Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sewing case [PV Ririko] TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Lun 29 Déc - 17:47

Pour une fois Lena aurait bien aimé s'être trompée. Mais non, elle avait eu raison, ses craintes s'était concrétisées en une seconde victime. Elle savait déjà que si elle n'agissait pas vite, il y aurait une troisième victime puis une autre et encore une autre. Même façon d'agir, même profil, même schéma, même meurtrier.
Les victimes avaient des points commun entre-elle, mais qui ne concerné pas vraiment leur profile morphologique. C'étaient des prostituées aux physique plus ou moins varié. Le tueur les avait disposé dans des lieux où il savait que les corps seraient rapidement retrouvé. La première dans un parc, la seconde dans un parking. Leur yeux était clos et bardé de noir, les cheveux recoiffée, chacune d'elle avait été poser de façon artificiel sur les scènes de crime, comme si le tueur avait voulu leur faire prendre la pose sous les flashs des appareils photos des force de l'ordre... En plus de toute cette mise en scène, le tueur avait pris soin de coudre les lèvres de ses victimes avec des points de sutures.

Le tueur était méthodique, il ne laissait rien au hasard. Pour l'instant il n'y avait aucun témoin ou traces tangibles. Mais ce n'est pas ça qui la découragera de mettre le meurtrier sous les verrous. Les victimes n'était pas morte aux endroits où on les avait retrouvé, mais peut-être que leur corps aurait des indices non négligeable qui pourrait indiquer où chercher la véritable scène de crime.

Lena ignorait quand le troisième corps aller apparaitre. C'est pour cela qu'elle se rendit directement à la morgue. Elle n'avait pas le temps d'attendre que le légiste finisse de taper sont rapport pour ensuite lui faxé. Il devra faire son exposé des faits oralement, au pire même s'il n'avait pas finit l'autopsie, elle assisterait à la fin. Heureusement qu'elle n'avait pas l'estomac sensible.

Elle demanda à l'entrée le nom du légiste qui s'occupait de son cas. Elle fut un peu surprise par la réponse qu'elle eu. Elle ne s'attendait pas à ce qu'on lui réponde "Ririko Tatsuyashi". Lena eu un petit sourire, après réflexion, la profession de médecin légiste lui aller comme un gant.

Elle se dirigea droit vers la salle d'autopsie où la légiste devait encore se trouver. Elle entra silencieusement dans la salle. Si elle ne faisait pas de bruit en avançant c'était plus par habitudes qui étaient due à son éducation. Ririko se trouvait à l'autre extrémité de la pièce et lui faisait dos. Aucun cadavre n'était sortit, donc les chances que l'autopsie de la prostitué soit finit étaient bonnes. Elle s'approcha sans bruit jusqu'à la première table d'autopsie. Lena s'éclaircit la gorge pour signaler tacitement sa présence. Elle attendit que la jeune-femme se retourne, puis, avant d'esquisser un rapide sourire, lui dit le plus calmement du monde :

- Surprise.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d


Dernière édition par Lena Kasama le Ven 30 Jan - 18:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ririko Tatsuyashi
Modo
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Reste à définir
Métier : Médecin légiste
Petit(e) Ami(e) : Euh...?
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Lun 29 Déc - 19:18

Je jetais mes gants chirurgicaux après avoir rangé la jeune femme dans sa boîte. Les embaumeurs ne tarderaient pas à préparer le corps pour les funérailles, à réparer la boucherie chirurgicale de mon métier. J'allais me laver les mains. Autant par précaution hygiénique que par tolérance psychologique. C'était des morts, et même si je les avais ouvert avec ma blouse, mes gants et tout le tintouin, mes doigts plastifiés les avaient touché. Chaque fois que je me lavais les mains à la suite d'une autopsie, je fermais le cercle d'horreur que m'avait apporté un nouveau cadavre.

Une fois cela fait, je dénouais mes cheveux, et les ébouriffa un peu. J'avais mal au cuir chevelu. Le cas que je venais de consulter était vraiment particulier. C'était le deuxième en peu de temps et ma conclusion avait été quasiment la même. Ce n'était pas une victime ou un cas des plus gores, c'était juste très particulier. Aucune trace de sang, peu ou pas d'hématomes...

Je retirais mes lunettes et frottais mes yeux d'un geste négligé. Il y avait longtemps que je n'avais plus de peine pour les morts. Au début, je m'apitoyais sur leur sort, je ne dormais plus, repensant sans cesse aux humains qu'ils avaient ou auraient pu être... Mais dans ce genre de boulot, mieux vaut ne pas avoir de sentiments. Parfois, lors de quelques autoscopies mensuelles, je me dis que ma double personnalité a pris naissance le jour où j'ai arrêté d'être humaine face aux cadavres. J'étais épuisée. Peut être que ce soir, j'irais me coucher un peu plus tôt... Enfin, vu ce que je venais d'avoir, je pense qu'une sortie serait plus agréable pour effacer tout ça.

Je consultais ma montre. Il fallait que je me dépêche de taper mon compte rendu pour la police. Les gars là bas sont farouches et pas toujours agréables quand ils sont sur un gros coup. Sauf que quarante/cinquante pages de rapport, ça ne se tapait pas aussi rapidement que ça. Je passais ma main dans mes cheveux, signe que j'étais nerveuse. J'avais besoin d'une clope. Pourtant je ne fumais quasiment pas au boulot.

Mon assistant m'apporta quelques documents, ainsi que la cassette de l'autopsie. Je pouvais la visionner tout en relisant les notes que mon assistant avait prit pendant que j'autopsiais. J'avais vraiment, vraiment besoin de fumer. Je ne comprenais pas pourquoi ce corps m'avait tant retourné. Même mon rituel du lavement de mains n'avait pas eu d'effets.

J'appuyais mes mains contre mon bureau. Je tremblais sans savoir pourquoi. Overdose de morts? Ras-le-bol de cadavres? Non, j'aimais mon métier, j'aimais le fait de venger des morts dans l'ombre. Je rendais la justice par des autopsies et des rapports volumineux. Néanmoins, je ne cessais de me remettre en question. Pourquoi? Simplement parce que ce putain de tueur en série me déroutais. Il ne laissait aucune trace, et les morts des jeunes femmes étaient vraiment déroutantes. J'eus un haut le coeur en y repensant. Tous leurs organes avaient été brûlés de l'intérieur par un produit chimique, le phénol...

On se racla la gorge derrière moi. Je ne pris pas la peine de me retourner, pensant qu'il s'agissait de mon assistant. Néanmoins, il ne dit rien, ce qui m'irrita passablement. Je quittais mon bureau, et tournais vers le son derrière mon dos. Alors que j'allais passer mes nerfs sur cet importun, je me rendis compte que la personne qui me faisait face n'était autre que Lena.

Je haussais un sourcil, et ma bouche s'ouvrit légèrement quand elle lança « Surprise ». Comment m'avait elle retrouvé? Je ne lui avais même pas donner mon numéro de téléphone. Mais mon esprit fit un rapide retour en arrière, me remémorant notre petit pari. Un sourire s'afficha sur mon visage, tandis que je croisais mes bras sur ma poitrine.

-J'avais donc raison... Tu es flic...

Je lui souris à pleines dents, sincèrement heureuse de la voir. Je m'approchais d'elle, tout en lui demandant, cynique:

-Néanmoins, je ne pense pas que ce soit pour moi que tu sois venue, mais plutôt pour notre demoiselle Bouche-cousue...


Oui, je sais, je ne manquais pas d'humour. Mais c'était une façon pour moi de supporter un peu mieux l'horreur... Plantée face à elle, je lui demandais alors:

-Eh bien, en quoi puis-je t'être utile? Tes supérieurs t'ont envoyé pour récupérer le rapport? Sache que je ne l'ai pas encore commencé. Je viens à peine de recoudre mon cadavre...

J'aimais faire peur aux gens, les tester face à l'évocation de la mort, mais je savais que Lena avait des tripes, et qu'elle ne broncherait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Mar 30 Déc - 1:15

-J'avais donc raison... Tu es flic...

Lena se contenta de confirmer la déduction de Ririko par un léger signe de tête. Ririko s'approcha d'elle. Manifestement la jeune-femme était heureuse de la revoir. Lena devait avouer qu'elle aussi l'était, mais là c'était pour le boulot qu'elle était venu. D'ailleurs Ririko le compris rapidement.

-Néanmoins, je ne pense pas que ce soit pour moi que tu sois venue, mais plutôt pour notre demoiselle Bouche-cousue...

Lena sentait bien que Ririko devait être déçut. Mais effectivement c'était pour la victime qu'elle venait. Elle eu un petit sourire affable envers Ririko.

-Peut-être une autre fois...

-Eh bien, en quoi puis-je t'être utile? Tes supérieurs t'ont envoyé pour récupérer le rapport? Sache que je ne l'ai pas encore commencé. Je viens à peine de recoudre mon cadavre...

Elle regarda Ririko droit dans les yeux. Le visage de Lena était impassible voir presque froid. Ses supérieurs ? Pour l'instant, l'affaire n'était pas aussi importante pour qu'ils s'en soucie.
Elle eu un léger soupir. C'était ainsi. D'une il y avait trop d'affaire à régler, deux la mort de prostitué n'émeut pas tant les foules de façon générale. Puis d'un ton doux et patient elle répondit calmement.

- Je sais que tu n'as pas eu le temps de taper ton rapport, mais moi je n'es pas le temps d'attendre que tu tapes tes 50 pages pour ensuite les lires. Trois. C'est le nombre de victime exigé pour qu'on puisse parler de tueur en série. Je n'ai nullement l'intention d'attendre que le troisième corps soi étendu sur ta table d'autopsie. Donc si tu pouvais me faire un petit exposé oral des faits, j'apprécierai ce gain de temps.

Lena eu un faible sourire envers Ririko et non le sourire charmeur qu'elle avait voulu. Elle avait passé sa nuit et toute sa journée à arpenté les rues à la recherche d'infos sur les victimes. Les lieux qu'elle fréquentaient, quels secteurs elles "quadrillaient" le soir. Leur mac n'avait pas étaient très coopératifs, du coup elle avait du se montrer persuasive pour avoir les réponses qu'elle voulait. A son tour elle avait quadrillé les secteurs où le corps des victimes avait été retrouver. Ainsi elle avait pu récupérer les vidéo de surveillance de plusieurs boutiques de proximité ou parking de fastfood ainsi que les photos des radars qui flashé les automobilistes en infraction. Elle espérait voir la voiture du tueur. Il y avait très peu de chance que se soi le cas mais elle ne pouvais pas se permettre de ne pas vérifier. Elle effectuait à elle seule le travail de toute une équipe. Mais tant qu'il n'y aura pas de troisième victime elle ne pourrait pas réclamé d'équipe à qui déléguer certaines taches. Elle avait même commencé à établir un profil du tueur, seulement si elle voulait un profil plus complet et fiable, il fallait qu'elle sache s'il y avait ou non des différences notable entre les 2 corps, est-ce que la procédure était exactement la même ou non etc...

- Toujours du phénol ? Industriel ? Des traces de coup ou des marques de défense ? Des résidu de n'importe quoi qui pourrai nous dire à peu prés dans quel sorte de lieux elle se trouvait avant de mourir ?......

Ririko répondit aux questions de Lena. Appuyée contre l'une des table d'autopsie, la tête baissée , les yeux fermés, elle avait porté sa main à son visage protégeant ses yeux de la lumières. La salle était trop éclairé avec ces lumières puissante ou alors c'était tout simplement elle qui était trop fatiguée. En tout cas elle enregistra la moindre parole de la légiste qui ajouté certaines précisions sur le corps et l'autopsie, ainsi que les variables qu'ils pouvaient y avoir avec les deux victimes.

Une fois que la légiste eu finit, Lena se redressa et sourit à Ririko.
Lena se rapprocha un peu plus prés de la jeune-femme. Tout d'un coup toute la fatigue accumulée s'envola. Son regard qui était toujours vif, devint plus intense. Dans un coin de sa tête, son cerveaux analysait déjà de bout en bout, tout les indices et informations qu'elle avait pu recueillir.

-Merci. Un café ?

Elle estimait que c'était la moindre des choses. De plus l'idée de passer un peu plus de temps avec Ririko ne lui déplaisait pas non plus.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d


Dernière édition par Lena Kasama le Mer 27 Mai - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ririko Tatsuyashi
Modo
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Reste à définir
Métier : Médecin légiste
Petit(e) Ami(e) : Euh...?
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Mar 30 Déc - 18:10

Eh oui, Lena n'était pas ici pour moi, bien évidemment. Il s'agissait plutôt de la nouvelle victime. La jeune femme me dit alors, d'un ton condescendant:

- Je sais que tu n'as pas eu le temps de taper ton rapport, mais moi je n'es pas le temps d'attendre que tu tapes tes 50 pages pour ensuite les lires. Trois. C'est le nombre de victime exigé pour qu'on puisse parler de tueur en série. Je n'ai nullement l'intention d'attendre que le troisième corps soi étendu sur ta table d'autopsie. Donc si tu pouvais me faire un petit exposé oral des faits, j'apprécierai ce gain de temps.


Lena ne rigolait pas. Je pouvais voir son sérieux transparaître sur son front. Bon, il ne me restait plus qu'à lui faire mon topo. Je revîns à mon bureau et m'assis à moitié sur le bord de la table. Mes jambes se croisèrent, et je pris en main les notes de mon assistant. D'une voix nonchalante, je lui fis alors le commentaire de mon autopsie:

- Bien... Tout d'abord, c'est le même procédé que pour la première victime. On lui a fait ingérer du phénol brut, d'où les brûlures aux lèvres, dans toute la trachée, et l'implosion interne des organes digestifs. Comme précédemment, trace d'alcool et de somnifère dans le sang. Seul changement par rapport au premier meurtre, celle ci s'est visiblement débattue. J'ai décelé des traces de coups au niveau du dos, des genoux, des coudes et du ventre. Vraisemblablement, elle a dû pas mal souffrir. La dose de somnifère qu'il lui a administré n'était pas adaptée à son métabolisme, donc, elle a dû se réveiller aux premières brûlures dans la bouche. Elle a probablement du se cogner un peu partout, tomber sur les genoux et les coudes, avant de s'évanouir et de mourir de douleur. La première n'avait pas eu le temps de se débattre par contre. Elle s'est probablement réveillée au moment où le phénol est arrivé dans son estomac, cela signifie qu'elle n'a eu que le temps de se rendre compte qu'elle mourrait que dans les cinq dernières minutes d'ingestion. Mmmh, quoi d'autre?

Je jetais de temps en temps un oail aux notes pour voir si je n'omettais rien dans mon résumé.

- Concernant les traces « ongles, cheveux, poils... » J'ai tout envoyé au labo. Nous aurons les résultats dans moins de quarante huit heures. Néanmoins, je ne pense pas que cela nous aidera plus que ça. La victime n'a pas été abusée sexuellement, tout comme la première. Le fil utilisé pour coudre ses lèvres est le même que pour la précédente victime. C'est du nylon selon le rapport du labo...

Je m'arrêtais et levais les yeux vers Lena. Elle avait l'air aussi épuisée que moi. Et les éléments que je lui donnais n'étaient pas des plus encourageants. Le nylon était du fil que l'on trouvait partout, en plus la couleur n'avait rien de particulière. Et concernant le phénol brut, seules quelques milliers d'entreprises en utiliser dans le monde. De toutes façons, à partir du moment où on a les moyens de payer, on pouvait s'offrir tout et n'importe quoi. Je posais les documents à côté de moi. Passant ma main dans mes cheveux pour remettre en place une mèche, je lui dis, abattue:

- Cette autopsie n'a rien réveler de plus que la précédente. A part peut être que ce fou est un monstre des plus sadiques. Il a une méthode efficace, propre, et diablement méticuleuse.

Je retirais mes lunettes pour frotter mes yeux fatigués. J'étais épuisée et éprouvée mentalement. C'était la première fois que mes analyses ne délivraient rien de conséquent. Il n'y avait pas le moindre indice, absolument rien. Pourtant, le processus était simple: il emmenait les filles chez elle, leur offrait à boire avec un somnifère dedans, puis, une fois endormie, leur faisait ingérer du phénol pur, et cousait leurs lèvres dans l'instant, pour éviter qu'elles ne le recrachent ou vomissent. Ce type était un monstre, mais en même temps un véritable génie. Il avait pensé au crime parfait, et il était probablement certain que la police ne l'arrêterait qu'au premier faux pas.

Lena me sortit de mes pensées, en me proposant avec un sourire un café. Je me levais de mon bureau, et lui répondit avec le sourire:


- J'accepte avec plaisir. A condition que ce ne soit pas celui de la morgue. Il est infect.

Tout comme l'endroit, ne pus je m'empêcher de penser avec désarroi.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Ven 2 Jan - 13:56

- J'accepte avec plaisir. A condition que ce ne soit pas celui de la morgue. Il est infect.

Lena réfléchit un instant, il ne lui semblait pas avoir repéré de café aux à l'entour. Par contre le commissariat se trouvait juste à coté, à vrai dire il n'était séparé de la morgue de seulement quelques bâtiments.

- D'accord si ça ne te dérange pas d'essayer celui du commissariat.

Lena attendit que Ririko prenne ses affaires puis elles parcoururent les quelques mètres qui séparer les deux bâtiments. L'ambiance entre les deux lieux était radicalement opposait. Contrairement à la morgue, le commissariat grouillait de monde allant en tout sens discutant entre eux. Des gens déposait plainte, d'autre revendiquait leur innocence ou insultait les personnes chargé de les amener en cellule. Lena fit signe à Ririko de bien la suivre, on pouvait facilement se perdre. Le bruit les empêcher de pouvoir communiquer correctement, de toute façon Lena était absorbé par les victimes qui hantaient son esprit. Quelque chose lui échappait, quelque chose d'important qui l'aiderait à comprendre un peu mieux toutes cette affaire. La réponse était à porter de main, elle le sentait. Elle faisait à peine attention au chemin qu'elle empruntait, elle avançait d'un pas sur et décidé, ne déviant pas d'un pouce, les gens lui céder le passage sans même sans rendre compte. Elles finirent par arrivée dans la salle de repos qui était vide.

- Je t'en prie installe-toi, je vais préparer le café. Si tu veux fumer tu peux y aller.

Elle déposa un cendrier pour Ririko. Puis elle fit dos à la légiste et prépara rapidement le café. L'odeur ne tarda pas à embaumer la salle. Pendant ce temps elles discutèrent un peu de choses et d'autre.
Lena avait bien sentit que Ririko était un peu affectée par ces autopsies. Elle ne savait pas quoi lui dire pour la réconforter. Elle voulait la prendre dans ses bras lui dire qu'elle n'avait pas à s'en faire pour ça, qu'elle retrouverait le tueur. Elle se contenta de se tourner et d'ouvrir un tiroir pour sortir du sucre. Cette situation déclencha un éclaire de fureur qui traversa son regard. Décidément ce tueur lui taper sur les nerf. Une fois le café prêt, elle apporta une tasse à Ririko et pris pour elle même une tasse de thé. Lena ne buvait le café que d'une seule façon, dans un black russian.
Elle s'installa en face de Ririko et lui sourit.

-Alors comment va M. Yukio, depuis notre dernière rencontre ?

Elle avait posé la question sur le ton de la conversation, pour définitivement éloigné d'elles le spectre du sujet des meurtres. Toutefois, elle regretta sa question dés qu'elle eu franchit ses lèvres. Elle n'avait aucune envie de le savoir, ou du moins pas de la part de Ririko. C'était idiot, elle le savait, qu'est-ce que ça pouvait changer ? Elle eu un petit sourire. A présent, elle ne laisserait pas l'ombre d'une chance au photographe. Lena avait un avantage non négligeable. Les gains d'un pari. Elle espérait seulement qu'il ne soit pas trop tard et que Ririko se souvienne de son du. De plus le métier des deux jeune-femme leur permettaient de toujours avoir un prétexte pour se voir. Ses yeux observaient Ririko. Lena bu une gorgé de son thé et l'écouta, son attention était à présent rivé sur elle.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ririko Tatsuyashi
Modo
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Reste à définir
Métier : Médecin légiste
Petit(e) Ami(e) : Euh...?
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Ven 2 Jan - 17:12

Lena me proposa le café du commissariat. Pourquoi pas? Leurs locaux n'étaient pas si éloignés que ça de la morgue, et puis, c'était l'occasion de se changer un peu les idées, ainsi que de découvrir l'endroit où Lena était censée passer le plus clair de son temps. Elle m'attendit gentiment tandis que je rassemblais quelques affaires. Je me rendis au vestiaire pour y déposer ma blouse, prendre mon sac à main et me recoiffer rapidement. Je revêtis mon manteau, et la rejoignis dans le hall. Nous partîmes ensemble au commissariat.

L'air frais me fit du bien. J'en remplis mes poumons, oubliant l'air corrosif de la morgue. Je resserrais mon manteau autour de mes épaules, et suivis de près Lena. Le commissariat de la police était bruyant et agité, tout le contraire de mon lieu de travail. La foule avait tendance à m'effrayer et je faillis un moment, m'accrocher comme une enfant à la veste de Lena. Néanmoins, sa démarche ferme lui assurait un passage certain. Je me fis la réflexion amusée que Lena avait ce petit côté Moïse dans sa façon de fendre les foules. On arriva finalement dans une salle qui était dédiée aux policiers et à leur repos visiblement. Je m'installais dans un des petits fauteuils moelleux, tandis que Lena préparait le café. Elle me tendit un cendrier, et je sortis de mon sac mon paquet de Menthol. Une des cigarettes vînt se glisser entre mes lèvres, et la flamme du briquet noircit le bout. Une fumée odorante s'en échappa et se mêla au parfum du café. Mon hôte vînt bientôt me rejoindre, posant deux tasses fumantes devant nous.

Le corps de la prostituée me troublait encore mais me retrouvait ici m'aider à l'oublier un peu. Je décidais de me concentrer sur autre chose. Ma tête pencha en arrière, ma nuque toucha le haut du fauteuil, et j'observais ainsi pendant quelques instants le plafond et les volutes de fumée qui s'y écrasaient paresseusement avant de disparaître complètement, noyées dans l'air de la salle. Lena décida de rompre le silence. Nous n'avions pas eu l'occasion vraiment de parler pendant le trajet, la foule et le bruit nous en empêchant, et nos propres pensées nous retenant tous commentaires. Nous parlons futilités pendant un moment, et je la complimentais entre deux gorgées de café, sur la préparation de ce dernier. Elle m'interrogea alors sur Yukio, le photographe que nous avions chacune rencontré lors de son vernissage. Je souris, avant de lui répondre, amusée:

- Oh, je n'ai pas eu de ses nouvelles depuis l'exposition, et je ne m'en inquiètes pas trop. J'ai d'autres chats à fouetter en ce moment que d'entretenir un réseau social. Et puis, en même temps, je le trouve assez étrange. Il y a quelque chose chez lui qui m'intrigue et qui me dérange en même temps. Toutefois, je lui ai promis un dîner... C'est la moindre des politesses après le cadeau qu'il m'a offert.

Oui, c'était avant tout par politesse que je l'avais invité à dîner. Et puis aussi pour parler d'art. La seule chose qui me retenait d'entretenir une relation avec lui était son âge. J'avais fait quelques recherches sur internet à son sujet, et j'avais lu quelque part qu'il n'avait qu'une vingtaine d'années. Je n'aimais pas les jeunes hommes... Je les trouvais trop immatures, quoique Yukio s'était montré charmant à mon égard. Mais bon...

J'écrasais ma cigarette à moitié consumée dans le cendrier, et finissais d'avaler à la hâte mon café. J'étais encore nerveuse, et je n'arrivais pas vraiment à calmer mes nerfs. Je jetais un coup d'œil à Lena, qui elle aussi avait l'air soucieuse. Je me sentais coupable vis à vis d'elle de ne pas avoir trouvé suffisamment d'indices pouvant l'aider à résoudre facilement ces deux meurtres.

Nous sommes restées silencieuses un moment, avant que je ne me souviennes de quelque chose. Le pari... Ne m'avait elle pas promis une « récompense spéciale »? Je souris, avant d'ajouter, moins sombre que les minutes précédentes:

-Dis moi Lena, ne m'aurais tu pas promis quelque chose si je découvrais ta profession? Quels étaient les termes exactes?

Dans une moue amusée, quelques doigts se placèrent sur mon menton, et je levais les yeux au plafond, avant de m'écrier, d'une voix vive et enjouée:

-Une récompense spéciale! Ce sont exactement les mots que tu as prononcé lors de notre rencontre à L'Entre deux Mondes. Mais arrêtes moi si je me trompe... Au fait, quelle est cette récompense? Je suis curieuse de le savoir!


Étrangement, quand j'étais en présence de Lena, je faisais involontairement ressortir ma personnalité nocturne, celle complètement sociale et libérée. Néanmoins, je ne me permettais pas d'être aussi déjantée qu'en soirée, et gardais une totale maîtrise de moi. Lena était vraiment une femme très particulière pour me faire changer ainsi...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Mer 7 Jan - 21:35

A la réponse de Ririko Lena ne pu s'empêcher un petit sourire. Exit Yukio. Comme il lui avait bien semblait lors de l'exposition, Ririko n'était pas tellement intéressé par le photographe, autrement Lena n'aurait peut-être pas était aussi gentille durant leur rencontre. Quoi que dommage, elle avait laisser faire le photographe afin de pouvoir observer Ririko sous un nouvel angle et puis parce que le jeu n'aurait était que plus intéressant... Mais bon elle n'allait tout de même pas se plaindre. Il eut un moment de flottement, Ririko semblait encore préoccupée par cette affaire de meurtre. Lena eu un léger soupir puis se jeta à l'eau.

-Tu sais ton autopsie ma beaucoup aider, j'ai pu apprendre quelque chose sur ce tueur. Je pense que c'est un détails cruciale pour la suite de l'enquête. Merci.

Lena eu un sourire sincère envers la légiste. Est-ce qu'elle mentait ? Non, elle avait vraiment vu une faille. Elle sortit son PDA et tapa rapidement ce qu'elle avait en tête. Elle ne se rendit compte à qu'elle point elle était tendu par cette affaire que lorsque ses muscles se relâchèrent et qu'ils lui rappelèrent par la même occasion qu'ils souffraient et donnerait tout pour un massage ou en tout cas un repos bien mérité. Elle rangea son PDA et passa l'une de ses mains sur l'une de ses cervicales.

-Dis moi Lena, ne m'aurais tu pas promis quelque chose si je découvrais ta profession? Quels étaient les termes exactes?

Lena releva la tête vers Ririko qui eut une petite moue en feignant chercher dans sa mémoire. Lena était sur qu'elle s'en souvenait parfaitement. Elle eu un rapide petit sourire devant l'esprit joueur de Ririko.

-Une récompense spéciale! Ce sont exactement les mots que tu as prononcé lors de notre rencontre à L'Entre deux Mondes. Mais arrêtes moi si je me trompe... Au fait, quelle est cette récompense? Je suis curieuse de le savoir!

Lena regarda Ririko comme si elle était surprise par ce que cette dernière venait de dire. Elle se pencha un peu vers Ririko.

- Hmmm ? J'ai dit ça ? Tu en es sur ?

Lena se leva, se rapprocha de Ririko d'un air distrait et fit le tour de la jeune-femme.

- Etrange, je pense que je m'en saurais tout de même rappelait si j'avais dis ça, non ?

S'arrêta dans le dos de Ririko.

-Oh, oui, maintenant que tu le dis je m'en souviens parfaitement.

Elle posa ses deux main sur le bord du fauteuil de Ririko et se pencha vers son oreille avant de parler d'une voix charmeuse.

- Mais Je me souviens aussi que pour gagner cette récompense "spéciale" tu devais deviner ma profession uniquement d'après les indices que je t'avais donné. Or les conditions de ta victoire sont tout de même discutable.

Elle avait volontairement baissé sa voix un peu plus à chaque mot pour forcer la légiste à se concentrer uniquement sur sa voix. Elle attira gracieusement le menton de Ririko vers elle, plongeant ainsi son regard cobalt dans celui de la jeune-femme. Elle susurra à l'oreille de la jeune-femme.

- Mmmmhh que dois-je faire Ririko ? T'accorder la victoire ? Te donner un petit malus ? Mmm se serait encore moins juste il me semble, non ? Ah, je sais ....

Elle embrassa Ririko. Elle était sur son lieu de travail, dans la salle de repos collective du commissariat. A tout moment un de ses collègues, y compris un supérieur, chose rare, pouvait rentrer et trouver les deux jeune-femmes en train d'échanger un langoureux baiser... C'était bien le cadet de ses soucis. Au bout d'un moment elle relâcha Ririko est eu un petit rictus. Ne l'effleurant que du bout des doigts, elle caressa le cou fin de Ririko, faisant des aller retour le long de sa carotide et en passant par la trachée de la jeune-femme...

-On va dire que pour le moment tu auras surtout droit à un petit avant goût de ta récompense. Pour avoir le reste il faudra malheureusement encore le gagner.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d


Dernière édition par Lena Kasama le Jeu 8 Jan - 14:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ririko Tatsuyashi
Modo
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Reste à définir
Métier : Médecin légiste
Petit(e) Ami(e) : Euh...?
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Jeu 8 Jan - 14:13

J'eus un sourire amusé. Lena faisait semblant de ne pas savoir de quoi je parlais en évoquant la "récompense spéciale". Elle se leva. Je la suivis du regard. Sans cesse, mes yeux se reportaient sur elle, sur ses gestes, ses manières. D'un pas lent, elle passa derrière mon fauteuil. Je sentis comme un frisson partir du bas de mon dos, avant de remonter rapidement au niveau de mes épaules. Instinctivement, je contractais mes muscles dorsaux et ceux de mes bras, pour réprimer ce frisson malicieux. L'excitation montait en moi à mesure que Lena se rapprochait. Mes mains se crispèrent sur ma jupe quand je perçus le frôlement de ses cheveux dans ma nuque et le susurrement suave de ses lèvres tout contre mon oreille. Je remarquais alors que ma respiration s'était faite plus lente et plus profonde, et que l'air que j'inspirais en si grande quantité gonflait mécaniquement ma poitrine.

Je sentais le rose me montait aux joues, et pourtant, je ne voulais pas qu'elle s'en aperçoive. Ses doigts sur mon menton déconnectèrent mon esprit de mon corps. Je n'entendais alors plus rien, à part les battements de mon coeur qui semblait prêt à s'arracher à ma cage thoracique. En temps normal, je n'étais pas si timorée, mais là, c'était complètement différent. Un bourdonnement insupportable dans mes oreilles, probablement du à une tension artérielle trop forte, m'empêchait d'écouter ce qu'elle me disait. Je voyais ses charmantes lèvres remuaient devant moi, mais aucun son n'en sortait.

C'est alors que le meilleur - et le pire aussi - arriva. Je vis son visage s'approchait doucement du mien. Ses lèvres pressèrent les miennes dans un langoureux baiser. Toute mon attention se concentra dessus avant de s'éclater en milliers de constations étranges et folles sur mon corps. En une fraction de seconde, j'observais plusieurs choses: Mon coeur avait loupé un battement, j'étais devenue rouge pivoine, et j'avais froissé le bord de ma jupe à force serrer les poings dessus. Je fermais finalement les yeux, n'ayant plus que le contact de Lena comme seul point de repère. Mes sens se calmèrent peu à peu, au fur et à mesure que je sentais ses lèvres se séparer des miennes. Finalement, elle s'éloigna de moi. J'avais cette impression dérangeante de ne pas avoir appartenu à mon corps l'espace d'un moment. Moment que je jugeais figé dans le continuum espace-temps.

Lena semblait en meilleure condition que moi. J'eus besoin de quelques secondes pour me concentrer de nouveau, avant de pouvoir répondre à sa déclaration:


- Le reste est à gagner? Si le reste est semblable, voire même meilleure que ce baiser, donnes moi tes instructions pour la suite, que je puisse remporter ce prix...

Ma voix était assurée, mais le reste de mon corps me trahissait encore. Mes joues étaient encore roses de l'émotion, la peau de mes articulations métacarpo phalangiennes avaient blanchis, et j'avais les mains moites. Le geste de Lena m'avait pourtant agréablement surpris. Certes, je m'y attendais un peu, mais pas ici, pas aujourd'hui... Enfin, le soir où je l'avais rencontré au bar, je n'étais même pas sûre de la revoir un autre jour.

Ses doigts glissaient sur ma peau, arrachant de délicieux frissons à mon échine. Je remis mes lunettes en place d'un geste machinal. J'étais encore toute retournée par ce qu'il venait de se dérouler. Pourtant, j'essayais de le trahir le moins possible dans mes gestes. Mes muscles se décontractaient les uns après les autres. En tout cas, j'étais garantie pour le lendemain d'avoir une jolie contraction musculaire au niveau du cou, vue la façon dont je m'étais raidie.

Je baissais les yeux, regardant mes petits genoux, serrés l'un contre l'autre. Je ne savais pas quoi faire... Je n'osais pas répondre à son baiser, de peur de paraître trop entreprenante (quoi que c'était elle qui avait commencé!). Pour pallier au silence qui commençait à s'installer, je lui demandais alors:

- Sinon, depuis combien de temps es tu flic?

Mon corps s'allongea légèrement dans le fauteuil, tandis que mes yeux bleus se posaient sur elle...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Ven 16 Jan - 21:20

Ririko rougit sous le baiser de Lena. Elle eu envie de l'embrasser de nouveau mais n'en fit rien, il ne fallait pas abuser des bonnes choses. Du moins pour l'instant.

- Le reste est à gagner? Si le reste est semblable, voire même meilleure que ce baiser, donnes moi tes instructions pour la suite, que je puisse remporter ce prix...

La phrase arracha un sourire à Lena. Elle avait déjà entendu ce genre de phrase, mais venant de Ririko c'était différent, c'était toujours différent. Ririko finit par se tourner un peu plus vers Lena et la regarda, Lena ne cilla pas.

- Sinon, depuis combien de temps es tu flic?

Lena pencha légèrement la tête, puis finalement se redressa. Elle pris place juste en face Ririko et s'assit sur la table, conservant ainsi une certaine proximité.

- hmmm, ça va bien faire un peu plus de 3 ans, pas si longtemps que ça finalement. Et toi depuis combien de temps tu es médecin légiste ?

Elle lui sourit radieusement, un sourire rare et sincère, qu'elle montrer peu souvent, surtout depuis qu'elle ne travaillait plus en tant que mannequin. Elle écouta la voix de Ririko, et l'observa en se demandant ce qu'elle pourrait bien inventer comme jeux.

- Comment t'es venu l'envie de devenir légiste ?

Elle voulait en savoir plus sur Ririko, mieux la comprendre. Elle ne faisait de recherche sur les gens uniquement quand c'était nécessaire, autrement elle préférait amplement les découvrir peu à peu. Les laisser se dévoiler à elle.

Lena passa sa main dans ses cheveux blond. La porte s'ouvrit interrompant la conversation. Un homme rentra. La trentaine, mal rasé, une cigarette à la bouche. Il observa un instant les deux jeunes-femmes et fit un signe de tête à Lena.

- Ca tombe bien je voulais te voir.

- Un café.

Il émit un grognement comme réponse, Lena se leva et lui servit une tasse.

- Combien de sucre ?

Encore une fois il lui répondit par un grognement, Lenal ne mis pas de sucre et lui tendit sa tasse. Il la pris et bu une gorgé. Elle fit les présentations.

- Ririko, je te présente l'inspecteur Torajiro Abe, Abe-san voici le Dr. Ririko Tatsuyashi, médecin légiste. Alors tu voulais me dire quelque chose ?

Il émit encore un grognement et répondit.

- Oui, finalement on a pu les attraper. Tes tuyaux ont étaient utile.

Il parlait d'une affaire commune au deux différents services des deux inspecteurs. Une affaires pas net de contre-bande et de meurtre. Lena avait aidé l'inspecteur en lui donnant quelques renseignement utile. Il lui tendit un fichier.

- Tiens, c'est que tu voulais non ?

- Oui, merci.

Elle pris le dossier et l'ouvrit le survolant rapidement. Goro Chiba. Tout les renseignements qu'elle souhaitait savoir pour le moment. Avec toutes les affaires qu'elle devait mener elle n'avait pas le temps de rechercher tout les renseignement elle-même. Surtout qu'elle était nouvelle et assez réticente au faite d'aller dans la rue pour avoir ces renseignement. Elle avait une ébauche de plan, mais pour le moment valait mieux qu'elle ne se fasse aucunement remarquer à poser des questions un peu par tout dans les rues. Elle avait l'avantage de ne pas être encore reconnu en tant que flic. Un atout qu'elle voulait garder jusqu'au dernier moment.
C'était pour ça qu'elle avait demander l'aide de l'inspecteur, à cause de certaines de ses méthodes, c'était pas un flic médaillé mais au moins les résultats étaient là. Et elle savait qu'il n'était pas un vendu. Il bu encore une gorgé de café et se leva, salua les deux jeune-femme et se dirigea vers la porte. Il commença à l'ouvrir et se tourna vers Lena.

- Fais attention. On a pas besoin d'un second bon flic dans un lit d'hôpital, ou pire. Mais bon, j'me fais pas de souci pour toi.

Il sortit. Lena se retourna vers Ririko et se rapprocha de nouveau d'elle en reprenant sa place. Elle était de bonne humeur finalement. Elle n'avait plus aucun doute sur le fait qu'elle attraperai non seulement Goro Chiba mais également ce tueur en série. Elle se pencha légèrement vers Ririko, avec cette sensualité débordante qui faisait aisément tourner les têtes.

- Désolé, pour cette interruption.






[désolé de répondre aussi tard >-<]

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ririko Tatsuyashi
Modo
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Reste à définir
Métier : Médecin légiste
Petit(e) Ami(e) : Euh...?
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Sam 17 Jan - 15:18

Lena vint s'installer en face de moi, sur la petite table qui nous séparait précédemment. Je ne doutais pas un instant qu'elle avait remarqué mon embarras, mais tant pis, c'est ce qu'on appelle la vie, et je ne suis pas un être surnaturel. J'étais même à peu près sûre que mes joues roses lui avaient plu. Elle répondit alors à ma question, et me la renvoya. Après un rapide calcul mental, je lui dis:

- Ça doit bien faire trois ans. Dont deux ici et une année à Londres. En tout cas, dans n'importe quel pays où tu travailles, tu tombes sur les mêmes détraqués.

Je sortis une seconde cigarette de mon paquet, et en proposais une à mon hôte. Je me fis alors la réflexion que depuis que je fumais, je n'avais jamais envisagé de m'arrêter, même après avoir vu des centaines de poumons noircis et flétris par le tabac et toutes ses substances cancérigènes.
La fumée blanchâtre s'éleva autour de moi, avant de s'écraser mollement sur le plafond. Lena me demanda alors comment m'était venu l'envie de devenir légiste. Je souris. Peu de personnes connaissaient ma profession, et donc peu de personnes me posaient cette question. Je tirais une longue bouffée de ma cigarette avant de répondre:

- La médecine m'a toujours attiré, mais je suis quelqu'un de difficilement sociable avec les autres. J'ai du mal à m'apitoyer sur le sort des autres. J'suis comme ça, et donc, il me fallait un métier où je ne serais pas spécialement embêtée par ça. Les cadavres ont l'avantage de ne pas être très bavards quand on les ausculte. Bien sûr, le médico-légale ne se résume pas qu'à ouvrir des macchabées. Je m'occupe aussi de certaines affaires de mœurs, comme constater le viol d'une femme, ou bien les marques d'agressions d'une personne. Bref... Les gens viennent pas me voir en pleurant, en me disant : "Docteur, j'ai mal au ventre, j'ai mal à la tête, et ici, et là".

Oui, je sais, je suis une fille cruelle, mais je supporte pas les hypocondriaques. Je ne sais pas où ils voient que le médecin généraliste est un bureau des lamentations, mais moi, ça m'énerve. Après, ce bref silence, je repris amusée:

- Mais tu veux la vraie raison? En fait, quand j'étais enfant, je suis tombée amoureuse du procédé de momification égyptienne. D'où mon orientation en médecine, et en médico-légale. La mort est pour moi un processus naturel de la vie (même si certains meurent plus brutalement que d'autres) et ça équivaut pour d'autres à étudier les vivants. Mais dis moi, tu faisais quoi avant d'être flic?

J'étais intimement persuadée que Lena n'avait pas passé ses premières années à vouloir être policière, et j'étais curieuse de savoir quoi.

Un homme interrompit alors notre conversation. La trentaine, l'air peu commode, Lena me le présenta. Il s'agissait d'un inspecteur avec lequel elle travaillait sur une affaire commune. Je le saluais poliment, en inclinant la tête, et sourit comme pour confirmer selon les dires de Lena, que j'étais Ririko Tatsuyashi, médecin légiste. Ils discutèrent un instant, pendant que je terminais tranquillement ma cigarette. Il lui remit un dossier qu'elle feuilleta, visiblement ravie de ce qu'elle y trouvait. L'homme nous quitta, lançant à Lena une ultime recommandation à celle ci. Un flic à l'hôpital? Il me semblait en avoir vaguement entendu parler. Alors que je fixais la porte, rêveusement, Lena s'excusa pour l'interruption.

Je sursautais légèrement au son de sa voix, et me retournais vivement vers elle. Un deuxième sursaut secoua mon corps quand je vis son visage si proche du mien. Je me remis à rougir comme une petite fille. Ce n'était pourtant pas dans mes habitudes de perdre si facilement la maîtrise de mon corps. Voulant passer, à autre chose, je lui dis d'un rire nerveux, en agitant la main:

- C'est pas grave! Tu es sur ton lieu de travail, c'est normal que tu sois dérangée par tes collègues.

Instinctivement, mon corps s'enfonça doucement dans le fauteuil, comme pour me soustraire au regard sensuel et langoureux que me jetais Lena... Je me râclais la gorge avant de reprendre:

- Au fait, tu n'as pas répondu à ma question: Que faisais tu avant d'être flic?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Jeu 29 Jan - 21:31

Lena ne s'était pas trompé, Ririko était vraiment quelqu'un d'intéressant.

- C'est pas grave! Tu es sur ton lieu de travail, c'est normal que tu sois dérangée par tes collègues. Au fait, tu n'as pas répondu à ma question: Que faisais tu avant d'être flic?

Effectivement, elle n'avait pas répondu à la question, se contentant de sourire avant que l'inspecteur n'entre. Ririko se renfonça dans son siège, est-ce qu'elle l'intimidait trop et la mettait mal à l'aise ? Lena se leva et s'éloigna de Ririko. Que pouvait elle bien dire ? Elle décida de prendre au pied de la lettre la question de Ririko, en lui disant la dernière chose qu'elle avait faite avant d'entrer dans la police japonaise.

-Ce que je faisais avant d'être flic ?...hmm... Juste avant, j'étais à Quantico...

Le centre de formation du FBI, avant de revenir au japon passer le concours pour entrer dans la police et suivre les quelques cours de l'école, Lena avait pu bénificier d'un stage intensive. C'était l'endroit où Lena avait suivit l'essentiel de sa formation officiel en tant que futur flic, d'où le fait qu'elle n'avait pas toujours les mêmes méthodes que ses collègue japonais qui avait juste suivie la formation standard des écoles de police japonaise. Elle avait su nouer des contact solide avec ses camarades, choses non négligeable qui fut aussi utile pour elle que pour eux, chacun se renvoyant l'ascenseur sur certains dossiers. Parfois il ne s'agissait que de renseignements, mais des information qui pouvait être utiles.

Lena se tourna ensuite vers Ririko et capta son regard.

-Sinon avant ça, plein de choses différentes, mais là je te laisse le soins de deviner une nouvelle fois ce qui t'intéresse vraiment...

Ses lèvres s'étirent en un sourire énigmatique et joueur. Bizarement les gens était plus impressionné par sa carrière de mannequin que par son passage à Quantico. A vrai dire ils étaient surtout intimidé par son passé de mannequin. Lena préférait éviter que se soit le cas avec Ririko. De toute façon Lena trouvait que ça sonnait toujours trop prétentieux de dire qu'elle était un ancien top internationale, beaucoup plus qu'un stage a Quantico. Et puis ça donnait un excellent prétexte pour continuer son petit jeu.

- Une idée ?

Elle sirota son thé et attendit les propositions de Ririko.
Mais encore une fois son plaisir fut gâché, un jeune bleu accouru dans la salle de repos en haletant comme un boeuf. Il regarda Lena en essayant de lui parler, mais aucun son ne sortit de sa bouche. Lena lui fit signe de se calmer et reprendre son souffle.

-Le chef veut vous voir, il dit que c'est urgent et que si vous ne veniez pas tout de suite, qu'il allait me virer et faire en sorte que le seul job que je puisse faire serai soit dans la circulation, soit vendre des bento dans une épicerie minable!

Le jeune homme se jeta littéralement aux genoux de Lena qui recula.

- S'il vous plait Kasama-sama ! Ayez pitié de moi, j'veux pas finir comme ça !

Elle regarda le jeune homme. Que c'était cruel, les chef s'amusaient toujours à faire tourner en bourrique les petits nouveaux. Lena n'était pas censé être au commissariat aujourd'hui, et ça le chef du jeune homme devait le savoir, c'est pour ça qu'il avait demandé à ce que le p'tit bleu la cherche partout dans le commissariat.

*Ahhh, les bleus, toujours aussi crédible*

- Très bien, très bien, j'irai le voir, mais relevez vous et sortez maintenant.

Elle regarda le jeune homme sortir à reculons. Elle était prête à parier qu'il devait attendre devant la porte. Elle souffla.

-Tu veux que je t'appelle un Taxi pour rentrer chez toi ? Où ça ira ?

Lena aurait préféré la raccompagner elle-même, mais elle ne pouvait pas vraiment. Ce bleu, aller souffrir au point que la carrière de vendeur de bento lui paraisse géniale comme perspective. Elle sortit l'une de ses cartes de visite, blanche avec écrit simplement "Lena" en lettre occidental, suivit de son numéros de téléphone, le tout en monogramme. Elle tendit le bout de carton blanc à Ririko.

- N'hésite pas appeler, de plus si je me souviens bien tu as promis un diner, non ?

Elle lui sourit, puis sortit. Comme prévu le bleu faisait le pied de grue devant la porte. Rien que pour le stresser, elle pris le temps de raccompagner Ririko jusqu'à la sortie et héla un taxi pour elle. Les rues étaient encore moins sur que d'habitude avec ce fou en liberté. Elle voulait s'assurer que Ririko rentre entière et en vie.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ririko Tatsuyashi
Modo
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Reste à définir
Métier : Médecin légiste
Petit(e) Ami(e) : Euh...?
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   Jeu 29 Jan - 22:10

Décidément notre entretien était des plus entrecoupés. Alors que Lena m'offrait une nouvelle balle pour jouer, c'est à dire, deviner ce qu'elle faisait avant d'être flic, et avant son passage à Quantico, un autre homme entra dans la salle de repos. Concernant Lena, une petite recherche internet s'imposait pour moi en rentrant ce soir dans mon grand appart vide. En effet, même si j'aimais follement sortir le soir, il était hors de question que je mettes le bout de mon nez dehors, quand le tueur au phénol se baladait tranquillement dans les rues de Yuukoku.

J'écoutais silencieusement Lena et l'apprenti flic discutaient entre eux. Le pauvre avait l'air vraiment terrifié, et visiblement, il ne lâcherait pas Lena tant qu'elle n'aurait pas rendu visite à son supérieur. Inconsciemment, je savais que le jeu était terminé pour aujourd'hui. Ma tête blonde bascula en arrière en soupirant assez discrètement. Dans cette position étrange, je levais mon bras à hauteur des yeux, et consultais ma montre. Mon service était terminé depuis près de vingt minutes. Il ne servait donc à rien que je retourne à la morgue récupérer l'heure perdue. De toutes façons, je n'avais aucun macchabée sur le feu, et tant physiquement que moralement, j'étais épuisée.

Lena se tourna de nouveau vers moi, aussi agacée que moi visiblement par cette deuxième interruption. Elle me demanda alors:

-Tu veux que je t'appelle un Taxi pour rentrer chez toi ? Où ça ira ?

Ça, ça signifiait clairement "Désolée ma vieille, le boulot, c'est le boulot!"
Je me relevais difficilement du fauteuil, mais lui dis finalement avec un sourire:


- Je veux bien, si ça ne te dérange pas.

Lena fouilla dans ses poches, tandis que je rassemblais mes affaires. Une fois mon manteau sur le dos, et mon sac à main visait sur l'épaule, elle me tendit une petite carte avec son prénom, et son numéro de téléphone. Finalement, j'avais réussi à l'obtenir ce fameux numéro.

- N'hésite pas appeler, de plus si je me souviens bien tu as promis un diner, non ?

Je souris, charmeuse, avant de répondre:

- Je pense que ça va plutôt être à toi de m'appeler pour me dire quand tu es libre pour un dîner. Tu es une femme très prise à ce que je vois!


Elle me raccompagna jusqu'à la sortie du commissariat et héla un taxi pour moi. Au moment de lui dire au revoir, je m'approchais d'elle, et déposais un chaste baiser sur ses lèvres, avant de lui dire d'une voix enjouée:

- Bonne soirée... Et merci pour le café...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sewing case [PV Ririko] TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sewing case [PV Ririko] TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» 07. Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde
» Ryoko’s Case File
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le centre ville :: Le Commissariat-
Sauter vers: