Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Ven 8 Juin - 20:46

Une soirée comme une autre sur Yuukoku, le soleil plongeait derrière les immeubles du centre toujours agité et plus peuplé que jamais, les rues et ruelles arboraient des enseignes qui s’illuminaient déjà en avance de la nuit qui envahirait les lieux d’ici peu de temps.

Les gens qui circulaient à pied ou en voiture importaient peu à Myo. Elle errait sans réel but, juste pour le plaisir de conduire son bolide noir. Elle ne dormirait pas de la nuit, encore. Elle avait trop à cogiter ces derniers temps avec ses affaires. De toute manière Morphée ne daigne s’intéresser à elle et vient la prendre dans ses bras pour une douce étreinte et lui accorder un sommeil long que de manière très irrégulière depuis des années déjà.

Pour une fois, Myo s’était débarrassée de ses sbires. Ceux qui l’avaient accompagnées dans sa virée sur deux roues n’avaient guère eut l’audace et les moyens techniques de la suivre dans son envolée sauvage bien au-delà des limites du raisonnable dans les collines. Elle les enverrait faire quelques leçons de pilotages quand ses soucis les plus urgents seraient réglés. Ces deux dernières journées avaient été bien remplies à ce propos.
Son engin de mort encore cliquetant, ronronnant, la sulfureuse gangster s’était rendue dans un quartier tranquille. Non loin d’un parc, où s’amusaient des ados, qui s’envoyaient quelques balles de base-ball sous les lampes de l’éclairage public. La rue sous le soleil couchant se teintait doucement, les cris des jeux résonnaient étouffés par les buissons. Une famille passait, de retour de ses emplettes. La moto noire s’aligna avec quelques autres. Le moteur s’arrêta enfin après un dernier vrombissement sonore.

Myo retira son casque et huma l’air du soir. Un air où se sentaient, pour les plus sensibles, de légers embruns marins. Elle sentait surtout le cuir chaud et une note de parfum délicat que sa chevelure lâchée aux épaules gardait de sa toilette. Elle s’étira une fois descendue de sa bécane, et se dirigea vers le petit établissement au coin de la rue. L’alarme fit luire deux éclats avec un petit son indiquant qu’elle était active quand elle s’éloigna de sa moto.

Myo franchit la porte, avec son casque sous le bras et son sac au dos. Une serveuse vint à sa rencontre, un plateau déjà plein. Pas trop de clients, la place ne manquait pas. Etant seule, du moins pour le moment, Myo prit place pourtant vers le fond du bar pour ne pas tourner le dos aux vitrines et rester proche d’un endroit où se planquer. Et garder un œil sur son deux-roues et l’entrée. Parano oblige.

Elle était déjà venue quelque fois ici. Elle appréciait le calme de l’endroit, le point de vue sur le parc, et la musique jazzy qu’ils passaient régulièrement. Elle commanda une bière et extirpa de sa veste, qu’elle ouvrit en grand, un paquet de Black Devil dorées et un zippo de l’armée américaine. Son trophée alluma la clope portée à ses lèvres. Ses yeux balaient la salle.

De sa position, elle avait une bonne vue, raison pour laquelle elle se plaçait là généralement. Un endroit stratégique. Mais elle n’était pas la seule ce soir. Et ce n’étaient pas des costards cravates en goguette mais une autre demoiselle qui avait pris son poste d’observation habituel. Un joli brin de fille, d’ailleurs. Elle a l’air impatiente, son téléphone posé à portée de main est son principal centre d’intérêt.

Elle évita de trop lorgner son profil et finalement, se décida à aller satisfaire un petit besoin naturel une fois sa clope finie. Ce qui était deux des raisons qui l’avaient amenée à s’arrêter ici. Elle resta ensuite un instant devant le lavabo à remettre ses mèches rebelles en position, se passer un peu d’eau sur la figure à peine maquillée. Les fards sombres ne coulaient sous ses yeux, ses lèvres étaient encore gainées d’un rouge sombre. Parfait, elle pouvait retourner à sa bière l’esprit tranquille.

A son retour, la petite demoiselle était partie sur une banquette avec à ses cotés un jeune homme et en face un autre couple. Le petit groupe papotait et commençait leur soirée. Myo souffla en se rasseyant. Elle fit signe à la serveuse de venir à elle. Myo avait envie de grignoter un petit quelque chose… bien qu’elle ne sache pas encore quoi.
Elle se retint de prendre une nouvelle cigarette, mais joua machinalement avec le briquet. La musique l’emporta dans sa rêverie, alors qu’elle regardait au dehors. Sa moto allait bien, ses sbires étaient quelque part en ville, elle avait coupé la sonnerie de son portable, elle s’accordait un petit moment tranquille. Devant la vitrine, une autre jeune femme passa. Cela ramena la gangster à la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Aoki

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Hétérosexuelle
Métier : Officier de police de la Crim’
Petit(e) Ami(e) : Célibataire et libre comme l'air...snif T.T
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Ven 8 Juin - 22:04

Le sang du dieu Apophis coulant dans le ciel était un spectacle magnifique, annonçant une nouvelle nuit agitée et bien souvent, tout aussi sanglante. Ceci faisait déjà plusieurs jours que la police de la Crim’ enquêtait sur un trafique dangereux. Bon nombre de ses coéquipiers étaient blessé à cause de lui, pourtant, eux-mêmes possédaient ce que qu'ils convoitaient…les armes. Le réseau était croissant, et que se soit d'arme blanche ou pas, la situation devenait difficile à gérer.

Ayane était nouvelle dans l'équipe, un "bleu" comme ont le dit, mais doué dans le tir. Miss Aoki suivit les traces de son père décédé dans la police, entrainant quotidiennement son corps et perfectionnent son tir, mais il était temps d'être sur le terrain avec l'élite. Bon nombre d'arrestations avaient eu lieu ces derniers soirs, Ayane avait prêté main forte à son équipe grâce à sa vitesse et sa précision au pistolet, mais était encore novice dans les enquêtes. Elle suivait les ordres, écoutant ses supérieurs et ses collègues afin de progresser. C'était dur pour elle, parfois, de suivre les ordres comme un chien de l'armée, mais elle s'y était habituée.

Ce soir-là, la mission fut presque un succès. Une importante cargaison d'arme avait été localisée dans un entrepôt, une majorité des trafiquants avait été arrêtés, et ceci avec seulement quelques blessé qui n'était pas à la porte de la mort. L'organisation avait été parfaite, ceci faisait un moment que le lieu était surveillé. Une fois la mission finit, Miss Aoki rejoignit son coéquipier dans la voiture.

- Ouf, c'était chaud ce soir. Dit l'homme en soupirant d'aise
- La mission est une réussite. Répondit Ayane avec un demi sourire.
- Et si ont fêtait ça ? Je connais un bar sympa dans le coin.
- Heu…et bien je…pourquoi pas…
- C'est pas trop tôt ! bravo pour ton courage d'accepter, enfin ! de boire un verre avec ton coéquipier, en plus de me tutoyer comme je te l'ai demandé.
- Ho ça va Haku-senpai, tu sais très bien que je suis timide…Dit-elle sur un ton gêner avec une pointe de colère.
- Dans se cas c'est une bonne occasion pour la perdre. Allons-y. Répliqua-t-il avec joie.

La voiture bleu et blanche roula rapidement vers sa destination. Ayane resta, à son habitude, silencieuse durant le trajet. Elle n'avait pas de chance, elle qui voulait une fille pour associer, c'était raté. Heureusement pour elle, Haku était gentil, de plus, il ne la gênait pas trop, du moins en général. Néanmoins, pendant le boulot, elle se mettait en tête que la priorité était "la mission", et non sa gêne.

Le véhicule s'arrêta non loin du bar. La policière regarda le parc avec surprit, découvrant ce petit établissement pour la première fois. Haku la rejoignit après avoir verrouiller la voiture. Ils entrèrent, accueillit par les notes de jazz, remarquant le peu de client…du moins pour le moment, le soleil était à peine couché après tout. Haku fit signe à un couple, Miss Aoki les reconnu alors qu'ils les rejoignirent à la table. C'était le couple de médecin légiste de la police, aussi inséparable et indispensable que le désinfectant et le coton.

La fliquette retira sa veste bleue, laissant voir sa chemise blanche et sa cravate noire. Elle dépoussiéra ensuite sa jupe avant de s'asseoir au coté de son associé. La serveuse arriva, elle commanda un Bailey, son alcool préféré. En attendant son retour, Ayane prit son téléphone portable, réorganisant son agenda. Une fois fait, les quatre individus discutèrent, essentiellement, de leurs travail. Ceci était un peu ennuyeux, cependant le couple de médecin expliquait leur découverte avec tant de passion que s'en était captivant…bien qu'elle ne comprenait même pas la moitié de leur discours.

Elle fixa son verre, buvant quelques gorgées en réfléchissant de tout et de rien. Elle se sentait un peu perdu, après tout, elle était la plus jeune du groupe. La différence d'âge se faisait sentir, Haku arrivait dans la trentaine et le couple était dans la quarantaine.

Pendant que la jeune policière réfléchissait à son avenir au saint du groupe, une femme entra dans le bar. Celle-ci était essoufflée, balayant la salle du regard. Elle approcha doucement du comptoir, se plaçant sur le siège voisin de celui de Myo. Elle commanda une bière pour occuper la serveuse, avant de souffler discrètement à sa voisine.

- La cargaison est perdue.

_________________


Dernière édition par Ayane Aoki le Lun 11 Juin - 10:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Sam 9 Juin - 18:11

L’ambiance calme et feutrée lui convenait à merveille, dans son recoin la jeune femme en tenue de motarde pouvait passer relativement inaperçue même en cuir intégral. Sa veste ouverte offrait une vue sur un T shirt sombre orné d’un motif. Son pantalon était gainé par ses bottes racing. Son casque était déposé sur le comptoir, avec ses gants à l’intérieur, son sac à dos à ses pieds.

Myo avait bu presque la moitié de sa bière quand la serveuse revint à elle pour prendre commande de son en cas : elle avait opté pour une brochette de dangos. Ces petites boules de pâtes de riz lui rempliraient l’estomac pour calmer sa faim naissante et lui permettraient de prendre une autre bière après celle-ci, si l’envie lui en prenait. La gangster envoya deux mails, et répondit à un message qui semblait urgent avant qu’elle ne soit servie.

D’autres clients avaient fait leur entrée aussi. Trois autres jeunes gens qui avaient rejoint la fille au portable et ses amis. Puis deux personnes en tenue qui ressemblait étrangement à un uniforme. Ce que Myo trouva un peu étrange d’ailleurs. C’était un homme et une jeunette, qui avaient pris place à une table où un couple était déjà installé.

Bah, Myo n’avait rien à se reprocher après tout –enfin, de son point de vue-, et même ces gens avaient droit à un petit moment de détente. Elle entama donc la première brochette, tirant une boulette entre ses dents, laissa les deux futures victimes empalées sur la pique de bois.
Visiblement, quelque chose ne collait pas dans ce qu’elle avait prévu. Un contre temps ? Elle en saurait bien plus dans peu de temps.

Une de ses acolytes vint la trouver. Myo lui avait dit où la rejoindre. La jeune femme avait été assignée à de la surveillance dans les docks. Et visiblement, elle avait fait vite pour la rejoindre, elle avait encore le souffle court. La yakuza attendit patiemment qu’elle lui glisse ces simples paroles :

- La cargaison est perdue.

Myo poussa un long soupir.
Son organisation fonctionnait comme une petite armée, fiable et organisée, avec des séances d’entrainement rigoureux. Si elle donnait des ordres stricts en veillant à la discipline d’une main de fer, elle se faisait respecter aussi en prenant la tête des opérations et en y participant. Myo avait aussi un autre atout important: le magna de l’information de la ville était son associé, et elle-même avait une équipe d’investigation assez efficace.

Or, rien n’avait filtré sur une opération la concernant, ni même une surveillance ou encore le moindre doute sur sa présence en ville. Il fallait dire qu’elle se faisait discrète, ses derniers exploits à Tokyo lui avaient au moins appris cela, se faire discrète.

Cette nouvelle ne voulait dire qu’une chose. Ses partenaires Russes avaient merdés. La gangster traitait avec eux pour importer des armes contre des pilules stimulantes. Elle attendait une livraison dont elle devait prendre possession cette nuit. Or, elle y allait toujours en personne : c’est une femme de terrain. Comme elle n’avait encore pas été contactée, elle avait perdu patience et était allée se promener.
La raison de ce silence devenait évident. Ces continentaux avaient d’une manière ou d’une autre attiré l’attention. Et s’étaient fait prendre, avec leur matériel en prime. Cela les mettait dans une situation très déplaisante. Myo, elle, aurait un contretemps sur sa livraison, mais ne perdait pas grand-chose. En revanche, une pensée l’ennuyait. Serait-elle inquiétée par une dénonciation ?

En tout cas, elle se réjouissait d’avoir laissé un binôme guetter ces lascars. Elle savait maintenant qu’elle devrait annuler l’opération d’échange et surtout, chercher à savoir qui avait pu se faire prendre ou non chez ces gaijins. Pour agir en conséquence.

-Bon, si on n’a pas ‘les pièces’, alors on ne livre pas ‘les solutions’. Retourne au ‘bureau’ et prévient qu’on attend une visite du vice président.

Myo aimait parler un langage codé, aussi bien pour les échanges téléphoniques que dans les lieux publics. Les pièces étaient ici les armes et munitions attendues. Les solutions étaient les produits chimiques destinés à la fabrication des pilules, plus aisé pour éviter les soupçons lors du chargement.
Quand au bureau, et la visite du vice président, c’était une image claire pour demander à retourner à leur base, une société écran et placer tout le monde en état d’alerte. Myo aimait rester prudente, ce en quoi sa paranoïa aidait.

La jeune femme termina sa boisson, partageant deux trois banalités pour bavarder en donnant l'allure d'une simple entrevue entre deux amies et fila. Les ordres avaient été donnés, et l’autre membre de son duo devait l’attendre quelque part.

Et elle-même ?
Visiblement, Myo comptait rester ici à finir sa deuxième brochette de dango et sa bière, comme si de rien n’était. Elle n’aimait pas s’affoler, et même si intérieurement elle bouillonnait, elle préférait élaborer une parade en cas de problèmes au calme. Bien qu’aucun des russes ne connaisse son nom, ni sa position hiérarchique réelle, sauf les gros pontes resté au pays. Une mesure de sureté impérative lors de leur accord. Mais avec ses employés, en contact avec ces gars, on pouvait remonter une piste menant à elle. Une piste qu’elle tenterait de couper de manière nette.

Dans sa petite tête, elle cherchait déjà un moyen de faire pression ou d’éliminer les petites frappes qui s’étaient fait prendre. Elle envoya encore deux autres mails avec son téléphone. Des messages codés bien évidemment.

Puis elle termina les deux dernières boulettes de la seconde brochette. Sa bière fut vidée, elle en commanda une autre, qu’elle boirait tranquillement en finissant les trois dernières portions sur la dernière brochette.
Son regard brillant d'une colère sourde se perdit de nouveau dans la salle pendant qu’elle-même se perdait un peu dans ses pensées. Jusqu’à ce que ses yeux croisent ceux de la jeune femme en uniforme qui elle-même avait l’air tout aussi ailleurs qu’elle malgré les trois autres personnes à sa table. Elle avait un joli visage, et paraissait toute petite à coté du gaillard à ses cotés.

Myo ne peut s’empêcher de sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Aoki

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Hétérosexuelle
Métier : Officier de police de la Crim’
Petit(e) Ami(e) : Célibataire et libre comme l'air...snif T.T
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Sam 9 Juin - 19:26

Ayane soupira légèrement, et ceci que se soit de fatigue ou d'ennuie. Elle s'entendait bien avec les adultes en général, mais avait de la peine à suivre leur conversation parfois. Le pire étant lorsqu'il parlait de "relation amoureuse", avec la fameuse question, était-elle prise ? Non, hélas, Miss Aoki était célibataire, et ceci depuis des lustres. Pourquoi ? Bonne question, peut-être était-elle trop exigeante ? Bien que sa timidité n'aidait en rien. Elle buvait tranquillement son verre de crème de whisky irlandais, réfléchissant toujours à son travail, écoutant de temps à autres les trois adultes. C'est alors qu'en balayant la salle du regard, qu'elle croisa celui d'une femme. Elle lui souriait, sentant la gêne montée sous la surprise. Elle le lui rendit poliment avant que son attention revient sur ses amis.

- Et si nous allions au restaurant pour fêter la réussite de votre mission ? Demanda l'homme du couple.
- Ho excellente idée chéri. Répliqua la femme. Nous connaissons un bon établissement non loin d'ici.
- Je vous avouerai que cette mission m'a donné faim. Dit Haku en riant. Qu'en pensez-vous mademoiselle Aoki ?
- Ho heu, non merci, je n'ai pas très faim.
- Vous êtes sûr de ne pas vouloir venir ?
- Non ça ira, merci quand même. Répondit-elle avec le sourire.

Sur ce, le trio s'en alla. Ayane leur fit signe de la main avant que la porte ne se referme. Elle fixa ensuite son verre, vide. Elle avait un peu mentit, elle avait faim, mais voulait pas vraiment les accompagner, encore moins dans un restaurant chic. La jeune policière se leva de son siège, allant s'asseoir au bar pour plus d'intimité. Elle commanda un autre Bailey, accompagner de quelques brochettes de porc, des "Tonkatsu". Le mélange était étrange, un saké aurait été plus approprié, mais la demoiselle avait des goût, parfois, étranges en terme de cuisine. En attendant sa commande, elle reposa son regard vers la femme de tout à l'heure. Elle était belle, le cuir lui allait à merveille. Une motarde à en juger son casque et sa tenue, voilà qui était cool à ses yeux, malgré les clichés de gangster sur le cuir noir. Elle adorait pouvoir s'acheter une moto, mais pour l'heure, ceci n'était pas vraiment possible.

Sa boisson arriva, buvant une gorgée avant de regarder son portable. Vingt heure bientôt. Elle le glissa dans la poche de sa jupe, sa veste recouvrant ses cuisses alors qu'elle prit les baguettes pour entamer son petit repas. Elle adorait manger, néanmoins elle perdait souvent l'appétit après certaine mission. La vue du sang était supportable, mais celui des boyaux, ça s'était autre chose. Le trafique d'organes était un problème sérieux, discret et donc difficile à arrêter. Sa brigade luttait contre bien des trafics, que se soit celui des armes, de meurtre, d'organes, d'animaux, de cadavres que d'êtres humains. Les scènes de crime n'étaient en général pas très jolies à voir, et pour son jeune âge, ce n'était pas évidant à gêner émotionnellement, surtout depuis la mort de son père.

Elle soupira, dégustant son repas d'un air pensif, alors que son porte-monnaie glissa de sa veste. Celui-ci tomba au sol. La jeune policière ne remarqua rien, le bruit du jazz étouffant sa chute.

(désolé je suis pas très inspirée T.T)

_________________


Dernière édition par Ayane Aoki le Lun 11 Juin - 11:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Sam 9 Juin - 20:23


Les deux demoiselles partagèrent, le temps d’un souffle, un sourire spontané.
Puis chacune se refit absorber par ses tracas.
Nouveau petit soupir. Myo n’avait pas envie d’entrer en contact avec ses homologues soviétiques, encore moins dans un bar. Leur parler ne résoudrait aucun de ses problèmes et elle ne comptait pas régler les leurs. Sauf s’il y avait un enjeu.

Elle ne pouvait certainement pas non plus aller au poste et éliminer les prisonniers. Ils devaient être bien au chaud à se faire questionner les uns après les autres. Bien surveillés surtout. Bien que la messagère n’ait pas mentionné d’hommes, mais juste du matériel, un autre message confirmait que la plupart des russes s’étaient fait prendre.

Myo cherchait des plans réalisables, rapides et sûrs pour se débarrasser des ennuis qui menaçaient. L’idéal serait encore de se sortir de ce futur pétrin d’une pirouette élégante. Si pétrin il y aurait, après tout, les ‘balances’ font généralement pas de vieux os dans les mafias. Myo commençait à se demander si elle ne s’inquiétait pas un peu trop pour rien, en fin de compte.

Elle jouait avec la tige de bois vide de son dernier dango, quand la jeune femme vint s’installer à ses cotés au bar. Celle qui lui avait sourit. Les autres personnes étaient parties et la voilà qui venait donc re commander un verre et un petit repas elle aussi.
Myo s’amusa à penser qu’elles formaient probablement une drôle d’image, elle en tenue cuir, avec ses bagues à tête de mort et ses cicatrices, à coté de la demoiselle dans sa tenue proprette et sage.

Myo avait failli lui demander si la fumée ne la dérangeait pas, mais si elle était venue au bar, s’installer à coté d’elle alors qu’elle avait un cendrier, c’est que ce ne devait pas être le cas. De plus, deux personnes derrières elles, installées à une table, s’en grillaient une.
La gangster reprit donc son zippo et alluma une autre cigarette. La flamme s’étouffa avec le claquement sec et métallique du clapet du briquet, qu’elle reposa sur le comptoir. Myo n’avait plus aussi faim après ces nouvelles reçues, mais un verre supplémentaire ne serait pas de refus pour les faire digérer, une fois qur’elle aurait fini celui là.

Cette fois, c’était une Black Devil noire, à l’arôme de vanille qui se consumait pour son plaisir. La tige noire intégralement entre les doigts, Myo attrapa sa bière de sa main libre. Elle en puisa une gorgée, puis jeta un regard à la fille qui mangeait. Profil agréable, look soigné. Elle paraissait assez jeune et pourtant sous pression d’une certaine manière.
Quand son regard descendit le long des jambes de sa voisine, elle aperçut au sol une forme juste en dessous. La fille étant en plein repas, et en jupe, Myo décida de lui éviter le désagrément de se faire interrompre et de batailler avec sa jupe. La motarde se leva, s’accroupit pour prendre ce qui ressemblait beaucoup à un porte monnaie et le lui posa sur le comptoir, non loin de l’assiette.

-Pardon mademoiselle? Ca m’a tout l’air d’être à vous. C’était par terre.

La cigarette était encore fichée au coin de ses lévres, et Myo s’accouda au bar avec un sourire, le regard encore posé sur la fliquette, en hélant doucement la serveuse. Sa bière était presque finie et elle en prendrait donc une troisième. Ce qu’elle venait de voir l’avait mise en appétit, bien qu’elle porte un uniforme. Si elle ne se retenait pas, Myo aurait été prise d’un rire nerveux et franc. Ironie de la situation que personne d'autre qu'elle ne comprendrait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Aoki

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Hétérosexuelle
Métier : Officier de police de la Crim’
Petit(e) Ami(e) : Célibataire et libre comme l'air...snif T.T
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Dim 10 Juin - 19:44

Baguettes en main, Ayane dégustât tranquillement son petit repas, savourant la sauce pimentée accompagnant le porc frit. C'est alors qu'elle vit une main glissant son porte-monnaie non loin de son assiette. Elle tourna la tête avec un air surprit vers son interlocutrice. Elle rougit à sa phrase, gêner, mais contente de ne pas perdre maladroitement son bien ce soir.

- Heu Oui, merci mademoiselle. Dit-elle avec un petit sourire embarrassé.

Elle le récupéra et le glissa dans la seconde poche de sa jupe. Miss Aoki était contente de constater que la charmante inconnue l'avait aidé, bon nombre de jeunes en auraient profité pour le voler. Bien que dans un autre sens, son uniforme bleu de la police pouvait en dissuader plus d'un. Cependant, Ayane ne pensait pas que son interlocutrice pouvait être méchante, son sourire de tout à l'heure, ainsi que celui qu'elle lui adressait maintenant, était bien trop gentil pour qu'elle le soit, pensât la jeune naïve. Pausant ses baguettes sur le comptoir, elle tendit une main par politesse.

- Je me présente, Ayane Aoki, enchantée de voir qu'il y a encore de bon citoyen. Dit-elle avec humour.

Elle ignorait qui était cette femme, mais elle en avait pas peur. Néanmoins, elle semblait plus âgée qu'elle, et si il y avait bien une chose qu'on lui avait apprit, c'était de respecter ces ainés. La politesse était un principe dans son éducation, ceci qu'importait l'âge, le rang social ou l'apparence de la personne, elle se montrait toujours courtoise. La fumée ne la dérangeait pas, elle était habituée avec son père fumeur, ainsi qu'au poste de police.

Cependant, Ayane était un peu intrigué par les cicatrices de la jeune femme, sur sa pommette, autour de son œil droit et sa tempe. Peut-être avait-elle fait l'armée ? Un boulot dangereux ? À vrai dire, elle n'osait pas le demander, les marques pouvaient peut-être réveiller de mauvais souvenirs. Mais il y avait autre chose, sa taille. Elle devait faire une dizaine de centimètre de plus qu'elle, en tout cas, elle était dans la moyenne.

- Vous me semblez sportive, seriez-vous aussi de la police ? Demanda-t-elle avec un trait d'humour, accompagner d'un sourire chaleureux.

Bien sûr elle avait bien d'autre métier en tête, que se soit coach sportif, tatoueuse ou perceuse avec ces piercings. La liste ne manquait pas. En attendant la réponse, Ayane prit son verre pour en boire une gorgée. Elle espérait ne pas jeter un froid avec son uniforme, sa politesse et sa timidité, bien souvent elle était ennuyeuse et pas très bavarde, mais elle essayait quand même de s’améliorer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Lun 11 Juin - 13:40


Deux mouvements de tête : l’un vers son bien que Myo lui rendait, et un autre pour regarder qui lui parlait avec encore ce joli sourire et la remercier poliment. Avait elle rougit, la motarde n’en était pas sûre, aussi s’écarta t’elle un peu, pour ne pas mettre mal à l’aise la fliquette et prendre réception de la bière commandée. Un billet était déjà sur le comptoir pour payer ses boissons et son en cas.

-Je me présente, Ayane Aoki, enchantée de voir qu'il y a encore de bon citoyen.

La voix douce et le ton enjoué étaient plaisants à entendre. La jeune femme lui tendait une main amicale, à la manière étrangère, ce qui surprit un peu la gangster. Une nouvelle mode chez les jeunes peut être ? Myo la saisit pour ne pas paraître impolie, d’une poigne solide et rapide, elle se présenta à son tour.

-Merci du compliment. Mon nom est Myo. Ravie de vous rencontrer.

La yakuza savait au fond d’elle qu’elle n’était pas ce qu’on pouvait appeler une bonne citoyenne, cependant avec son clan elle défendait des valeurs honorables et respectables. Pas de vol, pas de violence sur les ‘civils’ –tant qu’ils n’interfèrent pas-, dans la mesure du possible même on leur vient en aide et on défend son territoire des vandales et des racailles. Un credo proche des idéaux des forces de police et des défenseurs du peuple qu’étaient les yakuzas aux origines, selon ce qu’elle en savait.
En revanche, elle n’hésitait pas à tremper dans des trafics illicites pour financer ses achats tout aussi illicites de munitions et d’armes, dont elle revendait une partie à son ancien clan. Elle n’hésitait pas non plus à éliminer et faire disparaitre ce qui se dressait sur sa route. Elle prenait toujours autant de plaisir à organiser des courses sauvages et bien évidemment illégales sur les routes dans les collines. Sans oublier l’arme qu’elle portait sur elle, un kusari-gama dans une poche de sa veste de cuir…

Son geste avait été tout à fait naturel et bien que la jeune femme soit pourtant de la police, la faction ‘ennemie’, Myo n’y voyait là qu’une bonne action digne de ses principes en lui restituant son bien.
Et elle était contente que cela lui vaille cette gentille remarque.

- Vous me semblez sportive, seriez-vous aussi de la police ?

En récupérant sa monnaie, elle termina sa bière et attira la nouvelle vers elle. La question la dérouta un peu… La demoiselle l’avait donc assez observée pour remarquer son physique athlétique? Elle se sentit flattée et assez émoustillée pour rougir un peu à son tour. De plus, la question la fit rire cette fois.

-De la police ? Non, pourquoi cette idée ?

Bien qu’elle ait dans une planque un uniforme et une plaque au réalisme redoutable qu’elle avait utilisés lors un plan assez audacieux pour faire chanter un membre véreux du cabinet du Maire, la gangster n’allait pas s’en vanter.
De toute manière, Myo savait qu’elle n’avait pas sa place dans les forces de l’ordre. Déjà, elle avait un casier chargé, un profil psychologique déplorable, sans oublier une tendance à s’emporter assez rare mais particulièrement violente. Explosive. Et puis, n’avait elle pas tué, aussi bien des bandits que des agents, déjà ? Sans oublier qu’elle avait assez souvent dans le sang des produits stimulants sortis de ses labos…

-Mais je fais pas mal d'exercices, et pratique assidument les arts martiaux depuis toute petite… sans oublier la moto, ça fait des bras solides !

Ajouta t’elle avec un sourire amusé en tapotant son avant bras en ricanant. Elle songeait que sa guitare aussi aidait bien à lui faire des épaules fortes et des bras musclés, mais elle s’abstint de le préciser, un peu par pudeur.

-Cela dit, je suis persuadée que vous êtes bien entrainée et bien plus solide que vous n’en avez l’air.

Ce que Myo pensait réellement, être une femme dans un monde d’homme, elle savait ce que cela faisait, et qu’il fallait aller au-delà de ce qu’on attendait de vous pour assurer une relative tranquillité et un respect plus que mérité. De plus, la jeune femme avait bien l’air de s’entretenir convenablement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Aoki

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Hétérosexuelle
Métier : Officier de police de la Crim’
Petit(e) Ami(e) : Célibataire et libre comme l'air...snif T.T
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Lun 11 Juin - 20:45

La poignée de main à l'Européenne lui avait été apprise par son père, celui-ci ayant voyager et adopter le concept, sauf la bise, bien sûr, ceci était réservé à sa fille. Ayane eu donc droit à une poignet de main solide et rapide qui démontra sa force dans les doigts et le caractère. Elle se présenta sous le prénom de Myo. Voilà qui était étrange, elle n'avait pas mentionné son nom de famille…pourquoi ? Ayane l'avait pourtant fait. Avait-elle honte de son mon ? Ceci la laissa perplexe pour la suite, un peu.

Tiens, rougissait-elle aussi ? En tout cas elle était contente de la faire rire avec sa question. Miss Aoki avait vu la moto tout à l'heure, avant d'entrer. Il ne fallait pas être fragile et maigrichon pour la chevaucher, c'était connu, la moto ça faisait les bras et valait mieux être athlétique pour ce genre de véhicule. Néanmoins elle se sentit gêner de répondre à sa question, car en plus de son corps musclé, il y avait ces marques sur le visage qui lui avait fait pensé qu'elle pouvait peut-être être de la police.

- Et bien, disons que… vous semblez entrainer pour le combat. Dit-elle d'une petite voix un peu confuse en regardant discrètement ces cicatrices.

Ayane aussi avait quelques cicatrices sur le corps, mais superficiels, elle n'avait encore pas eu de blessure grave jusqu'à présent. Son entrainement physique l'avait sortit de pas mal de situation, parfois il suffisait de plaquer un homme au sol pour effrayer le reste du troupeau, en l'occurrence, le chef de meute. Son pistolet aussi était un allié de choix, à n'utiliser qu'en dernier recourt évidemment. D'ailleurs elle était armée, et bien qu'elle ne portait pas d' holster d'épaule ce soir, son pistolet n'en demeurait pas moins dans la poche intérieur de sa veste. Elle n'aurait qu'un seul pistolet sur elle ? Loin de là, Ayane en avait deux, un de secoure et bien caché à vrai dire. Néanmoins, elle espérait ne pas en avoir besoin.

- Mais je fais pas mal d'exercices, et pratique assidument les arts martiaux depuis toute petite… sans oublier la moto, ça fait des bras solides !

Ho, voilà qui expliquait pas mal de chose. Tout comme elle, Myo pratiquait les arts martiaux, ceci faisait un point commun. Ayane sourit et rit de bon cœur en la regardant tapoter son avant bras. Mais son sourire s'effaça pour laisser place à un air un peu surprit, souriant de nouveau avec gêne.

- Et bien je fais aussi des arts martiaux depuis mon enfance, je me débrouille donc un peu au corps à corps. Mais ma spécialité c'est le tir. Tout comme la moto, ça fait des bras d'acier. Dit-elle de bon cœur.

Miss Aoki compensait sa petite taille par un entrainement vigoureux au pistolet, à la vitesse et à l'endurance. L'aïkido était d'ailleurs très utile pour réduire une attaque à néant, suivit d'un bon coup de pied de taekwondo pour la riposte. Les cuisses de la jeune fille étaient dignes d'une nageuse, pour cause, elle avait fait de la natation, et encore maintenant, elle allait nager pour ne pas perdre la main, mais plus dans le cadre d'un club à présent.

- Si vous ne venez pas des forces de l'ordre, d'où venez-vous ? Demanda-t-elle avec curiosité.

À la suite de cette question elle bu une gorgé dans son verre presque vide, puis reprit ses baguette en main afin d'amener un morceau de porc à sa bouche, ceci ne détournant la tête que quelques secondes avant de reposer ses yeux sur Myo, accompagner d'un petit sourire amical.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Mar 12 Juin - 10:39


Cette Ayane Aoki semblait bien amicale et pas du genre à se pavaner dans son uniforme, ce qui était fort appréciable. Sa journée était visiblement terminée pour qu’elle se laisse aller à bavarder ainsi et prendre un repas accompagné d’un verre dans un bar. Myo ne comprenait toujours pas pourquoi elle était venue ici ainsi vêtue, mais ça, à vrai dire, ne la concernait pas, mais elle se comportait jusqu’ici comme une civile ordinaire.

Et puis, l’heure était à la détente, malgré les nouvelles embarrassantes reçues, la chevauchée de la soirée et les deux bières surtout avaient permis à la gangster de décompresser. Même si une partie de son cerveau y pensait, guettant un signal de son téléphone laissé sur le mode silencieux vibrant encore.
Elles riaient donc toutes deux, la fliquette confiait qu’elle aussi pratiquait les arts martiaux, ce qui éveilla l’intérêt de la motarde, qui se contenta d’acquiescer d’un hochement de tête quand le sujet dériva sur les armes à feu. Myo aussi pratiquait le tir, et avait quelques armes chez elle, mais mieux valait ne pas le mentionner : la Loi Japonaise était l’une des plus dure en la matière, autant éviter d’éveiller le moindre doute.

Cependant, la curiosité de la jeune femme semblait ne pas avoir eut la réponse attendue, et si Myo n’était pas dans la police, son travail avait l’air d’intriguer la policière. Ses coups d’œil vers son visage n’étaient pas passés inaperçus, Myo avait un peu l’habitude à force, mais cela ne la dérangeait plus, elle s’y était fait et elle comprenait que cela puisse intriguer.

-Oh, eh bien… J’avais fondé une petite société de messagers coursiers il y a quelques années qui a été reprise par un keiretsu. J’ai ensuite fait une formation qui m’a conduite à travailler dans un laboratoire pour ce même groupe d’entreprises, dont je fais partie maintenant dans le conseil administratif comme agent de crises. En gros, je suis envoyée là où il y a des problèmes de logistique ou d’organisation pour les résoudre.

Une réponse qui reprenait les lignes officielles de son statut au sein de ce conglomérat. A la nuance près que la plupart des entreprises qui la composaient étaient des façades, aux activités légales et réellement productives, de son clan et de ses alliés. Une manière de fournir des emplois aux membres de ces organisations, d’effectuer des transactions entre elles de manière simple et même de blanchir de l’argent.
Myo n’allait pas non plus se vanter d’être bien plus que cela, son statut officiel étant largement suffisant pour expliquer son train de vie et son influence tout comme sa mobilité dans les diverses sociétés.

-Bref, quand j’ai un travail à faire pour le groupe, j’ai de belles primes, et sinon, je n’ai qu’à gérer ma petite société de transports et profiter de mon temps libre !

Myo écrasa sa cigarette pratiquement terminée, de manière à laisser son interlocutrice terminer son repas sans les effluves vanillés de sa fumée. Elle prendrait son temps pour boire son troisième verre, de manière à ne pas trop ressentir les effets de l’alcool.
Elle aimait jouer les femmes d’affaires, de temps à autres, et pour ce soir c’est ce qu’elle serait, même en tenue de cuir en train de siroter une bière. Surtout si elle conversait avec une demoiselle qui représentait le gouvernement ! Cela ne l’empêchait pas de se montrer courtoise et agréable, bien au contraire, Myo appréciait cette conversation et la jeune femme. Elle entreprit d’ailleurs de l’observer un peu plus en détail, assez discrètement dans la mesure du possible. Quel âge pouvait-elle avoir ? Un indice sur sa section ? Et puis, elle était plutôt plaisante à regarder…

-D’ailleurs, si ce n’est pas indiscret, entre votre boulot et vos entrainements, vous avez le temps pour d’autres loisirs ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Aoki

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Hétérosexuelle
Métier : Officier de police de la Crim’
Petit(e) Ami(e) : Célibataire et libre comme l'air...snif T.T
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Ven 15 Juin - 18:26

Cette Myo était fort aimable aux yeux de la jeune fliquette. Elle était contente que le bleu de son uniforme ne lui ait pas jeté un froid. Si seulement elle avait pu se changer à la fin de sa mission. Ce n'était pas très grave, porter l'uniforme pouvait avoir quelques avantages, ou l'inverse parfois. Mais pour l'heure, ceci ne la gênait pas, Ayane avait beau avoir des privilèges, elle n'en abusait pas et n'en profitait pas pour frimer.

Son interlocutrice lui informa sa profession. Ayane en resta les yeux grand ouvert et les sourcils levés de surprise. En plus d'être une belle femme sportive, Myo était intelligeant, ambitieuse et organisé, des qualités que Miss Aoki n'avait pas, enfin pas tous. Ayane était motivé à grimper les échelon de la police, mais elle avait juste assez d'intelligence pour passé les tests d'entrer. Pour se qui était de l'organisation…c'était pas encore ça, mais elle progressait.

- Wouaw, je suis impressionnée par votre parcours Myo-sama. Avoua-t-elle en se grattant l'arrière de la tête.

La jeune policière avait du respect pour elle, tout aussi bien pour son rang que pour son âge et son expérience de la vie. Tout en finissant son verre, elle écouta la suite. Son salaire devait être dans une bonne moyenne, voir un peu plus. Celui de la policière était dans la moyenne, de plus, l'héritage à la mort de son père lui permit de s'installer dans un petit appartement et de faire des économies pour la suite, bien qu'elle n'avait jamais souhaité gagner de l'argent d'une manière aussi douloureuse et soudaine.

Myo lui demanda ensuite se qu'elle faisait en dehors de son boulot et entrainement. Voilà une question un peu gênante mais compréhensible. Ayane avait beau être de la police, ceci ne l'empêchait pas de boire de l'alcool durant les soirées avec ses amies. Bien sur elle faisait attention à ne pas trop en consommer, elle ne voulait pas finir ivre morte mais surtout, oublier aucun souvenir.

- Et bien, je sors de temps en temps pour aller danser avec mes amies, sinon j'aime beaucoup le cinéma et le shopping. Et quand il pleut, je joue aux jeux vidéo. Avoua-t-elle rigolant avec gêne.

Miss Aoki avait garder quelques habitudes de garçon manqué, les jeux vidéo représentait son enfance, lorsqu'elle n'avait pas encore d'amies, en plus du sport. Et puis, elle préférait passé du temps avec son papa lorsque l'occasion se présentait à l'époque.

- Puis-je vous retourner la question ? Demanda-t-elle avec le sourire.

Que pouvait bien faire cette femme en dehors du boulot ? Pour le moment elle devina la virée en moto qui devait être génial, ainsi que ses sorties dans les bars, comme tout les adultes en général. En attendant la réponse elle commanda un troisième de bailey whisky.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Ven 15 Juin - 19:55


La gangster s’était un peu courbée à la réaction de la jeune femme, balbutiant que ce n’était pas grand-chose, que tout le monde pouvait faire avec du travail et des bonnes relations.
Car à vrai dire, même si elle n’en disait pas un mot, cela l’avait bien aidée, d’un autre coté, diriger un clan de yakuza affilié au clan qui tient les rênes du conglomérat en question avait été un point important, mais de l’autre son ascension fulgurante était due également à ses méthodes efficaces et audacieuses.

Myo écoutait ce que répondait miss Aoki à sa question. Les yeux braqués vers elle.
Sa chevelure, ses tempes, ses oreilles, son cou, puis le visage, en partant de la pommette, descendre vers la bouche, remonter le long du nez pour atteindre les yeux. Elle fixa longtemps ces yeux, avant de refaire glisser son regard vers le buste souligné par l’uniforme, sonder le creux de la taille et… s’arrêter là pour le moment.
Myo savait rester un minimum respectueuse, elle ne porterait pas son observation trop longtemps. Elle tendait le bras vers sa bière avec aux lèvres un sourire serein. Et des images plein la tête, auxquelles s’ajoutaient celles de la vue des jambes de la policière quand elle avait ramassé son bien. Une gorgée coula dans son œsophage, rafraichissante.

Cinéma, shopping, sorties entre amies… cela restait relativement classique, seuls les jeux vidéo étonnèrent un peu la motarde. Elle y avait déjà joué, un petit peu, mais elle préférait la vraie action à rester des heures devant un écran : la miss avait la bougeotte.

- Puis-je vous retourner la question ?

Nouveau sourire, Myo tapota sur son casque et annonça d’un air déçue :

-Ah ! Je suis démasquée… j’avoue, je roule souvent en moto. Ca m’apaise, et ces sensations… je n’ai rien trouvé qui puisse les remplacer. Et puis, si je ne suis pas dessus, je suis à coté de mon engin pour le bricoler et le bichonner. Vous savez ce que c’est, il faut en prendre soin souvent et on aime personnaliser nos jouets !

Elle lui fit un petit clin d’œil, après tout, même les téléphones portables, les sacs, ou les vêtements sont personnalisés dans ce pays. Myo bricolait vraiment ses motos, et aimait le faire. De toute manière elle n’aurait pas assez confiance pour amener ses petits bijoux dans un garage officiel. D’une part, elle aurait trop peur de se faire arnaquer en tant que femme, ensuite, elle savait faire les entretiens elle-même et surtout, ses motos n’avaient plus rien d’origine.

-Hélas, cela ne me fait pas de belles mains manucurées ! Et en plus, si je ne suis pas en virée avec des amis sur les routes ou des pistes, eh bien je joue de la guitare, à un niveau correct, assez pour me faire plaisir en tout cas. Donc, je n’aurai jamais de beaux ongles tout décorés. Et pour enfoncer le clou, comme je fais beaucoup de sports, c’est sûr, mes doigts seront invariablement aux ongles courts.

Les Dieux devaient bien rire de cette situation. Deux filles au tempérament bien trempé, évoluant chacune dans des univers plutôt dominés par des hommes et souvent en confrontation, discutaient tranquillement au fond d’un bar. Une flic et une yakuza. Pire encore, la policière venait de faire perdre à la gangster une opportunité de transaction. Et cette meneuse avait toutes les clés pour retrouver les têtes pensantes du trafic sur lequel enquêtait la jeune officière.
Oui, ce soir là les Dieux avaient eut un sacré sens de l’humour pour les réunir, et ces filles commençaient maintenant à se sentir à l’aise et tisser doucement des liens amicaux.

Myo poussa un petit soupir, après une gorgée de bière.

- Sinon, même si j’aime la musique, je me trouve bien piètre danseuse. Ce qui ne m’empêchait pas de sortir assez régulièrement, pour m’éclater toute la nuit. Les jeux vidéo en revanche, je n’y connais pas grand-chose en fin de compte. Je m’en inspirais pour me faire des costumes quand j’étais ado… c’était amusant !
Oh, à ce propos, l’uniforme vous va à ravir…


Ce que Myo pensais sincèrement, cet uniforme était bien porté, bien taillé, et mettait juste comme il fallait en valeur la demoiselle. Du moins, selon les goûts de la motarde, mais elle n’allait pas en faire mention, pour le moment.

-…et c’est assez étrange de vous voir avec, d’ailleurs. Enfin, pardonnez ma remarque, mais cela m’intrigue en vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Aoki

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Hétérosexuelle
Métier : Officier de police de la Crim’
Petit(e) Ami(e) : Célibataire et libre comme l'air...snif T.T
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Ven 15 Juin - 21:20

Ayane déviait de temps en temps son regard de celui de la demoiselle, fixant parfois son verre pendant plusieurs secondes. Sa timidité et encore un certain manque de confiance en elle faisaient qu'elle déviait les yeux lorsqu'elle était gênée. Elle ne remarqua donc pas que Myo glissait son regard avec attention, mais discrétion. Elle remit une de ses longues mèches de cheveux brun derrière son oreille en écoutant la jeune femme, souriant d'avantage lorsqu'elle avoua pour sa moto. Elle fut d'ailleurs agréablement surprise qu'elle soit aussi dans la mécanique. Elle rit de bon cœur lorsqu'elle lui adressa un clin d'œil.

- Hihi oui c'est tout à fait ça.

Effectivement, son téléphone portable avait été personnalisé, ainsi que bien d'autres objets et vêtements. Même son uniforme avait été modifié, raccourcissant légèrement sa jupe afin de faire de plus grand enjamber et amélioré un holster. Mais n'étant pas doué pour la mécanique, elle préféra ne pas toucher à ses pistolets, de bon vieux Beretta 92. Ayane hocha la tête sur le coté, montrant qu'elle était attentive et intéresser. Alors comme ça elle jouait de la guitare, voilà qui était créatif. Ayane avait fait du piano dans son enfance, elle savait donc la joie que pouvait offrir un instrument. Elle rit à propos de ses ongles, ceci leurs faisaient un autre point commun, les ongles courts.

Contrairement à Myo, la jeune policière ignorait l'ironie que les dieux lui faisaient, ne se doutant pas une seconde que son interlocutrice était une yakuza…une ennemie. Cependant elle se demandait toujours "pourquoi ne m'a t-elle pas dit son nom de famille ?". Ceci paraissait plutôt suspect, néanmoins Ayane ne voulait pas se sentir plus parano qu'elle ne l'était déjà. En tout cas, son troisième verre commençais à lui faire tourner un peu la tête, ceci serait sûrement son dernier verre d'alcool de la soirée. Elle le sirota tranquillement en écoutant la suite.

Les jeux vidéo ne semblaient pas être son truc, mais elle était contente d'apprendre qu'elle se costumait quand elle était adolescente. Ayane aussi s'était costumer, cosplayer pour être exacte, allant à des festivals de jeux vidéo et de mangas, d'ailleurs elle en lisait encore, mais chut, c'est un secret. La fliquette rougit lorsque Myo lui souffla que son uniforme lui allait à ravir. Cette fois ses joues devinrent rouges.

- Ho Merci Myo-sama, vous aussi le cuir vous va très bien. Répondit-elle. Je n'ai pas eu le temps de me changer en vérité, mon collègue m'a proposé de m'emmener ici après une mission.

(désolé T.T j'ai pas d'inspi ce soir)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Sam 16 Juin - 12:01


Un hochement de tête accueillit la réponse. Une mission, des séances de tir, un uniforme qu’on ne croise pas dans la rue tout les jours… Il semblait que cette demoiselle Aoki ne faisait pas un travail de routine dans la police. Quelque chose de plus compliqué que surveiller la circulation, vraisemblablement et de plus important.
Si la curiosité de Myo était déjà sollicitée, là elle fut complètement mise en alerte. Elle se posait déjà des questions sur la policière, alors là, ce fut un festival dans sa tête. Oh, bien sûr sa mission était terminée, du moins pour ce soir, sans quoi Miss Aoki ne serait pas à se détendre devant un verre et n’en parlerait pas de manière si détendue.

Cependant Myo ne posera pas de question à ce sujet, après tout, elle savait que la curiosité avait un double tranchant. Et dans ce cas, elle préférait éviter d’éveiller la méfiance de la fliquette. Avec un peu de patience, elle finirait bien par en savoir plus. Un effort dont elle se sentait capable.
Elle se remit assise confortablement sur le petit siège haut.

-Je suppose qu’avec votre métier, vous n’avez pas réellement d’horaires définis… Ce doit être difficile de concilier sa vie en dehors du boulot, du coup.

Ca, c’était une problématique que la gangster connaissait aussi. Peut être même de manière plus importante, car si un flic rentre parfois chez lui se reposer, d’autres prennent le relais : ce qui fait qu’un bandit doit être sur ses gardes à tout moment. A plus forte raison quand on dirige un clan !

Myo avait repris une gorgée de bière, buvant lentement son verre pour ne pas que l’alcool ne l’échauffe trop. Heureusement que ce n’était pas trop fort.
Son téléphone s’illumina et émit eux petites vibrations. Le cuir grinça légèrement quand Myo tendit sa main vers l’appareil posé sur le comptoir. Elle l’agrippe, demande pardon pour l’interruption, l’ouvre, regarde. Quelques actions du bout des doigts, Myo lu un mail et y répondit rapidement, ses phalanges bougeant gracieusement sur les petites touches.

Les quelques phrases échangées lui avaient un court instant fait oublier le poids de ses ennuis. Pour elle ce n’était pour le moment qu’un contre temps, mais elle aurait à convaincre bientôt ses fournisseurs de lui fournir une autre cargaison et surtout surveiller attentivement tout ce qui pourrait paraitre suspect dans son territoire et les lieux de rencontre.
Certainement elle irait aussi rendre visite à l’un de ses associés, pour obtenir des renseignements venus tout droit des sources officielles via son réseau. Contre quoi elle lui devrait un service, bien sûr.

La nuit ne faisait que commencer, mais serait longue. Elle envoya en tout deux autres mails en plus de la réponse à celui reçut. Elle reposa ensuite l’appareil et saisit dans le même geste son zippo, le posa sur son paquet de cigarettes pour amener les deux entre ses mains. Elle tira une tige et coinça le coté philtre entre ses doigts. Machinalement, elle tendit l’ouverture en direction de la fille en uniforme, pour lui en proposer une.

- Vous en voulez ?… enfin si vous fumez !

Elle attendit que la jeune femme en prenne ou refuse, pour reposer le paquet à coté du téléphone, et allumer la cigarette avec une bouffée dont elle recracha la fumée avec un petit soupir.
La nuit allait être longue oui, aussi tenait elle à savourer le plus longtemps possible cette petite pause bien méritée. L’insomniaque reposa le briquet à coté du paquet sombre et un peu écrasé d’être fourré dans sa poche.

-Hmm, c’est votre collègue qui vous a amenée… Mais je ne le vois plus. Comment rentrerez-vous ?

Myo ne l’avait pas vu sortir, mais de là où se trouvaient les filles, elles avaient vue sur toute la salle presque. La table à laquelle Ayane avait rejoint le couple avaient depuis plusieurs minutes de nouveaux occupants.
A cette heure ci, comme pratiquement toute la nuit, des métros circuleraient, ainsi que quelques bus encore. Peut être même habitait elle dans les parages. Elle avait beau porter l’uniforme, miss Aoki était une jeune femme dans une ville pas réputée pour être sûre et tranquille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Aoki

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Hétérosexuelle
Métier : Officier de police de la Crim’
Petit(e) Ami(e) : Célibataire et libre comme l'air...snif T.T
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Dim 17 Juin - 12:02

Ayane prit son verre de whisky, le dégustant lentement et en petite gorgée. Si elle avait un véhicule à sa disposition, la demoiselle savait que celui-ci lui serait inutile ce soir, son taux d'alcoolémie était en dessus de la norme autorisé pour conduire. Elle n'était pas ivre, elle avait juste la tête qui lui tournait un peu et était détendu. Mais la loi était clair, une alcoolémie supérieure ou égale à 0,3 gramme par litre de sang au volant, et direction le poste de police avec une amande. D'ailleurs, la motarde lui demanda si elle gérait vie professionnelle avec son quotidien.

- Il arrive effectivement que l'ont m'appelle comme renfort ou pour remplacement, après tout, nous sommes en nombre inférieur comparé aux criminels qui court dans les rues. Dit-elle avec une pointe de tristesse, avant de reprendre avec un petit sourire. Mais ça ne me dérange pas particulièrement d'être demandé sur le terrain, surtout quand on est célibataire, donc personne ne m'attends chez moi.

Elle essayait de se montrer positive, même si au fond d'elle, Ayane était triste. Plus d'une année avaient déjà passé depuis la mort de son père, que plus personne ne l'attendait à la maison. Mais elle devait être forte et continuer sa lutte contre le crime. Elle devait protéger les citoyens, arrêter les trafiquants dangereux et faire en sorte que plus personne ne pleure à la mort d'un être proche disparut. Une mission difficile, qui pouvait lui couter la vie à tout moment…elle en était consciente, mais elle devait faire son devoir. C'est alors qu'elle entendit des vibrations, tournant la tête vers le téléphone portable de son invitée. Celle-ci s'excusa pour l’interruption, regardant l'écran avant de pianoter sur les touches. Miss Aoki resta silencieuse afin de ne pas la déranger, sirotant tranquillement son verre. Plusieurs minutes plus tard, Myo reposa son téléphone sur le comptoir. Elle saisit son zippo et son paquet de cigarettes, le tendant à la jeune policière pour lui en proposer une. Ayane hocha légèrement la tête de gauche à droite avec un sourire reconnaissant.

- Non merci, je ne fume pas.

L'odeur de la cigarette lui rappeler son paternel, mais malgré ça, elle n'avait jamais aimer la fumer, ceci même en essayant pendant quelques jours, histoire de voir une quelque conque différence. Verdict de l'expérience, aucun changement, ça ne la détendait pas contrairement à beaucoup d'autres, mais elle ne regrettait pas de ne pas fumer. Pour ce détendre, elle préférai boire un bon thé ou un chocolat chaud, ce n'était pas pour rien qu'elle était souvent prêt du distributeur de boisson au commissariat durant ses pauses.
Myo lui demanda comment elle allait rentrer. Voilà qui était une bonne question. Le taxi pouvait être une solution, mais si elle voyait quelqu'un qui avait besoin d'aide, elle ne pourrait réagir. Malgré que son service soit fini pour ce soir, elle se devait de s'assurer que tout allait bien dehors, pouvant se permettre une petite ronde sur le chemin de son appartement.

- Je vais rentrer avec le métro, à ces heures les quais de fer ne sont pas très rassurants, un uniforme bleu devrait rassurer quelques civils. Répondit-elle, souriante. Et vous ? Si vous voulez repartir avec votre moto, je vais devoir m'assurer que vous puissiez conduire.

Ayane ne voulait pas se monter impolie, elle préférait prévenir la motarde et s'assurer de sa sécurité. Elle avait un éthylomètre dans la poche intérieure droite de sa veste, le gauche étant déjà prit par son pistolet. Même si elle appréciait la jeune femme, elle se devait de respecter le protocole et ne faire aucune exception. Si Myo n'était pas en état de conduire, elle pouvait toujours prendre un taxi et récupérer sa moto demain.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shinonaga Myo

avatar

Nombre de messages : 71
Age : 28
Sexe : girl powa
Sexualité : aime les filles
Métier : Yakuza (Chef d'un petit gang)
Petit(e) Ami(e) : des ex, des aventures...
Date d'inscription : 23/06/2011

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Lun 18 Juin - 14:06

La jeune policière énonçait quelques raisons pouvant justifier des horaires imprévus ou supplémentaires pour son travail. Avec un constat amer sur leur sous effectif. Et elle avait bien raison, Myo avait pu s’en rendre compte en arrivant dans cette ville. Les petits groupes de loubards se croisaient fréquemment, le nombre de clubs louches ou autre soap land faisant venir la clientèle des villes voisines était un bon indicateur, et elle avait aussi constaté que la corruption est omniprésente.

Myo appréciait d’autant plus la jeune femme : elle ne baissait pas les bras, se dévouait à sa tâche et n’avait pas peur de le faire même sur le terrain. Une philosophie de vie qu’elle comprenait et qui lui fit offrir un grand sourire en retour.
Elle ne sut pourtant dire quelque chose d’apaisant face à la solitude évoquée par la demoiselle. Comment ne pouvait-elle avoir personne dans sa vie ? Elle est pourtant mignonne ! Et sa famille ? Myo préféra ne pas poser de question à ce sujet, de peur d’éveiller un souvenir désagréable.

De toute façon, elle fut interrompue par son téléphone à ce moment, elle ne préféra pas reprendre cette conversation une fois ses messages envoyés et amener un autre sujet.
La fliquette refusa de prendre une cigarette, car elle ne fumait pas et Myo n’insista pas, après tout c’était une mauvaise habitude.

A sa question la demoiselle Aoki répondit que c’est en métro qu’elle rentrerait, profitant de l’occasion pour montrer une présence réconfortante pour les honnêtes gens. Un zèle qui força l’admiration de la gangster. Puis elle précisa qu’elle ne laisserait pas Myo rentrer avec sa moto, sans verifier qu’elle le pouvait.
Référence au verre de bière qu’elle avait en main sans doute aucun. Mais Myo se mit à rire.

-Rassurez vous, je ne rentrerai pas tout de suite. Tout d’abord, je vais profiter de ce petit parc, et certainement aller manger quelque chose aussi. Je n’ai pas grand faim, mais ma nuit va être encore longue, et après ma ballade j’ai besoin d’énergie.

Et puis, Myo serait rejointe par ses sbires qui l’avaient cherché partout. Elle avait précisé sa position à la messagère venue la voir plus tôt, qui avait retransmis l’information aux autres groupes depuis. Mais Myo avait également demandé la discrétion de tout le monde, pour passer se fondre dans le décor en ne laissant que les équipes de surveillance et de sécurité sur le terrain.
Ce qui impliquait de la laisser seule pour le moment, elle l’avait d’ailleurs demandé. Les autres motards de son clan avaient donc rejoint soit le parc, pour veiller sur elle de loin, soit d’autres points de rassemblements.

-Peut être même vais-je aller me dépenser un peu, dans une salle de sport, ou rejoindre ceux du groupe qui se promènent encore, après tout, il n’est pas si tard. Mais je ne suis pas à l’aise de vous laisser repartir seule. Hélas, je n’ai qu’un seul casque, je ne peux donc pas vous ramener.

Elle se doutait bien que la policière aurait refusé pour cette même raison déjà qu'elle n'avait pas de casque pour un passager, parce qu'elle avait un peu bu ensuite, bien que cela ne soit qu'un problème temporaire, mais l'idée de la déposer chez elle -ou ailleurs- venait d'un élan de sympathie bien réel.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayane Aoki

avatar

Nombre de messages : 28
Age : 26
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Hétérosexuelle
Métier : Officier de police de la Crim’
Petit(e) Ami(e) : Célibataire et libre comme l'air...snif T.T
Date d'inscription : 01/06/2012

MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   Ven 6 Juil - 21:10

Faisant tournoyant le peu de liquide se trouvant dans son verre, Ayane écouta la jeune femme avec attention. Elle sourit, rassurer. Lui demander de souffler dans l'éthylomètre semblait inutile, étrangement la fliquette avait confiance, et puis, cette charmante demoiselle avait toute sa tête pour calculer les risques, contrairement à certain, plus jeunes. Son emploi du temps semblait bien occupé ce soir, contrairement à elle qui avait prévu de rentrer pour se reposer. Demain allait être une nouvelle journée de travaille, pour changer elle était dans la paperasse en attendant que sa section était demander.

- Très bien, tâchez juste de faire attention, je serai rassurée ainsi. Dit-elle avec sincérité et douceur.

Elle ne souhaitait pas la voir dans une annonce dramatique du journal, ils y en avaient déjà bien assez, et même beaucoup trop à son gout dans cette ville. Les rues n'étaient pas sûr la nuit, encore en étant une belle femme, et contrairement à Myo, Miss Aoki avait un uniforme bleu qui dissuadait certains mâles de l'approcher. Néanmoins son interlocutrice connaissait aussi les arts martiaux, elle était donc apte à ce défendre, sauf peut-être devant un gang. Buvant le fond de son verre, elle écouta la suite. Elle était rassurez qu'elle soit dans un groupe, de quoi ? Aucune idée, mais ceci ne la regardait pas. Surement un groupe d'amis, de motards, pas besoin de devenir parano à force d'entendre trop souvent ce mot dans le mauvais sens, comme groupe de dealer, mafieux ou criminels. Ayane fut d'ailleurs heureuse que la motarde s'inquiète pour elle, s'était adorable de sa part, même touchant.

- Ho merci Myo-sama. Mais comme vous le dites, je ne peux pas sans casque. Mais ne vous inquiétez pas pour moi, je n'en ai pas l'air mais je peux devenir effrayante quand je le veux. Dit-elle d'une voix douce.

Sur ce elle paya le barmaid, se levant afin d'enfiler sa veste bleu sur sa chemise. Ajustant le col, boutonnant sa veste et défroissant sa jupe, elle fit attention à ne rien oublier sur le bar et dans ses poches. C'est alors qu'elle cacha sa bouche avec sa main, laissant échapper un petit bâillement. Elle était fatiguée, sa journée avait été longue et éprouvante en émotion.

- Merci pour cette soirée Myo-sama, j'ai été très contente de vous connaître. Dit-elle avec un sourire chaleureux. Et toute comme à leur présentation, Ayane lui tendit la main. J'espère que nous aurons l'occasion de nous revoir.

Même si elle était plus âgée, Ayane espérait vraiment la revoir, mais sens son uniforme cette fois, bien sûr. Elle hésitait même de lui donner son numéro de portable, mais elle n'osait pas. Peut-être le destin allait les faire rencontrer une deuxième fois. Sur ce, miss Aoki tourna les talons, s'éloignant de la jeune femme d'un pas tranquille mais assuré, se dirigea vers le métro le plus proche.

The End

(N'ayant aucune nouvelle de Myo, je déclare le rp fini)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Detour incongru quand l'ombre rencontre la lumière [Myo&Ayane]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin printemps 1187 - Spectacle Ombre et Lumière
» Quand l'ombre s'étend [Kenny J. St-Hadès]
» Appel aux fans de B.D
» [TopSites des Chimères] Ombre et Lumière
» Ombre et Lumière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: Les Bars et Restaurants :: Les Bars-
Sauter vers: