Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Dim 22 Mar - 10:35

« Bonjour... »

En s’aidant de la glace, Yasunari réajusta sa cravate, qui était déjà parfaitement mise. Il se tourna ensuite vers Abel Saalfield.


******************************************


L'inspecteur Torajiro Abe rejoignit Lena dans sa salle d'observation. Le bleu était assis dans un coin avec un bloc note en main pour ne pas rater une miette de l'interrogatoire. Il se leva précipitamment pour saluer l'inspecteur qui venait d'entrer. Il grogna et le bleu se rassit confus.

- J'voulais pas en croire mes oreilles, mais on t'a effectivement collé avec ce vermisseau de Yasunari.

Il grogna d'autant plus.

- Pfff ... Qu'est-ce qu'on en a à faire d'un fils de banquier ?! marmonna-t-il

- Mais Abe-sempai, n'est-ce pas le devoir de la police de protéger et servir tout individu riche ou pauvre ? Un peu comme les médecins et leur serment d'Hypocrate.

- Tu t’es trompé de vocation si tu veux faire le larbin, y a des écoles pour, idem pour médecine. Ici on sauve pas des vies et le seul serment qu'on fait c'est le serment d'hypocrite.

Avec sa voix grave et puissante, Torajiro avait de quoi impressionner facilement en plus de sa carrure imposante. Le bleu se recroquevilla sur lui-même se réfugiant derrière son petit bloc-notes. Il chercha tout de même à percer les paroles de l'inspecteur.


******************************************


- Je suis l'inspecteur Yasunari, chargé actuellement de l'enquête. Votre demi-frère Tetsuya Nakajima a été victime d'une tentative d'assassinat hier soir. Avez-vous quelque chose à déclarer à ce sujet-là ?


Une table séparait le deux individus. Les mains sur la chaise qui était destiné à l’inspecteur, Yasunari toisait Saalfield. Il laissa une pause et reprit.

-Où étiez-vous hier soir ? Et que faisiez-vous ?

Il attendit la réponse de Saafield sans pour autant croire ses paroles. Il était le coupable et tous les coupables se disent innocents et crient à l’erreur policière. Il ne fallait pas prendre l’inspecteur Yasunari « pour une bille ». L’affaire était simple à résoudre. Avec ou sans aveu, toutes les preuves étaient contre lui. Si ce bâtard était intelligent, il avouerait pour alléger sa peine, mais bon il ne fallait pas trop compter là-dessus.

-Avez-vous des témoins qui puissent confirmer votre version des faits ?

Yasunari recula de la table, se dirigeant à nouveau vers la glace il regarda l’heure. Mmmm… il ne fallait pas qu’il parte trop tard, ce soir il devait assister à un ballet à l’Opéra.

- Que faisiez-vous avec une arme, chargé, et facilement accessible ?

Les citoyens réguliers ne portaient pas d’arme, en acheter une dénonçait une intention de l’utiliser et donc de tuer. Les seules personnes qui se baladaient dans la rue avec une arme chargé étaient la vermine. Oui la vermine comme Saafield. S’en prendre à son propre frère. A la digne famille Nakajima, qui l’a recueillit par pitié et élevé. Le chien osait mordre la main du maître qui s’était occupé de lui, un bâtard ingrat.

-Légitime défense ou non, peu importe vos raisons, vous êtes en tort monsieur Saalfield.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d


Dernière édition par Lena Kasama le Ven 1 Mai - 19:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Dim 22 Mar - 13:50

- Je suis l'inspecteur Yasunari, chargé actuellement de l'enquête. Votre demi-frère Tetsuya Nakajima a été victime d'une tentative d'assassinat hier soir. Avez-vous quelque chose à déclarer à ce sujet là ?

Abel répondit par la négative d’un simple signe de tête. Il n’avait rien à déclarer. Du moins, il aurait très bien pu dire qu’il n’y était pour rien dans cette histoire, mais l’inspecteur Yasunari ne l’aurait pas cru. Personne ne l’aurait cru en fait. Tout le monde disait ne rien avoir fait de mal, même les coupables. Le grand blond préféra donc garder le silence, attendant la suite de l’interrogatoire. Il avait pratiquement dessaoulé et, maintenant, il avait les idées claires. Il se rendait enfin compte dans quel pétrin il était et que l’argent avait beaucoup d’importance, même sur l’avenir des gens. Son demi-frère était riche et était tout à fait du genre à corrompre les personnes en charge de son affaire. S’il le voulait, il pouvait faire mettre Abel en prison alors que celui-ci était innocent dans cette histoire.

-Où étiez vous hier soir ? Et que faisiez-vous ?

« J’étais chez moi. Je regardais la télévision. »

-Avez-vous des témoins qui puissent confirmer votre version des faits ?

« Non, aucun. »

Voilà encore une preuve qui montrait que la solitude n’était pas toujours une bonne chose. Cela faisait un peu plus de deux semaines qu’il passait ses journées et soirées seul. La seule exception avait été lorsque Kano l’avait invité au restaurant. Sinon, par moment, il recevait des coups de fil de Keiji qui s’inquiétait énormément pour lui. Le jeune moulin à parole était un vrai ami, même si Abel le trouvait parfois saoulant et collant. Il avait besoin d’être seul et n’aimait pas qu’on s’inquiète trop pour lui. Il n’était plus un enfant et savait vivre seul, même s’il détestait cela maintenant qu’il avait goûté à la vie de couple. Mais il préféra ne pas penser à cela. Il avait d’autres problèmes en ce moment.

- Que faisiez-vous avec une arme, chargé, et facilement accessible ? Légitime défense ou non, peu importe vos raisons, vous êtes en tort monsieur Saalfield.

« Je le sais bien mais c’est pour ma propre sécurité. »

C’était en partie vrai. Mais il omettait tout de même de dire que cette arme pouvait aussi servir pour son métier de tueur à gage. Il n’était pas fou au point de dévoiler cette information. Il irait directement à la case prison sinon sans toucher d’argent. Et puis ce n’était pas pour un meurtre qu’il avait commis qu’il était ici mais pour une tentative de meurtre que son demi-frère avait montée de toute pièce pour le faire plonger. D’ailleurs, pourquoi s’en prenait-il à lui maintenant ? Cela faisait des années qu’ils ne s’étaient pas parlé et encore moins vu. Abel l’avait complètement oublié, tout comme son soi-disant père.

« Cela va faire bientôt 6 ans que je ne l’ai pas revu et que je ne cherche pas à le revoir. Pourquoi aurai-je tenté de le tuer ? Sa mort ne m'apporterait rien. »

Abel gardait son calme et ne se montrait en aucun cas insolent. Il savait garder le contrôle de lui-même. De plus, s’il se montrait nerveux, l’inspecteur le croirait vraiment coupable, si ce n’était pas déjà fait. Le policier le prenait de haut et se montrait vraiment hautain avec lui. Cela se voyait qu’il le prenait pour un moins que rien. Il devait être au courant qu’Abel était le fils d’une prostituée. Par conséquent, il le voyait comme une vermine. Le jeune assassin était habitué à cela et, du moment qu’on n’insultait pas ouvertement sa mère, il ne disait rien. Mais, dès que l’on s’attaquait à celle-ci, il avait du répondant. Le grand Hidekazu en avait fait les frais d’ailleurs…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Mar 31 Mar - 14:21

Aïe, ça s’annonçait plutôt mal pour Saalfield. Pas de témoin de son côté, la victime qui l’avait formellement identifié comme étant le coupable. Oui, il ne partait pas avec les bonnes cartes dès le début. Et puis l’arme retrouvée n’arrangeait pas les choses.

Lena souffla, observant le moindre mouvement de Saalfield et Yasunari. Repérant leurs tics, leur façon de bouger leur corps lorsqu’ils parlaient, soit leur langage corporel. Elle était attentive. Elle était bien pire qu’un détecteur de mensonge. Le détecteur de mensonge admettait une marge d’erreur, elle non. Ou en tout cas beaucoup plus infime. La machine manquait d’une chose essentielle qui faisait la différence. L’instinct. Lena le possédait en plus de ses connaissances.

*Il regardait la télé ? Tss, il devait surtout se saouler devant en se morfondant* Y avait qu’à voir l’état dans lequel il se trouvait quand ils étaient arrivés sur les lieux.

Manifestement il n’était vraiment pas au courant de l’état de son père, ainsi que du fait qu’il était sur son testament. Il ne mentait pas, elle en était quasiment certaine. Pourtant quelque chose la dérangeait à propos du suspect, seulement elle n’arrivait pas à mettre le doigt là-dessus. Les bras croisés, les doigts de sa main droite tapotaient sur son autre bras.

-Qu’est-ce qu’il y a ?

-Mmm Je sais pas, j’le sens pas. Y a un truc qui me dérange chez lui.

Torajiro regarda la salle d’interrogatoire et grogna en signe d’affirmation. De tout façon il n’y avait quasiment personne dans cette galaxie que l’inspecteur Abe pouvait bien sentir. Tout le monde était coupable.

-Je pense que c’est assez évident que M. Saalfield a voulu tuer son demi-frère pour empocher l’argent. Affaire classée.

- Méfie-toi des évidences, elles ne sont pas nécessairement bonnes à écouter.

-Vous pensez qu’il est innocent ?


-Personne n’est innocent.

Le bleu était un peu perdu. Il avait du mal à suivre les deux inspecteurs. Est-ce qu’il deviendrait aussi pessimiste et suspicieux à l’égard de tout et n’importe quoi ? Il regarda ses notes sur Abel Saalfield.

-M. Saalfield n’a aucun casier judiciaire, même pas un excès de vitesse ou mauvais stationnement. Il paye le peu d’impôt qu’il doit à l’Etat. Ses voisins et ancien collègue de travail que je suis allé interroger, le décrivent comme quelqu’un de « calme et polie ». Un type sans histoire notable. C’est sur ça que vous vous basez pour dire qu’il n’a pas essayé de tuer son demi-frère ?

Lena eu un petit sourire en coin qui ne fit qu’attiser la curiosité du bleu. Savait-elle quelque chose qu'il ignorait ?

-Attention, Yasunari va passer à l’attaque. Voyons donc comment il va réagir…

****************

Yasunari se regardait dans la glace, pivotant légèrement la tête pour désigner son meilleur profil. Difficile à dire les deux était si parfait. Au bout d’un long silence après la litanie de Saalfield, il reprit la parole.

-Pourquoi ? Auriez-vous tenté de le tuer ? Prenez vous les forces de police pour des idiots ?

Il se tourna face à Saalfield.

-Je vais prendre la peine de vous sortir de votre ignorance feinte en vain. Pourquoi tuer votre demi-frère ? A cause de la conjoncture actuelle et de la situation dans laquelle vous vous trouviez.
Pour sortir du trou miteux où vous étiez et retrouver le confort dont vous aviez pris l’habitude chez la famille Nakajima avant d’être contraint de partir. Vous avez eu de la chance et croiser le chemin de Tatsuki Sugiura-sama.


Tout en continuant de parler il s’avança vers Saalfield, avec son visage suffisant et son expression dédaigneuse à peine voilée.


-Vous êtes parvenue à vos fins en séduisant l’honorable donateur de cette ville. Depuis vous n’avez pris de cesse de vivre à ses crochets, arrêtant même de travailler, quittant votre appartement pour celui de M. Sugiura, profitant sans vergogne de sa trop grande générosité. Une conduite plus qu’honteuse. Heureusement Sugiura-sama à retrouvé sa clairvoyance et s’est aperçut de votre véritable nature et a donc décidé de mettre un terme à votre relation. Au point qui ne veuille même plus entendre parler de vous d’ailleurs. Vous vous retrouvez sans rien, au chômage. Et là vous vous souvenez de la famille Nakajima, vous apprenez que votre père mourant, vous a couché sur son testament au même titre que son fils légitime. Mais ce n’est pas suffisant pour vos ambitions et avidité dévorante. Alors vous décidez de vous débarrasser de votre demi-frère. Le fils de l’homme qui vous a tout de même recueillit, malgré vos origines douteuses, celui auprès de qui vous avez en partie grandit.

Yasunari posa ses mains sur la table et se pencha vers Saalfield tout en conservant une certaine distance en le regardant de haut. Sa voix laissait de temps en temps transpirer un ton acerbe avec une indéfectible attitude sardonique.


- N’avez-vous pas honte de votre conduite ? A moins que vous n’ayez aucune fierté, aucun honneur ? Ha ! Dommage que vous ne soyez pas une femme, sinon je suis sur que tout comme votre mère l’a fait, vous auriez cherché à être engrossé par un homme important tel que M. Sugiura, ou même juste prétendu que vous portiez son enfant. Engendrant un bâtard tel que votre mère la fait pour toucher de l’argent de la part de M. Nakajima, comme si une prostituée pouvait savoir avec certitude de qui elle était enceinte ! Aller savoir à combien d’homme elle a prétendu en être enceinte !

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Mar 31 Mar - 21:28

S’il prenait les forces police pour des idiots ? Si peu… Si elles avaient été plus intelligentes, elles seraient parvenues à l’arrêter pour un meurtre qu’il avait vraiment commis. Il préférait tout de même se taire, pour ne pas s’attirer de problèmes et respecter cet homme, même s’il le trouvait détestable. Mais ce n’était pas parce que l’on n’aimait pas quelqu’un que l’on devait se montrait impoli avec lui. Du moins, Abel avait été éduqué ainsi. Sa mère lui avait bien appris la politesse et, maintenant, il ressemblait presque à un gentleman. Il prit donc sur lui lorsque l’inspecteur insinua qu’il n’était qu’un profiteur, que seul l’argent l’intéressait.

-Vous êtes parvenue à vos fins en séduisant l’honorable donateur de cette ville. Depuis vous n’avez pris de cesse de vivre à ses crochets, arrêtant même de travailler, quittant votre appartement pour celui de M. Sugiura, profitant sans vergogne de sa trop grande générosité. Une conduite plus qu’honteuse. Heureusement Sugiura-sama à retrouvé sa clairvoyance et s’est aperçut de votre véritable nature et a donc décidé de mettre un terme à votre relation. Au point qui ne veuille même plus entendre parler de vous d’ailleurs.

Abel soutint le regard de cet imbécile. Même s’il restait silencieux, la lueur brillant dans ses yeux ne parvenait pas à cacher son état d’esprit. Cet idiot n’avait rien compris. Jamais le tueur n’avait cherché à séduire Tatsuki, encore moins pour son argent. Mais, si cet homme pensait cela, est-ce que cela signifiait qu’il n’était pas le seul, que des gens avaient les mêmes pensées à son égard ? Abel ne voulait pas passer pour un profiteur, seulement bon à jouer avec son corps pour séduire les gens. Il n’était pas comme ça. C’était même Tatsuki qui l’avait séduit, pas l’inverse. Et puis pourquoi Yasunari parlait-il de l’Oyabun ? Il n’avait rien à faire dans cette histoire.

Vous vous retrouvez sans rien, au chômage. Et là vous vous souvenez de la famille Nakajima, vous apprenez que votre père mourant, vous a couché sur son testament au même titre que son fils légitime. Mais ce n’est pas suffisant pour vos ambitions et avidité dévorante. Alors vous décidez de vous débarrasser de votre demi-frère. Le fils de l’homme qui vous a tout de même recueillit, malgré vos origines douteuses, celui auprès de qui vous avez en partie grandit.

Là, si Abel resta sans voix, c’était parce qu’il était surpris. L’inspecteur croirait peut-être qu’il feignait de n’être au courant de rien, mais c’était réellement le cas. Le grand blond ne savait pas que son géniteur était sur le point de mourir et encore moins qu’il lui léguait quelque chose. Après tout, le vieux Nakajima ne l’avait jamais porté dans son cœur. Abel ne l’avait vu que sous forme de billets durant son enfance. Il l’avait toujours détesté, encore plus lorsqu’il avait dû vivre avec lui. Son soi-disant père n’avait jamais eu la fibre paternelle avec lui. Il n’avait d’yeux que pour son travail et les prostituées. Abel ne comprenait vraiment pas pourquoi son père l’avait couché sur son testament. S’en voulait-il ? Désirait-il se racheter ? Le tueur ne s’aurait le dire. Il n’avait jamais compris son géniteur, surtout parce qu’il n’avait jamais cherché à la faire.

- N’avez-vous pas honte de votre conduite ? A moins que vous n’ayez aucune fierté, aucun honneur ? Ha ! Dommage que vous ne soyez pas une femme, sinon je suis sur que tout comme votre mère l’a fait, vous auriez cherché à être engrossé par un homme important tel que M. Sugiura, ou même juste prétendu que vous portiez son enfant. Engendrant un bâtard tel que votre mère la fait pour toucher de l’argent de la part de M. Nakajima, comme si une prostituée pouvait savoir avec certitude de qui elle était enceinte ! Aller savoir à combien d’homme elle a prétendu en être enceinte !

« Je vous interdis de parler ainsi de ma mère ! » s’écria Abel après avoir craché au visage de l’inspecteur.

Dans sa fureur, il tenta de se lever pour frapper cet imbécile mais fut cloué sur place par les menottes qui le retenaient à la table. Comment cet homme pouvait-il parler ainsi de sa mère ? Il n’avait pas le droit ! Il ne connaissait rien de la vie de cette femme qui n’avait rien demandé à personne. Même si Abel était à la base un enfant non voulu, sa mère l’avait élevé avec beaucoup d’amour et avait fait beaucoup de sacrifices pour qu’ils ne finissent pas à la rue, tout cela en lui inculquant une bonne éducation. Cet attardé n’avait donc aucun droit de l’insulter, surtout de cette façon. Et puis pourquoi parlait-il encore de Tatsuki ? Pourquoi traitait-il encore le tueur de profiteur ? Si Yasunari n’avait pas parlé ainsi de la mère du grand blond, celui-ci serait sûrement resté calme, mais là, il était vraiment énervé. Tant pis si cela lui apportait encore plus de problèmes, il n’allait pas laisser passer ces insultes.


« Ce n’est pas en étant pété de tunes comme vous qu’on peut comprendre ma mère. Vous n’avez donc pas à parler d’elle de cette manière. Insultez-moi si vous le voulez mais pas elle ! »

Son regard était dur et rempli de haine. Toute personne insultant sa mère recevait les foudres du grand blond. Néanmoins, dans ses paroles agressives, il laissait sous entendre qu’il était plutôt contre les personnes fortunées ou, du moins, qu’il était du côté de sa mère et de la vie qu’elle avait eue, c’est-à-dire sans beaucoup d’argent. S’il avait vécu avec Tatsuki, cela n’avait en aucun cas été pour son argent. Et, en ce qui concernait le vieux Nakajima, son héritage ne l’intéressait pas. Tetsuya n’aurait pas dû faire toute cette histoire. Une simple entrevue et ils auraient pu régler ce problème rapidement. Abel aurait refusé d’être sur la liste des héritiers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Dim 5 Avr - 18:05

On ne pouvait pas accuser Yasunari de prendre des pincettes. Il avait l’art et la manière d’énerver les gens. Graduellement il faisait monter la colère chez Saalfield. Un sourire sardonique se dessina sur les lèvres de Lena. Elle voyait où il voulait en venir.

Torajiro grogna pour signifier son approbation. Il n’aimait vraiment pas les types dans le genre de Yasunari, mais il remontait tout de même quelque peu dans son estime malgré tout.
Le bleu quant à lui semblait bouleversé et choqué par les paroles de Yasunari. Il se révolta quelque peu en serrant la mâchoire.

-Il va trop loin dans ses insinuations !

-Comment ça il va trop loin ? Le gringalet reste "poli" dans ses propos. Il n’insulte personne. De quel côté tu es ? Tu le pensais bien coupable il y a quelques minutes encore ? Alors de quoi tu te plains ?

-Oui, mais … Mais ses propos reste déplacés. Il parle de la vie personnelle de M. Saalfield.

-Et de quoi tu veux qu’il parle ? Du dernier match de baseball ? Quand on est sous le coup d’une enquête judiciaire, les mots « vie privée » n’existe pas. Sinon on résoudrait aucune enquête. Grandit un peu le bleu et prend en de la graine. C’est dur à croire mais ce crétin sait ce qu’il fait.

Le bleu se renfrogna quelque peu sous les paroles dures de Torajiro. Ce n’était pas un gamin et il comptait bien le prouver.

« Je vous interdis de parler ainsi de ma mère ! »

Saalfield se leva violemment en crachant au visage de Yasunari. Il avait atteint son but. Le toutou imperturbable avait perdu son sang froid. Un mérite qu’on pouvait accorder à Yasunari, il n’avait pas besoin de se forcer pour faire exploser les gens de colère.

« Ce n’est pas en étant pété de tunes comme vous qu’on peut comprendre ma mère. Vous n’avez donc pas à parler d’elle de cette manière. Insultez-moi si vous le voulez mais pas elle ! »

Oh pauvre enfant qui n’avait pas eu de chance dans sa misérable vie. De quoi tirer des larmes dans toutes les petites chaumières du pays. Lena, Torajiro et Yasunari restèrent insensible à ce genre de propos, seul le bleu sembla quelque peu ému par la déclaration de Saalfield. Torajiro lui donna une tape à l’arrière du crâne.

-Tu veux devenir flic ou assistante sociale ?!


***************************************

Yasunari se recula en regardant Saalfield avec encore plus de mépris qu’au départ. Un rictus satisfait au visage, il sortit une serviette qui déplia d’un geste vif et sec. Le menton relevé il enleva la salive de Saalfield de son visage, avec un certain dégout autant pour le suspect que pour son comportement abjecte. Et puis ses lamentations sur son enfance étaient à hurler de rire. Cela ne lui donnait aucun droit de plus que les autres, aucune excuse n’était acceptable. Les pauvres avaient tendance à se croire tout permis. Il se dirigea vers la glace, se recoiffa à nouveau et remit encore sa cravate bien droite.

-Vous ajouterez outrage à agent pour M. Saalfield

Il regarda sa montre. Il était presque l’heure, hors de question d’arriver en retard à cause d’un mécréant de seconde zone. Il prit la porte et la referma fièrement derrière lui, sans dire un mot de plus et laissa Saalfield seul. Il ordonna à Lena de prendre la suite avant de faire un crochet aux toilettes se nettoyer proprement le visage.

-Bien je suppose que c’est à moi de jouer à présent.


Quelques minutes plus tard, le bleu entra dans la salle d’interrogatoire et déposa lourdement un carton plein de fichier sur l’un des bords de la table, puis un second de l’autre coté du bord où était posé le premier.

Lena fit ensuite son entrée avec quelques fichiers sous le bras, elle tira la chaise sans brutalité, posa les documents face à elle, puis s’assit en étant légèrement de profil face à Saalfield.

-Eh bien, vous semblez plus vif que lors de votre arrestation… Ce n’était vraiment pas avisé de faire cela à l’inspecteur Yasunari, vous êtes vraiment dans de sales draps. Quoique dans votre cas un peu plus ou un peu moins ne changera pas grand-chose à votre sort.

Elle ouvrit un des fichiers face à elle et sortit un stylo annotant quelques petites choses sur le dossier.

- Oui, ce n’est vraiment pas gagné pour vous.

Le bleu entra de nouveau dans la salle d’interrogatoire et donna deux bouteilles d’eau à Lena. Elle referma le dossier qu’elle repoussa sur le côté et déposa l’une des bouteilles juste devant Saalfield.

-Je vous en prie, si vous avez soif…

Cela faisait déjà plusieurs heures que Saalfield était retenu au poste de police, elle savait bien qu’entre temps il n’avait reçut aucune goutte d’eau. Il valait mieux éviter les cas de déshydratation. Trop de paperasse à remplir inutilement par la suite. Elle ouvrit sa bouteille et en but une gorgée avant de la refermer et la poser sur la table. Décalée de façon à être de trois quart face à la porte, elle sortit son téléphone portable et commença à pianoter dessus, ignorant royalement Saalfield.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Dim 5 Avr - 22:12

-Vous ajouterez outrage à agent pour M. Saalfield.

Dans son état de rage, Abel se ficha complètement de ce nouveau chef d’accusation. Yasunari l’avait après tout bien mérité. Et heureusement que le tueur était attaché à cette maudite table sinon il lui aurait sauté au cou à cet imbécile. On n’insultait pas ainsi sa mère. Elle n’avait rien à faire dans cette histoire et ce n’était pas de sa faute si elle avait pratiqué ce genre de mœurs. Personne ne lui était venu en aide lorsqu’elle en avait eu besoin. Elle s’en était sortie seule, plus ou moins bien. Abel était fier de sa mère malgré le métier qu’elle avait exercé. Elle avait été une femme bien, jusqu’au bout. Personne n’avait donc le droit de salir sa mémoire, surtout pas un policier pédant tiré à quatre épingles.

Heureusement, l’inspecteur finit par sortir, après s’être bien sûr arrangé à l’aide du miroir. Abel resta un moment seul, ne sachant pas si Yasunari allait revenir ou pas. L’homme avait regardé sa montre. Il devait avoir un rendez-vous. Un autre policier allait arriver. Pourtant, les minutes passaient et personne n’arrivait. Dans sa solitude, Abel parvint à retrouver son calme. Il savait que Yasunari avait eu ce qu’il voulait en l’énervant mais tant pis. Ce qui était fait était fait. Le grand blond ferma les yeux et balança sa tête en arrière en soupirant. Mais il ne tarda pas à la relever en entendant la porte de la salle d’interrogatoire s’ouvrir.

Un jeune homme entra, encombré de cartons qui avaient l’air assez lourd. Ils devaient être remplis de dossiers. Abel ne comprenait pas pourquoi tous ces dossiers pour lui tout seul. Il avait été arrêté pour tentative de meurtre et port d’arme illégale, pas pour une centaine de meurtres ou autres. A quoi allait servir ces dossiers ? A l’intimider ? A lui faire avouer des choses qu’il n’avait jamais fait seulement parce que les policiers n’avaient jamais trouvé les vrais coupables ? Abel avait beau être à fleur de peau lorsqu’on parlait de sa mère, il ne craquerait pas avec d’autres méthodes de torture. Même si son mental était quelque peu affaibli depuis sa rupture, l’assassin tiendrait le coup.


-Eh bien, vous semblez plus vif que lors de votre arrestation… Ce n’était vraiment pas avisé de faire cela à l’inspecteur Yasunari, vous êtes vraiment dans de sales draps. Quoique dans votre cas un peu plus ou un peu moins ne changera pas grand-chose à votre sort. Oui, ce n’est vraiment pas gagné pour vous.

Le jeune blond lança un regard noir à Lena qui venait d’entrer dans la salle d’interrogatoire. Elle venait de s’installer à la table comme si de rien n’était. Sa posture trahissait son état d’esprit. Elle n’avait clairement rien à faire d’Abel et le pensait aussi coupable. Tetsuya l’avait-il payée elle aussi ? Le tueur en avait assez de toute cette mascarade. En plus, il avait soif. Cela faisait plusieurs heures qu’il n’avait rien bu et sa gorge commençait à le faire souffrir. Heureusement, le jeune homme qui semblait être un bleu rapporta deux bouteilles, une pour sa chef et une pour Abel. Par conséquent, lorsque Lena lui tendit la bouteille, le grand blond remercia le jeune homme et non elle. Après tout, elle n’avait pas bougé ses fesses de là pour aller la chercher cette bouteille.

Les mains menottées à la table au cas où il tenterait quelque chose de stupide, Abel avait tout de même un léger champ d’action. Il prit la bouteille d’eau et en dévissa le bouchon. Il se baissa ensuite légèrement pour pouvoir mettre le goulot à hauteur de sa bouche puis but plusieurs gorgées. Il se sentit tout de suite revivre. Sa gorge ne le faisait plus souffrir et était totalement hydratée maintenant. Le tueur referma ensuite sa bouteille et la reposa sur la table. Ses yeux se posèrent enfin sur Lena… qui avait l’air plus intéressé par son portable que par le suspect à interroger. Elle l’ignorait complètement. Cela dura un temps, avant qu’Abel en ait assez qu’on se moque de lui. Il s’éclaircit la gorge pour attirer son attention avant de prendre la parole.


« Si je vous dérange, dîtes-le, je retournerai en cellule pour vous laisser envoyer des messages ou jouer. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Mer 8 Avr - 22:43

-Mais qu’est-ce qu’elle fait ? C’est moi ou elle joue à Tetris ?

-Tetris Grand Master 2. Tsss elle est niveau Master !

L’écran du portable de Lena était légèrement tourné vers la vitre, Torajiro grogna.

-Non mais c’est qu’elle me nargue en plus !

-…

-Moi aussi, si j’avais des p’tits doigts fins comme les siens j’serais master et non juste S9, tssss il devrait faire des touches plus grosses sur les portables. J’suis sur qu’avec une manette je la bat !

Le bleu regarda de coin de l’œil l’inspecteur Abe, il était sérieux, là ? Il regarda les mains de l’inspecteur. Elles étaient énorme, quasi aussi grosse que sa tête de bleu. Il les compara au siennes. Elles faisaient ridicule à coté même si elles n’étaient pas spécialement petites, ses mains n’étaient pas autant imposantes. Celle de l’inspecteur Kasama devait faire vraiment petites en comparaison. Le bleu se racla la gorge et changea de sujet.

-En quoi l’inspecteur Yasunari savait-il ce qu’il faisait tout à l’heure ? L’outrage à l’agent n’était pas nécessaire à obtenir non.

-Réfléchis. Qu’est-ce qu’on a appris ?


-… Que la mère de M. Saalfield est un point sensible.

-Oui. Chaque personne à un sujet sur lequel il ne peut garder aisément son calme. Y en a c’est tout et n’importe quoi et d’autre non. C’est juste un seul point. Un truc ridicule pour toi mais qui peut faire démarrer au quart de tour la personne qui y est sensible. Un point faible.

-… Très bien, mais concrètement comment on l’utilisera ? Je ne voudrais pas critiquer les méthodes d’interrogation de l’inspecteur Yasunari et de l’inspecteur Kasama, mais pour l’instant aucune des deux ne suit celle enseignée dans le manuel. Du coup même si on connait son point faible on ne peut plus tant l’utiliser, on a laissé passer notre chance, non ?

-Tu connais la formation de la petite ?

Petite ? C’était étrange aux oreilles du bleu d’entendre l’inspecteur Kasama être appelé « petite ». Remarque. Il jeta un énième coup d’œil à l’inspecteur Abe. N’importe qui devait être petit à coté de lui.

-Euh elle a était mannequin, non ? Enfin je vois pas en quoi ça peut aider.

-Tsss, pas ça. Elle a une solide formation en analyse comportemental, un diplôme en profilage criminel. Yasunari le savait parfaitement, il a fait tout ce cirque pour permettre à Lena d’établir un profil plus précis avec ce qu’elle savait déjà de Saalfield.

Il inspira et cita le manuel de police concernant les interrogatoires.

-« être patient et persister ; ne pas sortir de la salle d’interrogatoire avant que le suspect se confesse ; avoir des doutes sur ce que le suspect affirme ; c’est une défaite si vous [l’officier] sortez de la salle ; durant l’interrogatoire, [il faut] garder les yeux sur le détenu » Il me semble pas qu’il y est eu de réforme concernant ces points dans le manuel.

-Non, aucun..... L'inspecteur Yasunari a plusieurs fois tourné le dos à Saalfield, quant à l'inspecteur Kasama…Elle joue à Tetris depuis un bon moment.

-Tetris Grand Master 2. Ca, c’est ce que tu crois.

« Si je vous dérange, dîtes-le, je retournerai en cellule pour vous laisser envoyer des messages ou jouer. »

-1 point pour elle.

-Nani ?


***********************************


Lena continua de jouer sur son portable puis répondit d’un ton las.

-Pourquoi, que comptez-vous faire ?

Elle tourna légèrement son visage vers Saalfield et l’observa du coin de l’œil, avec un regard perçant.

-Avouer tous vos crimes ? Mm ?

Elle rangea son portable et se tourna un peu plus vers Saalfield. Elle observa Saalfield en laissant planer un long silence.

-Ou alors vous allez me cracher au visage dès que je dirais quelque chose qui ne vous plait guère ? Ou bien je vais vous poser des questions auquelles je n’aurais pas de réponse satisfaisante et dès qu’une de mes questions vous gênera, vous vous tairez et demanderez certainement un avocat.

Elle regarda les deux cartons et les dossiers en face d’elle et enfin Saalfield avec un sourire aimable.

-Vous savez, les gens ont tendance à croire qu’on ne peut rien savoir d’eux s’ils n’ont jamais eu de casier judiciaire. C’est faux. Chaque personne à un dossier depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Grâce à ça on peut apprendre beaucoup de chose. Rien que le fait de payer un loyer, des impôts, travailler, toucher le chômage, retrait bancaire, même les offres promotionnels des supermarchés sont enregistrées, ainsi on peut savoir quels produits vous achetez, à quelle fréquence etc.…

Elle ouvra à nouveau le dossier devant elle.

-Enfin, passons. Commençons par vous expliquer pourquoi vous êtes là. Vendredi soir, votre demi-frère, Tetsuya Nakajima, a été victime d’une tentative de meurtre. Je vous rassure, il survivra. Par contre il vous a identifié comme étant le responsable de son état actuel. Pour l'instant, l'arme supposée du crime et celle retrouvée chez vous, sont toutes deux des 9mn. Aucune douille n’a était retrouvé sur le lieu du crime. Conclusion, la personne n’a pas agi sur un simple coup de tête. Sans les douilles, l’identification balistique se montre plus difficile et plus longue.


*Surtout vu l’état de la balle, même pas sûr qu’ils puissent en faire quelque chose* Elle reprit calmement.

-Qu’est-ce que ça peut bien changer ? Très simple, nous passons d’une simple tentative de meurtre à une tentative de meurtre avec préméditation. Les deux sont jugés au même titre qu’un meurtre, l’incompétence ou le fait d’avoir échoué ne sont pas des motifs suffisants pour être jugé autrement. Donc vous risquez la prison à perpétuité. Ajoutez à cela le port d’arme illégale qui est sévèrement réprimé, amende plus prison ferme… Ensuite la différence entre une tentative de meurtre avec préméditation et l’une sans, c’est que avec la préméditation vous êtes en détention provisoire obligatoire jusqu’à la fin du procès où le verdict sera annoncé. C’est ce qu’on appelle le risque de récidive, au cas où l’accusé s’avérerait coupable et veuille terminer le travail. Sans la préméditation vous auriez eu une chance de vous présenter libre au procès contre une caution généralement élevé, mais là même si vous étiez dans ce cas, vous seriez laissé en détention provisoire avec un port d’arme illégale et un outrage à agent. Les deux dénotant une tendance aux comportements violents et dangereux, aucun juge ne vous aurait laissé sortir.

C’était le coup de marteau pour réveiller Saalfield, qu’il prenne contact avec le principe de réalité. Lena voyait bien que jusqu’ici il ne prenait pas la juste mesure de l’affaire. Tant que ce n’était pas le cas l’interrogatoire serait pas concluant. Le regard pénétrant, l’expression sobre, elle ne quittait pas des yeux Saalfield.

-Je vous repose la question, « Avez-vous quelque chose à déclarer sur cette affaire ? » Si vous voulez vous en sortir il va falloir se montrer bien plus coopératif que précédemment.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Mer 8 Avr - 23:43

-Pourquoi, que comptez-vous faire ?.. Avouer Tout vos crimes ? Mm ?

Lena n’arrangeait en aucun cas l’image qu’elle offrait à Abel. Le jeune blond le détestait et avait déjà du mal à la supporter. Tout compte fait, Yasunari lui convenait mieux que cette poupée Barbie snobinarde. Le tueur ne répondit rien à ses questions. Pour quoi faire ? S’attirer encore plus d’ennuis ? Et, s’il devait répondre quelque chose, ce serait sur un ton méprisant et, cela, il préférait le garder pour lui. Il n’était pas du genre à s’abaisser à ce niveau-là. Tout à l’heure, s’il s’était emporté, c’était parce qu’on avait touché un point sensible. Mais cela ne se reproduirait plus. Il était conscient qu’on s’était joué de lui et, sur le coup, il avait couru tête baissée dans le piège.

-Ou alors vous allez me cracher au visage dès que je dirais quelque chose qui ne vous plait guère ? Ou bien je vais vous poser des questions auquel je n’aurais pas de réponse satisfaisante et dès qu’une de mes questions vous gênera, vous vous tairez et demanderez certainement un avocat.

Abel resta encore impassible. C’était mal le connaître. Jamais il ne cracherait au visage d’une femme. La seule avec qui il avait été violent était Cassandre. Mais elle l’avait cherché aussi en lui piquant son fiancé. Elle n’avait eu que ce qu’elle méritait. Et puis le jeune blond n’avait pas été si violent que cela avec elle. Il l’avait menacée et insultée seulement. Il aurait très bien pu la défigurer ou autre mais ne l’avait pas fait. Cela prouvait que, malgré tout, il était un gentleman et que jamais il ne s’abaisserait au même niveau que les brutes qui avaient violenté sa mère.

Lena enchaîna sur un discourt barbant que les traces laissées par chaque individu sur Terre, du simple crime au bon d’achat dans la supérette du coin. Abel se serait bien permis de bailler pour montrer qu’il s’en fichait, mais se retint, par politesse mais aussi pour ne pas se prendre un nouvel outrage à agent. Mais heureusement, la poupée Barbie enchaîna sur l’enquête en cours. Le fait qu’elle informe que Tetsuya survivrait à son attaque amusa Abel. Il se fichait de son demi-frère comme de la première paire de chaussettes qu’il avait portée. Qu’il meurt ou qu’il vive lui était égal. Mais voilà, cet idiot tentait de le faire couler et le grand blond détestait cela. Tout était contre lui et il n’avait rien pour se défendre. On l’accusait donc de tentative de meurtre avec préméditation. Cela allait chercher dans les combien d’années de prison ? Un paquet sûrement. Et ça, il n’en voulait pas. Il allait donc se tenir tranquille pour ne pas aggraver son cas et faire bonne impression. Malheureusement, si on rejetait toutes les charges contre lui concernant cette affaire, il aurait encore le port d’arme illégal sur le dos…

L’Inspecteur Barbie énuméra donc tout ce qu’il serait susceptible d’avoir comme peine. En clair, il ne reverrait pas la lumière du jour avant un bon moment. Abel regretta un moment de ne pas en avoir profité durant ces deux mois. Il ne voulait vraiment pas finir derrière les barreaux. Il était claustrophobe et asocial. Si on le mettait dans une cellule avec un codétenu, ce serait l’enfer. Il ne le supporterait jamais et finirait par devenir fou et commettre une bêtise. En cet instant, Abel avait vraiment envie de tuer son demi-frère. Il lui en voulait terriblement de l’avoir mis dans cette galère alors que lui ne lui avait rien fait de mal.


-Je vous repose la question, « Avez-vous quelque chose à déclarer sur cette affaire ? » Si vous voulez vous en sortir il va falloir se montrer bien plus coopératif que précédemment.

« Vous vous trompez d’homme. J’en ai rien à faire de cet héritage. Je n’en veux pas et je n’en ai pas besoin. Ça existe encore les gens désintéressés qui se fichent totalement de l’argent. »

Il pouvait devenir milliardaire avec cet héritage ? Cela lui faisait une belle jambe. Il vivait très bien dans son petit loft des bas quartiers. S’il avait voulu devenir riche, il aurait gardé les cadeaux que lui avait faits Tatsuki et les aurait revendus. Il y avait une belle petite somme rien qu’en voiture et bijoux. S’il n’avait pas eu peur d’attirer des ennuis à son ex en l’impliquant dans l’histoire, Abel lui aurait demandé de témoigner qu’il se fichait totalement de l’argent. L’Oyabun l’avait bien compris et se devait être pour cette simplicité qu’il était tombé sous le charme du grand blond. Enfin, Abel ne désirait pas y penser pour l’instant. Il en avait déjà suffisamment assez de cette situation. Autant ne pas rajouter de douloureux souvenirs.

« Ça fait bientôt six ans que je ne cherche plus à avoir de nouvelles de la famille Nakajima. Je ne savais même pas que Monsieur Nakajima était mourant… Enfin, pour vous je suis coupable donc ça ne sert à rien que je parle. Cet interrogatoire va être bien long… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Jeu 16 Avr - 23:05

Le bleu écoutait l’inspecteur Kasama il était impressionnant de voir comment elle parvenait à garder Saalfield dans un état d’agacement. Il n’y avait qu’à voir l’expression du suspect pour comprendre qu’il était passablement contrarié. Il profita d’un silence pour poser une question à l’inspecteur Abe.

-Pourquoi l’inspecteur à gagné un point.

-Le jeu était le premier qui parle à perdu. Il a parlé, il a perdu.

-Et alors ?

Torajiro soupira. Les bleus. L'inspecteur Abe inspira bruyamment et prit sur lui pour répondre au bleu.

-Bon sang il faut tout t’expliquer ou quoi ? En parlant il devient quémandeur, c’est là où on devrait apprendre quelques petites choses.

Ils écoutèrent Lena et le bleu sembla choqué.

-C’est vrai pour les supermarchés ?!

-Oui. Bon d’achats et autres offres du genre, idem si tu paye avec une carte bancaire tu laisses des traces.

Non pas qu’il avait des choses à se reprocher, mais l’idée qu’on puisse savoir tout ce qu’il achetait était particulièrement gênante. Il se promit intérieurement de ne plus utilisé certains bon d’achat ou d’acheter certains produits avec sa carte bancaire.

-Tsss ça sert à rien de lui expliquer l’affaire, prend le par sa tignasse blonde et fracasse le contre la table ! Tu verras il crachera tout ce sale petit morveux !

-Euh… C’est pas un peu radical comme méthode ?

Torajiro lança un regard au bleu, au point qu’il pria pour ne jamais se retrouvé interrogé par l’inspecteur Abe.

« Vous vous trompez d’homme. J’en ai rien à faire de cet héritage. Je n’en veux pas et je n’en ai pas besoin. Ça existe encore les gens désintéressés qui se fichent totalement de l’argent. »

-Tsss comme si c’était le seul mobile pour vouloir tuer quelqu’un. Une fois j’ai arrêté un type qui a tué pour un paquet de cacahuètes.

-Ah bon ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

L’inspecteur se racla la gorge en grognant pour répondre au bleu qui semblait réellement intéressé par l’affaire.

-Eh bien…

« Ça fait bientôt six ans que je ne cherche plus à avoir de nouvelles de la famille Nakajima. Je ne savais même pas que Monsieur Nakajima était mourant… Enfin, pour vous je suis coupable donc ça ne sert à rien que je parle. Cet interrogatoire va être bien long… »

-Le crétin, il vient de gâcher sa chance, il grogna et reprit son anecdote à l’attention du bleu.



********************************************


Lena resta impassible face aux réponses de Saalfield. Elle l’observait attentivement. Il ne faisait que confirmer ce qu’elle pensait de lui jusqu’ici, étoffant son profil. Un profil peut flatteur.

L’argent. Elle n’en avait pas parlé mais il revenait de lui-même dessus. Pour quelqu’un un qui n’était pas intéressé par l’argent, le mot resurgissait à nouveau. Comme si l’argent était le seul motif qui pouvait pousser quelqu’un à agir, à tuer quelqu’un pour de simple fin pécuniaire. La seule raison qui pousserait un homme à en tuer un autre serait donc l’argent pour Saalfield. Si un homme n’était pas intéressé par l’argent alors cela faisait automatiquement de lui un saint qui, oh ciel, jamais ne lèverait la main sur quiconque ? Saalfield était donc incapable de tuer puisqu’il était totalement désintéressé par l’argent donc il était évidemment un saint. Rien qu’à la façon dont il avait évoqué le sujet on pouvait deviner un complexe sous-jacent face à l’argent. « Chaque personne à un prix, il suffit juste de le trouver », ce prix n’est pas nécessairement une suite de chiffres sur un bout de papier, une chose que son oncle lui avait apprit.

« M. Nakajima » appellation peut courante pour parler de son père. Lorsqu’elle avait parlé de l’état de son demi-frère il n’avait même pas sourcillé, semblant ne pas s’en préoccuper une seconde. Le corps rigide, une certaine froideur se dégager des paroles de Saalfield, l’ombre d’une rancune masqué par de l’indifférence.

Elle passa devant les lamentations de Saalfield sur les sois disant partis pris des enquêteurs. Après tout si Saalfield se complaisait à se vautrer dans son malheur au point de vouloir faire passer Calimero pour quelqu’un d’heureux, soit. Mais qu’il n’espère pas que son comportement l’aide.

Jouer les pauvres personne démunit, vivant dans des quartiers difficiles, victime de discriminations injustes, qui n’a jamais eu de chance face à tout le reste de la planète, qui était personnellement après son unique personne défavorisé, ne marcher pas pour Lena. « Il ne suffit pas d’être pauvre pour être honnête ». Ah ! Mais oui ! C’est vrai ! Elle était « pétée de thunes » donc elle ne pouvait forcément pas comprendre le malheur de Saalfield. Aaaah, vraiment. Comment avait-elle pu passer à coté de ce point cruciale.

Quelle tragédie que le jeune Saalfield se voyait imposé. Incompris de tous, condamné et enfermé injustement et naturellement de façon tout à fait arbitraire. Fort heureusement, il restait des hommes bon, juste et honnête. Des hommes droit, digne de confiance, humble, respectueux de ses concitoyens quel qu’il soit, citoyen model, pourfendeur du mal, sauveur de l’humanité, protecteur de la veuve et l’orphelin, ne se prenant aucunement pour le roi du monde à jeter son argent à la face des gens. Oui, heureusement qu’il y avait encore des hommes riches reprenant tout ces critères. Heureusement qu’il y avait Tatsuki Sugiura, la perfection même de l’espèce humaine. Véritable bijoux de la nature pourvu de toutes les vertus, délaissé de tout vice et imperfections. Doté de la science infuse il était bien le premier à comprendre toutes les peines du monde, dont celle de Saalfield. Etre supérieur foulant la terre des misérables mortels peuplant cette planète, et ce afin de pourvoir à la bonne parole et racheter les fautes de ces miséreux parcourant le globe. Que son nom soit sanctifié. Amen.

C’était à se rouler de rire sur le sol.

Le visage dépourvu de toutes émotions particulières, elle poursuivit d’un ton sobre sans s’attarder sur les dernières phrases de Saalfield. A force de trainer avec un type qui se prenait pour le centre du monde, Saalfield devait penser qu’il était le seul dossier en cours. Mais bon, c’était commun à tout les suspects interrogé qui transitaient au commissariat, même si certains ce montraient plus malin que d’autre.

-Quelles étaient vos relations avec la famille Nakajima et ce avant que vous n’ayez plus aucun contact avec eux ?

Elle écouta patiemment Saalfield. Il avait de la chance, elle ne bâclait jamais ses affaires. Surtout s'il y avait dans l'attitude de la personne interrogé, certains points qui l'incitait à creuser et ce pas nécessairement uniquement pour l'enquête en cours.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Ven 17 Avr - 0:52

Abel regarda sans ciller le visage impassible de Lena. Il y avait vraiment quelque chose chez elle qui ne plaisait pas au jeune tueur. C’était rare qu’il déteste autant quelqu’un en si peu de temps. Mais, de ce côté-là, la palme d’or revenait à Hidekazu. Lui, c’était plus que détester, c’était une haine viscérale. Lena… Peut-être pouvait-il la mettre en deuxième position. Quoiqu’il y avait aussi Kano, ou bien Cassandre. Dur choix. Le temps que l’inspectrice trouve ses mots, Abel réfléchit au classement des personnes qu’il ne portait pas dans son cœur. Premier, Hidekazu, deuxième… Il mettrait Lena et Kano ex-æquo. L’Américaine avait la troisième place. Quel magnifique podium. Heureusement, Abel n’avait jamais rencontré ces quatre personnes en même temps. Si jamais cela se produisait, il se tirerait sûrement une balle dans la tête.

-Quelles étaient vos relations avec la famille Nakajima et ce avant que vous n’ayez plus aucun contact avec eux ?

Abel fit mine de réfléchir et se permit de boire de nouveau un peu d’eau. Ses relations avec les Nakajima avant de rompre tout lien avec eux ? Bonne question. Comment expliquer clairement ce qui s’était passé ? Cela remontait à loin en plus. A cette époque-là, le grand blond n’avait été qu’un adolescent avec le comportement qui allait avec. Au début, la provocation et les insultes avaient été maîtres mots lorsqu’il était arrivé chez son géniteur. Il ne comprenait pas comment celui-ci pouvait l’accueillir sous le même toi que sa femme alors que le jeune blond représentait l’infidélité que le vieux banquier avait eu avec une prostituée. Madame Nakajima n’avait jamais vraiment su la vérité et Abel n’avait pas eu envie de la lui révéler. Elle n’avait été qu’une inconnue à ses yeux et, pourtant, il avait eu envie de la présager de cette histoire.

Mr Nakajima voulait faire croire à tout le monde qu’il avait fait une bonne action en sauvant un petit voyou de la rue. Abel avait d’abord agi en tant que tel, provoquant ce qui lui servait de père, continuant à faire les quatre cents coups dans la rue alors qu’il s’était retrouvé dans les quartiers chics. Il s’était bien amusé aussi à clamer haut et fort son homosexualité. Sa mère avait été au courant et n’avait rien dit, voulant que son fils soit heureux, avec un homme ou une femme, peu importe. Par contre, cela eut l’effet d’une douche froide pour son père. Ce fut d’ailleurs à ce moment-là qu’il se dit qu’Abel était irrécupérable. Il ne fit plus aucun effort envers son fils et se plongea de nouveau à fond dans le travail.

Quant à ses relations avec Tetsuya… Elles avaient toujours été conflictuelles, depuis le premier jour. Le jeune fils de riche était le prince de la maison. Qu’un étranger arrive dans sa vie et change ses habitudes ne lui plaisait pas. Il avait donc fait vivre un enfer à Abel, étalant sa richesse, le rabaissant sans cesse, le traitant de tous les noms, que sans son père, le jeune blond ne serait rien et serait en train de mourir sous un carton dans la rue. Au début, Abel avait laissé dire. Il se disait que Tetsuya n’était pas responsable des infidélités de son père. Mais, la mauvaise ambiance continuant à régner entre les deux jeunes hommes, il avait fini par se rebeller et à provoquer des bagarres. N’en pouvant plus de tout cela, il avait fini par quitter la maison des Nakajima au bout de tout de même deux ans. Il avait vécu ensuite dans la rue un temps, avant de commencer à travailler, en tant que tueur à gage. Mais ce détail, il n’en parlerait jamais à l’Inspecteur Barbie.


« Je n’ai jamais eu de problème avec Madame Nakajima. Quant à son mari… Je faisais tout pour me venger et lui rendre la vie dure. Je me fichais de son argent, même si ça aidait ma mère à mieux vivre. Mais j’aurai préféré qu’il ait le courage de venir me voir de temps en temps. »

Sans qu’il ne puisse faire autrement, Abel laissait percevoir un profond malaise qu’il avait depuis tout petit. La présence d’un père l’aurait sûrement guidé dans la vie. Son géniteur aurait pu être comme un modèle, une main tendue lorsque son jeune fils avait eu des problèmes ou était rentré dans l’adolescent. Sa mère avait fait tout ce qu’elle avait pu pour combler ce manque et Abel lui en était reconnaissant. Mais il aurait tout de même voulu avoir un père, comme les enfants avec qui il avait trainé dans la rue. Et, même si son père n’avait vraiment pas eu le courage de venir rendre visite à son fils illégitime, une petite carte de temps à autre aurait été bien, pour un anniversaire ou autre. Mais il ne l’avait pas fait et Abel lui en voulait terriblement. Il lui avait fait voir des vertes et des pas mûres mais, pourtant, son père avait voulu le coucher sur son testament. Pourquoi ? Était-ce les regrets qui l’obligeaient à faire cela ?

« Pour ce qui est de Tetsuya, il ne m’a jamais aimé. J’étais comme une sorte de rival pour lui. J’arrivai sur son territoire et il faisait tout pour me le faire comprendre… Je ne me considérais pas comme un membre de la famille. Je me voyais plutôt comme un profiteur qui n’avait rien à faire là. Au bout de deux ans, j’ai fugué et j’ai fait ma vie. »

Il entrecroisa ses doigts et plongea son regard dans celui de Lena. Il tentait de se montrer sûr de lui mais, intérieurement, parler de cela le fragilisait. Il détestait aborder cette époque de sa vie. S’il pouvait l’effacer de sa mémoire, il le ferait. Il en avait un peu parlé à Tatsuki, mais pas autant qu’il en avait révélé à cette garce. C’était bien parce qu’il était dans un interrogatoire et qu’il risquait d’aller en prison qu’il faisait cela. Il avait l’impression d’être chez le psychologue et de parler des problèmes de sa vie, pour qu’on lui triture le cerveau pour trouver la source de certains problèmes chez lui. Il détestait parler de lui. C’était comme une faiblesse à ses yeux. Était-ce pour cela que Lena avait posé cette question ? Elle devait être contente d’avoir fait son petit effet. Mais elle n’avait pas intérêt à oublier qu’Abel avait joué franc jeu avec elle et qu’il ne s’embourbait pas dans des mensonges idiots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Dim 19 Avr - 1:18

-… c’est comme ça qu’on a compris le pourquoi du comment.

Le bleu s’éloigna discrètement de l’inspecteur Abe. Il était vraiment flippant comme homme, et puis cette histoire qu’il venait de lui raconter… Il ouvrit et referma la bouche à plusieurs reprises, cherchant quoi dire.

-Ah… ah vrai… vraiment…inté…intéressant…

Il se détourna de l’inspecteur Abe et se reporta sur l’interrogatoire. Saalfield réfléchissait à la dernière question de l’inspecteur Kasama.

« Je n’ai jamais eu de problème avec Madame Nakajima. Quant à son mari… Je faisais tout pour me venger et lui rendre la vie dure. Je me fichais de son argent, même si ça aidait ma mère à mieux vivre. Mais j’aurai préféré qu’il ait le courage de venir me voir de temps en temps. »

-Nani ?!

Le bleu était plus que surpris par la réponse de Saalfield. Du moins, surtout ça dernière phrase. Au vu des précédentes déclarations du suspect il ne s’attendait en rien à ce qu’il dévoile à l’inspecteur Kasama des détails qui semblaient aussi intime. Il y avait même pas encore 5 minutes Saalfield semblait détester l’inspecteur Kasama, lui-même avait pu sentir un certains mépris de la part de Saalfield envers l’inspecteur Kasama. Il était clair qu'elle n'était pas devenu sa meilleure amie en l'espace de cinq minutes, pourtant, il se livrait à l’inspecteur, lui faisant part de ses sentiments. La suite l’étonna d’autant plus. Quant à Torajiro, il grogna dans son coin, ce n’était pas la première fois qu’il assistait à l’un de ses interrogatoires.

« Pour ce qui est de Tetsuya, il ne m’a jamais aimé. J’étais comme une sorte de rival pour lui. J’arrivai sur son territoire et il faisait tout pour me le faire comprendre… Je ne me considérais pas comme un membre de la famille. Je me voyais plutôt comme un profiteur qui n’avait rien à faire là. Au bout de deux ans, j’ai fugué et j’ai fait ma vie. »

Le bleu ne put s’empêcher d’avoir un élan de sympathie pour Saalfield. Il ferma les yeux et secoua la tête. Non, il ne fallait pas. Il devait comme les inspecteurs Abe et Kasama rester froid pour être impartial, ses sentiments ne devaient pas influencer son jugement. Il était sur le point de poser à nouveau une question à l’inspecteur Abe quand la porte de la salle d’observation s’ouvrit à la volée.

-Usagi-chan !

Une jeune-fille plutôt mignonne entra dans la pièce avec une pile de dossiers entre ses bras. Le bleu se précipita pour l’aider en la déchargeant de ses dossiers. Kaoru Matsumoto. Le coup de foudre du bleu depuis le collège. Une fois déchargé de son fardeau, elle prit conscience de la présence de l’inspecteur Abe. Sachant l’inspecteur Yasunari parti et l’inspecteur Kasama dans la salle d’interrogatoire, Kaoru avait cru le bleu seul en l’appelant par son surnom. Elle reprit son sérieux et salua l’inspecteur Abe. Elle prit les deux premiers dossiers de la pile que portait à présent Usagi-chan et se racla un peu la gorge.

-Inspecteur Yuki Uesugi, voici les premiers résultats préliminaires de la police scientifique concernant l’affaire Nakajima, ainsi qu’un nouveau dossier pour l’inspecteur Kasama. Si vous pouviez lui remettre le plus tôt possible s'il vous plait.

Le rouge aux joues il fit un mouvement précipité de la tête pour accéder à la demande de la jeune-femme.

-Oui, euh merci Kaoru-sempai euh je veux dire Matsumoto-san.

Elle posa les deux dossiers sur une chaise et reprit les autres des bras d’Uesugi dit Usagi-chan, et lui fit un clin d’œil suivit d’un sourire d’excuse. Sous l’insistance d’Uesugi elle avait promis de ne plus l’appeler Usagi-chan en publique, surtout dans l’enceinte du commissariat. Mais les habitudes prisent durant des années étaient tenaces. Uesugi regarda Kaoru quittait la pièce avec un pincement au cœur. Il avait été plus qu’heureux de la revoir en travaillant dans le même commissariat qu’elle. Mais finalement leur relation n’avait pas évolué, il était toujours le petit Usagi-chan, le petit frère de son ex.

Il rejoignit l’inspecteur Abe et se planta devant la vitre qui leur permettait d’observer l’interrogatoire.

-Usagi-chan ?dit-il d’une voix rauque en s’empêchant d’éclater d’un rire goguenard.

-J’apprécierai que vous gardiez cela pour vous.

Malgré le fait qu’il était rouge pivoine il releva le menton pour raffermir ses dires et retrouver une certaine virilité. Torajiro donna une tape amicale dans le dos d’Uesugi. Une tape amicale qui le fit légèrement décoller du sol ainsi que perdre toute sensation à l’endroit de l’impact.



******************************************



Saalfield ne répondit pas tout de suite à ses questions. Il but d’abord une gorgée d’eau. Il se décida ensuite à répondre. Elle l’écouta, analysant ses moindres gestes, les mots choisis pour répondre à sa question. Le ton avait changé. Tout comme l’attitude de Saalfield. Elle prenait mentalement note de tous ces détails affinant ses possibles conclusions sur l’affaire.

Il la regarda droit dans les yeux, se tenant droit, voulant paraitre sûrement fort et sûr de lui. Belle tentative. Mais raté. Son corps le trahissait de lui-même. Il était clair que ses relations avec la famille Nakajima n’étaient pas des plus évidentes. Il confirma le fait qu’il ne se considérait ni comme un membre de la famille Nakajima, et encore moins les Nakajima comme sa famille. La rancune qu’elle avait senti était apparente lorsqu’il fit part de ses regrets envers son père.

Il était franc. Il n’avait pas besoin de détailler ses réponses pour que Lena en comprenne l’étendue. Cette histoire était bizarre et Saalfield l’était d’autant plus aux yeux de Lena. Cet homme n’était pas clair. Et ce n’était pas uniquement dû au fait qu’il avait eu une relation plus ou moins longue avec un type comme Sugiura. Non il y avait quelque chose en plus.

Elle n’y avait pas fait attention lors de leur première rencontre tout simplement à cause de Sugiura et du fait que Saalfield se contentait de se taire pour écouter la voix mélodieuse de son maître. Le profil qu’elle en dressait ne faisait que confirmer ce qu’elle pressentait. Elle poursuivit avec cette indéfectible expression impassible et ce ton sobre, la lumière artificielle voilant ses yeux d’un bleu nuit.

-Pourriez-vous décrire plus précisément Tetsuya Nakajima ?


Il était toujours intéressant d’avoir le portrait de quelqu’un vu à travers les yeux d’une autre personne. Un portrait qui en disait autant sur la personne décrite que sur la personne qui exécutait le portrait. Elle écouta Saalfield sans l’interrompre.

Dans le même temps elle méditait sur l'affaire, regroupant les différents éléments qu'elle en avait, ainsi que tout ce qu'elle avait sur Saalfield. Sans creuser plus, sa culpabilité était évidente. Il n'avait rien pour se défendre, pire il s'enfonçait de lui même. Elle se remémora également leur première rencontre et l'attitude du jeune-homme. Non, le puzzle n'était pas le bon. Elle pensa à l'inspecteur Yasunari, elle aurait bien deux mots à lui dire.



[hrp EDIT: je sais pas faire un copier/coller -_-"]

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Dim 19 Avr - 12:47

Abel aurait bien voulu ne pas se livrer autant, surtout à Lena, mais il n’avait pas eu le choix. Autant dire la vérité. Un mensonge ne ferait que lui attirer encore plus d’ennuis. Il en avait déjà suffisamment, sans avoir rien fait d’ailleurs. A part peut-être cet outrage à agent, mais l’Inspecteur Yasunari l’avait poussé à commettre cette bêtise. Quant à l’Inspecteur Barbie, elle jouait plus dans la subtilité. Le grand blond comprenait sa tactique. Elle n’était pas si bête qu’elle n’y paraissait. C’était d’ailleurs ce qui la rendait dangereuse. Abel aurait en fait préféré continuer l’interrogatoire avec l’autre inspecteur. Au moins ce dernier jouait franc jeu et n’était pas fourbe. Avec Lena, il avait un peu de mal à comprendre où elle voulait en venir et pourquoi elle posait certaines questions qui paraissaient inintéressantes dans l’enquête.

-Pourriez-vous décrire plus précisément Tetsuya Nakajima ?

Question piège. Là, ce n’était pas difficile à comprendre qu’elle voulait avoir le point de vue d’Abel pour voir clairement ce qu’il pensait de son demi-frère, pour ensuite utiliser cette description contre lui. Le jeune tueur mit de nouveau un temps un répondre, réfléchissant à la réponse qu’il pouvait donner. Premièrement, il allait devoir rester poli. Deuxièmement, il devrait dire la vérité, tout en choisissant les bons mots. Malheureusement pour lui, il était vraiment nul à l’oral. Les relations avec les autres n’avaient jamais été son fort. Il préférait agir avec les gestes plutôt que par la parole. Il se sentait plus confiant ainsi. Là, il avait vraiment peur de s’enfoncer encore plus, surtout que ses erreurs pouvaient lui être fatales.

« Je ne sais pas si à l’époque où j’étais chez les Nakajima il savait que j’étais son demi-frère et non un simple gamin adopté par son père… Je n’ai pas vraiment d’idées pour le décrire. Tout ce que je sais c’est que j’ai une vision très négative de lui. Il a toujours été le fils de la famille et me le faisait bien comprendre. Et puis j’ai arrêté mes études très tôt alors que lui les a continuées, ça n’a pas arrangé les choses. Je passais vraiment pour un voyou et lui un fils modèle. A mes yeux, il n’était qu’un enfant gâté. Ses parents cédaient aux moindres de ses caprices. »

Abel haussa légèrement les épaules, ne sachant pas quoi dire d’autre. Il pensait avoir fait le tour de la question, tout en restant vague. Il avait noyé le poisson pour éviter d’être grossier mais aussi parce qu’il ne savait pas vraiment comment décrire Tetsuya. Il n’avait jamais vraiment cherché à le connaître à vrai dire. Il ne se souvenait de lui que de son caractère méprisable. Cet imbécile s’était toujours senti supérieur, de part son argent, son nom, ses études, les nombreux cadeaux que lui offraient ses parents… Un beau jour, Abel en avait vraiment eu marre de se faire traiter comme un chien et avait fugué. On n’avait pas cherché à le retrouver bizarrement mais cela l’avait arrangé. Il s’était débrouillé dans la rue et avait réussi à construire sa vie seul, avec plus ou moins de difficultés. Mais c’était du passé. Abel préférait ne pas repenser aux longs mois dans la rue… Il but de nouveau un peu d’eau, avant de se rendre compte de ce qu’il faisait. Un léger sourire apparut sur ses lèvres tandis qu’il revissait le bouchon de la bouteille et qu’il regardait Lena dans les yeux.

« Dîtes-moi, est-ce vous faîtes comme dans les films : vous donnez à boire au suspect et l’empêchez d’aller aux toilettes pour le faire avouer plus vite ? »

Sa plaisanterie était sûrement de très mauvais goût pour un policier mais peu importe. Cela lui permettait de changer un peu de sujet, de détendre l’atmosphère et de se calmer un peu. Même s’il évitait de le montrer, il ne se sentait pas très bien. Se retrouver dans un commissariat en tant que suspect voire coupable le déstabilisait, et le fait de ne pas voir la lumière du jour le mettait mal à l’aise. Il détestait les pièces closes comme celle dans laquelle il se trouvait. Voilà pourquoi dans son loft, même si la vue sur les poubelles du quartier ou les immeubles décrépis n’était pas superbe, il aimait avoir des fenêtres. Cela lui permettait d’avoir un certain contact avec l’extérieur, ce qui soulageait sa légère claustrophobie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 27
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Sam 25 Avr - 14:05

Usagi-chan plissa légèrement les yeux, tout en guettant la prochaine question de l’inspecteur Kasama. Avec l’interruption de Kaoru sempai, il n’avait pas eu l’occasion de poser sa question à l’inspecteur Abe.

-Est-ce qu’il vient pas de se donner un mobile de lui-même ? Je veux dire, il est clair qu’il en veut à la famille Nakajima ou en tout cas qu’il n’a jamais semblé être en bon terme avec eux.

L’inspecteur Abe grogna.

-Il s’est jeté tête baissée dans les bras de Yasunari et Kasama.

-Alors, c’est bon ? C’est fini, c’est lui le coupable. C’est comme s'il venait de tout avouer lui-même, non ?

-C’est pas aussi simple. La stupidité n’est pas un motif suffisant pour aller en prison… Enfin dans certains cas.

Uesugi eut une petite moue face aux réponses de l’inspecteur. Est-ce que les trois inspecteurs pensaient Saalfield coupable ou non ? Au début, il en était persuadé, mais maintenant… Il se souvint des dossiers que lui avait confiés Kaoru et les récupéra sur la chaise. Peut-être qu’il y avait quelque chose de la part de la police scientifique qui pourrait l’éclairer. L’inspecteur Abe se pencha pour regarder les résultats préliminaires et laissa échapper un léger grognement.

-Est-ce que ça l’aide ?

-Pas vraiment, il faudra attendre les résultats définitifs. Et même là…rien ne sera gagné.


-Pourquoi ?

-Même si l’arme ne correspond pas, ça ne prouve pas son innocence. Rien ne l’empêcher de jeter l’arme du crime et garder celle qu’on a trouvée.

-…

Uesugi voulut sortir pour donner les dossiers à l’inspecteur Kasama, mais Torajiro le retint fermement par l’épaule.

-Attend un peu. Ca sert à rien que t’ailles déranger l’interrogatoire pour ça.

Uesugi obéit et resta un moment songeur. L’inspecteur Kasama venait de demander ce que Saalfield pouvait bien penser de son demi-frère. Il ne répondit pas tout de suite.

« Je ne sais pas si à l’époque où j’étais chez les Nakajima il savait que j’étais son demi-frère et non un simple gamin adopté par son père… Je n’ai pas vraiment d’idées pour le décrire. Tout ce que je sais c’est que j’ai une vision très négative de lui. Il a toujours été le fils de la famille et me le faisait bien comprendre. Et puis j’ai arrêté mes études très tôt alors que lui les a continuées, ça n’a pas arrangé les choses. Je passais vraiment pour un voyou et lui un fils modèle. A mes yeux, il n’était qu’un enfant gâté. Ses parents cédaient aux moindres de ses caprices. »

Usagi-chan pencha la tête de côté. Qu’est-ce que pouvait bien penser l’inspecteur Kasama de Saalfield et de toute cette affaire ? Tout était un peu confus dans sa tête. Il avait tendance à accorder sa sympathie à Saalfield, même s’il savait que ce n’était pas la meilleure chose à faire.

Uesugi espérait secrètement avoir l’occasion de suivre les inspecteurs Abe, Kasama et même l’inspecteur Yasunari. Il avait plus appris durant cet interrogatoire que depuis son arrivée où tous les autres inspecteurs l’envoyaient chercher le café ou faire des courses dans le quartier pour eux, et ce tout en lui criant dessus sans raison particulière. Ils profitaient non seulement du fait qu’il était nouveau, mais également du caractère plutôt docile d’Usagi-chan. Tout ce qu’il avait appris depuis son arrivée c’était faire le café. Dès qu’il avait l’occasion d’apprendre quelque chose d’autre, on l’écartait. Là au moins, même si l’inspecteur Abe grognait à tout bout de champ, et qu’il avait peur que l’une de ses pattes d’ours lui arrache la tête d’un coup, on le laissait assister à l’interrogatoire et prenait la peine de répondre à ses questions. C’était un bleu, mais on lui accordait un minimum de considération autre que celle de servant. Oui c’était bien plus gratifiant que de faire le coursier.

Il regarda le second dossier. La nouvelle affaire de l’inspecteur Kasama. Certainement quelque chose d’épineux que l’inspecteur résoudra à la manière de Sherlock Homes. Usagi-chan resta figé devant le dossier. L’inspecteur Abe grogna, encore. Uesugi se tourna vers lui et lui tendit le dossier. Torajiro resta muet un court instant puis ne se priva pas de jurer comme un chartier.


************************************************


Encore une fois, Saalfield prit le temps pour répondre à la question, il cherchait visiblement ses mots. Sa réponse n’étonna en rien Lena. Une tentative pour se rattraper. Jolie. Mais trop tard. Il but encore de l’eau, puis la regarda droit dans les yeux avec un petit sourire.

« Dîtes-moi, est-ce vous faîtes comme dans les films : vous donnez à boire au suspect et l’empêchez d’aller aux toilettes pour le faire avouer plus vite ? »

Une blague ? Certaines personnes, lorsqu’elles se trouvaient dans un environnement étranger et s’y sentaient mal à l’aise, utilisaient l’humour pour dissiper ce sentiment. Manifestement Saalfield faisait partie de ces personnes. Depuis son arrestation, Lena avait eu tout le loisir de l’observer. Elle en avait suffisamment sur Saalfield de par son comportement et ses réponses. Elle décida de jouer le jeu de Saalfield et lui rendit un sourire légèrement amusé. Certes il n’avait pas présenté un trait d’humour des plus spirituels, mais ce n’était pas pour autant que Lena le prit mal, au contraire. Elle n’y percevait pas une malveillance particulière. Saalfield n'aimait visiblement pas parler de lui-même et le sujet abordé était sensible.

-Non, malheureusement nos méthodes ne sont pas aussi évoluées. Toutefois si vous souhaitez aller aux toilettes, il suffit de le demander.

Lena ferma le dossier qu’elle avait ouvert plus tôt. Elle était sur le point d'officiellement clore l'interrogatoire lorsqu'Uesugi frappa à la porte et entra. Il tendit les deux dossiers à Lena et lui chuchota quelques paroles à l’oreille. Le sourire qu’elle avait pu offrir à Saalfield s’effaça et laissa place à un visage froid imperméable à toute émotion. Ses yeux s’assombrirent et prirent une expression indéchiffrable. Elle se leva calmement et prit les deux dossiers que lui tendait Uesugi. Lui-même semblait bouleversé. Lena reporta son attention sur Saalfield et lui sourit de façon aimable.

-Bien, nous avons fini. Uesugi-san va vous raccompagner à votre cellule après vous avoir amené aux toilettes.

Elle salua Saalfield et sortit. Uesugi se précipita à sa suite. L’inspecteur Abe attendait dans le couloir.

-Attendez, inspecteur Kasama !

-Qu’y a-t-il ? M. Saalfield ne va pas retourner tout seul dans sa cellule.

-Laissez moi vous accompagner, s’il vous plaît !


-Non.

La réponse avait été aussi simple qu’implacable. Uesugi s’inclina le rouge aux joues.

-S’il vous plait je suis sûr que je pourrais me rendre utile !

L’œil critique de l’inspecteur détailla Uesugi. Elle regarda l’heure et finit par soupirer. Ils avaient suffisamment de temps pour aller à l’hôpital et faire par la suite ce qu’elle et Torajiro avaient initialement prévu de faire.

-Raccompagnez M. Saalfield à sa cellule puis dépêchez-vous, on ne vous attendra pas éternellement avant de partir.

Uesugi s’exécuta aussitôt et retourna dans la salle d’interrogatoire avec un second policier en uniforme. Uesugi salua Saalfield et le raccompagna comme l’inspecteur Kasama l’avait demandé, n’en revenant toujours pas de ce qu’il avait osé faire et encore plus que les inspecteurs aient accepté qu’il vienne. Il arrêta rapidement de se réjouir en pensant au dossier et fut prit d’un sentiment de honte face à cette satisfaction qu’il trouva plus que déplacé.

Ils firent un détour par les toilettes du commissariat, celles utilisé par les policiers, donc celles qui étaient en permanence bien entretenue. Uesugi trouva l’attention de l’inspecteur Kasama plus que louable et charitable. Toutes les cellules comme celles de M. Saalfield étaient dotées de toilettes, propre de surcroit, vu qu’elles avaient dû être de nouveau nettoyé durant l’absence de Saalfield. Seulement niveau intimité ce n’était pas réjouissant. De plus l’inspecteur avait fait en sorte qu’il soit seul dans sa cellule. Ce qui mine de rien équivalait à un 3 voir 4 étoiles comparés à d’autres cellules et certains autres commissariats. Il déposa Saalfield à sa cellule qu’il salua une dernière fois, vérifia que tout était en ordre puis signa son retour derrière les barreaux.



********************


Lena partit à l'opposé du chemin que devait emprunter le bleu et Saalfield. Une fois qu'ils eurent tourné au bout du couloir, elle revint sur ses pas et retourna dans la salle d'interrogatoire avec Torajiro sur ses talons qui referma la porte à sa suite. Elle mit une paire de gants en latex et récupéra la bouteille d'eau de Saalfield et la sienne qu'elle mit chacune dans un sachet en plastique transparent différent. Elle sortit un feutre et annota rapidement quelques mots sur chacun des sachets.

-J'me disais aussi...

Un sourire en coin apparut sur le visage de Lena.

-Tu pensais tout de même pas que j'allais laisser filer comme ça un type aussi bizarre que Saalfield ?

L'inspecteur Abe laissa échapper un grognement. C'était pas par bonté d'âme qu'elle avait offerte de l'eau à Saalfield. Mais uniquement pour récupérer son A.D.N et occasionnellement ses empreintes qu'elle possédait déjà par l'intermédiaire de la police durant l'arrestation de Saalfield. Même l'inspecteur Abe n'y avait vu que du feu. Comme celui qui avait enregistré l'interrogatoire et qui était déjà sortit de la salle d'observation à la suite de Saalfield. De toute façon, il n'aurait pas pu emporter la bouteille avec lui, ce n'était pas autorisé. Lui-même ne devait pas se douter de ce que Kasama venait de faire. Autrement il n'y avait que les deux inspecteurs au courant de la manoeuvre et aucune vidéo ou enregistrement à leur encontre.

-Pourquoi tu prends les deux bouteilles ?

-Au cas où les bouteilles auraient été interverties, il ne sera pas difficile de discerner la mienne de celle de Saalfield.

Ils quittèrent ensuite les lieux et furent rejoints au parking par un Uesugi à bout de souffle pour avoir traversé tout le commissariat au pas de course.


[Edit : mais pourquoi y a toujours des phrases qui manquent dans mes copie/colle o_o?!]

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   Ven 1 Mai - 16:51

L’interrogatoire semblait terminé. Abel ne savait pas si ce qu’il avait dit allait être en sa faveur ou pas. Il avait un mauvais pressentiment. Dans quel pétrin était-il encore tombé ? Il allait finir par croire qu’une force divine existait vraiment et qu’elle le punissait pour tous les crimes qu’il avait commis. Elle le privait de l’homme qu’il aimait, de sa liberté… Abel ne savait pas s’il pouvait vivre pire. Il préférait encore mourir. Il espérait ne jamais aller en prison et que les policiers trouveraient un moyen de l’innocenter. Mais, à les voir, ils avaient l’air de le croire déjà coupable, juste à cause de ses origines qu’ils pensaient douteuses et du témoignage d'un fils de riche.

-Bien, nous avons fini. Uesugi-san va vous raccompagner à votre cellule après vous avoir amené aux toilettes.

Abel acquiesça et inclina légèrement la tête pour saluer l’Inspecteur. La voir partir était un véritable soulagement. Le grand blond ne l’appréciait vraiment pas. Elle avait l’air inoffensif mais il se doutait que ce n’était qu’une image qu’elle se donnait. Au fond, il l’imaginait bien en fine stratège. Durant ses silences, la poupée Barbie devait faire chauffer ses méninges et étudier chaque réponse, chaque geste du détenu. Abel détestait cette impression d’être un objet d’étude. Mais ce qu’il détestait le plus, c’était de rester seul dans une pièce sans fenêtre et qu’on fasse comme s’il n’était pas là.

Heureusement, Uesugi revint accompagné d’un autre policier. Ils détachèrent les menottes de la table pour qu’Abel puisse se lever. Ils sortirent de la salle d’interrogatoire et le jeune tueur put revoir la lumière du jour en traversant les couloirs du commissariat dans lesquels il y avait des fenêtres. Avant de retourner à la cellule, ils firent une halte aux toilettes du commissariat, ceux qu’utilisaient les policiers et non les détenus. Un brin surpris, Abel fut touché par cette attention, même si cela devait venir de Lena. Il entra donc dans les toilettes et, une fois fini, il se lava les mains, même si avec les menottes, ce n’était pas très évident. Mais c’était tout de même mieux que d’aller dans les toilettes dans les cellules. Au moins ici, on avait une certaine intimité.

Abel sortit des toilettes et retourna en cellule sans faire d’histoire. On lui retira les menottes puis on le fit entrer dans sa « belle » résidence à barreaux. Uesugi partit ensuite rapidement. Il avait sûrement quelque chose d’important à faire, pas comme Abel qui allait mourir d’ennui. Il aimait flemmarder mais là, cela en devenait énervant. Il avait envie de faire quelque chose. Courir pour se changer les idées était impossible dans sa petite cellule. Il demanda donc au policier qui le surveillait s’il pouvait au moins avoir le journal du jour pour avoir un peu de lecture. L’homme accepta et lui passa la lecture. Par contre, Abel n’eut pas le droit à un crayon pour faire les mots croisés ou les sudoku du journal. Tant pis, la lecture suffirait.


~*~*~*~*~*~*~*~*~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrestation (suite) PV Abel Saalfield TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Arrestation du chef de gang William Baptiste alias "Ti
» Décès « suite à un malaise » du numéro deux de la police dans le Nord-Ouest.
» Arrestation de dominicains pour " Contrebande" d'Haïtiens.
» L'AGENDA CACHE DE PREVAL !KOK DEMANDE L'ARRESTATION DES ASSASSINS COMPLICES !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le centre ville :: Le Commissariat-
Sauter vers: