lui avait enfoncé un couteau au plus profond de sa chair ; ce rapport sauvage avait pour seul but de faire souffrir. Et cette souffrance apportait grand plaisir au tortionnaire qui la pratiquait. Usami se délectait de la douleur des autres, voilà en quoi il était différent des autres clients, voilà pourquoi il était effrayant. Son apparence mais également son intérieur était abominables. La douleur s’intensifia à cause de la position choisie par Usami qui n’avait pas fait les choses à moitié. C’était la position où Yuki pouvait mieux le sentir. Les va-et-vient du yakuza étaient tels des coups de poignard, Yuki sentait des déchirures dans tout son corps. Il perdit même quelques secondes connaissance, tant la douleur était insurmontable. Les malaises vagales étaient monnaie courante chez les personnes en très haute souffrance. Il rouvrit les yeux en sentant le corps d’Usami allongé sur le sien. Le souffle putride de l’homme parcourait la totalité de son cou. Yuki gémit de nouveau en failli même suffoquer étant donné qu’il pleurait en même temps. Tousser avec un bandeau sur la bouche n’était pas chose simple. Son ultime cri étouffé concorda avec le souffle lourd du wakagashira… ce souffle fut accompagné d’un ultime geste de douleur. Usami griffa le dos du brun, signe qu’il avait éjaculé. L’hôte avait pu sentir sa semence en lui. Le second du clan Endô se releva presque immédiatement et détacha le brun avant de le pousser comme un vulgaire déchet.

« Tu mérites bien ta place de numéro 1 Yuki… Je te remercie pour cette délicieuse soirée. »

Après avoir torturé son hôte, il se devait de l’humilier une ultime fois. Histoire de maintenir son autorité et sa supériorité et il avait bien réussi son coup. Yuki resta un temps allongé sans bouger. Il ne fit même pas attention aux bouts de papier qu’on venait de lui jeter. Un acte supplémentaire de domination de la part d’Usami, qui descendait le numéro 1 de son piédestal. Il avait été considéré comme une vulgaire pute… Il entendit une porte se fermer, celle de la salle de bain. Après avoir souillé son animal, le maître allait se purifier.
Yuki eut à peine la force de se recroqueviller. Une terrible douleur parcourait tout son corps, il était brisé. Son dos, ses fesses, ses bras lui faisaient mal. Il avait même saigné suite à ce viol, car ce n’était pas un rapport consenti.


"Hmph... snif... "

Il avait à peine la force de pleurer. Sa difficulté à respirer réveillait quelques douleurs. Il ne pourrait pas marcher normalement ou même s’asseoir pendant un certain temps. Ou revoir un client… non, il n’en reverrait plus. Le traumatisme était trop grand. L’activité d’hôte était terminée pour lui, par ailleurs, il ne voulait plus prendre le risque de revoir ce monstre d’Usami. Une violente boule lui monta au ventre. Il avait envie de vomir. Il se recroquevilla totalement sur lui-même, sentant par la même occasion des restes de semence et de sang s’écouler de son intimité. Il était tombé en disgrâce cette nuit. Lorsqu’il entendit la porte de la salle de bain s’ouvrir de nouveau, il resta prostré et replié sur lui-même. Il ne savait pas s’il aurait le courage de quitter cette pièce et s’il allait pouvoir supporter encore quelques instants la présence de cet homme. Il avait hâte qu’il quitte la pièce et qu’il s’en aille loin de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Usami Fukuya
Wakagashira et médecin glacial du clan Endô
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 27 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel mais a une très nette préférence pour les femmes
Métier : Wakagashira et médecin du clan Endô
Petit(e) Ami(e) : Son scalpel ?


Date d'inscription : 14/07/2011

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Ven 27 Jan - 7:30

Usami se glissa sous le filet d’eau chaude de la douche. Peu à peu, il calmait cette folie qui l’avait conduit à ce viol. Etait-il fier de ce qu’il venait de faire ? Oui et non. Il s’en fichait en fait. Ce genre de pratiques était le seul à pouvoir lui donner du plaisir donc il ne pouvait que passer par là. Le médecin se passa les mains dans ses cheveux auburn pour les ramener en arrière. Maintenant qu’il y pensait, peut-être était-il allé trop loin. Yuki devait être salement amoché. S’il ne bougeait pas de cette suite, Tomoe allait s’inquiéter et venir. Il comprendrait donc ce qui s’était passé. Usami ne risquait rien de part sa place dans la mafia mais il ne voulait pas que ses pratiques douteuses soient découvertes. Il fallait qu’il agisse.

Le Wakagashira, une fois lavé, sortit de la cabine de douche où le monstre dormant en lui avait commencé à torturer l’éphèbe. Il attrapa un autre peignoir noir qu’il pouvait fermer et sortit de la salle de bain. Son regard froid se posa sur Yuki. L’hôte n’avait pas bougé du lit et s’était recroquevillé sur lui-même, en position fœtale, position la plus rassurante peut-être. Il semblait comme mort. Ou alors s’était-il évanoui ? Le médecin s’approcha du lit et se pencha au-dessus de lui pour écarter les mèches noir ébène cachant ses yeux. Yuki les avait fermés, sûrement pour ne plus voir son bourreau. Usami soupira légèrement. Il ne pouvait décemment pas partir en le laissant là. Le Chirurgien retourna dans la salle d’eau et fit couler un bain. Il fallait que l’hôte bouge et se lave. Un bon bain chaud lui ferait du bien pour se détendre et peut-être reprendre ses esprits. Le Chirurgien n’avait pas pour habitude de prendre soin de ses victimes après ses viols. Généralement, il les tuait. Là, il ne pouvait pas le faire car on se douterait que la mort de Yuki était de sa faute. Une fois la baignoire remplie, il retourna dans la chambre et prit l’hôte par le bras, sans violence cette fois-ci.


« Lève-toi. »

L’éphèbe esquissa bien un mouvement mais ne se leva pas pour autant. Il semblait vider de ses forces. Peut-être était-ce normal après ce qu’il venait de vivre. Usami ne parvenait pas à se mettre à sa place pour comprendre ce qui traversait son corps et son esprit en cet instant. Le yakuza aux cheveux auburn lâcha le bras de Yuki et se pencha pour le prendre dans ses bras et le porter. Il le conduisit jusqu’à la salle de bain et le plongea dans l’eau chaude de la baignoire. Une idée saugrenue traversa peut-être l’esprit du bel hôte, comme le fait qu’il allait mourir noyé, car il tenta de se débattre. Mais Usami n’était pas aussi sadique que cela. Enfin, si, il l’était, mais n’avait pas l’intention de le tuer.

« Lave-toi. Je te reconduirai ensuite chez toi. »

Ainsi, cela éviterait à Yuki de rester dans le club d’hôtes et qu’on s’aperçoive qu’il souffrait. Le Wakagashira s’appuya au lavabo en face de la baignoire et croisa les bras, regardant attentivement son beau geisha brisé et attendant patiemment que celui-ci ait fini. C’était peut-être une nouvelle humiliation qu’il offrait à Yuki mais il ne s’en rendait pas compte. Tout ce qu’il souhaitait, c’était caché les traces de son méfait. Reconduire l’éphèbe chez lui était mieux que de le tuer, non ? Mais peut-être que le jeune homme pensait que sa vie prendrait fin s’il acceptait de se faire reconduire par Usami.

« Crois-moi si tu le souhaites mais je ne te ferai plus rien. Tu peux te détendre. Dépêche-toi tout de même, j’ai du travail qui m’attend. »

Le médecin se redressa et sortit de la salle de bain pour laisser Yuki. Il se rhabilla et remit ses lunettes. Il jeta ensuite un regard à son téléphone portable. Aucun message. En même temps, il n’avait pas d’amis et personne ne l’appelait en soirée pour le travail, si ce n’était parfois Endô-sama. Usami pianota sur le clavier de son portable pour avertir ses deux gardes du corps qu’ils n’allaient pas tarder à partir. Que les deux hommes finissent ce qu’ils étaient en train de faire et qu’ils se dépêchent de rejoindre la voiture. Usami n’allait pas les attendre et partirait avec ou sans eux une fois que Yuki serait prêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Ven 27 Jan - 18:21



Yuki resta replié sur lui-même. Moins, il bougerait, moins il souffrirait. Mais cette position était le meilleur moyen de se rassurer. C’était un réflexe infantile certes, mais c’était le plus efficace au moment en question. Chaque parcelle de son corps souffrait mais pas seulement. Il se sentait sale, triste et seul. Il avait été violé par un homme… c’était un sujet tabou chez deux personnes du même sexes et c’était encore plus avilissant. Même si le jeune hôte était efféminé, il n’en restait pas moins un mâle avec sa fierté, mais Usami avait réussi à la lui prendre. Il lui avait tout volé ce soir. Le brun n’entendit pas le yakuza sortir de la salle de bain. Il tentait de faire le vide en lui en fermant les yeux et en se recroquevillant. Mais son cauchemar recommença lorsqu’il sentit une main glacial lui caresser le visage. N’avait-il pas terminé ?L’hôte se replia plus et ferma ses yeux avec plus de force. Fort heureusement ; le démon d’Usami s’éclipsa de nouveau. Avait-il réalisé son acte ? Allait-il le regretter ?
Visiblement, ce ne fut pas le cas. Il osa saisir le bras du bel éphèbe qui sursauta.


« Lève-toi. »

Yuki resta immobile. Il ne voulait pas que cet homme lui adresse la parole et le touche. Et puis, que voulait-il encore ? Et puis, il ne pouvait pas bouger. Il avait tellement mal, c’était embarrassant. Il avait honte alors qu’il était la victime. Le wakagashira fit une chose inattendu. Il prit de force le brun en le portant, mais ce fut sans violence. Que pouvait-il faire de pire de toute façon ? Yuki ne se débattu pas. Il avait abandonné et avait lâché prise. De toute façon, il n’avait pas la force de bouger. Le yakuza le porta aussi facilement qu’on porterait un enfant. Il était un poids plume à côté de son tortionnaire. Il plongea ensuite Yuki dans la baignoire. Sur le coup, il se débattu légèrement. Par peur, parce qu’il était choqué et aussi par douleur. Son arrière-train le brûlait horriblement.

« Lave-toi. Je te reconduirai ensuite chez toi. »

Yuki écarquilla les yeux par traumatisme et fixa le yakuza. Comment osait-il encore donné des ordres ? Ne l’avait-il pas assez humilié ? Il n’en avait pas marre de le rabaisser encore et encore, il avait normalement eu sa dose ce soir. Il avait eu le dessus à 100 % sur son animal de compagnie qu’il avait traité comme un sous-homme. Usami arrivait encore à se conduite comme une personne normale malgré tout ce qu’il avait fait. Il était comme Dr Jekyll et Mr Hide, il pouvait d’un moment à l’autre se transformer en monstre.
Le brun frotta lentement son bras sans vraiment coordonner ses gestes. Il tremblait encore malgré la chaleur du bain.


« Crois-moi si tu le souhaites mais je ne te ferai plus rien. Tu peux te détendre. Dépêche-toi tout de même, j’ai du travail qui m’attend. »

Il avait voulu être rassurant dans un premier temps, même si ce n’était pas crédible, mais ensuite le naturel était revenu au galop. Il ne put s’empêcher de donner de nouveau un ordre à son chien. Il le faisait avec une condescendance abjecte. La souffrance de Yuki n’était qu’un détail ? Usami retournerait travailler et Yuki retournerait chez lui et puis… basta…on tournait la page et tout était fini. Yuki n’était qu’une poupée sans sentiment selon le yakuza.
Le bel éphèbe le visage fermé, se frotta avec grande peine. Il ne se lavait pas vraiment, il n’en avait pas le courage ni la force. Il désirait arracher sa peau et la remplacer par une autre, il était souillé, sali, meurtri. Mais, se laver sous le regard de son violeur ne faisait qu’attiser son chagrin. Usami sortit un instant de la pièce, mais l’ambiance était toujours anxiogène.
Yuki reprit son courage à deux mains et saisit une savonnette pour se laver le corps. Il se leva avec peine en s’appuyant sur le rebord de la baignoire. Il frotta le bas de son corps et son entre jambe, avant de laver ses fesses souillées. Il avait bel et bien saigné… Il trouva la force de sortir de la baignoire lentement, malgré sa douleur. Il boitait légèrement. Il s’essuya et se regarda devant le miroir. Son regard était éteint ; le Yuki charmeur et au regard pétillant n’existait plus et il ne reviendrait sans doute plus jamais. Il était pour ainsi dire, mort.
Le torse et le bas du ventre présentaient quelques bleues et quelques griffures et morsures. C’était sans doute le cas pour le dos. Le jeune homme ne trouva pas la force de mettre la serviette autour de sa taille, il se rendit donc nu dans la pièce principale. De toute façon, il ne pouvait pas être plus humilié. Son bourreau se préparait lui aussi. Il était calme, comme si rien ne s’était passé.
Yuki boitillant légèrement, récupéra son kimono. Il grimaça en se baissant et l’enfila doucement. Il se débarrasserait de ce maudit kimono un peu plus tard. Il noua vulgairement le obi et ferma le kimono au maximum pour caché les bleus de son cou.


"Hmm…"

Le son sortait difficilement de sa bouche, mais il devait parler même s’il n’en avait pas envie.

"Je… je vais me rendre dans ma petite loge. Je rentrerai plus tard…"

Il était hors de question que cet homme le raccompagne chez lui. Il ne voulait pas passer plus de temps avec lui et il ne voulait pas non plus lui confier plus de son intimité, telle que son adresse. Usami avait sûrement peur que tout se sache, même s’il n’avait pas à s’inquiéter vu sa position. Il voulait seulement maintenir sa réputation et ne dévoiler ses déviances à personne. Il était adepte du SM et homo ou bi… ce serait assez critiqué par son boss, surtout le côté homosexuel.

"Si je pars avec vous ou sans passer par ma loge…ce serait anormal. Tomoe-san doit m’apercevoir au moins de loin…"

Il mentait mais c’était le seul moyen de s’en sortir. Il faisait ce qu’il voulait d’habitude, mais Usami devait croire que pour un hôte, il était nécessaire de parader un peu après avoir vu un client. Yuki termina de se vêtir et se dirigea d’un pas lent et boiteux vers la table. Il voulait maintenir une distance raisonnable avec ce monstre, sans pour autant l’offenser. Il était à deux dois d’être délivré de cet enfer. Il se rabaissa une ultime fois en s’inclinant vers Usami.

"Je ferai en sorte de ne pas parler avec lui ce soir…"

Rien ne filtrerait de ce qui s’était passé dans cette maudite suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Usami Fukuya
Wakagashira et médecin glacial du clan Endô
avatar

Nombre de messages : 104
Age : 27 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel mais a une très nette préférence pour les femmes
Métier : Wakagashira et médecin du clan Endô
Petit(e) Ami(e) : Son scalpel ?


Date d'inscription : 14/07/2011

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Sam 28 Jan - 19:45

Usami remit sa cravate autour du cou et l’ajusta devant un miroir. Il était prêt à partir. Il n’attendait plus que Yuki, qui mit du temps à sortir de la salle de bain. Le jeune hôte le rejoignit, entièrement nu. Le médecin ne s’en formalisa pas. Il le regarda se rhabiller de son beau kimono. L’éphèbe noua négligemment son obi et serra au maximum les pants de son kimono pour cacher les marques à son cou. C’était dommage que sa peau soit aussi abimée. Le Wakagashira regrettait un peu ses actes. Pas parce qu’il avait fait mal à Yuki, mais parce qu’il avait dégradé la beauté de son corps. Mais ce qui était fait était fait, on ne pouvait pas revenir en arrière.

L’hôte ouvrit enfin la bouche pour parler d’une voix faible. Il refusait qu’Usami le reconduise chez lui, prétextant que cela serait anormal qu’il ne passe pas par sa loge avant. De plus, Tomoe devait apparemment le voir après chaque client pour s’assurer que tout s’était bien passé. Le médecin tiqua un peu sur ce point mais Yuki parvint à le rassurer en lui affirmant qu’il ferait en sorte de ne pas parler à son supérieur ce soir. Bien. L’éphèbe était un bon garçon. Qu’il fasse tout de même attention à ne pas trop boiter…


« Comme tu le souhaites. Du moment que tout ce qui s’est passé reste entre nous… »

Usami insistait sur ce point mais savait que Yuki n’irait rien répéter. Sa fierté en avait pris un coup et puis, s’il parlait, il risquait de lui arriver des problèmes, et pas à lui seulement d’ailleurs. Maintenant que le médecin savait pour l’hôte et l’un des jumeaux, il pourrait s’en prendre à ce dernier, ou du moins faire du chantage à sa victime. Etre second d’un clan mafieux avait ses avantages… Le Chirurgien mit sa veste et revint vers le lit pour ramasser la liasse de billets qu’il y avait balancée. Il s’approcha ensuite de Yuki pour la lui donner.

« C’est ton pourboire. »

Le médecin allait sortir de la suite et payer ce qu’il devait à l’accueil. Cet argent qu’il venait de donner à Yuki était les extras. Le jeune homme les avait après tout bien mérité. On pouvait dire que c’était pour donner bonne conscience à Usami, bien qu’il ne regrettât pas ce qu’il avait fait. Son hôte l’avait cherché et il l’avait trouvé. Il avait reçu une correction.

« Bien. Je vais rentrer. Au revoir Yuki. »

Après un dernier regard vers l’hôte, Usami quitta la suite et se rendit à l’accueil. Seulement l’un de ses gardes du corps était présent. L’autre devait être encore occupé. Celui présent, craignant la colère de son patron, téléphona à son collègue pour le faire venir. Durant ce temps, le Wakagashira paya pour lui et ses hommes. Il se montrait généreux ce soir. Le deuxième garde du corps finit par arriver et s’excusa de son retard. Bien, ils pouvaient quitter les lieux maintenant. Usami étant le seul à ne pas avoir bu, il allait prendre le volant. Ses deux hommes s’assirent à l’arrière et ils rentrèrent à la demeure du médecin. Il avait des chambres réservées à ses subalternes. Cette soirée avait été très agréable pour le Wakagashira. Malheureusement, il devait remettre le nez dans la paperasse pour boucler son dossier. Il s’enferma donc dans son bureau malgré l’heure tardive et reprit sa vie, comme si de rien n’était.

------------------------
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   Dim 29 Jan - 23:18



Pour le plus grand bonheur de Yuki, ce maudit Usami n'insista pas. C’était la seule bonne nouvelle de la soirée. Le jeune hôte avait envie de vomir et la présence de ce monstre n'y était pas étrangère. Cet enfoiré de violeur pouvait être rassuré, sa réputation ne serait pas entachée, Yuki ne dirait rien. Il ne voulait ps plus porter le poids de la honte qu'il ressentait déjà... savoir qu'il avait été maltraité et violé, quelle honte. Certains compatiraient, d'autres, comme ses rivaux en riraient. Et puis, qu'est-ce qu'était un hôte dans la mafia ? Rien du tout... Yuki ne voulait pas exposer cet acte par peur de plus d'humiliation. Enfoncé dans ses pensées noires, il ne vit pas le yakuza revenir vers lui.


« C’est ton pourboire. »

Yuki releva les yeux et aperçut Usami lui tendant sa liasse de monnaie. Yuki ne l'avait pas touché sciemment, mais cet imbécile de yakuza ne semblait pas s'en être rendu compte. Pourtant, le jeune brun ne voulut pas relancer les hostilités, il prit donc la liasse sans dire un mot. Il ne garderait pas cet argent malodorant qui ne faisait que lui rappeler ce qu'il venait de subir. En la payant, Usami pensait-il s'en sortir ? C'était un piètre dédommagement...

« Bien. Je vais rentrer. Au revoir Yuki. »

Yuki resta de marbre. Il fit seulement un léger signe de tête à Usami qui lui jeta un dernier regard. Il quitta enfin la pièce. Le jeune hôte resta un instant sans réagir. Son tortionnaire avait enfin quitté les lieux ; il lui fallait un peu de temps pour réaliser. Yuki se dirigea lentement vers la table et posa la liasse de billets. Dans un accès de rage, il balançait la théière par terre et posa ses mains sur la table en suffocant. Il mit un peu de temps à reprendre son souffle. Il resserra son kimono et quitta la pièce à son tour. Il marcha lentement dans le couloir en boitant légèrement, il avait terriblement mal à son intimité. Nul doute qu'il souffrait de multiples déchirures à cet endroit. Il devait sans doute aller à l'hôpital, mais il préféra renoncer à cet idée. Devoir subir le toucher de médecins qui lui feraient sans doute des sutures et puis, on le pousserait à se confier au sujet de son violeur... Le pire était à venir. Ce bâtard de vicieux n'avait pas mis de capotes. En plus d'être sadique et agressif, il aimait le danger. Jouer avec sa vie était le pire des dangers. Yuki savait qu'il n'était pas malade, mais qu'en était-il de ce monstre ? Il ne semblait pas avoir beaucoup de rapports, c'était donc un bon point, mais rien n'était sûr... Le bel éphèbe croisa une dame de ménage qui s'occupait des chambres et des salles. Il lui demanda d'aller dans la suite pour la nettoyer et de rester discrète. Il y avait quelques traces de sang sur le lit suite à l'agression. Cela ne signifiant rien, mais il préférait être prudent. En échange, il lui dit de prendre la liasse de billets qui était resté sur la table. Usami avait été généreux, mais le bel éphèbe ne voulait pas de cet argent sale. Au moins, la jeune femme en profiterait.
Yuki se rendit ensuite dans sa loge. Fort heureusement, il ne rencontra personne d’autre dans les couloirs. L'avantage, en semaine était qu'il y avait moins de monde, par rapport aux weekends. Le jeune hôte retira son kimono et le jeta par terre. Il s'habilla ensuite en vêtements de ville et récupéra un sac d'affaires. Il appela un taxi et se retira pour l'attendre devant la maison d'hôtes. Il fit bonne mine devant ceux qu'il croisa pour ne rien laisser transparaître. Une fois sorti, il pénétra difficilement dans le taxi. Son corps lui faisait mal comme si une voiture lui était passée dessus. Une fois rentré, il monta dans sa chambre. Il se déshabilla et se doucha. Il passa un peu de pommade sur ses contusions et surtout sur son intimité déchirée... Sans perdre de temps, il s'allongea sur son fuuton. Une fois couvert sous sa couette, il se mit à pleurer toutes les larmes de son corps. Cette soirée en tant que hôte était la dernière... Usami avait réussi à le briser. Il voulait rester loin de tous pour un moment. Seul et loin de tout le monde... il ne retournerait pas à son travail. Il ne sortirait pas pendant un moment... le seul endroit où il ne se sentait pas menacé était dans sa chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prendre du bon temps entre deux affaires (Akito/Usami) (Usami/Yuki)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]
» Discution entre deux Gryffondor [pv : Judicaelle]
» conflit entre deux [PV WildStorm] [Dé]
» Retrouvailles entre deux amis [ PV: Josh ]
» Pique nique entre deux chemins...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Les Endroits à risque :: Maison Close-
Sauter vers: