Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Izumi Akiya

Aller en bas 
AuteurMessage
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Izumi Akiya   Jeu 26 Fév - 0:17

Nom : Akiya

Prénom : Izumi

Age : 21 ans

Sexe : Masculin

Sexualité : Homosexuel

Métier : Apprenti mécanicien




Physique :

Un mètre quatre-vingt, une silhouette musclée mais néanmoins svelte et élancée. Ses cheveux d'un noir d'encre, toujours en pétard, encadrent son visage qui, malgré des traits fins, trahit ses origines asiatiques.
A le voir, on ne dirait pas Izumi fils d'un riche entrepreneur. Le jeune homme arbore en effet un look qu'il veut provocateur, tantôt affublé de jeans troués, tee-shirts aux slogans percutants, bracelets cloutés et épingles à nourrice en guise de piercings ; tantôt s'exhibant en pantalons de cuir, veste en cuir, débardeurs transparents et bottes noires aux semelles de fer.
Malgré un air un peu voyou, Izumi est un garçon plutôt agréable à regarder, et on le qualifie volontiers de ''beau gosse'', ce dont il est parfaitement conscient.
Il possède un nombre impressionnant de piercings; une quinzaine en tout (5 à l'oreille gauche, 3 + un écarteur à l'oreille droite, un à l'arcade sourcilière droite, un à la lèvre inférieure à gauche, un sur la langue, un sur chaque téton, et un au nombril).
En plus d'être une véritable passoire, Izumi fait aussi parchemin avec ses tatouages, qui sont eux au nombre de trois (une croix gothique sur le dos de la main droite; l'inscription ''dreams & smoke'' sur le poignet gauche, et une aile allant du haut de l'omoplate au bas des reins sur le côté droit de son dos). Chacun de ces tatouages a une signification particulière pour lui qu'il dévoile rarement.






Caractère :
Le moins que l'on puisse dire c'est qu'Izumi n'a pas un caractère facile. Il se comporte souvent en enfant gâté, têtu, voire borné. Son côté gosse de riche cynique et suffisant a de quoi énerver. Lui même s'emporte assez facilement, ayant tendance à démarrer au quart de tour, à hausser le ton dès que quelque chose ne lui convient pas.
S'il dit ce qu'il pense sans détour, il a par contre beaucoup de mal à confier ses sentiments, préférant garder ses peines et ses doutes pour lui.
Izumi est un personnage au caractère entier, il fait rarement dans la demi-mesure, il tombe donc vite dans l'excès.
Son excès de fierté,entre autres choses, fait qu'il admet difficilement ses faiblesses et lui fait afficher des apparences trompeuses laissant croire qu'il est toujours sûr de lui et de ses choix alors qu'en réalité c'est quelqu'un qui réfléchis et se questionne beaucoup.
Également très indépendant, il est du genre à ne pas accorder sa confiance à n'importe qui et se soucie assez peu de ce que les autres pensent.
On doit tout de même lui reconnaître une qualité essentielle : c'est quelqu'un d'honnête, ou du moins qui n'a pas tendance à mentir.





Histoire :

« Izumi Akiya, 21 ans. Né à Tokyo d'un père japonais et d'une mère vietnamienne. Mon père était un riche entrepreneur à la tête d'une puissante firme multinationale basée à Tokyo.
J'ai passé mon enfance dans la capitale, vivant dans le luxe de la maison familiale, fréquentant de prestigieuses écoles privées. Petit dernier d'une famille de trois enfants, j'ai toujours été le centre d'attention; choyé par ma mère qui cédait à tous mes caprices, protégé par mes frères. Vu de l'extérieur, j'avais tout pour être heureux et étais destiné à une grande réussite.

Cependant, ce modèle de la famille parfaite nageant dans le bonheur n'était qu'une façade. Mon père était peu présent, trop occupé par ses voyages d'affaire et ses maîtresses. Maman entrait souvent en conflit avec lui à cause de cela. Mon père faisait un chef de famille autoritaire et injuste à qui nous devions obéissance. Mes frères et moi avons souvent fait les frais de ses sautes d'humeur; et malheur à celui qui osait lui tenir tête. Manque de chance, je n'ai jamais su fermer ma grande gueule...

Ce tyran m'en a fait voir de toute les couleurs. Maman faisait semblant de ne remarquer ni mes joues enflées, ni les bleus sur mon corps. J'ai passé des soirées entières terré dans un coin du placard de ma chambre, enfoui sous une pile de linge, pleurant à chaudes larmes après avoir subit les foudres de cet homme. Je ne voulais pas qu'il me voit pleurer... non... je ne pouvais pas me résoudre à lui accorder cette satisfaction, c'est pourquoi je me cachais.

Pour me sortir de ma planque il fallait l'intervention de Thanh Lan, le plus âgé de mes deux frères. Il avait trois ans de plus que moi, malgré cela nous avons toujours été très proches. Je trouvais en sa personne du réconfort et un soutien.
Je l'aimais. Mais les sentiments qui me liaient à lui étaient au-delà du simple amour fraternel.

Nos rapports ont toujours été ambigus. Des étreintes trop tendres pour être celles de deux frères, des baisers volés derrière une porte de placard, des nuits ou nous dormions serrés l'un contre l'autre. Notre père n'a compris que très tard... Maman, elle, savait.
La première fois que nous sommes réellement passés à l'acte j'avais treize ans.

J'ignore comment, mais maman a deviné. Depuis ce jour elle n'a plus jamais réussi à me regarder dans les yeux.

Deux ans plus tard, après des mois de violentes querelles, nos parents divorçaient. Mes frères sont resté vivre avec maman. Notre père, ayant découvert la relation entre Thanh Lan et moi, a voulu nous séparer, il m'a donc forcé à venir vivre avec lui. Perdre à la fois son frère et son premier amour est une chose horrible. La séparation m'a été extrêmement douloureuse, j'ai mis du temps à m'en remettre... quoique... je pense en réalité ne jamais pouvoir en guérir complètement.

Mon connard de père m'a longtemps fait payer mon amour pour Thanh.
Puis il s'est remarié; il s'était trouvé une femme aussi méprisable que lui.
Elle m'a détesté dès le premier jour. Elle n'était intéressée que par l'argent, tout ce qu'elle espérait c'était que son fils, Jun, finisse par hériter de la fortune de mon père. Ce qu'elle n'avait pas prévu, et que je n'ai pas non plus vu venir, c'était que Jun et moi puissions tomber amoureux. Je ne pensais pas être capable d'aimer de nouveau après avoir été séparé de Thanh... et pourtant...

Cependant, je n'ai pas eu immédiatement le coup de foudre pour Jun, c'est venu progressivement. Je suis peu à peu devenu accro à lui. Une relation charnelle, passionnée; je le désirais de tout mon être. Je n'avais plus treize ans; finis les amours tendres, les baisers innocents, et les premières fois hésitantes, je n'en était plus là. Encore une fois je m'étais jeté corps et âme dans une histoire que les bonnes moeurs désapprouvaient.

Nos parents respectifs se sont opposés à notre aventure, usant des pires menaces pour nous séparer.
Un soir, allongé près de moi dans mon grand lit, Jun m'a confié son envie d'échapper une fois pour toutes aux contraintes qui pesaient sur nous. Partir. S'enfuir le plus loin possible, voilà ce qu'il me suggérait.

Quelques heures plus tard, nous étions sur la route, tous deux juchés sur sa moto noire de marque italienne, cheveux au vent, avec pour seuls bagages nos rêves et un paquet de clopes.
Nous étions ivres de joie et avides de liberté.
Je le revois encore, tournant légèrement la tête vers moi, me laissant déposer un baiser sur ses lèvres. Je me rappelle encore... ses lèvres humides, sa langue jouant brièvement avec le piercing de la mienne. Je me rappelle encore, à ce moment, un choc terrible...
Puis plus rien.

Plus rien jusqu'à ce que je reprenne connaissance quatre jours plus tard sur un lit d'hôpital.
Une terrible angoisse s'est alors emparée de moi. J'étais seul dans cette chambre glauque, avec une unique question à l'esprit et personne pour y répondre. Tout se bousculait dans ma tête, j'en avais même du mal à respirer. J'ai alors été pris d'une violente crise de panique. Les infirmières ont fait appeler mon père, non sans m'avoir à moitié anesthésié avant pour que je me calme.

''Jun ?'' : c'est le premier mot que j'ai adressé à mon père lorsque je l'ai vu apparaître sur le seuil de la porte. Au regard qu'il m'a lancé, j'ai compris. Et j'ai senti tout en moi s'effondrer, se briser. Soudain ces cicatrices qui parcouraient mon corps, ces plaies affreuses, ces hématomes, ces blessures physiques, tout me semblait dérisoire à côté de la douleur qui déchirait mon âme.
Je n'ai pas pleuré. Non. Pas devant mon père.
Lui n'a rien dit.
Sa femme m'a de suite rendu responsable de la mort de Jun.
Et moi j'ai songé à aller le rejoindre.

Je n'avais plus rien ici, alors à quoi bon rester là à traîner ma peine toute ma vie. Autant en finir sans attendre.
J'y ai pensé sérieusement.
Un matin j'ai enfourché ma moto et j'ai pris la route, certain de ne pas voir le bout du chemin. Roulant à tombeau ouvert vers ma destination finale.

Mais plus j'avançais plus je sentais que je n'aurais pas le courage de mes opinions. J'ai ralenti l'allure. Je n'avais plus nulle part où aller, j'ai donc continué à rouler, jusqu'à épuisement. J'ai décidé de refaire ma vie. Loin de Tokyo, de mon père, de cette femme, de mon passé.
C'est dans cet état d'esprit que je suis arrivé à Yuukoku. En quelques mois j'ai réussi à m'y reconstruire un semblant d'existence.

Je m'en suis longtemps voulu de ne pas être passé à l'acte ce jour là. Je m'en veux encore. Je m'en voudrais jusqu'à mon dernier jour.»



Autre :
A son arrivée à Yuukoku, à la recherche d'un peu de stabilité dans sa vie et d'un emploi fixe, Izumi, ayant des talents en mécanique, à réussi à se faire engager comme apprenti mécanicien.

S'il n'a jamais touché à la drogue, le jeune homme est par contre totalement accro à la cigarette.

Izumi garde d'importantes séquelles de son accident de moto, notamment une longue cicatrice qui parcoure son torse.


.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Votre Cher Admin
Admin pointilleux
avatar

Nombre de messages : 837
Date d'inscription : 26/06/2008

MessageSujet: Re: Izumi Akiya   Jeu 26 Fév - 15:54

Bienvenue !

Je n'ai vraiment rien à redire. Tout est parfait.

Ta fiche est validée.

Amuse-toi bien !

[Je verrouille le sujet.]

_________________
~¤~ Je te surveille Invité... Je surveille tout le monde... ~¤~ [ Ça fait peur, ne ? ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twilight-city.nightforum.net
 
Izumi Akiya
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Izumi Ako
» le football,ca peut etre dangereux!
» Negi qui c'est évanouïe
» Lal Mirch / Izumi Usagi
» Ano Hi Mita Hana no Namae o Bokutachi wa Mada Shiranai

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Hors RP :: Présentations-
Sauter vers: