Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Jeu 7 Mar - 20:29



Le pied battant sur le plancher du bus, Echo laissait s'accrocher son regard aux reflets que le soleil couchant faisait luire sur les façades des immeubles. Le soleil, en cette fin d'hiver, s'attardait chaque jours sur Yuukoku quelques minutes de plus, et ce n'était pas pour déplaire au jeune homme. En plus, maintenant, il en profitait parce qu'il prenait le bus. Déjà, c'était plus pratique; il avait déménagé dans un studio plus petit mais moins cher que le précédent; gagner honnêtement son pain, c'était gagner moins. D'autre part, il en était venu à ne plus supporter le métro, ses têtes grincheuses, ses bousculades. Durant sa convalescence, il en avait eu par dessus la tête de se faire des sueurs froides dès que quelqu'un le frôlait du coude, et avait opté pour le bus. Et puis finalement, il avait pris goût à la place assise quasiment assurée à chaque trajet.

Le jeune homme regarda l'horloge de son portable; il était légèrement en avance et la circulation était bonne. Ca le changerait d'être à la bourre, tiens. Deux arrêts passèrent encore, puis il se leva au suivant et descendit sur le plancher des vaches. Le restaurant où il devait retrouver Tenkai se trouvait à deux rues, qu'il parcourut tranquillement, amusé par la petite boule au ventre qu'il avait. Pas mal de trucs s'étaient passés depuis la dernière fois qu'il avait vu le flic, et il avait hâte de lui en faire part. Et puis mine de rien, entre le boulot (oui, le boulot!) et les visites à Anaëlle, il avait eu peu de vie sociale ces derniers temps. Ça allait lui faire du bien, une soirée en bonne compagnie!

Il arriva devant le restaurant, opta pour la terrasse couverte et trouva une petite table. Posant portable et paquet de tabac sur la table, il regarda autour de lui. Étrangement, il y avait peu de monde. D'autres, comme lui, attendaient manifestement leur(s) convive(s). Il fit signe à un serveur, lui commanda une Kirin. Kiba ne se formaliserait pas qu'il commence sans lui, non?

Il se roula une cigarette en attendant son verre. Il se demanda depuis combien de temps il n'avait pas vu le policier blond. La dernière fois, il n'avait pas de boulot, pas le moral. Ils avaient pris un café vite fait mais Tenkai avait pas mal de boulot. C'était un peu frustrant, en somme! Il ne savait même pas si le nippon avait eu sa promotion, après l'histoire du Puzzle...

Il trempa ses lèvres dans la bière qui venait d'arriver. Il avait un peu perdu l'habitude de boire, c'était amusant, ça lui montait plus vite à la tête depuis qu'il avait repris, à la fin de ces foutus traitements qui le défonçaient déjà bien assez. Les maux de ventre, la douleur, les migraines... il avait vu du pays, côté effets secondaires. Et c'était sans parler du chômage, de la maladie d'Anaëlle... Ce soir, il était parfaitement d'aplomb pour passer une très bonne soirée, pourvu que Tenkai ne lui fasse pas le coup de "je dois retourner au boulot" ou "je dois retourner chez mon mec". Il ferait avec bien sûr, ça craindrait tellement d'être déprimé par ça, mais quand même. Bref. Voilà le blond qui rapplique, se dit-il avec un sourire, lorsqu'il reconnut la silhouette du policier approcher, de l'autre côté des bâches qui protégeaient les tables extérieures...

- J'ai failli attendre! fit-il avec un grand sourire au nouvel arrivant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Jeu 7 Mar - 22:33

    J’avais repris le boulot depuis un moment. Malheureusement, mes supérieurs n’avaient pas jugé ma mise à pied suffisante et avaient décidé de m’ensevelir sous la paperasse. Moi qui avais détesté mes débuts au commissariat de Tokyo à cause de ça… Etant un bleu, on m’avait collé à l’accueil où j’avais dû répondre au téléphone, accueillir les gens et bien sûr, remplir tout un tas de papiers. Je savais que j’avais merdé lors de la descente au Puzzle mais mes congés forcés et mon rêve de promotion s’éloignant de plus en plus m’avaient bien servi de leçon. Pourquoi en rajouter ? Mais je fermai ma gueule et m’attelai à la tâche. De toute façon, je n’avais rien à dire. Je passai donc plusieurs semaines assis devant un écran d’ordinateur ou un stylo à la main.

    Puis vint un jour que j’eus l’impression de rêver. Je m’étais dit qu’à force de passer mes journées sur l’ordinateur, certains de mes neurones avaient grillé et que je ne faisais plus la différence entre rêve et réalité. Je me fis convoquer dans le bureau du commissaire des Stups’ pour une bonne nouvelle : j’étais promu inspecteur. L’espace d’une seconde, il y eut comme un vide dans ma tête. J’avais le droit à une mise à pied, suivi par une indigestion de paperasse et finalement, après toute cette torture, on m’offrait le poste que je convoitais depuis un long moment ? Mon supérieur dut voir dans mon regard que j’avais du mal à réaliser la nouvelle. Il me sourit et me donna une petite tape amicale sur l’épaule.


    « Alors Inspecteur Tenkai, on en perd ses mots ? C’est plutôt rare chez vous. » lâcha t-il, m’arrachant un sourire mi-amusé mi-gêné.

    « C’est que je ne pensais pas que ça arriverait après ces dernières semaines. » avouai-je en me passant une main dans les cheveux, signe que je n’étais pas très à l’aise.

    « On vous a assez fait payer votre… désertion. Et puis vous avez sauvé une vie ce soir-là. C’est aussi notre travail. »

    Il avait raison. Si j’étais resté avec mes collègues ce soir-là, lors de l’intervention au Puzzle, Bailey serait mort à l’heure qu’il est. Mais lorsque j’avais compris qu’il allait avoir des problèmes, je n’avais pas réfléchi, j’avais foncé pour lui porter secours. Si c’était à refaire, je le referais. Si je n’avais pas laissé tomber mon équipe lors de la descente, peut-être aurais-je eu ma promotion plus vite mais elle aurait eu un goût amer. J’aurais eu du mal à l’apprécier en sachant Bailey mort alors que je lui devais cette réussite. Mes lèvres s’ourlèrent en un sourire à cette pensée. Il allait sans doute être content que tous ses efforts n’aient pas été vains pour moi. Et puis lui aussi avait bénéficié des retombés de l’affaire. Il avait pu quitter son boulot au Puzzle et en avait retrouvé un autre, plus honnête.

    « Il y aura une cérémonie officielle à la fin de la semaine pour votre promotion. Mais en attendant, allez finir votre travail en cours… »

    Ma petite grimace dut faire plaisir à mon supérieur. Après cet instant sur un petit nuage, il me faisait redescendre en enfer. Mais je m’en fichais, j’étais promu inspecteur. D’ici la fin de la semaine, j’aurais sûrement un nouveau bureau, de nouvelles responsabilités, une équipe à gérer… Rien que d’y penser, j’en avais un peu le vertige mais je savais que j’étais capable d’assurer ! Ça faisait longtemps que je rêvais d’une promotion et je l’avais enfin ! Avec le salaire qui irait avec… Cette belle journée terminée, je me précipitai d’appeler mes parents pour leur annoncer la nouvelle. Ils furent aux anges. J’appelai aussi mon meilleur ami Ranmaru, même s’il était en train de dormir à l’autre bout du monde. Kano eut aussi le droit à un coup de fil. Annoncer ma promotion au rang d’inspecteur de police à un yakuza était sûrement de mauvais goût mais il sembla content pour moi. Quant à Bailey… J’allais le lui annoncer de vive voix. Je le lui devais bien. Je l’appelai donc juste pour un simple dîné. Du moins, c’était ce qu’il croyait…

    Le soir que nous avions convenu arriva. C’était celui suivant la petite cérémonie qui avait eu lieu en mon honneur au commissariat d’ailleurs. Je jubilais à l’idée d’annoncer la nouvelle à l’Anglais. Et puis l’idée de passer la soirée avec lui me faisait plaisir aussi. Mine de rien, nous ne nous étions peu vu ces derniers temps. A cause de mon boulot, je l’avais un peu laissé tomber. Mais j’allais essayer de me faire pardonner. J’allais pouvoir souffler ce weekend qui marquait la charnière entre mon dur labeur dans les papiers et mon début de carrière en tant qu’inspecteur. Bailey et moi avions convenu d’un dîner mais nous pourrions faire autre chose après. J’avais besoin de décompresser, de m’amuser ! Et il fallait dire que Bailey était de très bonne compagnie pour ça. Sourire aux lèvres, j’arrivai en moto près du restaurant. Je descendis de ma fidèle bécane et longeai la terrasse couverte pour rejoindre l’entrée. Je regardai autour de moi et trouvai rapidement Bailey, déjà installé, devant un verre et une clope à la main.


    « J'ai failli attendre! » me lâcha t-il, taquin comme à son habitude.

    « Si ce n’est que "failli", ça va. » lui répondis-je en m’installant en face de lui. « Alors, comment ça va ? Je te préviens tout de suite, je compte passer une longue soirée et te retenir le plus tard possible. J’espère que tu n’as rien de prévu après ce dîner. »

    Le ton était donné et il était prévenu de mes projets. Peu importe ce que nous prévoirons après ce dîner -bar, discothèque, cinéma, simple fin de soirée chez l’un de nous deux-, je voulais profiter de cette soirée en sa compagnie. Il fallait que nous rattrapions ces dernières semaines et nous allions commencer par manger un morceau tout en nous racontant nos dernières nouvelles. Un serveur, voyant que j’étais arrivé, vint nous apporter la carte. Et vu que Bailey avait pris une bière, j’allais en faire de même, mais ça serait une Asahi pour moi.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Dim 10 Mar - 19:48


L'Anglais suivit des yeux son camarade de soirée alors qu'il se faufilait entre les tables pour le rejoindre. Tenkai tira la chaise pour prendre place, sourire aux lèvres:
- Si ce n’est que "failli", ça va. Alors, comment ça va ? Je te préviens tout de suite, je compte passer une longue soirée et te retenir le plus tard possible. J’espère que tu n’as rien de prévu après ce dîner.
Les lèvres d'Echo s'étirèrent en un large sourire.
- Tu sais bien que je suis tout à toi.

Alors qu'un serveur leur présentait la carte et que Tenkai choisissait son apéritif, Echo tira sur sa cigarette, satisfait. Les deux jeunes gens étaient dans le même état d'esprit, et ils avaient le temps. Pour sa part, le britannique ne reprennait le service que le lendemain soir. Il aurait toute la journée pour récupérer. Enchaîner les soirées et le boulot, il avait un tout petit peu de mal alors qu'il finissait sa convalescence.
Il espérait tout de même que ça reviendrait, il n'était tout de même pas si vieux! Le jeune homme jeta un oeil à la carte. Il avait une envie de viande, du boeuf, pourquoi pas.
- Ca va me faire du bien, ça fait un bail que je ne me suis pas un peu amusé...

Il se renversa en arrière, attendant que le verre du policier arrive pour trinquer.
- Je ne suis plus sous médocs depuis une ou deux semaines, je pète la forme!
C'était vrai. Ne plus avoir trois pilules à prendre par jour, ça faisait un bien fou. Il retrouvait son appétit, son énergie. Ca tombait bien, vu qu'il avait repris le boulot un mois auparavant. Les premiers jours avaient été un peu difficiles. Epuisé par les traitements, il avait eu un mal fou à tenir le rythme les premiers soirs. Il inversait des commandes, enchaînait les erreurs de caisse, ce qui ne lui arrivait normalement jamais. La pratique lui avait donné bonne mémoire, mais celle-ci lui faisait défaut quand il ne dormait pas.

Il s'était rattrapé de justesse, mais était passé à ça d'être viré. Heureusement, les serveurs européens ne courraient pas les rues, c'est en partie grâce à cela qu'il n'avait pas été mis dehors. A présent les choses allaient mieux. Il était soulagé, aussi, de ne pas avoir eu recours au piston de Tenkai. Lui devoir la vie et 50.000 yens était déjà beaucoup; si en plus il n'avait eu d'autre solution que de lui demander son aide pour trouver du boulot, il aurait été bien triste...
- On se remplit donc bien l'estomac, et après, la nuit est à nous, ajouta-t-il avec un clin d'oeil au policier. Je suppose qu'on a beaucoup de choses à se raconter, et à fêter, non? On n'a pas encore célébré ta promotion il me semble.
C'est vrai, ça, quand Tenkai avait été nommé commissaire -ou inspecteur, il ne savait plus -, Echo était dans son lit d'hôpital. Mieux valait tard que jamais! Il n'était vraiment pas mécontent de voir le policier sous ces nouveaux hospices, loin du Puzzle, loin de ses petits trafics à lui. S'il s'était attendu à ça, lors de leur première rencontre...



_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Lun 11 Mar - 20:56

    Je souris à la réponse de Bailey. Ce petit jeu entre nous m’avait un peu manqué. Dès le début de l’enquête, avant même que nous ne devenions amis, nous avions commencé à nous échanger ce genre de paroles. C’était sans doute parce que nous avions le même humour. Si au moins l’un de mes collègues l’avait aussi, mes journées au commissariat seraient plus drôles. Mais ce n’était pas dans ce monde viril que ça allait arriver. J’étais parvenu à faire accepter ma « différence », à savoir ma bisexualité, mais j’en avais bavé. Mais à force de me battre pour prouver que j’avais ma place dans la police, voilà que j’obtenais le poste que je convoitais depuis longtemps, celui d’inspecteur. J’avais encore du mal à réaliser. Mais je méritais cette promotion. J’avais bossé comme un malade. Certes, je n’étais pas blanc comme neige mais mes résultats prouvaient que malgré tout, j’étais un excellent flic. Tout le monde ne pouvait pas être parfait.

    « Ça va me faire du bien, ça fait un bail que je ne me suis pas un peu amusé... Je ne suis plus sous médocs depuis une ou deux semaines, je pète la forme! »

    « Ça fait plaisir à voir. »


    J’étais sincère. Ça m’avait fait un peu mal de voir Bailey sur ce lit d’hôpital. C’était en quelque sorte moi qui l’y avais conduit. Mais même s’il avait mis du temps à s’en remettre, il y était parvenu. Nous allions fêter ça aussi ce soir, son rétablissement. Ça faisait du bien de le voir en pleine forme, surtout après les quelques entrevues et coups de téléphone que nous avions eus. Il n’avait vraiment pas eu le moral durant un petit moment. Mais c’était sans doute l’effet des médocs. Ces trucs-là aidaient peut-être à guérir mais ils mettaient aussi parfois le moral à plat. D’un côté, c’était sans doute mieux que je n’ai pas cherché à trop voir Bailey ces derniers temps. Il m’aurait déprimé et ce n’était pas l’image que je voulais avoir de lui.

    « On se remplit donc bien l'estomac, et après, la nuit est à nous… Je suppose qu'on a beaucoup de choses à se raconter, et à fêter, non? On n'a pas encore célébré ta promotion il me semble. »

    « Hein ?! Mais qui te dit que je l’ai décrochée cette promotion ? »


    C’était vrai quoi ! Je ne lui avais rien dit au téléphone. Avait-il deviné ? Ou bien s’en doutait-il simplement ? Il était vrai que je ne lui avais pas parlé de ma mise à pied ni de la punition « paperasse ». Je n’avais pas eu envie qu’il s’en veuille, même s’il n’avait aucune raison de le faire. J’avais laissé tomber mes collègues de mon plein gré pour voler à son secours. Mais dans l’état où Bailey était ces derniers temps, je n’avais pas eu envie d’en rajouter et de lui plomber encore plus le moral. Et puis de toute façon, ce n’était pas mon genre de me plaindre. J’avais mérité le courroux de mes supérieurs, même si je savais que j’avais fait le bon choix. Et puis au final, je l’avais eu cette promotion ! D’ailleurs, pour le prouver, je sortis de ma sacoche ma carte de police et la montrai fièrement à l’Anglais.

    « C’est tout nouveau. Je ne l’ai su qu’en début de semaine en fait. Inspecteur Tenkai, ça jette, non ? » dis-je en blaguant avant de ranger ma carte. « Je te la dois en partie cette promotion. C’est l’affaire sur laquelle on bossait ensemble qui m’a permis de l’avoir. »

    Je tenais à l’en remercier. Bailey avait été mon indic mais aussi co-équipier dans cette histoire. Je n’avais jamais partagé autant de choses avec aucun de mes informateurs. Au final, en plus de cette promotion, cette enquête complexe m’avait aussi permis de me faire un ami. J’en avais peu mais les rares que j’avais pouvaient toujours compter sur moi en cas de problème. Je n’en avais peut-être pas l’air mais l’amitié était quelque chose d’important à mes yeux. Aussi sacrée que la famille même, c’était pour dire. Mais ce n’était pas quelque chose que je criais sur tous les toits. En fait, derrière mon côté « grande gueule », j’avais dû mal à dire clairement ce que je ressentais. J’étais Japonais après tout donc assez pudique côté sentiments.

    « Et toi ? Tu as retrouvé du boulot, non ? Comment ça se passe ? Tu travailles où maintenant ? J’y passerai peut-être un de ces jours. Tu me servirais mon cocktail attitré, d’accord ? » lui demandai-je en lui adressant un clin d’œil tandis que ma simple bière arrivait.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Lun 11 Mar - 22:30



- Hein ?! Mais qui te dit que je l’ai décrochée cette promotion ? fit le blond, mi rieur, mi surpris.
Echo répondit par un haussement d'épaules amusée. Pour lui, il était évident que Tenkai serait promu à l'issue de l'affaire du Puzzle. Il avait tout de même, de ses petits bras, démantelé tout un trafic de stupéfiants, et empêché une nouvelle substance particulièrement puissante d'entrer sur le marché de Yuukoku. Qui plus est, le jeune anglais l'avait trouvé plutôt héroïque, ce soir-là. Les flics qui sauvaient les vies de la veuve et de l'orphelin n'étaient-ils pas, en toute logique, récompensés pour leur bravoure?

Tenkai sortit de sa poche un étui de plastique, qu'Echo finit par reconnaître pour une carte de policier.
- C’est tout nouveau. Je ne l’ai su qu’en début de semaine en fait. Inspecteur Tenkai, ça jette, non ?
Le jeune homme siffla entre ses dents. Les cartes professionnelles, c'était à la fois pittoresque et impressionnant. Après tout, c'était le seul truc qui prouvait que le jeune type blond au style décontracté, sirotant un verre en face de lui, était de ce monde-là.
- J'ai intérêt à me tenir à carreau, maintenant! plaisanta l'anglais, avant que Kiba poursuive:
- Je te la dois en partie cette promotion. C’est l’affaire sur laquelle on bossait ensemble qui m’a permis de l’avoir.

Echo baissa les yeux sur sa bière avec un nouveau haussement d'épaules, un peu embarrassé. Il ne comprenait toujours pas vraiment pour quelle raison il s'était tant investi dans cette affaire. Enfin, au début, il avait cherché à comprendre, et finalement il s'était dit que ce n'était peut être pas une bonne idée: aucune raison n'était, au final, vraiment bonne pour lui. Avait-il voulu se racheter une conduite? Peut être, mais dans ce cas cette fois-ci devait être la bonne, parce qu'à part donner sa vie, il ne pourrait pas faire grand chose de plus. Cette raison lui mettait donc beaucoup trop de pression. Quant à la seconde, s'investir pour les beaux yeux de Tenkai, pour montrer qu'il était quelqu'un qui valait quelque chose, il devait y avoir un peu de ça aussi... et si quelqu'un d'autre avait été dans sa situation, à vrai dire, il se serait bien foutu de lui. Il avait donc fini par ne plus chercher, et finalement il ne s'en portait pas plus mal.

- Et toi ? Tu as retrouvé du boulot, non ? Comment ça se passe ? Tu travailles où maintenant ? J’y passerai peut-être un de ces jours. Tu me servirais mon cocktail attitré, d’accord ?

Echo esquissa un sourire, avant de trinquer avec Tenkai, qui venait de se faire amener son verre.

- J'ai eu ma promotion, moi aussi! Je travaille au bar du Sekitei. Je ne sais pas si tu connais, c'est l'hôtel pas loin de la gare centrale. Les clients sont du genre couples en vacances ou hommes d'affaires en voyage.
Il mit sa main sur son coeur:
- Et je te promets que c'est parfaitement honnête. Je n'ai pas couché pour avoir le poste, je ne sers que des trucs légaux.
Il tira une bouffée de sa cigarette.
- C'est plutôt fatiguant, surtout qu'il faut que j'apprenne un peu à avoir des manières, mais c'est mieux que... enfin qu'avant, quoi. C'est à dire qu'au moins quand il rentrait chez lui, il était peut être dans une plus petite chambre, mais au moins il arrivait à se regarder dans la glace, ce qui n'était pas gagné.

Tout en jetant un oeil au menu, il se pourlécha les babines.
- J'ai bien la dalle, dis donc. Le boeuf me fait de l'oeil, là...
Il faillit en profiter pour demander à Kiba où il en était avec son copain qui, à ce qu'il paraissait, cuisinait, mais il se ravisa. Il n'avait, à vrai dire, pas très envie de le savoir... et il voyait bien que ça gênait un peu le flic, quand il en parlait. De toute manière ils n'étaient pas là pour parler de leurs histoires de couple. Il s'éclaircit la gorge.

- En somme, ça faisait longtemps que je n'avais pas eu une vie aussi honnête. Tu sais que j'ai même donné dans l'art? J'ai posé pour un certain Jun Masamori, un photographe avec un sacré talent, mais aussi un drôle de balai dans le... enfin tu vois quoi, le courant n'est pas passé. Je devrais te passer sa carte, je suis sûr que tu ferais un malheur. Je te demanderai une photo dédicacée maintenant que tu es une star de la police.


_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Mar 12 Mar - 19:16

    Visiblement, Bailey semblait quelque peu embarrassé par mes remerciements. Je ne voyais pas pourquoi. Il devrait plutôt se sentir fier. Il avait combattu du bon côté, celui de la justice, du mien. Je ne savais pas pourquoi il avait accepté de m’aider d’ailleurs. Peut-être en avait-il eu marre de la vie qu’il menait au Puzzle. Jouer les intermédiaires dans des trafics de drogues, faire des passes à l’arrière du bar pour que son patron s’en mette plein les poches… Ce dernier avait eu ce qu’il méritait. Il était en attente d’un jugement qui le conduirait tout droit derrière les barreaux pour un petit moment. En plus de ses trafics, on avait découvert qu’il n’avait pas de permis de port d’arme, ce qui coûtait assez cher au Japon, et j’étais bien content pour lui.

    « J'ai eu ma promotion, moi aussi! » m’annonça t-il après que je lui ai demandé de ses nouvelles côté professionnel. « Je travaille au bar du Sekitei. Je ne sais pas si tu connais, c'est l'hôtel pas loin de la gare centrale. Les clients sont du genre couples en vacances ou hommes d'affaires en voyage.

    « Aaah, je vois. Pas mal. »

    « Et je te promets que c'est parfaitement honnête. Je n'ai pas couché pour avoir le poste, je ne sers que des trucs légaux. C'est plutôt fatiguant, surtout qu'il faut que j'apprenne un peu à avoir des manières, mais c'est mieux que... enfin qu'avant, quoi. »


    Je ne pus m’empêcher de sourire lorsque Bailey me sortit que tout ce qu’il faisait était honnête. Tant mieux alors. Ça m’aurait embêté qu’il retombe dans des histoires louches alors qu’il avait eu une chance de retourner sur le droit chemin. Son travail avait l’air plutôt sérieux en plus. Si je ne me trompais pas, cet hôtel était plutôt pas mal. Il y avait même des bains d’eau chaude au dernier étage. On pouvait y admirer la ville tout en se relaxant, à l’abri des regards. Mais qui disait bel hôtel, disait forcément personnel accueillant et aux petits soins des clients. Je ne pus m’empêcher d’imaginer l’Anglais, en uniforme, droit comme un « i » derrière son comptoir, à parler poliment et voire même de façon pompeuse aux clients. Je ne savais pas si c’était effectivement le cas mais je donnerais cher pour voir ça. Mais ça, je me gardai bien de le dire et me concentrai sur la carte pour voir ce que j’allais prendre.

    « J'ai bien la dalle, dis donc. Le boeuf me fait de l'oeil, là... »

    « Moi c’est le poulet… Et je ne tolérerai aucune blague sur mon choix. Je suis cannibale, et alors ? »
    plaisantai-je, jouant sans problème avec le surnom que l’on donnait souvent à ma profession.

    « En somme, ça faisait longtemps que je n'avais pas eu une vie aussi honnête. » m’avoua l’Anglais, revenant sur ces précédentes paroles. « Tu sais que j'ai même donné dans l'art? J'ai posé pour un certain Jun Masamori, un photographe avec un sacré talent, mais aussi un drôle de balai dans le... enfin tu vois quoi, le courant n'est pas passé. Je devrais te passer sa carte, je suis sûr que tu ferais un malheur. Je te demanderai une photo dédicacée maintenant que tu es une star de la police. »

    « Masamori, le mannequin ? C’est une petite star dans le monde de la mode. Et c’est vrai qu’il est photographe aussi à côté… Et ben… Tu t’es fait tirer le portrait par une petite célébrité. S’il paye bien, oui, je veux bien sa carte. Tu viendras avec moi. On le lui retirera son balai ! »


    Jun Masamori était mannequin pour de grandes marques. Aimant bien la mode, je l’avais déjà vu dans des magazines. Et puis il habitait Yuukoku. Le maire était heureux d’avoir des célébrités, même sur le devenir, dans sa ville. En tout cas, ça ne m’étonnait qu’à moitié que le mannequin/photographe soit hautain. Les gens prenaient vite la grosse tête lorsqu’ils obtenaient un minimum de renommée. Ce qui ne serait pas mon cas, même si Bailey me qualifiait de « star de la police ». J’étais juste inspecteur, rien de bien intéressant. On en reparlerait dans plusieurs années, lorsque je deviendrais commissaire, si j’y parvenais…

    « Et il va exposer tes photos ? J’aimerai bien les voir. J’espère que tu es resté sage dessus. » lui lançai-je, rieur.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Mer 13 Mar - 20:39

- Masamori, le mannequin ? C’est une petite star dans le monde de la mode. Et c’est vrai qu’il est photographe aussi à côté… Et ben… Tu t’es fait tirer le portrait par une petite célébrité. S’il paye bien, oui, je veux bien sa carte. Tu viendras avec moi. On le lui retirera son balai !

La boutade de Tenkai arracha un sourire à Echo. Ils ne seraient pas trop de deux pour dérider l'artiste! Avec du recul, le jeune homme estimait tout de même que le nippon avait du faire preuve de trésors de patience à l'encontre de son modèle, qui n'était pas dans une passe forcément de bon aloi. Il avait d'ailleurs coupé la séance en plein vol, sans que le photographe émette une protestation, et il avait même été payé... il avait au moins un mérite, celui d'être quelqu'un d'honnête; même si, au quotidien, il devait être extrêmement barbant.

- Et il va exposer tes photos ? J’aimerai bien les voir. J’espère que tu es resté sage dessus. demanda Kiba, l'air malicieux.

Echo fronça un sourcil, amusé:
- Je ne sais pas s'il les exposera. Il faudra suivre le programme sur internet, je suppose que son programme d'expos doit être en ligne, si c'est une sommité. Mais il faudrait toutes se les coltiner, et j'avoue que la perspective de tous ces vernissages n'est pas franchement attirante.

Le serveur arriva pour prendre leurs commandes; Echo songea qu'à vrai dire, les photos, il n'avait pas très envie de les voir. Il en aurait mis sa main au feu: les photos exposées seraient les dernières de la séance, les plus profondes, mais aussi les plus réalistes. Voir son visage déformé par le malheur, très peu pour lui...

- A vrai dire, je n'ai pas très envie de les voir... ça me ferait bizarre, ma tête en gros plan -il lâcha un petit soupir - Et je ne suis pas franchement à mon avantage, sur certaines d'entre elles. Lui, il avait l'air ravi, mais moi, pas trop. Au début, il trouvait mes yeux super, c'est comme ça qu'il m'a appâté. Quand je riais, ça ne l'intéressait pas franchement. Je pense qu'il a été plus enthousiasmé sur les trucs un peu plus noirs, et à vrai dire j'ai fini par bloquer, c'était un peu trop lourd pour moi.

Il rendit son clin d'oeil à Tenkai.
- Ca confirme que je n'ai pas la fibre artistique. Je ne dessine pas, je n'écris pas, je ne joue d'aucun instrument... ah, je chante un peu, mais pas de quoi faire une carrière. Même quand j'ai eu du temps libre, je n'ai réussi qu'à me poser devant la télé et m'enfiler des séries et des films. J'aurais bien aimé être une star pourtant - il renversa sa tête en arrière, un sourire de dérision aux lèvres, histoire de rendre le sujet, qu'il savait grave, un peu plus léger - j'aurais eu un tas de groupies un peu plus fréquentables que les clients du Puzzle.Et toi, tu as un talent, autre que l'arrestation de mécréants?
C'était amusant, de faire connaissance, comme ça, un peu à rebours. Quelque part, Echo s'avouait qu'il avait profondément peur que la conversation meure, qu'ils ne soient pas capables d'être amis parce qu'ils étaient trop différents, trop pudiques l'un comme l'autre malgré leurs apparences respectives plutôt relâchées. Maintenant que Tenkai n'avait plus rien à tirer de lui, professionnellement parlant, qu'est-ce que ça allait donner? Est-ce que Tenkai le voyait simplement pour boucler la boucle, ou est ce que cette soirée serait la première d'une longue série? Bon sang, mais il ne pouvait pas s'arrêter de réfléchir, hein? Peut être que ça lui aurait fait du bien, tiens, de coucher deux trois idées sur le papier, de les peindre ou de les chanter, plutôt que de les laisser tourner à vide dans son cerveau...
Il leva un index menaçant:
- Attention, si tu sais chanter aussi ça ne veut pas dire que je suis partant pour un karaoké!




_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Mer 13 Mar - 23:01

    « Je ne sais pas s'il les exposera. Il faudra suivre le programme sur internet, je suppose que son programme d'expos doit être en ligne, si c'est une sommité. Mais il faudrait toutes se les coltiner, et j'avoue que la perspective de tous ces vernissages n'est pas franchement attirante. »

    J’acquiesçai en faisant une légère grimace. Mouais, Bailey avait raison. Ce genre d’évènements rassemblait plein de gens comme Masamori, à savoir avec un balai dans le fondement. Ils sirotaient tous leurs petites flutes de champagne, avec leurs petits toast, tout en faisant semblant ou non de s’extasier devant les œuvres plus ou moins réussies de l’artiste. Du moins, c’était ainsi que je voyais les choses. Un beau monde de faux-culs, qui ne m’avait jamais attiré. Par contre, ça m’aurait plu de devenir chanteur. Etre sur scène, partager ma passion de la musique avec le public, voyager de ville en ville, de pays en pays, voir du monde, faire des rencontres intéressantes… Le seul problème, c’était que je n’avais pas vraiment l’oreille musicale. Je chantais de façon correcte mais pas parfaite. Voilà pourquoi je ne me produisais que dans ma salle de bain, avec comme seul public mes bouteilles de shampoing, de gel douche et autre. Ils étaient difficiles à satisfaire apparemment car je n’avais jamais eu d’acclamations.

    « A vrai dire, je n'ai pas très envie de les voir... ça me ferait bizarre, ma tête en gros plan. Et je ne suis pas franchement à mon avantage, sur certaines d'entre elles. Lui, il avait l'air ravi, mais moi, pas trop. Au début, il trouvait mes yeux super, c'est comme ça qu'il m'a appâté. Quand je riais, ça ne l'intéressait pas franchement. Je pense qu'il a été plus enthousiasmé sur les trucs un peu plus noirs, et à vrai dire j'ai fini par bloquer, c'était un peu trop lourd pour moi. »

    « Les artistes aiment les trucs déprimants. Ils se complaisent dans le malheur. »


    C’était un style de vie que j’avais du mal à comprendre. J’étais l’exact opposé : à toujours rechercher le bonheur, à profiter à fond de la vie. J’avais la joie de vivre. En tout cas, il y avait quelque chose que j’avais en commun avec Masamori, c’était mon attirance pour les yeux de Bailey. De beaux yeux verts comme ça, ce n’était pas courant, surtout au Japon. Et puis à la couleur se mêlait l’intensité de son regard… Quand l’Anglais était heureux, cela se voyait. Lorsqu’il était triste, cela se voyait aussi. On ne lisait pas en lui comme dans un livre ouvert mais son regard laissait transparaître beaucoup de choses. Il était vivant quoi ! Et puis j’adorais cette petite lueur de malice qui illuminait souvent ses prunelles lorsqu’il me parlait. Enfin bref, j’aimais ses yeux. Masamori avait su les apprécier aussi, et les mettre en valeur je l’espérais.

    « Ça confirme que je n'ai pas la fibre artistique. Je ne dessine pas, je n'écris pas, je ne joue d'aucun instrument... ah, je chante un peu, mais pas de quoi faire une carrière. Même quand j'ai eu du temps libre, je n'ai réussi qu'à me poser devant la télé et m'enfiler des séries et des films. J'aurais bien aimé être une star pourtant… J'aurais eu un tas de groupies un peu plus fréquentables que les clients du Puzzle. Et toi, tu as un talent, autre que l'arrestation de mécréants?.. Attention, si tu sais chanter aussi ça ne veut pas dire que je suis partant pour un karaoké! »

    « Oh merde ! Ça aurait pu être pas mal pour la suite de notre soirée ! »
    avouai-je, sincèrement. « Je ne dis pas que je sais chanter mais j’aime bien ça aussi quand je suis dans l’ambiance. Ça permet de relâcher la pression… Autrement, non, pas de talent particulier. Je suis plutôt bon pour la conduite rapide. J’ai de bons réflexes. Ça aide pour les courses poursuites. Mais je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un talent. Juste une passion on va dire. »

    J’étais quand même quelqu’un de banal. Je n’avais aucun talent particulier. Certains de mes anciens profs disaient que j’étais plutôt talentueux mais pour moi, ça ne voulait rien dire. Comprendre et retenir des cours n’avait rien d’un talent. Je dirais plutôt que j’étais compétant, compétant pour la conduite par exemple. J’aimais la vitesse. Bailey l’avait sans doute remarqué la fois où nous étions partis en virée à moto sur la côte. J’avais bien aimé cette sortie. Ça nous avait permis de sortir un peu du cadre de l’enquête et de faire un peu plus connaissance. J’étais même allé jusqu’à lui parler de ma relation avec Kano, alors que personne à part mon meilleur ami avait été mis au courant. Mais il m’avait parlé d’une fille qu’il fréquentait donc il avait bien fallu que j’en fasse de même. Je me demandais ce que celle-ci était devenue. Bailey avait-il gardé contact avec elle ? Etaient-ils en couple ? J’étais curieux de le savoir mais en même temps, je ne voulais pas m’immiscer dans cette partie-là de la vie de mon ami, sans trop savoir pourquoi d’ailleurs.

    « T’es sûr que ça ne te dirait pas un p’tit karaoké ? On pourrait s’incruster dans un groupe et bien s’amuser. » dis-je pour tenter de le convaincre.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Jeu 14 Mar - 21:46



- Oh merde ! Ça aurait pu être pas mal pour la suite de notre soirée ! Je ne dis pas que je sais chanter mais j’aime bien ça aussi quand je suis dans l’ambiance. Ça permet de relâcher la pression… Autrement, non, pas de talent particulier. Je suis plutôt bon pour la conduite rapide. J’ai de bons réflexes. Ça aide pour les courses poursuites. Mais je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un talent. Juste une passion on va dire. [/b]

Echo sourit en se rappelant leur balade en moto, peu avant les évènement du Puzzle. Il en gardait un très bon souvenir; même s'il ne savait pas conduire, il aimait cette sensation de vitesse, aller tellement vite que tout autour, l'air devenait gelé alors que le moteur, sous les fesses, faisait feu de tout bois... et puis Tenkai, il est vrai, maîtrisait bien la bête, on se sentait en sécurité derrière lui!

La balade s'était interrompue quelques minutes sur une plage où Echo aurait bien aimé revenir, à la belle saison, histoire de faire un peu trempette. C'était isolé, relativement calme, et très joli. Parfois, quand il tournait un peu en rond dans Yuukoku, il se disait que passer son permis ne serait peut être pas une mauvaise idée, histoire de s'aérer un peu l'esprit sans dépendre de personne. Enfin, dépendre de Tenkai, c'était tout de même bien agréable pour ce genre de choses! Ils avaient eu une vraie discussion, là bas, et pour la première fois, Echo avait failli parler un peu plus de ses problèmes. Il était vraiment en confiance avec Kiba, et c'est ça qui lui faisait d'autant plus peur. Mais après tout le mec lui avait sauvé la vie non? Enfin bon, il lui faisait déjà confiance avant, pas la peine de se voiler la face...

- C'est bien d'avoir une passion, et comme toutes les passions, celle-ci est un peu dangereuse! commenta-t-il, tout sourire.

Lui ne se considérait pas comme quelqu'un de passionné, plutôt comme le genre de personne qui se gardait bien, justement, d'en avoir. Il avait toujours cette peur monstre de s'investir pour quelque chose ou quelqu'un de s'emballer et d'exploser en plein vol. Une passion, c'était le truc même qui pouvait causer ce genre de dégâts, et il était déjà assez abîmé comme ça!

- T’es sûr que ça ne te dirait pas un p’tit karaoké ? On pourrait s’incruster dans un groupe et bien s’amuser.

Echo haussa les sourcils, surpris. Il ne pensait pas que l'idée mettrait la puce à l'oreille de Tenkai, encore moins qu'elle lui plairait.
- Ah, mais tu es sérieux en plus! s'exclama-t-il, goguenard.
Il réfléchit un instant; à vrai dire, il n'en avait pas fait depuis des plombes, de karaoke. La dernière fois, c'était avec son ex, Floyd, et ça l'avait profondément gavé parce qu'il était fatigué, que Floyd était bourré, et plutôt lourd de ce fait. Avec Kiba, ce serait un peu différent. Il ne volerait pas le micro, ne parlerait pas fort comme un débile et ne se prendrait pas pour une star simplement parce qu'il avait plus de thunes que les autres. Oui, ça pouvait être drôle.
- Humpf, allez, je peux envisager cette possibilité, mais c'est bien parce que c'est toi.
Il croisa les bras sur sa poitrine, regardant Tenkai par en dessous.
- J'ai deux conditions.
Il leva le pouce...
- Primo, je ne chante pas de J-pop.
... puis l'index:
- Secondo, il va falloir un ou deux verres de plus, parce que là, je ne ferai pas honneur à ma voix, qui est un héritage de mes ancêtres! On m'a expliqué, quand j'étais petit, qu'on avait un ou deux bons chanteurs dans la famille, mais si ça se trouve c'était juste pour que j'accepte de rentrer dans la foutue chorale du quartier.
Il fit une moue déçue:
- Ca n'a pas duré bien longtemps cette chorale, ils m'ont viré parce que je glissais des insanités dans les couplets...
L'air faussement désolée, il expliqua:
- Je n'étais pas vraiment un enfant de choeur à vrai dire.
Il lança un regard taquin à Tenkai:
- Tu étais un enfant sage, toi?


_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Ven 15 Mar - 21:04

    « Ah, mais tu es sérieux en plus!.. Humpf, allez, je peux envisager cette possibilité, mais c'est bien parce que c'est toi. »

    « Tu ne peux rien me refuser, hein ?.. »
    lui lançai-je, large sourire aux lèvres.

    « J'ai deux conditions… Primo, je ne chante pas de J-pop. »

    « Je peux l’accepter celle-là… »

    « Secondo, il va falloir un ou deux verres de plus, parce que là, je ne ferai pas honneur à ma voix, qui est un héritage de mes ancêtres! On m'a expliqué, quand j'étais petit, qu'on avait un ou deux bons chanteurs dans la famille, mais si ça se trouve c'était juste pour que j'accepte de rentrer dans la foutue chorale du quartier… Ca n'a pas duré bien longtemps cette chorale, ils m'ont viré parce que je glissais des insanités dans les couplets... Je n'étais pas vraiment un enfant de chœur à vrai dire. »


    Bailey, dans une chorale ? Comment avait-on pu croire que c’était sa place ? Je le connaissais peu mais je savais qu’il n’avait rien d’un « enfant de chœur » comme il plaisantait à dire. Certes, je ne l’avais pas connu enfant mais d’après ses dires, je me doutais qu’il n’avait pas franchement changé. Il avait gardé son langage fleuri. Je plaignais ceux de la chorale. L’Anglais devait être un vrai petit con. Il l’était toujours d’ailleurs. Il savait très bien comment taper sur les systèmes des gens. L’un de mes collègues, joliment surnommé « chemise mauve », en avait fait l’amère expérience. Mais c’était ce côté chieur qui m’avait fait le connaître, et l’apprécier, je devais bien l’avouer. J’étais un peu comme ça au fond aussi, même si j’avais tout de même plus de respect envers les gens, du moins envers les flics. Mais j’y étais un peu obligé en même temps…

    « Tu étais un enfant sage, toi? »

    « Mes parents n’ont pas eu trop à se plaindre, à part peut-être le jour où je me suis ramené avec un tatouage. Tu sais, au Japon, tatouage signifie yakuza pour beaucoup. Ils ont cru que j’avais mal tourné et que j’en étais devenu un… En fait, mon meilleur pote et moi avions bu, l’une de nos premières cuites d’ailleurs, et nous sommes passés devant un tatoueur pas très regardant sur notre âge. Nous nous sommes tous les deux faits tatouer, moi au bras gauche, lui au droit. Sur le coup, ça nous paraissait être une superbe idée, comme si on se liait à vie ou un truc du genre, tu vois ? Mais pour moi qui suis resté au Japon, ce n’est pas tout le temps facile à assumer à cause de la réputation des gens tatoués. »


    Je ne pouvais par exemple pas fréquenter certains onsens. Je m’étais déjà fait virer à cause de cette fichue erreur de jeunesse. Mais je n’étais pas prêt de la faire enlever. J’étais saoul lorsque je l’avais pensé mais ça tenait toujours : ce tatouage, c’était une véritable preuve d’amitié. Je tenais à Ranmaru et le fait de partager ça nous liait encore plus. C’était comme les gars qui se faisaient tatouer le prénom de leur copine, sauf que nous n’étions pas allés jusque-là. C’était con comme idée si on se disputait avec la personne. Et puis me trimballer avec le prénom de mon pote sur moi, très peu pour moi. Je l’aimais mais il y avait des limites.

    « Il paraît qu’il y a pas mal d’Anglais qui ont des tatouages. Tu en as un ? » demandai-je, tandis qu’un serveur nous apportait notre repas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Sam 16 Mar - 12:56




- Mes parents n’ont pas eu trop à se plaindre, à part peut-être le jour où je me suis ramené avec un tatouage. Tu sais, au Japon, tatouage signifie yakuza pour beaucoup. Ils ont cru que j’avais mal tourné et que j’en étais devenu un… En fait, mon meilleur pote et moi avions bu, l’une de nos premières cuites d’ailleurs, et nous sommes passés devant un tatoueur pas très regardant sur notre âge. Nous nous sommes tous les deux faits tatouer, moi au bras gauche, lui au droit. Sur le coup, ça nous paraissait être une superbe idée, comme si on se liait à vie ou un truc du genre, tu vois ? Mais pour moi qui suis resté au Japon, ce n’est pas tout le temps facile à assumer à cause de la réputation des gens tatoués.

Décidément, c'était un drôle de pays que le Japon, songea Echo. Bien sûr, les gens étaient plus ou moins catalogués, là d'où il venait aussi, mais au point de devoir "assumer" un truc comme un tatouage... Ce devait sûrement être en réaction à ce genre de jugement que beaucoup de jeunes japonais se permettaient toutes sortes de folies vestimentaires... enfin, de là à être catégorisé "criminel" juste parce qu'on avait trois gribouilles sur le bras. Le jeune Anglais se demanda ce qui pouvait être dessiné sur le bras du policier. Le nom de son pote? Un kanji rendant hommage aux liens précieux qu'il avait tissés avec son cher meilleur ami, ou encore une connerie d'ados bourrés? Malgré les difficultés que cela pouvait poser, en tous cas, Tenkai n'avait pas renoncé à cette marque, alors qu'on pouvait aujourd'hui les faire disparaître facilement. C'était tout de même un mec sacrément fidèle, y compris en amitié, ce qui semblait rassurant à Echo.

Du reste, cela l'amusait d'imaginer Tenkai gamin, en train de se faire enguirlander par ses parents pour cette erreur de jeunesse. L'éducation d'Echo, passés treize ou quatorze ans, avait cessé d'être un souci pour sa mère. Des tatouages, il aurait pu en avoir sur tout le corps qu'elle n'en aurait rien eu à faire. Quant aux petits amis d'Alice, ils s'étaient toujours bien gardés de faire des leçons de morale à l'ado insupportable qu'il était; du moins ne s'étaient-ils jamais acharnés sur son cas, bien conscients que plus ils insisteraient, plus court serait leur séjour chez les Bailey.

Le serveur revint avec leurs plats, dont les fumets appétissants chatouillèrent les narines d'Echo.

- Il paraît qu’il y a pas mal d’Anglais qui ont des tatouages. Tu en as un ? demanda Tenkai.

Echo piqua une bouchée de boeuf en secouant la tête.
- Non. Je pense qu'un tatouage, ça envoie un message, ou c'est fait pour rappeler quelque chose. Je n'ai de sentiment d'appartenance ni à une idée, ni à une communauté... à quelqu'un. Du coup je n'ai jamais eu vraiment l'envie d'en faire un. A vrai dire je n'aurais même pas su où me faire tatouer...

A vrai dire, il jugeait avoir suffisamment de marques sur le corps pour ne pas encore avoir à en ajouter. Les cicatrices, c'était largement suffisant, la dernière en date était encore plus voyante, sur le côté de son ventre, que l'estafilade qu'il portait au dessus du nombril depuis quelques années déjà.
Il se demandait, d'ailleurs, si une cicatrice ne pouvait pas s'enlever comme un tatouage. Il faudrait qu'il y songe un de ces quatre; non seulement ces marques sombres sur sa peau blanche était voyantes, mais en plus il n'avait pas encore eu la preuve, à ce jour, que ça aidait à emballer les filles.

- Par contre, j'ai quand même eu de grands moments de gloire, bourré. A une époque, quand je vivais à Londres, je n'étais vraiment pas sortable. J'étais très bagarreur, et très con aussi.
Il émit un petit rire en prenant cette fois un morceau de légume.
- D'ailleurs, ma garde à vue à Yuukoku, où on s'est rencontrés, n'était pas ma première dans un commissariat, j'ai fait mon baptême en cellule de dégrisement en Angleterre. J'avais 18 ou 19 ans, et un videur de boîte dans le nez. Un soir où je m'en étais justement mis plein les narines, j'ai décidé que j'étais invincible et j'ai voulu lui envoyer un direct avec mon petit poing. Je dis "petit", parce que le type faisait une tête et vingt kilos de plus que moi... ben j'ai eu l'air très con quand, dix secondes plus tard, il me tenait sur le sol en attendant que les flics viennent me cueillir...
Il lâcha un petit soupir. Il n'avait pas trop rigolé sur le coup, mais avec du recul, ça avait du être très drôle à voir, une crevette comme lui s'attaquer à un loustic d'un gabarit de boxeur poids lourd.
- J'ai fini la nuit à décuver, au milieu des ivrognes et des putes. Comme quoi, tu vois, je ne réponds pas à tous les clichés anglais mais il m'en reste encore un ou deux en réserve. Heureusement que je me suis calmé depuis; enfin, au moins un peu, quoi!
Il fit un clin d'oeil à Tenkai.
- Ce serait dommage que tu aies à m'arrêter pour notre première soirée en tête à tête... Mais au moins si le karaoké ne me plait pas, tu sauras que j'ai les moyens d'écourter la soirée très facilement, le taquina-t-il.

Puis il prit un air plus sérieux:
- Blague à part, je compte bien ne plus répéter ce genre d'exploits. J'ai assez donné et ça ne m'a pas rapporté grand chose. C'est galère de vivre honnêtement, mais au moins tu ne prends pas de coups... sauf quand tu es flic.
Il poursuivit :
- Je sais que t'aimes ton boulot, mais quand même ça n'a pas du être facile tous les jours... comment dire, tu n'as pas vraiment le profil qu'ils ont ici, quoi... et puis, tu dois prendre des décisions qui mettent en jeu la vie des gens, avec ton flingue.

Il hésita, puis après un toussotement, demanda:
- Dis, l'autre soir, celui du coup de filet... peut-être que c'est moi qui le voulais juste très fort, mais j'ai eu l'impression que tu as eu envie de le buter, non, Kuro? Qu'est-ce qui t'a retenu?

Lui-même, à maintes reprises, avait eu des pensées aussi sombres que le meurtre, à l'encontre de son beau père, mais il n'était jamais passé à l'acte. Trop jeune, puis trop loin. Il avait préféré fuir, il n'avait pas trouvé de compromis. Le soir du Puzzle, il était clair que Tenkai était à ça de ne pas viser l'épaule de l'autre serveur, mais bien la tête. Qu'est-ce qui pouvait faire, pour quelqu'un de relativement sanguin comme le flic, qu'il n'ait pas mis à exécution l'envie qui bouillonnait peut être en lui?
Il regretta ses paroles. Ce n'était pas bien de pousser un type comme Tenkai à montrer son côté sombre juste pour se rassurer lui-même.
- Désolé, ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, ma question, oublie...

_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Sam 16 Mar - 16:17

    « Non. Je pense qu'un tatouage, ça envoie un message, ou c'est fait pour rappeler quelque chose. Je n'ai de sentiment d'appartenance ni à une idée, ni à une communauté... à quelqu'un. Du coup je n'ai jamais eu vraiment l'envie d'en faire un. A vrai dire je n'aurais même pas su où me faire tatouer... »

    Je n’avais jamais vraiment imaginé le tatouage de cette façon, même si mon cas collait parfaitement à la description qu’en faisait Bailey. C’était vrai que quoique l’on fasse comme motif, ce n’était pas fait à la légère. Cela représentait forcément quelque chose. Pour moi, c’était ma forte amitié envers Ranmaru. Nous étions comme frères lui et moi, même si nous ne nous voyions plus très souvent. Il s’était installé définitivement en Angleterre et faisait sa vie là-bas. Il avait même rencontré une fille et cela semblait sérieux. J’étais content pour lui, même si un sentiment de jalousie me hantait parfois. J’étais jaloux de lui qui vivait une histoire tranquille. J’étais jaloux de sa copine qui prenait une grande place dans le cœur de mon pote. Mais c’était la vie et je n’avais pas envie d’y penser ce soir. J’étais avec un autre ami que je voulais apprendre à connaître un peu mieux. Je portai à ma bouche une bouchée de poulet tout en écoutant Bailey me parler de sa jeunesse.

    « Par contre, j'ai quand même eu de grands moments de gloire, bourré. A une époque, quand je vivais à Londres, je n'étais vraiment pas sortable. J'étais très bagarreur, et très con aussi… D'ailleurs, ma garde à vue à Yuukoku, où on s'est rencontrés, n'était pas ma première dans un commissariat, j'ai fait mon baptême en cellule de dégrisement en Angleterre. J'avais 18 ou 19 ans, et un videur de boîte dans le nez. Un soir où je m'en étais justement mis plein les narines, j'ai décidé que j'étais invincible et j'ai voulu lui envoyer un direct avec mon petit poing. Je dis "petit", parce que le type faisait une tête et vingt kilos de plus que moi... ben j'ai eu l'air très con quand, dix secondes plus tard, il me tenait sur le sol en attendant que les flics viennent me cueillir... J'ai fini la nuit à décuver, au milieu des ivrognes et des putes. Comme quoi, tu vois, je ne réponds pas à tous les clichés anglais mais il m'en reste encore un ou deux en réserve. Heureusement que je me suis calmé depuis; enfin, au moins un peu, quoi! »

    Je ne pus m’empêcher de rire à son récit. Quand on était jeune, on était parfois très con. Et bizarrement, je n’étais pas choqué d’apprendre que Bailey avait été un adolescent très perturbateur. Ça collait à l’image que je me faisais de lui et je devais avouer que cette image me plaisait. J’avais le chic d’être attiré par les mauvais garçons. La preuve, je sortais avec un yakuza, même si je n’en avais aucune preuve, juste des rumeurs. C’était assez cocasse alors que j’étais flic. Mais Bailey n’était pas un criminel et Kano… Je ne pensais pas non plus qu’il en soit un. Il était à mon avis enrôlé contre son gré car son frère était apparemment haut placé dans la hiérarchie mafieuse. Quoiqu’il en soit, j’appréciais les voyous, mais jusqu’à un certain point. Je comprenais qu’on puisse faire des erreurs. J’en faisais moi-même en dealant. Mais maintenant que j’avais obtenu ma promotion, j’allais tenter d’arrêter. C’était l’une des raisons pour lesquelles j’avais voulu devenir inspecteur.

    « Ce serait dommage que tu aies à m'arrêter pour notre première soirée en tête à tête... Mais au moins si le karaoké ne me plait pas, tu sauras que j'ai les moyens d'écourter la soirée très facilement. »

    « Le plus simple, ce serait que tu me le dises si ça ne te plait pas. Ça m’éviterait de t’en vouloir pour tes conneries. »
    répondis-je, mi-blagueur, mi-sérieux.

    « Blague à part, je compte bien ne plus répéter ce genre d'exploits. J'ai assez donné et ça ne m'a pas rapporté grand chose. C'est galère de vivre honnêtement, mais au moins tu ne prends pas de coups... sauf quand tu es flic. Je sais que t'aimes ton boulot, mais quand même ça n'a pas du être facile tous les jours... comment dire, tu n'as pas vraiment le profil qu'ils ont ici, quoi... et puis, tu dois prendre des décisions qui mettent en jeu la vie des gens, avec ton flingue. »

    « C’est vrai que j’ai dû faire mes preuves et que ce n’est pas toujours facile mais comme tu l’as dit, j’aime mon métier. Je ne pense pas qu’il y ait un métier qui soit parfait de toute façon. »


    Le mien était loin de l’être. On avait vite fait de vouloir profiter du pouvoir qu’on avait. Certains de mes collègues allaient parfois trop loin. Ils n’avaient qu’à montrer leur insigne et faire du chantage et ils obtenaient ce qu’ils voulaient. J’en avais connu un qui pensait avoir tous les pouvoirs et qui se tapait des putes sans les payer. Et si elles refusaient, il menaçait de les arrêter. Celles-ci ne pouvaient rien dire car elles étaient hors la loi. C’était dégueulasse mais je ne valais pas mieux que lui. Je faisais la même chose avec certains dealers. Je leur confisquais leur drogue sans qu’ils ne puissent dire quoique ce soit et la revendais ensuite. Au fond, j’étais un ripou, même si j’avais du mal à me l’avouer. Sans doute était-ce pour cela que je bossais comme un malade à côté, pour tenter de me racheter.

    « Dis, l'autre soir, celui du coup de filet... peut-être que c'est moi qui le voulais juste très fort, mais j'ai eu l'impression que tu as eu envie de le buter, non, Kuro? Qu'est-ce qui t'a retenu? »

    Je fus stoppé dans mon envie de savourer un morceau de carotte. Je ne m’attendais pas du tout à cette question. A vrai dire, elle me mettait mal à l’aise. Mon envie de buter cet enfoiré de Kuro avait-elle été si flagrante ? Il était vrai que ce soir-là, j’avais eu très envie de le tuer. Il avait découvert que j’étais flic et m’avait balancé à ses collègues. Ensuite, il avait eu envie d’éliminer Bailey parce qu’il m’avait aidé. L’Anglais avait dû le comprendre : j’étais quelqu’un sur qui on pouvait compter. Je ne l’aurais jamais laissé se faire descendre, surtout pas après tout ce qu’il avait fait pour moi dans cette enquête. Mais aurais-je été prêt à tuer pour lui si Kuro ne m’en avait pas donné le choix ?

    « Désolé, ça tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, ma question, oublie... »

    « Non, c’est que… »
    commençai-je avant de chercher mes mots. « C’est vrai que l’idée m’a traversé l’esprit mais… J’ai eu peur de le faire. Je n’ai encore jamais eu à tuer quelqu’un et ne suis pas pressé que ça arrive. Même si ça serait de la légitime défense, j’ai peur d’avoir des remords et que ça me pourrisse la vie. »

    Notre conversation était franchement moins drôle que précédemment et elle m’obligeait à m’ouvrir un peu à Bailey. Mais ce n’était pas si intime que ça. Beaucoup devait être dans mon cas. Tuer quelqu’un pour survivre n’était pas sans conséquence. Bien sûr, ça nous permettait de rester en vie, mais à quel prix ? J’aimais mon travail mais j’en avais aussi peur. J’avais peur de me faire tuer ainsi que d’avoir à tuer. Mais quoiqu’il en soit, ce soir-là, lors du coup de filet, je n’avais eu aucune obligation de tuer Kuro. J’avais eu la possibilité de le désarmer et l’avais fait. Bien sûr, j’aurais pu le tuer, dire à mes supérieurs que ça avait été de la légitime défense et Bailey aurait corroboré mes dires. Nous n’aurions pas menti mais pourquoi l’aurais-je tué alors que j’avais eu la possibilité de simplement le blesser pour qu’il lâche son arme ? En fait, retirer la vie de quelqu’un n’était pas le problème. Le problème, c’était de vivre avec des remords. C’était assez égoïste mais ça me permettait de rester sur le droit chemin vis-à-vis de ce genre de situations.

    « Changeons de sujet, tu veux bien ? Ce n’est pas le genre de choses dont j’aime parler, surtout lors d’une soirée que je veux joyeuse. » dis-je en retrouvant le sourire. « Il est bon ton bœuf ? Si tu veux goûter mon plat, n’hésite pas à piocher. » proposai-je, ne trouvant rien de mieux pour l’instant que de parler du dîner.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Dim 17 Mar - 11:38


Echo regretta vraiment sa question en voyant Tenkai suspendre le mouvement qu'il avait amorcé pour prendre une bouchée, manifestement décontenancé par la question. Ce n'était ni l'endroit, ni le moment pour demander ce genre de truc, surtout que le policier n'était pas du genre expansif...

- Non, c’est que… C’est vrai que l’idée m’a traversé l’esprit mais… J’ai eu peur de le faire. Je n’ai encore jamais eu à tuer quelqu’un et ne suis pas pressé que ça arrive. Même si ça serait de la légitime défense, j’ai peur d’avoir des remords et que ça me pourrisse la vie.

Echo hocha la tête en baissant les yeux sur son plat. Il ne voyait pas les choses de ce point de vue-là, du moins n'y avait-il jamais pensé sous cet angle. Lui vivait justement avec les remords de n'avoir rien pu faire à une certaine époque de sa vie... mais peut être était-ce un vain espoir de penser que les choses seraient allées différemment s'il avait pu faire autant de mal qu'on lui avait fait. Les dégâts avaient été faits, et rien, pas même un acte de vengeance, ne pourrait lui faire remonter le temps.

- Changeons de sujet, tu veux bien ? Ce n’est pas le genre de choses dont j’aime parler, surtout lors d’une soirée que je veux joyeuse, dit Tenkai avec un sourire, ce à quoi Echo répondit par un hochement de tête entendu.
- Oui, excuse-moi, c'était déplacé.

- Il est bon ton bœuf ? Si tu veux goûter mon plat, n’hésite pas à piocher.
Echo se dérida à son tour et agita ses baguettes d'un air menaçant:
- Tu ne seras pas obligé de me le dire deux fois, ton poulet a l'air pas mal du tout.
Il piocha un petit morceau du plat de son convive et le goûta.
- C'est dingue comme dans cette cuisine, tous les morceaux deviennent fondants, ça se mange vraiment tout seul. Prends aussi chez moi, si ça te dit, avant que j'aie tout mangé!
Il reprit lui-même une bouchée de son plat:
- Purée, si je m'écoutais je passerais mon temps à bouffer, c'est vraiment trop bon tout ce qui se mange ici. Heureusement que le boulot me fait faire pas mal d'exercice, ça compense un peu tout ce que j'avale. Et puis dans l'hôtel, il y a une piscine intérieure, dans laquelle on a droit de faire quelques longueurs de temps en temps. C'est une jolie piscine, avec une baie vitrée, au cinquième étage du bâtiment. La nuit c'est très joli, j'imagine que je suis un type très riche et que c'est la mienne, quand j'y nage seul. La prochaine fois qu'on se voit, tu emmèneras ton maillot de bain et on ira!
Il lança un regard taquin à Tenkai:
- Faute de meilleure occasion, ça me permettra de voir à quoi ressemble ton tatouage!





_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Dim 17 Mar - 17:30

    « Tu ne seras pas obligé de me le dire deux fois, ton poulet a l'air pas mal du tout. » me dit Bailey en piochant dans mon assiette. « C'est dingue comme dans cette cuisine, tous les morceaux deviennent fondants, ça se mange vraiment tout seul. Prends aussi chez moi, si ça te dit, avant que j'aie tout mangé! »

    Je ne pus m’empêcher de garder mon sourire tout en piochant à mon tour dans son plat pour y prendre un morceau de bœuf. Il n’était pas mauvais du tout. J’aimais manger mais malheureusement, je n’étais pas un chef, loin de là même. C’était à peine si je pouvais faire bouillir de l’eau dans une casserole sans faire de conneries. Enfin, c’était peut-être exagéré mais lorsque je me lançais dans un plat plutôt élaboré, je le loupais systématiquement. Voilà pourquoi je commandais souvent des plats à emporter au resto près de chez moi. Le propriétaire me connaissait bien depuis le temps. Je ne comptais même plus le nombre de cartes de fidélité que j’avais remplies chez lui.

    « Purée, si je m'écoutais je passerais mon temps à bouffer, c'est vraiment trop bon tout ce qui se mange ici. Heureusement que le boulot me fait faire pas mal d'exercice, ça compense un peu tout ce que j'avale. Et puis dans l'hôtel, il y a une piscine intérieure, dans laquelle on a droit de faire quelques longueurs de temps en temps. C'est une jolie piscine, avec une baie vitrée, au cinquième étage du bâtiment. La nuit c'est très joli, j'imagine que je suis un type très riche et que c'est la mienne, quand j'y nage seul. »

    « Qui ne rêverait pas de ça ? »

    « La prochaine fois qu'on se voit, tu emmèneras ton maillot de bain et on ira! Faute de meilleure occasion, ça me permettra de voir à quoi ressemble ton tatouage! »

    « Pas de problème. On se fera ça alors. »


    J’évitais de répondre à son « faute de meilleure occasion », me doutant de ce qu’il voulait dire. Pas que ça me gênait mais si nous commencions à en parler, nous n’en avions pas fini. En tout cas, son idée de piquer une tête dans la piscine de l’hôtel dans lequel il travaillait me plaisait bien. Mais y aurais-je le droit si je ne réservais pas une chambre ? Lui, il n’y avait pas de problème vu qu’il y travaillait mais si je m’incrustais comme ça, sans rien payer, pas sûr que cela plaise à ses supérieurs. Bah, au pire, je pourrais me prendre une chambre pour une nuit. Et puis comme ça, je pourrais boire sans à me soucier de prendre la route ensuite. Là, ce soir, j’allais éviter de suivre Bailey qui avait apparemment besoin de quelques verres pour se lancer dans un karaoké.

    « Je prendrai une chambre à l’hôtel pour avoir une raison de profiter de la piscine. Je n’ai pas envie que t’aies d’histoires à cause de moi. Et puis comme ça, je pourrai aussi profiter de tes cocktails. Je dois dire que mon cocktail attitré me manque. T’es vraiment bon comme barman. C’est normal que t’aies retrouvé du boulot rapidement et surtout dans un établissement pareil. »

    Je pensais vraiment ce que je disais. On pensait que barman était un métier facile, qu’il n’y avait qu’à mélanger quelques trucs pour obtenir une boisson mais en fait, c’était tout un art. J’avais voulu travailler comme barman lors de mes études mais n’avais pas décroché le job car je n’avais aucune notion pour trouver les bonnes proportions, à l’inverse de Bailey qui avait le nez pour ça. J’avais donc fini serveur, ce qui était pas mal aussi. Moins payé mais il y avait les pourboires pour améliorer le salaire. Et puis on se déplaçait plus dans l’établissement, ce qui permettait de faire plus de rencontres, parfois très agréables… J’avais un très bon souvenir de ça. Il fallait dire que j’en avais bien profité.

    « Bon, maintenant que tu t’es régalé avec ton plat, tu vas sûrement vouloir un dessert, je me trompe ? » demandai-je, même si j’étais pratiquement certain de la réponse qu’il allait me donner.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Dim 17 Mar - 19:57



- Pas de problème. On se fera ça alors, répondit Tenkai sans réagir à la boutade.

Sans se rembrunir pour autant, Echo releva ce détail; d'habitude, il était plutôt réactif à ce genre de vannes, mais là c'était un peu tombé à l'eau. En même temps, cela pouvait peut être devenir un peu lourd pour le japonais, qui pouvait finir par prendre les avances plus ou moins masquées d'Echo comme une forme de reproche sur le fait que ce ne soit pas faisable. Lui-même, après tout, continuait de se conduire comme un gros coureur sans aucun égard pour les relations respectives du japonais... et la sienne. Mais il n'arrivait pas à réfréner ses instincts, de ce côté-là. Il était comme ça, il avait cessé de le combattre.

- Je prendrai une chambre à l’hôtel pour avoir une raison de profiter de la piscine. Je n’ai pas envie que t’aies d’histoires à cause de moi. Et puis comme ça, je pourrai aussi profiter de tes cocktails. Je dois dire que mon cocktail attitré me manque. T’es vraiment bon comme barman. C’est normal que t’aies retrouvé du boulot rapidement et surtout dans un établissement pareil.

Echo arrangea machinalement les boucles qui lui tombaient sur le front.
- Arrête, c'est tout ce que je sais faire, maugréa-t-il.
Et personnellement, il était ravi de faire des cocktails qu'aimait le flic, mais il préférait largement profiter de lui en dehors du boulot, sans avoir à être interrompu tout le temps par des clients plus cons les uns que les autres. Le boulot de barman, il aimait bien, quand c'était tout à fait honnête, et il était conscient de se débrouiller plutôt bien, mais ça restait une besogne fatigante, sans perspective réelle d'évolution, avec un rythme qui le coupait un peu du monde réel. C'était bien joli de préparer des mojitos, mais en attendant il y avait des fois où il ne voyait pas la lumière du jour une moitié de la semaine, tant son rythme était décalé.

N'empêche que c'était une très bonne idée, que Tenkai prenne une chambre, même s'il n'y était pas forcément obligé. Echo aurait pu se débrouiller avec le veilleur pour qu'il ferme les yeux sur les cameras de surveillance, et ç'aurait été très sympa... mais Kiba n'aurait peut être pas été tranquille.

- Bon, maintenant que tu t’es régalé avec ton plat, tu vas sûrement vouloir un dessert, je me trompe ?

Echo fit la moue:
- Je suis calé, mais on peut partager un truc... je ne suis pas très "sucré", à vrai dire, mais de toute manière je vais redemander un verre. Je suppose que tu vas y aller doucement, toi, comme tu as la moto, mais je te fais confiance pour savoir bien faire la fête quand même!
Il leva une main, comme pour jurer:
- Je ne boirai pas plus que de raison, histoire qu'on ne soit pas trop décalés tous les deux, promis.
Il se passa l'index sur l'arête du nez, réfléchissant:
- J'aime bien ton idée pour l'hôtel. C'est con qu'on ait pas prévu ça plus tôt, ç'aurait été marrant d'improviser ça ce soir! Quoi que je suis sûr qu'on a toujours une ou deux chambres de libres. Même hors service, j'aurais quand même pu te faire pleeein de cocktails. C'est juste pour le maillot de bain que ça pourrait coincer, il fit un clin d'oeil à Kiba - les bains de minuit sont déconseillés, avec les caméras. Les clients oublient souvent qu'elles existent et on se tape parfois de bonnes barres avec le veilleur, je ne voudrais pas que tu figures au palmarès!

Il ponctua sa phrase d'un petit rire. En tous cas l'idée de Tenkai lui plaisait bien et avait le mérite d'être originale.
Songeur, il regarda la carte:
- Je vais repartir sur une Kirin, perso. Tu sais s'il y a un karaoke près de chez toi? Au pire, tu pourrais rentrer à pieds, si jamais tu voulais profiter un peu du bar. De mon côté je me débrouillerai pour prendre un taxi.

Il épargna au flic la blague relou qu'il aurait pu faire à propos de dormir sur son canapé. Tenkai devait manifestement tenir à sa vie privée, particulièrement lorsque cela concernait sa vie sentimentale, mais son attitude laissait tout de même transparaître qu'il ne voulait pas se montrer trop ambigu à l'encontre d'Echo, ou à tout le moins qu'il s'en empêchait, peut être pour ne pas se montrer ne serait-ce qu'un peu tenté. Maintenant qu'ils n'avaient plus la relation flic indic comme barrière, Tenkai allait-il dresser de nouveaux jalons? Echo ne pouvait s'empêcher d'avoir un certain sentiment d'amertume; Kiba était il réellement sur ses gardes, à ce propos? Il ne fallait tout de même pas que les choses prennent un tour gênant, ou bloquant, entre les deux hommes, ce serait un sacré gâchis... Le jeune homme se gifla intérieurement. Ca ne lui ressemblait pas, à lui, l'habitué des choses éphémères, de se triturer l'esprit comme ça à propos de quelqu'un. Que de prises de têtes pour une soirée de retrouvailles, il fallait qu'il s'arrête de réfléchir et, comme Tenkai l'avait si bien dit au début, qu'il profite de ce moment.


_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Dim 17 Mar - 22:47

    « Je suis calé, mais on peut partager un truc... je ne suis pas très "sucré", à vrai dire, mais de toute manière je vais redemander un verre. Je suppose que tu vas y aller doucement, toi, comme tu as la moto, mais je te fais confiance pour savoir bien faire la fête quand même! »

    « T’inquiète, je sais m’amuser sans alcool. »

    « Je ne boirai pas plus que de raison, histoire qu'on ne soit pas trop décalés tous les deux, promis. »


    Ça me touchait de l’entendre promettre ça. Je n’avais rien contre le fait qu’il boive mais il était vrai que c’était parfois chiant d’accompagner un gars bourré lorsqu’on était sobre. On était jamais sur la même longueur d’onde et on n’avait pas le même humour. Saouls, les gens avaient tout de même un humour pourri qui ne faisaient rire qu’eux. Ça m’était arrivé à plusieurs reprises de me retrouver dans cette situation car j’aimais bien rentrer chez moi en moto après une soirée. Je tenais beaucoup à ma bécane et n’étais pas prêt de la laisser toute seule près d’un bar ou d’une boîte de nuit alors que moi, j’étais bien tranquille dans mon lit. Lorsque je prévoyais de boire plus que de raison, je m’arrangeais pour la laisser dans le garage de l’immeuble et prenais les transports en commun ou le taxi.

    « J'aime bien ton idée pour l'hôtel. C'est con qu'on n’ait pas prévu ça plus tôt, ç'aurait été marrant d'improviser ça ce soir! Quoi que je suis sûr qu'on a toujours une ou deux chambres de libres. Même hors service, j'aurais quand même pu te faire pleeein de cocktails. C'est juste pour le maillot de bain que ça pourrait coincer… Les bains de minuit sont déconseillés, avec les caméras. Les clients oublient souvent qu'elles existent et on se tape parfois de bonnes barres avec le veilleur, je ne voudrais pas que tu figures au palmarès! »

    « J’aimerai bien voir ce genre de spectacles. Il doit s’y passer de belles choses dans cette piscine. »


    Des bains de minuit devaient y avoir lieu mais pas seulement. A mon avis, certains couples devaient profiter de la nuit tombée et donc du calme de l’hôtel pour aller s’amuser dans l’eau, et je ne parlais pas de plongeons ou de concours d’apnée. Dommage pour eux, les caméras existaient et étaient parfois mal placées. Du moins, mal placées pour eux, pas pour le veilleur qui semblait apprécier Bailey et qui lui faisait partager ses trouvailles. Je n’étais pas quelqu’un de pudique mais je n’aimerais pas que quelqu’un se moque de moi dans mon dos. Et, même si j’aimais baiser dans des endroits insolites, j’y réfléchirais à deux fois avant de tenter ça dans la piscine d’un hôtel.

    « Je vais repartir sur une Kirin, perso. Tu sais s'il y a un karaoke près de chez toi? Au pire, tu pourrais rentrer à pieds, si jamais tu voulais profiter un peu du bar. De mon côté je me débrouillerai pour prendre un taxi. »

    « Arrête, tu vas payer la peau du cul si tu prends un taxi de nuit. Tu peux rester dormir chez moi. Il y a effectivement un karaoké à deux rues de chez moi. Il est pas mal. Il y a une salle commune avec bar puis des salles que l’on peut prendre si on ne veut pas se mêler aux autres et avoir plus de liberté niveau musiques. »


    Je n’avais pas prévu de l’inviter à dormir chez moi mais vu que l’opportunité se présentait, pourquoi pas. Je n’allais pas l’obliger à prendre le taxi alors que c’était moi qui lui avais proposé cette soirée et surtout ce karaoké. Je n’avais pas pour habitude d’inviter quelqu’un chez moi s’il n’y avait pas de projet « galipettes » mais allais faire une exception. Et puis mon appart’ voyait peu de monde passer depuis quelques temps, si ce n’était personne à part Kano à de rares reprises. Nous n’avions que peu d’opportunités de nous voir en fait. En bref, sans compter Kano, Bailey serait le premier depuis un moment à passer la nuit chez moi, en tout bien tout honneur qui plus est. J’espérais juste ne pas faire de conneries en l’invitant. J’avais peur qu’il soit un peu sérieux avec ses vannes et, avec plusieurs verres dans le nez, il pourrait vite merder. Mais je tentais d’oublier cette pensée. Il n’y avait pas de raisons pour que ça se passe mal. Il savait que j’avais quelqu’un et lui voyait peut-être encore cette fille dont il m’avait déjà parlée. Pour me changer les idées, j’appelai un serveur et passai notre commande. Il repartit en salle pour donner ma commande au cuisinier tandis qu’il s’occupait de la bière de Bailey.

    « Tu pourras piquer un morceau de mon financier au matcha. Ce n’est pas trop sucré et c’est léger. Et après, on décolle pour le karaoké pour que je puisse profiter de tes talents de chanteur, sur de la J-pop, bien évidemment… » dis-je pour l'embêter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Lun 18 Mar - 22:19



- Arrête, tu vas payer la peau du cul si tu prends un taxi de nuit. Tu peux rester dormir chez moi. Il y a effectivement un karaoké à deux rues de chez moi. Il est pas mal. Il y a une salle commune avec bar puis des salles que l’on peut prendre si on ne veut pas se mêler aux autres et avoir plus de liberté niveau musiques. [/b]

Echo fit un signe d'assentiment, alors que Tenkai regardait le menu, manifestement tenté par un dessert. La soirée prenait un tour plutôt marrant. Dormir chez le flic arrangeait le jeune homme aussi, comme ça, il n'aurait pas à crapahuter pendant des plombes pour trouver un taxi, et le payer une petite fortune, tout ça pour s'endormir tout habillé dans son pieu. Il esquissa un sourire:
- J'achèterai les croissants pour le petit déj!

Tenkai passa la commande pour les deux convives.
- Tu pourras piquer un morceau de mon financier au matcha. Ce n’est pas trop sucré et c’est léger. Et après, on décolle pour le karaoké pour que je puisse profiter de tes talents de chanteur, sur de la J-pop, bien évidemment…

Echo fit la grimace:
- J'ai un accent à couper au couteau, tu vas tellement te marrer que je n'aurai plus aucune crédibilité auprès de toi. A moins... à moins que tu chantes en Anglais!

Il eut petit rire diabolique:
- Si je me souviens bien, c'est ton point faible! On aura chacun notre heure de gloire...
Même s'il trouvait très joli l'accent japonais, plus joli que ce qu'il pouvait baragouiner de son côté avec ses propres racines... qu'est-ce qu'il avait pu galérer, au départ, pour se faire comprendre! A vrai dire il ne s'exprimait quasiment qu'en Anglais, les premières semaines, préférant emmagasiner d'abord quelques notions de japonais. Là, il avait bien pris le pli, mais pour chanter c'était une autre histoire...

Le dessert et la bière arrivèrent. Echo se sentait doucement se détendre, après ce petit passage à vide. Il regarda Tenkai manger son financier, amusé.
- C'est marrant, je ne t'imaginais pas gourmand! Je te ferai des scones, à l'occasion, un des seuls trucs que j'ai appris en cuisine quand j'étais gamin. C'est super bon avec de la crème anglaise ou de la confiture... ou même les deux, en fait. Je n'en ai pas fait depuis une bonne dizaine d'années, mais je suppose que c'est comme le vélo, une fois qu'on l'a appris... C'est simple comme bonjour. Il faudra que je me remette un peu à cuisiner, quand j'aurai un peu plus de tunes...
... et quand il aurait remboursé Tenkai, aussi. Il ne se voyait pas lui donner l'argent ce soir; ça les aurait replongés dans de mauvais souvenirs, mais il avait gardé de côté les 10.000 yens que lui avait filé Masamori pour la séance photo. Au pire, il les enverrait par la poste au japonais, une fois qu'il aurait son adresse, histoire qu'ils n'aient pas à se regarder en chiens de faïence... mais il se faisait un point d'honneur à rembourser sa dette jusqu'au dernier sou!


_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Mer 20 Mar - 16:29

    « J'ai un accent à couper au couteau, tu vas tellement te marrer que je n'aurai plus aucune crédibilité auprès de toi. A moins... à moins que tu chantes en Anglais! Si je me souviens bien, c'est ton point faible! On aura chacun notre heure de gloire... »

    « Si tu veux… Sauf qu’il y aura sûrement plus de Japonais que d’Anglophones au karaoké. Tu seras l’un des seuls à pouvoir te moquer… »


    Voilà ma réponse à sa petite pique sur mon niveau d’Anglais. Mais c’était bon enfant. On s’en foutait de chanter bien ou mal, ou bien avec un accent pourri ou non. Le principal, c’était de s’amuser et pour ça, il ne fallait pas se soucier des autres. Qui plus est, mon Anglais n’était pas si médiocre que ça. J’avais pris des cours pour avoir plus de chance de décrocher mon poste d’inspecteur. Je n’étais pas bilingue mais je me débrouillais. Il y avait juste mon accent qui gâchait tout. Il y avait des sons que j’avais du mal à bien reproduire, mais n’était-ce pas ce qui faisait tout son charme ? Bailey avait aussi son petit accent lorsqu’il parlait Japonais et je trouvais ça amusant et attirant. De toute façon, en règle générale, les étrangers m’attiraient. Ce n’était sans doute pas un hasard si mon mec avait du sang anglais qui coulait dans les veines.

    « C'est marrant, je ne t'imaginais pas gourmand! »

    « Il faut savoir profiter des plaisirs simples de la vie. »
    répondis-je en savourant mon financier au matcha.

    « Je te ferai des scones, à l'occasion, un des seuls trucs que j'ai appris en cuisine quand j'étais gamin. C'est super bon avec de la crème anglaise ou de la confiture... ou même les deux, en fait. Je n'en ai pas fait depuis une bonne dizaine d'années, mais je suppose que c'est comme le vélo, une fois qu'on l'a appris... C'est simple comme bonjour. Il faudra que je me remette un peu à cuisiner, quand j'aurai un peu plus de tunes... »

    « On peut faire de bons plats sans dépenser une fortune… Enfin je crois. Pour tout t’avouer, la cuisine, ce n’est pas mon fort. J’ai déjà dû te le dire. Mais il faudrait quand même que je fasse des efforts. Si tu as quelques recettes simples et inratables, je suis preneur. »


    Souvent, je me disais qu’il fallait que je me mette à la cuisine. Ça ne devait pas être sorcier. Il suffisait de respecter les proportions, les temps et les températures de cuisson et peut-être d’autres trucs qui ne me venaient pas naturellement à l’esprit. Mais, vu que mon mec était passionné de cuisine et que Bailey savait apparemment se débrouiller, j’allais en profiter pour leur voler quelques secrets. Pourquoi eux y arrivaient et pas moi ? Il n’y avait pas un gène du cuisinier ou je ne sais quoi. On ne naissait pas non plus avec un talent pour la cuisine. Ça s’apprenait, sauf que je ne m’étais jamais décidé à commencer. Je représentais vraiment bien l’image du célibataire type… même si je ne l’étais plus. Quoique, je n’avais besoin de personne pour faire le ménage ou le repassage chez moi. J’étais peut-être nul en cuisine mais je compensais dans les tâches ménagères.

    « En tout cas, tes trucs-là… des scones ? Ça me tente bien. Avec de la crème anglaise car je ne suis pas trop confiture. Mais c’est un dessert ou bien un truc que tu prends au p’tit déj ? » demandai-je, connaissant peu le mode de vie anglais.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Lun 25 Mar - 20:38



- On peut faire de bons plats sans dépenser une fortune… Enfin je crois. Pour tout t’avouer, la cuisine, ce n’est pas mon fort. J’ai déjà dû te le dire. Mais il faudrait quand même que je fasse des efforts. Si tu as quelques recettes simples et inratables, je suis preneur.

Echo se rappela leur "pique-nique" à l'hôpital, à l'occasion duquel Kiba avait amené des bento tout prêts, avouant qu'il ne savait pas trop cuisiner. Le repas avait néanmoins été délicieux.

- Je devrais pouvoir t'en passer une ou deux, je crois que le truc, en fait, c'est de prendre le temps et d'aimer voir le plat prendre forme. Bon, des fois tu n'y peux rien et même une omelette, tu peux la planter, mais il faut vraiment ne pas faire preuve de bonne volonté pour ne jamais réussir un plat.


- En tout cas, tes trucs-là… des scones ? Ça me tente bien. Avec de la crème anglaise car je ne suis pas trop confiture. Mais c’est un dessert ou bien un truc que tu prends au p’tit déj ?

Echo, après une seconde de réflexion, répondit:

- Je crois que c'est un truc pour le thé, au départ... mais c'est un truc qui est assez désuet maintenant, les gens de notre âge ne prennent plus le thé, et je ne crois pas me rappeler avoir vu ma mère le faire. C'est une image toute faite, je crois, mais qui amuse les gens. Du coup ça peut se prendre pour le petit déjeuner, je suppose ... c'est rapide à faire, à la limite je pourrai toujours regarder si tu as les ingrédients chez toi et en improviser. Comme ça tu apprendras, en même temps...

Il fit un clin d'oeil à Tenkai:
- Enfin, je me fais sûrement de faux espoirs, si tu me dis que tu ne cuisines pas je t'imagine mal avoir de la farine dans un placard et du beurre frais au frigo, à moins que tu les gardes pour que ton mec ne se sente pas trop dans un no man's land de boites de conserve quand il vient pioncer chez toi.

Bon, le copain du flic venait sur le tapis, ça avait un peu échappé à Echo, mais après tout Tenkai lui avait parlé de ses talents de cuisinier. Et puis bon, on pouvait un peu plaisanter sans se montrer indiscret, hein!

Il avala une grande gorgée de bière, sentant qu'il commençait à s'égayer légèrement.
- Bon, je suis à peu près prêt. Une dernière cigarette et tu m'emmènes là-bas sur ta moto? demanda-t-il sur un ton plaisant.



_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Jeu 28 Mar - 20:10

    « Je crois que c'est un truc pour le thé, au départ... mais c'est un truc qui est assez désuet maintenant, les gens de notre âge ne prennent plus le thé, et je ne crois pas me rappeler avoir vu ma mère le faire. C'est une image toute faite, je crois, mais qui amuse les gens. Du coup ça peut se prendre pour le petit déjeuner, je suppose ... c'est rapide à faire, à la limite je pourrai toujours regarder si tu as les ingrédients chez toi et en improviser. Comme ça tu apprendras, en même temps... »

    C’était vrai que quand on imaginait les Anglais, c’était souvent avec une « cup of tea » à la main lors du « tea time ». Et bien sûr, avec le petit doigt en l’air et le petit air coincé qui allaient avec. Mais Ranmaru m’avait assuré que c’était un cliché. De toute façon, n’importe quel pays avait ses clichés et il était difficile de s’en défaire. Mais c’était ce qui faisait le charme des étrangers à mes yeux. J’aimais bien le décalage entre la réalité et ces idées fausses. Bailey était par exemple le parfait opposé de l’Anglais au balai coincé dans le… Bref, vous voyez l’image. Par contre, j’avais croisé une Américaine, Cassandre McKeller, et elle collait bien au stéréotype de la femme de ce pays : grande, blonde, à la poitrine plutôt généreuse. Comme quoi des mythes se révélaient parfois vrais.

    « Enfin, je me fais sûrement de faux espoirs, si tu me dis que tu ne cuisines pas je t'imagine mal avoir de la farine dans un placard et du beurre frais au frigo, à moins que tu les gardes pour que ton mec ne se sente pas trop dans un no man's land de boites de conserve quand il vient pioncer chez toi. »

    « Euh… On va dire que les scones seront pour une prochaine fois, ok ? »


    Je me grattai légèrement la tête, un peu gêné. Je n’avais ni farine ni beurre chez moi. En dehors des boîtes de conserve, des gobelets de soupes instantanées et des plats préparés dans le frigo, je ne devais avoir que des sachets de riz, de pâtes et peut-être un fond de sauce soja. A force de louper mes plats, j’avais vraiment baissé les bras et ne faisais plus aucun effort en cuisine. Heureusement, les rares fois où Kano venait chez moi, il apportait les ingrédients dont il avait besoin pour faire un vrai repas car il était certain de ne rien trouver chez moi. J’avais un peu honte d’ailleurs en y pensant. D’ailleurs, comment Bailey savait que Kano cuisinait ? J’avais sûrement dû lâcher l’info à un moment ou un autre. J’évitais de parler de ma vie sentimentale mais lors d’une petite confidence, j’avais dû me vanter d’avoir un mec qui aimait être derrière les fourneaux.

    « Bon, je suis à peu près prêt. Une dernière cigarette et tu m'emmènes là-bas sur ta moto? »

    « Tu n’aurais pas pris goût à la moto toi ? »
    demandai-je amusé en faisant signe au serveur d’apporter d’addition avant d’allumer à mon tour une clope. « Ça te dérange qu’on passe par chez moi pour que j’y laisse ma moto ? Je préfère la savoir au chaud dans le garage plutôt que de la laisser devant le karaoké. Il n’est pas très loin de toute façon. Peut-être à une dizaine de minutes à pieds. Tu te sentiras capable de marcher aussi longtemps lorsqu’il faudra rentrer ? » le questionnai-je pour l’embêter un peu.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Echo Bailey

avatar

Nombre de messages : 268
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Pas définie
Métier : A la recherche d'un nouveau boulot.
Date d'inscription : 06/01/2012

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Lun 1 Avr - 21:19




- Tu n’aurais pas pris goût à la moto toi ?

- Je finirais par passer le permis... gloussa Echo.

C'est vrai que c'est quelque chose qui lui avait manqué, à son arrivée au Japon. Que ce soit en Angleterre ou avec Floyd, il avait beaucoup apprécié les trajets à moto. C'était plus grisant qu'en voiture, on se sentait carrément plus libre...

- Ça te dérange qu’on passe par chez moi pour que j’y laisse ma moto ? Je préfère la savoir au chaud dans le garage plutôt que de la laisser devant le karaoké. Il n’est pas très loin de toute façon. Peut-être à une dizaine de minutes à pieds. Tu te sentiras capable de marcher aussi longtemps lorsqu’il faudra rentrer ?

Echo fit une moue faussement vexée:
- C'est mal me connaître que de présumer de ma faiblesse en la matière. Si tu savais le nombre de fois où j'ai réussi à me réveiller chez moi sans même me rappeler que j'étais rentré! J'ai un très bon pilote automatique, tu ne seras pas obligé de me porter. Et puis... - il fit un petit rond de fumée - il me semble que c'est vous, les asiatiques, qui avez la réputation de ne pas tenir l'alcool. Ca vaut peut être mieux que je sache où tu habites avant qu'on parte, comme ça ce sera peut être moi qui t'aiderai à retrouver ton chemin...!

Le serveur revint, et les deux jeunes gens réglèrent l'addition. Echo, rangeant son portefeuille dans la poche intérieure de son blouson, avala sa toute dernière gorgée de bière.

- C'est un truc qu'on a pas trop chez moi, les karaokes. Du moins, ce ne sont pas les gens comme nous qui y vont, c'est pas très... branché, on va dire, et les gens chantent déjà assez comme ça dans les pubs et les bars, après quelques verres... ce qui donne des résultats assez dramatiques, tu peux me croire.

Il vit que Kiba achevait sa cigarette.
- On est partis, alors?

Il était ravi, à vrai dire, d'avoir déjà la perspective de bouger à plusieurs endroits dans la même soirée. Ca le changeait des soirées où il pourrissait derrière son comptoir! Les deux jeunes gens se levèrent et quittèrent le bar. Echo, enfonçant ses mains dans les poches de son blouson parce que l'air du soir était un peu frais, suivit Tenkai jusqu'à sa moto.

- Je t'imagine bien en train de faire des poursuites avec cette bête-là. Je suis sûr que les gangsters n'auraient qu'à bien se tenir!

Il prit le casque que lui tendait Tenkai; il avait bien mangé, il était tout juste détendu... ils allaient enflammer le karaoké!


_________________
Out on the tar plains, the glides are moving
All looking for a new place to drive
You sit beside me so newly charming
Sweating dewdrops glisten freshing y
our side
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiba Tenkai

avatar

Nombre de messages : 524
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel
Métier : Inspecteur de police de la brigade des stup' - Dealeur pour arrondir certaines fins de mois.
Petit(e) Ami(e) : Entretient une relation plus ou moins sérieuse avec Kano Sugiura.
Date d'inscription : 27/06/2009

MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   Mer 3 Avr - 21:43

    « C'est mal me connaître que de présumer de ma faiblesse en la matière. Si tu savais le nombre de fois où j'ai réussi à me réveiller chez moi sans même me rappeler que j'étais rentré! J'ai un très bon pilote automatique, tu ne seras pas obligé de me porter. Et puis... Il me semble que c'est vous, les asiatiques, qui avez la réputation de ne pas tenir l'alcool. Ca vaut peut être mieux que je sache où tu habites avant qu'on parte, comme ça ce sera peut être moi qui t'aiderai à retrouver ton chemin...! »

    « Connard… »


    Voilà la seule réponse qui me venait à l’esprit avant que le serveur ne nous apporte l’addition. Je lui épargnai tout de même l’index dressé, par respect pour les personnes autour de nous. Mais ce mot solitaire était dit en toute amitié, comme la pique qu’il m’avait lâchée. Je n’avais peut-être pas l’endurance d’un Anglais question alcool mais je ne me débrouillais pas trop mal. J’avais appris de mes mauvaises expériences et connaissais mes limites. Il n’y avait aucune chance pour que Bailey m’aide à rentrer chez moi. Mais l’idée m’amusait. Il serait bien emmerdé si la situation se présentait réellement et s’il se retrouvait devant la porte de l’immeuble équipée d’un digicode.

    « C'est un truc qu'on a pas trop chez moi, les karaokes. Du moins, ce ne sont pas les gens comme nous qui y vont, c'est pas très... branché, on va dire, et les gens chantent déjà assez comme ça dans les pubs et les bars, après quelques verres... ce qui donne des résultats assez dramatiques, tu peux me croire. »

    « C’est pour ça que tu ne peux pas te passer de l’alcool pour chanter… Ah ces Anglais… »


    Je ne pus m’empêcher de rire avant de tirer une dernière taffe sur ma cigarette. Ce genre de plaisanteries sur les clichés m’amusait. J’avais hâte de voir si, comme le disait Bailey, le voir chanter avec plusieurs verres dans le nez serait dramatique ou non. Une fois la note réglée, les verres et nos cigarettes terminés, nous nous levâmes et quittâmes l’établissement direction ma moto. Elle n’était pas très loin, juste sur le petit parking près du bar. J’ouvris les top cases pour pouvoir en sortir nos casques dont j’en tendis un à Bailey.

    « Je t'imagine bien en train de faire des poursuites avec cette bête-là. Je suis sûr que les gangsters n'auraient qu'à bien se tenir! »

    « Ah non… Mon bébé ne fait jamais rien de risqué. J’ai trop peur qu’il lui arrive quelque chose. »
    dis-je en tapotant le siège de ma bécane. « J’y tiens comme à la prunelle de mes yeux. C’est toujours un drame lorsque je dois l’amener chez le garagiste… Et si tu veux monter dessus, ne lui fais pas peur avec tes histoires de gangsters… » plaisantai-je avant de m’installer sur ma moto, rapidement suivi par Bailey. « Prêt à passer toute la nuit en ma compagnie ? » demandai-je, osant enfin une pointe d’humour de ce style.


[Suite ici : Karaoké !]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des retrouvailles [PV Kiba Tenkai]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» Retrouvailles opportunes... [PV Eimerek/ Privé] [POST CLOS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: Les Bars et Restaurants :: Les Restaurants-
Sauter vers: