Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chester Yatori, commandant des SPADS

Aller en bas 
AuteurMessage
Chester Yatori

avatar

Nombre de messages : 46
Age : 30
Age : 28 ans
Sexe : masculin
Sexualité : hétérosexuel
Métier : officiellement PDG de l'ImpEx, officieusement commandant des SPADS.
Petit(e) Ami(e) : aucune, pour le moment...
Date d'inscription : 09/09/2012

MessageSujet: Chester Yatori, commandant des SPADS   Dim 9 Sep - 19:27

Nom : Yatori

Prénom : Chester, dit "Chet", dit "Capitaine", dit encore "Zeke"

Age : 28 ans

Sexe : Masculin

Sexualité : Hétérosexuel

Métier : officieusement Leader d'un groupe de mercenaire, les "SPADS", officiellement PDG d'une entreprise d'import export utilisée pour la couverture du groupe, la "ImpEx".

Physique : Chet est un métis américano-japonais, il a hérité de son père américain sa force et sa carrure, et de sa mère japonaise, les traits propres aux japonais, le mélange des deux a donné à sa peau une teinte plus claire que la plupart des "gaijins" comme les appelait sa mère. Il est plus grand qu'un japonais moyen, mais reste dans la normale avec son mètre quatre vingt-cinq, ses épaules sont larges et musclées, ses bras gardent les traces d'un entraînement rigoureux, et pas sans risques comme peuvent l'attester deux cicatrices sur le biceps gauche, fruit d'un accident d'hélicoptère qui aurait pu mal tourner. Son torse est tout aussi musclé que ses bras, et son corps ne laisse apparaître aucune rondeur superflue, pour ainsi dire pas un pet de graisse en trop, il a juste ce qu'il faut pour ne pas passer pour un body builder. Ses jambes, relativement épaisses, lui permettent de courir un 5000 mètres au pas de course avec un barda de trente kilos sur le dos en plus de ses armes et munitions. Il entretient son corps par un entrainement physique quotidien d'environ deux à trois heures, en général le matin avant le petit déjeuner, qui coïncide de fait souvent avec son déjeuner.
Si on s'attarde sur son visage, on remarque qu'avec des lunettes de soleil de type Rayban, il ferait presque complètement américain, presque à cause du teint, et sans les lunettes, il passerait pour un japonais, si on ne s'attardait pas sur la couleur de ses yeux, d'un bleu profond, tant son visage est somme toute passe partout. Concernant la coiffure, il est un adepte de la coiffure dite "au carré", assez court pour ne pas nécessiter un coiffage régulier (il entretient une relation avec les peignes que d'aucun qualifieraient de conflictuelle) mais suffisamment long pour ne pas lui coller le post-it "militaire" sur le front. Il a les lèvres fines, facilement étirées par un sourire et il a tendance à hausser un sourcil, généralement le droit, quand il est surpris.


Caractère : Chet est d'une approche plutôt agréable, il faut bien, rappelons que sa couverture est une entreprise d'import export. Il affiche une attitude résolument ouverte et souriante, détendue diront certains de ceux qui ont déjà traité avec lui, voire même commerciale. De fait, il sait fort bien se vendre, mais ne se laisse pas non plus marcher sur les pieds, s'il accepte un marché à priori défavorable, c'est qu'il pourrait y voir des intérêts que le commanditaire ne soupçonne pas. En tant que jeune PDG, il apprend à se faire une place dans le monde des affaires, il a reçu une formation en accéléré de ce qu'il fallait savoir, et continue d'apprendre le reste sur le tas, épaulé par des conseillers financiers sortis des services financiers de la CIA ou du FBI.
En tant que leader du groupe de mercenaire SPADS, il s'appuie sur une discipline de fer et une impartialité totale, même s'il ne cache pas avoir des préférés parmi ses subordonnés, tous sont logés à la même enseigne, et gare à celui qui mordra un peu trop sur la ligne. "Dur mais juste" vous diront ses hommes, et il n'hésite pas à se porter en avant quand vient le moment des combats. Pour l'aspect stratégique, même si son esprit stratégique est assez développé, il écoute souvent les conseils de ses deux seconds, il agit vite et bien, sait prendre une décision rapidement, quelle qu'elle soit, et surtout sait la faire appliquer même sous le feu le plus nourrit qu'on puisse délivrer sur un groupe d'hommes. Une fois les missions finies, il ne se prive pas d'aller boire une bière ou deux (ou trois soyons fous) avec ses hommes, et est aussi assez proche de ceux de son entreprise qui ne font pas partie des SPADS, s'inquiétant des problèmes qu'ils peuvent rencontrer, les aidant du mieux possible. Un peu un patron paternaliste en somme.


Famille : Père et mère : Sydney O'Day et Nagisa Yatori, respectivement 53 ans, Colonel au sein de la 3è Division de Marines d'Okinawa en passe de devenir général, et 48 ans, secrétaire d'une boîte d'informatique basée à Naha, Okinawa.

Frère et soeurs : Sean O'Day, 22 ans, étudiant à Harvard ; Helen Yatori-O'Day, 18 ans, Lycéenne à Naha dans un lycée Japonais ; Aya Yatori-O'Day, 16 ans, lycéenne dans un lycée américain dans l'enceinte de la base.

Tante : Kyoko Yatori, 42 ans, mère de deux jeunes demoiselles de, respectivement 21 et 18 ans, femme au foyer vivant dans la banlieue de Kyoto.

Chet leur donne régulièrement des nouvelles, mais tous croient qu'il est seulement jeune PDG d'une boîte d'import export.
Et considérant l'ImpEx et les SPADS comme de grandes familles, voici les principaux éléments de celles-ci.

Conseillers financiers : Bartholomey Brenson, dit "Bart", 36 ans, ancien de la section financière du bureau (FBI), il a démissionné pour tenter sa chance en tant que conseiller financier en free-lance.
Garett Johnson, dit "Trader", 44 ans, ancien de la section d'analyse financière de la CIA, il a tenté sa chance en bourse avec une assez bonne fortune, puis s'est lui aussi lancé dans le free-lance.

Ces deux hommes sont en fait le principal moteur de la boîte d'import export montée par le jeune Chet, la ImpEx.

Seconds des SPADS : Peter Keller, dit "Fox", 33 ans, ancien Leutnant de la Bundeswehr, radié pour avoir frappé un supérieur trop partial, il s'est engagé avec Chet parce que les SPADS représentaient sa vision de la voie des armes, lieutenant des SPADS, contremaitre dans ImpEx.
Louis le Kergeneg, dit "Froggy", 30 ans, ancien pilote d'Hélicoptère chez les Marsouins, radié à cause de la baisse des subventions allouées à l'armée dans son pays, la France, engagé comme pilote personnel de Chet, tant chez les SPADS qu'à ImpEx, a aussi une formation de pilote d'avions et d'hydravions bi-moteurs légers à moyen porteur.

Ces deux hommes sont considérés par les SPADS comme les meilleurs amis de Chet, et sont, avec ce dernier, la tête des SPADS.


Histoire : l'histoire de Chet commence par la rencontre d'un Marines de 22 ans en permission à Okinawa et d'une jeune lycéenne de 17 ans en virée avec ses copines. Entre les deux, le coup de foudre est immédiat, et se confirme après plusieurs soirées passées ensemble dans un bar, ou en promenade. Le jeune Marines, conscient que la femme de sa vie est encore mineure, est très prudent avec les sorties, et aussi avec les parents de la jeune Nagisa. Ces derniers, favorablement impressionnés par les manières du jeune militaire américain, voient d'un très bon œil leur relation, aussi, c'est un "oui" franc qu'il adressent au jeune homme lorsqu'il vient demander, deux ans plus tard, l'autorisation de vivre désormais avec leur fille. le jeune couple vit une année heureuse, multipliant les sorties dès qu'elles sont compatibles avec l'emploi du temps du jeune homme. Puis vient l'heureux évènement, Nagisa annonce timidement un soir à son compagnon qu'elle est enceinte de lui, l'euphorie de ce dernier la rassure, et c'est deux jeunes parents impatients qui se présentent sept mois plus tard à la maternité de l'hôpital militaire de la base pour l'accouchement. Les deux jeunes gens, ayant souhaité garder la surprise, sont ravis de voir un petit garçon pousser son premier cri.

Passé les premiers moments de l'ivresse parentale, les premières angoisses se montrent. Comme tout jeunes parents le couple s'interroge, la peur de mal faire, de blesser, de ne pas y arriver... ils trouvent chez la famille de Nagisa un réconfort bienvenu, et, en suivant leurs conseils, parviennent à faire disparaître ces angoisses. Les cinq premières années du jeune Chet sont tout ce qu'il y a de plus normales, fils unique d'un jeune couple, le père maintenant officier dans les Marines, la mère étudiante pour devenir secrétaire, il est partagé entre la crèche, dès qu'il est en âge d'y entrer, l'école, ses parents et ses grands parents maternels, les paternels ayant coupé tout contacts avec leur fils depuis son engagement dans l'armée.

Arrive alors la veille du 6è anniversaire du jeune garçon, fête familiale s'il en est, très attendue par le jeune Chet à cause de la montagne de cadeaux que cette fête engendre pour lui, entre deux grands parents admiratifs devant le fils de leur première fille et une tante gaga de son neveu, sans oublier ceux, un peu plus modestes, de ses parents, il avait de quoi attendre l'évènement. Malheureusement un accident de la route transforma la fête en cauchemars : alors qu'ils revenaient de Naha où ils venaient de faire leurs emplettes pour le lendemain, la voiture des grands parents fut écrasée par une voiture qui tombait du pont sous lequel ils passaient. Ils moururent sur le coup, leurs corps, miraculeusement épargnés par les flammes, les montrèrent souriant, apparemment heureux, sans doute pensaient-ils au lendemain avant de mourir? L'enquête révéla que la voiture responsable était celle d'un mafieux local, victime semble-t-il d'un règlement de compte d'une bande rivale, mais rien ne pu étayer cette piste et l'affaire fut classée faute de preuves.

Malgré son jeune âge, le jeune Chet fut profondément marqué par cette tragédie, et plus jamais il ne voulut fêter son anniversaire, par contre il se jura de combattre ceux qui l'avaient privé de ses grands parents. La jeune sœur de sa mère vint vivre chez eux le temps d'obtenir une bourse d'étude et de partir à Kyoto. Et puis naquit le petit Sean. Certaines mauvaises langues dirent qu'il n'avait pas été désiré, qu'il était là juste pour que Nagisa pense à autre chose qu'à la mort de ses parents, mais la famille Yatori-O'Day faisait bloc pour envoyer paître les médiseurs. Chet s'occupa très tôt de son frère, "pour aider maman" se plaisait-il à dire, sous l'œil amusé de son père et attendri de sa mère. Au début ils durent penser que c'était juste pour s'amuser un peu avec son petit frère, mais ils comprirent vite que le jeune Chet était sérieux. La mort de ses grands parents avait fait murir très vite le jeune Chet, à tel point qu'il passa du statut d'élève médiocre à celui d'élève exemplaire, sautant deux classes pour se retrouver avec son diplôme à 16 ans. Sa mère avait depuis longtemps terminé ses études et trouvé du travail, son père continuait à gravir les échelons de la hiérarchie, aidé par une chance peu commune (en effet, dès qu'il atteignait un grade supérieur, une place se libérait pour lui dans son unité ce qui permit à la famille de rester au Japon), et la famille s'était vue agrandie de deux enfants supplémentaires, des jeunes filles, à la satisfaction du père qui souhaitait avoir des enfants des deux sexes. Pour sa part, Chet partit étudier aux Etats-Unis, la section économique du Campus de Norfolk lui avait offert une bonne bourse, et tous les tracas administratifs avaient été réglés, il s'envola donc pour les USA.

Son adaptation se fit rapidement, il avait appris à parler ses deux langues parentales très tôt et se débrouillait aussi bien en Anglais qu'en Japonais, de plus les américains avaient tellement de "minorités" ethniques que la seule vraie minorité était celle de type "nord américain". Il passa deux ans à étudier, passant tous ses temps libres à la bibliothèque du campus, sortant rarement, si bien que sa vie sentimentale atteignait le zéro absolu. mais cela lui permis d'avoir une fois encore de l'avance sur ses camarades et de sortir deux fois de suite major de sa promotion. Pendant les vacances universitaires, alors qu'il se demandait quoi faire, il passa devant le bureau de recrutement des Marines. Plus par curiosité qu'autre chose, il poussa la porte et entra... pour y revenir une semaine plus tard et signer pour cinq ans. Son entraînement se déroula à Fort Irvin, et très vite il se distingua par son allant et l'influence qu'il avait sur ses jeunes camarades. Il était de plus intelligent, et les Marines aimaient avoir des officiers et sous officiers qui savaient réfléchir et se battre, aussi passa-t-il les épreuves pour devenir officier au bout de deux ans comme sous officier. Il sortit une fois encore major de promotion, et fut cité deux fois pour son engagement dans le corps et les excellents résultats obtenus par ses hommes.

Il arriva au terme de son engagement à 23 ans, et décida de ne pas rempiler, au grand dam de ses instructeurs, mais aussi à celui de ses hommes, dont certains allaient devenir d'excellents officiers. Ce choix fut assez difficile, mais il avait appris, trois ans plus tôt, que ses grands parents avaient légué tout ce qu'ils possédaient à leurs petit fils, ce qui, cumulé à ce qu'il n'avait pas utilisé de sa solde, faisait un fameux pactole, au total, en dollars, on flirtait avec les 10 millions. Chet avait immédiatement commencé à monter une idée qui lui trottait dans la tête depuis ses classes à Fort Irvin : monter une unité armée autonome, qui agirait où et quand cela s'imposait, sans mandats officiels. Mais pour monter une telle unité, il fallait des fonds, et son petit pactole seul ne suffirait pas. Il avait dès lors engagé un ancien de la CIA, Garett Johnson, dit "Trader", un jeune ancien de 39 ans qui avait quitté la section financière après dix ans de bons et loyaux services pour se lancer dans la bourse, où il avait fort bien réussi, avant de se lancer dans le free-lance. Il lui avait demandé d'étudier les moyens de monter une petite entreprise qui serait susceptible de bien marcher avec un minimum de fonds. Rapidement, les choix de Trader s'étaient fixés sur une boîte d'import export, les augmentations des échanges dans le secteur asiatique pourraient permettre de bien juteux profits à ceux qui s'empareraient des marchés.

Aussitôt dit, aussitôt fait, Chet créa, pendant une de ses permissions, l'entreprise ImpEx, remplit tout les papiers nécessaires et laissa à Trader, en qui il avait maintenant pleinement confiance, le soin de gérer la boîte jusqu'à ce qu'il sorte des Marines. Un autre conseiller financier devait le rejoindre un peu avant que Chet ne termine son séjour dans le Corps des Marines, mais son avion se crasha en mer, une catastrophe aérienne de plus causée par un mauvais entretient du matériel. Le siège social de ImpEx avait été installé à Yuukoku, ville du Japon qui, si elle n'était pas Tokyo, avait l'intérêt d'avoir de la place à revendre pour une entreprise comme ImpEx. Ainsi, après deux ans de vie, Trader avait offert à ImpEx un entrepôt à l'aéroport international de Yuukoku, qui venait s'ajouter au siège social, un ancien centre commercial acquis pour une bouchée de pain, remis en état et un peu agrandi pour accueillir les poids lourds de la jeune boîte.

En pratiquant des prix suffisamment bas pour permettre de substantiels bénéfices tout en attirant les clients, Trader permit à la petite entreprise de prospérer rapidement, il la fit aussi entrer en bourse, si bien que lorsque Chet arriva pour reprendre la barre, ImpEx s'était déjà fait une place dans le monde des transports nationaux. Avec l'acquisition du hangar sur l'aéroport international, ils purent commencer à envisager l'international. Mais il était hélas trop tôt pour songer à l'achat d'un ou plusieurs avions, ce qui les aurait invariablement propulsés dans le monde du commerce international.
Chet était un battant, il avait toujours plein d'idées, loin d'être idiotes selon Trader, mais pour l'heure irréalisables.

La première "folie" de Chet consista en l'achat d'un bateau et d'un entrepôt sur le port. Le bateau, un porte container, fut acheté au chantier naval de Yokosuka pour la moitié de son vrai prix, une véritable aubaine, son autre propriétaire s'était désisté la veille du lancement par manque de crédits, et une autre commande nécessitait que le chantier se débarrasse de ce bateau. Il fut baptisé "Freedom", assuré rapidement, peint aux couleurs de l'ImpEx, bleu et blanc, et rapidement armé par un jeune capitaine et un équipage soigneusement sélectionné et pas trop gourmand. Trader faillit faire une attaque lorsque Chet le mit devant le fait accompli, en effet, cet acte pouvait tout aussi bien être une étape vers l'accession des marchés si ça marchait, mais en cas d'échec, ImpEx aurait été coulée en trois mois par le "gouffre à fric" que représentait l'entretient d'un navire de cette taille au vu des bénéfices de l'entreprise et des fonds qui restaient.

Heureusement, de nombreuses entreprises asiatiques, attirées par les prix pratiqués par ImpEx, demandaient si la société comptait s'ouvrir à l'international, la réponse fut un "oui, mais...les livraisons risquent de prendre un peu de temps" ce qui n'empêcha pas le carnet de commande de se remplir rapidement, grâce à une idée de Trader, de réduire de 2.5% les prix par semaine de retard, ce qui lui permis d'avoir une marge assez confortable pour gérer les trajets du Freedom. Six mois plus tard, grâce à un emprunt très intéressant dans une banque Japonaise, un autre bateau se joignait au Freedom, l'Athena, de taille plus modeste, il était en outre plus rapide et servit par un autre jeune équipage, qui s'avéra tout aussi compétant que celui du Freedom, mais aussi, à la grande surprise de Chet, plus rentable. L'arrivée d'un autre conseiller financier, six mois après, coïncida avec la création d'une timide antenne de l'ImpEx dans le port de Naha. Ironie de l'histoire, le premier client de cette antenne fut l'entreprise où la mère de Chet travaillait (c'est d'ailleurs par ce biais que la famille apprit que le jeune homme était devenu homme d'affaire), un contrat juteux s'étalant sur deux ans, concernant l'exportation des produits informatiques issus de cette entreprise (ordinateurs, MP3, disques durs externes ...), et qui permet à Bart, sous la demande de Trader, d'acheter enfin les deux premiers avions de leur future flotte aérienne.

Les affaires tournant bien, l'entreprise engrange rapidement de gros bénéfices, permettant une légère augmentation du salaire des employés, des investissements judicieux, des placements astucieux, et de bonnes cotations en bourse, permettant à Chet de rapidement devenir un homme riche. Pour Chet, le bilan est simple : l'argent de ses grand parents, astucieusement placé et investi, lui a permis, en cinq ans, d'accumuler suffisamment de fonds pour mettre son véritable projet en route, tout en ayant une couverture plus que solide. il se mit rapidement à la recherche d'hommes susceptibles de l'aider, et profita de voyages d'affaires pour l'ImpEx pour faire ses recherches. Il mit un an à rassembler les hommes qui correspondaient au profil recherché, les deux premiers furent Peter Keller, un allemand de la Bundeswehr radié pour insubordination violente, et Louis le Kergeneg, un pilote d'hélicoptère français, radié pour cause de baisse des subventions de l'état, il avait également la formation de vol sur avions et hydravions bimoteurs petits-moyens porteurs. Tous les hommes engagés avaient pour couverture un emploi à l'ImpEx, avec les salaires équivalents, auxquels s'ajoutaient en sous mains les bonus pour les services au sein du groupe de combat, calculés pour que tous aient le même salaire, pas de jaloux, pas de prises de tête.

Avant de se lancer dans l'aventure, il fallait un nom et un insigne à leur petit groupe. Chet avait lu une bande dessinée d'un auteur franco-Belge, Jean Van Hamme, intitulée "SPADS", dans laquelle le héros, en quête de son passé, se faisait passer pour un membre d'une unité d'élite au sein même de cette unité. Le symbole de cette unité était une chauve souris rouge sur un rond blanc, le tout sur fond noir. Chet décida de copier cette idée, et fit de son unité les SPADS, avec le petit insigne en prime. Les armes arrivèrent elles aussi, des armes communes, faciles à trouver, comme d'autres un peu plus dures, qui furent entreposées dans le hangar de l'aéroport international en attendant de trouver un meilleur endroit pour les entreposer. La solution vint des sous sols inutilisés du siège social d'ImpEx. Agrandis aux frais du jeune homme, à l'insu de tout le monde, ils accueillirent bientôt les armes, dans la portion inconnue des employés. Savamment insonorisés, les SPADS pouvaient s'y entraîner à loisir, et faire tous leurs exercices de tirs. Dans le même temps, Chet fit l'achat d'un jet privé, pour permettre à Louis d'être définitivement incorporé à l'ImpEx, et également d'un Ilyushin Il-114, bimoteur de production Russe récente, modifié selon les besoins des SPADS, cabine principale pour une cinquantaine d'hommes, plus armes et munitions, pouvant atterrir et décoller rapidement d'à peu près n'importe quel terrain.

Leur premier coup d'essais eut lieu en Colombie, contre les cartels de la drogue. Une mission qui fut rapidement organisée, l'avion modifié se posa sur une des pistes clandestines du cartel visé, les hommes en descendirent, capturèrent les hommes qui se rendaient, tuèrent les autres et détruisirent l'équivalent de 10 millions de dollars de cocaïne, ainsi que les champs de coca, avant de repartir avec leurs prisonniers, qu'ils parachutèrent au dessus de l'aéroport de la première ville, avec les compliments des SPADS. Ils se posèrent ensuite au Costa-Rica, firent le plein et rentrèrent au Japon par la même route que par laquelle ils étaient venus, avec les mêmes pauses ravitaillement.

On entendit ensuite parler des SPADS en Somalie, contre les pirates, dans les Philippines et en mer de chine du sud, encore contre les pirates, en Amérique centrale et du sud contre les cartels de la drogue, quelques coups de mains perpétrés contre des cellules terroristes supposées, et avérées vraies, des actions en Afrique contre certaines guérillas... en bref, partout où l'action d'un gouvernement était compliquée, diplomatiquement, politiquement ou physiquement, mais néanmoins nécessaire, les SPADS arrivaient...

Bien sûr, ces mouvements ne passèrent pas inaperçus au siège social : comme par hasard, le patron et les mêmes employés étaient absents, toujours en même temps, et comme par hasard, dans ces mêmes périodes, les SPADS faisaient parler d'eux. Les conseillers financiers Bart et Trader, ainsi que les quelques employés qui avaient compris, firent discrètement savoir à Chet qu'ils étaient au courant, et surtout, plus important pour le jeune homme, qu'ils le soutenaient...

Et un beau jour, ils furent contactés par une organisation internationale, une demande de protection officieuse, avec grand dangers de combats. Ils acceptèrent et menèrent à bien la mission, au prix de deux morts parmi leurs membres, ce n'était certes pas les premières, mais ce fut les premiers morts à bénéficier de funérailles avec les honneurs militaires dans leurs pays. Puis d'autres organisations firent appels à eux, à tel point que les SPADS se retrouvèrent sous mandat officieux de l'OTAN pour certains secteurs d'action, de l'ONU sur d'autre... une formation paramilitaire reconnue officieusement par de grandes organisations internationales comme une alliée, mais officiellement désavouée...



Autre : - Chet a une peur bleue des araignées
- Il a une passion pour les félins en général ( il a trois chats chez lui) et les panthères noires en particulier (ses trois chats sont noirs ^^)
- Très doué avec les lames, qu'elles soient moyennes ou longues, excellent lanceur de dagues, Il est un excellent escrimeur, sport qu'il pratiquait quand il était dans les Marines. Par contre ne lui donnez pas de couteau avec une lame inférieure à six centimètres... il est tellement maladroit avec de si petites lames que ses mains se transforment rapidement en véritable champ de bataille... il cuisine toujours avec son couteau de combat...
- Excellent tireur, ses armes de prédilection pour le tir sont : Dogarev (fusil de précision soviétique), MP5, M 90, M 16 et son fidèle Sig Sauer de 9 mm.
- Avis aux demoiselles, Chet cherche à fonder une famille ^^
- Il aime les vieilles voitures et est l'heureux possesseur d'une Triumph 8c Dolomite de 1938 re-motorisée (pour consommer moins et faire moins de bruits) sur laquelle il a apporté encore d'autres modifications (auto radio CD-MP3 entre autre)
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Votre Cher Admin
Admin pointilleux
avatar

Nombre de messages : 837
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: Chester Yatori, commandant des SPADS   Lun 10 Sep - 15:16

Bon retour parmi nous !

Comme pour ta première présentation, tout est bon !

Ta fiche est validée.

[Je verrouille le sujet.]

_________________
~¤~ Je te surveille Invité... Je surveille tout le monde... ~¤~ [ Ça fait peur, ne ? ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-city.nightforum.net
 
Chester Yatori, commandant des SPADS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passage du Lt Géneral Ken Keen, commandant Sud Américain le mois passé
» tombe du commandant PARQUIN à Doullens (SOMME)
» NOUVEAU COMMANDANT DE LA FORCE DE LA MINUSTAH
» Alterion Elendrille - Commandant des armées de l'Est
» Le sous-commandant Darcos passe à l’attaque

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Hors RP :: Présentations-
Sauter vers: