Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Journée ordinaire...ou pas.[Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Atsuhito Hate
"Police is watching you."
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 21
Age : 28 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Hétérosexuel
Métier : Commissaire de la Brigade Criminelle
Petit(e) Ami(e) : Personne, mais a bien quelques idées...
Date d'inscription : 13/09/2012

MessageSujet: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   Ven 14 Sep - 15:29


Pas d'affaires, rien d'intéressant à se mettre sous la dent. Ca dure depuis trop longtemps, j'ai besoin d'un peu d'action, ne serait-ce que pour quelques heures. Juste passer un agréable moment. Et quoi de mieux, pour ça, qu'une boîte de nuit à la mode où je pourrais danser pendant des heures au son d'une musique de sauvages au volume sonore bien trop élevé ? Rien. De toute façon, je serais prêt à tout pour quitter le terne de ce commissariat où il ne se passe jamais rien. Saisissant mon fidèle pardessus en cuir qui ne me quitte jamais, je me décolle de ma chaise péniblement et sort dehors, où il fait nuit, où presque rien ne bouge à part quelques chiens errants. Tout est silencieux, on n'entend que le bruit du vent dans les arbres et celui des voitures qui défilent sur la route en face. Je fais quelques pas sur l'allée, allume une cigarette, remonte mon col. Il fait froid. Ma voiture est garée juste à quelques mètres de là, mais la boîte n'est pas si loin et je décide d'y aller à pied. En plus, c'est bon pour la santé. La discothèque était à quelques rues à peine du commissariat, dans un quartier vraiment plus animé qui l'était même plus qu'en journée. Le bâtiment est facilement reconnaissable, c'est le seul dont on peut le répérer à l'oreille. J'entre. Ca sent ici la bonne humeur, la fête mais aussi l'alcool et d'autres substances nettement moins légales. Bon, je ne suis pas en service, je ne vais pas en plus m'abaisser à arrêter de simples consommateurs, ce n'est pas mon boulot. Oui, je sais, je n'ai que ce mot-là à la bouche ! Ca suffit ! J'ai besoin de penser un peu à moi-même et à me détendre. Je me faufile jusqu'au bar, croisant certaines personnes qui titubaient un peu, et pas seulement à cause de l'alcool. Un petit sourire bien involontaire se dessine sur mon visage. S'il y avait un trafic de drogues dans le quartier, ça ne me surprendrait pas. Tout en me promettant d'en parler à la brigade des stups', je m'accoude au bar et demande un cocktail. Deux charmantes jeunes femmes viennent se coller à moi, sûrement pas juste pour se faire payer à boire. Des prostituées en service, cette boîte de nuit n'est pourtant pas un lupanar. Les deux filles grimaçent un peu en voyant la carte de police que je leur colle sous le nez, puis s'éloignent. Je n'aurais peut être pas dû faire ça. Aux alentours, des petits consommateurs semblent m'avoir repéré. Je suis comme dans la gueule du loup. Et pourquoi ais-je laissé mon arme dans mon bureau au commissarait ? Pourtant, je n'ai rien d'hostile, mais ces drogués pensent sûrement que je viens les arrêter pour trafic. Ou pas. Je n'en sais rien et je m'en fiche. Soudain, quelqu'un fend la foule et s'écrie :
- Laissez-le tranquille ! Il n'est pas là pour vous arrêter et en plus il ne fait partie des stups' !


Dernière édition par Atsuhito Hate le Mer 26 Sep - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chester Yatori

avatar

Nombre de messages : 46
Age : 30
Age : 28 ans
Sexe : masculin
Sexualité : hétérosexuel
Métier : officiellement PDG de l'ImpEx, officieusement commandant des SPADS.
Petit(e) Ami(e) : aucune, pour le moment...
Date d'inscription : 09/09/2012

MessageSujet: Re: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   Ven 14 Sep - 17:11

La journée de travail était bien finie maintenant. Du moins en ce qui concernait l'aspect officiel, officieusement, elle ne faisait que commencer. Chester, en ayant fini avec les tracas de la journée, avait endossé l'habit du chef des SPADS au moment où il avait fait tomber la veste de jeune PDG pour endosser une tenue plus décontractée. Quelques uns des indics du groupe de mercenaires leur avaient annoncé la création d'un réseau de trafic de drogue indépendant. Pour l'instant, les pontes locaux de la drogue ne semblaient pas être au courant, ou peut être tout simplement n'étaient-ils pas inquiets ? Toujours est-il que cela offrait aux SPADS l'opportunité de frapper sans trop de casse, et pourquoi pas, de mettre fin aux agissements de ce groupe.

Deux leaders avaient été localisés, et ils venaient se retrouver régulièrement dans cette boîte de nuit. Ce qui sidérait l'ancien Marines, c'était que les deux hommes ne se dissimulaient même pas, un peu comme s'ils voulaient être vu par les grands pontes. Que voulaient-ils ? Faire partie de l'affaire ? Montrer aux autres qu'ils n'avaient pas peur d'eux ? Peut être étaient-ils tout simplement stupides ? Toujours est-il que Chet et cinq de ses hommes se trouvaient à l'entrée de la boîte ce soir là, dix se tenaient prêts à intervenir dans une camionnette non loin de là, les autres se tenaient prêts à sauter dans leurs véhicules pour servir de renforts si besoin était. Les cinq infiltrés étaient équipés d'émetteurs récepteurs qui avaient été pris pour des MP3, et tout les SPADS pouvaient entendre les conversations.

Les cinq hommes entrèrent séparément dans le night club et se mêlèrent aux fêtards. Il y avait toute sortes d'épaves ce soir là, alcool, drogue et abus d'autre chose se traînaient sur la piste de dance, à la recherche de leurs vices respectifs, faisant s'écarter ceux qui étaient encore plus ou moins net. Privilège du chef, Chester n'avait pas à danser, il s'était arrogé le poste proche du bar. En général c'était autour de ce point stratégique qu'on recueillait le plus d'informations, bonnes ou mauvais, le reste était une question d'interprétation et de tri. Et l'attente commença. Entre deux tours sur la piste, les hommes de Chester se dispersaient pour couvrir le plus d'espace possible. Pour tuer le temps, certains se faisaient des petites blagues ou pensaient pratique.

-Observateur 2 pour 1, si tu as envie évite les toilettes, c'est complet !
- Copy, j'ai pas assez bu pour ça de toute façon.
- 4 pour tous, targets in place !
- Copy 4, surveille moi ça !

Chet se rapprocha du bar, le verre vide à la main avec la ferme intention de le remplir. Il aperçu du coin de l'oeil un homme qui se frayait un chemin jusqu'au bar, n'y prêtant plus attention jusqu'à ce que son verre soit de nouveau plein. Le Whisky servi ici ne valait pas celui qu'il pouvait boire chez lui ou dans son bureau, mais avec un bon cube de glaçon, il se laissait boire. Tout en trempant ses lèvres dans le breuvage ambré, il tourna la tête vers l'homme qui venait juste de s'accouder au bar. Immédiatement encadré par deux prostituées, qui elles aussi traînaient du côté du bar. Ce qui fit fuir les deux jeunes femmes glaça le commandant des SPADS. Une plaque, un flic !

* Et Merde !!*
- 1 à tous, profil bas les gars, un flic de la crim est dans la place !
- Chier !!
- 3 pour 1, On fait quoi ?

- On continue ! Tant qu'on est pas repéré, on continue !
- On risque d'entrer dans leur juridiction tu sais ?
- On va surtout faire ce dont ils sont incapable, alors vous posez pas de question, je surveille le lascar ! QAP pour tout le monde !
- Copy !

Chester commença à surveiller le flic. L'apparition de la plaque avait concentré sur lui toute l'attention de personne les moins recommandables du coin, et Chester n'aimait pas ça. Bien que la présence du policier ne lui convienne pas, il se croyait du côté de la justice, il se voyait comme son bras armé. Idéaliste ? Non ! Réaliste d'un certain côté. Seulement il n'avait rien pour se battre, rien d'autre que son expérience du combat, et ses poings. La mission ne serait sans doute pas de tout repos...

- Laissez-le tranquille ! Il n'est pas là pour vous arrêter et en plus il ne fait partie des stups' !

Allons bon, qu'est-ce que c'était encore que cela ? Chester tourna un oeil vers le nouveau venu...

_________________
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


- Simple as SPADS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsuhito Hate
"Police is watching you."
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 21
Age : 28 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Hétérosexuel
Métier : Commissaire de la Brigade Criminelle
Petit(e) Ami(e) : Personne, mais a bien quelques idées...
Date d'inscription : 13/09/2012

MessageSujet: Re: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   Lun 17 Sep - 11:27

Qui avait dit ça ? Un silence pesant commence à s'installer. Merde ! Tout est de ma faute, j'ai agi comme un véritable amateur que je ne suis plus, mince ! Tout en ayant l'impression d'être surveillé, une impression qui me gêne même si je sais qu'elle n'est pas menaçante, je jette un oeil au nouveau venu. C'était un petit mec malingre, un blondinet, cette fois-là complètement défoncé que j'avais déjà croisé au commissariat. Il avait poignardé une petite vieille en pleine rue mais on avait fini par le libérer à cause d'un pauvre flic incompétent. Malgré moi, je souris. Je le retrouvait déjà ! Et cette fois, il est en plus impliqué dans une affaire de drogue...
Je m'approche lentement du mec. Ca sent la rixe. Bon, il fait une tête de moins que moi, mais il n'a franchement pas l'air d'être un bisounours. Mais il ne se laisse pas démonter par mon intimidation, et lance :
- Mais c'est qu'il doit sacrément con pour s'aventurer ainsi seul et désarmé dans notre zone, hein, les mecs ?

Il s'était adressé à cinq de ses acolytes qui formaient un cercle autour de nous. L'un d'eux avait sorti un couteau. La situation serait effrayant pour n'importe qui, mais je reste calme. Comme d'habitude. C'est ça qu'ils voudraient, que je pisse dans mon froc de peur, que j'essaie de m'enfuir. Tendis que cherche une quelconque arme dans les poches de mon pantalon, je réponds :
- Tranquille, les gars ! Je ne suis pas en service, et comme l'a dit votre ami aux cheveux décolorés je ne fait pas partie des stups' ! Mais ils seraient content de voir, je crois qu'il y a parmi vous quelques mecs qu'ils ont toujours essayé de choper.
- Et si on te tue ? Tu crois que tu pourras de nous à tes collègues de la stup' ?

Hum, maintenant que j'y pense, c'est vrai qu'ils n'ont pas l'air résolus à me laisser partir. Si seulement il y avait des collègues flics ou quelque chose dans ce genre ici ! Mais non, je suis bête, ils seraient déjà intervenus, et aucun d'eux ne se fondrait dans la foule sans intervenir. Les services secrets, ce n'est pas nous. De toutes façons, tout le monde sait que ceux-ci ne valent rien. Bon sang, comment vais-je m'en sortir cette fois ? Le blondinet a sorti un flingue. Ils devraient renvoyer leurs videurs, les proprios de la boîte, comment ont-ils fait pour rater un flingue comme ça. Autour de moi, la foule a repris ses activités habituelles et ne s'occupe plus de nous. Tant mieux. Sauf un mec au bar qui me paraît louche. Et puis il me rappelle quelqu'un, un homme d'affaires ou je ne sais plus quoi. Je trouve enfin ce que je cherchais dans ma poche. Un canif ! Non, sérieusement, ca peut devenir une arme entre les mains d'un professionnel. Le blond n'a même pas le temps de voir la lame passer devant lui qu'il l'a déjà sous la gorge. Merde ! Pourquoi ais-je fait ça ?! Je risque de me retrouver au commissariat, à l'interrogatoire, mais de l'autre côté de la vitre sans tain. Le blond, pour se défendre et sans doute aussi par peur, réussit à brandir son arme et il tire. Dans le plafond, mais cela suffit pour créer la panique. Quelques personnes se mettent à hurler, la musique s'arrête, mais il y a du mouvement derrière moi. Le blondinet réussit à se libérer de ma prise, et tente de me tirer dessus. Heuresement que je maîtrise le karaté ! D'un coup de pied, j'envoie valdinguer en l'air son arme qui atterit finalement derrière le bar. Ok, le voyou est désarmé, mais maintenant, je fais quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chester Yatori

avatar

Nombre de messages : 46
Age : 30
Age : 28 ans
Sexe : masculin
Sexualité : hétérosexuel
Métier : officiellement PDG de l'ImpEx, officieusement commandant des SPADS.
Petit(e) Ami(e) : aucune, pour le moment...
Date d'inscription : 09/09/2012

MessageSujet: Re: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   Lun 17 Sep - 20:55

Chet aperçu une asperge aux cheveux d'un blond délavé se rapprocher du flic. Qu'ils se connaissent ne laissait rien présager de bon, l'apparition dégingandée semblait faire partie du genre de ceux qui n'aiment pas avoir tort, et pour qui se faire un flic de temps en temps passait pour une sorte de trip bonus. Chet, machinalement laissa traîner sa main à hauteur d'aisselle, mais il ne rencontra que le vide. Son feu était resté dans la camionnette. Avec anxiété, Chester surveillait le flic. Il le voyait s'approcher lentement du blondinet.

*Quel con !*

- 3 pour un, on fait quoi ? Ça sent la baston chef !
- 1 à tous, ne vous occupez pas du condé, focus on targets ils sont plus importants. Louis, Peter, attendez mes ordres, le reste de la camionnette suivez les ordres de 3. Copy ?
- Copy !!

De fait, la mission ne s’annonçait pas de tout repos. Chet n'avait aucune envie de se brûler, surtout alors qu'il était sur un coup magistral, mais il n'avait pas envie d'assister au lynchage d'un flic en simple spectateur.

- Mais c'est qu'il doit sacrément con pour s'aventurer ainsi seul et désarmé dans notre zone, hein, les mecs ?

Cinq. Ils étaient cinq. Le pire avait été évité. Lui aurait pu s'en débarrasser facilement, l'entrainement au close combat était au moins aussi important que le reste chez les SPADS, et avant ça, chez les Marines. Mais un flic le pourrait-il ?

- Tranquille, les gars ! Je ne suis pas en service, et comme l'a dit votre ami aux cheveux décolorés je ne fait pas partie des stups' ! Mais ils seraient content de voir, je crois qu'il y a parmi vous quelques mecs qu'ils ont toujours essayé de choper.

*Nooooooon !! Réfléchir avant d'ouvrir ton bec ça t'arrive des fois ? *

Chester écrasa sa main gauche sur son visage. Ce flic n'avait aucune idée de ce que bon sens signifiait visiblement.

- Et si on te tue ? Tu crois que tu pourras de nous à tes collègues de la stup' ?

*Bah voilà...*

D'un geste fataliste, Chet reposa son verre avec Whisky-glaçons. Il se leva lentement pour aller prêter main forte au flic, mais avant qu'il n'ai pu le rejoindre, un coup de feu avait éclaté. La musique s'arrêta d'un coup et les cris la remplacèrent. Un début de panique.

- Merde, ils se tirent !!
- Suivez les coûte que coûte !!

Chet vit le flic, un canif en main, tenir tête aux gugusses. Il se démerdait pas trop mal pour un condé, il réussi à faire voler l'arme à feu. Chet sauta à sa suite et s'en empara. Il fut un peu déçu de constater que l'arme n'était rien d'autre qu'un Berreta Artic, un flingue à la limite du perce oreille. Avec une moue, Chet mis la sécurité en place et sauta de l'autre côté du bar pour voir où en était la situation. Statut Quo visiblement, les petites frappes étaient en supériorité numérique mais aucune d'entre elle n'avait envie de tester la lame du canif du flic. Plutôt bon ça. Par contre mieux valait ne pas se retourner, ils étaient le genre à aimer frapper par derrière. Le jeune PDG fini par sortir le flingue, défit la sécurité et arma le flingue. Il mis les petites frappes en joue. De là où il était, il pouvait tous les avoir avant qu'ils ne se soient planqués.

- Louis, Peter, intervenez, en silence !
- On est déjà en place, à trois heures !

Chet se retourna pour voir les silhouettes sombres de Peter et Louis, Cagoulés, équipés d'un gilet pare balle et d'un P-90, se tenant dans un recoin sombre de la pièce.

- J'avais dit d'attendre les ordres !!
- Ben désolé mais le coup de feu nous a fait réagir
- Pas grave...

Chet se redressa, les petites frappes toujours en joue.

- Messieurs, désolé de vous interrompre dans votre contemplation, mais je vous invite à retourner votre attention sur moi...

Il vit plusieurs regards, dont celui du flic, se tourner vers lui.

- Je sais que je n'ai pas l'air terrible avec ce petit perce oreilles, mais je vous assure que là d'où je suis, manquer un seul d'entre vous est impossible... et si toute fois l'envie vous prenait de vouloir vous entre-tuer tout de même, je vous invite à regarder par là bas... eux seront sans doute plus convainquant que moi...

Chester, d'un mouvement de tête, désigna l'endroit où Peter et Louis se tenaient toujours dans l'ombre, mais les canons luisants de leurs armes, pointées sur les jeunes drogués, aurait convaincu n'importe quel Yakuza que la partie était perdue. Maintenant s'ils voulaient jouer, il y allait y avoir de la viande froide...

_________________
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


- Simple as SPADS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsuhito Hate
"Police is watching you."
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 21
Age : 28 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Hétérosexuel
Métier : Commissaire de la Brigade Criminelle
Petit(e) Ami(e) : Personne, mais a bien quelques idées...
Date d'inscription : 13/09/2012

MessageSujet: Re: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   Mar 18 Sep - 14:40

- Messieurs, désolé de vous interrompre dans votre contemplation, mais je vous invite à retourner votre attention sur moi...
Je m'arrêtai aussitôt. Quelque chose, ou plutôt quelqu'un avait fait s'arrêter le groupe de truands. Et ce n'était pas seulement à cause de mon canif et de mon air revêche (même si cela ne m'aurait pas déplu que cela se passe ainsi). Autour de nous, peu à peu, différents hommes plus ou moins lourdemment armés étaient apparus. Merde, qu'est-ce que c'était que ça ? Des hommes du Naicho (services secrets)? Des spécialistes des opérations sous couverture ? Oh, et puis je m'en fout après tout. Peu importe qui ils soient, je sens qu'ils ne sont pas une menace. Je me tournai vers l'un des d'eux qui se tenait pas très loin de moi, et qui avait dans les mains un pauvre flingue qui pouvait tout de même faire peur, entre les mains d'un pro. Ce qui semblait bien sûr être le cas, car, mis en joue par le type, mes opposants avaient étrangemment cessé tout mouvement.
- Je sais que je n'ai pas l'air terrible avec ce petit perce oreilles, mais je vous assure que là d'où je suis, manquer un seul d'entre vous est impossible... et si toute fois l'envie vous prenait de vouloir vous entre-tuer tout de même, je vous invite à regarder par là bas... eux seront sans doute plus convainquant que moi...
Le type tourna la tête vers un coin sombre où l'on voyait dépasser le canon brillant de deux armes loin d'être innofensives. Des P90, d'après ce que je pouvais voir d'ici et grâce à mes connaissances, le genre de pistolet mitrailleur qui vous transforme en passoire n'importe qui. Ce qui serait évidemment judicieux d'éviter. Le groupe de délinquants shootés semblaient ne pas vouloir intervenir, et ils avaient bien raison ; ces mecs armés ne plaisantaient pas. Je ne pus m'empêcher de répliquer, ce qui pourrait paraître inconscient et stupide :
-Bon, vous constatez que vous n'êtes plus en supériorité ni numérique ni en termes de puissance. Alors vous allez poser vos armes doucement par terre, Ok ?
J'avais sûrement l'air débile de débiter cette phrase un peu trop cinématographique avec un simple canif bon marché en guise d'armes, mais je marrais bien intérieurement. Allez savoir pourquoi, car si la situation s'est retournée en ma faveur grâce à ces types armés, la situation n'a vraiment rien de comique. Alors que je pensais celle-ci à peu près maîtrisée, j'entends alors un mec du groupe, un ami du blondinet, crier, tout en se précipitant vers la sortie :
- Vous ne m'aurez jamais, bande de connards!
Il essaya donc de s'enfuir mais se retrouva bloqué par deux types qui, apparemment, étaient de mèche avec ceux aux P90. Tout ça était bien organisé, et à mon avis je me trouvais au mauvais moment sur le lieu d'une de leurs opérations. Histoire de faire bonne figure, je ramasse l'un des pauvres Beretta laissés au sol et je mets en joue le blondinet, celui qui me paraissait le plus dangereux. Les deux types s'approchèrent de moi, sûrement pour me parler de je ne sais pas quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chester Yatori

avatar

Nombre de messages : 46
Age : 30
Age : 28 ans
Sexe : masculin
Sexualité : hétérosexuel
Métier : officiellement PDG de l'ImpEx, officieusement commandant des SPADS.
Petit(e) Ami(e) : aucune, pour le moment...
Date d'inscription : 09/09/2012

MessageSujet: Re: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   Lun 24 Sep - 12:07

Chester ne su pas si son intervention avait rassuré le flic, mais en tout cas elle avait du grandement le soulager. Alors que les camés observaient les canons pointés sur eux avec la tête d'un poulet devant la formules développée de la théorie de la relativité, Le représentant des forces de l'ordre lança, comme si cette apparition était de son fait :

-Bon, vous constatez que vous n'êtes plus en supériorité ni numérique ni en termes de puissance. Alors vous allez poser vos armes doucement par terre, Ok ?

Deux d'entre eux laissèrent tomber leur artillerie et mirent les mains sur la tête. Chester, toujours derrière sa table, attendait que les autres en face autant. Visiblement le condé semblait s'amuser du brusque retournement de situation en sa faveur. Au même moment il entendit respectivement dans son oreillette et d'un des shootés :

- 2 et 4 de retour, porte de derrière !
- Vous ne m'aurez jamais, bande de connards!

Le camé ayant proféré cette déclaration se précipita droit dans les bras des deux membres des SPADS revenant de leur filature. Les deux soldats le plaquèrent au sol sans retenue et le maintinrent ainsi d'une clé de bras douloureuse au vu de la tête du jeune homme, une moitié aplatie sur le sol, l'autre grimaçante. Le flic, sans doute pour se donner une contenance, se saisi d'un des jouets des camés et mis le blondinet en joue. Chester enjoignit à Louis de menotter leurs prises de la journée, pendant que Peter les tenait en joue. Chet avait confiance, Peter était un excellent tireur et Louis n'était pas du genre "gentil otage bien sage", à eux deux ils pouvaient rendre la vie des camés infernale, durant les quelques secondes qu'elle durerait encore si l'un d'eux avait la mauvaise idée de tenter quoi que ce soit.

Chet, voyant la situation sous contrôle se dirigea vers le condé, rapidement rejoint par 2. Il s'enquit de l’absence de 3 et apprit qu'il était le seul a avoir réussi à garder le contact visuel sans se faire repérer, donc du coup, il était le seul en charge de la suite de la mission.

- J'espère qu'on réussira notre coup quand même... il est plus que temps de leur prouver qu'on ne s'intéresse pas qu'à leurs collègues sud américains à ses enfoirés de yakuza !

Tout en discutant, ils s'étaient approché du policier, qui observait maintenant le blond se faire menotter. D'un mouvement de la tête, il congédia 2 et tendit la main au condé. L'espace d'un instant, il songea à mentir, mais il avait agit sans camouflage, il se doutait bien que le flic saurait tôt au tard qui il était vraiment... autant jouer cartes sur table, peut être pourrait-il se faire de cet officier de police un allié ?

- Chester Yatori, PDG de l'ImpEx, et, je supposes que vous l'avez deviné, je suis également le commandant de ces hommes. Vous nous connaissez surement, notre nom commence à être prononcé un peu partout, nous sommes les SPADS.

D'un regard, il désigna les cames, tous sagement agenouillés et regroupés sous la menace des P-90 de Peter et Louis, ainsi que de leurs propres armes retournées contre eux.

- Peut être faudrait-il contacter vous collègues des stups et vos hommes... voie de fait sur un officier de police, avec témoins, n'est-ce pas du domaine de juridiction de la crim ? Mais avant que vous ne fassiez ça, j'aimerai que vous compreniez que votre discrétion quand à notre rencontre est primordiale. Très peu de personnes savent pour les SPADS, l'ImpEx et moi même, et nous tenons à ce que cet état de fait perdure... Je ne vous ferait pas l'affront de vous proposer de l'argent en l'échange de votre silence, néanmoins je suis près à écouter vos propositions en échange de ce dernier.

_________________
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


- Simple as SPADS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsuhito Hate
"Police is watching you."
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 21
Age : 28 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Hétérosexuel
Métier : Commissaire de la Brigade Criminelle
Petit(e) Ami(e) : Personne, mais a bien quelques idées...
Date d'inscription : 13/09/2012

MessageSujet: Re: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   Lun 24 Sep - 15:27

- Chester Yatori, PDG de l'ImpEx, et, je supposes que vous l'avez deviné, je suis également le commandant de ces hommes. Vous nous connaissez surement, notre nom commence à être prononcé un peu partout, nous sommes les SPADS.
Les SPADS ! Voilà le nom dont je n'arrivais pas à me souvenir ! Une sorte de groupe de mercenaires dont tout le monde parle mais dont personne n'a jamais vraiment vu le pouvoir ni la puissance. Enfin, maintenant, c'est fait. En même temps qu'un bon coup dans mon amour-propre. Je me suis vraiment fait avoir et comporté comme un bleu, un agent de police débutant qui n'aurait jamais eu l'occasion de faire ses armes. Pourtant, je suis commissaire, merde ! Je suis ridiculisé à cause de ces types qui n'ont pas non plus l'air de vrais gentils !
Leur chef jeta un regard condescendant aux camés encore en joue par les deux P-90, et reprit :
- Peut être faudrait-il contacter vous collègues des stups et vos hommes... voie de fait sur un officier de police, avec témoins, n'est-ce pas du domaine de juridiction de la crim ? Mais avant que vous ne fassiez ça, j'aimerai que vous compreniez que votre discrétion quand à notre rencontre est primordiale. Très peu de personnes savent pour les SPADS, l'ImpEx et moi même, et nous tenons à ce que cet état de fait perdure... Je ne vous ferait pas l'affront de vous proposer de l'argent en l'échange de votre silence, néanmoins je suis près à écouter vos propositions en échange de ce dernier.
Je ne répondit pas tout de suite, réfléchissant à tout ce que cela pourra me rapporter à moi, à la brigade, à la ville et à eux. Pas en termes de profits, bien entendu, un flic est incorruptible (enfin, pour la plupart), mais en termes d'impact. Je veux dire, faire appel à ces mercenaires pour une mission un peu délicate pour nous, la police, serait bénéfique. A l'inverse, nous, pourrions intervenir là où ils ne peuvent pas. C'est gagnant-gagnant.
- Je pense savoir quoi faire. Vu que je suis commissaire, je dispose d'une certaine autorité et l'accès complet à toutes les bases de données. Je pourrais vous faire parvenir des informations sur des personnes, etc... Sans compter que votre, comment dire, groupe pourrait agir en tendem avec mes équipes, sans qu'ils ne le sachent vraiment, bien sûr... Je garderais votre secret.
Voilà. C'est dit. Les SPADS peuvent être utiles à la Police autant que la Police peut être utile aux SPADS, et ensemble nous serions presque invincibles. La force des SPADS unie à la puissance de la Police, et aucun criminel ne pourrait nous stopper. Du moins, je l'espère. Nous n'en sommes pas encore là. En attendant, je fis mon devoir et sortit mon téléphone pour contacter le chef de la brigade des stups', que je connaissais bien et se rendait toujours disponible. Puis je me résignai. Je ferais plutôt mieux d'appeller mes hommes, ils contacteraient eux-mêmes la brigade des stups' si besoin. En attendant, je me tournai vers Chester :
- La crim' va venir ici. Vous risquez de vous faire repérer, non ? Qu'allez-vous faire ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chester Yatori

avatar

Nombre de messages : 46
Age : 30
Age : 28 ans
Sexe : masculin
Sexualité : hétérosexuel
Métier : officiellement PDG de l'ImpEx, officieusement commandant des SPADS.
Petit(e) Ami(e) : aucune, pour le moment...
Date d'inscription : 09/09/2012

MessageSujet: Re: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   Mar 25 Sep - 19:52

Le représentant des forces de l'ordre ne répondit pas tout de suite. Chester fut soulagé d'un côté, car s'il prenait autant de temps pour répondre, c'était qu'il devait peser le pour et le contre de cette tentative de corruption, appelons les choses telles qu'elles étaient. Il avait donc une conscience et semblait prendre son travail à coeur. Bon point pour lui.

- Je pense savoir quoi faire. Vu que je suis commissaire, je dispose d'une certaine autorité et l'accès complet à toutes les bases de données. Je pourrais vous faire parvenir des informations sur des personnes, etc... Sans compter que votre, comment dire, groupe pourrait agir en tendem avec mes équipes, sans qu'ils ne le sachent vraiment, bien sûr... Je garderais votre secret.

Chester se retint à grand peine de lever un poing au ciel pour marquer sa joie. Il venait de faire un très gros coup, il venait de s'allier avec la Police et son contact était le commissaire de la crim. Il venait également de donner accès à son groupe aux bases de données de la police, qui étaient sans doute mieux fournies qu'on le pensait. Il venait aussi sans doute de légitimer son groupe aux yeux d'un des représentants de la loi. Très bonne soirée en soi.

- La crim' va venir ici. Vous risquez de vous faire repérer, non ? Qu'allez-vous faire ?

Chet fut ramené sur Terre par cette remarque. Evidemment, faire rester ses hommes armés ici serait préjudiciable. Ceci dit, deux d'entre eux n'étaient pas cagoulés et Peter et Louis n'apparaissaient pas dans le champ des caméras de surveillances, dont les emplacements et l'amplitude de balayage avaient été étudiés avant de commencer la mission...

- Je vais rester avec vous, après tout mes hommes et moi sommes des témoins, et faisons sans doute partie des rares personnes à même de vouloir témoigner. Je vais tout de même renvoyer les deux cagoulés.

Il joignit le geste à la parole et fit signe à Peter et Louis de rentrer. Ils étaient assez nombreux pour tenir les camés, qui étaient de toute manière entravés.

- Ça peut servir comme un coup de pub en plus : imaginez, un jeune PDG, ex Marines, en vadrouille avec deux de ses employés, eux aussi anciens soldats, aide un commissaire à arrêter quelques petites frappes.

Chet regarda le policier avec un sourire en coin. En fait, il était à moitié sérieux en parlant du coup de pub qu'une telle nouvelle pourrait déclencher. Un essaim de journalistes ne tarderait pas à envahir les lieux, et immanquablement les vidéos montreraient Chet mettre en joue les drogués, l'associant de fait au petit coup de filet orchestré ce soir.

- Je vous transmettrais les coordonnées où me joindre pour les affaires concernant les SPADS, et il nous faudra nous retrouver prochainement pour discuter plus avant des conditions de notre alliance.

Chester regretta d'un coup de ne pas avoir constamment sur lui une carte de visite des SPADS, mais ceci aurait été trop téméraire de sa part...

- Je me réjouis d'avance de travailler avec vous, Commissaire.

_________________
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


- Simple as SPADS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsuhito Hate
"Police is watching you."
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 21
Age : 28 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Hétérosexuel
Métier : Commissaire de la Brigade Criminelle
Petit(e) Ami(e) : Personne, mais a bien quelques idées...
Date d'inscription : 13/09/2012

MessageSujet: Re: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   Mer 26 Sep - 7:50

- Ça peut servir comme un coup de pub en plus : imaginez, un jeune PDG, ex Marines, en vadrouille avec deux de ses employés, eux aussi anciens soldats, aide un commissaire à arrêter quelques petites frappes.
Chester avait l'air assez content de lui-même et de ses troupes, et c'était un contentement bien légitime ! Un peu de médiatisation ne ferait de mal à personne, à commencer par moi-même, qui me retrouve malgré moi impliqué dans cette histoire alors que je venais juste en civil passer une soirée tranquille ! Mais après tout, qui tiendrait compte des détails ? A part moi ? Chester redevint soudain sérieux en reprenant la parole :
- Je vous transmettrais les coordonnées où me joindre pour les affaires concernant les SPADS, et il nous faudra nous retrouver prochainement pour discuter plus avant des conditions de notre alliance.
Je me contentai d'acquiescer d'un signe de tête approbateur, pensant soudainement à autre chose qu'aux SPADS et à la Police. Bon, allez ! ce n'est pas le moment de s'égarer, là ! Cette discussion est des plus importantes et je me dois d'y être le plus présent possible.
-D'accord. Je vous donnerai, de mon côté, le numéro de téléphone de ma ligne privée au commissariat.
- Je me réjouis d'avance de travailler avec vous, Commissaire.
- Oh, appellez-moi simplement Atsuhito.
Un petit moment passa sans que personne ne dise mot. Autour de nous, les civils semblaient se remettre lentement des évènements. Le directeur de l'établissement lui-même n'en croyait toujours pas ses yeux qu'une telle histoire avait pu se passer dans sa boîte. Il se disait sûrement que cela n'allait pas être bon pour la réputation de celle-ci, qui allait bientôt être connue comme un repaire de drogués, certes débutants, mais téméraires et n'hésitant pas à agresser les gens. De quoi faire fuir la clientèle ! Bon, après tout, ils n'avaient qu'à mieux surveiller leur boîte et ne pas laisser entrer ni camés ni racaille de ce genre dedans ! Le bruit des sirènes et la lumière des gyrophares me tira de ma rêverie. Chapeau, les gars ! Utiliser encore tout ça alors que le danger est passé ! A peine la première voiture de police arriva qu'un vent de panique souffla sur la foule dispersée de la boîte. Je remarquai avec dégoût qu'une camionette de la télévision locale était déjà arrivé. Plus rapides qu'une mouche à viande sur un cadavre (chouette métaphore...) ! Je me tournai vers Chester et lança, à moitié amusé, à moitié nerveux :
- Monsieur Yatori ? Je crois qu'on va passer à la télé ce soir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journée ordinaire...ou pas.[Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journée ordinaire...ou pas.[Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une magnifique journée dans la prairie [LIBRE]
» Une journée ordinaire ... [Tristan Gabriel Troy]
» Une journée ordinaire....... (James / Ichigo / Junzo / Azami)
» Traversée des collines une journée brumeuse... (libre)
» La mort est une journée qui mérite d'être vécue [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: La Boîte de Nuit-
Sauter vers: