Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 28
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)   Ven 29 Juin - 23:38

Cassandre jeta un coup d'oeil par le hublot. Les lumières de la ville se rapprochaient , l'atterrissage était proche. Elle soupira, lasse de ces longues heures de vol et détourna le regard. Ses yeux se posèrent sur ses gardes du corps, installés avec elle dans le jet privé. Léon était, comme à son habitude, d'un calme olympien. Les bras croisés sur le torse, il semblait perdu dans ses réflexions, laissant traîner de temps en temps un œil sur l'état du ciel. Texas, quant à lui, dormait profondément, son Stenson descendu sur le visage.

L'hôtesse de l'air passa parmi les trois passagers et proposa à l'Oyabun un rafraîchissement. La jeune femme lui demanda un verre de vin blanc. Elle n'avait jamais été très portée sur l'alcool, mais depuis quelques temps, elle se rendait compte qu'elle buvait plus de coutume. Léon lui accorda un regard avant de détourner le visage. Il désapprouvait certainement cette voie que prenait son amie mais ne pouvait se permettre un avis auprès de sa patronne.

Les derniers événements à Yuukoku avaient remué profondément la jeune maman. L'attentat contre Tatsuki lui avait fait prendre conscience de la fragilité de l'existence et lui avait rappelé plus cruellement encore la haine que lui portait ses ennemis. De plus, depuis la naissance de Kaname, Cassandre se sentait faible, souvent déprimée et particulièrement vulnérable. Entre sa famille et ses affaires, sa vie lui paraissait assez compliquée.

Pour des raisons professionnelles, la jeune femme avait dû se rendre aux États-Unis pour rassurer ses investisseurs. Il avait été difficile de cacher l'attentat en dehors de Yuukoku et rapidement ses actionnaires avaient émis quelques réserves quant au futur de Cassandre. Même si la naissance de Kaname laissait envisager la fusion prochaine de deux pôles majeurs de Yuukoku, rien n'était encore conclu officiellement entre le clan McKeller et celui de Tatsuki.

La voix de l'hôtesse la tira de sa rêverie. Elle annonça l'arrivée prochaine à l'aéroport de Yuukoku et conseilla aux passagers de s'attacher pour la descente de l'avion. Cassandre chassa ses dernières idées noires en finissant son verre et en rassemblant ses affaires. Son cœur se serra à l'idée qu'elle reverrait d'ici peu de temps son fils, qu'elle avait confié depuis plusieurs semaines à Tatsuki. Après l'attentat, la sécurité avait été renforcée dans la ville et dans leurs vies et Cassandre savait à quel point son « ex » craignait pour Kaname. La présence de l'enfant ne pouvait que l'aider à se rétablir plus vite.

L'avion amorça en douceur sa descente. Léon se chargea de réveiller son camarade par un violent coup de poing dans l'épaule. Texas sursauta, faisant tomber son chapeau. Cassandre, quant à elle, récupéra les documents qu'elle avait éparpillé à travers l'habitacle. Rassurer ses investisseurs n'avait pas été des plus simples mais elle y était parvenue, d'où la longueur de son séjour en Amérique.
Ce voyage d'affaires lui avait permis de se recentrer un peu sur sa propre vie. Elle sentait qu'elle dérivait de plus en plus. Le baby blues qu'elle avait ressenti après la naissance de Kaname ne semblait pas vouloir la quitter. La jeune femme s'était mise à boire de plus en plus dans ses moments de solitude. Cette solitude... lui pesait de plus en plus. Depuis que le monde entier avait découvert sa grossesse, la jeune femme avait l'impression d'avoir sur le front une étiquette indiquant en caractères gras « propriété de Tatsuki Suguira », alors même qu'ils n'avaient jamais été ensemble.
Les hommes la regardaient, la désiraient mais semblaient être repoussés par une force étrange. Elle était restée seule à partir de ce moment, devenue une belle poupée dans un écrin de cristal.

Le personnel était au petit soin avec elle et ses gardes du corps. L'hôtesse de l'air les aida à sortir leurs bagages à main des caissons et les salua humblement à la descente du jet. L'Oyabun descendit derrière Léon et Texas – encore amorphe, sur le tarmac de l'aéroport.

Yuukoku était étouffante en cette saison. La chaleur des moteurs s'ajoutait à celle de l'air ambiant. Cassandre posa ses lunettes de soleil hors de prix sur son nez et s'achemina vers le hall de l'aéroport. Des gens de sa maison devait avoir été dépêchés par son bras-droit pour venir les chercher...
La jeune femme soupira d'aise quand elle pénétra dans le hall d'une fraîcheur divine. Elle éprouvait difficilement le changement de température et rêvait d'une grande bouteille d'eau...

Elle fut escortée par le personnel dans le salon privé de l'aéroport, afin qu'elle puisse attendre tranquillement son chauffeur. Léon l'accompagna tandis que Texas prit les devants pour aller appréhender leur voiture.
Cassandre s'installa dans un des canapés et se fit servir un grand verre d'eau pétillante tandis que Léon faisait les cent pas dans la pièce. Au bout d'un quart d'heure, le jeune homme revînt auprès de sa patronne et lui indiqua que tout était prêt. Les bagages avaient été portés au véhicule et le personnel avait organisé leur sortie.
La jeune femme se leva, remit ses lunettes sur son joli minois, secoua ses cheveux blonds qu'elle avait fait coupé en un carré élégant et se mit en route.

Le hall de l'aéroport était bondé de passagers attendant leurs vols, de familles qui se retrouvaient, de touristes perdus, de gens pressés... Entourée de Léon et Texas, elle fendait la foule avec ces deux armoires à glace. Mais par inadvertance, Cassandre perdit le rythme de marche de ses amis, occupée à pianoter sur son Iphone les différentes tâches de sa journée. Soudain, un homme en retard la bouscula violemment, faisant tomber le sac de la belle. Toutes ses affaires étaient éparpillées sur le sol dallé de l'aéroport. Elle se pencha vivement pour ramasser son chéquier quand une main l'agrippa au même moment pour lui rendre...





_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)   Sam 21 Juil - 11:09

    Ranmaru m’avait téléphoné la semaine dernière pour m’annoncer qu’il viendrait me rendre visite. Ça faisait un bail que je ne l’avais pas vu ! Depuis le nouvel an en fait. Par contre, j’avais cru comprendre qu’il ne viendrait pas seul. Il m’avait dit qu’il allait me faire une surprise et, sachant qu’il avait une copine et que ça avait l’air sérieux entre eux, je me doutais qu’il allait me la présenter. J’espérais que tout se passe bien et que ma jalousie n’allait pas trop se voir. J’aimais Ranmaru comme un frère et le partager avec une femme ne me plaisait pas beaucoup. Mais je voulais le savoir heureux et si c’était le cas avec elle, tant mieux. Il fallait donc que je fasse bonne impression. Pour cela, j’avais fait le grand ménage dans mon appartement. J’allais les recevoir chez moi. Ils prendraient mon lit et moi le canapé. Ce serait une grande première pour moi. En temps normal, lorsque Ran venait chez moi, on dormait ensemble dans mon lit, en tout bien tout honneur bien sûr. Il n’y avait jamais rien eu de sexuel entre nous. Nous étions amis, frères même, rien de plus.

    Le jour J, ou tout du moins la soirée S, je me rendis en précipitation à l’aéroport. En rentrant du travail, j’avais voulu faire une petite sieste qui s’était éternisée. Heureusement, j’arrivai à peu près à l’heure à l’aéroport mais, pour cela, j’avais dû oublier l’idée de mettre mes lentilles et avais opté pour la rapidité : mettre mes lunettes. Depuis quelques temps, je les portais un peu plus souvent. Kano m’avait dit qu’il me trouvait bien au naturel et, finalement, ce n’était pas faux. Changer ses habitudes pour faire plaisir à son mec… C’était nouveau ça pour moi, mais pas si désagréable. Il faudrait tout de même que je fasse attention à ne pas trop en faire. Je n’allais pas céder à tous ses caprices d’enfant gâté. J’aimais bien lui tenir tête aussi. C’était un jeu entre nous et pour l’instant, ça marchait plutôt bien. J’avais hâte de le revoir mais avec nos emplois du temps respectifs, c’était compliqué. Sans compter qu’il ne fallait pas que son frère découvre notre relation. Dans quelle galère je m’étais fourré moi ?..

    Arrivé à l’aéroport, je regardai ma montre. L’avion avait déjà atterri et Ranmaru et sa copine devaient en être à l’immigration ou même à la récupération de leurs bagages. Il fallait que je me dépêche. Je regardai un tableau d’affichage pour déterminer dans quel terminal ils étaient. Le D. Bien sûr, il était assez éloigné de là où j’étais. Je me mis donc à courir. J’évitai les gens qui quittaient l’aéroport, dont deux armoires à glace. Malheureusement, dans la précipitation, je fonçai dans une belle plante et fis tomber son sac à main. J’avais pensé qu’elle se pousserait de mon chemin mais avais mal calculé mon coup. Mais, vu que la faute était de mon côté, je m’arrêtai et me baissai pour l’aider à ramasser ses affaires. Au moment où elle tendit la main pour attraper son chéquier, je le lui pris à sa place et me relevai en même temps qu’elle pour le lui rendre. Je me confondis d’abord en excuses, avant de la reconnaître. C’était Cassandre McKeller, la belle Américaine mère de l’enfant de Tatsuki, et que ce dernier avait failli épouser d’ailleurs.


    « Oh… Je suis désolé Mademoiselle McKeller. J’espère que je ne vous ai pas fait mal. Je… » commençai-je avant de voir du coin de l’œil deux grands types approcher, les deux armoires à glace que j’avais évitées en fait. « J’espère que vos gardes du corps vont m’épargner, je ne l’ai pas fait exprès. »

    Je jouais la carte de l’humour pour éviter les ennuis. Je fis d’ailleurs mon plus beau sourire et passai une main dans ma chevelure blonde, prenant un air désolé. La grande blonde était plutôt connue et je n’avais pas envie de me frotter à ses gardes du corps. En plus, vu que l’Américaine était liée à Tatsuki, ça ne m’étonnerait pas que ses deux cerbères soient de la mafia. J’avais vraiment le chic pour attirer les mafieux, même si je devais avouer que je jouais un peu avec le feu par moment. Mais je préférais être optimiste pour une fois et me dire que ces deux types n’étaient liés, ni de près ni de loin, au clan dont faisait parti Tatsuki. Et puis pourquoi les choses s’envenimeraient alors que je n’avais fait que bousculer la belle ? Ça n’avait pas été dans mes intentions. J’avais vraiment cru qu’elle me verrait venir et qu’elle se pousserait pour me laisser passer. Allait-elle me pardonner mon erreur ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 28
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)   Lun 23 Juil - 10:16

La jeune femme leva les yeux vers l'âme bienveillante (?) qui venait lui porter secours. Elle n'avait pas encore saisi que le blondinet qui lui rendait service était celui là même qui l'avait bousculé. Cachée derrière ses lunettes de soleil, elle l'observait discrètement tout en ramassant précipitamment ses affaires. Derrière elle, Léon et Texas se rapprochaient vivement du couple occupé.

Elle perçut une certaine tension sur le visage du jeune homme qui lui faisait face quand ce dernier lui dit vivement, d'un air faussement décontracté :

« Oh… Je suis désolé Mademoiselle McKeller. J’espère que je ne vous ai pas fait mal. Je… J’espère que vos gardes du corps vont m’épargner, je ne l’ai pas fait exprès. »

L'Oyabun ne dit rien sur l'instant. Elle s'était mise sur ses gardes au moment où il prononçait son nom. Elle savait qu'elle était connue à Yuukoku et que la majorité de sa vie était divulguée dans la presse à scandale. Cassandre craignit donc sur le moment d'avoir eu affaire avec un journaliste. Elle n'avait aucune envie de s'étaler sur son absence prolongée au Japon.

Cassandre se redressa et ramena contre elle son sac à main. Avec un sourire cordial, elle répliqua doucement :

"N'ayez crainte Monsieur, la précipitation n'est pas toujours un vice et je suis plus dure aux chocs que je n'en ai l'air. Concernant mes gardes du corps, ils ne feraient pas de mal à une mouche sans mon consentement... sauf si celle-ci est de la veine journalistique..."

Elle laissa sa phrase en suspens pour bien faire comprendre à son interlocuteur ce qu'elle sous-tendait. La jeune femme ne le connaissait pas, mais elle préférait prendre les devants. Depuis l'attentat contre Tatsuki, le mot d'ordre avait été "discrétion". Elle n'avait pas besoin non plus que tous ses ennemis soient au courant qu'elle était revenue au pays... même s'ils le savaient probablement tous déjà.

Cassandre retira ses lunettes de soleil et adressa un sourire de circonstance à l'homme qui l'avait bousculé. A ce moment même, elle se détestait. Ce personnage froid et distant qu'elle jouait n'était pas le rôle qu'elle préférait. Néanmoins, elle sentait que depuis quelques temps, ce caractère prenait de l'ampleur dans son âme et gelait petit à petit son coeur.

La jolie blonde demanda alors poliment :

"Vous semblez me connaître, Monsieur, mais je n'ai pas ce privilège vous concernant. Pourrais-je vous demander votre nom?"

Une petite précaution était toujours de rigueur. Il n'avait, de toutes façons, aucune chance de lui échapper en lui donnant un faux nom. Cassandre saurait le retrouver quoiqu'il arrive...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)   Lun 23 Juil - 14:08

    "N'ayez crainte Monsieur, la précipitation n'est pas toujours un vice et je suis plus dure aux chocs que je n'en ai l'air. Concernant mes gardes du corps, ils ne feraient pas de mal à une mouche sans mon consentement... sauf si celle-ci est de la veine journalistique..."

    Ouf, heureusement que je n’étais pas journaliste alors ! Je comprenais la belle Américaine. La presse people ne l’avait pas gâtée. Beaucoup d’articles peu glorieux étaient sortis sur elle après qu’elle se soit accoquinée avec Tatsuki. Fréquenter ce type n’apportait rien de bon. J’avais fait sa connaissance et m’étais un peu amusé avec lui mais je n’avais pas cherché à le revoir après le mariage auquel il m’avait invité et où il m’avait laissé tomber sans rien me dire. Mais cette soirée m’avait permis de revoir Kano donc je ne lui en voulais pas trop. On pouvait dire que Tatsuki m’avait apporté quelque chose de bénéfique, même si peut-être par la suite je m’en mordrais les doigts. La belle Cassandre, malgré la réputation qu’elle avait obtenue à cause de Tatsuki, avait aussi obtenu du bon grâce à sa relation. Elle avait eu un enfant. Certes, ça devait être dur à gérer avec son travail de femme d’affaires mais elle devait tout de même être heureuse d’avoir son petit garçon.

    "Vous semblez me connaître, Monsieur, mais je n'ai pas ce privilège vous concernant. Pourrais-je vous demander votre nom?"

    « Oh, excusez-moi. Je suis Kiba Tenkai. Et je ne suis pas journaliste si c’est ce qui vous fait peur. Mais je vous comprends. Ce sont des fouteurs de merde qui sacrifieraient leur mère pour avoir le meilleur scoop. » lâchai-je avant de me rendre compte de mon langage fleuri. « Oups, veillez pardonner mon langage. Je n’ai pas l’habitude de parler à quelqu’un d’important. »

    Ce qu’elle était. J’avais fréquenté Tatsuki et fréquentait toujours Kano qui étaient aussi de la haute société mais, avec eux, je n’avais pas joué des ronds de jambes. Je les avais traités comme mes égaux. A cause de l’âge peut-être, mais aussi de leur caractère. Ils n’avaient pas trop la grosse tête et ça ne les gênait pas de fréquenter le « petit peuple ». Je ne voulais pas dire que la belle blonde était snobe mais son allure m’obligeait à la respecter et à me montrer poli devant elle. J’étais assez connaisseur dans la mode, même si je n’avais pas les moyens de me payer des vêtements de luxe, et je voyais bien que la belle ne portait que des grandes marques. Ses lunettes qu’elle avait retirées de son beau minois étaient signées Dior déjà. Sa robe était l’un des modèles de la dernière collection Chanel. Son sac était de la même marque à mon avis. Voir autant de luxe sur une même personne me rendait un peu jaloux. Moi j’avais du mal à finir le mois et devais même faire des heures supplémentaires. Mais, malgré ce que l’on pouvait dire, on ne naissait pas tous égaux et je m’étais résolu à cette fatalité.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 28
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)   Mar 24 Juil - 23:00

« Oh, excusez-moi. Je suis Kiba Tenkai. Et je ne suis pas journaliste si c’est ce qui vous fait peur. Mais je vous comprends. Ce sont des fouteurs de merde qui sacrifieraient leur mère pour avoir le meilleur scoop. Oups, veillez pardonner mon langage. Je n’ai pas l’habitude de parler à quelqu’un d’important. »

Cette tirade lancée à vive allure par le jeune inconnu eut le mérite de tirer un sourire amusé et sincère des lèvres crispées de la jolie blonde. Kiba semblait avoir parlé sans arrière pensée et Cassandre trouva cela... rafraîchissant. Habituellement, on lui parlait avec délicatesse, prenant grand soin de peser chaque mot avant de le prononcer. Le blondinet était différent des autres... du moins de ceux qu'elle côtoyait. Le dernier qui avait osé lui parler ainsi été Izumi Akiya, cet ami qu'elle avait chéri longtemps avant qu'il ne s'évapore dans la nature, quelques mois avant l'accouchement de l'Oyabun.

La jeune femme ôta ses lunettes et les repoussa sur son crâne. Elle fixait Kiba de ses grands yeux gris avec un air amusé. Un léger sourire en coin flottait sur ses lèvres. Avec douceur, elle répondit au blondinet :

"J'approuve absolument votre conception des journalistes... et n'ayez crainte pour votre langage... Je ne suis pas plus importante qu'un autre sur cette planète..."

Depuis l'attentat dont Tatsuki avait été la victime, Cassandre avait eu le temps de nourrir quelques réflexions, parfois très pessimistes, sur le monde qui l'entoure et sa propre vie. Elle en était arrivée à concevoir qu'en mesure de cosmos, elle n'était rien d'autre qu'une fourmi dans une immense fourmilière. Oui, on pouvait dire qu'elle avait de l'importance dans le monde, mais elle se voyait plutôt comme une pièce de puzzle qui s'emboîte aussi bien dans ce grand jeu qu'est la vie, qu'un balayeur des rues ou qu'un dirigeant de pays.
Cassandre se laissait de plus en plus souvent aller à la morosité de la nuit, n'écoutant que les battements de son coeur et les interminables conversations métaphysiques qu'elle développait en pensées. Le monde lui paraissait de plus en plus abstrait certains jours, même si certains éléments importants l'ancraient dans la réalité. Kaname, son fils, était l'une de ses ancres...

La jeune femme repoussa délicatement du bout des doigts une mèche qui tombait devant ses yeux. Elle interrogea un moment Kiba du regard avant d'oser poser sa question :

"Je n'aimerais pas me montrer trop indiscrète Monsieur Tenkai, mais j'aimerai connaître la raison de votre précipitation... Je crains de ne vous avoir fait manquer votre embarquement si vous étiez en retard, et je vous prie de croire en ma volonté à vous aider si tel était le cas..."

Même si Kiba avait une certaine part de responsabilité dans cette bousculade, Cassandre ne voulait pas être la méchante dans l'affaire. Les temps étaient durs pour tout le monde, et une place, même en économique, restait chère...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)   Mer 25 Juil - 15:59

    "J'approuve absolument votre conception des journalistes... et n'ayez crainte pour votre langage... Je ne suis pas plus importante qu'un autre sur cette planète..."

    Je répondis au sourire de la belle blonde. Enfin une bourge qui ne pétait pas plus haut qu’elle n’avait le… Bref. En plus, physiquement, elle était pas mal et son compte en banque était bien approvisionné. Parfois, j’avais envie de céder à la facilité et séduire une femme comme elle. Malheureusement, la plupart du temps, ces femmes-là étaient snobes ou alors vieilles. Et puis je n’étais pas un salaud. Je ne voulais pas jouer les gigolos. J’avais ma fierté et je préférais m’en sortir tout seul, quitte à détourner le regard lorsque je passais devant un magasin de luxe. De plus, j’étais casé maintenant. Avec un mec, riche. Mais le « riche » était superflu. Ce n’était pas pour l’argent que j’étais avec Kano. J’étais avec lui parce que je l’aimais bien, malgré son caractère de merde. Dire que j’avais devant moi en cet instant la mère de son neveu, qui était aussi l’ex d’un type avec qui j’avais couché… Mais ça, j’allais le garder pour moi. La ravissante Cassandre n’avait pas à le savoir.

    "Je n'aimerais pas me montrer trop indiscrète Monsieur Tenkai, mais j'aimerai connaître la raison de votre précipitation... Je crains de ne vous avoir fait manquer votre embarquement si vous étiez en retard, et je vous prie de croire en ma volonté à vous aider si tel était le cas..."

    « Non, pas de vol pour moi. Les temps sont durs et je ne suis pas en vacances. Je viens chercher mon meilleur pote. Il souhaite me faire une surprise mais je crois qu’il va me présenter sa copine. Connaissant ses goûts, elle doit être aussi belle que vous. »

    Je ponctuai ma phrase par un clin d’œil. J’étais très direct et ce n’était pas parce que je n’étais plus célibataire que je ne pouvais plus complimenter une belle femme. Mais ça ne voulait pas dire que je la draguais et que j’avais à l’esprit de tromper Kano. J’avais pris les paris de vivre en couple, avec toutes les contraintes que ça comportait. J’allais donc être sage et fidèle. La fidélité était une grande nouveauté pour moi car je ne l’avais jamais expérimentée. Pour le moment, ça allait. Je ne sortais plus aussi souvent qu’avant, préférant me noyer dans le travail. Il ne m’était donc pas difficile de tenir le coup. Mais j’avais hâte de trouver une soirée de libre pour le revoir… Mon téléphone sonna, empêchant la belle blonde de me répondre. Je décrochai tout de suite.

    « Moshi moshi ?... Ah ! T’as fait bon vol ?... Oui oui, pas de souci, du moment que cette personne n’a tué personne et ne cachera pas de drogue chez moi… Ok. A toute de suite alors. » dis-je en raccrochant et en reportant mon regard sur la ravissante Américaine. « Ils sont à l’immigration. Sa copine doit mettre une adresse pour qu’on la retrouve en cas de problème… C’est là que je me rends compte qu’il va falloir que je parle anglais avec elle. Ça me permettra de mettre en pratique les cours que j’ai pris dernièrement. »

    C’était peut-être idiot mais je ne pensais que maintenant à la barrière des langues. La copine de Ranmaru ne devait parler qu’anglais, à moins qu’il ne lui ait appris quelques mots de japonais ? Je savais que je pouvais compter sur lui pour servir d’interprète mais ça allait sûrement le fatiguer au bout d’un moment. Et puis c’était moi l’hôte, à moi de m’adapter et de faire des efforts ! Ça me permettrait de travailler mon anglais. J’en avais besoin pour passer mon concours pour devenir inspecteur de police. Parler avec une Anglaise était beaucoup plus instructif que d’écouter des enregistrements audio ou de regarder des films en version originale.

    « Je parle, je parle mais c’est peut-être moi qui vous retarde ! Je ne veux pas vous faire louper un rendez-vous, ou bien vous empêcher de voir votre fils au plus vite. » dis-je avant d’ajouter : « C’est en lisant ces imbéciles de journalistes que je sais que vous avez un fils. Je ne suis pas un fou vous épiant et cherchant à tout connaître de vous. Je préfère préciser car vous devez en voir passer des gens bizarres, non ? »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 28
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)   Mar 7 Aoû - 10:51

Le jeune homme répondit à la négative : « Non, pas de vol pour moi. Les temps sont durs et je ne suis pas en vacances. Je viens chercher mon meilleur pote. Il souhaite me faire une surprise mais je crois qu’il va me présenter sa copine. Connaissant ses goûts, elle doit être aussi belle que vous. »

Cassandre esquissa un sourire et s'apprêta à répondre quand leur conversation fut interrompu par une sonnerie de portable. Le blondinet décrocha le téléphone. L'Oyabun était toujours flattée de recevoir des compliments. Elle y réfléchit un instant et se dit que cela faisait longtemps que personne ne lui avait fait de commentaires sur sa beauté. Et aujourd'hui, un parfait inconnu à la langue bien pendu osait exprimer un avis (sincère, vraisemblablement) sans craindre la barrière sociale et "l'importance" de la jeune femme. En pensant à cela, Cassandre se perdit dans une rêverie dont elle ne fut tirée que par la voix de M. Tenkai

« Ils sont à l’immigration. Sa copine doit mettre une adresse pour qu’on la retrouve en cas de problème… C’est là que je me rends compte qu’il va falloir que je parle anglais avec elle. Ça me permettra de mettre en pratique les cours que j’ai pris dernièrement. »

La jolie blonde eut un sourire amusée et lui répondit : " Vous ne devriez pas vous inquiéter pour votre anglais. C'est une langue très facile et généralement, les Anglais préfèrent les personnes qui se débrouillent pour se faire comprendre que les étrangers arrogants qui pensent parler anglais mieux qu'un Anglais! "
Elle se tut un instant avant de reprendre rapidement, amusée :
" Je vous aurai bien enseigné quelques notions, mais mon accent est davantage américain que "british"... Mais je suis persuadée que vous vous en sortirez à merveille!"

Il y eut un petit silence gêné entre eux, comme lorsque deux personnes ont fait le tour d'un sujet sans oser davantage se confier pour garder leurs positions. Kiba Tenkai brisa le silence d'un air enjoué:

« Je parle, je parle mais c’est peut-être moi qui vous retarde ! Je ne veux pas vous faire louper un rendez-vous, ou bien vous empêcher de voir votre fils au plus vite. C’est en lisant ces imbéciles de journalistes que je sais que vous avez un fils. Je ne suis pas un fou vous épiant et cherchant à tout connaître de vous. Je préfère préciser car vous devez en voir passer des gens bizarres, non ? »

La jeune femme hocha la tête en signe de compréhension. Oui, des fous, il y en avait énormément dans son entourage... Elle même n'était pas loin parfois d'incarner le Chapelier Fou dans cette grande farce de la vie...
Elle jeta un coup d'oeil sur sa montre. Il était temps pour elle de rentrer. Elle avait prévenu Abel de son retour et celui-ci devait attendre son amie avec Kaname... La femme d'affaire leva ses yeux bleus-gris sur le blond rieur et lui dit avec un sourire sincère :

" Je suis désolée, mais je vais devoir vous laisser, en effet... J'ai été ravie de cette conversation, et j'espère pour vous que tout se passera bien avec vos amis. Tenez, je vous laisse ma carte. Si à l'occasion vous souhaitez quelques cours d'anglais, n'hésitez pas à me contacter. J'en serais heureuse! Bonne journée M.Tenkai..."

Cassandre laissa entre les doigts du jeune homme sa carte et tourna les talons. Aussitôt, Léon et Texas vinrent l'encadrer, l'accompagnant sans encombre vers la sortie où l'attendait sa voiture.
Une fois installée à l'arrière de la voiture blindée, la jeune femme se laissa aller à sourire en regardant le paysage de Yuukoku défiler par la vitre. Elle repensait à cette drôle de rencontre qu'elle avait fait à l'aéroport. Habituellement, elle était plus méfiante quand elle donnait ses coordonnées, mais aujourd'hui, un fou avait réussi à amuser la princesse qui ne savait plus rire...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)   Mer 8 Aoû - 21:53

    " Vous ne devriez pas vous inquiéter pour votre anglais. C'est une langue très facile et généralement, les Anglais préfèrent les personnes qui se débrouillent pour se faire comprendre que les étrangers arrogants qui pensent parler anglais mieux qu'un Anglais! "

    Je souris à cette affirmation. La belle Américaine ne mâchait pas ses mots et disait tout haut ce qu’elle pensait. C’était en contradiction avec l’image qu’elle donnait au premier abord. Avec ses vêtements et ses accessoires de marque, son téléphone dernier cri et ses gardes du corps, elle paraissait hautaine et prenant les gens de haut. Pourtant, il n’en était rien. Peut-être avait-elle des caprices d’enfant gâtée comme Tatsuki ou Kano mais elle semblait aussi simple qu’eux. Comme quoi il existait bien des riches qui avaient les pieds sur terre et qui acceptaient avec plaisir de parler au « petit peuple ».

    " Je vous aurai bien enseigné quelques notions, mais mon accent est davantage américain que "british"... Mais je suis persuadée que vous vous en sortirez à merveille!"

    « Je vous remercie. J’ai pris des cours dernièrement pour une petite remise à niveau donc ça devrait aller. » lui répondis-je avant de la libérer.

    " Je suis désolée, mais je vais devoir vous laisser, en effet... J'ai été ravie de cette conversation, et j'espère pour vous que tout se passera bien avec vos amis. Tenez, je vous laisse ma carte. Si à l'occasion vous souhaitez quelques cours d'anglais, n'hésitez pas à me contacter. J'en serais heureuse! Bonne journée M.Tenkai..."

    « Merci. » dis-je en prenant la carte de visite de la belle, un peu surpris. « Bonne journée à vous aussi Miss McKeller et peut-être à bientôt. »

    Je la regardai rejoindre ses gardes du corps d’un pas gracieux sur ses hauts talons de luxe. Je jetai ensuite un coup d’œil à sa carte. Je ne m’attendais pas du tout à ça. M’avait-elle proposé ces cours par politesse ou bien était-elle sérieuse ? Quoiqu’il en soit, je ne le lui en demanderais pas. Je m’étais remis à niveau et je pourrais pratiquer la langue de Shakespeare avec Ranmaru et sa copine. Néanmoins, le numéro de la belle blonde pouvait toujours être utile. On ne savait jamais ce que l’avenir nous réservait. Mais je n’allais pas la revoir de sitôt, par rapport à Tatsuki. Je sortais déjà avec son petit frère, je n’allais pas en plus tisser des liens avec la mère de son enfant qu’il avait failli épouser. Il allait vraiment s’imaginer que je lui tournai autour et que je faisais exprès de le faire chier…

    Je finis par ranger la carte dans mon portefeuille puis tournai les talons pour me diriger vers l’endroit où l’on récupérait les bagages. Avec ma rencontre qui m’avait pris du temps, je n’eus pas trop à attendre. Ranmaru arriva, sa copine anglaise à ses côtés. J’étais si content de le revoir. Ça faisait plus de six mois qu’il était reparti en Angleterre. Bien sûr, nous nous parlions souvent au téléphone ou par internet mais ce n’était pas pareil. Comme toujours, je l’accueillis en l’enlaçant amicalement. Nous étions très proches lui et moi. Par contre, je fus plus réservé avec sa copine. Je lui souris et m’inclinai légèrement pour la saluer.


    « Kiba, je te présente Kathleen, ma fiancée. »

    « Fiancée ? Je ne pensais pas que c’était aussi sérieux ! Félicitations mon vieux !.. Euh… Congratulations ! »
    ajoutai-je en anglais à l’adresse de la fiancée de mon meilleur ami. « I will try to speak English but it is not perfect, ok ? »

    « No problem. I know some words in Japanese, so… »


    Et ce fut ainsi que commença leur séjour au Japon. Kathleen était une fille sympathique. Elle n’avait pas autant de caractère et de charisme que la belle Cassandre que j’avais eu la chance de rencontrer mais Ranmaru semblait l’aimer, j’étais donc heureux pour lui. Arrivés chez moi, je les laissai s’installer et se laver. Après environ treize heures d’avion, ça leur ferait du bien. Et, tandis que Katleen prenait sa douche, Ranmaru et moi eûmes une discussion. Il était venu au Japon avec sa copine pour me la présenter mais surtout la présenter à ses parents. Ceux-ci n’étaient pas encore au courant. En fait, j’étais le premier à savoir que Ran était fiancé. Ça me faisait quand même quelque chose. Mon meilleur ami, mon frère, était casé et allait se faire passer la corde au cou. J’étais aussi avec quelqu’un mais ce n’était pas aussi sérieux. D’ailleurs, je ne lui en parlai pas. Je verrais à le faire en temps et en heure.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Aéroport] Come-back to Yuukoku... (libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Back in black... (Libre)
» (M/LIBRE) SORENSEN ? never back down (négociable)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» R.M.S TITANIC IS BACK!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Autres :: Autres endroits-
Sauter vers: