Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Mar 21 Aoû - 16:14

Les deux jeunes gens s'étaient retrouvés au quartier d’Itawashi pour aller dîner. Jun avait conduit, s'était montré galant envers la jolie blonde et l'avait invité dans un restaurant gastronomique qu'il connaissait.
A leur arrivée, ils furent chouchouter par la réception qui, reconnaissant visiblement le photographe, leur trouva une table à l'écart sans avoir eu besoin de réservation.
En traversant la salle, Cassandre vit quelques regards se tournaient vers eux, des gens chuchoter à leur passage. En effet, ils ne passaient pas inaperçus. Jun était un homme vraiment très séduisant et ses longs cheveux noirs attiraient l'attention, quand à la jeune femme... Nul doute que sa robe et la blondeur de ses cheveux contrastaient fortement avec la population habituelle de Yuukoku.

L'homme de la réception les mena à une table dressée avec soin, installée à côté d'un grand aquarium où des poissons exotiques nageaient paresseusement. Avec galanterie, l'employé recula la chaise de la jeune femme pour la laisser s'asseoir et leur donna les cartes. Elle laissa le choix du vin à Jun étant donné qu'il connaissait l'établissement mieux qu'elle.

Pendant ce temps, Cassandre jetait un coup d'oeil distrait sur la carte. Elle n'avait pas une grosse faim... Non, elle avait beaucoup plus d'appétit pour le photographe, mais si elle désirait faire les choses "bien", le restaurant était une étape importante et nécessaire.
Après avoir fait un choix rapide, la jeune femme laissa le menu sur un côté de la carte et croisa ses mains sous son menton. Elle regarda alors l'artiste avec un sourire taquin avant de lui demander :

"Bien, maintenant que vous êtes à ma merci pendant quelques temps, j'aimerai vous poser quelques questions si cela ne vous gêne pas..."

Il n'y avait pas lieu de tenir un interrogatoire, mais le jeune homme l'intriguait et elle désirait en savoir un peu plus sur lui :

" Mais je reconnais que ce ne serait pas juste de ne rien savoir de moi. De ce fait, jouons à un petit jeu... Nous devons absolument donner une réponse pour pouvoir poser une question. De ce fait, si la question est trop embarrassante, nous pouvons toujours garder le silence... Cela vous convient-il et voulez-vous poser la première question, Jun?"

Il l'avait appelé Cassandre, quelques minutes plus tard. Elle n'allait pas s'arrêter en si bon chemin...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Jun Masamori

avatar

Nombre de messages : 75
Age : 26 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Photographe et mannequin
Petit(e) Ami(e) : Électron libre
Date d'inscription : 09/08/2012

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Mar 21 Aoû - 18:26

Les deux jeunes gens furent conduits à côté du grand aquarium du restaurant. Jun avait bien remarqué tous ces regards les suivant et les chuchotements qui les avaient accompagnés mais fit mine de ne pas s’en apercevoir. Il aimait être le centre d’attention car cela flattait son égo. Nul doute qu’on devait dire de lui qu’il avait de la chance d’être aussi bien accompagné. Dommage pour les autres, il n’était pas prêt de lâcher sa proie si facilement. Il désirait Cassandre et l’aurait. Ce n’était qu’une question de temps.

Le photographe jeta un rapide coup d’œil à la carte. Il savait déjà ce qu’il allait commander : un bon poisson. Quant au vin, il demanderait conseil au serveur. Il fallait que la boisson alcoolisée se marie aussi bien avec le poisson qu’avec le plat que choisirait Cassandre. Jun posa lui aussi le menu sur le côté de la table et plongea son regard sombre dans celui de la belle. Un léger sourire taquin étirait ses lèvres maquillées. Le Sino-japonais se doutait de ce qui l’attendait.

"Bien, maintenant que vous êtes à ma merci pendant quelques temps, j'aimerai vous poser quelques questions si cela ne vous gêne pas..."

Jun haussa légèrement un sourcil. Un interrogatoire ? Il s’y était attendu mais pas de façon aussi directe. La jeune femme allait sûrement le questionner pour faire d’avantage connaissance et savoir si cela valait le coup de passer à l’étape suivante avec lui. Mais l’artiste était confiant. Il était certain de plaire à la jeune femme. Ils étaient tous deux très bien éduqués et avaient des centres d’intérêt en commun.

"Mais je reconnais que ce ne serait pas juste de ne rien savoir de moi. De ce fait, jouons à un petit jeu... Nous devons absolument donner une réponse pour pouvoir poser une question. De ce fait, si la question est trop embarrassante, nous pouvons toujours garder le silence... Cela vous convient-il et voulez-vous poser la première question, Jun?"

« Les règles me conviennent parfaitement, Cassandre. »

Il esquissa un léger sourire en prononçant le prénom de sa muse. Il l’avait fait un peu plus tôt, au studio, pour tenter d’hypnotiser la belle Américaine. Mais là, il le faisait car Cassandre l’avait aussi appelé par son prénom. Cela permettait de se rapprocher un peu plus l’un de l’autre… Jun réfléchit un instant, se demandant ce qu’il pouvait poser comme question. Que désirait-il savoir sur la jeune femme ? Tout et rien en même temps. Il aimait l’idée qu’elle reste une femme mystérieuse à ses yeux. C’était plus excitant. Mais il savait qu’en bon gentleman, il se devait de s’intéresser à elle pour la séduire.

« Dessinatrice, pianiste, chanteuse, excellent modèle… Avez-vous d’autres talents cachés ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Mar 21 Aoû - 22:27

Le jeune homme avait parfaitement accepté les règles du petit jeu auquel elle l'avait convié. L'appelant elle aussi par son prénom, Jun instaurait un climat de confiance que l'Oyabun appréciait.
A ce jeu des questions et réponses, ils pouvaient s'interroger sur tout et n'importe quoi, parler des sujets les plus superficiels comme les plus intimes. Si tout se passait bien et que la soirée se poursuivait en dehors du restaurant, elle lui lancerait peut être quelques défis. L'homme semblait joueur même si une certaine réserve l'enveloppait. Les gênes occidentales de Cassandre poussaient plutôt la jeune femme à l'exubérance et à la compétition, malgré son éducation strictement japonaise.

Pour tâter le terrain, le photographe lança le sujet sur les différents "talents" que possédaient l'Oyabun :

« Dessinatrice, pianiste, chanteuse, excellent modèle… Avez-vous d’autres talents cachés ? »

La yakuza étira ses lèvres en un sourire et hocha doucement la tête en signe de négation. Puis, de sa voix claire, lui répondit :

" Je crains de ne décevoir les idées que vous avez de moi. Je suis une piètre dessinatrice, n'ayant pas le temps de m'exercer. Quand au piano et au chant, ce sont des répertoires que je n'ai pas changé depuis longtemps... Pour les autres "talents cachés", ils sont plutôt le fruit d'une éducation sévère de mon père, qui m'a forcé étant jeune à l'apprentissage des arts et de la musique. J'ai notamment appris à jouer du shamisen mais je suis vraiment mauvaise dans cette discipline. Mon corps a aussi connu quelques années de danse classique... "

Elle se tut un instant, avant de reprendre :

" Selon moi, tout ceci ne tient pas au talent quand on ne possède pas le génie qui va avec..."

La jeune femme leva les yeux vers son interlocuteur, et lui dit en le fixant :

" Mais dans votre cas, on peut dire que vous possédez les deux. A ce propos, comment en êtes-vous venu à la photographie?"

Cassandre savait que ce n'était pas un choix qui s'imposait forcément dans sa vie. Elle désirait connaître ce qui l'avait poussé à en faire son métier et ce qui l'avait amené à aimer cette discipline.

Avant que le jeune homme ne puisse répondre, le serveur vint les interrompre pour prendre leurs commandes. Par galanterie, Jun laissa la belle choisir en premier. Elle commanda donc un filet de sole accompagné de légumes cuits. Jun dicta à son tour son plat.

De nouveau seuls, elle attendit patiemment la réponse du photographe...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Jun Masamori

avatar

Nombre de messages : 75
Age : 26 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Photographe et mannequin
Petit(e) Ami(e) : Électron libre
Date d'inscription : 09/08/2012

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Mer 22 Aoû - 15:29

" Je crains de ne décevoir les idées que vous avez de moi. Je suis une piètre dessinatrice, n'ayant pas le temps de m'exercer. Quand au piano et au chant, ce sont des répertoires que je n'ai pas changé depuis longtemps... Pour les autres "talents cachés", ils sont plutôt le fruit d'une éducation sévère de mon père, qui m'a forcé étant jeune à l'apprentissage des arts et de la musique. J'ai notamment appris à jouer du shamisen mais je suis vraiment mauvaise dans cette discipline. Mon corps a aussi connu quelques années de danse classique... "

De la danse classique ? La grâce de Cassandre venait peut-être de là. En tout cas, Jun trouvait que la jeune femme avait eu une enfance loin d’être facile. Il ne comprenait pas ces parents qui obligeaient leur enfant à enchaîner les cours du soir pour qu’il soit le meilleur possible dans tous les domaines possibles et inimaginables. Le photographe n’avait pas eu ce problème. Sa mère, bien que soucieuse de son avenir, ne l’avait jamais forcé à rien, à part une année à suivre des cours privés de mathématiques, le point faible de Jun. L’artiste avait suivi de nombreux cours de dessin puis de photographie mais le désir venait de lui, non de sa mère.

" Selon moi, tout ceci ne tient pas au talent quand on ne possède pas le génie qui va avec... Mais dans votre cas, on peut dire que vous possédez les deux. A ce propos, comment en êtes-vous venu à la photographie?"

Jun s’apprêta à répondre mais fut interrompu par le serveur qui vint prendre leur commande. Cassandre fut la première à donner sa réponse sous l’invitation du galant artiste : un filet de sole et des légumes. Le Sino-japonais ne fit pas plus original et choisit de la limande à la place de la sole. Quant au vin, il en demanda un se mariant à merveille avec le poisson blanc. Le serveur prit note puis s’éclipsa en cuisine. Jun put donc répondre à la question de sa charmante invitée.

« Cette passion m’a pris au lycée. Il n’y avait personne pour le poste de photographe pour le journal du lycée alors j’ai tenté ma chance et j’ai tout de suite su que je voulais en faire mon métier. Après mes études de photographie, j’ai un peu galéré mais, avec de bonnes rencontres, je suis parvenu à me faire une place et à montrer mon talent aux gens. »

Surtout grâce à une seule rencontre en fait mais Jun évitait de parler de son mécène, selon le désir de celui-ci. Usami Fukuya était un homme réservé et qui préférait rester dans l’ombre. Le photographe respectait donc son choix. Certains dans le milieu devaient se douter de quelque chose mais ne disaient rien. Ils voyaient le médecin à la plupart des vernissages de Jun mais cela s’arrêtait là. Ils semblaient craindre le chirurgien. Le Sino-japonais avouait que son mécène était froid et distant mais l’art permettait de les rapprocher un peu. C’était leur véritable unique sujet de discussion.

« Je ne sais pas si vous connaissez mon travail mais il m’arrive de dessiner et de peindre aussi. Je vous inviterai à mon prochain vernissage si vous le désirez. Cela me ferait très plaisir que vous voyez mes œuvres. »

Il serait ravi et honoré que Cassandre, qui possédait une salle de vente et une galerie d’exposition, vienne voir par elle-même son travail. Elle connaissait le monde de l’art et peut-être serait-elle conquise par les œuvres de Jun, au point de lui proposer d’exposer dans la Galerie McKeller. L’artiste ne pouvait pas rêver mieux. Cette galerie était connue mondialement et la côte des artistes y exposant montait en flèche une fois leur travail mis en valeur dans ce lieu.

« Bien, à moi de vous poser une question… Si vous deviez vous décrire en cinq mots, quels seraient-ils ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Jeu 23 Aoû - 21:32

Ainsi sa vocation était née au lycée. Elle enviait le photographe d'avoir eu une enfance "normale". Cassandre avait toujours regretté de n'avoir pu avoir le choix de ses études. Toute sa scolarité s'était fait dans le privé ou sous la houlette d'un précepteur. Son éducation artistique et culturelle lui laissait peu de temps pour des sorties entre "amis". A vrai dire, elle n'en avait jamais eu, son père la protégeant du monde extérieur. Ce n'est qu'à sa majorité et après avoir obtenu son diplôme du secondaire que l'Oyabun avait pu fréquenter à son aise l'université en se consacrant à l'histoire de l'art. Néanmoins, elle était toujours accompagnée de Léon et Texas dans ses déplacements, ce qui ne facilitait pas vraiment le dialogue avec ses camarades. Et puis son père s'était toujours arrangé pour la garder auprès de lui en lui confiant de nombreuses tâches relatives au clan. De ce fait, ses études supérieures avaient été mises de côté puis complétement abandonnées à la mort de McKeller Père. La jeune femme avait néanmoins parfait sa culture en dévorant de nombreux livres d'art lors de son temps libre...

« Je ne sais pas si vous connaissez mon travail mais il m’arrive de dessiner et de peindre aussi. Je vous inviterai à mon prochain vernissage si vous le désirez. Cela me ferait très plaisir que vous voyez mes œuvres. »

Ainsi, Jun était un artiste complet. Elle n'avait pas eu la chance de voir son travail pictural même si elle en avait eu quelques échos favorables dans la région. Mais Cassandre n'avait qu'une devise : elle n'achetait rien ni n'exposait si elle n'avait pas vu en vrai les oeuvres des artistes qui postulaient pour sa galerie.
Elle approuva d'un geste gracieux de la tête et ajouta :

"Ce serait un honneur de découvrir votre travail, Jun..."

C'était au tour de Jun de poser une question :

« Bien, à moi de vous poser une question… Si vous deviez vous décrire en cinq mots, quels seraient-ils ? »

Cassandre fut vraiment surprise de cette demande. Elle avait l'impression de passer un entretien pour un boulot. A vrai dire, elle ne s'était jamais interrogée sur sa propre personnalité et craignait de ne pas savoir faire preuve d'une réelle modestie. La jeune femme dut réfléchir quelques instant avant de répondre, un peu gênée :

"Mmmh, je ne sais pas si je pourrais me plier facilement à l'exercice... Je n'y ai jamais pensé vraiment... Plutôt cultivée dirai-je... Impulsive souvent... mais soumise à mes obligations et à une certaine conduite... Quoi d'autre... Mmmh, je sais, joueuse! J'aime beaucoup les défis... et en dernier... plutôt timide quand je ne suis pas certaine d'avoir la main..."

Il était étrange de mettre ainsi son coeur à nu devant un homme qu'elle connaissait à peine, mais elle était en confiance avec Jun. Elle n'avait aucune crainte à casser son image de "femme fatale" qui lui collait à la peau. On la qualifiait souvent d'arriviste, d'ambitieuse, d'audacieuse mais tout cela n'était qu'un rôle qu'elle se donnait dans ce monde de requins. Mais en vérité, elle n'était rien de tout cela... C'était une contrainte que son père lui avait imposé...

Cassandre sourit et lui demanda alors :

"Votre question est pertinente. De ce fait, je me permets de vous la poser à mon tour : Comment vous décrieriez-vous en cinq mots, Jun... ou plutôt, en cinq adjectifs?"


_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Jun Masamori

avatar

Nombre de messages : 75
Age : 26 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Photographe et mannequin
Petit(e) Ami(e) : Électron libre
Date d'inscription : 09/08/2012

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Jeu 23 Aoû - 23:33

"Mmmh, je ne sais pas si je pourrais me plier facilement à l'exercice... Je n'y ai jamais pensé vraiment... Plutôt cultivée dirai-je... Impulsive souvent... mais soumise à mes obligations et à une certaine conduite... Quoi d'autre... Mmmh, je sais, joueuse! J'aime beaucoup les défis... et en dernier... plutôt timide quand je ne suis pas certaine d'avoir la main..."

« Timide quand elle n’était pas certaine d’avoir la main » ? Jun comprenait mieux le comportement qu’elle avait eu au studio. Elle avait paru mal à l’aise lorsque Jun s’était montré légèrement entreprenant ou alors trop proche d’elle. Elle avait été maîtresse de la situation durant le shooting en jouant les femmes fatales et en charmant le photographe. Mais, après cela, une fois sortie de son rôle et sans la barrière qu’avait représenté l’objectif de l’appareil photo entre les deux jeunes gens, elle avait semblé plus fragile, timide comme elle se décrivait. Autre cet adjectif, Cassandre s’était décrite comme une femme cultivée, impulsive, joueuse mais soumise à ses obligations. Jun avait bien senti qu’elle avait beaucoup de connaissances. Joueuse ? Il l’avait remarqué aussi, tout comme le fait qu’elle ne puisse pas se dérober aux exigences dues à son travail. Quant à son côté impulsif, l’artiste ne semblait pas l’avoir encore vu. Plus tard peut-être, lorsqu’ils auraient fait un peu plus connaissance. En tout cas, il était bien content d’avoir posé la question et d’avoir eu une réponse, certes hésitante, mais sincère. Il en apprenait ainsi plus sur la belle. Elle ne ressemblait pas à la Cassandre que l’on décrivait dans les tabloïds.

"Votre question est pertinente. De ce fait, je me permets de vous la poser à mon tour : Comment vous décrieriez-vous en cinq mots, Jun... ou plutôt, en cinq adjectifs?"

La belle blonde manquait-elle d’inspiration pour lui retourner la question ? Ou bien désirait-elle lui faire subir le même sort pour se venger de l’avoir obligée à se dévoiler légèrement ? Quoiqu’il en soit, le beau Sino-japonais réfléchit un instant à la réponse qu’il pouvait lui donner. Cinq adjectifs reflétant bien sa personne ? Il pouvait en donner plus mais se contenterait du minimum.

« Ambitieux, perfectionniste, passionné, raffiné et, pour finir par un défaut, peut-être trop sûr de moi. »

Jun était si ambitieux qu’il était prêt à tout pour parvenir à ses fins. Perfectionniste car tout ce qu’il entreprenait devait se rapprocher de la perfection. Il n’acceptait pas le moindre défaut. Passionné car sa vie tournait autour de l’art avec le dessin, la peinture et la photographie. Raffiné car, que cela soit dans ses paroles ou ses gestes, Jun était toujours extrêmement délicat. Trop sûr de lui car il pensait ne jamais fléchir. Il était conscient de ce défaut mais continuait d’agir comme s’il était invincible. La mort de sa mère l’avait beaucoup affecté et endurci en même temps. De plus, il se cachait derrière son talent pour obtenir tout ce qu’il voulait : l’admiration et la reconnaissance des autres, une certaine sécurité financière, le soutien de son mécène et d’autres personnes appréciant son travail, les femmes et les hommes qu’il désirait…

« Je vis pour et grâce à ma passion. Je ne me vois pas faire autre chose et je souhaite tout faire pour dédier ma vie entière à l’art… Quant à vous, si vous n’aviez pas été femme d’affaire, qu’auriez-vous fait ? »

Cassandre semblait mener ses affaires avec talent mais peut-être avait-elle été contrainte de prendre la place de son père suite au décès de celui-ci. Jun connaissait un peu la vie de sa muse. Elle était plutôt connue. Mais ce qu’il désirait, c’était connaître des choses que peu de personnes savaient, des choses personnelles, comme des rêves de carrière si elle n’avait pas été obligée de reprendre les affaires familiales.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Dim 26 Aoû - 16:04

« Ambitieux, perfectionniste, passionné, raffiné et, pour finir par un défaut, peut-être trop sûr de moi. »

C'était ainsi que le jeune homme se définissait. Ambitieux, elle n'avait pas encore vu cette facette de la personnalité de Jun, mais Cassandre était convaincu de ce trait de caractère. Après tout, dans le milieu artistique actuel, ce n'était pas la modestie qui l'emportait. Perfectionniste, elle en avait eu un aperçu pendant le shooting, tout comme la passion qu'il faisait sienne. Elle se demanda un instant si cette passion ne se limitait qu'à l'art ou si elle avait d'autres applications dans des domaines plus... variés. Raffiné... De cela, il n'y en avait pas à douter. Jun était visiblement un homme qui prenait soin de lui et qui aimait les belles choses, aussi esthétiques que coûteuses. Quant à son assurance démesurée, l'Oyabun en avait eu un aperçu à la fin de leur shooting quand il s'était avancé vers elle, plein de désir...

« Je vis pour et grâce à ma passion. Je ne me vois pas faire autre chose et je souhaite tout faire pour dédier ma vie entière à l’art… Quant à vous, si vous n’aviez pas été femme d’affaire, qu’auriez-vous fait ? »

Elle admirait sa conviction profonde pour l'art. Jun avait beaucoup de chance de pouvoir vivre de sa passion. Ses mécènes devaient être aussi généreux que connaisseurs. Payer pour un artiste était toujours un pari risqué pour un acheteur. Cassandre connaissaient beaucoup de galeristes ou de collectionneurs qui achetaient des oeuvres non par goût mais par côte future. La jeune femme, quant à elle, préférait acheter ce qu'elle aimait. Elle se disait toujours qu'en fonctionnant ainsi, elle réussirait à faire passer sa... passion pour l'art.
Cette réflexion lui apporta sa réponse à la question du photographe :

"Si je n'avais pas eu à reprendre les affaires de mon père, à faire tourner l'entreprise familiale, je serais sans doute aujourd'hui en train de travailler dans un musée ou dans une galerie à mon nom... J'ai toujours désiré être conservatrice ou galeriste..."

Oui, si elle avait pu, c'est la voie qu'elle aurait choisi. Cassandre aurait sans doute été plus libre et plus heureuse. Elle se perdit un instant dans ses pensées, imaginant la vie qu'elle aurait eu. Sans doute serait-elle en couple avec quelqu'un ou libre comme l'air, voyageant dans le monde à la rencontre d'artistes, assistant à des vernissages et aux grandes foires internationales d'art contemporain. Elle était persuadée qu'à l'heure actuelle, Kaname n'aurait pas existé, ni Tatsuki Suguira, ni les tabloïds, ou encore le clan McKeller... C'est une vie qu'elle aurait aimé. Bien sur, Cassandre aimait son fils, mais si elle avait eu le choix, elle aurait pris la décision de ne pas le mettre au monde. Certes Tatsuki lui avait laissé prendre une décision, mais l'histoire était trop compliquée pour qu'elle puisse refuser. Aujourd'hui, elle se détachait de plus en plus de son fils, au point d'avoir l'impression de n'avoir été qu'une mère porteuse pour le clan Suguira...

Cassandre chassa toutes ces pensées sombres quand le serveur apporta leurs plats. Elle le remercia avec un sourire et regarda son assiette. La présentation lui mettait l'eau à la bouche. L'homme lui servit le vin en premier. Elle y trempa ses lèvres peintes et retrouva l'espace d'un instant ce plaisir alcoolisé qui comblait ce vide grandissant en elle. L'Oyabun reporta son attention sur le photographe. La jeune femme, pour ne pas déplaire à son hôte, revêtit un masque. Elle reprit son sourire habituel et lui posa une question :

"Fort bien, à mon tour... Une question un peu plus personnelle... Avez-vous de la famille? Des frères ou des soeurs?"

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Jun Masamori

avatar

Nombre de messages : 75
Age : 26 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Photographe et mannequin
Petit(e) Ami(e) : Électron libre
Date d'inscription : 09/08/2012

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Dim 26 Aoû - 22:23

"Si je n'avais pas eu à reprendre les affaires de mon père, à faire tourner l'entreprise familiale, je serais sans doute aujourd'hui en train de travailler dans un musée ou dans une galerie à mon nom... J'ai toujours désiré être conservatrice ou galeriste..."

Jun fut ravi d’entendre cela. Il avait devant lui une vraie amatrice d’art. Les gens s’y connaissant vraiment étaient plutôt rares. Beaucoup se disaient friands d’art mais au fond, seul l’argent et le tape-à-l’œil les intéressaient. S’ils achetaient une toile d’un grand maître, c’était pour se vanter de l’avoir, pas parce qu’ils appréciaient le travail de l’artiste à sa juste valeur. Pour l’instant, le photographe ne rencontrait pas ce problème. Il avait une petite notoriété mais pas suffisante pour attirer ce genre de vautours. Les gens achetaient ses œuvres car ils les aimaient, pas parce qu’elles valaient beaucoup. Mais nul doute qu’ils avaient fait un très bon investissement car bientôt, Jun serait très connu et son travail vaudrait de l’or, il en était persuadé. Et peut-être que sa rencontre avec la belle Cassandre pourrait contribuer à cette ascension.

Le serveur vint leur porter leurs plats. Jun inclina légèrement la tête pour le remercier et, tout comme Cassandre, il trempa ses lèvres dans son verre de vin pour en goûter la boisson sucrée. Il était succulent. Malheureusement, ils ne pourraient pas en abuser car ils prendraient tous deux le volant après cette soirée en tête-à-tête. Mais peut-être qu’un soir ils pourraient se laisser un peu plus aller s’ils n’avaient pas à conduire, s’ils étaient dans le loft de Jun par exemple. Le talentueux photographe comptait garder contact avec sa muse, par intérêt mais aussi parce qu’il aimait les gens s’intéressant sérieusement à l’art.

"Fort bien, à mon tour... Une question un peu plus personnelle... Avez-vous de la famille? Des frères ou des sœurs?"

L’artiste fut quelque peu décontenancé par cette question mais reprit bien vite son air sûr de lui. Il ne s’était pas attendu à ce que Cassandre lui pose cette question. Elle était plus personnelle que les précédentes. Mais il n’allait pas fuir et répondit à la belle Américaine.

« Pour tout vous dire, je n’en sais rien. Ma mère est morte il y a quelques années et je n’ai jamais connu mon père qui l’a quittée en apprenant qu’elle était enceinte. Peut-être a-t-il des enfants et que j’ai ainsi des demi-frères et sœurs mais je n’en ai pas connaissance. »

Depuis quelques temps, Jun voulait entreprendre de chercher son père mais hésitait à le faire. Sa mère lui avait dit que cet homme l’avait quittée en apprenant sa grossesse. Le photographe en voulait à ce lâche qui lui avait donné une partie de son matériel génétique mais il rêvait tout de même de le rencontrer, pour savoir d’où il venait. Jun était heureux, mais il ressentait comme un vide quelque part en lui. Il n’en parlait pourtant jamais, faisant croire qu’il n’était pas affecté par l’absence de son père. Cassandre avait peut-être eu un père sévère mais un père quand même. L’artiste l’enviait. Elle avait eu une vie de famille normale et avait même commencé à en fonder une avec un homme d’affaire influant et au physique ravageur. Pourtant, selon la presse à scandale, les deux jeunes parents n’étaient plus ensemble.

« J’espère que le père de votre enfant ne fuit pas ses responsabilités et s’occupe bien de lui, même si vous n’êtes plus ensemble. »

Le photographe avait eu vent, comme beaucoup de monde, de la relation entre Cassandre et le père de son enfant, mais n’avait pas souhaité en connaître les détails. Il désapprouvait que les journalistes écrivent noir sur blanc les problèmes des autres dans les moindres détails. Cela en faisait rire beaucoup mais blessait les principaux intéressés, surtout qu’il y avait un enfant dans l’histoire. Jun se fichait de ce que l’on disait sur lui mais tout le monde n’était pas comme lui. Peut-être que Cassandre avait été blessée par les tabloïds. Pourtant, elle ne semblait pas le montrer. Elle était une femme forte malgré une fragilité apparente.

« Bien, à mon tour de vous poser une question… Dîtes-moi, tout à l’heure, vous m’avez dit que vous sentiez que les choses pourraient être différentes entre nous. A quoi pensiez-vous ? »

Jun avait bien compris qu’elle ne voulait pas qu’ils se sautent dessus comme des bêtes affamées mais ne savait pas ce que désirait vraiment Cassandre. Qu’attendait-elle ? Qu’ils fassent connaissance, se voient à plusieurs reprises, avant de passer à l’étape suivante, puis de se revoir, pour finir par avoir une relation sérieuse ? Si c’était ça, le photographe n’en voulait pas. Mais il était prêt à s’arrêter à l’étape précédant la relation sérieuse. Ils pouvaient se voir, avoir des moments en toute intimité mais Jun n’aspirait pas à la fidélité. Il voulait garder sa liberté, il sentait qu’il en avait besoin pour garder sa créativité. S’il se sentait emprisonné, son travail en pâtirait.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Dim 26 Aoû - 23:10

« Pour tout vous dire, je n’en sais rien. Ma mère est morte il y a quelques années et je n’ai jamais connu mon père qui l’a quittée en apprenant qu’elle était enceinte. Peut-être a-t-il des enfants et que j’ai ainsi des demi-frères et sœurs mais je n’en ai pas connaissance. »

La jeune femme se mordit la lèvre inférieure, gênée d'avoir posée cette question. Depuis le temps qu'elle vivait au Japon, elle aurait dû savoir que les habitants de l'île se confiait peu aux étrangers, surtout à propos de sujets aussi délicats. Elle bafouilla rapidement quelques mots avant de tremper ses lèvres dans le vin, pour masquer son trouble :

"Je m'excuse, je ne voulais pas paraître indiscrète..."

En guise de vengeance, Jun Masamori rajouta :

« J’espère que le père de votre enfant ne fuit pas ses responsabilités et s’occupe bien de lui, même si vous n’êtes plus ensemble. »

Cassandre ne put s'empêcher de rougir à l'évocation de Kaname et de Tatsuki. Elle avait toujours un peu de mal à accepter le fait qu'elle soit mère et se l'entendre dire de la part d'un homme pour lequel elle éprouvait du désir... Cela lui paraissait vraiment troublant même si cette phrase du photographe s'inscrivait dans le cadre de la discussion sur les "bons" pères de famille. Oui, Tatsuki était un bon père de famille. Meilleur qu'elle ne l'était avec Kaname. L'Oyabun se contenta de répondre un vague commentaire sur un ton un peu sec :

"C'est une histoire compliquée..."

Elle n'aimait pas que l'on parle de cela, ni du fait qu'elle était maintenant une mère célibataire... Dans sa tête, elle avait gardé à l'esprit le fait qu'elle était une femme attirante et indépendante, non pas quelqu'un à charge d'un enfant dont l'histoire était relatée par tous les tabloïds du pays...
Jun comprit visiblement le trouble qui se lisait sur le visage de l'Oyabun et changea de sujet :

« Bien, à mon tour de vous poser une question… Dîtes-moi, tout à l’heure, vous m’avez dit que vous sentiez que les choses pourraient être différentes entre nous. A quoi pensiez-vous ? »

La belle jeune femme manqua de s'étouffer avec un morceau de poisson quand il lui posa la question. A vrai dire, elle ne s'était pas attendue à ce qu'il relève lors de leur précédente conversation ce morceau de phrase. Cassandre était un peu embêtée pour répondre car elle ne savait plus vraiment à quoi elle avait pensé, emportée dans ce moment. Une chose était sûre, c'est qu'elle ne voulait pas de Jun comme d'un coup d'un soir. Elle espérait plutôt qu'ils entretiennent une relation liée à l'art et pourquoi pas un plan cul régulier... Maintenant, elle devait se justifier.
Élégamment, elle s'essuya la bouche avec un coin de serviette et adressa un sourire au jeune homme. Elle osa enfin répondre :

" Dans un premier temps, j'aimerai que nous ayons une bonne relation de travail entre nous. Je souhaiterai suivre votre carrière artistique, et pourquoi pas, envisager un jour une exposition à la Galerie McKeller. Mais je vous mentirai s'il n'y avait que cela... "

La jeune femme se pencha un peu en avant, par-dessus l'assiette et invita Jun à se rapprocher. Tout en murmurant, elle poursuivit :

" Ne me croyez pas dupe, Jun. Je suis certaine que vous êtes un vrai Don Juan et que je ne suis pas la première que vous ayez séduite. Je mentirai si je vous disais que je suis complètement indifférente à vos charmes mais je n'ai aucune envie de n'être qu'un coup d'un soir que l'on oublie le lendemain... J'aimerai vraiment qu'à l'avenir, nous nous revoyons pour des choses aussi diverses qu'un shooting, un café ou une nuit... "

Cassandre reprit sa position initiale sur la chaise et entreprit de continuer à manger. Elle était surprise de la réponse qu'elle avait pu donner à Jun. L'alcool l'avait-il poussé à dire cela? Elle n'était pas ivre à ce point, ni même légèrement grisée par le vin. L'oyabun en avait simplement assez que les hommes la prenne pour une femme suffisamment niaise pour envisager une relation suivie sur le long terme. Dans sa situation actuelle, cela lui paraissait compromis. Elle avait un enfant, des responsabilités lourdes et fastidieuses et une vie étalée quotidiennement dans la presse à scandales. Quel homme aimerait passer sa vie avec elle? Tout ce que demandait la jeune femme, c'était un contact physique et intellectuel avec quelqu'un qui se rapprochait le plus de ses goûts et de ses passions... Et Jun était parfait pour cela...

La yakuza posa ses couverts sur le bord de l'assiette et regarda avec un sourire le jeune homme. Puis elle se mit à rire doucement. Devant la stupéfaction de son hôte, elle expliqua :

"Je cherchais une nouvelle question à vous poser, mais après ce que je viens de vous dire, la seule qui me vienne à l'esprit est : Ce soir, chez vous ou chez moi?"

La jolie blonde passa une main sur ses yeux en secouant doucement la tête, un sourire collée aux lèvres et reprit :

" Désolée, je ne voulais pas... Enfin... Une autre question... Soyons plus sage... Dîtes moi Jun, quelles sont vos inspirations pour votre travail?"

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Jun Masamori

avatar

Nombre de messages : 75
Age : 26 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Photographe et mannequin
Petit(e) Ami(e) : Électron libre
Date d'inscription : 09/08/2012

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Lun 27 Aoû - 0:38

Visiblement, Cassandre ne s’était pas attendu à cette question et manqua même de s’étouffer avec son poisson. Mais c’était elle qui avait commencé à poser des questions plutôt personnelles, elle en payait donc les conséquences. Pourtant Jun pensait avoir fait soft. Il avait tout à fait le droit de savoir à quelle sauce la belle désirait le manger. Il n’était pas dupe. La belle Américaine devait bien avoir des idées derrière la tête, autre qu’une simple partie de jambes en l’air avec le Sino-japonais. Elle ne l’aurait sinon pas repoussé dans le studio et parlé de voir les choses différemment avec lui.

" Dans un premier temps, j'aimerai que nous ayons une bonne relation de travail entre nous. Je souhaiterai suivre votre carrière artistique, et pourquoi pas, envisager un jour une exposition à la Galerie McKeller. Mais je vous mentirai s'il n'y avait que cela... "

« Envisager un jour une exposition à la Galerie McKeller » ? Jun ne demandait rien de plus. Outre pour le corps désirable de sa muse, il était intéressé par elle de part sa galerie personnelle et ses relations dans le monde artistique. Son mécène, Usami Fukuya, lui avait permis d’exposer dans des galeries plutôt connues mais pas autant que celle de Cassandre. Ce serait vraiment un honneur d’y mettre les pieds et de voir sa côte augmenter. L’artiste, tout ouï car très intéressé, se pencha au-dessus de son assiette lorsque l’Américaine l’invita à se rapprocher d’elle.

" Ne me croyez pas dupe, Jun. Je suis certaine que vous êtes un vrai Don Juan et que je ne suis pas la première que vous ayez séduite. Je mentirai si je vous disais que je suis complètement indifférente à vos charmes mais je n'ai aucune envie de n'être qu'un coup d'un soir que l'on oublie le lendemain... J'aimerai vraiment qu'à l'avenir, nous nous revoyons pour des choses aussi diverses qu'un shooting, un café ou une nuit... "

Jun ne put empêcher un sourire d’apparaître sur ses lèvres mais, en reculant pour se rasseoir convenablement, il prit sa serviette et fit mine de s’essuyer la bouche pour tenter de cacher ce sourire. Cassandre était vraiment loin d’être comme la plupart des modèles défilant devant l’objectif du photographe. Elle était intelligente et savait parfaitement ce qu’elle voulait. Pourtant, Jun ne s’était pas attendu à l’entendre dire cela. Il l’avait vu moins directe que cela, plus dans les sous-entendus. Mais là, il n’y avait aucun doute possible : elle désirait ce que l’artiste était prêt à lui offrir, à savoir une sorte d’amitié dans laquelle le sexe avait aussi sa place. Cassandre l’intéressait de plus en plus. Elle n’avait rien de la fille sage qu’elle laissait paraître. Et Jun se demandait même si elle n’allait pas jouer avec lui concernant son envie d’exposer dans la Galerie McKeller. Allait-elle le mener par le bout du nez jusqu’à lui offrir ce qu’il désirait ? Le talentueux photographe était prêt à tout pour se faire connaître, même à cela. Il y avait pire comme obstacles jusqu’à la gloire.

« C’est exactement ce que je voulais vous entendre dire. »

Par contre, à la base, il n’avait pas cherché à séduire la jeune femme. Il jouait toujours les gentlemen, quelque soit la personne en face de lui. Cassandre était tombée sous son charme sans qu’il n’ait à lever le petit doigt, puis il avait fini par jouer un peu avec elle lorsqu’il avait vu qu’elle n’était pas insensible à son charme.

"Je cherchais une nouvelle question à vous poser, mais après ce que je viens de vous dire, la seule qui me vienne à l'esprit est : Ce soir, chez vous ou chez moi?"

Là, ce fut Jun qui se retrouva à la limite de s’étouffer. Il se demanda même s’il avait bien entendu. Il ne s’était pas du tout attendu à entendre Cassandre poser cette question. A vrai dire, il trouvait cette simple question sans charme, même vulgaire. Mais peut-être faisait-il trop de manières. Néanmoins, l’Américaine sembla capter son trouble et enchaîna rapidement :

" Désolée, je ne voulais pas... Enfin... Une autre question... Soyons plus sage... Dîtes moi Jun, quelles sont vos inspirations pour votre travail?"

Voilà qui était mieux et plus raffiné dans la bouche sensuelle de Cassandre. Jun la préférait en femme distinguée. Cette question qu’il trouvait vulgaire dans sa bouche ne lui ressemblait pas. Elle valait beaucoup mieux que cette phrase de fille aux mœurs légères. Du moins, c’était ainsi que le photographe voyait les choses.

« Je n’ai qu’une inspiration : la beauté. Mais, comme elle est subjective, ce que je trouve beau ne l’est peut-être pas pour quelqu’un d’autre. J’arrive par exemple à trouver du beau dans la grisaille de la ville. J’en avais d’ailleurs fait une série de photographies mais elle n’a pas beaucoup plu. Pour le coup, j’ai été un artiste incompris. »

Ces photographies n’avaient pas remporté un franc succès, même et surtout auprès de son mécène, mais cela n’avait en rien démoralisé Jun, bien au contraire. Il avait ensuite pris de magnifiques clichés de paysages à différents moments de la journée, pour jouer avec les couleurs et la luminosité, et ils avaient beaucoup plus. Le Docteur Fukuya lui avait d’ailleurs acheté plusieurs photographies de temples dont les couleurs avaient changé au fur-et-à-mesure que le soleil traversait le soleil.

« Je vais rebondir sur votre précédente question quelque peu… incongrue posée ainsi. Accepteriez-vous de venir boire un dernier verre chez moi après ce dîner ? Vous pourriez jeter un coup d’œil à ma bibliothèque et nous parlerions d’art, avant d’envisager de nous laisser aller à des activités moins… cérébrales. »

Tout cela pour demander à Cassandre si elle désirait passer juste après ce dîner en tête-à-tête l’une de ces nuits dont elle avait parlées précédemment. Les choses étaient maintenant claires entre eux. Jun avait bien compris qu’elle ne voulait pas être un simple « coup d’un soir » comme elle l’avait si joliment dit. Et, de son côté, la belle savait que le photographe était prévenu de ses désirs. Pourquoi retarder les choses alors qu’ils en avaient tous les deux envies ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Lun 27 Aoû - 14:40

Cassandre avait visiblement choqué le jeune homme avec son avant-dernière question. Lui aussi avait manqué de s'étouffer avec son plat. Sans doute le langage cru qu'elle avait employé ne lui avait pas plu. A vrai dire, les gènes de la jeune femme jouait beaucoup dans son impulsivité. Malgré l'éducation orientale ferme qu'elle avait reçu, sa fougue typiquement occidentale ressortait parfois, rendant la yakuza pleine de contradictions et de mystères dans son caractère. Elle était insaisissable dans son comportement et au XIXe siècle, on l'aurait volontiers qualifiée d'hystérique.
La seconde question plut davantage et le photographe s'empressa d'y répondre :

« Je n’ai qu’une inspiration : la beauté. Mais, comme elle est subjective, ce que je trouve beau ne l’est peut-être pas pour quelqu’un d’autre. J’arrive par exemple à trouver du beau dans la grisaille de la ville. J’en avais d’ailleurs fait une série de photographies mais elle n’a pas beaucoup plu. Pour le coup, j’ai été un artiste incompris. »

En effet, la question de la beauté était un débat épineux, aussi bien pour les artistes que les philosophes de l'esthétique. Mais comme l'a si bien dit Emmanuel Kant : "Est beau ce qui plaît universellement sans concept". Dans cette doctrine fourre-tout, une oeuvre d'art comme un paysage pouvaient être réunis sous la même appellation. Néanmoins, Cassandre était persuadée que la clé d'une appréciation juste et pertinente de la beauté était l'éducation et la culture. L'imagination, cette capacité de concevoir en images un concept donné, était aussi des plus importantes. Ainsi paré, il semblait qu'il était plus aisé, selon la jeune femme, de comprendre le monde de l'art et de découvrir en toutes choses de la beauté. N'étaient-ce donc pas les principes d'Andy Warhol et de Marcel Duchamp en représentant des objets de la vie quotidienne, de la boîte de soupe en conserve à la roue de bicyclette?
L'Oyabun approuva d'un hochement de tête le petit discours du photographe. Elle comprenait parfaitement la sensation qu'il avait dû éprouver et ne put s'empêcher d'ajouter, légèrement ironique :

" Tous les plus grands artistes contemporains ont été un jour incompris... Jusqu'au jour où ils ont été repérés par une galerie..."

Elle le taquinait un peu, surtout par rapport à leur conversation précédente. Nul doute que Jun avait dû penser que Cassandre ferait monnayer les services du photographe par une proposition dans sa galerie...

C'était au tour de Jun de l'interroger :

« Je vais rebondir sur votre précédente question quelque peu… incongrue posée ainsi. Accepteriez-vous de venir boire un dernier verre chez moi après ce dîner ? Vous pourriez jeter un coup d’œil à ma bibliothèque et nous parlerions d’art, avant d’envisager de nous laisser aller à des activités moins… cérébrales. »

Cassandre haussa un sourcil, surprise de la proposition et esquissa un sourire. Elle finit son assiette et posa ses couverts en travers avant de la repousser doucement devant elle. Elle plia délicatement sa serviette sur ses genoux et consenti enfin à répondre au photographe :

" J'accepte votre proposition... Mais seulement pour votre bibliothèque! " ajouta la jeune femme en plaisantant. En effet, lors de son dernier shooting chez Jun, elle avait pu voir l'impressionnante collection de l'homme aux cheveux d'ébène. Elle se targuait d'avoir de nombreux ouvrages mais le photographe n'était pas loin de la dépasser à ce sujet...

" Bien, à mon tour pour une dernière question : prenez-vous un dessert ou passons-nous à autre chose?"

La jeune femme n'était décidément pas très patiente ce soir...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Jun Masamori

avatar

Nombre de messages : 75
Age : 26 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Photographe et mannequin
Petit(e) Ami(e) : Électron libre
Date d'inscription : 09/08/2012

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Lun 27 Aoû - 16:20

" Tous les plus grands artistes contemporains ont été un jour incompris... Jusqu'au jour où ils ont été repérés par une galerie..."

Jun esquissa un sourire avant de terminer son assiette. Il voyait parfaitement ce que voulait dire Cassandre. Elle jouait avec lui et il s’en rendait compte. Finalement, ils avaient beaucoup de choses en commun, notamment de jouer les innocents mais d’avoir en fait beaucoup d’idées derrière la tête. Au premier abord, l’Américaine paressait être forte dans son travail et plus fragile dans sa vie privée, mais il n’en était rien. Elle jouait un rôle pour avoir ce qu’elle désirait, tout comme Jun. Le photographe avait l’impression d’avoir trouvé son double au féminin. Il aimait cette idée. Nul doute qu’ils passeraient de bons moments ensemble, que cela soit sur le plan professionnel ou le plan personnel. D’ailleurs, Cassandre finit par répondre à l’artiste concernant sa demande de venir chez lui après ce dîner.

" J'accepte votre proposition... Mais seulement pour votre bibliothèque! "

Son petit sourire prouvait qu’elle ne pensait pas un mot ce qu’elle disait. Bien sûr, elle passerait sûrement faire un tour dans la bibliothèque personnelle de Jun mais cela ne serait pas la seule pièce qu’elle visiterait ce soir…

" Bien, à mon tour pour une dernière question : prenez-vous un dessert ou passons-nous à autre chose?"

« Je prendrai un dessert. »

Le talentueux photographe cacha un sourire en buvant quelques gorgées de vin. La belle Cassandre semblait impatiente tout d’un coup mais Jun allait la faire languir comme elle l’avait fait languir précédemment. S’il n’y avait eu que son envie qui comptait, ils seraient passés à la vitesse supérieure bien plus tôt, dans le studio. Mais l’Américaine, très joueuse, ne l’avait pas entendu de cette oreille et avait voulu retarder ce moment.

Le Sino-japonais adressa un geste au serveur pour lui indiquer qu’ils avaient terminé et qu’ils pouvaient ainsi passer au dessert. L’homme les débarrassa et leur apporta la carte des desserts. Jun savait déjà ce qu’il voulait : un financier au thé vert matcha et aux cerises. Ceux de ce restaurant étaient tout bonnement à tomber par terre. Il ne pouvait vraiment pas quitter l’établissement sans en avoir mangé. Et si cela faisait patienter la belle blonde… Malheureusement, cela faisait aussi attendre Jun qui, grâce à ce dîner, avait appris à mieux connaître sa muse et à la désirer encore plus. Il avait hâte de rentrer chez lui et de se retrouver de nouveau seul avec Cassandre. C’était dur de tenir en imaginant la suite de la soirée. Mais cette attente était une douce torture et ne faisait que monter le désir entre eux. Néanmoins, Jun s’autorisa un petit rapprochement. Il fit glisser sa main sur la table pour saisir celle de l’Américaine entre ses doigts.

« Nous prenons notre dessert puis nous filons d’ici juste après. Vous ne m’en voulez pas de vous faire attendre alors que vous languissez de voir ma bibliothèque ? »

N’était-ce pas ce qu’elle désirait ? Du moins, c’était ce qu’elle avait répondu, non ? Jun jouait les idiots mais son regard montrait qu’il plaisantait lui aussi. Mais parler de « bibliothèque » était tout de même plus acceptable que de dire vraiment les choses, surtout qu’ils n’étaient pas seuls et que des oreilles pouvaient trainer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Lun 27 Aoû - 23:48

Ainsi, elle devait se plier aux exigences du jeune homme. Elle était persuadée qu'il avait choisi de prendre un dessert juste pour l'embêter un peu plus longtemps. Fort bien, elle acceptait la douce torture d'un dessert. Le serveur débarrassa leurs assiettes et leurs couverts et leur laissa la carte des douceurs. Cassandre n'examina pas plus de cinq secondes le menu lorsqu'elle y vit le mot de "tarte citron meringuée". La Lemon pie était un dessert qu'elle avait l'habitude de déguster aux Etats-Unis, surtout quand elle passait quelques semaines en Californie. Le serveur, après quelques minutes, revînt prendre leurs commandes...

Cassandre jetait de temps en temps quelques coups d'oeil au photographe. Elle surprenait ses sourires difficilement dissimulés derrière son verre de vin. Après tout, il devait sans doute être en train de songer à la même chose qu'elle. La jeune femme n'était pas certaine de rester très sage longtemps à leur arrivée chez Jun. Certes, elle irait se plonger quelques instants dans les livres que possédait le photographe, mais il lui suffisait d'un rien pour qu'elle se laisse aller.
Alors qu'elle était en train de songer à la suite, elle sentit une paume chaude et douce lui prendre la main. Elle leva le regard vers son compagnon et lui jeta un coup d'oeil surpris. Elle se demanda alors depuis combien de temps un homme n'avait pas eu ce genre de geste "d'affection" en public pour elle...
Elle hésitait à laisser sa main dans celle du photographe. N'importe qui pouvait les voir et s'imaginait des choses. Ou bien prendre des photos avec leurs portables et les transmettre aux tabloïds... Pourtant, elle referma les doigts et se laissa aller à ce contact agréable.

« Nous prenons notre dessert puis nous filons d’ici juste après. Vous ne m’en voulez pas de vous faire attendre alors que vous languissez de voir ma bibliothèque ? »

La jeune femme hocha la tête avec un sourire amusé et répliqua avec humour au photographe :

"Oui, il ne serait pas très prudent de rester ici très longtemps. Les gens vont commencer à se poser des questions, à penser que vous êtes mon nouveau petit ami et là... fini pour vous! Certes, vous aurez une certaine célébrité, mais au niveau des femmes... Aucune chance! Elles seront désolées de ne pas pouvoir me concurrencer!"

Cassandre avait dit tout cela d'un air désinvolte mais en même temps, elle racontait à demis-mots les effets désastreux qu'avaient les journaux à scandales sur sa vie privée. Si quelqu'un les repérait ce soir au restaurant, se tenant la main, nul doute que les gros titres s'en donneraient à coeur joie.
Elle lâcha la main de Jun quand le serveur leur apporta leurs desserts. L'oyabun remercia de nouveau l'employé et fut ravie de ce qu'elle trouva dans son assiette. La tarte au citron était, visuellement, à la hauteur de ses espérances! C'était si rare de trouver ce genre de pâtisseries au Japon! Prenant sa petite fourchette en argent, la jeune femme savoura avec délice quelques petits morceaux de son dessert.

Cassandre, en dégustant une petite part de pâte sablée, ajouta à l'attention du jeune homme :

"Et non, je ne vous en veux pas de cette douce torture. Comme le dicton populaire semble le dire, plus on attend, meilleur c'est... Je pense que c'est un adage que nous pouvons associer à notre... découverte de votre bibliothèque..."

Un petit sourire se peignit alors sur les lèvres fines de la jeune femme...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Jun Masamori

avatar

Nombre de messages : 75
Age : 26 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Photographe et mannequin
Petit(e) Ami(e) : Électron libre
Date d'inscription : 09/08/2012

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Mar 28 Aoû - 1:05

"Oui, il ne serait pas très prudent de rester ici très longtemps. Les gens vont commencer à se poser des questions, à penser que vous êtes mon nouveau petit ami et là... fini pour vous! Certes, vous aurez une certaine célébrité, mais au niveau des femmes... Aucune chance! Elles seront désolées de ne pas pouvoir me concurrencer!"

« Et bien je me rabattrais sur les hommes alors… ou serais obligé de vous garder comme unique amante. »

Les lèvres de Jun s’étirèrent en un petit sourire en coin. Cassandre semblait bien sûre d’elle mais il fallait avouer que la Nature l’avait gâtée. Sans doute avait-elle le même côté narcissique que l’artiste. C’était sûrement un défaut récurant chez les gens beaux. Quoiqu’il en soit, le photographe remarquait que sa muse gardait un goût amer des articles parus dans la presse à scandales. Beaucoup de rumeurs avaient circulé à son sujet et lui avaient offert une sale réputation. Jun se fichait d’être associé à ces histoires, mais Cassandre semblait en pâtir. C’était ça quand on devenait célèbre. On attirait la jalousie des autres et, pour palier à leur mal être, ils se sentaient obligés de vous dévaloriser. La nature humaine était ainsi faite.

A l’approche du serveur, la jeune femme se sentit obligée de lâcher la main de Jun. Elle avait peur des qu’en-dira-t-on. Mais faisait-elle cela pour se préserver, ou pour préserver le Sino-japonais ? Celui-ci n’en avait que faire des ragots. Les gens pouvaient parler dans son dos, il s’en fichait. Du moment que l’on parlait de lui, il était heureux. Peu importe que cela soit en bien ou en mal. Cela ne changerait rien son talent artistique. De toute façon, beaucoup d’artistes étaient connus pour leurs frasques. Prenez par exemple Van Gogh qui s’était tranché l’oreille pour l’offrir à une prostituée. Cela n’avait en rien entaché son talent. Mais Cassandre n’évoluait pas dans le même monde. En affaire, il valait mieux éviter les scandales, encore plus lorsqu’on était une femme. On était moins prise au sérieux que les hommes. Le monde était encore machiste malgré l’égalité des sexes que l’on mettait à toutes les sauces.

"Et non, je ne vous en veux pas de cette douce torture. Comme le dicton populaire semble le dire, plus on attend, meilleur c'est... Je pense que c'est un adage que nous pouvons associer à notre... découverte de votre bibliothèque..."

Jun répondit au sourire entendu de la belle Cassandre. Parler par sous-entendus de ce genre de choses était amusant et grisant. Les éventuelles oreilles indiscrètes ne seraient pas offusquées de les entendre planifier la nuit torride qui attendaient les deux jeunes gens… Le photographe dégusta son financier au matcha et aux cerises, tandis que l’Américaine avait opté pour une tarte au citron. Jun ne raffolait pas de ce fruit, à l’inverse de sa muse qui semblait se régaler.

« J’ai hâte de vous dévoiler mes livres et que vous parcourriez de vos doigts mes lignes préférées. »

L’artiste se pinça un instant les lèvres pour s’empêcher de rire et échangea un regard complice avec l’Américaine. Ces allusions commençaient à être grotesques mais c’était si drôle de parler à voix haute de leurs projets pour la nuit sans que personne ne se doute de rien. Jun termina son dessert et attendit que Cassandre en fasse autant avant d’appeler à nouveau le serveur et de lui demander l’addition. Le Japon étant un pays d’argent liquide, le photographe sortit une liasse de billet pour payer ce repas. Ce geste n’était nullement dans le but d’impressionner la belle par le prix exorbitant du dîner.

« Bien. Allons nous adonner aux joies de la lecture très chère. »

Jun se leva, remit sa veste et, comme à son habitude, joua les gentlemen en invitant Cassandre à lui prendre le bras. Il se fichait des regards posés sur eux. L’artiste se sentait parfaitement à l’aise et de bonne humeur. Les deux jeunes gens sortirent du restaurant pour retourner à la voiture du photographe. Ils durent sans doute prendre sur eux pour ne pas s’y précipiter.

« J’espère que vous avez apprécié le repas. A-t-il été à la hauteur de vos espérances ? »

Le beau Sino-japonais demanda cela avant de démarrer la voiture. Il désirait avoir l’avis de Cassandre sur le choix de restaurant qu’il avait fait, et sur ce délicieux dîner en tête-à-tête riche en découvertes…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Mer 29 Aoû - 10:03

La jeune femme ne pouvait s'empêcher de sourire aux sous-entendus de Jun. Sous couvert de littérature et de papier, il lui promettait une nuit digne de ses attentes. De plus, cela ne faisait que renforcer l'excitation croissante qu'elle avait pour lui depuis le début de la soirée. Aux yeux des autres clients, ils devaient passer pour deux férus de lecture complètement toqués.

Quand elle eut terminée son dessert et l'artiste le sien, Jun fit appel au serveur pour l'addition. Elle n'avait rien à redire du repas. Le plat avait été excellent, le vin parfait, le dessert une très bonne surprise... et la compagnie de son hôte... Indescriptible! En gentleman, le photographe paya leurs repas. Cassandre le laissa faire. Il n'était pas bon pour une femme de se battre pour une addition, même si elle était surêment bien plus riche que le jeune homme. Mais dans ces cas-là, il était de bon ton de ne pas montrer sa supériorité financière, d'autant plus devant un homme avec lequel on espérait coucher...

Elle attendit que le photographe se lève et se rhabille avant de céder à son invitation. Avec grâce, elle se leva à son tour de sa chaise et passa son bras sous celui du sino-japonais. Comme précédemment, les regards se tournèrent vers ce couple hors-du-commun. Sans rien n'y paraître, ils traversèrent la salle et sortirent à l'air frais pour récupérer la voiture du jeune homme. Elle n'avait qu'une envie à présent : lui sauter dessus. Ayant passer la soirée à l'émoustiller, Cassandre voulait se "venger" de la torture qu'il lui avait infligé.

Arrivé devant le véhicule, il ouvrit la portière devant la jeune femme et la referma avant de prendre place lui-même à l'intérieur de l'habitacle. Il lui demanda alors :

« J’espère que vous avez apprécié le repas. A-t-il été à la hauteur de vos espérances ? »

La jeune femme lui sourit et lui répondit :

" Je vous en remercie. C'était absolument délicieux. Votre choix était parfait! La prochaine fois, ce sera à mon tour de vous inviter à dîner!"

Cassandre avança alors doucement la main vers le visage de Jun, et joua un instant avec une mèche d'ébène. Puis, elle se rapprocha, se soulevant du siège de cuir qu'elle entendit crisser, et déposa un baiser sur les lèvres du photographe. Elle retourna à sa place initiale et lui dit avec un petit sourire :

" J'espère que cela vous conviendra comme contribution à l'addition... "

Elle se tut un instant et reprit, hésitante :

" Et maintenant... N'est-il pas l'heure d'un peu de culture?"

Un large sourire se dessina sur les lèvres peintes de l'Oyabun. Maintenant, elle lui était entièrement destinée pour la soirée...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Jun Masamori

avatar

Nombre de messages : 75
Age : 26 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Photographe et mannequin
Petit(e) Ami(e) : Électron libre
Date d'inscription : 09/08/2012

MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   Mer 29 Aoû - 17:20

" Je vous en remercie. C'était absolument délicieux. Votre choix était parfait! La prochaine fois, ce sera à mon tour de vous inviter à dîner!"

Jun n’était pas pour cette invitation. Pour lui, il se devait en tant qu’homme de payer l’addition. Mais il ne dit rien, pour ne pas contredire la jeune femme et risquer de gâcher leur soirée. Il la laissa jouer avec l’une de ses mèches qu’il avait laissées hors de sa queue de cheval. Sa chevelure noire en intriguait et en charmait plus d’une et plus d’un. Cassandre se rapprocha ensuite de lui et déposa chastement ses lèvres maquillées sur celles de l’artiste. Elle était très joueuse et le Sino-japonais appréciait cela. Il la laissa faire et dut se faire violence pour ne pas aller plus loin.

" J'espère que cela vous conviendra comme contribution à l'addition... "

« Cela me semble équitable. »

Il fallait donc comprendre que le baiser de la belle valait le prix de ce luxueux dîner. Beaucoup d’hommes donneraient cher pour être à la place de Jun. Il n’y avait qu’à voir les regards jaloux qui les avaient suivis dans le restaurant. L’artiste aimait qu’on l’envie.

" Et maintenant... N'est-il pas l'heure d'un peu de culture?"

« Si, je crois bien. »

Le photographe répondit avec un peu plus de retenue au sourire de sa muse. Elle semblait impatiente d’arriver chez Jun. Le jeune homme mit sa ceinture et démarra. Il n’y avait pas beaucoup de route à faire. Ils allaient devoir prendre sur eux pour tenir. L’artiste ne se souvenait pas avoir éprouvé tant de désir pour une femme. En même temps, Cassandre l’avait bien émoustillé au cours du shooting et même dans ses paroles lors du dîner. Ses sourires, ses regards, ses sous-entendus… Jun eut le plus grand mal à se concentrer sur la route. Il avait tellement envie de Cassandre qu’il était prêt à s’arrêter au premier parking qu’il verrait et à lui sauter dessus. Mais l’Américaine méritait mieux que des ébats sur la banquette arrière d’une voiture, aussi luxueuse soit-elle… Après un peu plus d’un quart d’heure de route, la berline s’engagea dans le quartier résidentiel de Jun puis s’arrêta devant son loft.

« Nous voilà arrivés. »

**********

[Suite : Le « plus si affinités »...]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un dîner de courtoisie pour plus d'affinités... [PV Jun Masamori]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» SOS POUR NOUNOURS Border Collié (57) Sarrebourg
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: Les Bars et Restaurants :: Les Restaurants-
Sauter vers: