Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Jeu 1 Jan - 21:26



Lorsqu’il quitta la résidence, Tatsuki se rendit au centre ville afin d’acheter des petits plats pour midi. Il voulait faire une surprise à sa famille en prenant des plats européens, et chacun des plats qu’aimaient les membres de sa famille. Des plats anglais pour Reira, français pour lui et Kano et des spécialités hollandaises pour Abel. Le jeune yakuza surexcité et toujours de bonne humeur grâce aux ambiances de fêtes voulait prolonger ce bon moment en famille en faisant plaisir à tout le monde.
Pressé de rentré lors de son retour, il conduisit un peu plus vite à son retour afin d’arriver le plus rapidement chez lui et se mettre au chaud. Sur le chemin, sa voiture dérapa sur une plaque de verglas et sa voiture était allée s’encastrer dans un ravin contre un arbre.
La carrosserie avait été complètement détruite et la voiture n’était plus du tout en état de rouler.
Le yakuza demeure inconscient jusqu’à ce qu’on le transporte à l’hôpital. Il avait eu quelques blessures superficielles et d’autres beaucoup plus graves. Le jeune Oyabun bénéficia bien évidemment des meilleurs soins d’urgence lors de son arrivé à l’hôpital étant donné qu’on l’avait identifié grâce à ses papiers. Le nom Sugiura était un nom connu dans toute la région, et parmi les dons caritatifs qu’il faisait, il y avait de l’argent pour l’hôpital.
Après être passé aux urgences, on l’amena dans une chambre dans le service de réanimation.
Il était maintenant 14 heures et Abel et Reira arrivèrent sur les lieux. La sœur du yakuza était effondrée. Le médecin les accueilli et les amena dans une salle.


Bonjour, je suis le docteur Sawada, c’est moi qui vous aie appelé. Asseyez-vous je vous prie et calmez-vous.

Le médecin se voulait très rassurant en voyant à quel point Reira était tremblante et agitée. Le médecin préféra donc s’adresser à Abel qui était le plus calme.

Monsieur Sugiura a eu un accident de la route sur les coups de 12 heures. Il semblerait que ses roues aient dérapées et sa voiture est sortie de la route. Dans son malheur, il a eu de la chance de conduire une voiture de qualité, donc la taule l’a protégée, mais la voiture est dans un piteux état.

Abel commença à s’impatienter étant donné que le médecin tournait un peu trop autour du pot et donnait trop de détails non pertinents. Celui-ci s’attela donc à être plus précis.

Oui, j’en viens monsieur… Actuellement, monsieur Sugiura est en soin intensif par mesure de sécurité. Il a une légère commotion cérébrale à cause du choc, mais rien de bien inquiétant. Cependant, le choc de l’impact et le poids de la ceinture de la sécurité lui ont compressé le thorax : il a un hématome assez impressionnant sur le torse et une cote de cassée. Il a également quelques blessures sur le visage, mais ne vous inquiétez pas, c’est plus impressionnant que méchant ! Ses jours ne sont pas en danger, l’airbag y est pour beaucoup.
Actuellement, il se repose un peu et nous veillons scrupuleusement à son état monsieur et madame. Si vous voulez le voir, vous le pouvez, mais soyez bref et ne le fatiguez pas trop.


Le médecin après avoir exposé la situation, les invita à le suivre dans la chambre de l’Oyabun. Celui-ci dormait un peu et était sous perfusion. Son visage était en effet un peu amoché et égratigné. Il était positionné de façon à être un peu surélevé pour mieux respirer à cause de sa douleur aux cotes.
Le téléphone portable d’Abel sonna. C’était Ren qui venait aux nouvelles étant donné que Kano l’avait mis au courant. Celui-ci avait aussi prit la direction de l’hôpital pour venir voir le yakuza et surtout pour mettre la chambre sous bonne garde. Il ne fallait pas oublier son rang et son importance et que n’importe qui pouvait profiter de son état de faiblesse. Sa chambre devait donc être gardé jours et nuits par des gardes du corps pour assurer sa sécurité.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici


Dernière édition par Tatsuki Sugiura le Dim 11 Jan - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Jeu 1 Jan - 22:16

"Bonjour, je suis le docteur Sawada, c’est moi qui vous aie appelé. Asseyez-vous je vous prie et calmez-vous."

Le médecin les conduisit dans une pièce, loin du hall assez bruyant dû aux allées et venues des patients et des visiteurs. Ils s’assirent ensuite pour discuter calmement, bien qu’une certaine tension et une certaine crainte flottaient dans l’air. Abel jeta un coup d’œil à Reira et vit que celle-ci tremblait et était sur le point de craquer. Il passa donc un bras autour d’elle et la serra contre lui. Il n’aimait pas les effusions de sentiments et les gestes les accompagnants mais là, il sentait que la jeune femme en avait besoin. Il la garda donc contre lui tandis que le docteur Sawada leur donnait des nouvelles de Tatsuki.

"Monsieur Sugiura a eu un accident de la route sur les coups de 12 heures. Il semblerait que ses roues aient dérapées et sa voiture est sortie de la route. Dans son malheur, il a eu de la chance de conduire une voiture de qualité, donc la taule l’a protégée, mais la voiture est dans un piteux état."

Abel ferma un instant les yeux tout en retenant un soupir d’agacement. Il se fichait un peu des causes de l’accident. Il se doutait bien que la voiture avait glissé sur une plaque de verglas vu le temps qu’il faisait. Ce qui lui importait le plus, c’était de savoir dans quel état était son amant. Il s’inquiétait énormément pour lui et, s’il ne s’était pas obligé à garder son calme pour le bien de Reira, il aurait sûrement été dans le même état qu’elle. Il posa doucement sa tête sur celle de la jeune maman pour la calmer au maximum, avant d’attendre que le médecin ne leur parle de Tatsuki. C’était pour lui qu’ils étaient venus à l’hôpital, pas pour savoir l’état de la voiture qui était apparemment hors d’état d’usage.

"Oui, j’en viens monsieur… Actuellement, monsieur Sugiura est en soin intensif par mesure de sécurité. Il a une légère commotion cérébrale à cause du choc, mais rien de bien inquiétant. Cependant, le choc de l’impact et le poids de la ceinture de la sécurité lui ont compressé le thorax : il a un hématome assez impressionnant sur le torse et une cote de cassée. Il a également quelques blessures sur le visage, mais ne vous inquiétez pas, c’est plus impressionnant que méchant ! Ses jours ne sont pas en danger, l’airbag y est pour beaucoup."

Abel fut rassuré que son homme ne soit pas dans un coma ou un état y ressemblant. Mais il ne put s’empêcher de fermer de nouveau les yeux, cette fois-ci pour retenir toute chute vers l’état de Reira. Le choc qu’avait subi Tatsuki avait dû être violent. Certaines de ses blessures semblaient superficielles mais d’autres beaucoup plus graves. De plus, il devait souffrir le martyr avec cette côte cassée et cet énorme hématome. Le jeune blond s’inquiétait pour son amant. Pour ses blessures mais aussi pour son état mental. La cicatrice que lui avait faite la balle l’avait dégoûté. Qu’est-ce que cela serait lorsqu’il verrait toutes ces blessures sur son corps ?

"Actuellement, il se repose un peu et nous veillons scrupuleusement à son état monsieur et madame. Si vous voulez le voir, vous le pouvez, mais soyez bref et ne le fatiguez pas trop."

Le jeune assassin acquiesça silencieusement et se leva, prenant Reira par le bras pour l’accompagner voir Tatsuki. Ils suivirent le docteur Sawada à travers les couloirs de l’hôpital pour se rendre au service des soins intensifs. Arrivés dans la chambre, le médecin les laissa seuls avec le jeune Oyabun. Celui-ci était allongé sur son lit d’hôpital, endormi et sous perfusion. On l’avait légèrement redressé, sans doute pour l’aider à mieux respirer et à avoir moins mal à cause de sa côte cassée. Cette vision fut insupportable pour Abel qui pourtant avait vu des tas de choses choquantes dans sa vie. Mais même des cadavres sanglants ne parvenaient pas à la cheville du spectacle que lui offrait Tatsuki en étant dans cet état-là. Le grand blond s’approcha du lit et glissa doucement ses doigts dans la chevelure brune de son ami, prenant grand soin de ne pas le réveiller. Mais ses espoirs furent vains lorsque son téléphone sonna. Il répondit rapidement et s’éloigna de Tatsuki pour s’isoler dans un coin de la pièce.

« Bonjour Ren… Le médecin a dit que ses jours n’étaient pas comptés… Une légère commotion cérébrale, quelques dégâts causés par la ceinture et quelques égratignures… Oui, je suis avec lui. Il dort… D’accord… Chambre 234 aux soins intensifs… Hmm oui, à tout de suite… »

Abel raccrocha et alla se placer derrière Reira qui tenait délicatement la main de son frère. Il posa ses mains sur les épaules de celle-ci, pour l’aider à se calmer. Il gardait encore tout en lui pour éviter d’inquiéter Reira qui était si fragile. Il avait aussi un peu du mal à réaliser ce qui était en train de se passer. Son esprit était encore connecté sur les évènements de la veille ou bien sur le petit mot que lui avait écrit Tatsuki avant son accident. Il n’imaginait pas encore qu’il aurait pu perdre son amant si jamais celui-ci n’avait pas eu le goût des voitures luxueuses et solides. Il resta silencieux, regardant l’homme de sa vie dormir, tout en caressant du bout du pouce l’épaule de la grande sœur. Ren ne tarda pas ensuite à arriver dans la chambre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Jeu 1 Jan - 22:55

Tatsuki était toujours inconscient. Reira s’était assise aux côtés de son grand frère et lui caressait la main tout en lui parlant. Elle était la plus choquée de tous. Tatsuki en plus d’être son frère et chef de famille représentait bien plus à ses yeux. Même s’il était plus jeune qu’elle, il avait en quelque sorte reprit le rôle de père à ses yeux étant donné qu’il gérait tout les problèmes et qu’il la couvait.
Ren ne tarda pas à arriver en compagnie de Kano. Le jeune adolescent avait exigé de venir au chevet de son frère. Il rejoignit Reira sur le rebord du lit pour voir le triste spectacle.

"Nee chan…merde que s’est-il passé ? C’est pas possible!"

Mine de rien, il était très affecté à la vue de son frère blessé. Pour la première fois, il réalisait l’importance qu’avait son frère pour lui…même s’il avait souvent un comportement égoïste à son égard, il l’aimait.
Il posa sa tête sur celle de Reira qui tenait toujours la main du yakuza.
Ren état également touché, mais pour faire bonne figure il ne laissa rien transparaître comme à son habitude. Il discuta avec Abel de la façon dont s’était passé l’accident, et celui-ci lui expliqua tous les détails.


"Et merde… pourquoi a-t-il fallu qu’il conduise aussi vite ?!"

Ren s’approcha à son tour et contempla longuement Tatsuki. Il consola Reira et rassura Kano. Ses jours étaient hors de danger de toute façon.
Kano se ressaisit et consola à son tour Reira. Le jeune adolescent se devait de faire bonne figure et de prendre en charge sa sœur pendant que son frère était convalescent. En tant que troisième, cela impliquait aussi qu’il prenne en charges quelques petites affaires aux côtés de Ren, même si c’était celui-ci qui allait assurer l’intérim en attendant.
Ren se permit même de caresser les cheveux du jeune yakuza en le regardant longuement, même si ce comportement pouvait laisser porter à confusion. Mais, il n’avait pas pu contrôler ce geste en voyant Tatsuki ainsi.
Il se redressa pour laisser la petite famille ensemble et se rappelant la présence du jeune blond, puis il se dirigea vers Abel.


Il va lui falloir beaucoup de repos…Je vais immédiatement poster des hommes devant la porte jours et nuits et sous sa fenêtre. Il est Oyabun et je ne veux prendre au aucun risque. Je vais également veiller sur sa famille et prendre l’intérim de sa fonction au plus vite… C’est ce qu’il me demanderait s’il était conscient.
Je me retire donc immédiatement pour veiller à tout cela. S’il se réveille, préviens le de mes attentions d’accord ? Je te rappelle tout à l’heure pour que tu me dises ce qu’il en est.


Même s’il aurait aimé rester, il savait qu’il ne pouvait pas se comporter égoïstement et faire passer les intérêts du clan avant tout. Même avant Tatsuki…De plus, maintenant qu’il avait un amant, ce n’était pas son rôle de rester près de lui.
L’infirmière arriva afin de vérifier les pansements et perfusions.


- Excusez-moi, mais vous êtes un peu trop nombreux…normalement en soin intensif c’est une personne à la fois. Vous pourrez revenir demain si vous le désirez, mais il va falloir que Monsieur Sugiura se repose.


Kano fronça les sourcils et voulut protester, mais Reira le raisonna en allant dans le sens de ce que disait l’infirmière.
Ren se proposa donc de les raccompagner, mais il s’adressa avant de partir à l’infirmière.


Ecoutez, vous faites très bien votre travail, mais vous savez qui est Monsieur Sugiura j’en suis sûr… Il y aura donc des gardes du corps qui resteront postés ici jusqu’à sa sortie et ceci est non négociable mademoiselle... Je pense que vous comprenez ? Si quelque chose devait arriver, ce n’est pas seulement l’hôpital qui sera tenu pour responsable, mais les conséquences seront aussi très fâcheuses pour vous !

Le Waka gashira se devait d’être très directif et convaincant. C’était son rôle après tout. D’ailleurs, la jeune infirmière ne le contredit pas et acquiesça. Une fois que Reira et Kano eurent quitter la pièce, Ren se tourna vers Abel.


Ecoute, quelqu’un doit rester ici et je pense que tu es le mieux placé. J’ai préféré faire partir Reira et Kano pour les mettre en lieu sûr à la résidence. Tatsuki affaiblit, certains pourraient en profiter, même si normalement personne ne serait assez fou pour le faire. Mais, sait-on?

Il quitta ensuite la pièce pour raccompagner les deux Sugiura chez eux. Abel alla ensuite s’asseoir près de Tatsuki.
Après plusieurs minutes, il commença à gémir et à ouvrir les yeux avec difficulté. A son réveil, il vit Abel penché sur lui.


Hmm…Hmmm….salut beau blond !...

Il grimaça légèrement à cause de sa douleur à la poitrine et à sa côte.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Jeu 1 Jan - 23:53

Ren entra dans la chambre, en compagnie de Kano. L’adolescent avait sûrement insisté pour venir voir son frère. Et, à voir son visage, il semblait très secoué par l’état de Tatsuki. Il ressemblait vraiment à ce qu’avait été son frère auparavant : cachant ses sentiments pour paraître le plus détaché possible. Mais, dans ce genre de circonstances, son masque d’insolence était tombé et laissait clairement voir ce qu’il ressentait vraiment pour son frère aîné. Par contre, Ren resta quant à lui calme, comme Abel. Les deux hommes avaient à peu près le même caractère et la même façon de gérer la situation. Le Waka Gashira demanda au jeune tueur de le rejoindre un peu à l’écart afin de pouvoir lui parler et lui demander les causes de l’accident.

« Il était parti faire un tour en voiture. Les roues ont glissé sur une plaque de verglas et sa voiture est sortie de la route. Vu l’heure, il revenait vers la résidence. Il devait être pressé de rentrer… »

"Et merde… pourquoi a-t-il fallu qu’il conduise aussi vite ?!"


Abel ne répondit pas à la question. Il était clair que Tatsuki avait eu hâte de rentrer chez lui et d’offrir un déjeuner original et surprise aux membres de sa famille et à son amant. Mais son impatience avait eu de graves conséquences. Le jeune blond espérait qu’il se remettrait rapidement. Il regarda Ren revenir vers Reira et Kano, tandis qu’il se mettait près du lit de son amant. Le jeune adolescent sembla se ressaisir et prit la place du second de Tatsuki pour prendre soin de sa sœur qui était la plus fragile du groupe. L’insolent prenait son rôle très au sérieux. Il semblait plus adulte ainsi.

Et, n’ayant plus à s’occuper de la sœur et du frère, Ren s’approcha un peu plus du lit et caressa tendrement les cheveux de Tatsuki tout en le regardant longuement. Abel le laissa faire, trop secoué. Et puis même s’il ne l’avait pas été, il aurait laissé l’homme avoir ce geste à l’égard du jeune Oyabun. Il n’était pas du tout jaloux. Il savait que c’était les sentiments de Ren qui parlaient et que Tatsuki avait besoin de sentir que tout le monde était là pour le soutenir dans ce douloureux moment. Abel resta donc silencieux et regarda Ren caresser son homme. Ensuite, le Waka Gashira revint vers lui pour lui parler.


"Il va lui falloir beaucoup de repos…Je vais immédiatement poster des hommes devant la porte jours et nuits et sous sa fenêtre. Il est Oyabun et je ne veux prendre au aucun risque. Je vais également veiller sur sa famille et prendre l’intérim de sa fonction au plus vite… C’est ce qu’il me demanderait s’il était conscient.
Je me retire donc immédiatement pour veiller à tout cela. S’il se réveille, préviens-le de mes attentions d’accord ? Je te rappelle tout à l’heure pour que tu me dises ce qu’il en est."

« D’accord. Je te tiendrai aux nouvelles… Bonne chance. »


Ren en aurait besoin, surtout avec le mauvais coup que semblait préparer Akito. Et puis il serait en quelque sorte l’Oyabun de remplacement et aurait beaucoup de travail en plus de s’occuper de la sécurité de Tatsuki et de sa famille. Mais Abel essaierait de l’aider du mieux qu’il pouvait en prenant soin de son amant et en rassurant Reira et Kano. C’était tout ce qu’il pouvait faire dans cette situation. Il se sentait impuissant en voyant son ami dans cet état. Pourquoi avait-il fallu aussi que celui-ci conduise par temps de neige ?

Une infirmière arriva pour changer les pansements et les perfusions. Elle en profita aussi pour faire remarquer qu’il y avait trop de monde dans la chambre et, qu’aux soins intensifs, seulement une personne pouvait tenir compagnie à un patient. Kano sembla contre mais sa sœur alla dans le sens de l’infirmière. Ren fit donc le choix de les ramener chez eux et ainsi de laisser Abel avec Tatsuki. Le jeune blond lui en était reconnaissant. C’était sans doute égoïste de sa part de vouloir rester avec l’Oyabun alors que les autres désiraient aussi être à ses côtés, mais il ne pouvait se résoudre à le laisser tout seul. Le Waka Gashira parla ensuite avec l’infirmière sur les hommes qu’il allait poster devant la chambre de Tatsuki et sous sa fenêtre pour assurer sa sécurité. Il se tourna ensuite vers Abel.


"Ecoute, quelqu’un doit rester ici et je pense que tu es le mieux placé. J’ai préféré faire partir Reira et Kano pour les mettre en lieu sûr à la résidence. Tatsuki affaiblit, certains pourraient en profiter, même si normalement personne ne serait assez fou pour le faire. Mais, sait-on?"

« D’accord. Merci… Je vais rester près de lui et attendre ton coup de fil. A plus tard. »


Ren sortit ensuite de la chambre et laissa Abel seul avec Tatsuki. Le grand blond prit la place de Reira et prit la main de son amant dans la sienne. A ce moment, n’ayant plus personne autour de lui pour le voir, il se laissa aller. Quelques larmes d’inquiétudes coulèrent le long de ses joues tandis qu’il regarda de sa vision troublée son homme endormi. Il pleura en silence plusieurs minutes, avant de se ressaisir. Il fallait qu’il se montre fort tout de même. Tatsuki était vivant et serait sur pied dans plusieurs semaines voire mois. Ce n’était pas comme s’il était mort. Et, comme s’il désirait prouver cela, le jeune yakuza gémit légèrement. Abel se redressa pour se rapprocher encore plus de son amant et fut heureux de le voir ouvrir légèrement les yeux.

"Hmm…Hmmm….salut beau blond !..."

« Salut beau brun… Shut, n’essaye pas de parler pour l’instant. Contente-toi de me montrer tes beaux yeux gris. Je suis content de te voir réveillé. »
murmura t-il en lui caressant les cheveux et en lui souriant, voulant adoucir l’ambiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 0:36



« Salut beau brun… Shut, n’essaye pas de parler pour l’instant. Contente-toi de me montrer tes beaux yeux gris. Je suis content de te voir réveillé. »


Tatsuki émergeait lentement. Sa vision était encore un peu trouble et il avait légèrement mal à la tête. Il poussa un léger soupir en levant les yeux en l'air, puis il serra la main de son compagnon.

"Qu'est-ce qui s'est passé ? Je...j'étais sur la route et...je l'ai quitté je crois...je suis à l'hôpital?"

Le yakuza avait encore la tête légèrement "dans le coton". Il ne réalisait pas vraiment la situation. Il toussa un peu mais fut stoppé par l'abominable douleur de sa côte cassée. Il grimaça tout en gémissant même s'il se retenait de se plaindre devant Abel. La douleur était intenable pour lui...surement la pire douleur qu'il n'ait jamais ressenti. Même la balle qu'il avait reçu dans l'épaule l'avait moins fait souffrir.
Il posa ensuite la main sur son visage endolori. Il sentait quelques croutes et coupures sur ses joues.


"Je dois être moche à voir hein ?"

Le jeune yakuza détestait se sentir amoché, lui qui était tellement porté sur son physique. et qui détestait les imperfections. Il tenta en vain de relever légèrement sa tête, mais sa douleur insupportable au thorax lui coupa le souffle aussi sec et l'arrêta dans son élan.

"Mes frères et sœurs sont au courant ? Je dois aussi demander à Ren de gérer mes affaires et ma famille et ..."

Abel lui posa délicatement le doigt sur la bouche pour lui faire comprendre de se taire un peu et d'arrêter de parler. Le jeune yakuza pensait plus à ses affaires qu'à son état de santé. Le jeune blond soucieux de l'état de Tatsuki le rassura tant bien que mal.
Le jeune Oyabun était après tout bien entouré, et pouvait dormir tranquille quant à la gestion de ses affaires.
Il fallait juste que Ren le représente dignement et mette au courant les autres Oyabun. Il saisit de nouveau la main d'Abel et le regarda fixement.


"Il faut que Ren prévienne Hidekazu-sama d'accord? C'est important qu'il soit officiellement au courant pour que personne n'essaie de profiter de la situation, d'accord?"

Légèrement paniqué, il serra la main du jeune blond assez fort. Il pensait toujours à ses affaires, au péril de sa santé.
Il se tint une nouvelle fois la tête et referma les yeux. Il se rendormit.
L'infirmière avait prévenu Abel que le jeune Oyabun était encore assez fragilisé et qu'il aurait des petites absences ou qu'il retomberait parfois dans de phases de sommeil pour se reposer un peu.
Il tenait malgré cela toujours fermement la main de son compagnon.
Il ne se réveilla de nouveau qu'un heure plus tard. Abel était toujours à ses côtés à lui caresser la main. Le jeune Oyabun esquissa un petit sourire malgré sa lèvre légèrement enflée, et rendit la caresse de son aimé.


"Tu sais mon amour, tu devrais rentrer te reposer...ça ne sert à rien de perdre ton temps à mon chevet sur cette chaise incofortable..."

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 1:17

"Qu'est-ce qui s'est passé ? Je...j'étais sur la route et...je l'ai quitté je crois...je suis à l'hôpital?"

Malgré la demande d’Abel de garder le silence, Tatsuki s’obstina à parler, grimaçant de douleur à cause de sa côte cassée. Mais il était normal qu’il pose des questions. Il devait se sentir perdu. Un instant, il était dans sa voiture et celui d’après, à l’hôpital. Le jeune blond répondit simplement par l’affirmative à sa question. Il était inutile de préciser que sa voiture avait glissé sur une plaque de verglas et avait fini hors de la route. Le jeune Oyabun devait s’en douter et se souvenir un peu des dernières secondes avant l’accident. L’assassin le regarda tendrement, content de le voir éveillé. Tatsuki porta sa main à son visage et dut sentir les égratignures qui l’abimaient.

"Je dois être moche à voir hein ?"

« Ne t’inquiète pas, ça ne laissera aucune trace par la suite. »


Comme se l’était douté Abel, Tatsuki s’inquiétait de son apparence. Il commençait à bien connaître son goût prononcé pour la beauté. Mais le yakuza n’avait pas à s’inquiéter. Ce n’était que de petites coupure, sûrement causées par le par brise qui avait volé en éclat sous le choc. Ses blessures au visage n’étaient pas sérieuses, surtout comparées à son gros hématome et à sa côte cassée. D’ailleurs, Tatsuki ne tarda pas à découvrir celle-ci lorsqu’il tenta de se relever. Elle devait sacrément le faire souffrir vu qu’il dut se recoucher.

"Mes frères et sœurs sont au courant ? Je dois aussi demander à Ren de gérer mes affaires et ma famille et ..."

« Shuuut… »
murmura Abel en posant un doigt sur les lèvres de son homme pour l’empêcher de parler plus. « Ils sont tous les trois venus te voir. Et ne t’inquiète pas, Ren s’occupe de tout : de tes affaires, de ta famille et de ta sécurité. »

Le grand blond caressa doucement les cheveux de son ami pour le rassurer. Celui-ci lui prit ensuite la main pour la serrer dans la sienne. Il n’avait pas à s’inquiéter. Ren avait agi en bon second et s’occupait de tout. Il avait tout organisé et avait pris les bonnes décisions. Tatsuki devait lui faire confiance. Même après son grave accident, le jeune yakuza continuait de s’en faire pour ses affaires et sa famille. Mais, pour l’instant, cela n’était pas le plus important. Il devait se préoccuper de sa santé et guérir le plus vite possible. S’il se faisait du mauvais sang, sa guérison se ferait plus difficilement. Mais il ne semblait pas vouloir comprendre cela.

"Il faut que Ren prévienne Hidekazu-sama d'accord? C'est important qu'il soit officiellement au courant pour que personne n'essaie de profiter de la situation, d'accord?"

« Calme-toi… Ren va m’appeler tout à l’heure. Je lui dirai d’appeler Hidekazu s’il ne l’a pas déjà fait. Ne t’en fais pas. Repose-toi. Tout est en de très bonnes mains… Repose-toi mon amour. »


Mais Tatsuki ne dut pas entendre ces derniers mots. Il était de nouveau tombé dans un profond sommeil. Abel ne chercha pas à le réveiller et le regarda dormir, gardant sa main serrée dans la sienne. Son amant s’en faisait trop. Ren avait pris ses fonctions bien avant que l’Oyabun ne le dise. L’homme s’avait ce qu’il devait faire dans ce genre de situation. Il savait que les affaires étaient importantes pour Tatsuki. Il le connaissait très bien et n’irait jamais à l’encontre de ses désirs, même si les siens lui donnaient envie de rester près de son patron et ami. Abel l’avait bien compris tout à l’heure. Mais il lui donnerait des nouvelles tout à l’heure. Pendant ce temps, les minutes passèrent, puis bientôt une heure. Tatsuki finit par de nouveau rouvrir les yeux et répondit aux caresses de son homme sur sa main.

"Tu sais mon amour, tu devrais rentrer te reposer...ça ne sert à rien de perdre ton temps à mon chevet sur cette chaise inconfortable..."

« Ne raconte pas de bêtises. Je suis bien là… Et puis je ne vais pas laisser tomber mon homme en cette fête des amoureux, si ? »


Malgré les circonstances, il n’avait pas oublié qu’ils étaient le 25 décembre et que cette date faisait en quelque sorte office de Saint-Valentin au Japon. Il se pencha doucement au-dessus de Tatsuki et apposa délicatement ses lèvres sur les siennes avant de se redresser. Il ne désirait pas lui faire mal. Et puis il désirait montrer clairement qu’il n’était pas prêt de rentrer à la maison. Il n’avait rien à y faire alors que son cher et tendre était là, souffrant le martyr et inquiet pour tout sauf sa santé. Il fallait donc que quelqu’un s’intéresse à son état ici.

« Je suis à tes petits soins aujourd’hui vu que tu as refusé mon cadeau hier soir. » dit-il pour le taquiner un peu et lui faire changer les idées. « Tu as besoin de quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 2:10



« Ne raconte pas de bêtises. Je suis bien là… Et puis je ne vais pas laisser tomber mon homme en cette fête des amoureux, si ? »


Tatsuki ne pu s’empêcher de serrer davantage la main de son homme. Celui-ci lui déposa par la suite un doux baiser sur les lèvres afin de le consoler un peu. Même si le yakuza ne voulait pas le dire, il se sentait en sécurité et heureux de cette compagnie.


« Je suis à tes petits soins aujourd’hui vu que tu as refusé mon cadeau hier soir. Tu as besoin de quelque chose ? »

Tatsuki fit un léger signe de tête pour lui dire que non. Il était bien confortablement installé pour limiter ses douleurs et son amant était près de lui.

"Passer la fête des amoureux dans un hôpital, y a plus romantique ! Je voulais acheter des spécialités de ton pays pour te faire plaisir, mais on dirait que j’ai tout fichu par terre… En tout cas, j'ai dû vous faire une belle frayeur! "


Il sourit un peu gêné de cette situation, même s’il n’était pas à accabler dans de telles circonstances. Abel lui caressa doucement la joue pour le consoler.
Il éclata ensuite de rire en grimaçant derrière à cause de sa douleur aux côtés. D’ailleurs, il était plus que déconseillé de rire et de parler, mais il s’en fichait.


"Putain…dire que j’ai planté mon beau blond qui s’offrait à moi hier… jamais je n’aurais pensé que ça m’arriverait à 21 ans ! … Je regrette surtout de ne pas en avoir profité, parce que là, je risque d’être impotent pendant un moment…"

.Il poussa un soupir et fit une moue boudeuse en pensant à cela. Mais, il savait que dans son état et qu’avec une côte cassée, il allait s’écouler du temps avant qu’il ne récupère tous ses moyens. La consolidation des os à cet endroit était pénible et longue.
On frappa tout d’un coup à la porte. C’était le médecin accompagné d’une infirmière et d’un interne.


"Bonjour messieurs ! Je suis venu me rendre compte de votre état.
Vos examens ont révélé un léger traumatisme, une côte de cassé, mais rien qui ne puisse porter atteinte à votre vie. Cependant, par mesure de sécurité, nous vous avons mis dans ce service de haut suivi pour vous garder en observation 24 heures. Le premier jour est toujours le plus critique, nous ne prendrons donc aucun risque !"


La vérité est qu’il voulait surtout être aux petits soins et aux petits oignons avec une personnalité aussi importante. Voilà pourquoi la présence de gardes du corps avait été tolérée, ainsi que le renforcement de la sécurité. Il s’approcha du jeune Oyabun pour regarder ses blessures.

Comment vous sentez-vous monsieur Sugiura ?

"Un peu mal à la tête et au thorax…mais je supporte…"

Par fierté, il n’allait pas avouer qu’il souffrait le martyr, même si cela se voyait comme le nez au milieu de la figure..

"Une côte cassée est toujours dure à supporter et assez embêtant à guérir. Nous allons donc vous donner un peu de morphine. Nous avons attendu que vous soyez pleinement éveillé. Cela vous détendra et vous permettra de mieux vous reposer. Je ne vous cache pas que le rétablissement sera assez long à cet endroit…selon la consolidation et la résistance de votre corps, cela peut aller de plusieurs semaines à quelques mois…"

Le yakuza soupira pour montrer son mécontentement. Il détestait rester inactif, mais n’avait pas le choix s’il voulait vraiment se rétablir.
Le médecin demanda ensuite à Abel de sortir quelques minutes pour ausculter le patient et lui promulguer des soins, ainsi que pour s’entretenir avec lui. Celui-ci s’exécuta, rejoignant ainsi les gardes du corps qui montaient la garde devant la porte.
Dix bonnes minutes plus tard, le médecin sortit de la chambre, laissant le champ libre à Abel de revenir.
.

"Restez encore quelques minutes, mais après cela vous devrez le laisser se reposer. Ses plaies le fatigue énormément et il a besoin de repos monsieur. Avec les calmants que nous lui avons donné, il ne se réveillera pas de toute façon avant ce soir, si ce n’est pas demain. Rester serait donc inutile."

Il était donc préférable pour Abel de rentrer et de laisser le jeune yakuza dans le plus grand calme.
Le jeune Oyabun était un peu dans les vapes à cause de la morphine qu’on lui avait donné. Cela l’aiderait au moins à supporter la douleur. Il tournait de l’œil tout en gémissant et il commença à dire des choses assez incohérentes à cause de la douleur, mais aussi des drogues.
.

"Hmm… je vois pas... non, pardonne moi ...je voulais pas, mais j'ai pas le choix...je vais encore le voir pour empêcher notre mariage...pour toi...mais c'est toi que j'aime, lui c'est mon père...je...non..."

Il commença peu à peu à se calmer, jusqu'à s'endormir pour un petit bout de temps....

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 11:44

"Passer la fête des amoureux dans un hôpital, y a plus romantique ! Je voulais acheter des spécialités de ton pays pour te faire plaisir, mais on dirait que j’ai tout fichu par terre…!"

« C’est l’attention qui compte, non ? Merci quand même d’y avoir pensé. »

"En tout cas, j'ai dû vous faire une belle frayeur."

« Oui… Le médecin ne voulait rien me dire au téléphone. On s’est imaginé les pires choses à mon avis. »


Tatsuki semblait gêné de leur avoir fait peur. Mais le pire était passé maintenant, du moins pour Abel et les membres de la famille Sugiura. L’Oyabun allait devoir rester tranquille plusieurs longues semaines pour récupérer. Mais son amant serait là pour le soutenir. Il allait le chouchouter dès son retour à la maison. Il savait bien que ce serait par moment difficile et que son ami serait parfois de mauvaise humeur à cause de son impotence. Mais tant pis. Si le jeune homme n’avait pas conduit rapidement, il n’en serait pas là. Abel lui caressa doucement le visage pour le rassurer au mieux et grimaça légèrement lorsqu’il vit le visage de son homme se tordre de douleur lorsqu’il rit.

"Putain…dire que j’ai planté mon beau blond qui s’offrait à moi hier… jamais je n’aurais pensé que ça m’arriverait à 21 ans ! … Je regrette surtout de ne pas en avoir profité, parce que là, je risque d’être impotent pendant un moment…"

« Ne t’inquiète pas. Dès que tu iras mieux, je ne te lâcherai plus ! »


Le jeune blond sourit et serra la main de Tatsuki dans la sienne. Il était vrai qu’il aurait été bien qu’ils profitent de la soirée de la veille. Mais ils ne s’étaient pas attendus à cet accident. Ils pourraient refaire l’amour lorsque l’état du yakuza le permettrait. Mais cela signifiait plusieurs longues et dures semaines sans pouvoir profiter du corps de leur amant. Mais Abel s’occuperait vraiment de tout et prendrait soin de son ami, comme celui-ci l’avait fait lorsqu’il avait été malade… Mais pour l’instant, il tenait à rester près de lui, pour le rassurer et lui donner le sourire. Cela semblait marcher. Malgré ses blessures, Tatsuki était rayonnant. Mais le médecin et une infirmière vinrent les déranger pour pouvoir s’occuper du jeune Oyabun.

"Bonjour messieurs ! Je suis venu me rendre compte de votre état.
Vos examens ont révélé un léger traumatisme, une côte de cassé, mais rien qui ne puisse porter atteinte à votre vie. Cependant, par mesure de sécurité, nous vous avons mis dans ce service de haut suivi pour vous garder en observation 24 heures. Le premier jour est toujours le plus critique, nous ne prendrons donc aucun risque !"


Abel sourit légèrement et caressa la main de son ami. Celui-ci était vraiment entre de très bonnes mains. Il n’avait nul besoin d’être au service des soins intensifs mais, l’hôpital connaissant l’importance de Tatsuki, il avait été placé sous haute surveillance et bénéficiait d’un haut suivi. Le grand blond n’avait donc aucun souci à avoir. Au début, Abel avait eu peur lorsque le docteur Sawada lui avait dit dans quel service se trouvait son amant. Il s’était imaginé le pire mais, au final, Tatsuki n’avait qu’une côte cassée et quelques autres dégâts sans grande importance.

"Comment vous sentez-vous monsieur Sugiura ? "

"Un peu mal à la tête et au thorax…mais je supporte…"

"Une côte cassée est toujours dure à supporter et assez embêtant à guérir. Nous allons donc vous donner un peu de morphine. Nous avons attendu que vous soyez pleinement éveillé. Cela vous détendra et vous permettra de mieux vous reposer. Je ne vous cache pas que le rétablissement sera assez long à cet endroit…selon la consolidation et la résistance de votre corps, cela peut aller de plusieurs semaines à quelques mois…"


En sachant cela, Abel souhaita encore plus s’occuper de son homme. Dès que celui-ci rentrerait à la maison, le jeune assassin l’obligerait à prendre ses médicaments et lui ferait de bons petits plats. L’Oyabun aurait intérêt à les manger. Il fallait qu’il reprenne des forces pour guérir plus vite. Ce n’était pas en restant le ventre vide qu’il allait arranger les choses. S’il faisait cela, la consolidation de sa côte se ferait vraiment très lentement. Abel allait vraiment prendre soin de lui. Sa présence déjà avait l’air d’apaiser Tatsuki. Mais il dut tout de même s’absenter quelques minutes à la demande du médecin. Il fit un clin d’œil à son amant puis quitta la chambre. Le médecin revint ensuite le chercher et lui expliqua qu’il ne pourrait rester que quelques minutes encore, que plus serait inutile vu que Tatsuki allait dormir assez longtemps à cause des calmants. Abel acquiesça et revint près de son homme qui était un peu dans le cirage.

"Hmm… je vois pas... non, pardonne moi ...je voulais pas, mais j'ai pas le choix...je vais encore le voir pour empêcher notre mariage...pour toi...mais c'est toi que j'aime, lui c'est mon père...je...non..."

« Dors mon amour. Je reviendrai demain te voir. Je t’aime… »


Il posa un baiser sur le front de son ami endormi puis, après l’avoir longuement regardé, il dut sortir, non sans un pincement au cœur. Il passa devant les gardes du corps puis sortit de l’hôpital. Même sous morphine, Tatsuki pensait encore à ses problèmes autres que sa santé. Même si ses paroles avaient semblé incohérentes, Abel les avait compris en partie. Le jeune yakuza avait expliqué qu’il verrait de nouveau avec Hidekazu ou bien avec le vieux Endô pour empêcher le mariage. Le grand blond lui faisait confiance. De toute façon, pour l’instant, ce n’était pas cela qui le préoccupait mais la santé de son amant. Un peu triste, il monta dans sa voiture et mit le contact. Avant qu’il ne démarre, Ren l’appela. Abel lui donna des nouvelles de Tatsuki et lui demanda de prévenir le « Suprême » si ce n’était pas déjà fait. Il raccrocha ensuite puis sortit du parking de l’hôpital, se dirigeant vers la résidence des Sugiura pour s’occuper de Reira et Kano et les rassurer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 17:30



Tatsuki s'endormit profondément suite à la médication qu'on lui avait promulguée. Les médecins avaient fait en sorte qu'il s'endorme le plus profondément et le plus longtemps possible afin qu'il souffre le moins possible. Il ne se réveilla d'ailleurs pas de la nuit, même lorsque les infirmières firent des allés retours afin de changer ses quelques pansements et de remplacer ses perfusions.
Le lendemain matin, il dû de nouveau subir quelques examens pour s'assurer que rien de grave ne s'était développé lors des première 24 heures. On lui fit un scanner et quelques prises de sang. Les visites ne débutaient qu'en début d'après-midi.
Une fois assuré que tout allait bien, on le ramena dans sa chambre pour le faire manger un peu. Même s'il avait du mal à se lever, il s'efforça de le aire pour se rendre au toilette. Vu sa fierté, il n'était pas du genre à accepter qu'on lui mette une sonde ou qu'on lui fasse sa toilette. Il s'efforçait donc de marcher un peu même plié en quatre. Bien évidemment, le médecin n'était pas du tout enchanté, étant donné qu'il ne devait pas se lever ou faire le moindre effort. Mais vu son caractère, il avait toujours le dernier mot.
Après un léger repas, il se rendormit de nouveau exténué par ses efforts de la matinée.
Très fatigué, il sentit une main le caresser et une voix...mais celle-ci semblait très lointaine étant donné qu'il était sous l'effet des médicaments. Il eut à peine la force d'ouvrir un œil.
.

"Hmm...Hidekazu-sama..."

Le Suprême bien entendu alerté de la nouvelle de l'accident avait fait le déplacement. Autant précisé qu'il ne le faisait pas pour tout le monde, et que ça ferait jaser, mais peu importe. Il caressa doucement le visage du yakuza qui avec le peu de force qu'il avait apposa sa main sur celle du "Père". Il sourit même légèrement. Il était assez content que l'homme ait fait le déplacement.

"Shut..calme toi Tatsuki... tu as besoin de repos.Tu ne cesses de m'inquiéter vilain garçon!...Mais le principal est que tu es en vie. Je me sentirai bien seul sans toi petit impudent!"


Hidekazu continua à caresser doucement le visage du yakuza avant de lui faire un baiser sur les lèvres.
Tatsuki répondit au baiser avant de se rendormir de nouveau. Le "Père" resta assis sur le lit près de lui une bonne demi-heure. Il y avait deux fois plus de gardes de corps devant la porte de la chambre, étant donné qu'il y avait aussi ceux du "Père".
Hidekazu continua de caresser les cheveux et le visage de l'Oyabun tout en le regardant intensément.
Il entendit quelques voix dans le couloir, mais n'y prêtait pas garde, peu importe. Abel venait rendre visite à Tatsuki. Au début, les gardes du corps de Hidekazu voulait lui faire barrage, mais ceux du yakuza expliquèrent qui il était. Il pu donc rentrer.
A ce moment-là, Hidekazu ne le vit pas de suite. Toujours assis sur le lit et légèrement penché vers Tatsuki, il continuait à lui caresser doucement le visage.


"Quel dommage de voir un si beau visage si amoché... mais, je vais faire mon possible pour que tu rétablisses au mieux...vilain garçon..."


Il esquissa un léger sourire, avant de s'apercevoir qu'il y avait quelqu'un d'autre dans la pièce, en occurrence Abel.
Le cinquantenaire le regarda sans dire un mot. Hidekazu était un homme assez élégant et toujours tiré à quatre épingles. A première vue, il avait l'air très sympathique, c'est surement ce qui le rendait plus dangereux. On le prendrait pour un parfait PDG d'entreprise inoffensif , même si la réalité était tout autre pour ce requin qui avait le respect de tous les Oyabuns de la ville...Et ce respect, il ne l'avait pas pour rien...


Spoiler:
 
Il sourcilla légèrement derrière ses lunettes tout en maintenant sa main sur le visage de l'Oyabun, comme pour montrer que l'homme était en quelque sorte sa propriété.

"Et tu es?"

Hidekazu vu son rang et son âge pouvait se permettre toutes les familiarités, même avec les inconnus. Au fond, il se doutait de l'identité d'Abel...il le savait même très bien, voilà pourquoi il ponctua sa petite question d'un petit sourire.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 20:15

Abel avait passé sa soirée et sa nuit dans la résidence familiale des Sugiura. Le dîner s’était fait un peu morose, surtout avec Reira qui ne s’était toujours pas remise. Heureusement, elle fut bien entourée. Kano et le jeune blond avaient su rester maîtres de leurs émotions, surtout que la vie de Tatsuki n’était pas en danger. Abel les avait directement mis au courant de l’état de son amant dès qu’il était rentré de l’hôpital. Il n’aimait pas savoir son homme loin de lui et surtout blessée mais le médecin lui avait confié que le jeune Oyabun allait dormir toute la nuit durant. Le jeune assassin aurait aimé rendre visite à Tatsuki dès le matin mais c’était interdit. Il avait donc dû attendre impatiemment que l’après-midi arrive.

Il mangea en compagnie de Reira et Kano puis prit tout de suite sa belle voiture pour se rendre à l’hôpital, content de revoir son amant. Mais, lorsqu’il arriva devant la chambre, il remarqua qu’il y avait plus de gardes du corps que la veille. Intrigué, Abel continua tout de même d’avancer et s’arrêta devant la porte, l’un des hommes lui faisant barrage. Il ne connaissait pas tous les hommes de Tatsuki donc se dit que celui-ci venait d’arriver et ne savait pas qui avait la permission d’entrer. Mais un autre homme, que le jeune assassin avait vu la veille, parla longuement avec le premier pour lui expliquer qui était Abel. Les gardes du corps en plus tiquèrent un peu mais finirent par accepter.

Le tueur réfléchit un instant avant de rentrer, se demandant pourquoi ces gardes du corps. Il en vint à la conclusion qu’une autre personne que Tatsuki était dans la chambre et qu’elle était très importante. Sûrement Hidekazu… Abel mit un temps à rentrer dans la chambre, se demandant s’il devait ou pas franchir cette porte le séparant du yakuza qu’il haïssait plus que tout sans le connaître. Mais il finit par rentrer et s’avança sans bruit. L’homme était effectivement là, assis sur le lit et caressant le visage de Tatsuki. Bizarrement, Abel fut extrêmement jaloux alors que lorsque cela avait été Ren, il n’avait rien ressenti et avait même été rassuré que le Waka Gashira montre à l’Oyabun qu’il s’inquiétait pour lui.


"Et tu es?"

L’assassin releva le regard qu’il avait posé sur la main du « Suprême » pour regarder le visage de celui-ci. Il resta même un instant sans voix, ne se doutant pas que le yakuza qu’il détestait par-dessus tout était aussi… beau. Même si les années avaient ridé sa face, Hidekazu avait un visage magnifique et très avenant. Mais Abel n’allait pas se laisser prendre au piège. Il n’était pas bête et savait que le « Père » était un peu comme Sergeï, qu’il semblait gentil en apparence mais qu’en vrai, c’était un véritable requin qui se fichait complètement du mal qu’il faisait autour de lui.

« Je suis Abel, l’ami de Tatsuki. Vous devez être Hidekazu… sama. »

Il s’était obligé à rajouter le « sama ». Lorsqu’il parlait à Tatsuki, il ne prenait pas la peine de le faire, n’ayant vraiment aucun respect pour cet homme qui tournait autour de son amant. Mais là, pour ne pas faire de vague, il préférait rester poli. Il ne voulait pas que tout se passe mal devant le jeune Oyabun qui dormait encore, sans doute à cause de ses blessures et des médicaments qu’on lui avait donnés. Mais, même s’il désirait montrer un certain respect pour le « Suprême », Abel ne resta pas à l’écart. Il se rapprocha du lit de son homme et lui caressa doucement les cheveux avant de s’asseoir sur le fauteuil tout près du lit.

« L’avez-vous vu réveillé ? Comment va-t-il ? »

Le grand blond désirait jouer la carte du « je-m’en-foutisme ». Il prenait sur lui pour ne pas sauter au cou de l’homme qui osait toucher son ami. A croire que le « Suprême » désirait prouver que Tatsuki était à lui et à lui seul. Abel ne voulait pas rentrer dans son jeu. S’il avait caressé son homme, cela avait été simplement pour le saluer, à défaut de lui parler. Il ne prit pas sa main comme la veille, ayant peur de faire passer le jeune Oyabun pour un objet que se disputaient deux enfants. Il restait stoïque et parlait à Hidekazu avec respect mais aucune crainte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 21:08



« Je suis Abel, l’ami de Tatsuki. Vous devez être Hidekazu… sama. »


Le vieil homme se contenta de sourire tout en continuant de caresser le visage du jeune yakuza. Il voulait montrer que l’identité du jeune blond lui importait peu au fond.
Il recentra son attention sur le yakuza toujours endormis et ne fit pas attention aux gestes d’Abel ou que celui-ci prenne place.
.

"En effet… et toi tu dois donc être l’un de ses amants…Tatsuki a toujours eu des goûts variables…enfin…bref…"

Hidekazu d’humeur un peu taquine voulait envoyer des pics au jeune homme sachant pertinemment qu’il ne pourrait pas lui répondre.
.

« L’avez-vous vu réveillé ? Comment va-t-il ? »

"Il va bien…c’est un homme très résistant. Il va s’en remettre par MES soins…"

Le « Père » se leva pour ouvrir un peu la fenêtre et aérer un peu la chambre. Il faisait certes froid, mais il était important de donner un peu d’air frais à la chambre. Il se rassit ensuite sur le bord du lit et contempla le jeune yakuza.

"Je pense m’occuper de lui quelques temps à sa sortie d’hôpital… je tiens à ce qu’il bénéficie des meilleurs soins et de beaucoup d’attention vu son rang. Il doit aussi bénéficier de la meilleure sécurité qu’il soit. Et connaissant son mauvais caractère, il ne se soumettra pas aussi facilement au repos qu’on lui imposera.
Reira et Kano ne s’y opposeront pas."


Le vieil homme alla à l’essentiel sans tergiverser. Il savait le lien qui unissait Abel et Tatsuki, mais malgré cela, il lui disait ouvertement qu’il serait le seul et le mieux placé pour s’occuper de lui…mieux placé que son amant
Mine de rien, il était assez protecteur et possessif en ce qui concernait le jeune Oyabun. Il le connaissait depuis sa plus tendre enfance après tout, ils avaient donc une relation assez spéciale.
Inutile de préciser que ces paroles avaient un peu refroidit Abel. Des gémissements se firent entendre. C’était Tatsuki qui ouvrit les yeux.


"Hmm…t’es toujours là vieil homme!"

Hidekazu sourit en tenant le jeune Oyabun par la main. Il était vraiment aux petits soins avec lui…c’était même très exagéré. Tatsuki tourna doucement la tête et aperçut Abel. Il fit un léger sourire.

"Mon beau blond est là aussi…approche toi…"

Le jeune yakuza un peu dans le cirage était tellement content de voir les deux hommes qu’il ne se sentit pas gêné par rapport à la dispute qu’il avait eu avec Abel sur sa relation avec le « Père ». Il était à mille lieux de penser à cela. Il voyait seulement qu’il était entouré. Le père finit par se lever et enfila son manteau.
Il n’était pas de ceux qui aimaient partager des moments à plusieurs. Il se pencha une dernière fois au-dessus de Tatsuki pour lui adresser une ultime petite caresse.


"Repose toi bien Tatsuki, je prendrai de tes nouvelles…hmm, on dirait que j’ai trouvé ton cadeau de Noël…une nouvelle voiture ne sera pas du luxe…"

Le yakuza sourit et lui fit un petit signe de tête pour le saluer.

"Bien Hidekazu…"

Bizarrement, le jeune Oyabun ne refusa pas le cadeau proposé par Hidekazu-sama, alors qu'il avait clamé haut et fort ne jamais en accepter de quiconque. Une fois celui-ci partit, il tourna son attention vers son amant et lui serra la main.

"Alors mon beau blond, ça fait combien de temps que tu es là?"

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 22:35

"En effet… et toi tu dois donc être l’un de ses amants…Tatsuki a toujours eu des goûts variables…enfin…bref…"

Bizarrement, Abel associa immédiatement Hidekazu à l’insolent qu’était Kano. Et ce n’était pas un compliment pour le cinquantenaire. Visiblement, celui-ci désirait prouver sa supériorité, non seulement par rapport à son rang, mais aussi par rapport à l’étrange relation qu’il entretenait avec Tatsuki. Le grand blond s’en fichait. Il préférait se montrer plus mature et donc plus adulte que ce vieux pervers. Mais, malgré son indifférence affichée sur son visage, il était terriblement jaloux et détestait vraiment cet homme. Le voir caresser son amant comme ça… L’espace d’un instant, son arme dans la poche intérieure de son manteau pesa une tonne, comme si elle désirait attirer son attention et sortit à l’air libre… Enfin, il ne fallait pas qu’il fasse de vagues.

"Il va bien…c’est un homme très résistant. Il va s’en remettre par MES soins…"

Décidément, Hidekazu ne faisait rien pour arranger la haine que lui vouait Abel. Lorsque le « Suprême » se leva pour ouvrir la fenêtre, le jeune assassin eut bien envie de le pousser dans le vide. Malheureusement, il aurait des problèmes par la suite et puis il y avait une sécurité pour empêcher les patients de tomber. Dommage. Tatsuki endormi, il n’aurait rien su. Le grand blond ne put qu’imaginer son bien-être après s’être libéré de l’énorme poids que représentait Hidekazu dans sa relation avec son homme. En plus, avec sa garde rapprochée, le vieux ne serait pas prêt de mourir assassiné. Il allait sûrement vivre encore de nombreuses années et mourir de causes naturelles. Encore une fois, c’était dommage… Abel revint à la réalité lorsque son « rival » reprit sa place sur le bord du lit et recommença à lui parler.

"Je pense m’occuper de lui quelques temps à sa sortie d’hôpital… je tiens à ce qu’il bénéficie des meilleurs soins et de beaucoup d’attention vu son rang. Il doit aussi bénéficier de la meilleure sécurité qu’il soit. Et connaissant son mauvais caractère, il ne se soumettra pas aussi facilement au repos qu’on lui imposera.
Reira et Kano ne s’y opposeront pas."


*Et moi ? Tu ne t’es jamais imaginé que je pourrai m’y opposer ?! Il serait mieux entre mes mains qu’entre tes sales pattes pauvre con !*

Le jeune blond se contenta de laisser imaginer ses pensées à travers un seul et unique regard froid. Il regrettait d’être trop poli et attentif aux intérêts de Tatsuki. S’il se laissait faire, c’était pour le bien de son amant. Il ne désirait pas que celui-ci en pâtisse. Le pauvre allait déjà assez mal. Abel prenait donc sur lui, comme toujours. Mais, au bout d’un moment, il finirait par exploser, c’était certain. Il espérait juste que cela ne serait pas Hidekazu qui en serait la victime, une balle dans la tête. Le jeune assassin le voyait pourtant bien avec un trou entre les deux yeux, gâchant ainsi son joli minois. Mais avant que son regard ne se fasse encore plus glacial, le grand blond détourna les yeux lorsqu’il entendit de faibles gémissements. Tatsuki venait de se réveiller.


"Hmm…t’es toujours là vieil homme!.. Mon beau blond est là aussi…approche toi…"

Abel se fit un plaisir de se rapprocher de son homme. Il s’assit aussi au bord du lit, à l’opposé d’Hidekazu et caressa doucement les cheveux de son amant. Il faisait cela pour faire plaisir au jeune Oyabun mais aussi pour prouver au vieux qu’ils étaient en quelque sorte à égalité. Le « Père » avait beau avoir un immense pouvoir sur le jeune yakuza, ce n’était pas de lui que ce dernier était amoureux et offrait de doux surnoms. Qu’il retourne donc s’occuper de ses affaires plutôt que d’embêter les deux amants qui s’aimaient passionnément ! Et, à croire que Hidekazu lisait dans ses pensées, l’homme se leva et enfila son manteau. Il se permit une dernière caresse sur la peau de Tatsuki avant de partir. Mais il décida aussi d’ouvrir la bouche, comme si cela ne suffisait pas.

"Repose toi bien Tatsuki, je prendrai de tes nouvelles…hmm, on dirait que j’ai trouvé ton cadeau de Noël…une nouvelle voiture ne sera pas du luxe…"

"Bien Hidekazu…"

Là, Abel ne put rester de marbre. Il écarquilla légèrement les yeux, regardant Tatsuki pour voir si celui-ci ne plaisantait pas. Mais non. Il était parfaitement sérieux. Alors comme ça il refusait tout cadeau, même venant de son homme, mais acceptait celui de ce vieux pervers ? Faisait-il exprès de mettre de l’eau dans le gaz et rendre encore plus jaloux le jeune tueur ? Une chose était sûre, Abel allait boycotter cette voiture. Il ne s’y assiérait jamais. Il trouverait bien un bon prétexte pour refuser si jamais Tatsuki le lui proposait. Il pourrait par exemple dire qu’il préférait conduire sa belle BMW sport.

"Alors mon beau blond, ça fait combien de temps que tu es là?"

« Pas longtemps mais juste assez pour admirer ton visage endormi… Alors, comment ça va ? Tu n’as pas trop mal ? » demanda t-il, prenant sur lui encore une fois pour paraître normal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 23:17



« Pas longtemps mais juste assez pour admirer ton visage endormi… Alors, comment ça va ? Tu n’as pas trop mal ? ». »


Tatsuki grimaça légèrement. Malgré les calmants qu’on lui avait donné, il ressentait toujours un peu de souffrance. Il leva doucement la main vers son aimé afin de lui caresser doucement le visage. Il trouva à peine la force de l’effleurer. .

"Ca va un peu mieux merci…j’ai encore un peu mal à la tête, mais surtout à ma côte…je suppose qu’on ne peut rien y faire mon beau blond…embrasse moi pour me consoler une peu.."

Abel s’approcha de Tatsuki et déposa doucement ses lèvres sur les siennes comme s”il avait un peu peur de le blesser. Le jeune Oyabun eut tout de même la force d’échanger cette douce caresse en déposant sa langue à l’intérieur de la bouche de son amant.
Il ferma les yeux afin de faire durer le plus longtemps possible cet échange dont il avait grandement besoin et de le savourer au maximum. Il leva sa main afin de prolonger son étreinte et de caresser le visage de son compagnon. Cependant, il leva sa main un peu trop haute et trop brutalement, si bien qu’il ressentit une vive douleur.


"Aïe et merde! … "

Il poussa un léger soupir d’agacement. Il en avait marre de ne pas pouvoir faire ce qu’il voulait et de devoir restreindre tous ses gestes. Il reposa doucement sa tête sur son oreiller tout en continuant de caresser langoureusement la main du jeune blond.

"As-tu rassuré Reira et Kano? Vont-ils venir? …Je suppose que Ren a fait son travail, d’ailleurs Hidekazu-sama était là? Avez-vous parlé ? J’ai été étonné de vous voir tous les deux ici à vrai dire ! "

Tatsuki était un peu curieux de tout. Lui qui était si actif d’habitude, ne supportait pas de rester à rien faire impotent. Il fallait donc bien qu’il se rattrape par la parole et qu'il interroge au maximum son ami.

"Mon beau blond, allume moi une cigarette s’il te plait. "

Abel le regarda en haussant légèrement les sourcils. Lui qui était si sage et si respectueux des règles, ne concevait pas de fumer dans un hôpital, surtout dans l’état de son homme, mais, connaissant Tatsuki, il savait qu’il ne pourrait s’opposer à sa volonté. Il lui en alluma donc une à contrecœur pour éviter le conflit, mais pour consoler un peu le yakuza ; c’était la seule chose qu’il pouvait lui donner et qui lui fasse grand bien.
Tatsuki savoura sa cigarette en souriant.


"Et merde, ça fait un jour et j’ai déjà hâte de rentrer ! Le médecin m’a dit ce matin que je pourrai vite sortir sous couvert d’être bien suivi ! A part ma côte, je n’ai rien de vraiment grave, il faudra juste que je ne fasse pas trop d’effort et que je sois raisonnable. "

De très bonne humeur et tout sourire, il pensait annoncer une bonne nouvelle à Abel en lui apprenant qu’il rentrerait bientôt chez eux.
Cependant, le jeune tueur semblait amer et restreint sa joie, sûrement par rapport à ce que Hidekazu lui avait dit concernant le retour du yakuza qu’il voulait chez lui. D’ailleurs, Tatsuki le remarqua à l’expression du visage de son homme.


"Qu’est-ce qu’il y a beau blond ? Je vais croire que tu n’es pas pressé que je rentre à la maison ! "

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Ven 2 Jan - 23:55

"Ca va un peu mieux merci…j’ai encore un peu mal à la tête, mais surtout à ma côte…je suppose qu’on ne peut rien y faire mon beau blond…embrasse moi pour me consoler une peu.."

Abel n’aimait pas savoir que son amant avait mal. Il désirait tant l’aider mais se sentait si inutile. Mais, au moins, il pouvait répondre aux moindres désirs de Tatsuki. Il se pencha donc sur le jeune homme et déposa un doux baiser sur ses lèvres, de peur de lui faire mal. Mais l’Oyabun prit l’initiative d’approfondir cet échange et glissa sa langue à l’intérieur de la bouche du grand blond. Ils passèrent un moment à s’embrasser aussi tendrement, le tueur caressant du bout des doigts le visage de celui qu’il aimait. Mais celui-ci voulut sans doute en faire autant. Et, dès qu’il leva le bras un peu trop haut, il sentit apparemment une vive douleur car il rompit le baiser pour jurer. Abel le regarda peiné et répondit à ses caresses sur la main pour le rassurer un peu.

"As-tu rassuré Reira et Kano? Vont-ils venir? "

« Ils vont bien. Reira est encore un peu sous le choc mais tu la connais… Ils vont sans doute passer en fin d’après-midi. »

"Je suppose que Ren a fait son travail, d’ailleurs Hidekazu-sama était là. Avez-vous parlé ? J’ai été étonné de vous voir tous les deux ici à vrai dire ! "

« On a un peu parlé. Lui plus que moi à vrai dire… »


Il savait Tatsuki curieux mais n’en dirait pas plus. S’il commençait à parler de Hidekazu, il allait dire franchement ce qu’il pensait de lui et ce qu’il rêvait de lui faire. La dernière fois qu’il avait parlé en toute franchise concernant ce vieux pervers, le jeune Oyabun s’était emporté. Il ne préférait donc pas essayer une deuxième fois. Une dispute serait inutile et Tatsuki avait énormément besoin de repos et de détente. D’ailleurs, pour se détendre, il demanda une cigarette. Abel ne put s’empêcher de lui lancer un regard qui en disait long sur ses pensées. Une cigarette dans son état était lourdement déconseillée et était de plus interdit dans les hôpitaux. Mais Tatsuki le prenait à son propre jeu. Le jeune assassin ne voulait pas l’énerver donc il ne pouvait pas refuser cela. Et puis c’était le mieux qu’il puisse faire pour aider son homme à aller mieux. Il alla donc fouiller dans l’armoire et sortit une cigarette du manteau de Tatsuki. Il l’alluma puis la donna au jeune yakuza.

"Et merde, ça fait un jour et j’ai déjà hâte de rentrer ! Le médecin m’a dit ce matin que je pourrai vite sortir sous couvert d’être bien suivi ! A part ma côte, je n’ai rien de vraiment grave, il faudra juste que je ne fasse pas trop d’effort et que je sois raisonnable. "

Abel était content que son amant puisse sortir rapidement de l’hôpital. Mais il ne put sourire à cette nouvelle. L’Oyabun ne devait sûrement pas être au courant de la décision qu’avait prise son supérieur. Dès sa sortie de l’hôpital, il ne rentrerait pas à la maison mais irait chez Hidekazu. Celui-ci désirait prendre soin de lui lui-même, ayant sous-entendu qu’Abel était trop incompétent pour le faire. Mais le jeune blond savait s’occuper de Tatsuki. Il était vrai que par moment, il avait du mal à l’obliger à faire telle ou telle chose mais sinon, il ne se débrouillait pas trop mal. Et puis, la dernière fois que le yakuza avait été blessé, Abel s’était chargé une fois de changer son pansement. Il n’était ni infirmier, ni médecin, mais savait comment s’y prendre. Tatsuki avait même été content de son travail.

"Qu’est-ce qu’il y a beau blond ? Je vais croire que tu n’es pas pressé que je rentre à la maison ! "

« Si, bien sûr que j’ai hâte que tu rentres à la maison mais… Je vais devoir attendre longtemps. Tu n’es pas prêt de rentrer… Hidekazu veut te prendre chez lui et s’occuper de toi durant ta guérison… »

Maintenant qu’il le disait à voix haute, le jeune tueur réalisait ce que cela impliquait. Il ne pourrait pas revoir Tatsuki avant plusieurs semaines. Il le saurait loin de lui et avec son « rival ». Il ne le voulait vraiment pas mais avait-il le choix ? Il ne faisait pas le poids face à Hidekazu et puis le jeune Oyabun disait « oui » aux moindres désirs de ce dernier. Les deux amants allaient donc se retrouver séparés quelques temps. Abel ne le voulait vraiment pas. Et, sans y penser, il serra un peu plus la main de son homme et posa un baiser sur le front de celui-ci, comme pour consoler celui-ci alors que lui aussi n’aimait pas cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Sam 3 Jan - 0:28



« Si, bien sûr que j’ai hâte que tu rentres à la maison mais… Je vais devoir attendre longtemps. Tu n’es pas prêt de rentrer… Hidekazu veut te prendre chez lui et s’occuper de toi durant ta guérison… »


Tatsuki comprit donc la raison pour laquelle son amant cachait sa joie lors de l'annonce de sa sortie d'hôpital.
Abel faisait peine à voir. Il lui serra d'ailleurs très fort la main pour faire comprendre son angoisse d'être séparer de son amant plusieurs semaines.
Celui-ci posa ensuite sa tête sur les cuisses de Tatsuki qui s'empressa de lui caresser pour le consoler un peu. Le yakuza savait à quoi pensait Abel.Cela concernait sa relation avec le "Père". Même si le jeune brun la niait bec et ongle, Abel soupçonnait pas mal de choses.


"Ecoute, je vais lui parler... je pense qu'il croit bien faire, mais je vais lui dire que je préfère rentrer à la maison...je veux que tu sois à mes côtés."

Il sourit tout en parlant à son aimé. Le jeune yakuza savait ce qu'il allait dire à Hidekazu pour le dissuader de ne pas veiller sur lui. Après tout, il était Oyabun, et le père se devait de traiter tous les Oyabun de la même façon pour veiller à un équilibre. Si Tatsuki résidait chez lui, ça serait mal vu par les autres clans qui penseraient alors qu'ils comploteraient quelque chose dans l'intérêt du clan Sugiura.
Tatsuki pourrait donc arguer dans ce sens, et parler de l'intérêt du fonctionnement de la mafia en ville.


"Personne ne pourra me tenir éloigné de mon beau blond...je t'aime trop pour ça..."

Abel se redressa et déposa un baiser sur les lèvres de Tatsuki. Ils restèrent un petit bout de temps collés l'un à l'autre afin de profiter au maximum du moment qu'il pouvait partager tous les deux. Le yakuza caressa longuement la longue crinière blonde de son amant qu'il aimait tant.
Abel finit par se leva et se dirigea vers un petit sac qu'il avait apporter. Il sortit de celui-ci une petite tartelette à l'abricot. Connaissant le goût prononcée de Tatsuki pour ce fruit, il lui avait préparé quelques douceurs. D'ailleurs le yakuza apprécia grandement.

"Je mange si c'est mon beau blond qui me donne de son gâteau..."

Le jeune Oyabun agit comme un petit bébé, mais ce petit côté était présent en lui.
Le jeune blond attendrit par cette petit moue boudeuse, lui porta la tarte à la bouche. Le yakuza s'empressa de croquer la tartelette à l'abricot, et la mangea entièrement. Il lui lécha le doigts au passage pour le taquiner un peu. Lui, qui mangeait peu, pouvait reprendre un peu d'énergie et faire plaisir en même temps à son compagnon qui avait dû s'appliquer à concocter cette petite douceur.
Le yakuza alluma ensuite la télévision pour se divertir un peu. Rester enfermer dans une chambre et devoir restreindre ses gestes et ses déplacements commençait à lui peser lourdement.
En plein milieu de l'après-midi, Reira, Kano et Ren arrivèrent.
La sœur du yakuza lui avait aussi préparé quelques plats.
Il s'assirent autour du yakuza et discutèrent avec lui pour lui tenir compagnie.
Tatsuki demande ensuite à s'entretenir avec Ren pour parler un peu de leurs affaires et de la gestion temporaire du clan.


"J'insiste pour que tu prennes Kano à tes côtés, mais n'oublie pas! Pour les décisions tu attends mon aval! Pour le reste, je te fais confiance Ren"


"Ne t'inquiète pas Tatsuki..."

Le jeune Oyabun même malade devait assurer la gestion de ses affaires et de son clan depuis son lit.


"Eh Aniki! On a même parler de ton accident dans les journaux! Après tout, tu es un homme d'affaire connu!"


Tatsuki poussa un soupir lorsqu'il apprit la nouvelle...mais il s'en doutait un peu au fond. Il avait fait la couverture de magasines en tant qu'important homme d'affaire, et vu son statut, les médias s'étaient saisis de l'affaire.


"J'ai vu le médecin et si tout va bien, d'ici deux jours tu vas pouvoir quitter l'hôpital, à condition que tu restes alité quelques temps à la maison Tatsuki! J'espère que tu vas venir avec Abel à la résidence !"

Reira toujours inquiète, tenait à s'occuper de son frère aux côtés d'Abel.
Tatsuki n'avait pas vraiment pensé rentrer à la résidence, mais plutôt au loft. Il y aurait bien sûr renforcé la sécurité.


"Je pensais rentrer avec Abel dans mon appartement en faite... et plusieurs gardes du corps."

Ren sourcilla un peu et n'appréciait pas cette idée vu son état. Reira le raegarda aussi en le suppliant un peu.D'ailleurs, celle-ci regarda ensuite Abel avec une mine de chien battu, afin qu'il intervienne favorablement à sa requête. Elle désirait qu'ils vivent un temps tous ensemble à la résidence.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Sam 3 Jan - 1:30

Abel posa sa tête sur les cuisses de son amant, sachant que celui-ci n’avait aucune blessure aux jambes. Il ne désirait vraiment pas passer plusieurs semaines sans Tatsuki à ses côtés. Et puis l’Oyabun serait mieux avec lui. Il serait chouchouté comme un prince, même s’il n’aimait pas trop qu’on s’occupe tant de lui et qu’on le materne. Mais, dans son état, il ne pouvait pas refuser. Le grand blond lui ferait à manger, lui changerait ses pansements et veillerait à ce qu’il prenne convenablement ses médicaments. Il serait à ses petits soins durant plusieurs semaines. Il savait que cela serait par moment difficile mais il n’avait pas de travail. Il pourrait donc rester toutes ses journées auprès de son cher et tendre qui avait besoin de lui.

"Ecoute, je vais lui parler... je pense qu'il croit bien faire, mais je vais lui dire que je préfère rentrer à la maison...je veux que tu sois à mes côtés… Personne ne pourra me tenir éloigné de mon beau blond...je t'aime trop pour ça..."

Un sourire revint étirer les lèvres du jeune assassin. Il se redressa et embrassa doucement son bien aimé. Ils restèrent un long moment ainsi à s’embrasser, profitant d’être ensemble, même dans un moment aussi difficile. Tatsuki trouva même la force de lever le bras pour caresser la chevelure blonde d’Abel, ce qui fit plaisir à ce dernier. Et, une fois le baiser rompu, il se leva du lit et alla chercher dans un petit sac qu’il avait posé sur une table plus loin, une petite tartelette à l’abricot. Maintenant que Reira lui avait dévoilé la petite faiblesse de Tatsuki, il n’allait pas s’en priver. Et, même s’il avait cuisiné ce gâteau avant de voir Hidekazu, cela prouvait qu’il était tout à fait à même de s’occuper de son homme.

"Je mange si c'est mon beau blond qui me donne de son gâteau..."

« Je n’arrive vraiment pas à te résister… »


Avec un soupir exagéré pour taquiner son amant, Abel porta la tartelette à la bouche de celui-ci. Tatsuki mordit dedans sans attendre. Et, pour aller plus loin dans le jeu du jeune Oyabun, le grand blond mit le dernier morceau de tartelette entre le bout de ses lèvres, et le porta ainsi à la bouche de son amoureux, l’embrassant brièvement en même temps. Il rit calmement et regarda Tatsuki se régaler avec le gâteau avant de s’attaquer à ses doigts pour ne pas en perdre une miette. Ils étaient vraiment très complices et ne se gênaient pas pour faire ce qu’ils leur passaient par la tête. D’ailleurs, Abel se permit de retirer ses chaussures et s’installa aux côtés du yakuza, un peu allongé comme lui. Mais, vu que le lit n’était pas pour deux personnes, il garda tout de même une jambe en dehors et un pied posé par terre, pour garder l’équilibre et ne pas obliger Tatsuki à lui faire une plus grande place. Ils regardèrent ainsi la télévision, se tenant et se caressant tendrement la main.

Et, au milieu de l’après-midi, Ren, Kano et Reira arrivèrent rendre visite au blessé. Par politesse, Abel se redressa et remit ses chaussures. Il resta néanmoins assis sur le bord du lit, laissant les sièges libres à Reira et Kano. D’ailleurs, la grande sœur avait elle aussi préparé des petits plats. Ils avaient l’air de penser que loin d’eux, Tatsuki allait se laisser dépérir, surtout connaissant la nourriture servie dans les hôpitaux… Ils parlèrent longuement ensemble, Abel et Ren intervenant moins vu qu’ils avaient à peu près le même caractère silencieux. Puis l’Oyabun demanda à parler à son second, sûrement concernant les affaires. Le jeune assassin se leva donc pour les laisser tranquilles et alla parler avec Reira. Elle semblait s’être remise de ses émotions. Cela faisait plaisir. Il en était de même pour Kano. Il se permit même de faire savoir que les journaux avaient parlé de l’accident de Tatsuki.


"J'ai vu le médecin et si tout va bien, d'ici deux jours tu vas pouvoir quitter l'hôpital, à condition que tu restes alité quelques temps à la maison Tatsuki! J'espère que tu vas venir avec Abel à la résidence !"

"Je pensais rentrer avec Abel dans mon appartement en faite... et plusieurs gardes du corps."

Abel regarda Tatsuki, puis Reira, pour terminer par Ren. Ces deux derniers ne semblaient pas d’accord avec la décision du yakuza, même s’ils ne dirent rien. Leur regard le faisait à leur place. Et, à voir celui de Reira posé sur le tueur, celui-ci comprit ce que cela signifiait. Qu’est-ce qu’il détestait être dans cette situation. Il devait faire un choix, même si, pour lui, c’était déjà tout choisi. Il désirait rentrer avec Tatsuki chez eux, dans les quartiers chics. Mais même Ren ne semblait pas d’accord. La sécurité était plus importante que tout. A contrecœur, Abel dut se résoudre à aller dans le sens de Reira et Ren. La résidence était après tout beaucoup mieux surveillée que leur loft, même si d’autres gardes du corps venaient s’ajouter aux autres.

« Dans un premier temps, on pourrait peut-être retourner à la résidence. Ce n’est pas comme si tu avais pris une balle là. Je me sentirai plus rassuré si Reira était là en cas de problème. Et puis ça ne les obligera pas à venir au loft pour venir te voir… Mais après, quand ta côte se sera mieux consolidée, on rentrera à la maison. Qu’est-ce que tu en dis ? »

Il caressa doucement la joue de Tatsuki pour l’aider à accepter. Il avait parlé du côté pratique, pas du côté sécurité. Il était sincère en disant que Reira serait d’une grande utilité. En cas de problème, elle serait là. Il serait plus rassuré en sachant qu’une autre personne pourrait prendre soin du yakuza. De plus, il avait essayé de se mettre dans les deux camps à la fois. Ils resteraient un peu à la résidence, le temps que Tatsuki récupère et puisse se lever, et ensuite, direction les quartiers chics pour retourner chez eux. Il ne pouvait pas proposer mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Sam 3 Jan - 1:50



« Dans un premier temps, on pourrait peut-être retourner à la résidence. Ce n’est pas comme si tu avais pris une balle là. Je me sentirai plus rassuré si Reira était là en cas de problème. Et puis ça ne les obligera pas à venir au loft pour venir te voir… Mais après, quand ta côte se sera mieux consolidée, on rentrera à la maison. Qu’est-ce que tu en dis ? »


Le jeune blond caressa la joue de Tatsuki pour le réconforter un peu et l'amadouer pour qu'il aille dans son sens. Après tout, le principal était qu'il soit entouré...et surtout que son amant soit à ses côtés.
Il poussa un léger soupir de capitulation et acquiesça d'un signe de tête.


"Bien, bien...je suppose que vous avez raison.Il serait mieux que nous vivions quelques temps à la résidence, par confort et par sécurité je suppose... Le médecin m'a dit que je pourrai sortir dans deux jours, même s'il m'a conseillé de rester ici plus longtemps, mais c'est hors de question! Donc je rentre à la résidence après-demain...
Hmm, Abel, tu passeras avec Keiji à la la maison pour nous amener quelques affaires...enfin, surtout les tiennes, moi j'ai ce qu'il faut à la résidence, d'accord?"

Il n'avait pas d'autres choix que de se ranger du côté de la majorité, et après tout, ils n'avaient pas tord. Au moins, à la résidence, il y avait du personnel et il pourrait un peu marché dans les jardins une fois qu'il irait un peu mieux.
Il continua de parler avec Kano et Reira qui discutaient de tout et de rien. Pendant ce temps-là, Ren et Abel parlaient ensemble de plusieurs points, concernant très certainement Tatsuki.
Celui-ci fit l'effort de manger un peu de soupe misô faite par sa sœur, étant donné qu'il n'avait pas mangé à midi.
Il réfléchissait en même temps aux arguments qu'il allait donné à Hidekazu-sama...mais ça, il ne s'en faisait pas. Il savait comment le prendre après tout...même s'il avait un certain attachement à son égard, le "Père" demeurait un homme d'affaire qui faisait passer la politique et les affaires en premier plan. Même avant le jeune Oyabun...
Ren s'approcha ensuite du yakuza.


"Ecoute, je vais te laisser maintenant, j'ai pas mal de choses à régler concernant la clôture du contrat Tashiba pour la société, mais je dois également rencontrer l'Oyabun du clan Takami... tu sais de quoi je parle, et cela me semble être le plus urgent...repose toi, je te mettrai au courant du déroulement des événements. Mais, rassure toi, par chance les choses sont calmes en ce moment, tu peux donc dormir sur tes deux oreilles...par chance, même Akito est en voyage, on a donc la paix!"

Tatsuki un peu rassuré remercia Ren. Il pouvait fort heureusement compter sur lui. Il avait de l'expérience, était intelligent et très fidèle. Son choix en le mettant Waka gashira fut la meilleure décision qu'il ait pris.
Heureusement que les affaires étaient calmes, et qu'il y avait la paix entre les clans et peu de conflits en ce moment. Tatsuki pouvait donc baisser un peu sa garde quelques temps et récupérer.


"Merci Ren, je compte sur toi...et Kano"


Le jeune Oyabun devait aussi mettre en avant son frère pour le former, mais aussi pour le tester dans ce genre de condition difficile.
Ren se retira ensuite accompagné de Reira et Kano, qu'il reconduisit à la résidence. Ils embrassèrent leur frère avant de quitter les lieux. Abel se rassit de nouveau à ses côtés pour l'embrasser.
Tatsuki avait été rassuré par les paroles de Ren, il était donc de bonne humeur malgré sa douleur omniprésente.


"Heureusement que j'ai des gens qui sont aux petits soins pour moi...surtout mon beau blond...Ren va appeler l'idiot de Keiji qui viendra ici d'ici une heure pour que vous alliez au loft...
Allez! Maintenant, embrasse moi itoshii mono yo!"


Pour compléter sa bonne humeur, il voulait des caresses et des contacts intimes avec son aimé, avant qu'il ne quitte à son tour la chambre.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Sam 3 Jan - 2:31

Tatsuki finit par capituler. Abel était content de voir qu’il avait un certain pouvoir sur son amant et que ce n’était pas que dans un sens. Reira aussi semblait ravie. Quant à Ren, égal à lui-même, il ne laissa pas voir grand-chose. Le jeune tueur avait hâte de voir son homme à la maison. Il allait pouvoir le chouchouter sans que celui-ci ne puisse le lui interdire. Mais il n’en ferait pas trop tout de même. Il savait que Tatsuki avait sa fierté et que celle-ci était surdimensionnée. Il se contenterait de le soigner et de veiller sur lui tout en répondant à ses moindres désirs, du moment que ceux-ci ne mettaient pas sa santé en jeu.

Abel acquiesça ensuite à propos de Keiji. Il ne voyait pas pourquoi celui-ci devrait l’accompagner jusqu’au loft vu qu’il avait sa belle BMW mais ne dit rien. Il aimait bien le jeune homme, même si celui-ci pouvait parfois casser les pieds en parlant trop. Mais au moins, Abel n’aurait pas à mettre la radio dans la voiture pour avoir du son durant le trajet… Laissant Tatsuki avec sa famille, le jeune blond alla parler avec Ren. Le Waka Gashira lui donna plusieurs instructions concernant le jeune Oyabun, ayant sûrement peur qu’Abel n’oublie quelque chose. Mais l’assassin ne pouvait pas l’empêcher de s’inquiéter pour son ami.

Ren revint ensuite près de Tatsuki pour lui donner des nouvelles sur ce qu’il comptait faire. Le grand blond n’écouta pas vraiment leur conversation et entendit juste que les choses étaient calmes en ce moment. Tant mieux. Le yakuza aurait sans doute eu du mal à rester tranquille s’il y avait eu beaucoup d’affaires à suivre ou des problèmes avec les autres clans. Il pourrait donc se reposer et dormir sur ses deux oreilles. Ren s’occupait de tout. Tatsuki pourrait profiter de ses pseudo-vacances forcées.

Le Waka Gashira ne tarda pas à s’en aller, emmenant Reira et Kano avec lui. Abel les salua et leur dit qu’il serait à la résidence après avoir quitté l’hôpital et être passé par le loft avec Keiji pour prendre quelques affaires. Vu qu’il allait devoir vivre quelques temps dans la demeure des Sugiura, il penserait à prendre avec lui les deux boîtes de chocolats que lui avait acheté son amant. Il n’allait tout de même pas les laisser toutes seules au loft… Une fois tout le monde parti, Abel s’assit de nouveau sur le lit et embrassa tendrement son bien aimé.


"Heureusement que j'ai des gens qui sont aux petits soins pour moi...surtout mon beau blond...Ren va appeler l'idiot de Keiji qui viendra ici d'ici une heure pour que vous alliez au loft...
Allez! Maintenant, embrasse-moi itoshii mono yo!"


Le grand blond sourit puis l’embrassa sans plus attendre. Tatsuki était vraiment en manque d’affection. Abel allait donc l’aider à se sentir mieux en profitant de la petite heure qui leur restait avant que « l’idiot de Keiji » ne pointe le bout de son nez ici et vienne enlever le tueur des bras de son homme. Les deux hommes s’embrassèrent longuement, de nombreuses minutes à vrai dire. L’Oyabun caressait tendrement la chevelure blonde d’Abel tandis que celui-ci lui caressait doucement le visage. Le jeune assassin dévia ensuite ses lèvres vers le cou de son compagnon pour l’embrasser à cet endroit, avant de remonter à sa joue, pour revenir à ses lèvres.

« Je t’aime… Tu vas voir, je vais vraiment être aux petits soins pour toi. Mais je te connais, tu ne devras pas te lever tant qu’un médecin ne te l’aura pas autorisé, d’accord ? Je ne veux pas que tu retournes à l’hôpital. Et puis, qui dit retour à l’hôpital dit encore plus longtemps sans profiter de ton beau blond. Guéris vite alors mon amour… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Dim 11 Jan - 0:54


"Abel s’exécuta à la demande de son amant et l’embrassa tout en prenant le soin de le caresser.
Il parcouru le cou du jeune Oyabun tout en remontant ensuite vers sa joue, puis ses lèvres. Tatsuki ferma les yeux pour apprécier et se délecter de ce doux moment.


« Je t’aime… Tu vas voir, je vais vraiment être aux petits soins pour toi. Mais je te connais, tu ne devras pas te lever tant qu’un médecin ne te l’aura pas autorisé, d’accord ? Je ne veux pas que tu retournes à l’hôpital. Et puis, qui dit retour à l’hôpital dit encore plus longtemps sans profiter de ton beau blond. Guéris vite alors mon amour… »


Le yakuza soupira un petit coup aux petites remontrances faites par son aimé qui le connaissait par cœur maintenant…mais au fond, il n’avait pas tord. Tatsuki était du genre à avoir la bougeotte. Il détestait être impotent et inactif. Mais, cette fois-ci, il devait s’y résoudre s’il voulait se remettre de ses blessures.

"Bien bien ! "
dit-il d’un ton un peu agacé.

"Je serai sage…ai-je le choix ?"


Comme pour l’encourager, Abel l’embrassa de nouveau. Les gestes de l’Oyabun étaient très limités. Il se frustrait de ne pas pouvoir sauter au cou de son beau blond et profiter de lui comme il le souhaitait. Il posa ensuite sa tête au creux de l’épaule de son amant tout en lui caressant sa longue chevelure blonde.
Ce doux moment d’intimité entre amoureux fut interrompu par un brouhaha. La porte s’était ouverte en fracas, c’était Keiji.
Tout sourire, il se précipita au chevet de l’Oyabun sans vraiment se soucier de la position intime de deux amants. Il s’appuya sur le lit et tira une triste mine. Il saisit ensuite la main de l’Oyabun et s’approcha de lui de très près.


"Boss !!! J’ai eu peur quand j’ai su…Ren a pas voulu que je vienne avant ! J’étais inquiet !"

Le yakuza leva les yeux en l’air en soupirant, puis lâcha Abel.

"Tss enfoiré tu peux frapper avant d’entrer ! J’étais sur le point d’embrasser mon beau blond ! Jsuis sur que maintenant il en aura plus envie bâtard ! Tsss… T’as de la chance que jsuis handicapé sinon t’en aurais mis une !"

Keiji fit une légère moue boudeuse sans vraiment se soucier de la menace de Tatsuki étant donné qu’il était habitué à cela. Il n’aimait pas voir son boss dans cet état pathétique.

"Aie…vous êtes un peu amoché boss ! "

Spoiler:
 

Tatsuki sourcilla légèrement un peu plus énervé par les propos de Keiji qui s’enfonçait un peu plus en parlant de son physique et des séquelles causées par l’accident. Son physique pour lui qui était si perfectionniste était un sujet très sensible. Le jeune homme se tourna ensuite vers Abel tout sourire.

"Et toi mon pauvre, t’as dû avoir peur ! Il est résistant le boss ! Enfin ! Je suis venu pour qu’on aille chez vous…et tout et tout…"

Le yakuza soupira et regarda Abel en lui faisant un signe de la tête. Il voulait lui faire comprendre qu’il valait mieux qu’ils partent pour le débarrasser de l’énergumène. De plus, il voulait un peu se reposer vu le nombre de visites qu’il avait eu. Keiji sortit ensuite un paquet de cigarettes et le posa sur la table de chevet du yakuza. Il savait que celui-ci avait besoin de sa dose de nicotine.


"Bon bahh boss…on va y aller…Ha euh au faite, Kyousuke m’a dit de vous dire que Tagami-kun était en ville…il va s’en occuper. Il reste un mois donc vous pourrez le voir quand ça ira mieux !"


Le yakuza hocha la tête sans dire un mot. Abel enfila ensuite son manteau afin de quitter les lieux avec Keiji. Tatsuki écarta légèrement sa couverture et fit un signe à Abel pour qu'il s'approche de lui.


Spoiler:
 



Lorsque le jeune blond s’approcha, Tatsuki le saisit par le col pour l’embrasser à pleine bouche. Keiji un peu gêné s’éclipsa discrètement pour attendre devant la porte de la chambre.


"Oh mon beau blond… tu diras à Reira qu’il faut nous préparer la chambre d’en bas… je ne pourrais pas monter avec mes blessures…dis-lui que nous résiderons dans la chambre
« Sakurabana » (fleur de cerisier). D’accord ?"


La demeure Sugiura avait plusieurs pièces et maintes chambres. Le jeune Oyabun avait pris ses appartements en haut de façon à être un peu à l’écart, mais, dans son état, il ne pourrait pas se déplacer convenablement et monter sans arrêt des escaliers. Voilà pourquoi il tenait à résider en bas à proximité des jardins…il avait préciser la pièce qu’il voulait occuper, car l’ancienne chambre de feu son père se trouvait aussi en bas…et il ne voulait en aucun cas qu’on lui réserve celle-ci.
Le yakuza se rallongea doucement de façon à ne pas réveiller la douleur et à pouvoir se reposer lorsqu’Abel s’en irait.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Dim 11 Jan - 2:04

"Bien bien !.. Je serai sage…ai-je le choix ?"

Non, Tatsuki n’avait pas vraiment le choix s’il désirait se remettre rapidement de ses blessures. Mais connaissant très bien le jeune Oyabun et sa bougeotte, Abel allait l’encourager à rester tranquille. Il l’embrassa de nouveau et lui caressa doucement les cheveux. Il aurait aimé le serrer tout contre lui mais il ne désirait pas lui faire mal. Il laissait donc son amant faire ce qu’il pouvait faire sans douleur et accueillit son visage dans le creux de l’épaule. Pour l’instant, ils devraient se contenter de cela. C’était déjà beaucoup en sachant que le yakuza avait vécu un gros accident. Heureusement, le choc ne l’avait pas changé et Tatsuki restait toujours aussi attentionné et câlin. Abel serait resté ainsi une éternité si une tornade du nom de Keiji n’avait pas fait irruption dans la chambre d’hôpital.

"Boss !!! J’ai eu peur quand j’ai su…Ren a pas voulu que je vienne avant ! J’étais inquiet !"

Le jeune assassin retint un soupir. Keiji, égal à lui-même, faisait ce qui lui passait par la tête et ne réfléchissait pas. Il n’avait même pas remarqué qu’il venait de déranger les deux amants dans une position intime. S’il avait frappé à la porte, cela serait peut-être passé, mais là… Enfin, Abel avait du mal à lui en vouloir. Le jeune homme semblait si candide… Il était amusant dans sa manière d’être, même si son comportement pouvait être agaçant par moment. C’était d’ailleurs pour cela sans doute que Ren avait refusé qu’il vienne avant. Tatsuki avait été trop fatigué pour supporter les piaillements de Keiji.

"Tss enfoiré tu peux frapper avant d’entrer ! J’étais sur le point d’embrasser mon beau blond ! Jsuis sûr que maintenant il en aura plus envie bâtard ! Tsss… T’as de la chance que jsuis handicapé sinon t’en aurais mis une !"

Juste pour taquiner, Abel se permit de mettre une petite tape derrière la tête de Keiji. C’était de la part des deux amants, voilà. Au fil du temps, il commençait à bien connaître le jeune homme et cela l’amusait de le voir chercher en quelque sorte les coups ou les railleries. Le tueur ne s’en privait donc plus pour faire comme Tatsuki et ses hommes. Keiji ne semblait pas triste, au contraire. Il avait l’air d’en redemander. La preuve, il faisait remarquer à son patron son sale état, ce qui n’était vraiment pas une bonne idée. D’ailleurs, Tatsuki sourcilla légèrement pour montrer sa légère colère. Par chance, Keiji parvint à s’arrêter à cette remarque mais porta son attention sur Abel.

"Et toi mon pauvre, t’as dû avoir peur ! Il est résistant le boss ! Enfin ! Je suis venu pour qu’on aille chez vous…et tout et tout…"

Le grand blond acquiesça simplement. Oui, il avait eu une grosse peur. Le médecin n’ayant rien voulu lui dire au téléphone, il s’était vraiment imaginé le pire sur le coup. Mais maintenant qu’il était près de Tatsuki, cela allait mieux. Dans plusieurs semaines ou quelques mois, l’Oyabun serait parfaitement guéri et ne garderait aucune séquelle, même pas une cicatrice. Cela devait le soulager. Abel savait à quel point le physique était important pour son homme. Il lui caressa doucement le visage avant de comprendre le signe de tête qu’il lui adressa. Apparemment, il en avait déjà marre de Keiji. La pile électrique était trop survoltée. Tatsuki avait besoin de repos après toutes les visites qu’il avait eues. Heureusement, Keiji avait apporté un paquet de cigarettes qui allait l’aider à se détendre, même si Abel n’était pas vraiment pour. Mais il n’allait pas priver son amant d’une des seules choses qu’il pouvait encore faire sans problème.

"Bon bahh boss…on va y aller…Ha euh au faite, Kyousuke m’a dit de vous dire que Tagami-kun était en ville…il va s’en occuper. Il reste un mois donc vous pourrez le voir quand ça ira mieux !"

Abel ne savait pas qui était ce Tagami mais peu importait. Cela ne le regardait pas après tout. Il se leva donc et alla enfiler son manteau, prêt à suivre Keiji pour se rendre dans les quartiers chics. Mais avant de partir, Tatsuki lui fit signe de s’approcher, ce qu’il fit en silence. Ils s’embrassèrent de nouveau à pleine bouche, ce qui eut pour effet de faire fuir Keiji. Tant mieux. Un peu de calme n’était pas de trop après toutes les paroles qu’il avait lâchées. Le baiser dura, comme pour rattraper celui que l’énergumène avait interrompu. Puis le yakuza reprit la parole pour donner quelques directives pour son retour à la demeure Sugiura.

"Oh mon beau blond… tu diras à Reira qu’il faut nous préparer la chambre d’en bas… je ne pourrais pas monter avec mes blessures…dis-lui que nous résiderons dans la chambre « Sakurabana ». D’accord ?"

« D’accord, pas de problème. J’installerai mes affaires dans cette chambre-là alors. »

Les appartements de l’Oyabun étaient à l’étage et éloignés des autres pièces principales de la maison. Il était en effet préférable que Tatsuki dorme au rez-de-chaussée. Abel n’avait pas encore visité cette chambre, comme une partie de la résidence d’ailleurs, mais il allait apprendre à la connaître en y passant plusieurs semaines. Ensuite, lorsque le yakuza serait en meilleure forme, ils pourraient retourner dans leur chambre à l’étage, voire même dans leur loft.

« Je reviendrai te voir demain mon beau brun. Repose-toi bien. »

Il l’embrassa une dernière fois puis se dirigea vers la fenêtre pour la fermer un peu, ne laissant qu’un entrebâillement pour que la fumée de cigarette puisse s’évacuer. Les médecins et les infirmières allaient faire une crise s’ils savaient que Tatsuki fumait dans l’hôpital et surtout dans son état. Mais c’était son problème et puis si cela l’aidait à se relaxer et à rester calme, autant le laisser faire. Il serait capable d’agresser le personnel soignant sinon. Enfin, même avec sa dose de nicotine il le ferait sûrement… Mais Abel ne serait pas là pour vérifier ses suppositions. Il sourit à son ami puis sortit à contrecœur de la chambre pour rejoindre Keiji. Direction la maison maintenant pour aller chercher quelques affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Dim 11 Jan - 2:24



« D’accord, pas de problème. J’installerai mes affaires dans cette chambre-là alors. Je reviendrai te voir demain mon beau brun. Repose-toi bien. »

Abel embrassa une ultime fois son amant avant de quitter la pièce. Il prit soin juste avant de fermer la fenêtre en laissant un léger entrebâillement étant donné qu'il savait que le yakuza ne pourrait pas s'empêcher de fumer. Le jeune Oyabun suivit des yeux son amant jusqu'à ce qu'il ait quitter la chambre. Il poussa ensuite un petit soupir et alluma une cigarette avant de saisir la télécommande pour regarder un peu la télévision.
Il saisit ensuite son téléphone portable afin de passer quelques coups de fil. Il ne pouvait pas rester inactif trop longtemps, d'une part pour ses affaires, et d'autre part parce qu'il s'ennuyait.
Il réfléchit un instant et décida aussi de régler un autre problème : celui d'Hidekazu-sama. Il composa son numéro pour le joindre ensuite.


"Allö, Hidekazu-sama c'est moi! Hmm hmm tout va bien ne t'inquiètes pas...non non, je me remets doucement, le plu emmerdant est ma côte...hmm...je vais bientôt rentrer chez moi de toute façon, je hais les hôpitaux! ... Oh... c'est très gentil de ta part, mais j'avais plutôt en idée de rentrer à la résidence, tu sais j'ai décidé de faire rester Kano et Reira aussi s'inquiète...je dois être près d'eux...non, non...mais je te remercie... De toute façon, te connaissant tu n'aurais pas pu t'empêcher de me toucher hein? Dans mon état, je peux à peine bouger...d'accord...je vais me reposer un peu. Je t'appelle bientôt...hmm si tu veux, passe quand tu veux..."

Il raccrocha en soupirant. Il avait avancé l'argument de sa famille plutôt que de son amant pour être sûr que le vieil homme ne tenterait pas de le contredire ou de se montrer trop insistant. Tatsuki n'aurait en effet pas pu refuser.
C'était la fin de l'après-midi, mais le jeune yakuza toujours sous traitement pour sa douleur tombait déjà de sommeil.Il appela l'infirmière pour manger un peu avant de s'endormir.
Son état était amélioré et ses blessures étaient superficielles, sauf sa côte cassée.Il se réveilla le lendemain après une grande nuit de sommeil. Si l'hôpital lui déplaisait, il avait au moins pu se reposer énormément en dormant trois jours de suite.
Après avoir vu le médecin comme chaque matin et avoir discuté avec lui, il se rendit à la douche avec peine pour faire un brin de toilette. Il refusait d'être assisté par fierté. Il s'habilla également avant grande peine.
Toujours en marchant péniblement et à moitié recroquevillé, il se pencha par la fenêtre pour fumer un peu.
Il entendit la porte de la chambre s'ouvrir, c'était de nouveau Abel qui était venu un peu plus tôt. Le yakuza tout sourire, s'appuya sur le rebord de la fenêtre pour minimiser ses efforts en restant trop debout.


"Heyy mon beau blond! Viens m'embrasser! Bonne nouvelle, je peux sortir aujourd'hui!"


Le yakuza avait décidé de quitter les lieux, un peu contre l'avis du docteur, mais peu importe. Celui-ci aurait voulu le garder deux jours de plus, mais Tatsuki n'était pas de cet avis. Autant dire que rien ni personne ne pourrait le faire changer d'avis.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Dim 11 Jan - 13:48

Abel était allé avec Keiji au loft et avait pris quelques affaires pour vivre plusieurs semaines dans la résidence des Sugiura. Même si au début, il avait été un peu réticent à l’idée d’habiter dans une maison aussi luxueuse, il avait peu à peu changé d’avis. Il n’aimait pas tout ce qui était trop riche mais il serait avec Tatsuki, Reira et Kano. En famille. Cette idée lui plaisait bien. Cela lui permettrait d’en apprendre un peu plus sur eux et peut-être de calmer la situation avec Kano. Il espérait bien s’entendre avec l’adolescent. Il faudrait qu’ils en parlent seul à seul. Ce serait plus simple pour parler sincèrement. Le jeune tueur verrait ainsi si Kano le détestait lui ou bien seulement l’idée que son frère soit heureux en couple.

Prenant sa belle voiture dans le garage, Abel se rendit en tout début d’après-midi à l’hôpital. Il espérait juste qu’il ne ferait pas la rencontre d’Hidekazu comme la dernière fois… Tout serait plus simple s’il pouvait le tuer. Cela résoudrait pas mal de problèmes si on ne pensait pas à ceux que cela engendrerait. Le grand blond ne pouvait s’empêcher de ressentir une grande jalousie en pensant à lui. Le « Suprême » avait l’air très proche de Tatsuki, trop proche même. Abel avait peur de savoir ce qui se passait dans la tête du vieux. Dans celle du jeune Oyabun aussi d’ailleurs. Il ne comprenait vraiment pas la relation qui les unissait. Tatsuki n’avait jamais voulu bien le lui expliquer, se cantonnant à dire que Hidekazu était seulement comme un père.

La voiture garée, le jeune blond en sortit. Il entra dans l’hôpital puis se dirigea tout de suite vers la chambre de son ami. Lorsqu’il y entra, Tatsuki n’était pas dans son lit mais près de la fenêtre, en train de fumer. Il ne changerait jamais. Abel aurait préféré le voir allongé sous les draps plutôt que dans l’air froid. Il ne voulait pas que son homme attrape froid en plus de ses blessures. Mais peut-être s’en faisait-il trop. Il s’inquiétait pour un rien lorsqu’il s’agissait de Tatsuki. Mais il ne pouvait s’empêcher d’être trop protecteur, tout en évitant d’en faire trop comme le yakuza n’aimait pas trop cela.


"Heyy mon beau blond! Viens m'embrasser! Bonne nouvelle, je peux sortir aujourd'hui!"

« Je vais pouvoir bien m’occuper de toi maintenant. »

Même s’il savait que c’était un peu contre l’avis du médecin, Abel était content de savoir que Tatsuki allait rentrer à la résidence avec lui. Il s’avança vers lui et, à sa demande, l’embrassa tendrement. Il posa ses mains sur ses hanches pour le coller un peu contre lui, faisant tout de même attention à ne pas appuyer son torse contre le sien à cause de sa côte cassée. Il allait devoir faire très attention maintenant. Lorsqu’ils dormiraient ensemble par exemple, Abel ne devrait pas trop se coller à lui ou bien poser sa tête sur son torse, même s’il aimait beaucoup cela. Mais dans quelques temps, il pourrait de nouveau le faire.

« Tu me diras si je te materne trop. Je sais que tu n’aimes pas ça mais c’est plus fort que moi. J’aime bien prendre soin de mon homme... Ça va sinon ? Tu n'as pas trop mal ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Dim 11 Jan - 15:52



« Je vais pouvoir bien m’occuper de toi maintenant. »


Le jeune yakuza sourit puis jeta sa cigarette par la fenêtre.

« Tu me diras si je te materne trop. Je sais que tu n’aimes pas ça mais c’est plus fort que moi. J’aime bien prendre soin de mon homme... Ça va sinon ? Tu n'as pas trop mal ? »


Il avança doucement vers Abel pour ne pas trop précipiter ses efforts et réveiller une douleur. Il avait pu mettre difficilement son pantalon et sa chemise, mais celle-ci n'était pas fermée. Il s'assit ensuite sur son lit et laissa échapper un léger soupir.

"Pfff...oui, mais j'ai pas le choix...regarde moi ça ! Je suis incapable de boutonner ma chemise avec ce bandage serré qui me compresse et je ne peux même pas mettre mes chaussures par impossibilité de me baisser. Tsss...j'ai l'air d'un putain de gosse!
Que je le veuille ou non, tu devras me materner beau blond...Et je mentirai si je disais que je ne souffre par le martyre..."


Abel s'approcha doucement de lui pour l'aider à boutonner sa chemise et à mettre ses chaussures. Même si Tatsuki aimait un peu qu'on soit aux petits soins avec lui, il n'aimait pas cette sensation de grosse faiblesse.... Là, il ressemblait vraiment à un légume, incapable de faire quelque chose de lui-même.
Les deux hommes s'embrassèrent ensuite langoureusement. Tatsuki se redressa et s'appuya un peu sur Abel pour se lever. Il faisait comprendre par son empressement qu'il voulait de toute urgence quitter les lieux.
Abel l'aida de nouveau à enfiler son manteau. Il se contenta de couvrir le yakuza avec, étant donné que celui-ci peinait à lever le bras. Pour enfiler sa chemise, ça avait déjà été un enfer pour lui.
Abel prit ensuite le sac de vêtement de l'Oyabun et se dirigea en compagnie de celui-ci vers la sortie de la chambre. Des gardes du corps étaient encore présents devant.


"Donne leur mon sac... c'est bon, vous pouvez descendre, je passe à l'accueil et ensuite vous nous escorterez à la résidence...allez y!"


Les hommes s'exécutèrent. Tatsuki s'appuya ensuite sur Abel pour qu'il l'aide à marcher. Celui-ci devait s'armer de patience étant donné que le yakuza ne pouvait pas avancer trop vite.
Après un long périple, ils arrivèrent enfin à la réception. Le médecin arriva lui aussi pour donner les dernières instructions.


"Monsieur Sugiura, êtes-vous sûr de ne pas vouloir rester encore au moins deux jours ? Je préfèrerais cela par prudence..."


Tatsuki le coupa net.


"C'est bon! J'ai signé l'autorisation de sortie contre votre avis et j'ai remplit ma paperasse ce matin! Vous m'avez bien dit qu'il me fallait surtout du repos pour ma côte étant donné que le reste des examens est normal nan? Je pourrais bénéficier de repos et des meilleurs soins à domicile par mon médecin de famille et une infirmière si nécessaire! Donc c'est bon!"


Le médecin soupira un peu dépité, étant donné qu'il savait qu'il ne pourrait pas retenir l'homme. Celui-ci pouvait également bénéficier des mêmes soins chez lui. Il se résigna donc.

"C'est exact monsieur...mais, si vous rencontrez le moindre problème, ne perdez pas de temps et revenez... Je vous donne votre ordonnance d'antalgique, même si votre médecin personnel se chargera de la suite...Par contre, j'insiste pour que vous repartiez en vous asseyant sur cette chaise roulante. Avec une blessure pareille monsieur Sugiura, on ne marche pas ! Même pour seulement deux mètres! Faites vraiment le moins d'effort possible, j'insiste! Sinon, votre os ne se consolidera pas avant des mois! Même pour vous doucher, prenez l'aide d'une auxiliaire et ..."

Tatsuki soupira et s'assit lentement sur la chaise roulante pour faire comprendre qu'il voulait partir. Même s'il n'aimait pas avoir l'air d'un impotent, il savait au fond qu'il n'avait pas le choix.

"Bien, bien, j'ai compris aller...Abel prends les papiers et pousse ma putain de chaise! On rentre à la maison! Merci et au revoir docteur...comme prévu, je repasse dans un mois pour une autre radio...sur ce...bonne continuation!"

Le jeune blond acquiesça et échangea quelques mots avec le docteur pour prendre en note les dernières recommandations. Il se dirigea ensuite vers l'ascenseur en poussant la chaise de Tatsuki avant d'arriver au parking où les hommes de mains les attendait. Le jeune blond avait pris sa voiture de sport. L'Oyabun sourit légèrement.

"Hmm on dirait que mon beau blond va jouer les chauffeurs particuliers aujourd'hui... "


Il alluma ensuite sa cigarette et s'adressa à ses hommes.


"Une voiture devant et deux derrières pour nous escorter! Aller on se casse d'ici!"

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   Dim 11 Jan - 17:20

"Pfff...oui, mais j'ai pas le choix...regarde moi ça ! Je suis incapable de boutonner ma chemise avec ce bandage serré qui me compresse et je ne peux même pas mettre mes chaussures par impossibilité de me baisser. Tsss...j'ai l'air d'un putain de gosse!
Que je le veuille ou non, tu devras me materner beau blond...Et je mentirai si je disais que je ne souffre par le martyre..."


Abel fit un pauvre sourire suite à ces révélations. Il s’approcha de Tatsuki qui s’était assis sur le lit et lui boutonna sa chemise, en prenant garde à ne pas toucher son gros bandage. Il lui enfila ensuite ses chaussettes et ses chaussures qu’il lassa. Il savait que cela coûtait beaucoup à son amant de se laisser ainsi faire. Mais le yakuza n’avait pas le choix. Il allait devoir se comporter comme un « putain de gosse » durant plusieurs longues semaines. Il y aurait sûrement de l’énervement dans l’air. Mais heureusement, Abel était très patient et calme. Cela aiderait beaucoup.

Il s’assit sur le lit et embrassa son homme. Ils restèrent ainsi longuement. Le grand blond caressa les cheveux de Tatsuki pour tenter de l’apaiser et de le consoler. Les prochaines semaines voire prochains mois allaient être difficiles. Abel espérait que son amant soit aussi patient que lui. Un simple faux mouvement pourrait réduire à néant tous les efforts que l’Oyabun aurait fais. Ce serait bête de repartir de zéro. Le jeune assassin allait donc faire très attention et éviter que son ami s’emporte pour un rien. Cela signifiait par exemple qu’il faudrait que Keiji reste un moment loin de son patron. Le jeune homme ne réfléchissait pas aux conséquences de ses paroles et disait ce qui lui passait par la tête. Abel avait bien remarqué que ses mots n’avaient pas beaucoup plu à Tatsuki la veille.

Les deux hommes se levèrent, le yakuza en prenant appui sur son amant. Le tueur alla ensuite prendre le manteau de Tatsuki et le couvrit avec, à défaut de le lui enfiler. Ils étaient maintenant prêts à partir. Il prit le sac d’affaires de son ami et le donna à ses hommes de main comme il le lui demandait. Et, après quelques ordres donnés à ceux-ci, l’Oyabun s’appuya sur Abel pour éviter de tomber. La douleur l’empêchait de marcher convenablement et les médicaments ne l’aidaient pas non plus. Ils marchèrent donc doucement jusqu’à l’accueil, où le médecin les rejoignit.


"Monsieur Sugiura, êtes-vous sûr de ne pas vouloir rester encore au moins deux jours ? Je préfèrerais cela par prudence..."

"C'est bon! J'ai signé l'autorisation de sortie contre votre avis et j'ai remplit ma paperasse ce matin! Vous m'avez bien dit qu'il me fallait surtout du repos pour ma côte étant donné que le reste des examens est normal nan? Je pourrais bénéficier de repos et des meilleurs soins à domicile par mon médecin de famille et une infirmière si nécessaire! Donc c'est bon!"

"C'est exact monsieur...mais, si vous rencontrez le moindre problème, ne perdez pas de temps et revenez... Je vous donne votre ordonnance d'antalgique, même si votre médecin personnel se chargera de la suite...Par contre, j'insiste pour que vous repartiez en vous asseyant sur cette chaise roulante. Avec une blessure pareille monsieur Sugiura, on ne marche pas ! Même pour seulement deux mètres! Faites vraiment le moins d'effort possible, j'insiste! Sinon, votre os ne se consolidera pas avant des mois! Même pour vous doucher, prenez l'aide d'une auxiliaire et ..."


Pour mettre fin aux paroles du médecin, Tatsuki accepta de s’asseoir lentement dans le fauteuil roulant, montrant ainsi qu’il avait hâte de partir et qu’il en avait assez de parler. En tout cas, maintenant, Abel voyait mieux les problèmes qui l’attendaient. Son amant allait vraiment être d’humeur exécrable en sachant qu’il ne devrait se déplacer dans un premier temps que dans un fauteuil roulant et que, pour ses douches, il devrait être aidé par quelqu’un. Sa fierté allait en prendre un coup. Mais le jeune blond allait sans doute s’occuper de cette partie-là. Il ne désirait pas qu’une infirmière fasse cela et Tatsuki serait peut-être moins énervé que cela soit son amant qui l’aide. Et puis ils avaient l’habitude de se laver ensemble donc en quoi cela changerait de d’habitude ?

"Bien, bien, j'ai compris aller...Abel prends les papiers et pousse ma putain de chaise! On rentre à la maison! Merci et au revoir docteur...comme prévu, je repasse dans un mois pour une autre radio...sur ce...bonne continuation!"

Abel acquiesça et prit les papiers qu’il mit dans la poche de son manteau. Il discuta ensuite un peu avec le médecin qui lui donna les dernières recommandations. Mais l’homme n’avait pas de soucis à se faire. Tatsuki serait bien entouré et son ami veillerait à ce qu’il ne fasse pas de bêtise. Il salua le médecin puis poussa la chaise roulante de son amant jusqu’aux ascenseurs. Il se doutait que l’Oyabun se sentait vraiment comme un gamin, surtout avec ce fauteuil qui pouvait être comparé à une poussette. Le pauvre. Heureusement, cela lui remonterait sûrement le moral de rentrer chez lui. Il serait loin de cet hôpital et avec sa famille et celui qu’il aimait.

"Hmm on dirait que mon beau blond va jouer les chauffeurs particuliers aujourd'hui... "

« Avec escorte en plus. J’aurai l’impression d’être quelqu’un d’important. »


Il n’avait jamais conduit entouré d’une escorte. Ce serait la grande première. Il imaginait les gens sur la route. Ils verraient une belle BMW sport entourée de trois grosses voitures noires. Il n’y avait pas mieux pour passer inaperçu… Mais la sécurité de Tatsuki passait avant tout, même si Abel ne voyait pas la nécessité des gardes du corps. Mais peut-être avait-il du mal à imaginer le danger qu’encourait son amant. Il était très affaibli et on désirerait sans doute s’en prendre à lui… Le jeune assassin prit la cigarette des mains de son ami et tira une bouffée avant de la lui redonner.

« Tu finis ta cigarette et on pourra y aller. On ne fume pas dans ma belle voiture toute neuve. »

Il savait que Tatsuki avait pour habitude de fumer dans les voitures mais là, il n’aurait pas le droit. Abel tenait à garder sa BMW propre. La cigarette déposait une fine pellicule grasse sur les vitres et le reste de l’habitacle. Il était aux petits soins de sa voiture. C’était tout de même un bijou mais aussi un cadeau que lui avait fait l’homme qu’il aimait. Il tenait donc à la garder impeccable. Et puis Tatsuki allait bien tenir tout le trajet sans fumer. Cela ne prenait pas des heures. Arrivé à la maison, il pourrait fumer autant qu’il le voudrait.

« Aller, on peut y aller. Ça va faire du bien d’être à la maison. » dit-il lorsque Tatsuki eut fini sa cigarette.

Abel lui ouvrit ensuite la portière et le laissa se lever, restant tout de même à côté pour que le jeune Oyabun puisse prendre appui sur lui. Il aurait très bien pu le porter ou autre mais connaissait très bien Tatsuki et sa fierté légendaire. Le fauteuil roulant pris, le grand blond monta côté conducteur et aida son ami à mettre sa ceinture. Avec le manteau, elle n’appuyait pas vraiment sur sa blessure. Abel allait rouler doucement pour ne pas avoir à freiner brusquement. Il démarra la voiture de sport noire puis suivit celle qui les escortait devant, roulant direction la résidence Sugiura.


[ Suite à la résidence ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Triste lendemain de fête (Abel) TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Caniche mâle 9 ans triste état Béthune (62) ADOPTE
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Un retour sans gloire et une révélation infiniment triste [PV]
» RP triste...
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le centre ville :: L'Hôpital-
Sauter vers: