Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Lun 18 Mai - 21:46

Izumi avait accepté son invitation. La pluie s'était arrêté, et la ville était plus calme que jamais. Cassandre percevait le son faible de quelques gouttes d'eau égarées s'écrasant sur le béton trempé, venant remplir de petites flaques où miroitait le faible halo du réverbère. Un silence apaisant s'était abattu sur Yuukoku. La jeune femme n'avait jamais connu un monde si paisible. Cela lui donnait une nouvelle face, alors qu'en grattant légèrement à la surface, il était facile d'y discerner toute la corruption, la violence, la luxure sous-jacente. Et elle, Princesse d'une nuit, faisait pleinement partie de ce monde. Elle distillait sans états d'âme ses poisons, noyant les clients dans d'innombrables avalanches de neige et de poudres... Sa toile était tissée, rassemblait plusieurs continents, et elle asseyait son pouvoir et sa fortune dessus. Pour se donner bonne conscience, elle faisait de gros dons à des oeuvres de charité, participait à la construction d'école, luttait pour l'égalité et toutes autres conneries du même genre. Pourtant, elle savait qu'au fond, elle n'était pas mieux que les autres...

Néanmoins, ce soir, elle oubliait tout cela. Ses méchantes pensées, qui lui remuaient inlassablement l'esprit la nuit, s'évaporaient dans les effluves de l'alcool. Et quand celui-ci ne se faisait plus assez fort, il restait Izumi, pauvre bougre bien moins loti qu'elle.

Le jeune homme avait passé sa veste de cuir sur les épaules de la jolie blonde, pour ne pas qu'elle attrape froid lors du trajet. Il l'aida à monter sur la moto, puis, tandis qu'elle s'accrochait à sa taille, lui demanda de le guider jusqu'à la résidence. Le trajet fut un peu plus long qu'elle ne l'aurait pensé. Il fallait pour cela sortir du centre de Yuukoku pour rejoindre les quartiers résidentiels, un peu plus éloignés de la ville. Néanmoins, la route était déserte, et ils dévorèrent l'asphalte en un court laps de temps.

Au bout d'une bonne demie-heure, Izumi arriva enfin devant les hautes grilles de la propriété de l'américaine. Le bruit de la moto avait alerté quelques hommes qui étaient sortis en courant de la maison, pour voir quel était l'imbécile qui s'amusait à faire crisser ses pneus sur les gravillons de l'entrée. Cassandre descendit de la moto, et se dirigea vers l'entrée. Très vite, ses hommes de main se courbèrent avec déférence en la reconnaissant, lui ouvrirent les grilles, permettant ainsi à Izumi de rentrer sa moto. La jeune femme lui proposa de la garer dans l'un des garages de la propriété, au lieu de la laisser dehors, soumise au mauvais temps et à la pluie.

Andrews et Léon étaient rentrés beaucoup plus tôt que Cassandre, et c'est avec une grande précipitation qu'ils vinrent à sa rencontre. Les deux hommes étaient à la fois agacés et épuisés. C'était bien la première fois que leur patronne leur faisait un coup pareil, et les deux gardes du corps avaient bien paniqué. Andrews était agité, et ne cessait de parler, reprochant comme un grand frère, l'immaturité spontané de Cassandre. Quant à Léon, égal à lui-même, il se contenta de croiser les bras sur son torse massif, et de désapprouver ce comportement par de petits mouvements de tête allant de droite à gauche. Il ne décrocha pourtant pas un mot, même quand il vit Izumi revenir d'un des garages, après avoir été porté sa moto.

La jeune femme ne s'excusa pourtant pas de son comportement, et se fraya un passage entre les deux hommes, sans prendre la peine de les présenter à son invité. Elle prit la main du beau brun, et l'entraîna à l'intérieur de la vaste bâtisse. Elle lui dit alors avec un joli éclat de rire:

« Cette maison est tellement grande que tu risques de t'y perdre! Alors restes près de moi, honey! »

Sur ce, elle étreignit un peu plus la main du mécano, et le conduisit dans l'aile droite de la propriété, là où se trouvaient ses quartiers. Ils passèrent devant le jardin japonais, puis devant le bureau personnel de la jeune femme, ainsi que devant une enfilade de salons, de salles de réceptions, de chambres, d'appartements et de dortoirs en tout genre... Eh oui, il fallait bien qu'elle loge la plupart de ses hommes... Bref, elle le conduisit jusqu'à sa chambre, la plus grande de la propriété. Cassandre alluma toute les lumières, et tournant sur elle-même en écartant les bras, elle lui dit avec un sourire:

« Tadaaaaam! Voici my bedroom! »


Elle se tut un instant, prise dans d'intenses réflexions, et affirma soudainement: « Et en y pensant bien, tu es le premier mec qui n'est pas de la famille à y mettre les pieds! ».

La jolie blonde attrapa les mains d'Izumi et le conduisit jusqu'au grand lit double, avant de l'y pousser doucement. Allongé sur le dos, elle lui grimpa dessus, passant ses jambes de chaque côté du bassin du jeune homme, et lui dit avec un sourire: « Bien, je vais prendre une douche... Si tu veux en prendre une aussi, n'hésites pas! Ma salle de bain t'est libre. Et puis, je pense que je n'aurais aucun mal à te trouver des vêtements secs... Tu mets du combien? Ou plutôt, quelle taille? »

Cassandre avait retrouvé sa pêche naturelle. L'alcool s'était pleinement dissipé pour l'instant, ou du moins, c'était l'impression qu'elle avait. Elle se laissa tomber, alanguie, aux côtés d'Izumi, et observa le plafond un instant avant de se lever. Elle se tourna de nouveau vers son invité, et, les poings sur les hanches et un sourire ravi aux lèvres, elle lui dit:

« Sinon, en mon absence, tu peux faire ce que tu veux, darling. Tu peux mettre de la musique, allumer la cheminée, commander aux cuisines du champagne ou n'importe quel alcool... Néanmoins, je veux te retrouver ici à mon retour! »

Sur ce, elle sortit de la chambre pour aller prendre une bonne douche chaude...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Mer 20 Mai - 10:53

Izumi se laissa guider par les indications de la jolie blonde. Peu à peu ils s'éloignèrent du centre ville. Le jeune homme regardait les immeubles défiler de part et d'autre de la route, jusqu'au moment où ils commencèrent à se faire de plus en plus rares pour céder la place à des séries de petites maisons et autres luxueuses villas.
Cassandre lui fit alors signe de s'arrêter. Une fois le moteur coupé, le jeune homme avisa l'endroit, scrutant les hautes grilles derrières lesquelles il apercevait la somptueuse demeure de la jeune femme. Il n'eut pas même le temps de se poser de question qu'un attroupement s'était formé de l'autre côté de la grille. Plusieurs hommes, genre armoires à glaces peu sympathiques, étaient rassemblés devant l'entrée et guettaient les mouvements du jeune motard. L'accueil le refroidit quelque peu. Il ne s'était pas vraiment attendu à ça.
Certes, Cassandre avait prétendu être une riche héritière surprotégée par son père, mais à ce niveau là, soit papa était complètement parano, soit l'histoire était plus sombre et complexe qu'elle n'avait bien voulu l'avouer.
Les gorilles s'inclinèrent finalement devant leur princesse, laquelle proposa le plus naturellement du monde à Izumi d'aller entreposer sa moto dans l'un des garages de la résidence. Il s'exécuta sans broncher, escorté par l'un des membres de la garde personnelle de Miss Cassy.
Lorsqu'il revint vers Cassandre, toujours flanqué du type qui l'avait accompagné jusqu'au garage et à qui il lança un regard mauvais, il la trouva en pleine discussion avec deux autres mecs... des visages qui ne lui étaient pas inconnus, puisque, même s'il était ivre et plutôt dans les vapes quand il les avait croisé la première fois, il identifia avec certitude les deux gaillards qui pistaient la jolie blonde un peu plus tôt en boîte de nuit, dont celui qui n'avait pas hésité à déclencher une bagarre.
Dès qu'elle vit Izumi, la jeune femme lui agrippa la main et l'entraîna avec elle.
Avant de passer la porte, il jeta un dernier coup d'oeil aux deux chaperons de sa princesse, ne se sentant pas vraiment en confiance.

« Cette maison est tellement grande que tu risques de t'y perdre! Alors restes près de moi, honey! »

Il suivit son acolyte de la soirée, ne tenant effectivement pas spécialement à se perdre dans ce manoir. Le mécanicien avait été habitué à vivre dans le luxe, mais ce qu'il voyait là dépassait largement ce qu'il avait pu connaître dans son enfance. Des fortunes aussi colossales ça cache forcément quelques trucs pas nets...
Mais après tout, qui était il pour s'en préoccuper ?

Ensuite ce fut un défilé de pièces; bureau, jardin, salons, chambres, puis encore des salons, encore des chambres. C'était sans fin.

« Tadaaaaam! Voici my bedroom! »

S'exclama fièrement la blonde, l'ayant conduit dans une chambre immense.

« Et en y pensant bien, tu es le premier mec qui n'est pas de la famille à y mettre les pieds! ».

Cette dernière phrase interpella le jeune homme. Il doutait fortement que la famille dont parlait sa rencontre de la soirée ne se limite à l'idée que l'on y associait naturellement; il lui vint à l'esprit l'image moins habituelle d'un autre genre de ''famille''...
Il y avait à son avis beaucoup d'éléments, qui isolés ne prouvaient pas grand chose, mais qui mis ensemble confirmaient un peu trop cette hypothèse pour qu'il ne puisse s'agir que de simples coïncidences.
Mais à quoi bon s'en mêler ?
Ce que Cassandre faisait pour gagner sa vie ne le concernait pas, et ne changerait rien pour lui. Il n'accordait pas d'importance à ce genre de choses dans ses relations avec les autres.

Le jeune homme laissa le belle blonde le pousser sur le lit, le maintenir allongé, s'installer à califourchon sur lui, le tout sans protestations.
C'est dans cette position des plus ambiguë qu'elle lui proposa d'aller prendre une douche. Ça n'était pas de refus. Izumi estima qu'en effet, à cet instant précis, tout ce dont il avait besoin se résumait à une bonne douche.

« - Sinon, en mon absence, tu peux faire ce que tu veux, darling. Tu peux mettre de la musique, allumer la cheminée, commander aux cuisines du champagne ou n'importe quel alcool... Néanmoins, je veux te retrouver ici à mon retour ! »

Ce sur quoi la jeune femme quitta la pièce.
A présent en tête à tête avec lui même, le brun fixa le plafond avant de finalement se lever du lit.
Il sortit à son tour de la chambre, ne sachant pas réellement vers où il se dirigeait, se contentant d'errer à travers les longs couloirs du bâtiment. L'atmosphère des lieux le mettait mal à l'aise. L'impression d'être perpétuellement épié par l'un des gardes du corps de Cassandre lui était désagréable. D'ailleurs, il y avait fort à parier qu'il ne s'agissait pas d'un simple fait de son imagination et qu'en ce moment même il y avait bien un ou deux mecs en train de pister ses faits et gestes. Le mécanicien appréciait sa tranquillité, et avait parfois besoin de se trouver complètement seul. Savoir que quoi qu'il fasse il y avait toujours quelqu'un pour le surveiller l'aurait très probablement rendu fou.
Au bout d'une poignée de minutes passées à déambuler à droite à gauche, la petite visite d'Izumi fut interrompue. Le fait qu'on vienne le rappeler à l'ordre ne l'étonna pas plus que cela; ce qui le surprit davantage c'est qu'on ne l'ait pas fait plus tôt...
L'homme était sorti de nulle part, ou du moins le mécanicien ne l'avait pas entendu arriver. Lorsqu'il s'était retourné, Izumi s'était soudain retrouvé face à ce grand type blond; le même qui avait défendu Cassandre lors de l'incident en boîte de nuit. Le garde du corps lui avait tendu une pile de vêtements propres, lui adressant un glacial « - La salle de bain est de l'autre côté. ».
Cette fois le message était clair; une version plus polie de ''arrêtes de fouiner connard, tu gênes''.
Le brun était de toute façon parfaitement conscient du fait que si le garde du corps (celui-là et les autres d'ailleurs) le tolérait et ne s'était permis aucune remarque à son sujet c'était uniquement parce qu'il était l'invité de la patronne. Ça n'était certainement pas l'envie qui lui manquait de mettre Izumi à la porte.
Le mécano attrapa les vêtements que lui tendait l'autre, soutenant un instant son regard. Puis il se détourna, prenant cette fois-ci la direction de la salle de bain.

« - Et maintenant ? Tu vas venir me surveiller jusque sous la douche ? Je t'aurais bien proposé de participer, mais en fait je suis pas d'humeur. »

Lâcha le jeune homme d'un ton nonchalant, sans prendre la peine de se retourner pour faire face au garde du corps. Aussi, il n'avait pas de mal à imaginer la tête que ce dernier devait faire dans son dos.
Finalement, Izumi parvint jusqu'à la salle de bain en un seul morceau.
Il passa ensuite un long moment sous la douche. Combien de temps précisément, ça il serait incapable de le dire. C'était agréable, la sensation de l'eau chaude qui coulait sur son corps.
Il se dit tout de même qu'il n'allait pas rester là toute la nuit. Le jeune homme sortit donc de la douche, attrapa des serviettes qu'il avait à porté de main.
Il s'intéressa ensuite aux vêtements que lui avait remis le garde du corps. Le brun enfila rapidement un pantalon, et s'en retourna attendre Cassandre dans sa chambre. La jolie blonde n'était pas encore revenue. Le jeune homme passa sa main dans ses cheveux encore humides, se demandant ce qu'il pourrait bien faire en attendant. Comme rien de précis ne lui venait à l'idée, il s'allongea sur le lit, occupant ses mains tantôt en effleurant du bout des doigts la longue cicatrice qui barrait son torse, tantôt en jouant avec les piercings de ses tétons.
Une si grande maison, ça n'était pas drôle quand on s'y retrouvait tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Sam 23 Mai - 8:53

La jeune femme abandonna son hôte, le temps d'aller prendre une douche. Elle se rendit à l'une des salles de bain de l'aile droite, où l'attendaient déjà des vêtements propres. Une armée de domestiques officiait discrètement et efficacement dans l'ombre de la maison, prête à tout moment pour satisfaire les moindres caprices de sa jeune patronne. Elle alluma toute les lumières de la salle de bain, et tomba nez-à-nez face à son reflet dans le miroir. L'américaine eut un mouvement de recul. Elle ne s'était jamais vue en aussi piteux état. Ses cheveux blonds étaient imbibés d'eau et complètement décoiffés à cause de la balade en moto; son maquillage avait un peu coulé sous ses yeux et sa peau était plus pâle que d'habitude. Elle avait l'impression d'avoir été jetée toute habillée dans une piscine. Elle frissonna, retira rapidement sa robe mouillée, et grimpa dans la luxueuse douche massante.

En ouvrant le robinet d'eau chaude, un nuage condensé de vapeur s'échappa des jets de la douche. A la fraicheur de la pluie, cédait sur la peau de la belle américaine, la chaleur de l'eau artificielle... L'Oyabun ferma les yeux un instant, savourant la tranquillité des lieux. Rien ne venait perturber le silence de la maison, à part le ruissellement de l'eau, dont les gouttes venaient s'écraser avec entrain contre les parois et dans le bac de douche, avant d'être une fois pour toute avalées voracement par le siphon.
En se lavant, elle passa négligemment la main sur son ventre, avant d'ouvrir les yeux, un peu surprise. Contemplant son nombril, elle palpa la peau claire de son ventre, et parvînt à tirer un peu de chaire. Depuis quand avait-elle grossi? Son ventre d'ordinaire si plat, présentait aujourd'hui un minuscule bourrelet. A moins que cela ne soit qu'une idée causée par l'alcool, la fatigue, ou encore par son imagination... Elle haussa les épaules, se jurant néanmoins, tout en reprenant sa toilette, que dès cette soirée et une bonne nuit de repos, elle reprendrait un peu plus sérieusement le sport...

Au bout d'une vingtaine de minutes, elle sortit enfin de la douche. Cassandre enfila un baignoire duveteux et moelleux, et se dirigea vers le miroir. Cette douche lui avait fait un sacré bien. Elle n'avait plus l'air de ressembler à Courtney Love à la suite d'un rail d'héroïne. La jeune femme se passa une crème de jour sur le visage, puis se brossa les dents -dans l'espoir d'échapper à cette haleine fortement alcoolisée- et pour finir se sécha les cheveux. Une autre bonne vingtaine de minutes s'étaient égrainées. Elle enfila rapidement les vêtements présents dans la salle de bain -c'est-à-dire, une robe noire en coton, à col rond et large, qui englobait le haut des épaules d'ivoires de la belle blonde. Elle ne jugea pas utile de se remaquiller, ou du moins, elle passa un rapide coup de crayon noir sous les yeux.

Elle sortit enfin de la salle de bain après quarante minutes. Néanmoins, en fermant la porte, et en s'apprêtant à retourner dans sa chambre, elle se retrouva nez-à-nez face à Léon, qui l'attendait dans la pénombre du couloir. Cassandre eut bien évidemment un peu peur, se trahissant par le léger sursaut qui anima son corps un instant. Léon restait impassible, les bras croisés sur son large torse, ne disant absolument rien, mais fixant avec sévérité la jeune femme. Elle patienta un court moment, pensant qu'il lui dirait quelque chose, puis finalement, l'ignora et passa devant lui pour rejoindre ses appartements. Alors qu'elle commençait à s'éloigner, le géant lança d'une voix sourde:

« Ton père n'aurait pas apprécié ton comportement, Cassandre... »


La jeune femme sentit un frisson lui parcourir l'échine, puis se raidit et resta fixe au milieu du couloir. Sentant qu'il avait réussi à attirer l'attention de sa patronne, Léon continua:

« Nous avons eu une sacrée frousse, Texas et moi. Et puis, l'ensemble de tes hommes aussi... Puis, la bouche en cœur, tu reviens avec un étranger qui commence à fouiner dès que tu as le dos tourné. Et cette odeur d'alcool que tu portais en revenant. Cassandre, tu t'es bien décrédibilisée devant tes hommes ce soir, et je te conseillerais de... »

Le garde du corps n'eut pas le temps d'achever sa phrase que Cassandre, furieuse, lui hurlait:

« Et quoi? Hein? Putain, Léon, depuis quand tu te prends pour mon vieux? C'est une nouvelle vocation ou quoi? Je te signale que j'ai jamais fait de faux-pas, et que pour une fois, j'ai envie d'être quelqu'un d'autre! OK, je reviens un peu ivre, OK, je ramènes un mec ici, et alors? J'ai pas le droit de me comporter comme une conne pour la seule fois de ma vie? »

Elle s'arrêta un instant, les joues rouges et manquant d'air. L'américaine n'avait pas envie de discuter plus... Surtout pas avec ce rabat-joie. Elle lui envoya néanmoins pour finir:

« Tu sais quoi, Léon, pour ce soir, va te faire foutre... »

Cassandre laissa là son ami, déconfit et déçu, puis s'éloigna dans le couloir, toujours aussi agacée. Les hommes qu'elle croisait dans sa résidence s'inclinaient respectueusement, sans faire de vague, craignant que la colère de leur patronne ne leur retombe dessus. Elle arriva rapidement devant la porte de sa chambre, mais se décida à ne pas entrer tout de suite. La jolie blonde, main sur la porte, soupira doucement, histoire de retrouver son calme afin d'être plus agréable envers Izumi qu'envers son ami Léon.

Elle poussa finalement la porte, et entra. Cassandre y retrouva son hôte, fraichement douché, en train de jouer avec doigts, allongé sur le grand lit. La jeune femme referma avec douceur la porte derrière elle, et avec un charmant sourire, s'approcha du lit. Elle vînt s'asseoir au bord, et se laissa tomber aux côtés d'Izumi. Allongeant le bras, elle atteignit sa table de chevet, et récupéra une télécommande. Nonchalamment, elle appuya sur un bouton, qui alluma sa chaine Hi-Fi à plusieurs platines. Un extrait de classique passa, avant qu'elle ne changea rapidement. L'autre platine se déclencha alors, et l'album de Barth se mit en route. Elle passa quelques chansons, jusqu'à celle de Doggy Fight. C'était un CD qu'elle avait acheté peu de temps auparavant...

Ils ne dirent rien pendant un moment, puis, elle se décida à briser le silence, en demandant à Izumi:

« Je suppose que tu as croisé Léon dans le couloir, nan? Tu sais, le grand blond.... Il t'a dit quelque chose? »

Cassandre préférait connaître les agissements de ses hommes de main, surtout quand l'un d'eux abordait un de ses invités... Puis, elle lui demanda:

"Au fait, tu veux boire quelque chose? Il y a tout ce qui faut ici... Tes désirs sont des ordres ici, honey..."Un sourire taquin s'inscrivit sur les jolis lèvres de Cassandre...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Sam 23 Mai - 23:24

Izumi entendit bientôt des bruits de pas rapides dans le couloir qui semblaient se diriger vers la chambre. Sans doute Miss Cassandre qui venait le retrouver. Puis plus rien, plus un bruit. Pourtant il y avait bien quelqu'un, il en était sûr.
Il dut attendre encore une poignée de secondes avant que la jeune femme pousse la porte et fasse son entrée dans la chambre.
Sans bouger du lit, le brun la regarda refermer doucement la porte et venir s'asseoir à côté de lui. Elle alluma ensuite sa chaîne Hi-Fi. Après quelques recherches, elle arrêta finalement son choix sur une chanson. La musique emplit la pièce. Une musique calme, un peu traînante, plutôt agréable, reposante, et qui donnait envie à Izumi d'allumer une cigarette.
Durant un moment, on n'entendit rien d'autre dans la chambre que cette chanson qui en fin de compte ne collait pas du tout à l'ambiance. Le jeune homme sentait bien que quelque chose n'allait pas. Cassandre paraissait avoir perdu de son enthousiasme et de sa bonne humeur.

« - Je suppose que tu as croisé Léon dans le couloir, nan ? Tu sais, le grand blond.... Il t'a dit quelque chose ? »

En plein dans le mille. C'était donc ça qui la tracassait ?
Le jeune homme, comme à son habitude, n'apporta pas une réponse immédiate aux interrogations de la blonde. Elle dut finir par croire qu'il avait simplement décidé d'éluder la question, puisqu'elle lui proposa à boire, un sourire au coin des lèvres.

« - Au fait, tu veux boire quelque chose? Il y a tout ce qui faut ici... Tes désirs sont des ordres ici, honey... »

Mordillant le piercing de sa lèvre, le mécanicien se risqua à répondre à l'invitation. Il ne voulait pas avoir l'air d'abuser de l'hospitalité de sa princesse, mais il y avait en effet un petit quelque chose dont il aurait eu bien besoin.

« - La boisson me tente pas spécialement. Là, maintenant tout de suite, il me faudrait juste une clope. Pour ça j'suis complètement toxico tu sais. Je compte même plus le nombre de cigarettes que je peux fumer par jour. »

Il poursuivit sur un ton décontracté :

« - Sinon, Princesse, tu devrais pas t'en faire pour le grand blond. J'imagine assez bien ce qu'il a pu penser en me trouvant à déambuler comme un con dans les couloirs. Après tout, il fait son boulot; et à sa place je me serais certainement pas montré aussi diplomate. »

Izumi n'irait pas jusqu'à prétendre qu'il donnait entièrement raison au garde du corps, ni qu'il avait particulièrement apprécié la manière dont il l'avait reçu; cependant, il comprenait tout à fait son attitude. Les personnes qui s'intéressaient uniquement à la fortune de la blonde ne manquaient certainement pas, de même que ceux qui voulaient juste faire couler son affaire; le grand blond avait sans doute un milliard de bonnes raisons de se méfier du mécanicien. Il faut aussi avouer qu'Izumi n'avait pas exactement le profil du mec à qui on accordait dès le premier coup d'oeil une confiance aveugle. C'était même plutôt le contraire...
Le brun passa une main dans ses cheveux d'un noir d'encre, ne sachant pas vraiment quoi ajouter.
Il aurait voulu rassurer Cassandre, lui faire comprendre que ça n'était pas utile de s'en faire pour lui, que ça n'avait aucune importance; mais même ça c'était trop compliqué à dire.
Non, décidément, l'ambiance de cette maison lui pesait plus qu'autre chose. Être sans cesse surveillé par une dizaine de mecs qui suivaient vos moindres faits et gestes et à qui vous deviez ensuite rendre des comptes, ça n'était pas vivable comme situation.

La chanson que diffusait la chaîne Hi-Fi prit fin, laissant place à celle qui suivait sur le CD. Le jeune homme n'y prêta pas attention. Il se leva du lit.
Il resta un moment là, debout et silencieux, plongé dans ses réflexions, n'offrant à Cassandre que la vue de son dos dont le côté droit était tatoué d'une aile aux contours noirs, partant du haut de son omoplate et descendant jusqu'au bas de ses reins.

« - Tu m'excuseras princesse, si je reste allongé sur ce lit avec cette musique toute calme en fond sonore, dans cinq minutes je m'endors, et si t'attends encore cinq de plus je crois que je me met à ronfler ! J'ai besoin de bouger un peu. »

Izumi se dirigea vers la porte de la chambre. Avant d'en franchir le seuil, il se retourna vers la jolie blonde, un sourire espiègle naissant au coin de ses lèvres.

«  - Cette baraque est vraiment immense. Ça me rappelle quand j'étais gamin, à la maison avec mes frères on faisait souvent la course dans les couloirs... Dis, tu crois que tu réussirais à me rattraper ? »

Lança-t-il, défiant la blonde du regard.

« - Et si tu rames trop, t'auras qu'à envoyer tes gorilles à ma poursuite ! »

Il éclata de rire, puis, adressant un sourire à sa princesse, il s'élança à travers les corridors interminables de la maison. Pire qu'un gosse.
De temps à autre, il jetait un coup d'oeil par dessus son épaule, pour vérifier si la jeune femme l'avait suivit.
Le brun avait juste envie de se défouler. Puis, s'il pouvait dérider un peu Cassandre avec ses jeux idiots, ça n'était pas plus mal. Par contre, une fois de plus, pas sûr que les gardes du corps allaient apprécier... Le jeune homme adressa un clin d'oeil au premier qu'il croisa dans sa course. Lequel resta sceptique, voire consterné...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Dim 24 Mai - 21:54

« - La boisson me tente pas spécialement. Là, maintenant tout de suite, il me faudrait juste une clope. Pour ça j'suis complètement toxico tu sais. Je compte même plus le nombre de cigarettes que je peux fumer par jour. »

Oui, c'est vrai que d'un certain côté, ils avaient déjà pas mal bu ce soir. Mieux valait peut être ralentir un peu la cadence. Néanmoins elle se souvint de l'addiction visible que le jeune homme avait pour les cigarettes. Après tout, elle l'avait abordé en boîte en lui demandant si elle avait du feu. Et puis, il avait fini très vite son paquet. Cela devait lui manquer de ne plus rien avoir à fumer depuis un moment. Cassandre se leva donc, et se dirigea vers une petite commode dans le fond de la chambre. Pendant qu'elle s'y rendait, Izumi ajouta:

« - Sinon, Princesse, tu devrais pas t'en faire pour le grand blond. J'imagine assez bien ce qu'il a pu penser en me trouvant à déambuler comme un con dans les couloirs. Après tout, il fait son boulot; et à sa place je me serais certainement pas montré aussi diplomate. »

Il n'avait pas tort sur ce point là... Peut être y était-elle allée un peu fort avec Léon, alors qu'il ne faisait en définitif que son boulot. Elle irait certainement s'excuser auprès de lui le lendemain matin. Cassandre pouvait être une peste, mais quand elle reconnaissait ses torts, elle n'hésitait pas à s'excuser. La mauvaise foi n'était pas de mise dans son comportement, même si elle faisait parfois quelques caprices qu'elle ne voulait pas s'avouer sur le moment.

L'américaine récupéra dans un des tiroirs de la commode, un paquet de cigarettes. Elle fumait aussi, mais pas aussi régulièrement que son hôte. Elle embarqua par la même occasion un cendrier, qu'elle déposa sur le lit. Elle donna le paquet inentamé à Izumi, tout en lui disant:

« Tu peux le garder, cadeau de la maison »

Elle se rassit sur le bord du lit, et écouta d'une oreille distraite la musique qui passait en fond sonore. Le cliquetis du briquet d'Izumi se mêlait aux airs lancinants de violons. Cassandre ferma les yeux un instant, respirant profondément. Elle commençait peu à peu à ressentir la fatigue qui l'entourait de ses bras nocturnes. Le manque d'activité la plongeait doucement dans le sommeil. Mais son hôte la tira bien vite de ses rêveries. Il s'était levé et lui tournait le dos. Puis, il lança alors à la belle blonde:

« - Tu m'excuseras princesse, si je reste allongé sur ce lit avec cette musique toute calme en fond sonore, dans cinq minutes je m'endors, et si t'attends encore cinq de plus je crois que je me met à ronfler ! J'ai besoin de bouger un peu. »

Cassandre eut un doux sourire, comprenant très bien la réaction d'Izumi. La jeune femme se leva à son tour, se massant doucement la nuque, et se tapotant doucement les joues. Il était temps qu'elle se réveille un peu. Sans s'en apercevoir, son hôte s'était dirigé vers la sortie. Surprise quand elle le remarqua, elle se demanda un instant s'il ne comptait pas partir définitivement d'ici. Mais non. Il se tourna vers la jeune femme, la main sur la porte, un sourire espiègle collé sur son peau visage. Ses lèvres s'entrouvrirent, et il ajouta:

« - Cette baraque est vraiment immense. Ça me rappelle quand j'étais gamin, à la maison avec mes frères on faisait souvent la course dans les couloirs... Dis, tu crois que tu réussirais à me rattraper ? Et si tu rames trop, t'auras qu'à envoyer tes gorilles à ma poursuite ! »

L'américaine resta sans voix un moment, mais bien vite un sourire de défi naquit sur ses lèvres, signifiant par là qu'elle acceptait le petit jeu d'Izumi. Le jeune homme partit précipitamment dans un éclat de rire. Rapidement, Cassandre défit ses chaussures, et de nouveau pieds nus, s'élança à sa poursuite. Ses petits pieds glissaient de temps en temps sur les parquets cirés, mais jamais elle ne tombait. Izumi était à une bonne distance de la jeune femme, qui riait gorge déployée. Ses hommes de main observaient la course avec de grands yeux ahuris... Ils coururent ainsi une bonne dizaine de minutes, parcourant ainsi la totalité de la maison de long en large. Le bruit qu'ils faisaient avait réveillé pas mal de monde de sa maison, y comprit la mère de Cassandre. Néanmoins, elle se moquait complétement de ce qu'elle faisait.

Elle s'arrêta néanmoins un instant, et leur ordonna à tous d'aller se coucher... Car elle s'entraînait avec son nouveau coach sportif, et qu'elle n'avait pas besoin de spectateurs. Elle reprit par la suite sa course, mais ayant perdu Izumi un moment, elle l'attendit, cachée dans un recoin sombre d'un couloir. Cassandre attendit qu'il passe devant elle pour lui sauter dessus, et le faire tomber au sol. Assisse sur Izumi, elle espérait sincèrement ne pas lui avoir fait trop mal en se jetant sur lui.

La jeune femme passa ses bras de chaque côté du corps de son hôte, et lui demanda alors avec un air satisfait:

« Alors, qui a gagné?? »


Elle souhaitait que cette nuit se prolonge encore et encore... Ses pensées étaient confuses mais merveilleusement joyeuses en même temps. Les joues rouges par la course, elle lui dit alors:

« Bien, on joue à quoi après? Un cache-cache? Ou bien as tu d'autres suggestions en tête? »

C'était à son tour d'être taquine...

[Désolée pour le brièveté de ce post... Je le rattraperais si j'en ai la motivation... histoire de l'étoffer un peu...]

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Mar 2 Juin - 20:41

[Avant toute chose, désolé pour le retard, ce coup là j'ai pas assuré :s ... ]


Izumi courait à travers les couloirs, Cassandre le suivant à bonne distance.
Le jeune homme put se rendre compte durant cette course que la demeure de la jeune femme était réellement digne de celle d'une princesse. Ils en firent finalement le tour, riant comme deux gamins, le brun dérapant de temps à autre sur le parquet, manquant de tomber.
Avec un tel vacarme ils avaient dû réveiller toute la maison, cependant, aussi étrange que cela puisse paraître, personne ne vint s'en plaindre.
Enfin... d'un autre côté, on ne vient pas engueuler la patronne même lorsqu'elle décide de faire du tapage nocturne.
Le mécanicien se retourna une nouvelle fois, et s'aperçut qu'il avait semé la jeune femme. Il stoppa sa course, revint sur ces pas. Continuant d'avancer, il scrutait les corridors. Il y avait de quoi se perdre.
Sans qu'il n'en comprenne réellement les tenants et aboutissants, il fut bientôt allongé sur le sol, Cassandre assise sur lui.
Apparemment tapie dans un recoin sombre, elle avait attendu qu'il passe pour lui sauter dessus. Le vacarme produit par la chute avait certainement dû réveiller les rares habitants des lieux encore endormis. Le bruit de la chute avait été assez impressionnant, mais il n'y avait pas eu de mal.

« - Alors, qui a gagné?? »

Izumi regarda son acolyte de la soirée, un sourire naissant au coin de ses lèvres.

« - Je dirais que c'est toi, mais je suis pas sûr que ce soit pas un peu de la triche. »

Il éclata de rire. Il n'était pas vraiment sérieux. Après tout, peu importait qui des deux remportait la partie et comment. Il n'y avait pas de règles; seulement celle de passer un bon moment, et d'oublier d'être sérieux. Le reste ne comptait pas.

« - Bien, on joue à quoi après? Un cache-cache? Ou bien as tu d'autres suggestions en tête? »

Questionna la jolie blonde, d'un air espiègle, les joues rougies par la course.

« - Un autre jeu ? Ici ? En plein milieu du couloir ? Voyons chérie, c'est pas sérieux. Y a des chambres pour ça ! »
Rétorqua le brun sur un ton faussement outré.

La position dans laquelle les deux jeunes gens se trouvaient pouvait prêter à confusion; Cassandre installée sur Izumi qui n'était qu'à moitié habillé. Pour un homme et une femme de leurs âges, vu de l'extérieur la situation paraissait plutôt douteuse, et le brun, fidèle à lui-même, aimait bien s'amuser de ce genre de malentendus.
Poussant le vice un peu plus loin, notre gaillard laissa sa main glisser le long de la cuisse de la blonde incendiaire. Ses doigts épousèrent les courbes harmonieuses de la silhouette de sa princesse, puis il logea ses mains au creux de ses reins. Il resta ainsi durant une poignée de secondes, fixant la jeune femme de ses yeux d'un noir profond.
Enlaçant sa partenaire, il l'attira ensuite tout contre lui.

« - Mais ça, c'est plus vraiment des jeux de gamins; nan ? »

Susurra-t-il au creux de l'oreille de Cassandre, un rictus malsaine marquant son visage.

Brusquement, le jeune homme fit basculer sa partenaire sur le côté, et, d'un mouvement, inversa la situation, plaquant la blonde contre le parquet. Il cala ses jambes de part et d'autre des hanches de son acolyte de la nuit, les mains appuyées au sol de chaque côté des épaules de Cassandre.
Il observa un instant sa captive, la regardant de haut, avec une expression située à la frontière entre espièglerie et arrogance.
C'était sans doute pousser la plaisanterie trop loin.
Izumi avait tendance à oublier où il se trouvait. Pour peu qu'un des garde du corps de la maison le surprenne et crie au viol il allait s'attirer de nombreux ennuis. D'autant plus si le garde du corps en question s'avérait être le grand blond qu'il avait croisé -et passablement énervé- un peu plus tôt.
Mais, si elle avait eu le sentiment que le mécanicien représentait une quelconque menace, Cassandre ne se serait pas laissée faire, surtout qu'elle semblait savoir se défendre.

« - Tu te débats pas princesse ? Qu'est-ce qui te dis que mes intentions ne sont pas mauvaises ? Depuis le début t'as un peu trop confiance en moi j'ai l'impression. Je comprends pas bien. »

Même si le jeune homme posa les questions de manière un peu détachée, voire cynique, au fond les doutes étaient réels.
Depuis leur rencontre au comptoir de la boîte de nuit la jolie blonde avait suivi Izumi dans ses frasques, n'avait pas hésité à monter avec lui à moto, et pour finir l'avait conduit chez elle, le tout sans rien connaître de lui. Il aurait très bien pu être une espèce de tueur en série psychopathe, après tout, qu'est ce qu'elle en savait ? Malgré cela elle lui avait accordé une certaine confiance. C'était un peu trop pour lui.
Non pas qu'il eut à s'en plaindre.
Le brun n'était pas coutumier de ce genre d'agissements.

Détournant le regard, il se releva.
Il rangea de lui même sa série d'interrogations dans le domaine des affaires classées.

« - Hum... je suis pas sûr qu'une partie de cache-cache me tente, mais je ferais bien un tour au jardin. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Jeu 4 Juin - 19:41

Dominant Izumi, assise sur son corps étendu au sol, la jolie blonde l'observait avec un sourire espiègle. Leurs éclats de rire se perdaient dans l'immensité de la demeure, qui était redevenue bien calme. Pas un des employés de la résidence n'avait osé protester contre le vacarme nocturne, et ses hommes de main se faisaient les plus discrets possibles, craignant le courroux de leur patronne.

Lorsque Cassandre demanda à son hôte s'il avait une autre idée de jeu en tête, il lui adressa un sourire espiègle, avant de lancer d'un air faussement scandalisé: « - Un autre jeu ? Ici ? En plein milieu du couloir ? Voyons chérie, c'est pas sérieux. Y a des chambres pour ça ! »

La jeune femme eut alors une moue enfantine, haussant les épaules avec un petit sourire taquin, faisant mine de ne pas avoir comprise les allusions clairement explicites évoquées par Izumi. La main du jeune homme se fraya alors un chemin sur la cuisse de l'américaine, remontant doucement, jusqu'à l'étreindre au niveau des reins. Cassandre avait été surprise par cette réaction, mais ne s'en offusqua pas outre mesure, sachant qu'il s'agissait plus d'une provocation de sa part que d'une réelle attirance. Elle se retrouva bientôt enlacée par le brun, appréciant ce contact. Il lui susurra alors à l'oreille, entre les mèches folles et blondes de la jeune femme: « - Mais ça, c'est plus vraiment des jeux de gamins; nan ? »

Cassandre eut un petit sourire. En effet, le jeu commençait à déraper peu à peu, mais elle savait que tout cela n'irait pas plus loin. Izumi lui avait fait clairement comprendre qu'il n'était pas attiré par les femmes lorsqu'elle l'avait abordé en boîte, et avait rajouté un peu plus tard dans la soirée que si elle cherchait un plan cul, elle pourrait toujours courir pour une relation hétérosexuelle... Avec une grande habilité, le beau brun inversa la situation. Cassandre n'y comprit pas grand chose sur le moment, mais bien vite, elle remarqua que c'était à son tour d'être la captive. Izumi la maintenait avec fermeté, sans toutefois lui faire mal de quelques manières que ce soit.

La jeune femme ne bougea pas d'un centimètre, ne sentant aucunement le besoin de se débattre. Elle savait pertinemment que le mécanicien n'oserait rien à son encontre, même si le sourire qui flottait sur ses lèvres pouvaient prêter à confusion. Néanmoins, elle n'avait aucune crainte, et faisait pleinement confiance à Izumi. Si elle avait eu le moindre doute à son sujet au cours de la soirée, elle ne l'aurait pas invité dans sa résidence...

Il lui demanda alors, avec un sourire:

« - Tu te débats pas princesse ? Qu'est-ce qui te dis que mes intentions ne sont pas mauvaises ? Depuis le début t'as un peu trop confiance en moi j'ai l'impression. Je comprends pas bien. »


Cassandre réussit à bouger un de ses bras, et avec une infinie douceur, vint caresser la joue d'Izumi. Tranquillement, elle ajouta avec un sourire serein:

"Je n'ai pas peur de toi, et je sais que je peux avoir confiance en toi... Mes intuitions me trompent rarement... Pourquoi? Tu n'as pas l'habitude qu'on te fasse confiance?"

Izumi posait ses questions de manière détournée, mais Cassandre préférait attaquer de front un problème, en posant ses questions de façon un peu crue parfois. Le jeune homme se leva, détournant son regard de la blonde princesse. Avait-elle touché un point sensible? Ce n'était pas la première fois qu'Izumi se dérobait ainsi au cours de la soirée. La jeune femme préféra ne pas insister plus que cela. Elle se redressa à son tour, remettant en place ses vêtements et ses cheveux blonds. Depuis qu'elle les avait coupé, ils étaient bien plus faciles à coiffer en passant simplement ses doigts à travers les mèches et les noeuds.

Le jeune homme lui lança alors faiblement: « - Hum... je suis pas sûr qu'une partie de cache-cache me tente, mais je ferais bien un tour au jardin. »

L'Oyabun approuva ce choix d'un hochement de tête. Elle lui prit avec douceur la main, glissant ses doigts dans la paume chaude d'Izumi, et l'entraîna dans le jardin intérieur, celui près de l'aile droite, son préféré. C'était un grand jardin à la japonaise, où quatre grands cerisiers semblaient former un kekkai autour de l'enceinte. On pouvait aussi se figurer ce jardin comme un cloître d'abbaye: un marche pied d'une cinquantaine de centimètres de hauteur entourait le jardin et passait sous les arcades de l'aile droite. On pouvait donc circuler tout autour du jardin pour l'admirer sous toutes ses vues, sans être obligé d'y mettre les pieds. De petites marches avaient pourtant été installées autour des arcades de bois, et permettaient aux visiteurs de descendre fouler la terre meuble. Une rivière artificielle avait été installée en son centre, et un pont de bois rond la surplombait. Des lampions de couleurs étaient pendus aux branches des arbres, et éclairaient doucement le jardin. Tout avait été arrangé avec le plus grand soin par l'un des premiers jardiniers de son père, et était toujours resté en le même état. Cassandre faisait particulièrement attention à ce jardin, car c'était avant tout son préféré, mais c'était aussi celui qui réunissait le plus de souvenirs heureux de la résidence...

Elle descendit les petits escaliers, et fit quelques pas dans le sable ocre. Cassandre se tourna alors vers Izumi, avec un joli sourire:

"J'ai de merveilleux souvenirs ici... Ce jardin n'a pas changé depuis ma naissance, et j'en prend encore aujourd'hui, grand soin..."

D'un geste de la main, elle désigna la rivière et le pont, ajoutant:

"Tu vois, dans l'eau, il y a d'énormes koï. Quand j'étais enfant, je m'asseyais avec mon père sur le pont, et passais mes jambes à travers les barreaux. Les siennes trempaient dans l'eau, et il n'était pas rare que les poissons lui mordillent les orteils. Et puis, nous péchions, avec de petites cannes qu'il nous avait fabriqué. Bien sur, nous n'attrapions jamais rien, ces poissons là étant déjà bien trop gras pour vouloir d'un vulgaire appât, mais c'étaient des moments inoubliables..."

La jeune femme se tut un instant, un ombre mélancolique passant sur son visage. Mais bien rapidement, elle retrouva le sourire, et demanda à son acolyte d'un soir:

"Tu veux y faire un tour? Et t'y baigner les pieds, si tu l'oses?"

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Mer 10 Juin - 0:21

Une fois de plus Izumi se retrouvait main dans la main avec Cassandre. Elle le conduisit à travers les couloirs. Il ne prêta guère attention aux chemins empruntés, trop occupé qu'il était par ses propres réflexions. A croire qu'il n'avait jamais fini de se prendre la tête ! Quand il en avait plus ou moins terminé avec un sujet, immédiatement il se trouvait un nouveau problème. Un cercle vicieux infernal et sans fin.
Le jeune homme repassait dans son esprit les paroles de la blonde : " Je n'ai pas peur de toi, et je sais que je peux avoir confiance en toi... Mes intuitions me trompent rarement... Pourquoi ? Tu n'as pas l'habitude qu'on te fasse confiance ?"
"-Tu n'as pas l'habitude qu'on te fasse confiance ? "

Le brun eut un petit rire intérieur.
Loin de lui l'idée de jouer les martyrs, mais, effectivement, il n'était pas coutumier des démonstrations excessives de confiance. Lui même accordait difficilement sa confiance, donc, en un sens, le résultat était logique. Bien sûr, il savait qu'il y avait encore quelques rares personnes sur qui il pouvait compter, et dans le fond c'était peut-être ça le plus important.
Seulement, depuis le début de la soirée le jeune homme adoptait une attitude qui lui ressemblait assez peu : ça n'était pas courant pour lui de tourner autant autour du pot, d'éluder les question de l'autre, et poser les siennes à demi-mot. Mieux que ça : c'était précisément le genre de comportement dont il avait horreur chez une personne.
En même temps... c'était plutôt inhabituel qu'en une soirée on vienne toucher d'aussi près autant de sujets sensibles. De toute manière, dès qu'une situation amenait Izumi à dévoiler ses sentiments il se laissait souvent aller à la solution de facilité qui consistait à esquiver les sujets embarrassants. Ça n'était pas dans sa nature d'avouer ses faiblesses, ni de confier ses peines. Il était bien trop fier pour cela; il ne voulait pas avoir le sentiment de rechercher la pitié ou la compassion de qui que ce soit.
Lui qui d'ordinaire était si franc, parfois jusqu'à l'excès, il avait l'impression de perpétuellement fuir quelque chose, et dieu-sait combien il lui arrivait de se mépriser pour cela.

Un mec ça montre pas ses émotions. Un mec ça se défile pas comme un lâche à la moindre difficulté.
Pas évident de concilier les deux...
Mais bordel de merde ! Est-ce qu'on doit encore accorder une quelconque d'importance à ces putains d'idées reçues; à ces mots qui sonnent tellement creux ?!

Le jeune homme eut un soupir. Il se sentait un peu perdu. Le contrecoup classique de ces fois où l'on boit pour oublier. Le moment où l'on se rend compte que l'alcool n'efface pas les tourments.

Il se focalisa de nouveau sur la situation. Il observa longuement l'endroit où Cassandre l'avait conduit : un grand jardin japonais. Un de ces lieux qui donnait tout de suite une sensation de calme et de sérénité. Le genre de jardins où l'on n'osait à peine poser le pied de peur de troubler l'ordre établi.

« - J'ai de merveilleux souvenirs ici... Ce jardin n'a pas changé depuis ma naissance, et j'en prend encore aujourd'hui, grand soin... Tu vois, dans l'eau, il y a d'énormes koï. Quand j'étais enfant, je m'asseyais avec mon père sur le pont, et passais mes jambes à travers les barreaux. Les siennes trempaient dans l'eau, et il n'était pas rare que les poissons lui mordillent les orteils. Et puis, nous péchions, avec de petites cannes qu'il nous avait fabriqué. Bien sur, nous n'attrapions jamais rien, ces poissons là étant déjà bien trop gras pour vouloir d'un vulgaire appât, mais c'étaient des moments inoubliables... »

Izumi écouta attentivement la petite histoire empreinte de nostalgie de sa princesse, sans toutefois se permettre la moindre réflexion. C'eût été déplacé.

« - Tu veux y faire un tour ? Et t'y baigner les pieds, si tu l'oses ? »
Le défia soudain la jolie blonde.

Il laissa échapper un rire clair.
Cette soirée avait cela de troublant que les deux acolytes ne cessaient d'aller et venir entre instants de malaise où l'un ou l'autre se trouvait rattrapé par ses propres angoisses, et moments d'insouciance totale au cours desquels le but semblait être de se ne se préoccuper de rien de sérieux, de ne pas penser aux conséquences.

« - Où est le piège ? Tes gentilles petites carpes sont en réalité des piranhas voraces ? »
Plaisanta le brun.

Izumi prit un air théâtral et s'approcha lentement de la rivière artificielle. Arrivé au bord du cour d'eau, il jeta un coup d'oeil à sa surface, considérant les poissons qui nageaient dans l'eau claire. Rien de bien spectaculaire ni dangereux à première vue. Il se retourna vers Cassandre. Puis, il sauta à pieds joints dans le cour d'eau, faisant fuir les koi vers un coin plus tranquille. Le jeune homme n'avait pas pris la peine de relever les jambes de son pantalon, celui-ci s'en trouva donc à moitié trempé. Ça n'était pas la première fois de la nuit que le mécanicien se retrouvait ruisselant d'eau.
Pendant qu'il faisait l'imbécile à patauger dans la rivière artificielle, Cassandre était venue se poster sur le petit pont de bois, appuyée contre les barreaux.
Izumi, toujours les pieds dans l'eau, se rapprocha de l'endroit où elle se tenait.

« - Voilà, trempé, pour la deuxième fois de la nuit. L'air un p'tit peu con aussi. Enfin... con je dois l'être plus qu'un peu. Suffit qu'une belle blonde me lance n'importe quel défi idiot et moi je marche pas, je cours. »
Constata-il, espiègle, un sourire au coin des lèvres, tortillant entre ses doigts le piercing de son nombril.
La scène devait paraître un brin absurde vue de l'extérieur.

« - Alors ? Tu viens me rejoindre ? J't'assure c'est le pied ici. A moins que tu ne préfères rester à me regarder du haut de ton pont... j'avoue, la vision de mon torse nu ruisselant de quelques gouttes d'eau n'est certainement pas un spectacle des plus désagréables... Mais, c'est pas mieux vu de près ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Mar 16 Juin - 17:11

Le défi était lancé, et le jeune homme l'accepta avec un joyeux éclat de rire qui rompit la tranquillité du lieu. Il la regarda un instant, avant de lui demander en plaisantant:

« - Où est le piège ? Tes gentilles petites carpes sont en réalité des piranhas voraces ? »

La jeune femme haussa les épaules avec une moue charmante, et répliqua, ingénue: « Oui, c'est bien connu, tous les méchants de films élèvent des piranhas à la place de koï et des requins tueurs dans de grandes cuves d'eau... »

Izumi était au courant de sa profession, étant donné qu'elle le lui avait dit dès le début de la soirée... Autant continuer sur la même ligne... Elle ne savait pas s'il la croyait ou non, mais elle appréciait ce petit jeu. Cela lui permettait de se dévoiler en gardant un ton de plaisanterie, et ce faisant, de basculer aléatoirement entre la vérité et le mensonge.
Le jeune homme s'approcha alors du bassin de koï. Les gros poissons nageaient tranquillement dans le bassin peu profond, remontant de temps en temps à la surface pour happer quelques insectes inconscients. Il les observa un instant. Cassandre eut un sourire amusé. Il devait certainement se demander si c'était bien là inoffensifs poissons, ou bien de terribles dévoreurs d'orteils... Le brun releva alors la tête, et jeta un coup d'oeil rapide à l'américaine avant... de se jeter à l'eau! La jeune femme écarquilla les yeux quand elle le vit sauter à pieds joints dans la rivière artificielle. Remise rapidement de sa surprise, elle éclata de rire devant l'image d'Izumi, à moitié trempé, les deux pieds dans l'eau, au milieu de tous les poissons.

Elle fit le tour du bassin, gardant une bonne distance, craignant que le mécanicien ne lui balance de l'eau à son passage, et grimpa sur le pont de bois. Les planches craquèrent doucement sous son poids, et ce bruit la ramena quelques années en arrière, quand elle était encore petite fille. Les souvenirs jaillissaient de son esprit avec une vivacité sans pareil. Depuis combien de temps n'avait-elle pas mis les pieds ici? Sa fonction l'occupait énormément, et la plupart du temps, elle était soit enfermée dans son bureau à travailler, soit en déplacement. Le jeune homme était en quelque sorte son « véritable moment de détente » depuis bien longtemps. Cassandre s'accouda aux barreaux du pont, et observa d'un oeil espiègle et amusé, la scène qui se déroulait devant elle. Izumi continuait à patauger dans l'eau, faisant remonter doucement la vase à la surface. Il vînt vers elle, leva la tête dans sa direction, et lui lança alors:

« - Voilà, trempé, pour la deuxième fois de la nuit. L'air un p'tit peu con aussi. Enfin... con je dois l'être plus qu'un peu. Suffit qu'une belle blonde me lance n'importe quel défi idiot et moi je marche pas, je cours. »

La jeune femme sourit, et se pencha vers le brun. Elle lui dit alors, amusée:

« Mmmh, je ne qualifierais pas cela de comportement d'idiot... J'aurais plus tendance à affirmer que tu es le plus téméraire de tous mes chevaliers! »

Izumi l'observa un instant, avant de lui dire alors:

« - Alors ? Tu viens me rejoindre ? J't'assure c'est le pied ici. A moins que tu ne préfères rester à me regarder du haut de ton pont... j'avoue, la vision de mon torse nu ruisselant de quelques gouttes d'eau n'est certainement pas un spectacle des plus désagréables... Mais, c'est pas mieux vu de près ? »

Cassandre pouffa de rire à la réflexion du brun. Elle appréciait énormément son sens de l'humour, et cet air de défi qui lui collait à la peau. Jouant le jeu, elle passa délicatement sa langue sur ses lèvres charnues, et lui répliqua, aguicheuse:

« Je suis bien tentée de te laisser là-dedans encore un moment, que je puisse satisfaire encore à loisir ma vue... Mais d'un autre côté... Je serais ravie de descendre, de patauger avec toi dans l'eau, pour t'enlever rapidement ce qu'il te reste de vêtements... »

Depuis le début de la soirée, ils ne faisaient que jouer, et la partie n'était pas terminée. Ils étaient comme deux enfants qui se provoquent gentiment, pour connaître les limites de l'autre. Sauf que ce soir, il n'y avait aucune limite. Les deux jeunes gens étaient sur un pied d'égalité, et cela était vraiment appréciable aux yeux de Cassandre.

La jeune femme se décolla de la rambarde de bois, et descendit du pont. Puis, une fois au bord du bassin, elle trempa le bout de son pied nu dans l'eau. L'eau était froide, mais si Izumi y était, c'est que cela ne devait pas être si terrible que ça... Le petit pied s'enfonça dans la surface miroitante, créant de petites vaguelettes autour. Ce fut ensuite au tour de la délicate cheville de plonger, puis du mollet jusqu'à mi-cuisse. Tout en faisant cela, une légère grimace s'était inscrite sur son visage. Une fois que la deuxième jambe fut passée dans l'eau, elle se dit qu'elle aurait du agir comme Izumi, sauter d'un coup.

Elle s'approcha alors d'Izumi, soulevant l'eau et quelques nénuphars autour d'elle. Cassandre sentait la vase du bassin s'insinuait entre ses orteils, et cela l'écœurait un peu. Une fois proche d'Izumi, elle lui dit avec un sourire:

« Voyons voir de plus près ce torse ruisselant... »


L'américaine posa ses mains sur le torse du jeune homme, parcourant du bout des doigts les creux de sa peau, avant de... le pousser dans l'eau! Izumi chercha dans sa chute à se rattraper quelque part, mais il finit tout simplement -et comme l'avait espéré Cassandre- les fesses dans l'eau. La jeune femme éclata de rire en voyant le brun se dépatouiller dans l'eau qui n'était plus aussi claire qu'au début. Quelques koïs hardis nageaient entre les deux jeunes gens...

Cassandre espérait néanmoins qu'Izumi ne prenne pas mal cette "impulsion" du moment...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Mar 16 Juin - 23:05

Une fois de plus, l'aspect solennel de ce paisible jardin japonais fut troublé par des éclats de rire. Le rire léger de Cassandre laissa finalement place sur son visage à une expression coquine. Toisant toujours Izumi du haut de son pont, elle répondit à son invitation sur le ton du jeu qui était le leur depuis le début de la soirée.

« - Je suis bien tentée de te laisser là-dedans encore un moment, que je puisse satisfaire encore à loisir ma vue... Mais d'un autre côté... Je serais ravie de descendre, de patauger avec toi dans l'eau, pour t'enlever rapidement ce qu'il te reste de vêtements... »

Le jeune homme rétorqua du tac au tac, sur le ton d'un gamin arrogant un peu trop sûr de lui.

« - Je t'attend princesse. Enfin... si tu comptes vraiment faire comme tu l'as dit. Sinon, t'inquiètes pas, je trouverais toujours quelqu'un pour me débarrasser de mon pantalon. »

Une fois de plus, le brun n'usait d'aucune élégance. Les provocations de ce genre ne donnaient pas une très bonne image de lui. Même si au fond on n'était pas tellement loin de la réalité, il y avait encore de la marge entre la réputation qu'il se prêtait et les faits. Enfin, cela importait en définitive assez peu. Après tout, chacun pouvait bien en penser ce qu'il voulait, notre homme ne s'en souciait pas outre mesure.
Et toujours cet air de défi.
Les deux jeunes gens n'avaient visiblement pas encore atteint leurs limites. En avaient-ils seulement ?
Pour sa part, Izumi avait tout de même un point qu'il ne franchirait pas; lequel était placé assez loin pour que les deux gamins n'y arrivent pas. Les deux gamins n'en auraient certainement pas l'idée, mais les deux jeunes adultes viendraient peut-être frôler de très près les frontières de l'interdit. C'est toujours excitant de flirter précisément avec ce qui est défendu. Plus on est conscient des limites qui ont été posées, plus on tente de s'en rapprocher. Plus près, encore, toujours un peu plus près, marchant sur cette ligne sans toutefois la franchir... à moins que la situation ne dérape...

Le brun considéra avec attention les gestes de Cassandre. Elle quitta le petit pont depuis lequel elle avait observé les ''exploits'' de son ''fidèle chevalier''.
Au bord du cour d'eau il la vit hésitante, trempant d'abord un pied, plongeant lentement sa jambe dans le bassin d'un air dégoûté. Effectivement, le jeune homme n'y avait pas vraiment songé au moment de se jeter à l'eau, mais se retrouver les pieds dans la vase n'était pas une sensation des plus agréables. C'était même plutôt dégueulasse, mais pas dramatique en soi; ils n'auraient qu'à reprendre une douche après.

« Voyons voir de plus près ce torse ruisselant... »

La princesse, sourire aux lèvres, promena quelques instants une main sur le torse d'Izumi; inévitablement, les doigts de la jeune femme effleurèrent la longue balafre qui le parcourait, arrachant au jeune homme un léger froncement de sourcils. Il n'était pas toujours évident pour lui de ne pas réagir à ce contact; parfois, c'est vrai, il n'y pensait pas, mais c'était rare.
Pour le moment, la chose à laquelle il n'avait pas pensé c'était la mauvaise blague que lui avait préparé Cassandre.
Sans qu'il ne s'y soit attendu, elle le poussa. Il tenta bien de se rattraper, mais en vain. Ainsi, Izumi tomba à l'eau, éclaboussant au passage un peu sa camarade de jeu. Par réflexe, il avait tendu les bras vers l'arrière pour amortir la chute. Il se retrouvait donc assis dans ce cour d'eau heureusement peu profond, les mains enfoncées dans une épaisse couche de vase.
Il demeura quelques instants sous l'effet de la surprise, ne bougeant pas d'un pouce. Puis il entreprit de se relever, le rire moqueur de Cassandre raisonnant à ses oreilles. Il se rinça les mains comme il put; par contre, le pantalon aurait besoin d'un séjour au pressing...

« - Alors ça chérie, tu vas me le payer. »
Marmonna-t-il, une expression peu commode se dessinant sur son visage.

Il s'avança vers la blonde, l'air menaçant.
Le brun attrapa la jeune femme, la pris dans ses bras plus ou moins contre son gré, puis lui adressa un sourire narquois avant de la jeter à l'eau. Elle lui avait opposé une certaine résistance, tentant aussi de se raccrocher à lui pour éviter qu'il ne la lâche; malgré tout elle avait fini dans une position similaire à celle de son acolyte peu de temps auparavant.

« - Oh... merde... je t'ai lâché... quel maladroit. »
S'exclama-t-il, feignant d'en être désolé, entre deux éclats de rire.

Soudain, ses traits redevinrent plus sérieux.

« - C'est toi qui parlait d'un chevalier téméraire ? Téméraire je veux bien. Par contre, pour ce qui est des grandes valeurs chevaleresques tu t'es plantée de porte ma belle. Mets toi bien en tête que je ne suis pas ton gentil chevalier obéissant. Je ne tiens d'ordres de personne. »

S'il n'en avait rien dit sur le moment, il n'avait pas apprécié la comparaison de sa camarade de la soirée. Le fait d'être affublé du titre de ''plus téméraire des chevaliers de princesse Cassy'' était resté en travers de la gorge d'Izumi. Elle ne l'avait sans doute pas lancé dans ce sens là, mais ces paroles lui avaient juste donné le sentiment de n'être qu'un type de plus à son service parmi son armée de gardes du corps. Il en ressortait également un aspect ''homme-objet'' dérangeant.
Peut-être le jeune homme était trop susceptible, ou peut-être s'était-il trop habitué à sa liberté et au fait de ne dépendre de personne.

Izumi s'était vengé du mauvais tour que lui avait joué son acolyte. Pas assez à son goût cependant...
''Vengé'', c'était tout de même un grand mot pour quelque chose qu'il ne prenait pas au sérieux...
Après sa remarque un brin agressive, plus due à de la susceptibilité mal placée qu'autre chose, il reprit le court de la partie avec plus d'humour.
Il patienta sagement, le temps que la blonde se redresse et se débarrasse d'une partie de cette vase ignoble dont elle était couverte.
Alors qu'elle tentait de se décrasser, le jeune homme lui proposa son aide sur un ton qui annonçait qu'il manigançait un mauvais coup.

« - Tu t'en sors ou t'as besoin de moi ? »

Il ne laissa pas le temps à sa princesse de lui répondre, il l'arrosa d'eau.

« - T'avais une tâche sur ta robe. »
Invoqua-t-il comme prétexte, prenant un petit air innocent qui ne lui allait pas du tout.

Il éclaboussa une nouvelle fois Cassandre. Déclaration de guerre à la bataille d'eau !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Mar 23 Juin - 8:37

Izumi se releva de l'eau trouble, trempé et recouvert de vase. La jeune femme l'observa, rieuse, tentant vainement de retirer tout l'amas de boue qui l'enveloppait. Le spectacle était des plus amusants pour l'américaine, mais cette plaisanterie fut de courte durée, puisqu'elle se retourna bien rapidement contre elle... Après tout, c'était à prévoir, connaissant quelque peu le caractère d'Izumi. Ce dernier s'approcha d'elle, avec un air menaçant. Cassandre esquissa quelques pas en arrière, mais ne put aller bien loin: ses pieds s'étaient enfoncés profondément dans l'abject limon et elle dut s'en dégager pour pouvoir fuir. Mais le brun était déjà à sa hauteur et la retenait dans ses bras. Elle se débattit, ne voulant pas finir là-dedans, tout en étant éclaté de rire. Elle avait l'impression d'être retourné en enfance. Les koïs nageaient furieusement autour de leurs jambes, avant de déguerpir dans un coin plus calme du bassin. Izumi la balança alors dans l'eau, et tandis qu'elle chutait, l'américaine avait tenté de s'agripper aux vêtements ou au corps du jeune homme. Mais la chute était inévitable, et elle se retrouva rapidement plongée dans l'eau jusqu'aux épaules. Elle sentait la vase lui glisser sur les cuisses, s'y coller, s'incruster dans sa robe, ses cheveux.


« - Oh... merde... je t'ai lâché... quel maladroit. »
, lui dit le brun en riant. Cassandre lui jeta un regard amusé avec un petit sourire en coin. Elle se releva vivement, ne supportant plus ce contact continu avec l'immonde boue et constata les dégats... Bon, il était clair que maintenant, elle avait besoin d'une bonne douche. Néanmoins, elle n'était pas rancunière vis-à-vis d'Izumi, et comprenait parfaitement sa vengeance. Ce dernier ajouta alors, avec beaucoup de sérieux:

« - C'est toi qui parlait d'un chevalier téméraire ? Téméraire je veux bien. Par contre, pour ce qui est des grandes valeurs chevaleresques tu t'es plantée de porte ma belle. Mets toi bien en tête que je ne suis pas ton gentil chevalier obéissant. Je ne tiens d'ordres de personne. »

Oh? Alors comme ça, elle avait irrité le jeune homme par sa réflexion. Pourtant, ce n'était pas dans ce sens qu'elle avait pensé cela, mais encore une fois, elle s'était mal exprimée. Cassandre ne l'avait jamais considéré comme un type obéissant et serviable. Il était au contraire, bien différent de ses hommes de main qui n'osaient pas s'autoriser une réflexion en sa présence. Et puis, elle l'avait appelé « chevalier » pour soutenir la comparaison avec le surnom « Princesse » dont il l'affublait depuis le début de la soirée. N'ayant pas le courage de se justifier, malgré le fait qu'elle avait l'impression d'avoir blessé Izumi, elle lança juste:

« Ce n'était pas dans ce sens que j'ai dit cela.... Je m'excuse si cela t'a contrarié... »


Rien de plus. Elle s'excusait, point barre. Cassandre ne voulait pas que la soirée s'arrête brutalement, surtout pour une broutille pareille. Elle préférait donc s'abaisser à se faire pardonner quelque chose qu'elle n'avait pas pensé à mal, mais c'était certainement mieux ainsi.
La jeune femme commença à retirer la vase qui couvrait sa robe, sans grandes convictions. Elle avait vu les dégâts que cela avait fait au pantalon d'Izumi, et elle se doutait qu'elle aurait certainement les mêmes résultats. Elle se contenta principalement de retirer le limon de sa peau et de ses cheveux... Enfin, du mieux qu'elle put.
Izumi s'approcha alors d'elle, avec un sourire mauvais. Cassandre leva les yeux vers lui. Visiblement, il s'apprêtait à lui jouer encore un tour. Ce qu'il lui demanda renforça cette hypothèse de la part de la belle blonde:

« - Tu t'en sors ou t'as besoin de moi ? »


Elle s'apprêtait à refuser par un sourire poli, mais Izumi ne lui laissa pas le temps de répondre à cette question. Le jeune homme avait enfoncé avec une grande rapidité ses mains dans l'eau pour en balancer par pleines poignées sur la jeune femme. Une fois l'arrosage terminé, il lui dit avec un sourire innocent:

« - T'avais une tâche sur ta robe. »


Cassandre haussa un sourcil, septique de cette réponse. Le jeune homme l'éclaboussa de nouveau. Oui, en effet, elle avait raison de se méfier de cet air innocent qu'il avait pris! Izumi s'amusait comme un petit fou à balancer de l'eau sur la jeune femme, et celle-ci répliqua très rapidement. Elle envoyait de l'eau contre son acolyte, tournant la plupart du temps la tête pour éviter de recevoir de l'eau dans les yeux. Si elle était aveuglée, elle n'aurait plus eu aucune chance de viser correctement Izumi. La jeune femme riait de bon coeur à chaque jets d'eau qu'elle recevait ou qu'elle envoyait. Ils jouèrent ainsi pendant une dizaine de minutes, avant que Cassandre ne demande grâce.

Les deux jeunes gens sortirent alors de l'eau, recouverts de vase et d'eau, de la tête aux pieds, et s'assirent au bord de la rivière artificielle. Les pieds de Cassandre trempaient encore dans l'eau, mais elle ne craignait plus les koïs, qui, véritablement traumatisés, n'osaient plus s'approcher de ce coin-ci du bassin. Elle leva alors la tête vers le ciel. La nuit était de moins en moins obscure et les premières étoiles commençaient à disparaître sous une faible lumière. Il ne devait pas être loin de cinq heures du matin, pour que les deux jeunes gens puissent assister au levé du jour en ce milieu de printemps. Est ce que la venue du soleil annonçait la fin de cette folle nuit? Le jour amenait avec lui le monde de Cassandre, celui de ses responsabilités et de son travail. Izumi était la nuit, surprenant et merveilleux, mais il était aussi dans l'esprit de la jeune femme, le parfait représentant de toutes les limites brisées. Il était la tentation, la folie, la joie, le défi...

Cassandre tourna la tête vers le jeune homme, et lui demanda alors:

« Est-ce que tu crois que nous serons amenés à nous revoir, un jour ou l'autre? »

L'américaine avait vraiment apprécié cette rencontre, et même si elle désirait prolonger encore et encore cette nuit, elle n'était pas sans savoir que tout avait une fin Néanmoins, elle ne voulait pas quitter Izumi sans avoir la certitude de le revoir. Après tout, elle ne connaissait pas son nom, n'avait pas son numéro de téléphone, ne savait pas où il habitait... Il n'était qu'une rencontre fugace, un fantôme dans son univers, répondant au nom d'Izumi.

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Mar 23 Juin - 20:21

Izumi éclaboussait Cassandre, et Cassandre répliquait. Ce petit jeu avait l'air de beaucoup les amuser à en juger par leurs éclats de rires. Deux enfants qui ne se souciaient pas des préoccupations terre-à-terre des adultes. Ils agissaient de manière spontanée, sans se préoccuper du fait d'être complètement trempés, sans faire attention à la propreté toute relative de l'eau dans laquelle ils pataugeaient, et sans non plus s'inquiéter de l'image qu'ils renvoyaient dans un moment pareil. Une parenthèse agréable, comme l'avait été le reste de la soirée. Il n'y avait peut-être que les pauvres koïs totalement affolés pour ne pas avoir apprécié... eux et les gardes du corps de la blonde...

L'ambiance retomba finalement un peu. Les deux jeunes gens, retrouvant un semblant de calme, allèrent s'asseoir sur les bords du ruisseau, les pieds trempant toujours dans l'eau. Tous deux s'attardèrent un instant à lever les yeux au ciel. La nuit se faisait de plus en plus claire, et on ne tarderait pas à voir apparaître les premières lueurs de l'aube.
Ils savaient l'un comme l'autre ce que cela signifiait. Ils allaient devoir refermer la parenthèse et retourner à leurs vies respectives, aller affronter leur quotidien, comme si tout ce qui s'était passé ce soir là s'effaçait avec les dernières étoiles. Peu à peu, tout s'estomperait, tel une douce illusion, une rêverie dont ils finiraient par se demander si elle n'était que pur fruit de leur imagination ou si ces moments là avaient réellement existé.
Ça ne pouvait pas se terminer comme ça; n'est-ce pas ?
Izumi ne voulait pas d'une telle conclusion. Cependant, il ne dit rien, restant muré dans le silence.
C'était une réaction idiote, mais quoi qu'il en soit, il n'avouerais pas à sa princesse qu'il n'avait pas envie d'en rester là.
Que savait-il d'elle pour tenir à ce point à la revoir ? Pas grand chose en effet... des demi-vérités, des suppositions, rien de bien solide...
Après tout, en quoi était-ce important ? Ce qui comptait ça n'était pas les hypothèses, ni les choses qu'il ignorait, mais ce qu'ils avaient partagé ce soir.
Cassandre représentait cette note de fraîcheur qui manquait trop souvent à la vie d'Izumi.

« Est-ce que tu crois que nous serons amenés à nous revoir, un jour ou l'autre ? »

L'entendant prononcer ces mots, il tourna légèrement la tête vers elle.
En son for intérieur il lui fut reconnaissant d'avoir osé soumettre la question qui lui tournait dans la tête mais qu'il ne se serait sans doute jamais résolu à poser.
Maintenant que la voie était dégagée il pouvait se lancer. Pas bien courageux, il faut l'admettre; même le plus téméraire des chevaliers possède ses propres limites.


« - T'as la mémoire courte chérie. J'étais largement plus bourré que toi mais moi je m'en souviens. On avait un deal tous les deux... et je suis pas du genre à revenir sur ma parole. »

Est-ce qu'elle avait déjà oublié ce qui c'était passé lors de leur rencontre en boîte de nuit ? Ou espérait elle qu'il aborderait lui même le sujet ?
Le jeune homme n'avait pas pour habitude de revenir sur une promesse, et celle là lui semblait facile à tenir. En réalité, ce ''contrat'' issu d'un de leurs jeux idiots l'arrangeait bien finalement.

Il se redressa, tendant la main à la jolie blonde, l'invitant se lever à son tour. Les deux jeunes gens se décrassèrent un peu. Être complètement trempé était une chose, être couvert de boue en était une autre.
Puis, Izumi attrapa Cassandre par le bras, l'entraînant à l'intérieur de la maison. Il retrouva sans trop de mal la chambre de la jeune femme. Il farfouilla quelques instant à la recherche des vêtements qu'il portait en arrivant chez la blonde, jugeant qu'un jeans et un débardeur mouillés étaient moins inconfortables qu'un pantalon couvert de vase.
Il chercha ensuite dans ses poches, sortit un paquet de cigarettes vide, un briquet et son portefeuille... pas vraiment ce qu'il avait espéré... rangeant le tout il se retourna vers son acolyte de la soirée, lui demandant de quoi écrire.
Une fois qu'il eut en main un stylo et du papier, il griffonna dessus un numéro et tendit la feuille à Cassandre.

« - Le numéro magique; tu appelles, et comme convenu ton preux chevalier accoure aussitôt, quels que soient l'heure et l'endroit. »

Rappelant les termes de l'accord, il fixa la jeune femme droit dans les yeux, un sourire au coin des lèvres.
Puis il remit sa veste en cuir sur ses épaules. Il était temps pour lui de tirer sa révérence. Il n'avait plus qu'à espérer que sa camarade de la nuit le prendrait au sérieux et n'aurait aucune hésitation à l'appeler quand elle en aurait envie.
Le brun soupira. Ça ne lui ressemblait pas de s'attacher aussi rapidement à quelqu'un. Depuis qu'il vivait à Yuukoku il avait tout fait pour éviter ce genre de situations. Apparemment c'était inéluctable, et à un moment ou un autre il fallait bien que l'on rencontre des personnes qu'on ne voulait pas laisser filer comme un beau rêve dont on finit par ne plus se souvenir.

Il laissa la blonde le raccompagner jusqu'au garage de la demeure où il devait récupérer sa moto. En passant ils croisèrent quelques hommes de main de la jeune femme. Même s'ils restaient impassibles, au fond ils devaient être soulagés que monsieur la catastrophe ambulante quitte enfin les lieux.

Voilà, ce coup-ci on arrivait vraiment à la fin de la soirée.
Izumi enfourcha sa moto, puis il se retourna vers Cassandre.

« - Cendrillon c'est à minuit qu'elle se barre, mais Izu faut se le supporter jusqu'à cinq heures du mat...  enfin, maintenant c'est bon, je te fous la paix. »

Railla-t-il.

Il reprit alors, sur un ton dont il était difficile de dire s'il était à prendre au sérieux ou avec ironie.

« - Par contre, t'as pas intérêt à perdre mon numéro, et je te conseille même de me rappeler un de ces quatre. »

Ce sur quoi il démarra sa bécane, adressant en partant un dernier signe de la main à la jeune femme.
Le prince, qui cette nuit là n'avait rien des héros serviables et vertueux des contes de fées, et avait troqué le traditionnel cheval blanc pour une moto noire, s'éloigna donc du château de sa princesse.
Et l'histoire s'arrêtait là ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   Ven 10 Juil - 8:58

« - T'as la mémoire courte chérie. J'étais largement plus bourré que toi mais moi je m'en souviens. On avait un deal tous les deux... et je suis pas du genre à revenir sur ma parole. »

Cassandre baissa la tête en souriant. Non, elle n'avait pas oublié leur marché, mais elle voulait s'en assurer en l'entendant dire par la bouche de son camarade de jeu. Cela l'a rassuré, sachant qu'elle serait alors amenée à le revoir. Cette pensée l'a réjouit grandement, si bien qu'elle ne vit pas Izumi se lever. Ce n'est que lorsqu'elle aperçut une main devant son nez, qu'elle l'a pris pour se redresser. Dans un silence serein, les deux jeunes gens tentèrent d'enlever la boue qui recouvrait leurs jambes, du mieux qu'ils purent. A certains endroits, cela se détachait comme des grosses plaques sèches, mais à d'autres, on avait l'impression que la boue continuait à s'étaler. Après tout, n'avait-on pas découvert quelques propriétés magiques et thérapeutiques à la boue? Enfin, celle-ci était plus un immonde tas de vase...

Izumi prit la jeune femme par la bras, et ensemble, se rendirent dans la maison. On pouvait suivre leur chemin à la trace, leurs pieds mouillés laissant des empreintes encore humide sur le parquet bien ciré. Le brun trouva rapidement la chambre de Cassy. Visiblement, il avait un bon sens de l'orientation. Une fois à l'intérieur, Cassandre se rendit dans la salle de bain pour se déshabiller, et rincer ses jambes dans sa douche, tandis que de son côté, Izumi était à la recherche de ses vêtements d'origine. Elle enfila une autre petite robe noire, et sortit de la pièce, cinq minutes après y être entrée. Son hôte, quant à lui, avait remis ses vêtements, encore mouillés, mais dépourvus de toute vase, comparés aux autres. Izumi se mit alors à fouiller dans ses poches, sous le regard amusé de Cassy. Au bout d'un moment, il lui demanda finalement si elle n'avait pas quelque chose sur quoi écrire. La jeune femme hocha d'un mouvement de tête, et se dirigea vers sa table de chevet, duquel elle sortit un calepin et un stylo noir, qu'elle tendit par la suite au beau brun mouillé. Il y griffonna rapidement quelque chose, et rendit le tout à la jolie blonde, tout en expliquant:

« - Le numéro magique; tu appelles, et comme convenu ton preux chevalier accoure aussitôt, quels que soient l'heure et l'endroit. »

L'Oyabun eut un sourire charmant, et colla le calepin contenant le précieux numéro de téléphone contre sa poitrine. Elle éprouvait beaucoup de gratitude à l'égard d'Izumi, qui jouait le jeu jusqu'à la fin. Après tout, il aurait pu être un parfait goujat, comme on en rencontre souvent. Il aurait très bien pu profiter de la princesse pendant toute une nuit, et s'enfuir au petit jour comme un voleur. Mais Izumi n'était pas ainsi. Il était clairement différent. Et puis, la franchise qu'il avait, même si elle pouvait paraître parfois brutale, était vraiment rafraîchissante. L'homme remit sa veste sur les épaules.

L'heure du départ sonnait, mais ce n'était qu'un adieu de courte durée. Ils savaient qu'ils allaient se revoir, et Cassandre choisirait la meilleure occasion pour appeler Izumi.

Les deux jeunes gens traversèrent la maison dans un silence religieux. C'était tout de même un peu douloureux de devoir se séparer après une nuit si merveilleuse. La réalité reprenait ses droits, et le leur faisait savoir. Ils sortirent de la résidence, et se dirigèrent vers l'immense garage, pour récupérer la moto du jeune homme. Celle ci avait été soigneusement rangée entre les voitures de luxe de la princesse. Enfin, elle ne s'intéressait pas vraiment aux automobiles. Il s'agissait surtout d'acquisition de son père, quand ce dernier était encore vivant, et Cassy n'avait pas eu à coeur de s'en séparer. Izumi poussa sa moto jusqu'à la sortie du garage, et une fois dans l'allée, l'enfourcha.

« - Cendrillon c'est à minuit qu'elle se barre, mais Izu faut se le supporter jusqu'à cinq heures du mat...  enfin, maintenant c'est bon, je te fous la paix. » lui dit le jeune homme avec beaucoup d'humour. Cassandre sourit à cette réflexion, même si elle trouvait qu'Izumi n'avait pas été si dur à « supporter ». Au contraire, elle aurait souhaité que cette nuit ne finisse jamais.

« - Par contre, t'as pas intérêt à perdre mon numéro, et je te conseille même de me rappeler un de ces quatre. »

Cassy répliqua avec un sourire en coin: « Mmh, avec de tels conseils, je n'oublierais pas de composer ton numéro, soit en sûr... »

Elle regarda alors le jeune homme démarrer sa moto, et s'éloigner dans l'allée, puis passer la grande grille. Il s'arrêta un court instant une fois sur la route pour lui adresser un petit signe de la main, auquel la jolie blonde répondit. Un chapitre venait de se clore. Izumi partait, et Cassy l'observait s'éloigner sans rien dire. Un chapitre était clos, mais un autre s'ouvrirait très prochainement. De cela, elle en était convaincue.

La jeune femme leva les yeux au ciel. Le soleil commençait à se lever doucement. Elle tourna le dos au monde, et s'enfonça dans sa demeure, telle une prisonnière. Il était temps pour elle d'aller se coucher, jusqu'à ce que le rêve reprenne...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Troisième chapitre d'une nuit de folie! (Izu) [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit de folie avec God' & cie !
» [Lac Simizu] Une nuit de folie ! (Pv : Shôna Freya]
» Nuit de folie entre copines! (Céleste Di Marzio)
» Nuit de folie ! (PV Léo D. Williams) [HOT !]
» C'est bien la pire folie que de vouloir être sage dans un monde de fous - Nuit Apocalyptique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Les Quartiers Résidentiels :: Les Maisons :: Villa de Cassandre McKeller-
Sauter vers: