Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quelques affaires à régler... [PV Lena] [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Quelques affaires à régler... [PV Lena] [TERMINE]   Mer 20 Mai - 12:53

Lena démarra sa voiture et entreprit de sortir du parking, un homme se tenait face à sa voiture, une vingtaine de mètres plus loin. Son visage baignait dans la pénombre et rendait difficile à identifier. Pourtant Lena reconnu la personne à sa carrure et la façon de se tenir face à sa voiture qui ne freina pas pour autant. Au contraire elle accéléra légèrement. L’homme resta immobile. Au dernier moment elle braqua puis effectua un dérapage en utilisant le frein à main. Les pneus crissèrent et la voiture s’arrêta à quelques centimètres de la personne qui lui barrait la route. Elle baissa la vitre.

-Mais t’es complètement tarée ! T’as faillit me tuer ! J’aurais pu y rester !

William passa sa main dans ses cheveux en détournant le visage, il ne s’était pas attendu à ce qu’elle accélère mais plutôt qu’elle avance lentement puis s’arrête. Lena haussa un sourcil.

-« Faillit » seulement ? Va falloir que je m’améliore sur ce point là. En attendant libère la route tu gènes là.

-Seulement si tu me laisse monter, il est hors de question que je te laisse aller là bas seule.

Il ignorait totalement où elle allait, ni même pourquoi, il se fichait de ces détails. Par contre de Lena un peu moins, il savait qu’elle préparait quelque chose, il le sentait. De plus Yameno Suzaki l’aurait étripé sur place s’il l’avait laissé partir seule. Est-ce que Lena se rendait compte à quel point son oncle était effrayant ? Certainement pas, dès qu’il s’agissait de son oncle, elle avait tendance à devenir aveugle.

- Je suis une grande fille, merci. Maintenant, estime-toi heureux que je ne te coffre pas pour port d’arme illégale.

-Parce que toi, t’as prit ton arme de service ?

-Je suis en civil et non en service.

-C’est bien ce que je disais.

Lena soupira puis lui fit signe de monter, il était plus que têtu et n’avait pas le temps de se disputer avec lui. William garda la mallette sur ses genoux. Il ne savait pas ce qu’il y avait dedans, ni pour quel usage et encore moins pour qui. Il ne voulait pas spécialement le savoir et ne se gêna donc pas pour ne pas poser de question. Il avait appris avec le temps que poser des questions à Lena était souvent la bonne méthode pour n’avoir jamais de réponse. Lena fit quelques manœuvres et reprit la route.

-ah, au faite y a un truc que tu devrais savoir à propos de ton invitée spéciale.


-Oh non, pitié me dit pas qu’elle est mariée. J’ai vraiment pas le temps de m’occuper d’un mari jaloux.

-Comme si c’était la première fois.


-Comment j’aurais pu savoir qu’il était son mari et non son père ?! Il avait l’âge d’être son grand-père !

- Eh bien dis-toi que t’aurais préféré pour le coup… Cassandre McKeller est la fille de Genius McKeller, un Oyabun responsable de la plupart du réseau de drogue de la ville. Enfin jusqu’à ce qu’il meurt et que sa chère fille adorée reprenne les affaires familiale.

Lena pila à quelques mètres de la sortit du parking.

-Une Gaijin ? Oyabun ? Je veux bien une femme, ça arrive. Mais une Gaïjin ?! Blonde aux yeux bleu, typé bien occidental et certainement pas métisse et donc sans la moindre goutte de sang japonais ? Tu plaisantes ?

-eeeuuuhhhh…. Nan ! I’m pretty sure, trust me.

Lena posa son front sur son volant. La drogue. Pas compliquer de savoir pourquoi avoir fait entrer des Gaijin dans le cercle fermé des Yakuzas. Deux mots : drogue+argent. Mais généralement en concilié les deux en restant « associé » ou « partenaire financier », et non en les faisant directement rentré dans le cercle. Elle savait que certaines personnes devaient s’arracher les cheveux à cause de ça. Déjà que Sugiura devait pas être un cadeau en soi, métisse qui en plus s’affiche avec son amant. Aussi brillant soit-il, les gens oublierons vite ses succès « professionnels » et ne retiendrons que sa vie personnelle qu’il étalait au grand jour. On n’était pas en Europe ou aux Etats-Unis, mais en Asie, au Japon, dans un milieu « spéciale », avec ses règles tout aussi « spéciales ».

-Je sais que t'es nouvelle en ville,.. Mais si tu n’avais pas était aussi pressé de monter dans ta chambre avec ta nouvelle conquête j’aurais pu te prévenir.

William semblait apprécier ce moment. Ok, ok elle avait fait une erreur de jugement, ou plutôt n’avait pas voulu entendre ce que son instinc lui dictait. Lena releva la tête et redémarra en soupirant.

-C’est la vie.


Les affaires de yakuza ne l’intéressaient pas. Elle avait toujours fait en sorte de ne pas se mêler à ce monde, chose qui était difficile dans son cas.

-Et puis pour une fois j’ai rien fait, comme la plupart du temps d’ailleurs.

-Ah ! Non mais je rêve, regardez qui parle.


-C’est pas moi qui me suis offert un verre et me suis invité à sa table. C’est elle… c’est elle… qui m’a invité ?


Est-ce que l’oyabun l’avait fait en connaissance de cause comme l’avait fait Sugiura ? Elle s’apprêtait à s’en prendre à un baron de la drogue. Etait-il l’un de ses lieutenant, un rival…un traitre, ou bien les trois à la fois ? Que voulez-t-elle ? William la ramena à la réalité.

-…donc en gros c’est de ta faute. C’est parce que tu as fait ton truc.

Lena haussa à nouveau un sourcille.

-Mais de quoi tu parles ? J’ai rien fait de spécial.

-Si ! Ce truc, là, que tu fais quand tu rentre dans une salle, tu les attires comme des papillons avec une flamme, puis paf ! Tu les enflammes, et avant même qu’ils comprennent, ils sont déjà en cendre. Je le sais, je…

William ne continua pas sa phrase, lui aussi il avait était l’un de ces papillons réduit en cendre. Il changea de sujet et Lena le suivit, même si elle ne voyait toujours pas de quel « truc » il parlait. Une demi-heure plus tard ils étaient sortit du centre-ville et se dirigèrent jusqu’au port, puis les docks où la transaction devait se dérouler dans un bateau de marchandise. Une surprise les attendit à leur arrivée. Quelque chose que Lena n’apprécia pas et tenta aussitôt d’oublier ce qu’elle avait vu sans chercher à l’analyser et comprendre ce qu’elle avait bien pu voir. Ses affaires se déroulèrent tout de même comme elle l’avait souhaité.

William déposa une Lena plus pensive et silencieuse qu’à l’accoutumé, au parking de l’hôtel un peu avant l’aube, et la laissa seule dans la voiture. Même s’il ne l’avait jamais dit, William avait toujours était impressionné par Lena. Comment une fille aussi intelligente et à l’esprit aussi percutant que pertinent pouvais se rendre aveugle à ce point ? Il se demanda si aujourd’hui aussi elle se crèvera les yeux pour ne rien voir. Une chose est sur, lui-même garderait gravé dans sa mémoire ce qu'il avait vu ce soir là. Savoir une chose puis en avoir la preuve était deux choses différentes. Le concepte de réalité pouvait se montrer dur parfois. Il jeta un dernier regard sur la voiture de Lena puis tourna les talons. Il ne pouvait rien faire pour elle.

Au bout de quelques minutes, Lena s’énerva et tapa sur le tableau de bord en protestant à voix hautes. Elle finit par se calmer et remonta dans sa chambre. Le temps de monter à son étage Lena parvenait presque à se convaincre que ce qu’elle avait vu au port était faux. Une simple illusion. Ou bien un fait auquel une explication tout à fait rationnelle pouvait être donnée sans compromettre personne.

Elle avait vu son oncle descendre du même bateau où ses propres affaires devaient être finalisées. Il était accompagné d’une femme en Kimono, Shizuru Suzaki. Mais évidemment ce n’était qu’une simple coïncidence. Oui, une coïncidence sur laquelle, comme à son habitude, elle fermerait les yeux et prétendrai ne pas comprendre, faisant taire par la même occasion toute les suspicions qui pouvaient bien peser à l’égard de son oncle. C'était pour cela qu'elle détestait la famille Suzaki.

En sortant de l’ascenseur, le haut parleur qui diffusait cette horrible musique n’émettait plus aucun son. Elle se sentait déjà mieux. Elle ferma les yeux et respira. Elle avait tout oublié de sa promenade nocturne. Tout était scellé dans un coin de sa tête et rien n’en ressortirait. Cassandre était toujours là, elle se réveilla un peu à l’arrivée de Lena. L’inspecteur avait l’impression d’être encerclé par eux.
N’étant plus la propriétaire de la mallette, elle se contenta de ranger son arme dans son coffre fort, en prenant bien soin d’en séparer le chargeur.

Aurait-elle dû tirer sur Cassandre afin de débarrasser la ville d’une dealeuse ? Agir ainsi était bien trop stupide. La ville n’avait aucunement besoin d’une guerre de clan, chaque Oyabun voudra s’emparer du marché laissé libre, tout comme les gangs de la ville. Une action stupide et immature. Toutefois, ce n’était pas pour autant qu’elle n’avait pas un minimum de fierté. Depuis le restaurant jusqu’ici, elle avait fait porter tout les frais, y comprit ceux des gardes du corps de Cassandre, aux siens, soit ceux de l’hôtel. Comme avec Sugiura, elle refusait catégoriquement de recevoir leur argent. D’ailleurs, après la soirée passé avec Sugiura et ses chiens, elle avait été quelque peu surprise lorsqu’Asami était revenu à elle avec l’argent laissé sur la table, qui n’était autre que le pourboire du serveur. Un concept avec lequel Sugiura avait manifestement du mal. Etre flic ne faisait pas d’elle quelqu’un de pingre incapable de donner un pourboire généreux à un serveur. Le temps qu’Asami la rejoigne, Lena avait eu le temps de sortir sa carte platinium pour régler la note directement au patron comme elle lui avait bien signalé qu’elle le ferait. Le patron avait accouru pour encaisser. Si cet idiot avait payé une seconde fois, tant pis pour lui, tant mieux pour le patron.

Elle enleva sa veste et la rangea dans son dressing en même temps que c’est boots. Elle ressortit du dressing et enleva son haut. Cassandre se redressa.

- Mmmh, tes courses se sont bien passées?

Lena, détourna la tête et ferma les yeux un instant puis fit comme si de rien n’était. Elle se dirigea vers Cassandre qui alluma la lumière et bu un peu d’eau. L’inspecteur écarta du visage de l’oyabun une mèche de cheveux et lui sourit tendrement en lui répondant d’un ton doux et rassurant.

-Oui tout c’est bien passé
.

- En tout cas, tu m'as manqué...

-Toi aussi, tu m’as manqué..


-J'ai eu froid toute seule..


-Désolée


Lena termina sa réplique en déposant un baiser sur le front de Cassandre. L’inspecteur avait prit la décision de continué la mascarade. Elle ignorait si Cassandre était au courant ou non de sa profession et surtout de son affaire en cours. Elle devait découvrir si c’était le cas ou non. Dans tout les cas cette rencontre conforta Lena dans l’idée de retirer l’affaire à la police de Yuukoku en impliquant personne dont elle était absolument sur. Dans cette ville où elle connaissait quasiment personne, elle ne pouvait se fier à très peu de gens. Est-ce que Goro Chiba était important pour l’Oyabun McKeller ?

Elle se releva et alla dans la salle de bain se laver les mains et passer un coup d’eau sur son visage. L’inspecteur était épuisée. Elle inspira plusieurs fois lentement devant son miroir, puis ferma les yeux devant son reflet. Enfin elle enfila son masque et retourna auprès de l’oyabun. Elle enleva son jean et se glissa dans les draps en reprenant son rôle. Il était bien plus facile à assumer quand elle l’ignorait encore. Elle qui voulait tant savoir le secret de Cassandre, devait être satisfaite. *Bon sang elle ne pouvait pas être tout bonnement mariée ?!*
Elle serra Mckeller contre elle, cachant son visage dans le cou de l’oyabun ne voulant pas voir son visage. Elle tendit le bras et éteignit la lumière.

-rendort toi, il est bien trop tôt pour se réveiller.


Dans le noir Lena retrouva son expression impassible. La tête posé à mis chemin entre l’épaule et la poitrine de Cassandre, elle finit par se mordre la lèvre jusqu’au sang sans pouvoir fermé l'oeil.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Quelques affaires à régler... [PV Lena] [TERMINE]   Dim 24 Mai - 13:26

La jeune femme était rentrée de ses « courses », mais elle semblait un peu différente qu'avant. Cassandre se demanda s'il lui était arrivé quelque chose pendant ce temps là, mais rien ne transparaissait dans les émotions de la belle russe. Après un court entretien, la très jolie blonde l'abandonna pour se rendre dans la salle de bain. L'américaine, couchée dans le grand lit vide, entendait l'eau couler, ainsi qu'une série de petits bruits divers, qui pouvaient se rapprochaient de l'entrechoquement de flacons de produits de beauté. Elle ferma les yeux un instant, pas encore tout à fait réveillée.

Bientôt, elle sentit le corps nu de sa compagne d'une nuit venir la rejoindre. Ses bras se glissèrent autour de la taille de l'Oyabun, et le souffle chaud caressa la nuque de la jeune femme. Lena éteignit la lumière rapidement, se justifiant simplement par:

«Rendors-toi, il est bien trop tôt pour se réveiller. »


Cassandre n'allait pas chercher plus loin. Elle ferma de nouveau les yeux, et s'endormit dans les bras de la russe. Alors qu'elle plongeait dans un sommeil profond, son téléphone sonna de nouveau. Au début, elle crut qu'il s'agissait d'un rêve, ou du moins, d'un élément musical intégré à son rêve, et puis, rapidement, elle se rendit compte comme précédemment que c'était son portable qui la dérangeait encore une fois. Elle grommela, se dégagea à contre-coeur des bras de sa douce, et sortit du lit, les yeux mi-clos. Son portable clignotait comme un sapin de Noël, et contrairement à la première fois, elle eut moins de mal à le trouver. Cassandre décrocha, agacée, se doutant fort bien qu'il s'agissait encore de Texas et Léon. Elle pouvait entendre sa belle se réveiller derrière elle.

Une voix masculine qu'elle connaissait bien, l'interpella, paniqué:

« Cassandre, c'est Texas, putain, sors vite de cette chambre! C'est pas bon du tout ce qu'on vient d'apprendre! »

La jeune femme se massa le front négligemment, et lui demanda de se calmer:

« Hey, j'comprends rien à ce que tu me racontes... Qu'est ce que tu as encore? Je vous avais demandé de ne plus me déranger ce soir! Tu sais quelle heure il est, damned!? »

En fait, elle n'avait elle-même aucune idée de l'heure. Elle décolla un peu son portable de son oreille pour consulter l'horloge numérique. 3H56. Eh bien, ce n'était vraiment pas une heure pour déranger ainsi les gens. Texas reprit, toujours aussi anxieux:

« Cassandre! Ne raccroches pas, c'est important! Faut à tous prix que tu te casses vite fait de cette chambre! C'est une flic! »

L'information électrifia la jeune femme. Sa fatigue était soudainement passée, et dans le noir, elle avait les yeux écarquillés, scrutant le fond de la suite, plongé dans l'obscurité. Une sueur froide passa sur son front, et un léger frisson l'arracha à sa muette contemplation. D'un ton calme, elle lui demanda alors:

« C'est ennuyeux tout ça... Comment cela se fait-il? »


Texas ne comprit pas tout de suite sa question, mais rapidement, il en conclut que Lena était très certainement dans la même pièce que sa patronne. Il lui expliqua alors la situation:

« Léon avait quelques doutes sur cette fille. Il a donc pris contact avec l'hôtel pour avoir quelques renseignements, ce qui a été plus que difficile, puisque visiblement, cette femme est très appréciée ici. Il a même failli se battre avec un des gorilles de l'hôtel. Au final, on a réussi à tomber sur un nouveau qui nous a donné son nom. Une fois qu'on a eu l'info, on l'a envoyé à Izumi qui a trafiqué quelques fichiers sur le net, pour finalement trouver l'Inspecteur Lena Kasama, référencée dans la liste des employés du commissariat. »

Elle s'était faite avoir en beauté. Cassandre se mordilla nerveusement la lèvre inférieure, se promettant à l'avenir de ne plus inviter n'importe qui à sa table... même si c'est une personne diablement séduisante et intéressante... L'américaine reprit de ce même ton neutre:

« Très bien, j'arrive le plus vite possible. Merci de m'avoir prévenue »

Cette conversation pouvait se traduire de différentes manières, mais tant que Lena n'apprenait pas qu'il s'agissait d'elle... Elle referma son portable, et soupira longuement, tout en passant une main dans ses cheveux blonds. Il était grand temps qu'elle mette les voiles, et le mieux serait de le faire sans éveiller de soupçons chez la jeune femme. Elle se releva, et vînt la rejoindre dans le lit. Cassandre n'avait aucune garantie, et ne savait pas si Lena était au courant de sa véritable identité...
Elle lui caressa les cheveux avec douceur, et murmura alors:

« Je suis désolée de t'avoir réveillée avec cet appel... Mon bras-droit vient de me prévenir d'une urgence. Ce n'est rien de très grave, mais c'est suffisamment important pour que je doive me déplacer... Je suis sincèrement désolée de devoir écourter cette délicieuse nuit, sweetheart... »

Même si elle avait merveilleusement tenue son rôle, et que ce mensonge pouvait passer sans problème comme une lettre à la poste, son cœur n'en battait pas moins fort et vite. Elle se redressa dans le lit, et alluma une des lampes de chevet. Cassandre essayait le moins possible de croiser le regard de la blonde tandis qu'elle ramassait ses affaires. Une fois l'ensemble réuni, elle se rendit dans la salle de bain pour s'habiller et se rafraîchir un peu... Pourvu que tout se passa bien...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Quelques affaires à régler... [PV Lena] [TERMINE]   Lun 25 Mai - 15:46

255 East Temple Street, Los Angeles, CA 90012
(213) 621-6700
8th Basement

Archive: CONFIDENTIAL FILES
File number: 97246957294
Personal meeting #36, extract n°19. The **/**/20**
Present: special agent Evans, special agent Brown, special agent *****, special agent ******, ******

[***]

-Connaissez-vous cette personne ?


-… Oui

-Quel est son nom ?

-Cassandre McKeller

-Comment l’avez-vous connu ?


-Par la presse je suppose.

-… La connaissez-vous autrement que par la presse ?

-...Oui

-C'est-à-dire ? Vous l’avez déjà rencontré ?


[***]

-… Avez-vous eu une aventure avec Cassandre McKeller ? … … …Répondez à la question… … Je vous rappelle que vos réponses ne seront pas utilisées contre vous. Nous devons connaitre vos secrets pour que personne ne puissent les utiliser contre vous. Alors avez-vous eu une aventure avec Cassandre McKeller ?

-…Oui

-… … Nous reviendrons plus tard sur le sujet.



************************************************


Un téléphone sonna dans la chambre. Lena ne bougea pas. Ce n’était pas son portable. Pourtant la tentation de se lever pour voir qui pouvait bien appeler Cassandre McKeller et surtout pourquoi, était grande. Etait-ce pour ses « activités » ? Si c’était le cas ce devait être des mauvaises nouvelles. On n’appelle pas son supérieur pour lui dire que les plantes vertes ont bien poussée mais que l’entreprise prend feu. Cassandre immergea et commença à s’agiter. Elle finit par se lever et chercher son portable. L’inspecteur tendit l’oreille faisant mine de dormir encore. Lena ferma les yeux et se concentra uniquement sur la voix de Cassandre.

- Hey, j'comprends rien à ce que tu me racontes... Qu'est ce que tu as encore? Je vous avais demandé de ne plus me déranger ce soir!

L’inspecteur décortiqua aussitôt les paroles de l’Oyabun. Déjà quelques informations subsistaient dans ses mots. La première phrase indiquait que la personne au bout du fils était probablement surexcitée. Une information importante à communiquer ? La phrase suivante, que l’interlocuteur avait souvent tendance à agir de manière excessive. Et enfin la dernière phrase, que ce n’était pas la première fois qu’il appelait et que l’Oyabun lui avait déjà dit de la laisser tranquille ce soir. Il ne fut pas difficile pour Lena de savoir pour quelle raison. Elle en était plus que probablement la cause.

Ayant passé l’après-midi et toute la soirée ensemble, la personne avait du appeler durant son absence. Ensuite dans le ton de Cassandre, transparaissait de l’agacement. Donc la personne était certainement protectrice et l’appelait souvent. Toutefois elle ne devait pas être n’importe qui sinon l’Oyabun s’en serait certainement débarrassée si elle était trop pesante.

Si Lena ne savait pas déjà que les parents de Cassandre étaient décédés, elle aurait pensé que c’était sa mère (Note de Cassy: Sa mère est toujours en vie ^^) à l’autre bout du fil. Ça ne pouvait pas non plus être une grande sœur sur-protectrice et encore moins un grand frère, auquel cas Cassandre ne serait pas Oyabun.

Ensuite un petit frère ou une petite sœur inquiets ? Dans ce cas le premier coup de fil aurait du suffire, de plus il ou elle devait être habitué à voir leur grande sœur rentrer tard. Cassandre était jeune, si elle avait effectivement une petite sœur ou un petit frère, statistiquement ils devaient être encore plus jeunes que leur aînée d’environ 3 à 5 ans. Malgré la maturité apparente de Cassandre, Lena estimait son âge à 25 ans maximum. Elle avait même tendance à penser qu’elles avaient le même âge. Donc si elle avait des frères et sœurs ils ne devaient pas avoir plus de 20 ans. Cassandre semblait être le type de personne à tout porter sur ses épaules et ne rien déléguer aux autres y comprit sa famille. De ce fait qu’un membre de sa famille à proprement dite, l’appelle pour la tenir au courant de ses « activités » était peu probable.

Donc il y avait toutes les chances que la personne qui l’appelait, soit un employé mais un minimum proche. Un bras droit ? L’inspecteur repensa au deux garde du corps qui étaient présents au déjeuner et qui logeaient actuellement dans l’hôtel. Soit ils avaient l’habitude que leur Oyabun se laisse guider au hasard de ses rencontres et donc avaient pris tout naturellement une chambre pour la nuit. Soit ils avaient fini par craquer et avait appelé leur employeur pour avoir des nouvelles et autres instructions. Ou bien tout simplement les 2 à la fois.

Lena ne pouvait pas se débarrasser de sa paranoïa, et encore moins de sa méfiance, et l’estimait donc nécessairement présente chez le garde du corps d’une Oyabun. D’une c’était une Oyabun, deux c’était une femme, trois une Gaijin. Trois éléments qui entretenaient facilement une paranoïa et une défiance envers tout le monde et d’autant plus envers toutes personnes étrangères. Donc qu’aurait elle fait si elle avait était le garde du corps de Cassandre ? Et la réponse est…

-C'est ennuyeux tout ça... Comment cela se fait-il?


Le ton de Cassandre changea radicalement. Ses réflexions et hypothèses faites dans le noir n’étaient ni sûres, ni vérifiables dans l’immédiat. On pouvait tout aussi bien annoncer à l’Oyabun que l’un des ses chiens adorés venait de malencontreusement mourir. Dans tous les cas la nouvelle ne semblait pas réjouissante. Est-ce qu’on lui annoncé qu’elle venait de coucher avec une flic ou bien qu’une importante cargaison de drogue venait d’être perdue ? Sur une échelle de 1 à 10, laquelle de ces annonces étaient la plus embêtante ? Et puis laquelle susciterait la réaction actuelle de Cassandre ?

-Très bien, j'arrive le plus vite possible. Merci de m'avoir prévenue

Il y eut un silence, puis un soupir de la part de Cassandre, qui étrangement arracha un sourire à Lena. C’était peut-être odieux mais les soucis de Cassandre réjouirent un instant Lena. L’ex-top s’étira dans son lit. Son hôte la rejoignit, elle passa ses doigts dans les cheveux soyeux de Lena qui eut un léger sourire.

- Je suis désolée de t'avoir réveillée avec cet appel... Mon bras-droit vient de me prévenir d'une urgence. Ce n'est rien de très grave, mais c'est suffisamment important pour que je doive me déplacer... Je suis sincèrement désolée de devoir écourter cette délicieuse nuit, sweetheart...

Lena avait envie de rire aux éclats, du dos de sa main elle caressa la joue de Cassandre.

-Je comprend le devoir t'appelle. J’espère que ce n’est rien de grave.


L’inspecteur laissa ensuite l’oyabun se redresser et allumer la lumière. Elle se délecta à observer Cassandre rechercher ses vêtements aux quatre coins de la pièce. Elle avait l’impression de voir une jeune-fille prise en faute qui n’osait pas croiser le regard du témoin non désiré. Lorsque Cassandre s’approcha du lit, Lena tendit le bras et releva le menton de l’oyabun pour l’embrasser langoureusement. Lena laissa par la suite Cassandre se réfugier dans la salle de bain et s’étendit à l’autre bout du lit pour prendre quelques raisins appartenant au plateau de fruits.

Jusqu’au coup de téléphone, l’inspecteur ignorait si Cassandre McKeller était au courant de sa profession depuis le début. Maintenant elle était quasiment certaine que non. Par contre à présent…

L’inspecteur finit par attraper son portable et tapota un message qu’elle envoya à la réception. Une trentaine de secondes plus tard le téléphone de la chambre sonna. Elle répondit et écouta. Lena se contenta de dire merci et de raccrocher aussitôt. Elle se tourna vers la porte de la salle de bain qui était fermée. Un sourire aux tendances carnassières apparut sur le visage de Lena.

L’ex-top se leva et se dirigea vers son dressing. Elle enfila une chemise blanche d’homme, signé par un grand styliste, abandonnée par l’un de ses anciens amants. La chemise ample lui arrivait quasiment à mi-cuisses. Elle replia l’une des manches jusqu’au coude avec nonchalance. Elle rejoignit ensuite la salle de bain d’une démarche féline. Cassandre McKeller ne s’en sortirait pas aussi facilement. C’est elle qui l’avait invitée à sa table, qu’elle en assume les conséquences.

Elle entra dans la vaste salle de bain. Cassandre était déjà habillée. Lena s’avança avec un léger sourire séducteur. Elle s’approcha d’elle et caressa ses cheveux.

-Laisse-moi t’aider.

Elle n’attendit pas une réponse de Cassandre. Elle se plaça derrière elle, leurs deux reflets se côtoyant dans le miroir. Lena prit une brosse et démêla avec délicatesse les quelques nœuds qui avaient pu se former dans tous leurs ébats. Les premières boucles artificielles de Cassandre avaient achevé de se dissoudre durant leur douche.

Elle brossa les cheveux de Cassandre avec son habituel léger sourire amusé, leur deux corps se frôlant, se touchant légèrement parfois. L’ex-top finit par confectionner un élégant chignon relevé, qui dévoilait les lignes délicates du cou de Cassandre. Un mélange de sobriété et de classe qui ne faisait pas non plus vieillot, notamment grâce à quelques mèches savamment libérées et qui voilaient à peine les traces du passage de Lena sur le corps de Cassandre. Un jeu d’exposition voilé qui amusait Lena car reflétait si cruellement la réalité des faits.

L’inspecteur sourit à l’Oyabun à travers leur reflet dans le miroir. Elle se tourna alors vers Cassandre, et prit délicatement le menton de la jeune-femme d’affaires. Elle observa attentivement le visage de Cassandre tout en gardant une expression sereine. Elle chercha rapidement quelque chose et finit par trouver dans l’un des tiroirs, remplis de cosmétiques variés et parfaitement ordonnés, ce qu’elle voulait. Un rouge à lèvres. Et non n'importe lequel. Un en particulier. Elle l’ouvrit et l’appliqua avec maitrise sur les lèvres de son Oyabun d’un soir. Ainsi on ne voyait plus sur les lèvres de Cassandre la trace que Lena avait laissée. Sans compter l'avantage de mettre d'autant plus la jeune femme d'affaires en valeur. Elle entreposa le rouge à lèvres entre les mains de Cassandre, lui faisant signifier qu’elle le lui offrait.

-Oh, j’allais oublier.

Lena sortit de la petite poche avant de sa chemise, une dernière preuve à convictions de leurs ébats. Un tissu intime appartenant à son amante du soir, qui s’était égarée dans les draps de l’inspecteur.

-Il serait regrettable que tu attrapes froids, n’est-ce pas ?


Lui expliqua-t-elle d’un ton taquin et joueur. L’ex-top tendit de ses deux mains le tissu en se rapprochant de la propriétaire. Alors elle se baissa avec grâce. Le prince charmant redonnait à Cendrillon son du en remettant sa pantoufle de verre. Lena, elle, avait décidé de revisiter le concept en remettant à Cassandre sa lingerie fine la plus intime. Elle fit glisser le tissu le long des jambes de l’Oyabun en remontant sans trop se presser. Ses mains glissèrent à nouveau sous la robe de Cassandre durant l’opération délicate qui rapprochait inéluctablement leur deux corps. Elle acheva son entreprise en délivrant ce qui serait probablement leur dernier et ultime baiser.

Lena avait bien des manières étranges de se venger. Une chose est sur, elle allait toujours au bout de ce qu’elle commençait. Elle avait tendance à penser que lorsque le vin était tiré il fallait tout simplement le boire.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Quelques affaires à régler... [PV Lena] [TERMINE]   Mer 3 Juin - 21:20

******
La jeune femme soupira, allongée dans son fauteuil de cuir. Elle venait tout juste de rentrer, s'était débarrasser des deux gardes du corps et de ses affaires par la même occasion, en s'enfermant dans sa chambre sans mots dires. Le voyage de retour avait été des plus silencieux et des plus tendus, et c'est à peine si elle avait osé soutenir le regard de ses deux acolytes. Jamais elle ne s'était sentie aussi stupide.

Cassandre, nue, allongée dans ce fauteuil, y resta bien plus d'une bonne demie-heure, à fixer le plafond blanc d'un œil morne. Ses doigts caressaient négligemment le rebord froid de son verre de whisky qu'elle s'était servie en arrivant. De temps en temps, elle percevait le craquement de quelques glaçons qui fondaient et éclataient dans l'alcool. Elle portait avec nonchalance le verre à sa bouche d'un rouge éclatant, buvant l'irritable boisson par petites gorgées.

Cette soirée avait été des plus agréables dans son commencement, mais son dénouement ne lui avait pas vraiment plu... Elle ferma les yeux, écoutant les sons divers qui provenaient de la maison. Elle entendait les pas discrets de ses hommes de main, marchant dans le couloir, le vent qui se cognait doucement contre les vitres, le plancher qui travailler, et ces glaçons qui ne cessaient d'exploser dans l'alcool ambré. Cet ensemble de bruits lui permettait de se vider momentanément l'esprit, mais toujours lui revenait en mémoire les péripéties de cette nuit.

Dans l'obscurité de son esprit, la jeune femme, légèrement étourdie par la boisson et la fatigue, se remémora les derniers chapitres de sa mésaventure nocturne...

******

Le contact de la main douce de Lena sur sa joue électrisa la jeune femme sur place. Cette caresse semblait aussi tendre que toutes les autres, mais Cassandre éprouva une sensation de dégoût et de rejet instantané envers sa compagne. Néanmoins, elle garda son calme, resta silencieuse, et afficha un sourire qui se voulait charmant. Le plus dur maintenant qu'elle connaissait la vérité, était de faire en sorte que son corps se tienne tranquille et ne la trahisse pas par un mouvement ou une réaction incontrôlée. Heureusement pour elle, son éducation -certes sévère- l'avait beaucoup aidé dans l'art de la comédie. L'Oyabun maîtrisait à la perfection les différentes expressions du visage, et savait parfaitement adapter ses mimiques et ses sourires à toutes les situations. Son corps était devenu un livre ouvert pour les autres, mais surtout un livre faussé, tronqué, perverti. Elle adaptait les codes du comportement à ses affaires, pour les mener d'une main de maître. Ses sourires paraissaient toujours justes et sincères, et beaucoup tombaient sous le charme, sans se douter que la jeune femme avait les dents longues. Son corps et ses expressions délivraient un message parfaitement clair à ses interlocuteurs, mais son esprit et ses véritables pensées étaient souvent bien en contradiction avec son comportement. En ce moment même, Cassandre était tout sourire pour Lena, mais intérieurement, elle ne songeait qu'à fuir le plus rapidement possible de cette femme, surtout depuis qu'elle connaissait le secret de sa véritable identité.

-Je comprend le devoir t'appelle. J’espère que ce n’est rien de grave.


L'américaine occulta quelque peu la phrase de son amante, étant plus occupée à trouver des réponses à ses questions intérieures: La russe était-elle au courant de l'activité illicite de Cassandre, et de son statut de chef de clan? Cette question obnubilait la jeune femme, qui ne pouvait que formuler des hypothèses plus ou moins oiseuses.
Lena semblait elle aussi, très forte à ce petit jeu. Ses baisers, ses sourires, ses caresses... Rien ne laissait paraître à Cassandre que la russe savait quelque chose. Néanmoins, la jeune femme ne pouvait plus lui faire confiance, et penser en toute naïveté qu'elle ne savait probablement rien. Elle n'était absolument pas certaine que sa propre identité était restée secrète. Quelqu'un avait très bien pu l'informer dehors, lors de son escapade nocturne, tout comme l'avait fait Texas pour elle...

Elle descendit rapidement du lit, et ramassa ses affaires qui traînaient un peu partout dans la chambre. Leurs ébats avaient mis un sacré désordre dans la pièce, mais il n'était pas temps pour Cassandre de s'en soucier. Une fois dans la salle de bain, l'américaine poussa doucement la porte, la laissant légèrement entrouverte pour avoir encore, d'une certaine manière, un oeil sur Lena, puis se dépêcha d'enfiler ses vêtements en quatrième vitesse face au grand miroir. Elle remarqua alors qu'elle avait oublié sa culotte de l'autre côté, étant donné qu'elle n'arrivait plus à remettre la main dessus. Cela contraria la jeune femme qui se dit qu'elle devrait encore une fois affronter le regard de Lena, pendant qu'elle serait à genoux en train de fouiller la pièce.
Cassandre leva les yeux, et se perdit un instant dans la contemplation silencieuse de son reflet dans le miroir. La première réflexion qui lui vînt à l'esprit était qu'elle avait vraiment une sale tête. Quelques cernes sur sa peau d'ivoire, traces perceptibles d'un manque de sommeil et angoissantes pour la jeune femme, ainsi que les marques d'oreillers et de draps étaient encore inscrites sur ses joues et sous ses yeux légèrement gonflés. Ses magnifiques cheveux blonds ne ressemblaient plus qu'à une vague masse informe, pleine de nœuds et de mèches folles, qui avaient perdu en ce moment même, tout prestige d'antan.

Alors qu'elle finissait de se préparer, la porte de la salle de bain s'entrouvrit doucement, laissant passer à travers son embrasure, le corps parfait de la flic. Elle portait sur le dos, une longue chemise d'homme qu'elle avait relevé au niveau des avants-bras. La jeune et jolie blonde s'approcha, féline, de l'Oyabun, qui ne put réprimer un frisson quand cette dernière lui toucha l'épaule. La jeune femme en était persuadée maintenant: Lena savait tout, aussi bien pour la véritable identité de Cassandre que pour le fait que cela soit aussi réciproque. Elle n'avait, certes, aucun indice prouvant ses dires, mais elle sentait qu'elle avait raison. Elle se mordit la lèvre inférieure, et ferma un instant les yeux, lasse, quand elle perçut les doigts de Lena balayer sa longue chevelure blonde.

-Laisse-moi t’aider. Lui lança son amante d'une nuit, un sourire aux lèvres. Oui, elle en était tout à fait sur. Lena était en train de jouer avec elle, et cette peste cherchait à lui faire comprendre d'une manière ou d'une autre le message. Néanmoins, la jeune femme ne pouvait rien contre Cassandre. Elle ne pouvait pas l'arrêter, n'ayant aucune preuve de ses petits trafics clandestins et illégaux, tout comme elle ne pouvait pas avouer à ses supérieurs qu'elle avait eu une aventure avec un des parrains de Yuukoku.

Une brosse à la main, Lena entreprit de démêler les cheveux de sa maîtresse. Elle agissait avec une extrême lenteur, faisant exprès de frôler de très près la jeune femme qui sentait le corps de la russe se frottait contre le sien avec indécence. Cassandre n'avait qu'une envie: hurler et fuir. Cette situation était des plus désagréables et des plus agaçantes, même si elle savait qu'elle ne risquait pas grand chose en définitif -à part peut être que Lena garde de la rancune envers elle.
Le sourire qui flottait sur les lèvres de l'ex-mannequin, et qu'elle pouvait apercevoir dans le reflet projeté par le miroir, lui indiquait clairement que Lena était en train de s'amuser comme une petite folle avec elle. Ou du moins, elle essayait de lui montrer qu'elle avait le dessus dans cette situation. Eh bien, pour une fois que la jeune femme laissait aller pleinement sa libido... Pendant près de deux ans, elle n'avait eu aucune relation, et maintenant qu'elle rencontre quelqu'un pour s'envoyer un l'air, il faut qu'elle tombe sur un flic. Le pire, c'est qu'elle s'était dit qu'elle avait moins de chances d'avoir de mauvaises surprises avec une femme qu'avec un homme...


N'osant rien dire, Cassandre la laissa jouer avec ses cheveux. Bientôt, ils reprirent forme sous un élégant chignon... La jeune femme comprit très bien et très vite où Lena voulait en venir. En dégageant ainsi sa nuque, elle laissait apparaître les divers suçons et baisers qu'elle y avait apposé un peu plus tôt dans la soirée... Quelle garce!

La jeune femme poussa le vice encore un peu plus loin. Une fois la coiffure réalisée, elle s'occupa du maquillage de son amante. Les doigts posés sur le menton de la belle Cassandre, lui arrachèrent un désagréable frisson qu'elle ne put retenir cette fois-ci. Elle eut un faible sourire, comme pour s'excuser, et se força à bailler, pour faire croire que cette réaction n'était due qu'à la fatigue. Lena choisit dans ses produits de beauté, le rouge à lèvres le plus éclatants, lumineux et provocateur. Elle l'appliqua avec soin sur les lèvres pulpeuses de l'américaine, avant de le glisser entre les doigts de Cassandre, en guise de cadeau. Le cosmétique lui brûlait les lèvres et les paumes de ses mains. En temps normal, il n'aurait été pour elle qu'un vulgaire rouge à lèvres, mais ce soir, il était la preuve de son erreur de jugement et d'appréciation. Comme une marque au fer rouge...

L'Oyabun pensait être enfin quitte, enfin libre, enfin prête à quitter cette chambre, cette suite qu'elle exécrait maintenant. Mais Lena enfonça le clou une dernière fois. Triomphalement, elle sortit de la poche avant de sa chemise d'homme, la culotte oubliée de Cassandre. Elle sentit instantanément ses joues rosirent. Elle accompagna le geste de quelques paroles, qui assenèrent un peu plus la jeune femme:

-Il serait regrettable que tu attrapes froid, n’est-ce pas ?

La provocation de l'inspecteur alla encore plus loin. Cassandre, comme dans une semi-conscience, l'observa en train de lui passer le bout de lingerie fine aux jambes. La soie et les dentelles glissèrent le long de ses cuisses, jusqu'à venir retrouver sa place d'origine. La jeune femme bouillonnait de l'intérieur. Elle avait serré les poings, sentant qu'elle ne pourrait pas se contenir encore très longtemps. Elle n'avait plus envie de donner le change, de faire bonne figure, de faire comme si rien n'avait été su... Cassandre voulait juste fuir, honteuse.

Le dernier baiser que Lena lui donna laissa sur ses lèvres un goût amer, et la trace flamboyante de son rouge à lèvres sur celles de la russe. Tout était fini, elles ne se reverraient plus. L'histoire prenait fin maintenant, bien que toutes les deux savaient pertinemment que les secrets qu'elles s'étaient cachés les amèneraient à se revoir dans d'autres circonstances, certainement bien moins réjouissantes.

Cassandre, troublée, sortit précipitamment de la salle de bain sans rien dire. Elle récupéra rapidement son sac dans la chambre, ainsi que son portable. Son Beretta était toujours avec elle, dans son sac à main, et l'idée de coller deux balles dans le front de la belle blonde lui effleura un court instant l'esprit. Elle mit sa veste sur ses épaules, et sourit à Lena:

« Merci pour tout, Inspecteur Kasama... J'espère que nous serons amenées à nous revoir un jour ou l'autre. Votre compagnie est des plus charmantes, malheureusement, je crois que nos « caractères » sont incompatibles... »


Elle se courba poliment. Oui, elle avait enfin brisé ce silence, et lui avait fait comprendre par là qu'elle avait deviné clair dans son jeu. Cassandre avait repris le vouvoiement de rigueur, et ce n'était pas plus mal. Tout ceci n'avait été qu'une parenthèse dans leurs vies... L'Oyabun se dirigea fièrement vers la porte, et sortit. Dans le couloir l'attendaient Texas et Léon...

Ils quittèrent prestement l'hôtel, et rentrèrent, sans prononcer une parole, à la villa des McKellers.

Cassandre ne se laisserait pas abuser deux fois.

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques affaires à régler... [PV Lena] [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques affaires à régler... [PV Lena] [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Tu as de la valeur, prouve le![pv Lena]
» Un Bernier nommé ministre des affaires étrangères
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Lena Björsen
» Le chargé d’Affaires haïtien à la Jamaïque rappelé pour consultation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: Les Hôtels-
Sauter vers: