Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   Sam 4 Avr - 22:15



Comme convenu, Tatsuki passa chercher Abel le lendemain de leur entrevue. Inutile de se demander comment le yakuza avait vécu le tout...assez difficilement. Mais, il fallait voir le côté positif des choses : ils s'étaient revus, ils avaient parlé calmement, et enfin, une éventuelle réconciliation n'était pas à écarter. Mais il fallait s'armer de patience pour cette dernière chose.
Tatsuki avait ensuite passer sa soirée au casino à jouer aux cartes.
Il passa prendre Abel à son loft vers 14 h. Il avait convenu d'un rendez-vous à 14h30 avec les avocats. Leur cabinet réputé était situé dans le quartier d'affaire Est de Yuukoku , un quartier très huppé et très bien fréquenté. Beaucoup de cabinets prestigieux, de libéraux, de privés et d'entreprises s'étaient implantés.
Les quartiers d'affaire à l'Ouest, regroupaient les grands grattes ciel dont la société Sugiura.
Abel attendait Tatsuki en bas de chez lui. Celui-i très ponctuel arriva pile à l'heure. Toujours aussi élégant, il accueillit Abel avec un grand sourire. D'ailleurs, celui-ci s'était aussi mis sur son trente et un pour cet entretien.


"Hey beau blond, t'es élégant...c'était pas utile d'en faire autant tu sais, là on sera entre amis...par contre, le jour de l'audience, il faudra mettre le paquet!"

Petit clin d'œil, il démarra la voiture.

"Oh j'espère ne pas être au retard, ce matin j'avais un rdv d'affaire très important. Je suis debout depuis 6 heures d'ailleurs!"

L'Oyabun travaillait toujours autant d'arrache pied. Sur ce point là, on ne pouvait rien lui reprocher, sauf d'être trop professionnel.
Il prit la bretelle d'autoroute et arriva en à peine un quart d'heures aux quartiers Est, tant il avait appuyé sur le champignon.
Ils descendirent de voiture, pour se rendre dans le cabinet d'avocats en question.
Le cabinet était sur quatre étages. Plusieurs avocats s'y côtoyaient.
Lorsque Tatsuki les annoncèrent, on ne le fit bien évidemment pas attendre longtemps.Son nom était bien trop connu.


"Maitre Suzuki et Maître Suou vous attendent messieurs"


Les deux hommes entrèrent dans le grand bureau. Les deux avocats assis derrière une immense table en marbre se levèrent pour les saluer. Ils furent extrêmement surpris de voir Tatsuki. Ils pensaient que seul le jeune blond viendrait.


Maître Suou : "Bonjour messieurs...monsieur Sugiura, bonjour, bonjour"


A moitié surpris, honoré et effrayé, il le salua maintes fois en s'inclinant. Mine de rien, c'était flatteur d'avoir une "personnalité" dans son cabinet.


Maître Suzuki : "Bonjour. Installez-vous, je vous en prie. Mettez-vous à l'aise"

Tatsuki et Abel prirent place sur un canapé. Une secrétaire arriva avec des cafés. Dans un cabinet aussi réputé, on ne lésinait pas sur les moyens pour chouchouter sa clientèle.

Maître Suzuki : "Alors monsieur Saalfield, parlons de votre affaire."

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici


Dernière édition par Tatsuki Sugiura le Lun 6 Avr - 17:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   Dim 5 Avr - 13:10

Le jour de l’entretien avec les avocats était arrivé. Abel avait passé sa matinée à nettoyer les derniers recoins qu’il n’avait pas eu le temps de faire la veille puis était allé prendre une douche. Il voulait être propre et présentable pour se rendre chez les avocats, dans le quartier des affaires le plus huppé de la ville. Mais, lorsqu’il se rendit compte qu’il avait oublié de mettre à laver son costume, il se mit en tête d’en acheter un autre. Après tout, le sien commençait à se faire vieux. Il fallait bien qu’il en ait un autre. Avant midi donc, le tueur alla faire les magasins. Il n’alla pas dans ceux de hautes coutures ou de marques italiennes, l’argent qu’il touchait pour le chômage ne le lui permettant pas. Il en prit donc un simple, à prix raisonnable, mais qui était tout de même bien taillé. Et, de retour chez lui, il mangea en vitesse avant d’aller attendre Tatsuki dans la rue. Celui-ci arriva pile à l’heure, comme à son habitude. Abel monta dans sa voiture et le salua avec le même sourire que lui adressa le yakuza.

"Hey beau blond, t'es élégant...c'était pas utile d'en faire autant tu sais, là on sera entre amis...par contre, le jour de l'audience, il faudra mettre le paquet!"

« Entre amis c’est vite dit. Je ne les connais pas, moi… Sinon, pour l’audience, ne t’inquiète pas, je saurai faire bonne impression. »

"Oh j'espère ne pas être au retard, ce matin j'avais un rdv d'affaire très important. Je suis debout depuis 6 heures d'ailleurs!"

« Tu travailles toujours autant à ce que je vois… »


C’était une constatation mais aussi un léger reproche. A force de trop travailler, Tatsuki en oubliait sa santé. Et, depuis qu’ils n’étaient plus amants, l’Oyabun n’avait plus personne pour le rappeler à l’ordre et l’obliger à manger convenablement. Enfin, c’était sa santé. Il faisait ce qu’il en voulait… Roulant à pleine allure, les deux hommes ne mirent pas longtemps à arriver à destination. De ce côté-là non plus Tatsuki n’avait pas changé. Il roulait toujours aussi vite. Du moment qu’il n’avait pas d’accidents, le grand blond n’y faisait pas attention. Mais ce n’était pas parce qu’ils n’étaient plus ensemble que le tueur n’allait plus s’inquiéter pour son ex. Le revoir allongé sur un lit d’hôpital lui ferait mal. Tatsuki lui avait déjà fait le coup une fois, cela suffisait.

Arrivé dans le cabinet d’avocats, on ne les fit pas attendre longtemps. Dès que Tatsuki les eut annoncés, ils purent entrer dans le bureau de Maître Suzuki et Maître Suou. D’ailleurs, ce dernier fit un peu le lèche-botte en voyant l’Oyabun. Il n’arrêta pas de lui faire des courbettes, à croire que le yakuza était un dieu. Abel avait toujours eu du mal à se faire à ce genre d’accueil qui, pourtant, était tout à fait normal. Tatsuki était quelqu’un de très connu et respecté. Pourtant, malgré cela, il n’y avait jamais eu de différence entre lui et le grand blond. Ils avaient toujours été à égalité dans leur couple, Tatsuki ne se montrant jamais supérieur à lui. Il avait bien sûr eu des caprices d’enfant gâté mais ce n’était pas grand-chose.

Invités à s’installer, les deux anciens fiancés s’assirent sur un canapé en cuir. Tout dans le bureau respirait le luxe. De la table de marbre, au plancher, en passant par la décoration. Une secrétaire arriva bientôt avec des tasses de café. Abel ne s’attendait pas vraiment à tout cela. Etait-ce parce que le cabinet était prestigieux ou bien seulement parce que Tatsuki était là ? En tout cas, cela changeait beaucoup des entrevues que le jeune assassin avait eu avec l’avocat commis d’office. Celui-ci n’était qu’un incapable, même pas fichu de prouver que Tetsuya n’était qu’un menteur et que cette affaire avait été montée de toute pièce. Au moins, avec les Maîtres Suou et Suzuki, Abel n’avait pas de souci à se faire. S’ils travaillaient pour Tatsuki, cela signifiait qu’ils étaient très bons dans leur domaine.


Maître Suzuki : "Alors monsieur Saalfield, parlons de votre affaire."

« Vous avez dû voir dans le dossier qu’il n’y a qu’un témoignage contre moi. Pourtant, ça a l’air de suffire aux policiers en charge de cette enquête. L’inspecteur s’en occupant ne me juge que sur mon statut et mon passé, non sur cette histoire de tentative de meurtre. Ses paroles ont l’air de suffire au juge et l’avocat commis d’office ne parvient à rien. »

S’il pouvait faire couler l’Inspecteur Yasunari et son demi-frère par la même occasion, il ne demanderait pas mieux. Le policier n’avait pas été professionnel. Il l’avait pris à partie, ne supportant apparemment pas ceux étant nés dans la rue, comme si ceux-ci n’étaient que des voyous. Il n’y avait que les gens fortunés et de bonne famille qui l’intéressaient, comme Tetsuya. Abel espérait donc que ses avocats trouveraient quelque chose pour enfoncer Yasunari et le discréditer. Ce ne serait que pure vengeance mais l’inspecteur l’aurait mérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   Dim 5 Avr - 17:19


« Vous avez dû voir dans le dossier qu’il n’y a qu’un témoignage contre moi. Pourtant, ça a l’air de suffire aux policiers en charge de cette enquête. L’inspecteur s’en occupant ne me juge que sur mon statut et mon passé, non sur cette histoire de tentative de meurtre. Ses paroles ont l’air de suffire au juge et l’avocat commis d’office ne parvient à rien. »


Abel exposa les faits. C'était une affaire bien banale en fait, sauf que dans un cas il avait un homme plus ou moins important, et dans un autre cas, un homme commun. Malheureusement, la justice se faisait souvent au portefeuille ; on condamnait plus facilement un pauvre qu'un riche.
L'avantage était que le seul qui pouvait témoigner de son agression était la victime qui avait bizarrement beaucoup d'intérêt à se faire agresser par son demi-frère... Les deux avocats prirent des notes. Ils allaient tout recommencer du début, et non s'appuyer sur le travail du premier avocat commis d'office qui avait démontré sa nullité et son manque d'expérience.
Tatsuki poussa un soupir d'agacement tout en buvant son café.


"Tsk...cette affaire a été montée de toute pièce et vous avez intérêt à le prouver! Après, on s'attaquera à ce fils de pute qui raconte des calomnies!"

Comme d'habitude, le yakuza n'y allait pas avec le dos de la cuillère. Il parlait aux avocats comme à de vulgaires employés, mais ils étaient payés grassement pour cela. Les avocats acquiescèrent.

Monsieur Suzuki : "Je ne m'inquiète pas pour cela. Vous savez monsieur Saalfield, c'est la méthode des policiers de vous traiter comme un accusé d'emblée...alors qu'ils sont en vérité dans l'illégalité. Nul n'est coupable tant qu'il n'est pas condamné, c'est ce que l'on appelle "la présomption d'innocence". Ils oublient souvent cet article. Leur but est de vous faire avouer, que vous soyez coupable ou non. De mon point de vue, les preuves ne sont pas accablantes. Pour la condamnation pour port d'arme, c'est autre chose, mais chaque chose en son temps..."

L'avocat semblait donc assez confiant.


Maïtre Suou : "Hmm...je suppose que la notoriété de monsieur Tetsuya a joué en sa faveur et en sa crédibilité, ce qui bien sûr est injuste. Mais à présent, la donne est différente, vous êtes bien représenté. Je suppose que votre demi-frère comptait sur cette faiblesse"


Tetsuya se disait sans doute que son pauvre demi-frère allait être représenté par un avocat bas de gamme et n'aurait aucun appui de poids. La justice étant assez expéditive à Yuukoku, il est clair que cette affaire aurait été bâclée. C'était sans compter qu'il avait pour très proche ami un Oyabun.



Maïtre Suou : "Nous avons regardé d'un peu plus près différentes informations concernant votre personne monsieur Saalfield. Et de votre passé, nous avons pu apprendre que vous étiez reliés par le sang du côté de votre père, et que vous aviez coupé tout lien avec votre famille. Sauf qu'aujourd'hui, il y a un héritage en jeu...Bien évidemment, ce pourrait être un très bon mobile pour vous mais aussi pour votre demi-frère... Nous allons donc essayer d'utiliser cette stratégie. Si nous pouvons prouver que votre demi-frère est avide de pouvoir et sans scrupule, nous pourrons démontrer qu'il a été guidé par l'appât du gain et l'intention de s'enrichir encore plus sur votre dos en montant cette histoire de toute pièce.
Le procureur en charge de ce dossier essaiera d'aller dans le sens de la partie civile bien sûr en proposant la peine maximale, c'est son travail après tout. Bref, vous a-t-on dit si un juge avait déjà été nommé? Excusez-moi, mais le dossier parait mal rédigé. Encore un travail de cochon..."


Ils reprenaient l'affaire en route et un peu en catastrophe, ils n'avaient donc pas eu le temps de prendre des nouvelles au Barreau.


"En gros, il a essayé de profiter de sa petite notoriété hein? Alors, on va profiter de la nôtre aussi! Dis-moi beau blond, vu que j'étais absent quand tout s'était enclenché, de quand date cette soit-disant agression? Avant ou après notre rupture?"

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   Dim 5 Avr - 19:50

"Tsk...cette affaire a été montée de toute pièce et vous avez intérêt à le prouver! Après, on s'attaquera à ce fils de pute qui raconte des calomnies!"

Tatsuki s’emportait un peu et Abel n’aimait pas franchement cela. L’Oyabun avait souvent l’insulte « fils de pute » qui lui revenait à la bouche. Or, dans cette histoire, ce n’était pas Tetsuya qu’il l’était au sens strict du terme. C’était d’ailleurs l’une des choses qui avaient porté préjudice au grand blond. Etre le fils d’une femme facile, aux mœurs dérangeants, n’avait pas arrangé la situation. Mais Abel n’avait pas honte de cela. Il trouvait juste cela triste qu’on lui en tienne rigueur. Sa mère n’avait pas pu faire autrement. C’était ça ou alors elle finissait à la rue à mourir de faim. Elle avait donc bien fait de choisir ce métier, même si par la suite, elle l’avait regretté et payé avec la maladie qu’elle avait attrapé.

Abel but un peu de café tout en écoutant attentivement les deux avocats. Maître Suzuki parla d’abord des méthodes peu règlementaires des policiers, puis Maître Suou continua sur Tetsuya, qui visiblement jouait de sa notoriété pour mettre son demi-frère en prison. L’avocat continua ensuite en résumant la situation, parlant du passé du grand blond puis des motifs qui l’auraient poussé à s’attaquer à son demi-frère. Mais il enchaîna ensuite en expliquant que les rôles pouvaient être inversés, que c’était Tetsuya qui voulait évincer le deuxième héritier pour avoir la richesse toute entière de leur père. C’était plus probable que l’inverse. Abel se fichait de l’argent. Il n’avait pas été éduqué ainsi.


"Bref, vous a-t-on dit si un juge avait déjà été nommé? Excusez-moi, mais le dossier parait mal rédigé. Encore un travail de cochon..."

« Oui, j’ai cru entendre le nom de Nakasu. Mais je ne suis pas sûr. On ne m’a pas communiqué beaucoup d’informations. »

Moins l’accusé en savait sur l’affaire, moins il pouvait se défendre, non ? Abel en avait vraiment bavé au commissariat, tout d’abord en restant enfermé dans une cage, puis en étant traité comme un moins que rien par les inspecteurs, pour terminer par l’impression qu’il était seul au monde, que personne ne pouvait plus rien pour lui. Heureusement, Tatsuki était revenu au Japon et l’avait aidé à sortir de prison, avant de lui proposer l’aide de deux avocats talentueux. Abel lui était extrêmement reconnaissant. L’Oyabun marquait en quelque sorte des points en agissant ainsi. Mais tout n’était pourtant pas gagné.

"En gros, il a essayé de profiter de sa petite notoriété hein? Alors, on va profiter de la notre aussi! Dis moi beau blond, vu que j'étais absent quand tout s'était enclenché, de quand date cette soi-disant agression? Avant ou après notre rupture?"

« Après. Ça s’est passé quelques jours après qu’on se soit revu au restaurant. J’étais seul donc personne ne peut confirmer que j’étais chez moi lors de l’agression. »


Sa solitude ne l’aidait pas. Mais depuis leur rupture, Abel était resté seul et n’avait eu aucune relation, même d’une nuit. Le seul contact qu’il avait eu, c’était Keiji, par téléphone. Le moulin à parole s’inquiétait et c’était un peu normal. Sinon il avait aussi reçu un coup de téléphone de Reira, mais celle-ci avait peur de l’appeler souvent, ne voulant pas le déranger mais aussi ne comprenant pas son frère. Cela faisait donc plusieurs semaines qu’Abel n’avait eu aucune nouvelle d’elle. Mais, maintenant qu’il s’était en quelque sorte réconcilié avec Tatsuki, peut-être pourrait-il aller la voir dans la demeure Sugiura. Il le ferait dès que cette affaire serait terminée.

« Mon arme n’est pas celle qui a tiré sur cet idiot. Pourtant, la police n’a pas l’air de chercher le vrai tireur. Tetsuya n’a pas pu se faire ça lui-même. »

Abel ne savait pas si les avocats savaient si Tatsuki était Oyabun. Sinon, il aurait bien demandé au yakuza de faire jouer ses relations dans le milieu pour savoir si quelqu’un connaissait l’identité de celui ayant vraiment tiré sur Tetsuya. Mais Tatsuki y penserait sûrement. C’était une bonne chose qu’il soit là. Abel se sentait plus détendu en sa présence et il était sûr que son ex amant penserait à certains détails que lui aurait oubliés. L’atmosphère entre eux s’était détendue. Tatsuki allait même jusqu’à l’appeler « beau blond » devant les avocats. Cela ne gênait pas l’intéressé. Cela rendait l’ambiance plus « conviviale » en quelque sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   Dim 5 Avr - 20:45


« Oui, j’ai cru entendre le nom de Nakasu. Mais je ne suis pas sûr. On ne m’a pas communiqué beaucoup d’informations. »


Les avocats prirent note. Le dossier étant en traitement, ils allaient avoir plus d'informations dans les jours à venir. L'enquête était encore en cours, le procès n'aurait donc pas lieu de suite. Ils continuèrent à poser des questions à tour de rôle au jeune blond afin de compléter leurs informations et d'étoffer leur dossier.

"Hmm, je vois"


Tatsuki alluma une cigarette et garda le silence tout en souriant légèrement. Il n'était pas intervenu pour une fois dans leur petite discussion. Il était cependant très attentif à chaque mot qui était dit. Il se faisait lui-même sa propre idée de la situation et sa propre planification.

« Après. Ça s’est passé quelques jours après qu’on se soit revu au restaurant. J’étais seul donc personne ne peut confirmer que j’étais chez moi lors de l’agression... Mon arme n’est pas celle qui a tiré sur cet idiot. Pourtant, la police n’a pas l’air de chercher le vrai tireur. Tetsuya n’a pas pu se faire ça lui-même. »


"C'est sur cela que vont travailler tes avocats. Ils ont leurs propres détectives privés tu sais..."


Tatsuki ne semblait pas parler de son pouvoir d'action, de ses hommes ou de ses contacts. C'était comme s'il voulait passer par la voie légale en laissant ces 2 avocats travailler. Il ne l'avait pas précisé à Abel, mais les deux avocats n'étaient pas ceux de la famille Sugiura. Malgré cela, le jeune Oyabun avait déjà eu recours à eux pour des contrats sans importance et connaissait leurs capacités.

"Monsieur Sugiura a raison. Jusqu'à maintenant, c'était la phase de recueil de votre témoignage. On va maintenant un peu plus enquêter et faire état des preuves qui sont vraiment ridicules...C'est vrai qu'il aurait été plus facile si vous n'aviez pas été seul au moment des faits, mais on a le droit de rester aussi seul chez soi après tout, ce n'est pas un crime!
Avez-vous des questions ou d'autres informations à nous apporter monsieur Saalfield?"

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   Dim 5 Avr - 21:42

"C'est sur cela que vont travailler tes avocats. Ils ont leurs propres détectives privés tu sais..."

Cette réponse répondait à la question que se posait Abel concernant les avocats et ce qu’ils savaient ou non sur Tatsuki. Le tueur acquiesça simplement d’un signe de tête, montrant qu’il comprenait aussi bien l’implicite que l’explicite. Il était en quelque sorte soulagé de savoir que son ex fiancé ne se mouillait pas trop dans l’histoire en lui proposant des avocats qui ne travaillaient pas directement pour son clan. Les autres Oyabun voire Hidekazu n’aimeraient sans doute pas savoir que Tatsuki s’immisçait dans les affaires de son ex amant, qui n’avait rien à avoir avec la mafia.

Le jeune blond but de nouveau un peu café avant de reporter son attention sur les deux avocats. Il écoutait attentivement les paroles et les explications de Maître Suzuki. Ils étaient nettement plus sérieux que l’avocat commis d’office qu’avait eu Abel. Et, malgré la situation, il se permettait une petite touche d’humour en disant que ce n’était pas un crime de rester seul chez soi. Les inspecteurs n’avaient pas l’air du même avis que cet avocat. Mais après tout, la police était toujours à côté de la plaque. Abel avait la preuve de leur incompétence. Il était normal que Yuukoku voit son taux de criminalité augmenter avec des policiers pareil.


"Avez-vous des questions ou d'autres informations à nous apporter monsieur Saalfield?"

« Rien ne me vient en tête pour le moment. Mais si vous avez besoin de quoique ce soit, n’hésitez pas à m’appeler ou à me faire venir. Je répondrai à toutes vos questions. »

Abel se sentait plus confiant à répondre aux questions des avocats qu’à celles des policiers. Les inspecteurs le voyaient déjà coupables alors que les deux Maîtres allaient tout faire pour prouver le contraire. Ils allaient sûrement y parvenir. Après tout, ils perdraient beaucoup s’ils n’y parvenaient pas. Il ne fallait après tout pas décevoir un client comme Tatsuki. Celui-ci serait bien capable de leur faire une mauvaise réputation par la suite en clamant leur incompétence dans une affaire aussi facile. L’Oyabun était d’un réel soutient dans cette histoire. Abel n’aimait pas trop profiter de son influence mais, là, il ne pouvait pas faire autrement.

« Par contre, concernant mon infraction par rapport à l’arme que j’avais chez moi, que me conseillez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   Dim 5 Avr - 22:26


« Rien ne me vient en tête pour le moment. Mais si vous avez besoin de quoique ce soit, n’hésitez pas à m’appeler ou à me faire venir. Je répondrai à toutes vos questions. »


Les avocats acquiescèrent. Ils avaient appris pas mal de choses aujourd'hui et pouvaient mettre en route leurs démarches. Abel sembla bien comprendre que le yakuza ne voulait pas se mouiller officiellement, bien qu'il ne nierait pas son amitié avec Abel et le soutien apporté. Il était Oyabun après tout et ne pouvait foncer au grand jour comme il le faisait d'habitude, mais il voulait également protéger Abel en ne lui portant pas trop préjudice.
Cependant, rien ne disait que le yakuza n'interviendrait pas dans l'ombre...


« Par contre, concernant mon infraction par rapport à l’arme que j’avais chez moi, que me conseillez-vous ? »

Si l'autre affaire était un tissu de mensonges, l'infraction pour port d'arme était bel et bien réelle.
Maître Suou saisit un autre dossier. Méticuleux comme il l'était, il avait réservé deux pochettes différentes pour deux affaires liées mais différentes à la fois.


"Coopérez pleinement M.Saalfield! L'honnêteté et l'admission des faits seront de rigueur ici. On va montrer votre bonne foi et votre envie de coopérer."


Les preuves étaient de toute façon là : une arme et pas de permis. Abel n'avait montré aucune résistance lors de son arrestation et avait été coopératif, un bon point pour lui.


"Vous habitez des quartiers très dangereux, avec les pires chiffres de la criminalité...chiffre inquiétant à cause du manque de sécurité et de l'incompétence de la police après tout...si vous ne vous protégez pas vous-même, qui le fera? Alors, bien sûr il faut respecter la loi, et jusqu'à maintenant vous ne l'avez jamais enfreinte, ce qui montre que vous n'êtes pas dangereux et que vous n'êtes pas de ceux qui se sentent omnipotents avec une arme, et qui se croient au-dessus des lois... "


L'avocat avait une belle ligne de défense dont il dévoilait quelques lignes. Parler de la police et de l'insécurité...une défense solide vu l'explosion de la criminalité et la crainte des habitants des bas quartiers et même des quartiers moyens maintenant. La violence grignotait peu à peu chez les classes moyennes.
Bien évidemment, jamais elle n'arriverait chez les plus riches qui avaient de larges moyens de se protéger, dont certaines milices privées.


"Vous aurez le droit à un beau discours du juge, une belle amende et peut-être du sursis, qui sait, vu le traumatisme des armes au Japon...enfin, cela dépendra des opinions du juge...mais rassurez-vous, le ferme est à proscrire...j'ai déjà défendu ce type d'affaire...
Oh et pendant que j'y pense...ne parlez plus du tout sans l'un de vos avocats à quelconque agent de police. J'aurai dû commencer par là, pardonnez mon incompétence. Je vois de toute façon dans le procès-verbal, que vous ne vous êtes pas incriminé lors de votre audition, même si vous avez parlé sans votre avocat. C'est une bonne chose, vous n'avez pas admis les faits...mais ne le faites plus à l'avenir s'il-vous-plait, et ne parlez uniquement qu'en présence de votre avocat, c'est un droit. "


L'avocat regarda Tatsuki un peu gêné, comme s'il avait gravement fauté. Mais, dans ce milieu, le moindre oubli pouvait coûter. Le yakuza le fixa sans rien dire, ce qui eut le don de le gêner encore plus.
Plus d'une heure s'était écoulé. Ils avaient fait le tour de la discussion. C'était aux avocats d'agir maintenant.
Tatsuki se leva le premier, puis, il serra la main aux deux hommes.


"Bien, on compte sur vous...beau blond, on y va?"


Les deux jeunes gens pouvaient maintenant quitter le cabinet et attendre la suite des événements.

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   Dim 5 Avr - 23:11

"Coopérez pleinement M.Saalfield! L'honnêteté et l'admission des faits seront de rigueur ici. On va montrer votre bonne foi et votre envie de coopérer."

Abel acquiesça. A quoi bon mentir de toute façon ? Toutes les preuves étaient contre lui. Il n’avait aucun permis, portait une arme chez lui et sortait avec dans la rue… Il était pleinement coupable dans cette histoire. Heureusement, Maitre Suzuki dévoila en partie sa technique de défense, parlant des quartiers difficiles où habitait le grand blond, le taux de criminalité y grandissant, l’incompétence de la police là-bas… Bref, ses arguments étaient très solides. De plus, ses paroles étaient rassurantes. Abel ne risquait pas d’aller en prison et aurait juste du sursis au pire et une amende. Il devrait donc se tenir à carreau et faire attention concernant les armes. Il essaierait de voir à obtenir un permis, même si ce n’était pas chose facile au Japon.

Maître Suzuki conseilla ensuite à Abel de ne pas parler aux policiers sans la présence de ses avocats. Le grand blond comprenait très bien et accepta cette condition. Il s’était débrouillé seul jusque là mais la présence de ses deux avocats près de lui n’était pas de trop maintenant. Il se sentirait plus en sécurité et les inspecteurs ne pourraient plus mal se conduire à son encontre. Abel avait eu un léger différent avec l’inspecteur Yasunari au début de l’interrogatoire et cela s’était soldé par un outrage à agent. Mais, les interrogatoires étant sûrement enregistrés, Abel parviendrait à prouver que le policier avait insulté sa mère et lui.

Durant un instant, il y eut un silence. Suzuki semblait gêné par le léger oubli dont il avait fait preuve et fixait Tatsuki, comme si celui-ci allait s’en prendre à lui pour le punir. On aurait dit un petit chien craignant de recevoir un coup de la part de son maître. C’était assez impressionnant, surtout en sachant que l’Oyabun avait presque l’âge d’être le fils de l’avocat. Le yakuza produisait cet effet à beaucoup de personnes. Il avait beaucoup de charisme, de pouvoir, de franc parler… Inutile de dire que cela suffisait à intimider les gens. Abel trouvait seulement légèrement amusant. Même avec le temps, il ne s’était pas débarrassé de cette impression de supériorité se dégageant de son ancien amant.


"Bien, on compte sur vous...beau blond, on y va?"

Abel se leva à son tour et serra aussi la main des deux avocats. Il les remercia puis suivit Tatsuki jusqu’à la porte du bureau. Ils descendirent les étages en silence, des personnes s’inclinant sur le passage de l’Oyabun. Une fois dehors, le tueur prit un bon bol d’air frais et défit légèrement sa cravate avant de s’étirer. Il se sentait beaucoup plus confiant concernant son affaire. Il y avait à peine deux jours, tout avait pourtant eu l’air joué d’avance. Mais Tatsuki était intervenu et, maintenant, tout allait beaucoup mieux. Abel lui devait beaucoup. Léger sourire aux lèvres, il se retourna vers son ex. Maintenant que le rendez-vous avec les avocats étaient terminés, ils pouvaient bien se détendre un peu et parler tranquillement.

« Pour te remercier, ça te dit d’aller boire un verre quelque part… beau brun ? » proposa t-il, le taquinant en répondant au surnom que Tatsuki n’avait pas arrêté de lui donner devant les avocats.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 1981
Age : 24
Sexe : Masculin
Sexualité : Bisexuel

Métier : Oyabun du clan Sugiura
Homme d'affaire
Propriétaire du Casino.
Petit(e) Ami(e) : Abel Saalfield
Date d'inscription : 26/08/2008

MessageSujet: Re: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   Lun 6 Avr - 17:19

Suite aux bars => Petit pot détente

_________________


Composition du clan Sugiura : Ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rendez-vous au cabinet d'avocats (Abel) TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le centre ville :: Le Quartier d'affaire-
Sauter vers: