Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Lun 22 Juin - 18:12

Une douce vapeur, suave et sucrée, s'échappait de la tasse qu'elle tenait entre ses longs doigts fins. Repliée sur elle même, les genoux contre son ventre, et la tasse de chocolat chaud dans ses mains, la jeune femme était assisse sur le perron de bois verni, contemplant d'un oeil distrait la rivière artificielle. Les koïs remontaient de temps en temps à la surface, pour gober quelques insouciants insectes. Le vent remuait doucement les branches des cerisiers en fleurs, faisant voler dans le jardin, de jolis pétales blanches, semblables aux flocons de neige. Cassandre trempa ses lèvres dans la boisson, espérant y trouver un peu de réconfort. Ses doigts étaient rougis par la chaleur de la porcelaine, mais elle n'y prêtait guère d'attention. Depuis le début de la journée, elle traînait dans le jardin, telle une âme en peine. Maintes fois, elle avait traversé le petit pont de bois, nourri les poissons de quelques miettes de pain, cueilli quelques fleurs, sans jamais se sentir mieux. Elle avait l'impression qu'un immense vide s'était creusé en elle. Un profond désespoir s'était abattu sur elle avec une vivacité qu'elle n'avait pas imaginé.

***
-Tu te rends compte de ce que tu viens de dire Cassy!? Comment peux tu affirmer cela si brutalement!?

Le corps de la jeune femme était secoué par les sanglots. Elle hoquetait de temps en temps, ayant toutes les difficultés du monde à reprendre son souffle et à se calmer. Pourquoi donc avait-elle si mal?

-Jack! Parvînt-elle à articuler entre deux crises de larmes, Tu ne dois pas m'en vouloir... Par pitié, Jack! Je ne voulais pas que cela se passe ainsi... J'y ai vraiment cru...

Elle ne parvenait pas à stopper cette profusion lacrymale, se tordant dans tous les sens. Ce qu'elle pouvait avoir mal au coeur! Il lui semblait que ce dernier avait été déchiré en morceaux devant ses yeux...

**

Elle posa la tasse à ses côtés, n'en ayant même pas bu un tiers, et s'allongea sur le parquet froid et ciré. La jeune femme était bien différente de d'habitude. Elle avait revêtu un large pull qui lui tombait jusqu'aux cuisses, dans lequel elle pouvait être prostrée aisément, et une paire de leggings noirs. Sur son visage, pas de traces de maquillage, ni de crèmes de jour coûteuses. Encore moins une coiffure sophistiquée. Depuis son réveil, et cette nuit bien courte et difficile, elle hantait ce jardin. Cassandre avait annulé tous ses rendez-vous, et avait délégué temporairement ses affaires à Gôro.

Le visage tourné vers le jardin, elle observait les koïs nageant dans le bassin. Non, décidément, elle n'avait plus goût à rien. Une profonde mélancolie l'habitait, et elle était bien incapable de la chasser maintenant, surtout depuis qu'elle savait que...

**

-Jack... Je crois... Je crois que je ne suis pas la femme qu'il te faut...

Le jeune homme s'était levé de son siège en la voyant arriver au bord des larmes. Il l'avait tout de suite entouré de ses bras pour la réconforter, ne connaissant pourtant pas le motif d'une telle tristesse. La chaleur de Jack l'avait apaisé un instant, presque enivré. Elle ne se sentait plus le courage de tout lui avouer, une fois dans ses bras... Cassandre repoussa son mari avec douceur. Non, elle n'était plus digne d'être aimée de lui, et lui dit en bafouillant:

-Jack... Je crois... Je crois que je ne suis pas la femme qu'il te faut...

L'acteur avait levé un sourcil, puis, légèrement amusé, eut un petit sourire. Il se rapprocha de nouveau de son épouse, et lui caressa avec douceur les cheveux, la tenant contre lui. L'homme lui chuchota alors:

-Allons, mon amour, ne dis pas cela... Je sais que tu manques encore de confiance en toi, mais je sais pertinemment que tu es la femme de ma vie...

Non... Non... Il ne pouvait pas lui dire cela... Il ne la croyait pas! Elle le repoussa avec un peu plus de violence et s'éloigna de lui de quelques pas. Passant nerveusement sa main dans ses cheveux blonds, elle cherchait un moyen de lui faire comprendre que tout cela était bien sérieux, que ce n'était pas un caprice de sa part pour qu'il la rassure. Elle explosa alors:

-NON! Tu ne comprends pas! Je ne suis pas la femme qu'il te faut! Bon sang, Jack! Ouvre les yeux! Qu'est ce que tu sais de moi? Hein? Quelle femme suis-je vraiment pour toi?

**

Elle ramena de nouveau ses genoux contre son ventre, et passa un bras sous sa tête. De sa main libre, elle poussa la tasse jusqu'au rebord du perron. Cela glissait si facilement sur le parquet bien ciré. Encore un centimètre, et elle serait au bord du précipice... Tout comme sa vie actuellement... Cassandre franchit le dernier centimètre. La tasse pleine de chocolat bascula en avant, restant néanmoins suspendue dans les airs un court instant, et s'écrasa avec fracas contre le sol plein de graviers. Elle entendit le bruit de la porcelaine éclater sur elle-même, et une odeur de chocolat chaud monta vers elle. Sans avoir à la voir, elle s'imaginait très bien le dessin que formait la tasse brisée, mêlée de chocolat liquide. Elle voyait parfaitement les derniers morceaux de porcelaine s'agiter vainement, avant de stopper leur mouvement pendulaire d'un seul coup.

Ses cheveux blonds lui tombaient aléatoirement dans les yeux, mais elle ne prit pas la peine de les dégager. Après tout, à quoi bon? Et pour quoi faire? Rien n'avait plus vraiment de sens... Et cet enfant qui n'était pas vraiment à elle... Cassandre ne voulait pas le détester, surtout avant sa naissance, mais elle ne pouvait s'empêcher de penser que tout aurait été certainement différent si elle n'avait pas rencontré Tatsuki Suguira...

Elle ferma les yeux, mais ne parvînt pas à pleurer. Elle l'avait trop fait la veille. Elle s'était asséchée et ce n'était peut être pas plus mal. Elle se contenta juste de gémir faiblement et de se recroqueviller un peu plus sur elle-même.

Le plancher craqua derrière elle, et elle perçut les vibrations de quelques pas. On s'assit à ses côtés, et avec beaucoup de douceur, quelqu'un lui caressa les cheveux. Elle crut un instant qu'il s'agissait de Jack, et ouvrit les yeux avec lenteur pour les lever sur l'inconnu. Il ressemblait à Jack... Jack... Elle se releva rapidement, très heureuse de le voir, mais se rendit bien vite compte qu'il ne s'agissait que de Léon... Cassandre se laissa retomber sur le parquet, la tête entre ses bras. Le garde du corps la surveillait depuis le début de la matinée, lui apportant quelques repas frugaux. Tel un grand frère, il continua à lui caresser affectueusement les cheveux. Il ne se serait pas permis de la déranger, s'il n'avait pas su que l'invité qui attendait un entretien avec elle, était important pour la jeune femme. Avec beaucoup de douceur, il lui annonça:

-Cassandre... Abel est à la résidence... Il aimerait te parler...
-Mmmh, grommela-t-elle... Qu'il aille se faire foutre... Je ne veux voir personne...
-Cassy... Tu devrais le voir... C'est surement très important...

La jeune femme se leva, et s'assit près de Léon. Elle posa sa tête sur son épaule, et jeta un regard vide sur le jardin. Elle n'était pas d'humeur à recevoir quelqu'un, encore moins le fiancé de Tatsuki, même si elle appréciait beaucoup Abel. Léon passa un bras autour des épaules de la jeune femme, et la secoua un peu pour l'encourager. Cassandre eut un sourire faible, et se leva finalement. Sur le pas de la porte, avant de rentrer, elle demanda à Léon:

-Au fait, où est Jack?
-Il est toujours dans la chambre d'ami de l'aile est. Et il a dit à Texas qu'il prendrait le premier avion, demain matin...
-Bien, souffla-t-elle, préviens Abel que j'arrive...

Cassandre se rendit dans sa chambre, prit une douche rapide, et enfila un pull noir et fin à col roulé, et un jean savamment élimé. Elle s'observa un court moment dans le miroir. Les yeux rougis par les pleurs et la nuit de courte durée, elle ne ressemblait pas vraiment à la femme radieuse qu'elle était d'habitude...

Damned... Je n'aime pas me sentir aussi mal, murmura-t-elle doucement à l'encontre de son reflet. Elle se détourna de l'image peu flatteuse, passa un coup de brosse expéditif dans ses cheveux, se pinça les joues et mit un peu de mascara pour aller à la rencontre d'Abel.

Elle marcha pieds nus dans les couloirs parfaitement lessivés, jusqu'au petit salon, où elle avait reçu la veille Tatsuki. Si Abel était là, c'est que l'Oyabun lui avait parlé de ses petits projets... Elle entra, et salua le jeune homme:

-Abel... Je suppose que tu es là pour que nous discutions de Tatsuki, de son projet de mariage et compagnie, n'est ce pas?

Cassandre n'avait pas de temps à perdre, et encore moins l'envie de se prendre la tête avec quelqu'un. Jack lui avait déjà suffit...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Lun 22 Juin - 20:22

Abel avait quitté la maison sans le dire à Tatsuki. Mais son amant avait tout de même réussi à le rattraper, en descendant tout l’immeuble en prenant les escaliers. Essoufflé, il avait demandé au blond de l’écouter. Mais Abel s’était assis derrière le volant et avait actionné la fermeture automatique des portes pour que son ex-fiancé ne puisse pas l’empêcher de partir. Tout en mettant le contact et en démarrant sa BMW, il avait écouté ce qu’avait eu à dire l’Oyabun, tout en faignant de ne pas l’entendre. Le grand blond était conscient qu’en acceptant de faire sa vie avec Tatsuki, il avait aussi accepté le fait que le clan passe avant toute chose, même leur couple. Mais il pensait accepter bien assez de choses comme ça. Il laissait son amant mener son clan sans rien dire et sans lui faire de reproche, bien que Tatsuki passait beaucoup de temps à son bureau, bien plus qu’à la maison.

Mais, aux yeux d’Abel, ce mariage avec Cassandre n’avait rien à voir avec la mafia. Pour lui, Tatsuki pensait plus à son enfant qu’à son clan. Le blond était d’accord sur le fait qu’un enfant, qui avait la possibilité de vivre avec ses deux parents, avait besoin de ceux-ci pour son développement. Même s’il pensait s’en être bien sorti, l’absence d’un père avait été dure pour lui. Il comprenait donc ce que désirait Tatsuki pour son fils ou sa fille. Mais de là à se marier avec la mère de son enfant… Abel ne voyait pas ce que cela apporterait de plus. Les deux parents pourraient passer du temps ensemble, ils n’avaient pas besoin d’être mariés pour cela. Et puis le tueur trouvait cela déplacé de promettre le mariage à quelqu’un d’autre alors que le yakuza lui avait déjà demandé sa main. Pour Abel, c’était une trahison. Avant que Tatsuki ne lui demande de l’épouser, il n’avait jamais pensé au mariage, vu qu’au Japon, le mariage homosexuel était interdit. Mais, après avoir découvert qu’il avait la possibilité de se marier avec l’homme qu’il aimait, il en avait longuement rêvé, avant que Tatsuki ne lui brise ce rêve.

L’habitacle de la voiture était bien silencieux. D’habitude, pour passer le temps, Abel mettait un peu de musique. Mais là, il préférait se plonger dans ses pensées et profiter du calme. Il ne savait pas trop pourquoi il avait choisi sur un coup de tête d’aller rendre visite à Cassandre. Pour qu’elle refuse vraiment d’épouser Tatsuki ? Pour lui faire lui aussi du chantage ? Pour parler ? Pour se confier ? Abel était complètement perdu depuis qu’il avait appris la nouvelle. Il ne savait pas quoi faire et ne se sentait plus la force de faire des efforts pour garder Tatsuki pour lui tout seul. C’était triste à dire mais il en avait assez d’être le seul à faire des efforts dans le couple. Du moins, c’était ainsi qu’il voyait les choses. Son amant n’en faisait qu’à sa tête et prenait des décisions tout seul. Ce n’était qu’après coup qu’il en parlait à Abel et lui expliquait les faits. Comme pour cette décision de garder l’enfant, il s’était senti exclu. Peut-être que si Tatsuki lui avait fait part de son idée avant, lui avait donné de bons arguments et lui avait promis tout de même un mariage en Angleterre, il aurait accepté cette union entre les deux Oyabun. Mais ce n’était pas le cas… Maintenant, c’était même trop tard pour se rattraper.

En arrivant devant le grand portail de la demeure de Cassandre, Abel s’arrêta, les hommes de la jeune femme l’empêchant d’aller plus loin. Il n’avait jamais rendu visite à la jeune femme. Il était donc normal qu’on lui refuse l’entrée. Heureusement, l’un des deux cerbères de la jeune Américaine vint à la grille et donna l’autorisation aux gardes de laisser passer Abel. Si le blond se souvenait bien, cet homme s’appelait Léon. A moins que cela ne soit Texas ? Peu importe, le principal était qu’il l’avait fait rentrer. Abel le remercia donc et se gara dans la cour. Il suivit ensuite l’homme à l’intérieur de la maison, après vérification que le tueur n’était pas armé. Le grand blond patienta dans le salon, le temps que Léon ou Texas prévienne sa patronne de sa venue à l’improviste et que Cassandre vienne le rejoindre. En attendant, Abel se mit à la fenêtre pour regarder les jardins. Ils semblaient plus petits que ceux de la résidence Sugiura mais tout aussi magnifiques. Il y avait des cerisiers en fleur, un cours d’eau, des fontaines… Abel ne put lister plus tout ce qui constituait les jardins car Cassandre fit son entrée. Ils se saluèrent poliment avant que la belle blonde ne prenne la parole.


-Abel... Je suppose que tu es là pour que nous discutions de Tatsuki, de son projet de mariage et compagnie, n'est ce pas?

« C’est exact. »

Bizarrement, Cassandre avait choisi de le tutoyer. C’était étrange. Mais, après tout, entre personnes s’échangeant le même homme, n’étaient-ils pas devenus intimes ? Ils pouvaient donc se permettre de laisser tomber le vouvoiement, quoiqu’Abel aurait sûrement du mal. Il avait quelques difficultés à se rapprocher des gens, surtout ceux avec qui il avait été en froid. Cassandre n’avait donc pas à s’inquiéter s’il continuait à la vouvoyer encore un moment. Il préférait garder certaines distances, même si à la base, il avait souhaité de se rapprocher d’elle pour ne pas qu’elle lui pique Tatsuki. Mais vu que la situation avait changé, ses plans avaient été revus. En fait, pour être sincère, Abel ne savait toujours pas ce qu’il faisait chez Cassandre. Lui rendre visite avait été la première chose qu’il avait eue envie de faire après s’être un peu disputer avec Tatsuki. Il avait envie d’arranger la situation, que ce mariage entre les deux Oyabun n’ait pas lieu et qu’ils trouvent une autre solution pour cet enfant ainsi que pour leur sécurité à tous.

« Vous avez mauvaise mine. Tatsuki avait raison, son projet n’a pas l’air de vous enchanter non plus. » remarqua t-il à la triste mine qu’avait la belle blonde. « Pour tout vous avouez, je ne sais pas trop ce que je fais ici. »

Il était sincère et montrait un peu qu’il était perdu. Il s’éloigna de la fenêtre pour se rapprocher de Cassandre. Elle n’avait pas l’air d’aller bien. A voir ses yeux rouges et légèrement gonflés, elle avait pleuré peu de temps auparavant, tandis que ses légères cernes montraient qu’elle avait mal dormi. Abel était très attentif aux moindres détails. Déformation professionnelle peut-être. En tant que tueur à gage, il se devait de faire attention à tout… Cassandre ne ressemblait plus à la jeune femme pleine de vie qu’avait rencontrée Abel plusieurs mois auparavant. Elle semblait bien fade, un peu dépressive même. Ce n’était pas bon pour elle et surtout pour l’enfant. Même si le grand blond leur en voulait à tous les deux, à la mère et au petit être qui grandissait en elle, il ne pouvait s’empêcher de s’inquiéter pour leur santé. Pourquoi ? Parce que l’enfant était aussi celui de Tatsuki et que Cassandre… Abel ressentait quelque chose d’étrange pour elle. Il avait beau dire et penser des choses horribles sur elle, il ne pouvait s’empêcher de se sentir attirer par la belle blonde.

« Je ne vais pas vous apprendre grand-chose mais je n’ai pas envie que ce mariage ait lieu. » déclara t-il en se passant une main dépourvue de bague dans les cheveux pour remettre quelques mèches en place. « Tatsuki a encore tout décidé pour tout le monde. Qu’est-ce que vous en pensez vous de ce mariage ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Lun 22 Juin - 23:06

« C'est exact »

Donc, elle ne s'était pas trompée: Tatsuki avait discuté, ou plutôt imposé sa décision à son amant. Ce qui voulait dire qu'il était aussi passé par la même occasion chez Hidekazu, mais cela était une information qu'elle ne préférait pas divulguer au blond. Tatsuki ne les ménageait pas tous les deux, ce n'était donc pas la peine d'en rajouter une couche. Elle préférait ne pas accumuler plus de tensions.

« Vous avez mauvaise mine. Tatsuki avait raison, son projet n’a pas l’air de vous enchanter non plus. Pour tout vous avouez, je ne sais pas trop ce que je fais ici. » ajouta le jeune homme. Alors, cela se voyait tant que ça qu'elle avait mauvaise mine? Après tout, elle n'avait pas eu le temps d'arranger les choses, ni l'envie en vérité. Elle passa une main dans ses cheveux, rabattant quelques mèches blondes en arrière et répondit au tueur:

« En effet... Ce n'est pas le plus brillant des projets de Tatsuki... »

Cassandre remarqua à peine qu'Abel continuait à la vouvoyer, mais cela ne la dérangeait pas spécialement. Après tout, s'il se sentait plus à l'aise en mettant une distance entre eux, pourquoi pas. La jeune femme s'était voulue pour déterminée et incisive avec le tutoiement, histoire de mettre les pendules à l'heure le plus rapidement possible. En vérité, elle avait craint dans un premier temps qu'Abel ne soit venu pour la menacer, comme quelques mois auparavant. Si cela avait été le cas aujourd'hui, elle ne l'aurait certainement pas supporté... ou bien aurait eu elle-même le courage d'appuyer sur la gâchette. Mais visiblement, le blond n'avait pas trop d'idées sur sa réelle présence ici, ce qui indiquait que d'un certain côté, il n'était pas là pour se venger d'une façon ou d'une autre.
La jeune femme s'assit dans un des fauteuils, particulièrement lasse, et ajouta:

« Et puis, si tu es ici, c'est que tu as, comme moi, envie de comprendre un peu plus... d'avoir quelques indices sur notre avenir commun... »

L'américaine se massa doucement le front d'une main. La fatigue commençait à se faire sentir, et la tête lui tournait par moments fugaces. Abel s'écarta de la fenêtre, et s'approcha un peu plus de Cassandre. Elle leva les yeux vers lui, plongée dans un mutisme réflexif, lui laissant alors tout le loisir de la détailler un peu plus. Que vit-il dans son regard? Une profonde tristesse? Un désespoir sans fin? Le regret d'un passé qui n'a jamais existé?

***
- Et si cet enfant disparaissait, Cassy? M'aimerais-tu de nouveau?


***

« Je ne vais pas vous apprendre grand-chose mais je n’ai pas envie que ce mariage ait lieu. »

Cela l'aurait étonné. Cassandre commençait à connaître Abel, et elle s'était très bien doutée que pour cette fois, il ne se laisserait plus faire. Tatsuki était allé bien trop loin, les impliquant tous dans son petit monde qu'il voulait parfait... Elle ne savait pas s'il faisait involontairement ou non le mal autour de lui, mais il le faisait... L'homme passa une main dans ses cheveux. C'était étrange ces mimiques qu'ils avaient tous les deux... Plusieurs fois, Cassandre s'était dit qu'elle avait trouvé un frère en Abel... Ils avaient beaucoup de points communs tous les deux... tellement que Tatsuki ne voyait que son fiancé à travers Cassy lors de leur aventure. Néanmoins, ce qui intrigua le plus la jeune femme fut la main sans bague d'Abel. Elle se souvenait avoir revu l'anneau qu'elle avait trouvé à la chambre d'hôtel, au doigt du jeune homme. Mais aujourd'hui, il ne la portait plus. Elle eut un sourire triste en pensant qu'elle non plus ne portait pas la sienne... Encore un point commun?

***
- Tant de choses ont changé, Jack... Ces deux années m'ont changé, et c'est pareil pour toi... Mais tu n'as pas idée des transformations qui se sont effectuées dans ma vie, Jack... Ce que nous étions avant... Toute cette époque est définitivement révolue... Je ne peux plus faire marche arrière... Je suis enlisée dans mon monde, et tu as été ma bouffée d'air frais... Mais je n'ai pas le droit de t'imposer tout cela...


***

« Tatsuki a encore tout décidé pour tout le monde. Qu’est-ce que vous en pensez vous de ce mariage ? »

La jeune femme se concentra de nouveau sur le blond. Ses pensées ne cessaient de vagabonder librement et allègrement dans son esprit. Elle n'arrivait pas à canaliser tout cela... Cassandre était... perdue... Elle leva un regard fatigué sur Abel, et l'invita, d'un geste de la main, à prendre place dans un des fauteuils de cuir. Puis, elle frappa deux fois dans ses mains, et un domestique apparut par l'une des portes du salon. La jeune femme commanda alors deux chocolats chauds. Elle commençait à connaître un peu les goûts du jeune blond, et le chocolat était l'une de ses passions.

Une fois le domestique partit, elle s'enfonça dans son siège, croisa les bras sur sa poitrine, et répondit à Abel:

« Je désapprouve ce mariage, même si Tatsuki a invoqué beaucoup de bonnes « raisons » et d'arguments solides. Néanmoins, je reste convaincue qu'il y a des solutions que nous n'avons pas encore explorées et qui pourraient nous satisfaire tous les qua... trois... »

Elle se mordit nerveusement la lèvre inférieure. Oui, Jack faisait encore partit de sa vie, du moins, dans son esprit et dans son coeur, même si elle savait qu'en vrai, c'en était fini... Jack ne voudrait très certainement plus jamais en entendre parler. Jack... Jack... Son prénom ne voulait pas sortir de sa tête, et c'était comme si mille lames s'enfonçaient dans sa poitrine quand elle évoquait intérieurement son nom, son sourire, l'odeur de son corps, les différentes modulations de sa voix, son regard pétillant et intelligent...

Plus pâle que jamais, elle passa une main sur ses yeux, et les frotta un bref instant. La réalité semblait se dissoudre autour d'elle, et rien ne paraissait avoir réellement de sens. Le domestique revînt très vite avec un plateau chargé de deux tasses fumantes de chocolat chauds, et de petits biscuits du même parfum. Quelques boudoirs, gâteaux que la jeune femme appréciait ordinairement, avait été ajoutés pour son plaisir gustatif... Néanmoins, elle n'y goûta pas aujourd'hui. Elle n'avait pas la tête à ça. Son regard fuyait Abel, se détournait de sa personne pour s'évader par la fenêtre, gravir les grilles de la résidence, et s'échapper bien loin de toute cette folie, de ce monde de la mafia... Cassandre ne voulait plus lui appartenir, et pourtant, elle y était enchaînée depuis sa naissance...

« Avais-tu songé à quelques solutions, Abel? » lui demanda-t-elle d'un ton neutre, reposant son regard gris et vide sur le jeune homme. A vrai dire, elle le regardait, sans vraiment le faire en même temps, comme si sa vue glissait au dessus de tout objet... « A vrai dire, je suis un peu à court d'idées.. »

***

- Je vais tuer ce fils de pute! C'est lui qui t'as mis toutes ses idées en tête! Putain, Cassy! Ne me dis pas que tu ressens quelque chose pour lui!
- Ne va pas croire n'importe quoi!
- Son of bitch! Je vais le buter ce type!
- Jack! Tu ne peux rien! Ni contre lui, ni contre moi, ni contre personne ici... Va t-en, simplement... Ce sera beaucoup mieux pour toi...

***

Cassandre trempa légèrement ses lèvres dans la boisson sucrée, mais ne parvînt pas à apprécier le goût comme il convenait. Elle reposa donc la tasse sur la table, et ajouta:

« J'ai prévenu Tatsuki... Deux comme toi, il n'en existe pas par le monde... Mais visiblement, il n'a pas encore mesuré sa chance... »

Une confidence? Cela en avait tout l'air, mais ses paroles s'envolaient de ses lèvres sans qu'elle les contrôle réellement. Et puis, implicitement, l'image de Jack était toujours fortement présente derrière chacune de ses pensées...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Mar 23 Juin - 0:56

Cassandre n’avait vraiment pas l’air bien. Abel avait l’impression d’être devant une poupée de porcelaine, fragile et dépourvue d’âme. La jeune femme avait l’air vide. Etait-ce la demande en mariage de Tatsuki qui l’avait mise dans cet état ? Elle prenait la nouvelle différemment d’Abel mais tout aussi mal apparemment. Le blond avait un peu de peine pour elle. En la voyant dans cet état, il eut même l’impression de retrouver un semblant de force pour arranger toute cette histoire. Au final, personne n’était heureux, pas même Tatsuki, bien que cela soit lui qui ait eu cette « brillante » idée. Il avait expliqué qu’il n’avait pas eu le choix, que c’était la seule solution possible et envisageable. Abel n’était pas d’accord. C’était pour cela qu’il avait envie de se battre, bien que la force n’était pas vraiment au rendez-vous.

Le jeune tueur, qui était resté debout depuis le début car il n’avait pas reçu l’autorisation de s’asseoir, s’installa enfin dans un des fauteuils en cuir du petit salon lorsque Cassandre l’y invita d’un geste de la main. Même s’il était perdu dans toute cette histoire, il n’en oubliait pas moins les bonnes manières. La jeune femme frappa ensuite dans les mains et un domestique apparut dans la pièce. Cassandre était vraiment une jeune femme ayant vécu dans le luxe pour agir ainsi. Abel trouvait cette manière d’appeler quelqu’un quelque peu impoli mais il n’avait pas son mot à dire, il n’était pas chez lui. La belle Américaine demanda qu’on leur préparât un chocolat chaud à tous les deux. C’était gentil de sa part. Apparemment, elle commençait à connaître les goûts d’Abel. Dans d’autres circonstances, le blond aurait profité de la situation pour la taquiner un peu. Mais là, il ne trouvait pas la force de faire de l’humour pour détendre l’atmosphère. Il n’avait pratiquement plus de force pour rien. Cassandre et lui avaient l’air bien. On aurait dit deux dépressifs. Mais était-ce si loin de la réalité ?


« Je désapprouve ce mariage, même si Tatsuki a invoqué beaucoup de bonnes « raisons » et d'arguments solides. Néanmoins, je reste convaincue qu'il y a des solutions que nous n'avons pas encore explorées et qui pourraient nous satisfaire tous les qua... trois... »

Suite aux paroles de la jeune femme, Abel se rappela qu’ils n’étaient pas seulement trois dans l’histoire, mais qu’il y avait Jack. Du moins, avait eu car il semblait faire partie d’une histoire ancienne. Cassandre avait dû le mettre au courant de cette demande en mariage et il n’avait pas dû apprécier. Mais la belle Américaine l’avait-elle quitté avec la certitude de se marier avec Tatsuki ? Abel ne savait pas trop ce qu’il devait en penser. Si Cassandre ne lui avait pas avoué désapprouver elle aussi cette union, il en aurait déduit qu’elle était heureuse de quitter cet acteur hollywoodien pour le yakuza. Où était le problème avec Jack alors ? Abel était curieux de le savoir mais, par politesse et par tenue, il ne posa aucune question. Ç’eut été déplacé. Et puis, dans un sens, le fait que Jack soit rayé de l’histoire l’arrangeait un peu. Cela faisait l’avenir d’une personne en moins à penser. Jack était un peu un petit veinard. Il allait éviter de se retrouver dans une situation très compliquée et quasiment impossible à gérer.

Abel resta silencieux un moment. Il ne savait pas trop quoi dire en réponse aux paroles de Cassandre, surtout que celle-ci avait l’air d’aller très mal. Elle était pâle comme un linge. On aurait dit qu’elle allait s’évanouir dans la seconde qui suivait. Le jeune blond était de plus en plus soucieux vis-à-vis de la santé de sa belle interlocutrice. Il avait envie de faire quelque chose pour l’aider, mais ne savait pas quoi. Heureusement, ce silence un peu tendu et triste fut légèrement interrompu par le domestique qui revint avec un plateau sur lequel se trouvaient deux tasses de chocolat chaud ainsi que quelques petits gâteaux. Même si le jeune tueur raffolait du chocolat, il ne sauta pas directement dessus. Il n’avait pas très faim à vrai dire. Il avait trop de soucis en tête pour ressentir un réel plaisir à manger ou boire du chocolat. Cela prouvait donc qu’il n’allait vraiment pas bien. Il fit néanmoins l’effort de prendre sa tasse de chocolat et d’en boire quelques gorgées. C’était par politesse, pour ne pas froisser Cassandre, bien qu’elle avait l’air bien loin de cette entrevue. Son regard dénué d’émotion était tourné vers la fenêtre, fixant un point fixe et imaginaire. Mais elle finit tout de même par regarder de nouveau Abel.


« Avais-tu songé à quelques solutions, Abel ?.. A vrai dire, je suis un peu à court d'idées… J'ai prévenu Tatsuki... Deux comme toi, il n'en existe pas par le monde... Mais visiblement, il n'a pas encore mesuré sa chance... »

Le jeune assassin esquissa un léger sourire, pas de joie mais de remerciement. Les paroles de Cassandre lui allait droit au cœur. Si seulement Tatsuki pouvait penser la même chose. Abel ne voulait en aucun cas se vanter mais il pensait que l’Oyabun avait de la chance de l’avoir comme amant. Il avait toléré et pardonné tellement de choses que peu de personnes auraient acceptées. Tatsuki aurait du mal à trouver quelqu’un d’aussi tolérant et d’aussi amoureux qu’Abel si jamais celui-ci venait à le quitter. D’ailleurs, la possibilité d’une énième rupture n’était pas loin. Elle flottait en l’air, telle une épée de Damoclès, prête à tomber à la moindre décision prise par Tatsuki. Le yakuza avait franchi les limites de la tolérance d’Abel et s’était mis en danger. Il allait comprendre qu’il n’aurait pas dû et que son amant n’était pas prêt à lui pardonner et surtout, qu’il n’allait pas rester sans rien dire comme il l’aurait fait auparavant. Tatsuki l’avait trahis, il n’était pas prêt de le pardonner cette fois-ci.

« Vous savez, j’ai dit à Tatsuki qu’on pourrait vivre tous les trois ensemble. Mais j’ai proposé ça sans réfléchir. J’avais juste envie de faire une suggestion, pour montrer que j’avais aussi beaucoup réfléchi à la situation et que je ne méritais pas d’être tenu à l’écart. »

C’était la première idée qui lui était passée par la tête. Mais en y réfléchissant bien, il se dit que cette solution était vraiment idiote. C’était tout ce qu’il avait refusé d’accepter. En fin de compte, c’était comme s’ils faisaient un ménage à trois. Il y aurait les deux Oyabun, parents de l’enfant à venir, et l’amant de l’un d’entre eux. En théorie, cela pouvait paraître parfait, mais en pratique, cela serait tout autre chose. Le chiffre trois n’était pas une bonne idée. Deux, oui, quatre aussi, mais trois, non. Il y avait toujours un qui se sentait exclu. Et, vu Tatsuki et l’attachement qu’il avait envers son enfant, il allait sûrement favoriser Cassandre, qui était la mère, et délaisser Abel. Mais, au final, ne se retrouvaient-ils pas dans la même situation que ce mariage ? Tatsuki préférait se marier avec la mère de son enfant, passer du temps en famille, et mettre son amant à l'écart de tout cela.

« D’après ce que j’ai compris, il veut fonder une famille avec vous durant quelques années et vivre aussi avec moi. Avoir une double vie au final. C’est vraiment égoïste. »

Abel soupira et se massa légèrement les tempes du bout des doigts. Il se confiait. C’était la meilleure. Mais c’était qu’il en avait besoin. Cassandre était au courant de la situation et était aussi impliquée. Qui aurait été mieux qu’elle pour écouter Abel ? Mais le blond, loin d’être égoïste, voyait que la belle blonde n’allait pas l’air bien non plus. Il avait l’impression qu’elle devenait de plus en plus pâle alors qu’il pensait qu’elle avait atteint le blanc de la neige. Il avait vraiment peur pour elle. Et si elle s’évanouissait devant lui, que devrait-il faire ? Il n’était pas médecin. Il était sûr d’une chose, cette situation n’était pas bonne pour le bébé. Il devait ressentir le mal être de sa mère et en pâtir. Dans les histoires d’adultes, les enfants n’étaient pas à exclure. Ils avaient beau ne rien dire, ils pouvaient souffrir en silence… Se faisant du souci, Abel se leva pour s’installer dans le fauteuil le plus près de Cassandre et lui prit la main. Ce n’était pas dans ses habitudes d’approcher autant les gens mais il sentait que cela n’allait vraiment pas. Dans les situations difficiles, il fallait se serrer les coudes, non ? Dans l’histoire, Cassandre était elle aussi une victime, même si elle n’était pas blanche comme une colombe non plus.

« Buvez un peu de chocolat, vous êtes vraiment pâle. » dit-il en prenant la tasse de la jeune femme et en la lui donnant.

Abel se surprenait à se montrer aussi attentionné envers la femme qu’il avait vu comme son ennemie, sa rivale. Mais il ne pouvait s’empêcher de ressentir une envie de la protéger. C’était peut-être son attirance pour elle qui faisait cela. Il garda sa main dans la sienne tandis qu’elle buvait quelques gorgées de sa boisson sucrée et chaude. Abel l’accompagna même en prenant sa propre tasse et en buvant à son tour. Rien de tel qu’un bon chocolat pour retrouver le moral, non ? Et puis cela offrait un peu de sucre à Cassandre qui semblait en avoir besoin. Le grand blond finit tout de même par la lâcher. Il n’était pas habitué à se montrer proche avec une personne qu’il connaissait peu. C’était tout de même le cas avec la jeune Américaine. Il connaissait peu de choses sur elle et pourtant, ils se retrouvaient dans la même galère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Mar 23 Juin - 11:06

Abel but un peu du chocolat qu'on avait apporté, néanmoins, tout comme l'américaine, il semblait se forcer. Cassandre se douta que c'était principalement par politesse qu'il consommait la boisson, plus que par réel plaisir aujourd'hui. Tatsuki avait vraiment le chic pour mettre les gens de bonne humeur. Se rendait-il compte de ce qu'il faisait autour de lui, de la souffrance qu'il distillait un peu partout? Bien sûr, la jeune femme n'était pas non plus toute blanche dans cette histoire, et c'était bien de sa faute à l'origine, si elle était dans ce pétrin, mais au moins, elle tâchait de ne pas faire trop de « dommages collatéraux ». Le jeune homme reprit alors la parole:

« Vous savez, j’ai dit à Tatsuki qu’on pourrait vivre tous les trois ensemble. Mais j’ai proposé ça sans réfléchir. J’avais juste envie de faire une suggestion, pour montrer que j’avais aussi beaucoup réfléchi à la situation et que je ne méritais pas d’être tenu à l’écart. »

Oui, elle avait aussi envisagé cette solution, mais cela paraissait beaucoup trop idyllique pour être réalisable. Il y aurait toujours une personne à l'écart, et il n'y avait aucun doute que ce serait très certainement le tueur. Tatsuki était le pôle aimanté qui les réunissait tous les trois, mais c'était aussi lui qui avait la capacité -cruelle- de repousser les autres. Abel allait clairement en faire les frais, et cela avait d'ors et déjà commencé. L'Oyabun n'avait pas trouvé judicieux d'inviter son fiancé à participer à l'élaboration de cette famille en devenir, et maintenant, il tentait d'attirer Cassandre pour un mariage qu'elle réprouvait. Et puis, au fil des années, la tendance pouvait tout aussi bien s'inverser: Tatsuki ramènerait à lui le beau blond pour rejeter au loin la mère de son enfant. De plus, Cassandre n'était pas comme son confrère Oyabun. Elle ne se voyait pas avoir maintes aventures avec des hommes, tout en étant mariée. Et puis, si un jour, elle tombait réellement amoureuse d'un homme, est ce que ce dernier accepterait de la voir mariée à un autre homme? Enfin, Tatsuki rêvait d'un équilibre familial pour l'enfant, mais avait-il songer aux torts que cela lui ferait si son fils ou sa fille le voyait avec une autre personne que sa mère?
Abel confirma ses craintes:

« D’après ce que j’ai compris, il veut fonder une famille avec vous durant quelques années et vivre aussi avec moi. Avoir une double vie au final. C’est vraiment égoïste. »

Visiblement, lui aussi avait songé à tout cela, et n'approuvait absolument pas le comportement de Tatsuki. Après tout, c'est lui qui en ressortait comme le grand gagnant en mettant tout le monde à ses pieds. Il décidait pour eux, leur imposait ses choix, sans réelles possibilités de fuite. L'Oyabun, si son plan prenait forme, aurait à la fois le beurre, l'argent du beurre et la crémière. Néanmoins, il ne prenait pas en compte le facteur humain. Pensait-il vraiment que le monde se plierait si facilement à ses caprices? Cassandre et Abel n'étaient plus assez bêtes pour accepter sans broncher une situation qui les révulsait tous les deux. Ils avaient donc intérêt à trouver une solution très rapidement, Tatsuki pressant le mariage avant la découverte des premières rondeurs de la jeune femme.
Le blond se massa doucement les tempes du bout des doigts. Cassandre commençait à apprécier sa venue. Après tout, c'était peut être mieux ainsi, qu'elle pense à autre chose qu'à Jack. Enfin, même si tout se reliait dans son esprit. L'enfant qu'elle portait avait créé des connections diverses entre Tatsuki, Abel, Jack, et même Hidekazu... Décidément, il y avait bien trop d'hommes dans sa vie en ce moment... En temps normal, elle aurait été flattée d'être entourée par une telle cour, mais chacun, au final, y allait pour ses propres intérêts.
Le jeune homme se leva, pour prendre place près de Cassandre. Elle devait être effrayante à voir pour qu'il s'approche d'elle et lui offre un peu de réconfort en lui tenant la main. Ce contact la surprit, surtout venant d'Abel. Après tout, ils n'étaient pas très proches tous les deux, et ne se considéraient pas encore comme amis... Il prit la tasse de l'américaine, et la lui tendit, tout en lui disant:

« Buvez un peu de chocolat, vous êtes vraiment pâle. »


Pâle? Sans aucun doute... A vrai dire, elle ne se sentait pas très bien... Beaucoup de choses avaient influé sur son moral depuis la veille, c'était normal qu'elle ne soit pas très bien. Néanmoins, elle obtempéra à l'ordre d'Abel, et trempa ses lèvres dans la boisson chaude. Elle n'en but que quelques gorgées, mais cela lui fit relativement du bien. Le chocolat était correctement sucré, et celui lui redonna un peu d'énergie. Et puis, la présence d'Abel, et les soins qu'il tentait de lui apporter, la réconfortait. Sa main chaude dans la sienne lui faisait le plus grand bien, et elle avait l'impression de reprendre quelques couleurs. Abel rompit le contact, n'étant visiblement pas habitué à de tels rapprochements. La jeune femme était un peu mieux, et jugea qu'il était bon de remercier Abel:

« Sincèrement, je suis touchée de vous voir ici... Nous sommes partis sur de très mauvaises bases tous les deux, et pourtant... je sens que quelque chose pourrait être possible entre nous, comme une profonde amitié ou quelque chose dans le même genre. Je l'ai senti la première fois que nous nous sommes rencontrés... Et puis, j'ai tout fait dérapé, je me suis enlisée dans une histoire dangereuse et douloureuse par mon inexpérience. Par la suite, j'ai accumulé les erreurs... Ne sachant pas que j'étais enceinte, j'ai enchaîné les soirées arrosées, si bien que l'une d'elle m'a amené à me marier... Eh oui, tout cela n'était en réalité qu'un énorme mensonge... Jack et moi, nous nous étions revus par hasard lors de mon séjour aux Etats-Unis, et cette complicité que j'avais avec lui deux ans plus tôt a resurgi de nouveau à la surface. Nous sommes allés à Vegas ensemble, où j'avais quelques affaires à régler, et puis, nous y avons fait la fête... Un peu trop même... Si bien que le lendemain, nous avions tous les deux une bague au doigt... Dans un premier temps, ça a été un peu la panique, surtout que des journaux avaient déjà couvert l'événement... Alors on a continué à mentir... Ce n'était pas bien difficile, puisque nous avions déjà été promis l'un à l'autre par le passé... Et puis, être mariée à commencer à me plaire. J'avais l'impression de retrouver une certaine stabilité dans ma vie... J'éprouvais beaucoup d'affection pour Jack, et j'en éprouve toujours... Mais je ne parvenais plus à être aussi amoureuse de lui qu'avant... »

Pourquoi se confiait-elle ainsi? Elle n'en avait aucune idée... Mais elle savait que cela devait sortir. Ce secret l'étouffait depuis bien trop longtemps. Elle s'y était enlisée, pour finalement s'y complaire, mais Tatsuki avait donné un grand coup de pied dans la fourmilière, et avait brisé par la même occasion, le rêve éveillé de la jeune femme. Elle était retournée sur Terre avec beaucoup de douleurs. Tout ceci n'était qu'un vaste mensonge, qui la mettait en péril, tout autant que son mari. Ex-mari. Dire qu'au début de son petit speech, elle était en train de remercier Abel... Elle avait complétement dérivée, mais le fait qu'elle vouvoie de nouveau le jeune homme prouvait qu'elle avait repris ses esprits. Cassandre se relevait de cette chute, retrouvait une certaine force, bien faible encore, mais pourtant là. Elle secoua doucement la tête, et reprit:

« Je suis désolée pour cette digression. En réalité, je voulais simplement vous dire que je regrettais de vous avoir blessé par le passé, et que je regrettais de continuer à le faire involontairement aujourd'hui... Vous êtes vraiment quelqu'un de bien... »

La jeune femme leva son regard gris sur le jeune homme et lui adressa un faible sourire. Elle ne cherchait pas à avoir sa pitié... Elle voulait juste... se racheter d'une certaine manière. L'américaine était consciente que toute cette histoire était de sa faute...

Des éclats de voix leur parvinrent alors du couloir. Cassandre leva la tête, s'interrogeant sur ce vacarme, et tenta de discerner des paroles cohérentes. Les voix se rapprochaient du salon, et l'une d'elle semblait être dans une véritable colère. Finalement, elle arriva à percevoir quelque chose:

Ça suffit! Laisse moi passer Léon! Je sais qu'il est là! Je vais lui casser sa jolie petite gueule!
Ce n'est pas lui! Alors calme toi!
Arrête de me mentir! Tu la couvres, je le sais!

Cassandre s'était levée de son siège. Elle avait parfaitement reconnu cette voix. Jack... Elle perçut des bruits de lutte dans le couloir, puis quelqu'un fut projeté contre un des murs du salon, puisque celui ci trembla légèrement. La porte s'ouvrit alors, laissant entrer Jack dans une véritable furie. La jeune femme était plus qu'effrayée de cette apparition, et pour se rassurer, saisit instinctivement la manche d'Abel.

Jack s'arrêta, et considéra un long moment le jeune homme blond, avant de s'écrier:

Bon sang, mais qui c'est, lui?


L'américaine tremblait de tout son corps, et ne parvenait pas à contenir sa peur. Elle lança alors à son ex-mari, avec peu de contenance:

« Jack! Get out! I don't want to see you any more! GET OUT! »

L'acteur l'observa un court instant, avant de baisser la tête... Puis, un rire mauvais monta du fond de sa gorge et éclata dans tout le salon. Léon venait de faire son apparition dans l'embrasure de la porte, la lèvre inférieure ouverte... Jack demanda alors à la jeune femme:

Oh my God! My wife is a silly bitch! With how many guys do you cheat on me?

« He's just à friend... And I have never cheat on you, Jack! »

Just a friend? I'm not so stupid! You're JUST a bitch!

Le ton ne cessait de monter, et plus cela augmentait, plus Cassandre s'accrochait à Abel. Elle savait que Jack ne lèverait pas la main sur elle, mais en ce moment même, il la terrorisait... Les larmes aux yeux, elle préféra simplement conclure:

« Je t'en prie, Jack... Sors de ma vie, pars d'ici le plus vite et sois heureux avec une autre femme que moi... Je ne suis pas celle qu'il te faut... »

Léon s'approcha, et prit Jack par le bras, qui le retira aussitôt. Puis les deux hommes sortirent de la pièce, l'acteur claquant la porte derrière lui. Elle resta un instant, debout, toute tremblante encore de cette confrontation, avant de s'asseoir, tout d'un bloc, sur le siège qu'elle occupait précédemment. Elle resta prostrée sur elle même, entourant sa tête de ses mains. Pourquoi tout devait se passer ainsi? Cassandre pleura à chaudes larmes, son corps secoué par les sanglots convulsifs. Entre deux crises aigües de pleurs, elle parvînt à articuler à l'attention d'Abel:

« Je suis désolée... Sincèrement désolée pour tout ça! Vous n'auriez jamais du voir cela... Je suis désolée... »

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Mar 23 Juin - 19:22

Alors Abel n’était pas le seul à éprouver cette étrange attirance. Cassandre sentait elle aussi qu’il pourrait y avoir quelque chose d’intense entre eux, comme une amitié ou peut-être une relation frère/sœur. Le grand blond ne connaissait pas grand-chose de la belle Américaine et ils avaient eu de nombreux différents dans le passé mais, maintenant, ils se retrouvaient dans la même pagaille. Et, en voyant la jeune femme aussi perdue, Abel avait envie de la rassurer, de la consoler, de la protéger. Comme sa petite sœur. Cela l’énervait tout de même de ne pas savoir pourquoi il ressentait cela. Depuis le premier jour en plus et c’était réciproque. Pourtant, ils n’avaient pas été tendres entre eux. Ils avaient même fait vivre un enfer à l’autre. Mais maintenant, c’était du passé. Il fallait aller de l’avant et se serrer les coudes dans cette situation de crise.

Cassandre dériva peu à peu du sujet initial et partit sur d’autres confidences. Elle expliqua à Abel qu’elle avait eu plusieurs soirées arrosées, sans savoir qu’elle était enceinte. Et ce fut d’ailleurs suite à une de ses soirées bien arrosées qu’elle s’était mariée avec Jack. Le grand blond fut un peu étonné. Il n’avait jamais imaginé Cassandre comme ça. Lorsqu’il avait appris le mariage de la jeune femme via un magazine people, il s’était dit que même si elle était une vraie garce, elle avait un côté princesse. Elle se mariait avec un beau et riche acteur hollywoodien dans la célèbre ville de Vegas et autorisait aux médias de mettre son histoire sous les projecteurs pour que tout le monde soit heureux pour elle, qu’il voit que tout brillait autour d’elle… Mais la vérité était bien plus triste et sombre que cela. Cassandre s’était retrouvée enceinte d’un homme qu’elle n’aimait pas, mariée à un homme qu’elle voyait plus comme un très bon ami qu’un mari… Elle était bien trop naïve et semblait très fragile.


« Je suis désolée pour cette digression. En réalité, je voulais simplement vous dire que je regrettais de vous avoir blessé par le passé, et que je regrettais de continuer à le faire involontairement aujourd'hui... Vous êtes vraiment quelqu'un de bien... »

Abel esquissa un léger sourire, montrant qu’il acceptait ses excuses. Et puis, elle n’était pas la seule coupable dans cette histoire. Tatsuki aussi avait fait des erreurs, et peut-être même Abel. Le blond ne savait pas trop quoi penser du comportement de son amant. Il avait peur que l’Oyabun agisse ainsi parce qu’il n’était pas complètement heureux avec lui. Le tueur faisait pourtant tout pour lui plaire, jouait le fiancé parfait et même la parfaite « femme » en s’occupant de la cuisine, du ménage et autre. Mais visiblement, même ça ne suffisait pas pour que Tatsuki veuille se marier avec lui. Abel aurait peut-être mieux pris cette union avec Cassandre si son amant lui avait promis de partir en week-end en Angleterre pour se marier avec lui. Ainsi, le jeune blond aurait été le premier à être marié à Tatsuki et n’aurait pas été si jaloux que cela de Cassandre. Bien sûr, il y avait aussi d’autres problèmes qui l’obligeaient à être contre cette union entre les deux Oyabun. Et la liste était longue.

Alors qu’Abel s’apitoyait sur son sort, des éclats de voix éclatèrent dans le couloir. Au début, le blond ne parvint pas à distinguer la moindre parole. Mais, plus elles semblaient se rapprocher, plus elles gagnaient en netteté, jusqu’à ce que le tueur puisse comprendre chaque mot. Il y avait une voix qu’il ne connaissait pas. Celle d’un homme. Il avait l’air dans une colère noire. Il parlait de « casser la jolie petite gueule » de quelqu’un. Il y eut ensuite une voix qui lui répondit. C’était l’homme de main de Cassandre qui avait permis à Abel d’entrer, Léon. Vu le comportement de la belle Américaine blonde qui s’était levée en vitesse, la voix inconnue par son invité devait être celle de cet acteur hollywoodien, Jack. Les éclats de voix laissèrent place à des bruits de lutte. Apparemment Léon et Jack en étaient venus aux mains. Puis la porte s’ouvrit brusquement. Abel se leva à son tour, par politesse mais aussi parce qu’il était sur ses gardes. Il faisait bien de l’être apparemment vu que Cassandre semblait craindre son ex-futur-mari. Serait-il capable d’en venir aux mains aussi avec la jeune femme ou même avec Abel ?


Bon sang, mais qui c'est, lui?

« Jack! Get out! I don't want to see you anymore! GET OUT! »

Abel se sentait un peu mal à l’aise de se retrouver au milieu d’une dispute de couple. Le pauvre Jack donnait une bien mauvaise première impression au tueur. Le grand blond le détestait déjà. Il ne lui trouvait déjà rien d’intéressant, même pas une belle gueule. De ce côté-là, il avait des goûts différents de ceux de Cassandre en matière d’hommes. Abel resta silencieux tout en fixant ce Jack qui semblait bien rire de la situation. Léon ne tarda pas à les rejoindre dans le petit salon, du sang coulant de sa lèvre inférieure ouverte. Abel n’aimait vraiment pas cette situation. Il ne savait pas ce qu’allait faire l’acteur de pacotille et espérait qu’il n’allait pas encore plus s’énerver et partir dans une folie violente. Si l’idée de frapper Abel lui prenait, il n’était pas sûr de gagner. Le blond savait très bien se battre et ne retiendrait pas ses coups. Mais, pour l’instant, cela ne semblait pas d’actualité. Le tueur resta silencieux, prêt de Cassandre qui continua de lui agripper la manche de sa chemise.

Oh my God! My wife is a silly bitch! With how many guys do you cheat on me?

« He's just à friend... And I have never cheat on you, Jack! »

Just a friend? I'm not so stupid! You're JUST a bitch!

« Je t'en prie, Jack... Sors de ma vie, pars d'ici le plus vite et sois heureux avec une autre femme que moi... Je ne suis pas celle qu'il te faut... »

Même si les deux Américains parlaient anglais, Abel comprenait parfaitement leur échange. Apprendre l’anglais avait été une bonne idée, bien qu’il aurait peut-être voulu être épargné par cette scène de ménage. Jack était vraiment très dur dans ses propos et Abel ne supportait pas de l’entendre insulter Cassandre. Dès que l’on parlait de prostituée, le blond se sentait quelque peu concerné. Sa mère avait été prostituée et il détestait qu’on emploie ce mot comme une insulte. Pourquoi cette insulte était-elle si utilisée ? En quoi était-ce honteux d’être prostituée ou fils de prostituée ? Abel trouvait cela vraiment injuste. Il se retint tout de même de tout commentaire. Jack finit par partir, accompagné par Léon, laissant une Cassandre en larmes.

« Je suis désolée... Sincèrement désolée pour tout ça! Vous n'auriez jamais du voir cela... Je suis désolée... »

« Ne vous excusez pas pour sa bêtise. »

Abel s’assit tranquillement dans son siège, près de Cassandre. Il détestait voir une femme pleurer, surtout lorsqu’il s’agissait d’une jolie blonde. Cela lui rappelait les crises de larmes de sa mère, après que celle-ci se soit fait maltraiter par l’un de ses clients. Là, Jack n’avait pas été mieux que l’un d’entre eux. Il avait été violent, pas avec des gestes mais avec des mots. La torture psychologique était sûrement bien plus insupportable que les coups. Extrêmement touché et ému, Abel se leva et poussa légèrement Cassandre pour qu’elle lui laisse une place sur le bord du fauteuil. Il s’y assit et passa un bras autour de son corps frêle et secoué de sanglots. De sa main libre, il essuya les joues inondées de larmes de la jeune femme, mais en vain, d’autres continuaient de couler.

Abel détestait être aussi proche de quelqu’un, à part lorsqu’il s’agissait de Tatsuki ou bien de son ami Keiji. Mais là, il ne pouvait pas faire autrement. L’attirance qu’il avait pour la jeune femme l’y obligeait et puis Cassandre avait besoin de réconfort. Ce n’était pas bon pour elle de se mettre dans cet état-là. Ce Jack était un idiot. Ne savait-il pas qu’il fallait ménager une femme enceinte ? Tatsuki n’était pas mieux d’ailleurs. Il disait vouloir cet enfant donc pourquoi ne faisait-il pas attention à la maman ? Il lui imposait ses choix sans se soucier d’elle et n’était pas là pour l’aider à gérer les conséquences, comme la colère de son mari. Abel resserra son étreinte autour d’elle et la berça doucement. Un tueur à gage sans cœur qui se retrouvait à consoler la mère de l’enfant de son amant… Quelle histoire.


« Essayez de vous calmer Cassandre. Voulez-vous qu’on aille prendre l’air ? » demanda t-il, ne sachant pas quoi faire dans ce genre de situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Mer 24 Juin - 10:00

La jeune femme ne parvenait pas à se calmer. Son corps secoué de sanglots tremblait, recroquevillée sur elle-même. Tant de choses se bousculaient dans sa tête. Pourquoi donc tout se passait ainsi? Elle comprenait très bien que Jack pouvait lui en vouloir, mais à ce point là? Si elle lui avait dit tout cela, c'était principalement pour le protéger, mais aussi parce qu'elle ne voulait pas le savoir malheureux sur le long terme. Tatsuki avait raison sur ce point: Il était bien égoïste de la part de Cassandre de retenir un homme qu'elle n'aimait pas vraiment. Et puis, il ne faisait pas parti de son monde. S'il avait appris que la jeune femme était une baronne de la drogue, il en aurait été encore plus affecté. Enfin, même si l'américaine avait mis des hommes pour sa surveillance, elle n'était pas sûre d'être capable de le protéger à cent pour cent. Les menaces qu'avaient proféré Hidekazu à son encontre étaient bel et bien réelles, et Cassandre ne doutait pas que le Suprême puisse les mettre à exécution.

Abel la poussa doucement sur le côté pour s'asseoir près d'elle. Elle sentit un des bras du tueur l'entourer, tandis que l'une de ses mains essuyait les larmes qui coulaient le long des joues pâles de la jeune femme. Dire qu'elle pensait s'être asséchée après cette nuit... Finalement, elle avait une réserve lacrymale encore impressionnante. Néanmoins, le fait de savoir Abel proche d'elle commençait à agir comme un baume apaisant, de plus que le léger balancement qu'il exerçait sur son corps la calmait. Quelle ironie quand même! La voilà à se faire bercer par l'homme qu'elle avait trahi par le passé, qui l'avait menacé de mort à la suite de sa rupture, et qui maintenant se retrouvait dans une situation bancale à cause de sa grossesse. Cassandre commençait à retrouver un peu plus ses esprits. Toute cette pression n'était pas bonne pour le bébé, et il était temps qu'elle y remédie. Il fallait qu'elle se calme pour le bien de son enfant...

« Essayez de vous calmer Cassandre. Voulez-vous qu’on aille prendre l’air ? »
lui demanda Abel, qui se voulait réconfortant.

La jeune femme hocha la tête, pour approuver cette idée, et se leva. Son corps tremblait encore convulsivement, mais elle se sentait déjà un peu mieux. Elle s'essuya les yeux d'un revers de main, avant de penser avec un sourire qu'elle avait bien fait de ne pas trop se maquiller aujourd'hui, sinon, elle aurait eu une vague ressemblance avec un panda, de par ses grands yeux noirs pleins de rimmel étalé. Elle passa une main frêle dans ses cheveux blonds, et sortit, avec une démarche hasardeuse, du petit salon. Cassandre traversa quelques couloirs, suivit du jeune homme, pour se rendre dans son jardin préféré, celui qu'elle avait justement quitté pour recevoir Abel. Elle ouvrit une porte coulissante, et invita le tueur à se rendre dans le jardin intérieur. Rien n'avait changé. Toujours la même rivière artificielle remplie de koïs (enfin, quelques uns avaient péri d'apoplexie suite au passage d'Izumi) entourée de cerisiers en fleurs, et surmontée d'un petit pont de bois rond. La jeune femme fit quelques pas, et s'assit sur le bord du perron. Il fallait descendre quelques marches pour accéder au jardin, et mettre les pieds sur les petits gravillons soigneusement ratissés. Le parquet craqua doucement quand elle prit place. La tasse éclatée avait disparu. Cassandre tourna la tête vers Abel, avec un faible sourire, et le convia à son tour à s'asseoir. Ses larmes s'étaient arrêtées, et ce n'était pas plus mal. Les seuls restes de cette crise étaient des yeux rougis et légèrement gonflés, et un nez un peu rouge.

Elle resta un instant à contempler le jardin en silence. L'air était chaud, mais un léger vent rafraîchissait de sa brise ce début d'été. La saison promettait d'être caniculaire... Quelques oiseaux traversèrent le ciel, pour venir se poser en petits curieux, sur les branches des cerisiers. Leurs chants rieurs et mélodieux brisaient la tranquillité du jardin. Les poissons, quant à eux, continuaient à nager paresseusement dans le bassin d'eau claire. Cassandre inspira une profonde bouffée d'air, avant de tout relâcher. Elle se sentait déjà mieux, même si l'épisode avec Jack n'était toujours pas clos dans son esprit. L'américaine pencha la tête sur le côté, et reprit la parole:

« N'avez-vous jamais eu l'impression parfois que votre vie n'était qu'une suite d'erreurs? »
Elle tourna son visage fin et diaphane vers Abel, et l'observa de ses yeux d'un gris délavé par les pleurs. Cassandre continua:

« C'est cette impression que j'ai justement en ce moment. J'ai toujours fait de mauvais choix dans ma vie sentimentale et professionnelle... Des mauvais choix qui se sont répercutés comme des échos sur les gens qui m'entouraient... »
L'Oyabun détourna son regard et baissa la tête avant de poursuivre: « Néanmoins, je ne veux pas que mon enfant soit affecté, d'une manière ou d'une autre, par mon irresponsabilité... »


Elle prit de nouveau une profonde inspiration, qu'elle expira doucement. Ses mains tremblaient encore légèrement, mais elle était beaucoup plus calme et posée que précédemment.

« Je ne sais plus ce que je dois faire. Il est vrai que cet enfant est en danger, qu'il sera une source de faiblesse pour Tatsuki et moi, mais je ne veux pas me marier avec lui, juste pour ça. Je suis pleinement d'accord pour qu'il est une part important en tant que père dans la vie de cet enfant, surtout dans ses premières années, mais je ne veux pas recommencer à épouser un homme que je n'aime pas. Cela reviendrait au même après tout. J'ai fait souffrir Jack parce que je ne l'aimais pas comme j'aurais du, et si j'accepte cette proposition de mariage, c'est vous, Abel, que je ferais souffrir. Je sais que c'est égoïste de ma part d'agir ainsi, surtout vis-à-vis du bébé, mais je ne veux plus blesser personne, tout comme je ne veux plus souffrir moi-même. »

Cassandre souffla. Sa poitrine se souleva doucement, avant de reprendre sa place initiale. Elle en avait gros sur le coeur... La quête du bonheur était définitivement quelque chose de difficile à atteindre... Avec un sourire triste, elle se tourna vers Abel, et déposa un baiser sur sa joue, avant de se justifier:

« Merci d'être là Abel. Je sais que ce n'est pas facile non plus pour vous... Je vous promet d'être un peu plus forte la prochaine fois... »

L'américaine détourna son regard, pour lever le nez au ciel, et contempler les paresseux nuages qui y défilaient. Elle lui demanda alors, un peu plus ragaillardie:

« Bien... Nous devrions réfléchir à d'autres solutions... Après tout, c'est principalement pour cela que vous êtes venu ici! Alors, que pourrions nous envisager d'autres?? »

Elle avait besoin de penser à autre chose, de se concentrer sur un problème présent, qu'elle devait régler le plus rapidement possible... Et surtout, mettre Jack de côté dans son esprit...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Mer 24 Juin - 13:38

Cassandre accepta la proposition d’Abel et se leva, très vite suivie par son invité. Tous deux sortirent du salon puis traversèrent plusieurs couloirs. Le grand blond restait légèrement en retrait, ne connaissant pas les lieux et se laissant guider par son hôtesse. La villa de la belle Américaine était vaste, tout comme la résidence des Sugiura. Abel était sûr de s’y perdre si on le laissait vagabonder tout seul. C’était ce qui était déjà arrivé chez Tatsuki. Heureusement, il y avait toujours eu les domestiques pour le guider. On pouvait penser que les Oyabun avaient la belle vie lorsque l’on regardait leur maison et leur fortune. Mais ce n’était qu’une maigre compensation comparée au travail qu’ils avaient à faire. Diriger un clan n’était pas de tout repos et il fallait encore gérer tous les problèmes liés au domaine dont l’on s’occupait. Abel était sûr qu’il n’aurait jamais su gérer cela. Il n’aimait pas être un meneur, un chef, bien qu’il aimât par moment dominer la situation.

Les deux têtes blondes finirent par arriver dans un magnifique jardin, après que la jeune femme ait fait coulisser une porte. Abel resta debout, admirant les lieux. Il y avait une petite rivière, qui devait être artificielle mais très bien faite. A la surface de l’eau, quelques carpes koï nageaient pour attraper des insectes inconscients. Un petit pont de bois permettait de traverser cette petite rivière et rejoindre l’ombre des grands cerisiers en fleur. C’était tellement beau et surtout très paisible. Le blond se dit qu’il avait eu raison de proposer à la jeune femme de sortir prendre l’air. L’endroit et l’ambiance l’aideraient sûrement à se changer les idées et à se calmer. Abel s’assit au côté de Cassandre lorsqu’elle l’invita à le faire. Les larmes de la belle blonde avaient cessé de couler et un faible sourire avait étiré ses lèvres non maquillées.


« N'avez-vous jamais eu l'impression parfois que votre vie n'était qu'une suite d'erreurs? »

Abel répondit par la négative d’un simple signe de tête. Il ne regrettait rien de sa vie. Il avait sûrement fait des erreurs mais pensait que cela l’avait fait avancer et non porté préjudice. Mais, si Cassandre lui posait cette question, c’était que pour elle, ses erreurs lui avaient apporté beaucoup de problèmes, et le tueur ne pouvait pas la contredire. Il avait bien remarqué que la jeune Oyabun attirait les problèmes comme un aimant. Maintenant qu’il lui avait à peu près pardonné, Abel la plaignait. Sa vie ne devait pas être rose tous les jours. Le blond pensait que si Cassandre avait accepté de reprendre la relève pour mener son clan, c’était par respect pour son père, et non par réel plaisir. Ensuite, il y avait eu cet enfant qu’elle avait dû garder parce que Tatsuki le lui avait demandé. Mais le souhaitait-elle vraiment ? Pour finir, ces différentes histoires de mariages. Elle avait fait une erreur avec cet acteur et se retrouvait contrainte d’épouser Tatsuki, sans donner son avis.

« C'est cette impression que j'ai justement en ce moment. J'ai toujours fait de mauvais choix dans ma vie sentimentale et professionnelle... Des mauvais choix qui se sont répercutés comme des échos sur les gens qui m'entouraient... Néanmoins, je ne veux pas que mon enfant soit affecté, d'une manière ou d'une autre, par mon irresponsabilité... »

Abel était d’accord avec elle. Il ne fallait pas que cet enfant souffre de cette ambiance, des erreurs et de l’état de sa mère. Il y avait déjà eu l’alcool. Il ne fallait pas qu’il y ait en plus du stress et de la tristesse. Le bébé devait être très sensible à cela et, même si cela résoudrait pratiquement tous les problèmes actuels, il ne fallait pas que Cassandre fasse une fausse couche. Abel soupira en pensant qu’il voulait que cet enfant naisse alors qu’il lui apporterait beaucoup de problèmes et peut-être même de l’indifférence de la part de Tatsuki… Le blond, ayant un peu chaud, coiffa ses cheveux sommairement. Il fit une ébauche de chignon avec sa longue chevelure blonde. Sa coiffure n’était pas esthétique mais au moins, cela permettait de dégager sa nuque en cette chaude journée. Il était parti dans la précipitation de chez lui et n’avait pas pensé à se coiffer.

« Je ne sais plus ce que je dois faire. Il est vrai que cet enfant est en danger, qu'il sera une source de faiblesse pour Tatsuki et moi, mais je ne veux pas me marier avec lui, juste pour ça. Je suis pleinement d'accord pour qu'il est une part important en tant que père dans la vie de cet enfant, surtout dans ses premières années, mais je ne veux pas recommencer à épouser un homme que je n'aime pas. Cela reviendrait au même après tout. J'ai fait souffrir Jack parce que je ne l'aimais pas comme j'aurais dû, et si j'accepte cette proposition de mariage, c'est vous, Abel, que je ferais souffrir. Je sais que c'est égoïste de ma part d'agir ainsi, surtout vis-à-vis du bébé, mais je ne veux plus blesser personne, tout comme je ne veux plus souffrir moi-même. »

Non, ce n’était pas du tout égoïste de sa part, au contraire, elle pensait à Abel et celui-ci lui en était reconnaissant. Si ce mariage avait lieu, il était sûr que Tatsuki allait le délaisser et passer beaucoup de temps avec Cassandre et le bébé. Le yakuza passerait sûrement le voir de temps en temps mais Abel ne voulait pas se retrouver dans cette situation. Ce qu’il voulait, c’était vivre avec Tatsuki, se marier avec lui, élever un enfant avec, qu’il soit celui de Cassandre ou pas. Il fallait absolument qu’ils trouvent une solution pour que tout le monde soit heureux et que personne ne soit délaissé. Mais c’était si dur. Surtout avec Tatsuki qui prenait des décisions tout seul dans son coin et qui les imposait ensuite à son entourage. Cette tête de mule allait être difficile à faire changer d’avis. Mais, si Cassandre et Abel trouvaient une solution ensemble, et la soumettaient au yakuza, peut-être que cela fonctionnerait. Il fallait donc que les deux blonds réfléchissent ensemble et s’entendent bien. Mais de ce côté-là, il n’y aurait sans doute aucun problème. En peu de temps, ils s’étaient quelque peu rapprochés. Cassandre alla même jusqu’à embrasser Abel sur la joue pour le remercier de sa gentillesse.

« Merci d'être là Abel. Je sais que ce n'est pas facile non plus pour vous... Je vous promets d'être un peu plus forte la prochaine fois... »

Le jeune tueur sourit légèrement. Cassandre lui avait déjà promis cela et cela n’avait pas fonctionné. Et puis, personne ne lui demandait d’être forte, juste de se ménager un peu. Sa santé et celle du bébé passaient avant toute chose. Abel tourna la tête vers la rivière et continua de garder le silence. Il n’était pas très bavard, comme toujours. De plus, il était perdu dans ses pensées. Comment en était-il arrivé à apprécier la jeune Américaine après tout ce qui s’était passé ? Comment Tatsuki en était-il arrivé à demander la main de quelqu’un d’autre ? Pourquoi tout était-il si compliqué lorsque l’on vivait avec le yakuza ? Pourquoi l’Oyabun ne pensait-il pas autant à lui alors que les pensées d’Abel n’étaient pratiquement tournées que vers lui ? Que de questions sans réponse…

« Bien... Nous devrions réfléchir à d'autres solutions... Après tout, c'est principalement pour cela que vous êtes venu ici! Alors, que pourrions-nous envisager d'autre?? »

« Je ne sais pas. C’est difficile de trouver une solution qui satisfasse tout le monde. » avoua t-il, pensant que jusque-là, il n’y avait que Tatsuki de satisfait, et encore… « Vous savez, si j’avais été sûr que Tatsuki ne s’intéresserait pas qu’à vous et votre enfant, j’aurai apprécié que nous vivions ensemble. Bien sûr, il vous aurait été possible d’avoir une vie à côté. Cela parait si parfait comme ça… Tatsuki m’a dit qu’il aimerait que je fasse parti de la famille de votre enfant mais, dans ses projets, je suis toujours tenu à l’écart. Je souhaiterai que nous trouvions une solution où je pourrai m’occuper du bébé. Je ne sais pas si je ferai un bon père mais je ferai de mon mieux, je vous le promets, même si c’est une fille et que je n’y connais rien en femmes. » ajouta t-il avec un petit sourire, voulant faire une touche d’humour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Jeu 25 Juin - 17:28

[désolée, c'est un peu court par rapport à ce que j'ai écrit précédemment...]

« Je ne sais pas. C’est difficile de trouver une solution qui satisfasse tout le monde. Vous savez, si j’avais été sûr que Tatsuki ne s’intéresserait pas qu’à vous et votre enfant, j’aurai apprécié que nous vivions ensemble. Bien sûr, il vous aurait été possible d’avoir une vie à côté. Cela parait si parfait comme ça… Tatsuki m’a dit qu’il aimerait que je fasse parti de la famille de votre enfant mais, dans ses projets, je suis toujours tenu à l’écart. Je souhaiterai que nous trouvions une solution où je pourrai m’occuper du bébé. Je ne sais pas si je ferai un bon père mais je ferai de mon mieux, je vous le promets, même si c’est une fille et que je n’y connais rien en femmes. » lui répondit le jeune homme, avec un brin d'humour. Sans aucun doute, il tentait de détendre l'atmosphère, mais d'être aussi un peu plus optimiste... Tout cela tournait en rond pour Cassandre. Elle avait beau faire le tour de la question une centaine de fois, elle ne trouvait jamais de solutions « miracles » qui plairaient à tout le monde. L'américaine n'aurait jamais pensé que cette histoire allait être aussi compliquée.
Cassandre adressa un sourire à Abel, appréciant tout ce qu'il faisait pour elle, même si elle se doutait qu'il le faisait aussi pour lui. Elle lui répondit alors, avec ce doux sourire:

« Je tiens vraiment à ce que vous fassiez parti de cette famille, Abel, tout comme je n'ai aucun doute concernant vos capacités à être père. Je sais que ce sera difficile pour vous, étant donné qu'il vous manquera un « lien de sang », mais je suis certaine que vous vous en sortirez très bien. Vous êtes une personne très généreuse, et de très bon conseil. De plus, vous êtes bien plus fort que nous tous... Abel, vous serez une personne importante dans la vie de cet enfant, et je tiendrais à m'en assurer personnellement... Néanmoins, je pense que vous devriez avoir un statut autre qu' « amant de son père » devant lui... Que pensez-vous de devenir son parrain? A l'origine, il s'agit d'une personne de sexe masculin qui joue le rôle, en quelque sorte, d'un éducateur spirituel... un deuxième père... »

Elle n'avait aucune idée de la façon dont Abel accueillerait cette proposition, mais la jeune femme pensait qu'il était important pour le tueur d'avoir un statut clair et défini dans cette histoire, qu'il puisse d'une certaine façon trouver sa place par rapport à cette famille en construction. Sur le bord du perron, elle balançait ses jambes d'avant en arrière, telle une enfant. Cela lui permettait d'une certaine façon de réfléchir, tout en l'empêchant de plonger dans le sommeil. Elle avait vraiment besoin de dormir, surtout après cette nuit agitée.

L'Oyabun se tourna de nouveau vers le jeune homme, avec un sourire amusé, et acheva:

« Et même si c'est une fille, je suis sûre que vous vous en sortirez très bien! »


Cassandre espérait secrètement avoir une fille, même si elle savait que Tatsuki préférerait un garçon comme héritier. Néanmoins, elle se prit à rêver de scènes futures. S'ils avaient une fille, elle imaginait très bien Abel et Tatsuki en train de se torturer l'esprit pour savoir lequel des deux, et de quelle façon ils allaient pouvoir régler tous les petits problèmes féminins... Et puis, elle voyait très bien Tatsuki en papa-poule jaloux et possessif par rapport aux futurs-petits-amis...

La jeune femme commença alors à énumérer quelques possibilités. D'une certaine façon, cela leur permettrait peut être de faire mieux le tri dans tout cela:

« Bon, nous pouvons déjà exclure toutes idées de garde partagée. Si l'on commence à s'échanger le bébé toutes les semaines, il risque de ne pas savoir qui il est et de ne pas avoir un foyer solide. Après, je ne vois pas d'inconvénient à vivre avec vous deux, mais nous en revenons toujours aux mêmes points. Vous serez très certainement considéré comme la cinquième roue du carrosse par Tatsuki, et de mon côté, je n'ai aucune envie de l'épouser -surtout après un premier mariage aussi désastreux. Néanmoins, j'en suis consciente, cela nous garantirait à tous une certaine sécurité, même si tout n'est pas infaillible... »

Tout cela était bien compliqué. Cassandre était prête à faire certaines concessions, très certainement comme Abel, mais Tatsuki accepterait-il, lui, d'en faire? Pour l'instant, il ne s'était contenté que d'imposer ses choix aux gens autour de lui. N'y avait-il donc aucune solution miracle?

« Bien évidemment, il est hors de question que je donne la garde totale à Tatsuki. C'est aussi mon enfant, et tout comme lui, j'ai le désir de l'éduquer et de le voir grandir. »
reprit-elle. La jeune femme ne disait pas cela méchamment, et n'insinuait rien du tout dans ses paroles, mais l'Oyabun avait vaguement évoqué cette possibilité devant la jeune maman. Elle n'imaginait absolument pas confier ainsi, même si elle avait confiance dans les deux hommes, son enfant juste après l'accouchement. Elle voulait faire partie de la vie de son bébé. Ils voulaient tous en faire parti...

Cassandre se massa la nuque, et souffla:

« Aaah, ça m'agace... J'ai l'impression que nous sommes dans une impasse. Aviez vous songé à autre chose Abel? »
lui demanda-t-elle en posant sur lui son regard velouté.

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Jeu 25 Juin - 22:44

« Je tiens vraiment à ce que vous fassiez parti de cette famille, Abel, tout comme je n'ai aucun doute concernant vos capacités à être père. Je sais que ce sera difficile pour vous, étant donné qu'il vous manquera un « lien de sang », mais je suis certaine que vous vous en sortirez très bien. Vous êtes une personne très généreuse, et de très bon conseil. De plus, vous êtes bien plus fort que nous tous... Abel, vous serez une personne importante dans la vie de cet enfant, et je tiendrais à m'en assurer personnellement... Néanmoins, je pense que vous devriez avoir un statut autre qu' « amant de son père » devant lui... Que pensez-vous de devenir son parrain? A l'origine, il s'agit d'une personne de sexe masculin qui joue le rôle, en quelque sorte, d'un éducateur spirituel... un deuxième père... Et même si c'est une fille, je suis sûre que vous vous en sortirez très bien! »

Abel ne pensait pas être bien plus fort que les autres, même si Cassandre en était certaine. Pourquoi disait-elle cela ? Parce qu’il tentait toujours de garder un certain sang froid ? Qu’il était attentif à beaucoup de choses ? Qu’il réfléchissait presque toujours avant d’agir ? C’était juste les qualités d’un bon tueur à gage. Quant à ses soi-disant bons conseils, il découlait de ces qualités. Abel n’était donc pas plus fort que quelqu’un d’autre. Il détestait se sentir supérieur de toute façon. Il préférait considérer ses vis-à-vis d’égal à égal, à part lorsqu’il se retrouvait devant quelqu’un d’important, bien évidemment. Après, peut-être avait-il mal compris les paroles de Cassandre, ce qui était possible.

Par contre, il comprit très bien la demande de la belle Américaine pour qu’il devienne le parrain de l’enfant, et, pour être sincère, cela ne lui plut que moyennement. Ce statut ne changerait rien à la situation et, à ses yeux, il serait moins important qu’un père. Or, c’était ce qu’il souhaitait, être papa. Il se fichait des liens du sang. Pour lui, cela n’avait aucune importance, même s’il se devait de les respecter à cause du point de vue de Tatsuki là-dessus. Par chance, Cassandre se rattrapa en parlant de « deuxième père ». C’était ce qu’il voulait. Il ne souhaitait en aucun cas prendre la place de Tatsuki, qui serait le « premier père », le père principal, le père biologique. Les deux amants seraient les pères de l’enfant, et Cassandre, la seule mère. Voilà comment Abel voyait les choses. Sur cela, il était d’accord avec la belle blonde. Il fallait donc trouver une solution allant dans ce sens.


« Bon, nous pouvons déjà exclure toutes idées de garde partagée. Si l'on commence à s'échanger le bébé toutes les semaines, il risque de ne pas savoir qui il est et de ne pas avoir un foyer solide. Après, je ne vois pas d'inconvénient à vivre avec vous deux, mais nous en revenons toujours aux mêmes points. Vous serez très certainement considéré comme la cinquième roue du carrosse par Tatsuki, et de mon côté, je n'ai aucune envie de l'épouser -surtout après un premier mariage aussi désastreux. Néanmoins, j'en suis consciente, cela nous garantirait à tous une certaine sécurité, même si tout n'est pas infaillible... »

Abel était là aussi d’accord, la garde partagée était à exclure, même s’il y avait longuement réfléchi. Le bébé était un être humain, pas un objet qu’on se prêtait pendant une semaine et qu’on rendait après. Il lui fallait un foyer stable, solide et un bon cocon familial. Il avait déjà beaucoup de chance, il aurait son père et sa mère pour l’aimer, ainsi qu’un deuxième père si tout se passait bien. Si avec trois parents, il ne recevait pas assez d’amour, c’était qu’il y avait un problème. Il faudrait tout de même faire attention à ce qu’il ne se sente pas trop étouffé. C’était important aussi de lui laisser un peu de liberté et qu’on ne le colle pas trop.

Cassandre évoqua ensuite Tatsuki et le risque qu’il oublie son amant. C’était triste de se dire que cela arriverait sûrement. Abel avait mal rien qu’en y pensant. Il se demandait comment l’Oyabun pouvait en arriver-là. Ne l’aimait-il pas autant que le blond l’aimait ? Le tueur préféra ne pas envisager cette possibilité. Il se sentait déjà assez mal comme ça, assez délaissé. Le problème venait-il de lui ? De Tatsuki ? Aucune idée. Mais Abel était bien résolu à arranger les choses. Heureusement, il avait Cassandre qui était de son côté. Elle était sa seule confidente dans cette histoire. Cela faisait du bien de lui parler, de passer du temps avec elle. Malgré leurs problèmes passés, ils s’entendaient bien et s’étaient même rapprochés en peu de temps.


« Bien évidemment, il est hors de question que je donne la garde totale à Tatsuki. C'est aussi mon enfant, et tout comme lui, j'ai le désir de l'éduquer et de le voir grandir. »

Abel eut un léger sourire, mais pas de joie. Il avait envisagé cette possibilité pour ne pas se prendre la tête. C’était très égoïste mais c’était la solution la plus simple. Mais il savait que si l’enfant avait la possibilité de vivre avec sa mère, il ne fallait pas la lui retirer. Peut-être que le jugement d’Abel n’était pas très objectif vu qu’il n’avait vécu qu’avec sa mère, mais peu importe. En plus, maintenant qu’il s’était quelque peu rapproché de Cassandre, il ne voulait pas la mettre de côté, comme le faisait Tatsuki avec lui. Il savait ce que l’on pouvait ressentir. La belle Américaine se sentait déjà assez mal comme ça. Si on lui arrachait son bébé, son moral serait encore plus bas et peut-être serait-elle capable de faire une bêtise…

« Aaah, ça m'agace... J'ai l'impression que nous sommes dans une impasse. Aviez vous songé à autre chose Abel? »

« Non… » avoua Abel, dans un souffle. « Si Tatsuki n’était pas aussi égoïste, ça serait plus facile. »

Il se laissa tomber en arrière, s’allongeant sur le parquet, les jambes pendant dehors. Il se tint un peu relevé sur les coudes, pour ne pas paraître trop décontracté ou impoli. Il n’avait aucune bonne solution à proposer. A chaque fois qu’il pensait en avoir trouvé une, il savait que Tatsuki serait contre. L’Oyabun était bien trop égoïste et Abel n’avait pas peur de le dire. De toute façon, Cassandre en était aussi consciente. Abel n’était pas du genre à critiquer, surtout son amant, mais là, Tatsuki dépassait un peu trop les bornes. Peut-être auraient-ils dû parler calmement de tout cela. Mais le yakuza n’avait pas l’air de vouloir partager sa paternité avec Abel et le blond avait peur que son amant lui affirme que oui, il voulait vivre une sorte de double vie, comme il l’avait sous-entendu.

« Ça serait bien qu’on ait une conversation tous les trois. Mais j’ai bien peur que ça se passe mal entre Tatsuki et moi. On s’est disputé… » dit-il en soupirant légèrement. « Mais je pense que ça serait bien que nous trouvions une solution ensemble, pour une fois. Peut-être que nous en trouverons une et que Tatsuki acceptera enfin que je fasse parti de la famille. Je ne comprends pas pourquoi il agit comme ça avec moi… » avoua t-il, même si cette réflexion était plus pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Dim 28 Juin - 20:06

« Si Tatsuki n’était pas aussi égoïste, ça serait plus facile. » avoua Abel dans un souffle. Sur ce point-là, la jolie blonde était bien d'accord. Pour l'instant, Tatsuki, même s'il avançait des arguments dans l'intérêt de son enfant, était le seul des trois à avoir trouvé son compte dans cette histoire. Et pour cela, il n'hésitait pas à sacrifier les personnes autour de lui. Abel s'allongea sur le parquet, gardant néanmoins une certaine tenue en présence de l'Oyabun. Les deux jeunes gens semblaient vraiment minés par cette déconvenue. En effet, ils se retrouvaient encore une fois dans une impasse, sans savoir comment s'en sortir. Le mur semblait devenir de plus en plus insurmontable à mesure qu'ils réfléchissaient à diverses solutions.

La jeune femme imita le geste de son invité. Elle s'étira donc, et se pencha doucement en arrière. Puis elle se tourna légèrement sur le côté, vers Abel, un bras soutenant sa tête, tandis que l'autre reposait nonchalamment sur son corps alangui. Ses cheveux blonds tombaient entre ses doigts et sur ses joues un peu roses. Cassandre s'était vraiment grandement calmée depuis sa dernière crise de larme. Elle n'était plus secouée par ces spasmes convulsifs, ces contractions douloureuses du dos et des épaules, tandis qu'elle tentait vainement de sécher ses larmes. D'une certaine manière, même si elle était encore bouleversée, la future maman se sentait le coeur plus léger. Elle avait découvert une nouvelle personnalité chez son mari, qui l'avait effrayé tout comme renforcé dans son idée de divorce.

Abel reprit alors le fil de la conversation, tirant la jolie blonde de ses pensées:

« Ça serait bien qu’on ait une conversation tous les trois. Mais j’ai bien peur que ça se passe mal entre Tatsuki et moi. On s’est disputé… Mais je pense que ça serait bien que nous trouvions une solution ensemble, pour une fois. Peut-être que nous en trouverons une et que Tatsuki acceptera enfin que je fasse parti de la famille. Je ne comprends pas pourquoi il agit comme ça avec moi… »

Cassandre regrettait d'apprendre que tout ne se passait pas aussi bien qu'elle l'avait imaginé entre Abel et Tatsuki. Elle se sentait particulièrement triste pour le blond aux cheveux longs. La jeune femme n'aimait pas savoir que le père de son enfant se conduisait mal avec un homme aussi bon et généreux qu'Abel. En même temps, ce n'était un secret pour personne que Tatsuki était un homme difficile, au caractère particulièrement odieux, et Cassandre avait encore aujourd'hui du mal à justifier le comportement, presque masochiste, d'Abel à rester avec un homme comme lui. Néanmoins, elle ne pouvait pas non plus se permettre de cracher allégrement sur Tatsuki. La jolie blonde savait que l'Oyabun n'était pas dénué de certaines qualités très appréciables, quand il les mettait en avant, tout comme elle comprenait de temps en temps le caractère qu'il avait, surtout dans l'exercice de ses fonctions.
Abel proposait une discussion entre les trois jeunes gens. La future maman n'était pas très convaincue par cette idée, Tatsuki n'appréciant certainement pas que son fiancé et son ex se mettent ensemble pour trouver une solution. Elle avait le pressentiment que le yakuza prendrait cette nouvelle comme une nouvelle trahison, dans le sens, où, d'une certaine manière, ils fomentaient tous les deux un « complot » dans son dos. Enfin, on a déjà vu des complots plus dangereux dans la vie d'un homme... Pourtant, Cassandre ne pouvait pas refuser cette proposition. S'ils voulaient parvenir à un terrain d'entente, ils avaient besoin d'être réuni tous les trois. De plus, Abel et Cassandre entraient dans le jeu de Tatsuki, en cherchant eux-mêmes une solution qui pourrait les satisfaire. Au bout du compte, ils en imposeraient une au jeune homme, tout comme il le leur avait imposé. Et de cela, la baronne de la drogue n'était pas d'accord.

La jeune femme ouvrit sa petite bouche vermeil, enfin de la refermer doucement. Elle cherchait ses mots, sentant qu'Abel avait besoin d'être rassuré d'une certaine façon. Elle finit par se lancer, et lui répondit avec beaucoup de douceur:

« Je suis sincèrement désolée de ce qu'il vous arrive avec Tatsuki, mais c'est un homme particulièrement intelligent, et je ne doute pas qu'il saura, en définitif, prendre la bonne décision. Vous ne devez pas vous inquiéter Abel, nous trouverons quelque chose qui nous permettra à tous de satisfaire nos attentes. Et puis, je pense que Tatsuki est le plus bouleversé d'entre nous tous, et les ennuis semblent s'accumuler au dessus de sa tête. Le souci qu'il a est peut être une raison à invoquer, par rapport à ce que vous ressentez vis à vis de Tatsuki. Mais soyons optimistes, les choses finissent toujours par s'arranger -enfin, j'ose encore croire à certains contes de fées- et je ne doute pas que vous aurez droit, un jour ou l'autre, à un réel « happy end » tous les deux... »

Cassandre eut alors un délicat sourire à l'encontre d'Abel. Elle ne voulait pas qu'on la compare à une conseillère matrimoniale, surtout qu'elle même n'avait pas été capable de sauver son mariage, mais elle désirait redonner un peu d'espoir au jeune homme. Après tout, n'est ce pas l'espoir qui fait vivre et avancer? La future maman ne savait pas si ses conseils étaient justes ou non, mais elle cherchait tout simplement à rassurer Abel pour qui elle avait beaucoup d'affection. Cassandre n'aimait pas voir le tueur blond aussi miné, d'autant plus que cela était clairement un « dommage collatéral » dû à l'erreur de Tatsuki et de sa collègue Oyabun... La jeune femme reprit, avec cette même douceur que précédemment dans le ton:

« Si vous le désirez, je peux appeler Tatsuki pour que nous ayons le plus rapidement une conversation tous les trois... Ou bien est-ce encore trop frais par rapport à votre dispute? Je n'aimerais pas que les choses s'enveniment... »

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Lun 29 Juin - 12:33

Abel tourna la tête vers Cassandre pour la regarder l’imiter et s’allonger sur le parquet. Elle se tourna légèrement sur le côté pour pouvoir faire face à son invité, un bras tenant sa tête. Elle était vraiment très belle. Le grand blond se surprit à penser qu’elle ressemblait un peu à une sirène dans cette position. Cette image lui allait à merveille. Cassandre avait un physique de rêve et pouvait charmer n’importe quel homme, gay y compris. Abel n’avait aucune attirance physique pour elle mais la trouvait très belle. S’il avait été attiré par les femmes, il serait sûrement tombé sous le charme de Cassandre. Est-ce que cela aurait été réciproque ? Peut-être. Il y avait ce quelque chose qui les attirait l’un l’autre sans qu’ils n’en connaissent la nature.

« Je suis sincèrement désolée de ce qu'il vous arrive avec Tatsuki, mais c'est un homme particulièrement intelligent, et je ne doute pas qu'il saura, en définitif, prendre la bonne décision. Vous ne devez pas vous inquiéter Abel, nous trouverons quelque chose qui nous permettra à tous de satisfaire nos attentes. Et puis, je pense que Tatsuki est le plus bouleversé d'entre nous tous, et les ennuis semblent s'accumuler au dessus de sa tête. Le souci qu'il a est peut être une raison à invoquer, par rapport à ce que vous ressentez vis à vis de Tatsuki. Mais soyons optimistes, les choses finissent toujours par s'arranger -enfin, j'ose encore croire à certains contes de fées- et je ne doute pas que vous aurez droit, un jour ou l'autre, à un réel « happy end » tous les deux... »

Le tueur rendit son léger sourire à Cassandre. Un « happy end »… Abel ne croyait pas aux comptes de fées et savait que la vie était parfois difficile mais il ne perdait pas espoir. Il désirait plus que tout au monde vivre heureux avec Tatsuki, qui était l’homme de sa vie. Il en était certain. Dans leur histoire, comme dans toutes les autres, il y avait des hauts et des bas. Là, ils étaient plutôt dans un bas. Mais cela s’arrangerait sûrement à un moment ou à un autre, comme d’habitude. Ils n’allaient tout de même pas arriver à une quatrième rupture. Il y avait sûrement une solution à leur problème. Il y avait toujours une solution à tout, il suffisait d’y mettre du sien.

« Si vous le désirez, je peux appeler Tatsuki pour que nous ayons le plus rapidement une conversation tous les trois... Ou bien est-ce encore trop frais par rapport à votre dispute? Je n'aimerais pas que les choses s'enveniment... »

Abel fit un pauvre sourire. Tatsuki devait sûrement être en train de ruminer en ce moment et de lui en vouloir d’être parti comme un voleur. Mais l’Oyabun l’avait cherché après tout. Le blond ne savait pas comment cela allait se passer lorsqu’il rentrerait à la maison. Il ne savait même pas s’il y retrouverait son amant. Mais il n’avait pas pu faire autrement que de partir de la maison. Après cette nouvelle qui avait eu l’effet d’une bombe, le blond avait été obligé de sortir prendre l’air et surtout de rejoindre Cassandre pour lui parler. Avec elle, il était sûr qu’on l’écouterait, qu’on ne s’énerverait pas parce qu’il disait le fond de sa pensée. La belle sirène était calme et compréhensive. De plus, elle semblait avoir plus les pieds sur terre que Tatsuki et moins égoïste.

« Je pense que je vais rentrer pour lui parler, en espérant qu’il soit toujours à la maison. Je vous appellerai par la suite. »

Mine de rien, Abel se confiait un peu à Cassandre. C’était rare qu’il le fasse. Même Tatsuki lui disait parfois qu’il n’exprimait pas assez ce qu’il ressentait ou pensait. Mais, même s’il avait beaucoup changé au contact de son amant, il restait Abel, le tueur à gage peu bavard. Tout comme Tatsuki, il ne pensait pas changer plus… Le grand blond se redressa et s’étira. Il n’avait pas envie de partir. Il se sentait bien ici, en compagnie de Cassandre. Il l’avait mal jugée, même si la belle Oyabun avait tout de même mérité les insultes et menaces que lui avait crachées Abel à la face. Il ne regrettait rien, comme toujours. Si c’était à refaire, il le referait. De toute façon, c’était le passé. Maintenant, les deux têtes blondes s’entendaient bien et s’étaient même rapprochées.

« Mais d’ici là, n’hésitez pas à m’appeler si quelque chose ne va pas, d’accord ? »

Il offrit un nouveau sourire à Cassandre, pour appuyer ses dires. Si elle avait besoin de se confier ou simplement de quelqu’un pour lui tenir compagnie, elle n’avait qu’à l’appeler, il viendrait tout de suite. Enfin, tout de suite s’il était en congé. Il ne fallait pas oublier qu’il avait retrouvé du travail. Il faudrait d’ailleurs que Cassandre passe le voir à la chocolaterie un jour. Mais Abel le lui proposerait plus tard. Là, ce n’était pas le bon moment. Ils avaient un gros problème à régler, en espérant qu’ils parviennent à le régler. Il le fallait de toute façon. Le blond ne voulait pas suivre les idées de Tatsuki. Il allait encore être plus mis à part sinon. Il allait falloir que les deux amants se parlent calmement de tout cela. Pour Abel, cela ne poserait aucun problème mais pour Tatsuki… Parviendrait-il à rester calme ?

« Hmm… Serait-il possible que je parle à votre ex-futur mari avant de partir ? Seul à seul. »

Abel n’avait pas aimé la façon dont cet acteur de pacotille avait parlé à Cassandre. Sans qu’il ne sache pourquoi, il avait envie de s’entretenir avec lui pour le lui dire. Jack avait osé traiter sa femme de prostituée et l’avait fait pleurer. Il méritait qu’on le remette à sa place. Abel avait bien vu que l’Américain pouvait en venir aux mains mais, franchement, il s’en fichait. Si une bonne claque remettait les idées de ce Jack en place, le grand blond ne se gênerait pas. En plus, si cela pouvait abimer un peu le visage de cette star hollywoodienne, cela lui ferait même plaisir. Il ne l’appréciait déjà pas avant de l’avoir rencontré et la première impression que lui avait donnée Jack n’avait rien arrangé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Dim 5 Juil - 15:55

« Je pense que je vais rentrer pour lui parler, en espérant qu’il soit toujours à la maison. Je vous appellerai par la suite. Mais d’ici là, n’hésitez pas à m’appeler si quelque chose ne va pas, d’accord? »

La jeune femme hocha la tête doucement, lui signifiant par ce mouvement qu’elle avait bien enregistré l’information. Les deux jeunes gens s’étaient rapprochés, une réelle complicité commençait à s’instaurer entre eux. Ils sentaient qu’ils avaient besoin, en ce moment, l’un de l’autre. Ils devaient se serrer les coudes, se soutenir mutuellement. Abel connaissait des hauts et des bas avec Tatsuki, tandis que Cassandre voyait son couple s’écrouler sous ses yeux. Ils avaient tout deux des problèmes conjugaux, et sans doute, l’espoir leur manquait-il. Même si un heureux évènement se profilait à l’horizon, rien n’était arrangé pour autant. Au contraire, tout semblait s’embrouiller de plus en plus. La jeune femme se redressa, touchant avec douceur et tendresse son ventre. On commençait à voir apparaître quelques formes, quelques rondeurs, mais encore très légères. Elle répondit alors au jeune homme:

« Je vous retourne votre proposition. Si vous avez envie de m’appeler, n’hésitez pas à me téléphoner! »

Ses jambes pendaient toujours dans le vide, et elle les fit se balancer. Une légère brise caressait ses mollets et ses chevilles fines. Finalement, elle les ramena contre elle, et les entoura de ses bras, afin de poser son visage blanc et ovale sur ses genoux. La future maman observait, avec un certain apaisement, le jardin japonais. Abel avait décidément le don de calmer Cassandre quand elle n’allait pas très bien. Il était temps pour eux de se quitter, de sortir de cette parenthèse, pour reprendre le cours tumultueux de leurs vies. Le tueur à gages, devenu serveur, allait affronter un Tatsuki qui serait très certainement en rogne aux vues de ce que lui avait dit le blond. Quant à elle, la jeune femme attendrait avec angoisse le départ de son ex-futur-mari. Elle ne voulait pas le croiser de nouveau aujourd’hui, et craignait de le voir débarquer comme précédemment dans une pièce qu’elle occuperait. Même Léon, avec toute sa force et son sérieux n’avait pas réussi à ralentir la folie de Jack. Abel rompit le silence et les pensées de la jolie blonde, pour lui demander alors:

« Hmm… Serait-il possible que je parle à votre ex-futur mari avant de partir ? Seul à seul. »

Cassandre fut réellement surprise par cette demande plus que saugrenue. Elle n'aurait jamais pensé que le blond ait la moindre envie de discuter avec Jack. Et puis, la jeune femme n'était pas sûre que son mari soit assez détendu pour engager la conversation avec un homme qu'il ne connaissait pas. La future maman se crispa un peu, entourant plus encore ses genoux de ses bras fins et blancs. Elle se mordilla la lèvre inférieure, nerveuse. Elle ne savait pas vraiment si elle devait accepter ou non. Cassandre avait autant peur pour Abel que pour Jack. Finalement, elle se résolut à lui répondre:

"Je ne sais pas si c'est une bonne idée, mais si vous insistez, je vous y autorise."


La jeune femme se leva, et ouvrit la porte coulissante. Léon attendait derrière la porte, en tant que garde du corps. Il avait un bel oeil au beurre noir, et la lèvre inférieure éclatée, mais restait fidèle à son poste. Cassandre sourit doucement, et lui demanda de les rejoindre. L'homme massif s'approcha, et passa sur le perron du jardin intérieur. La jolie blonde se tourna vers Léon, et lui expliqua la situation:

"Abel aimerait rencontrer Jack. Aurais-tu l'amabilité de le conduire jusqu'à sa chambre, Léon, s'il te plaît?"

L'homme hocha la tête et approuva: "Je vous emmènerais voir cet homme, Mr Saalfield". Son ton était plein de mépris pour l'homme qu'était Jack, et cela blessa quelque peu la jeune femme. Cassandre se pencha vers Abel, et lui dit avec un sourire triste:

"Voilà, il est tout à vous. Pardonnez moi si je ne vous accompagne pas moi même, mais je n'ai pas envie de le revoir tout de suite."

Abel se leva, et les deux jeunes gens se saluèrent, et Abel partit avec le garde du corps. Cassandre, quant à elle, resta dans le jardin, dans lequel elle se balada...

Léon parcourait les couloirs de la villa, suivit de près par Abel. D'un naturel peu bavard, il n'échangea pas un mot avec le blond. Une fois arrivés devant la porte de Mr Jack Seymour, le garde lança à Abel: "Bien, nous y voilà... Je vous laisse avec lui... Si vous en avez la possibilité, coller lui un poing dans sa petite gueule de ma part..."

Léon laissa Abel tout seul, face à la porte. Ce dernier frappa, et une voix grave l'invita à entrer...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Mar 7 Juil - 12:57

« Je vous retourne votre proposition. Si vous avez envie de m’appeler, n’hésitez pas à me téléphoner! »

Abel esquissa de nouveau un léger sourire. Il n’était pas du genre à se confier. Il préférait tout garder en lui, ayant du mal à faire confiance aux autres. Mais, s’il avait besoin de parler, il n’hésiterait pas à appeler Cassandre. Maintenant, il appréciait beaucoup la jeune femme et se confier un peu à elle lui avait fait du bien. C’était agréable de pouvoir parler à quelqu’un. Abel avait très peu d’amis et il se voyait mal parler de ses problèmes de couple avec Keiji. Avec le jeune homme, il préférait s’amuser que se plaindre. Mais avec Cassandre, c’était différent, sans savoir pourquoi. Elle avait l’air si calme, si attentive, si compréhensive… Sa compagnie l’apaisait et cela avait l’air réciproque. A croire qu’il y avait vraiment quelque chose qui les attirait l’un l’autre et qui les liait.

Lorsqu’Abel eut demandé à la jeune Américaine de pouvoir s’entretenir avec son ex-futur mari, elle avoua penser que ce n’était pas une si bonne idée mais ne s’y opposa pas. Elle se leva et ouvrit la porte coulissante pour laisser entrer Léon qui, en bon garde du corps, n’était jamais loin de sa patronne, même blessé. Le grand blond remarqua que le cerbère avait un bel œil au beurre noir et la lèvre inférieure éclatée, bien que le sang avait fini par arrêter de couler. C’était que le petit acteur de pacotille avait de la force et du courage pour oser s’attaquer à un homme aussi massif que Léon. Personnellement, Abel ne s’y risquerait pas sans une très bonne raison. Par contre, concernant Jack, c’était une toute autre histoire. Si l’Américain osait lever la main sur lui, le tueur n’hésiterait pas à se défendre.

Cassandre demanda à son fidèle garde du corps de conduire Abel auprès de Jack. Léon accepta, non sans montrer son mépris envers le mari de la jeune femme. Le blond comprenait très bien que l’homme en veuille à cet imbécile d’Américain. D’ailleurs, il pensait avoir la même vision de l’acteur que lui. Il n’appréciait pas cet homme qu’avait épousé Cassandre. Physiquement et psychologiquement. Jack faisait parti des gens que détestait Abel. L’acteur se comportait mal avec celle qui était encore sa femme. Il l’avait insultée et fait pleurer. Il ne méritait pas qu’on lui accorde la moindre trace de respect. C’était pour cela qu’Abel n’hésiterait pas à en venir aux mains si jamais cet idiot s’en prenait à lui ou insultait encore Cassandre.


"Voilà, il est tout à vous. Pardonnez moi si je ne vous accompagne pas moi-même, mais je n'ai pas envie de le revoir tout de suite."

« Je comprends très bien… Passez une bonne journée Cassandre et tentez de vous reposer. »

Après s’être levé, Abel salua la jeune femme et lui adressa un nouveau léger sourire. Il le faisait pour lui remonter un peu le moral. Il ne voulait pas que Cassandre se fasse du mauvais sang. Ce n’était pas bon pour elle et surtout pour l’enfant. Le jeune tueur sortit ensuite de la pièce et suivit Léon à travers les couloirs. Aucun des deux hommes ne parla. Tous deux n’étaient pas d’un naturel bavard donc cela ne les gêna pas. Ils marchèrent donc en silence jusqu’à la porte de l’acteur américain. Abel n’était pas sûr de ce qu’il allait pouvoir dire à cet idiot. Il savait juste qu’il n’avait pas aimé la façon dont il avait parlé à Cassandre. Il fallait ménager une femme enceinte et surtout, respecter une femme, enceinte ou non.

"Bien, nous y voilà... Je vous laisse avec lui... Si vous en avez la possibilité, coller lui un poing dans sa petite gueule de ma part..."

Abel se contenta d’adresser un léger sourire à Léon et inclina légèrement la tête pour le saluer. Le garde du corps n’avait pas à s’en faire, si le blond avait la possibilité de frapper Jack, il le ferait avec plaisir, mais juste pour se faire plaisir, pas pour venger Léon. L’homme partit ensuite, laissant Abel seul devant les appartements de l’acteur. Le grand blond frappa à la porte, décidé. Il attendit ensuite une réponse, qui ne se fit pas attendre. Invité à entrer, Abel prit la poignée de la porte en main et l’actionna. Il entra dans la pièce et referma soigneusement derrière lui. Lorsqu’il se retourna pour faire face à Jack, il vit bien que l’Américain n’était pas enchanté de le voir. Tant mieux, c’était l’effet que désirait donner Abel. Il voulait le déranger.

« Puisque vous n’avez pas l’air de connaître les règles de politesse, je suis venu vous les apprendre. D’abord, avant d’insulter sa femme sans raison, on se présente, c’est la moindre des choses. Je m’appelle Abel Saalfield. Je suis l’amant de Tatsuki Sugiura et ami de Cassandre. »

Le ton était donné. Sûr de lui, Abel resta debout face à Jack et ne cilla pas, plongeant son regard dans celui de l’acteur. Il désirait remettre à sa place cet imbécile et lui faire comprendre qu’il n’avait pas aimé son intervention dans le petit salon. De plus, il avait fait exprès de se présenter comme étant l’amant de Tatsuki, pour énerver Jack au nom du yakuza. Il avait cru comprendre que l’acteur désirait s'en prendre à l’Oyabun et jamais il ne le tolérerait. Si cet idiot souhaitait faire du mal à Tatsuki, il devrait d’abord affronter Abel. Le grand blond avait beau en vouloir à son amant, il n’accepterait jamais qu’on s’en prenne à celui qu’il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Mer 8 Juil - 14:20

Abel était entré dans la chambre de l'acteur américain. Il avait poussé légèrement la porte pour la refermer derrière lui. Jack lui tournait le dos, regardant à travers la fenêtre. La chambre était dans un sacré désordre. Quelques meubles avaient été renversés, et une valise ouverte sur le lit, recueillait les différents vêtements qu'il avait pu amener. Mais la plupart jonchaient le sol, et semblaient avoir été expulsés de leur conteneur avec une grande violence. L'américain se retourna finalement vers Abel, et les deux hommes se firent face. Un silence s'installa entre eux, la tension était papable. Le blond lança alors:

« Puisque vous n’avez pas l’air de connaître les règles de politesse, je suis venu vous les apprendre. D’abord, avant d’insulter sa femme sans raison, on se présente, c’est la moindre des choses. Je m’appelle Abel Saalfield. Je suis l’amant de Tatsuki Sugiura et ami de Cassandre. »

Que croyait-il en lançant cela? Que Jack allait s'excuser d'avoir cru que sa femme s'amusait à coucher avec tous les hommes qu'elle croisait, même si celui qu'il supportait le moins, Tatsuki Sugiura, partageait sa vie avec un homme? Et puis, de quel droit venait-il le voir ainsi? Jack n'avait aucunement besoin de recevoir de leçons de morale de quelqu'un, et encore moins d'un inconnu. L'acteur répliqua alors, mauvais:

« Je peux savoir ce que vous attendez de moi? Cette histoire ne vous regarde absolument pas, alors sortez d'ici rapidement, ou je m'en chargerais à votre place... »


Il s'était calmé depuis tout à l'heure, mais le sang continuait de bouillir en lui. Il se détourna du fameux Abel Saalfield, et fit un tour dans sa chambre pour récupérer ses affaires. Dérogeant à toutes règles de politesses, il laissa son invité imposé seul dans la pièce pour se rendre dans la salle de bain, à la recherche d'éventuels produits oubliés. Il espérait qu'entre temps, l'insensé ait choisi de le laisser seul. Il n'avait aucune envie d'être en compagnie de quelqu'un, et encore en présence d'un blanc-bec venu prendre la défense de Cassandre. Décidément, sa femme était entourée de beaucoup d'hommes... Il y avait déjà tous ses gardes du corps, et particulièrement les deux compères Léon et Texas qui n'arrêtaient pas de lui tourner autour, et puis après ce fameux Sugiura, dont il ne s'était pas méfié, après ce que sa femme lui avait dit, et la façon dont il l'avait largué, et maintenant, Abel Saalfield, un prétendu ami.
Il rassembla quelques affaires dans la salle de bain et revint avec dans la chambre, mais là, il eut la mauvaise surprise de voir que l'homme n'avait toujours pas bougé, et qu'il campait ferme sur ses deux pieds devant la porte. Jack, agaçait, balança rageusement ses affaires dans la valise, dont la plupart s'échoua sur le lit et sur le sol, puis, se précipita furieusement vers Abel, qu'il empoigna fermement au niveau du col, une fois à sa hauteur. Sans ralentir sa course, il plaqua le blond contre la porte, les poings sur sa gorge, et cracha:

« Putain, c'est pas compliqué ce que je demande! Barrez vous d'ici rapidement, j'suis vraiment pas d'humeur aujourd'hui pour entendre vos discours de bon samaritain! »

Il exerça sa force sur Abel, le tenant un peu plus encore contre la porte, et rapprocha son visage du sien avec un rictus effrayant:

« Je sais très bien ce que vous allez me dire, mais moi, je sais ce que je sais! Cassandre est une belle salope! Je sais pas ce qu'elle trafique ici, comment elle peut avoir autant de pognon et avoir tant besoin de sécurité, mais tout ça est bien louche! Je ne m'étonnerais plus aujourd'hui de savoir que c'est une poule de luxe, et que votre copain, en plus d'être le « père présumé » de son gosse, a été un de ses clients réguliers! »

Jack relâcha la pression sur le col d'Abel et le poussa une dernière fois contre la porte pour lui montrer par là que la conversation était terminée, et qu'il était plus que cordialement invité à sortir d'ici. L'acteur se recula, et lança pour finir:

« Tout cela est terminé pour moi. Je me suis fait avoir par son joli minois, et un jour ou l'autre, ça vous arrivera à votre tour. Cassandre est une femme intelligente, et une grande actrice aussi. Elle sait manipuler son monde. La preuve, elle a réussi à vous manipuler pour que vous veniez me parler. Et puis, le jour où elle n'aura plus besoin de vous, elle vous jettera comme elle l'a fait avec moi... »

Jack parlait avec véhémence et haine, sans connaître les réelles raisons de cette éviction forcée. Il ne se doutait pas qu'une menace pesait sur sa vie, et qu'elle prenait les traits d'Hidekazu. Et puis, Cassandre avait longuement réfléchit à la conversation qu'elle avait eu avec Tatsuki, et il était clair qu'elle agissait égoïstement en retenant auprès d'elle un homme pour qui elle ne ressentait pas autant d'amour. Le comportement de Jack était tout à fait proportionnel à l'amour qu'il avait éprouvé pour celle qui était devenue sa femme, à la suite d'une nuit un peu trop arrosée...

Il se détourna d'Abel, pour reprendre l'agencement et le remplissage de sa valise. Dès ce soir, il reprendrait l'avion, direction Hollywood pour le tournage d'un nouveau film. En tous cas, il prendrait plaisir à rouler Cassandre dans la boue, sitôt rentré aux Etats Unis.

« Maintenant, si vous voulez bien partir, Monsieur Saalfield... Il me reste pas mal de rangement à faire... »

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Mer 8 Juil - 16:22

« Je peux savoir ce que vous attendez de moi? Cette histoire ne vous regarde absolument pas, alors sortez d'ici rapidement, ou je m'en chargerais à votre place... »

Cette histoire ne le regardait absolument pas ? Abel pensait le contraire. Il était plongé dedans jusqu’au cou, contre son gré. Après, peut-être bien qu’il n’avait rien à faire dans cette chambre à tenter de parler avec ce demeuré mais il n’avait pas du tout aimé la façon dont Jack avait parlé à Cassandre. La situation était déjà bien assez difficile pour la future maman. Cet idiot d’Américain n’avait en aucun cas le droit d’en rajouter un peu plus. Il avait été trop dur avec la belle blonde. Abel n’allait donc pas bouger de cette chambre sans avoir dit ses quatre vérités à cet imbécile. Il resta debout devant la porte, sans bouger. Pendant ce temps, Jack partit dans ce qui devait être la salle de bain. Il semblait être en plein rangement pour faire ses valises et partir le plus vite possible d’ici, tout en laissant des traces de son passage dans la grande demeure.

Le grand blond regarda autour de lui l’ampleur des dégâts. Il y avait des vêtements éparpillés dans la chambre, des meubles renversés… L’acteur avait dû se mettre dans une colère noire pour provoquer ce désordre monstre. Pour quelqu’un comme Abel qui aimait la propreté et l’ordre, c’était difficile de rester dans cette pièce. Mais il allait tenir bon. Il savait être patient quelque soit la situation. Après tout, il gardait ses qualités de tueur à gage. Jack avait donc intérêt à faire très attention… D’ailleurs, en parlant du loup, l’homme revint dans la chambre. A voir sa tête, il n’avait pas l’air heureux de voir qu’Abel ne l’avait pas écouté. Il balança ses affaires en direction de la valise, en la loupant, et se dirigea vivement vers le grand blond pour le saisir au col et le plaquer contre la porte. S’il croyait intimider Abel de cette façon, c’était raté…


« Putain, c'est pas compliqué ce que je demande! Barrez vous d'ici rapidement, j'suis vraiment pas d'humeur aujourd'hui pour entendre vos discours de bon samaritain!.. Je sais très bien ce que vous allez me dire, mais moi, je sais ce que je sais! Cassandre est une belle salope! Je sais pas ce qu'elle trafique ici, comment elle peut avoir autant de pognon et avoir tant besoin de sécurité, mais tout ça est bien louche! Je ne m'étonnerais plus aujourd'hui de savoir que c'est une poule de luxe, et que votre copain, en plus d'être le « père présumé » de son gosse, a été un de ses clients réguliers! »

Abel serra les dents pour éviter de se laisser emporter par la colère qui montait en lui. Il détestait qu’on parle aussi durement des prostituées et surtout qu’on manque autant de rester à Cassandre. Elle n’était pas parfaite et avait fait beaucoup d’erreurs mais elle ne méritait pas ce jugement. Et qu’entendait Jack par « père présumé » ? Que Tatsuki ne serait pas le père de cet enfant ? Que cela pourrait être un autre homme qu’avait fréquenté Cassandre ? Elle n’était pas une fille facile. Abel en était sûr bien qu’il ne la connaissait que très peu. Cela lui faisait un peu mal de devoir prendre sa défense après tous ces évènements mais il s’y sentait obligé. Il désirait faire confiance à l’Américaine et tenter de passer l’éponge. Quelque chose l’empêchait de la laisser tomber. Cette attirance pour elle l’empêchait de la laisser souffrir dans son coin et de se faire insulter par un pauvre idiot d’Américain qui se prenait pour quelqu’un tout simplement parce qu’il travaillait à Hollywood… Jack finit par relâcher Abel et le poussa contre la porte pour l’inviter à sortir.

« Tout cela est terminé pour moi. Je me suis fait avoir par son joli minois, et un jour ou l'autre, ça vous arrivera à votre tour. Cassandre est une femme intelligente, et une grande actrice aussi. Elle sait manipuler son monde. La preuve, elle a réussi à vous manipuler pour que vous veniez me parler. Et puis, le jour où elle n'aura plus besoin de vous, elle vous jettera comme elle l'a fait avec moi... »

Le grand blond eut un léger rictus. Cassandre ne l’avait en aucun cas manipulé pour qu’il vienne voir cet acteur de pacotille. Elle avait même été contre mais avait laissé faire. Abel était venu de son plein gré, parce qu’il ne désirait pas partir sans lui avoir parlé. Il avait trouvé l’intervention de Jack dans le petit salon extrêmement impolie, tout comme la réaction qu’il venait d’avoir à l’instant en s’en prenant physiquement à Abel. S’il avait envie d’intimider le jeune tueur, qu’il le fasse avec les mots, pas avec les gestes. Le grand blond était resté correct et n’en était pas venu aux mains. Il souhaitait donc qu’on le respecte autant. Mais visiblement, aux Etats-Unis, certains avec beaucoup de lacunes en matière de politesse et de bonne éducation.

« Maintenant, si vous voulez bien partir, Monsieur Saalfield... Il me reste pas mal de rangement à faire... »

« Vous ne connaissez rien de la situation. » lâcha Abel, sans faire attention aux dernières paroles de l’acteur. « Cassandre pensait que c’était une mauvaise idée que je vienne vous voir. D’ailleurs, je suis de son avis. Je viens pour vous parler et vous vous en prenez à moi… La première impression que j’avais de vous était la bonne : tous dans les muscles, rien dans la tête. »

Abel remit bien sa chemise qu’avait tenue l’acteur hollywoodien et la défroissa. Il s’avança ensuite légèrement vers Jack, s’éloignant de la porte contre laquelle il avait été plaqué quelques instants plus tôt. L’Américain n’était vraiment qu’un idiot. Il ne comprenait pas que le blond était en quelque sorte dans la même situation que lui. La personne qu’il aimait le plus au monde l’avait en quelque sorte trahi et allait être parent d’un enfant qu’elle avait eu avec quelqu’un d’autre. Au lieu d’utiliser ses muscles, il serait préférable qu’il se serve de sa tête, si jamais il y avait un cerveau dedans. Abel détestait de plus en plus cet homme. Il avait envie de lui faire manger son poing dans la figure.

« Vous êtes bien sûr de vous. Qui vous a dit qu’elle s’était servie de vous avant de vous jeter ? Elle a tout ce qu’elle veut ici. Pourquoi se serait-elle embêtée avec un acteur de pacotille ? Elle aurait largement pu trouver mieux pour faire parler d’elle. » dit-il, ne cessant de fixer Jack. « Je peux comprendre que vous lui en vouliez mais elle n’est pas la seule fautive dans l’histoire. Si vous l’aimez vraiment, vous n’avez pas à parler d’elle ainsi et vous n’avez pas à la mettre dans cet état. J’espère bien que vous lui présenterez des excuses à un moment ou à un autre. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Ven 10 Juil - 8:10

Abel ne semblait toujours pas prêt à sortir de la pièce. Il restait fermement debout, s'étant décollé de la porte contre laquelle il avait été auparavant projeté. Le blond lâcha enfin:

« Vous ne connaissez rien de la situation. Cassandre pensait que c’était une mauvaise idée que je vienne vous voir. D’ailleurs, je suis de son avis. Je viens pour vous parler et vous vous en prenez à moi… La première impression que j’avais de vous était la bonne : tous dans les muscles, rien dans la tête. »

Jack se retourna vivement vers l'invité, et le toisa rageusement. De quel droit se permettait-il de l'insulter ainsi? Enfin, il ne savait pas ce qu'il lui déplaisait le plus: était-ce de savoir qu'il s'était trompé sur Cassandre, ou bien ne supportait-il pas de passer pour un crétin profond? Il y avait surement des deux. En tout cas, il n'appréciait aucunement les remarques désobligeantes que lui adressait Abel. L'homme serra les poings et les dents, préférant ne rien répondre. Il sentait que d'un instant à l'autre, il allait frapper le blond, si ce dernier continuait sur cette lancée. L'acteur rageait intérieurement et cherchait tous les moyens possibles pour se contenir, même si cela était assez difficile pour lui. L'homme blond reprit le fil de la conversation, tout en continuant de fixer Jack:

« Vous êtes bien sûr de vous. Qui vous a dit qu’elle s’était servie de vous avant de vous jeter ? Elle a tout ce qu’elle veut ici. Pourquoi se serait-elle embêtée avec un acteur de pacotille ? Elle aurait largement pu trouver mieux pour faire parler d’elle. Je peux comprendre que vous lui en vouliez mais elle n’est pas la seule fautive dans l’histoire. Si vous l’aimez vraiment, vous n’avez pas à parler d’elle ainsi et vous n’avez pas à la mettre dans cet état. J’espère bien que vous lui présenterez des excuses à un moment ou à un autre. »

Jack enrageait, et se précipita furieusement contre le blond. Il le projeta de nouveau contre la porte, mais Abel, se défendit cette fois-ci, repoussant l'acteur contre le lit. Ce dernier chuta, se prenant les pieds dans les vêtements qui traînaient par terre, et tomba lourdement sur le lit dont les draps et les couvertures faisaient un amas confus. Il se prit aussi la valise éventrée, et la poussa d'un geste rageur du bras. Il lança un regard mauvais au blond, et répliqua:

« Bon sang! Elle m'a brisé le cœur! Elle m'a fait croire que tout allait bien entre nous, que je la rendais heureuse! Et puis, il a suffit d'un entretien avec votre mec pour qu'elle soit complètement chamboulée, qu'elle remette tout en question, qu'elle me dise que tout devait finir! »

L'acteur se releva, hagard, et chancelant. Il était ivre de rage, d'amour et de tristesse. Tous ses sentiments se mêlaient et formaient un cocktail étrange et douloureux. Jack ne savait plus où il était, comment tout avait pu se détériorer ainsi. Il avait toujours été certain que Cassandre l'aimait, et que deux années de séparation n'avaient en rien altéré leur relation. L'acteur avait bien sur remarqué quelques détails nouveaux chez la jeune femme. Elle était devenue bien plus sérieuse, et moins insouciante qu'avant. Et puis, elle travaillait sans cesse, ne sortait que très peu, et était tout le temps entourée de gardes. Où était donc passé la Cassandre qu'il avait jadis aimé, et dont elle l'avait gratifié en retour par son amour? Tout cela avait donc définitivement disparu? Il n'avait plus rien à perdre...
Une nouvelle vague de colère envahi l'homme, qui se précipita poing levé sur Abel en criant:


« Je ne lui pardonnerais jamais! »


Le geste fut arrêté par le blond d'une de ses mains libres, mais Jack, en bon bagarreur qu'il était, enchaîna un bon crochet du gauche dans l'œil d'Abel. Sa main gauche n'était pas la plus forte, mais le coup déstabilisa un instant le tueur à gages. Jack jubilait. Cogner lui faisait un bien fou, et il était prêt à continuer. Même si cet homme n'était pas aussi coupable que Cassandre, il prenait sa défense et se moquait ouvertement de lui. Et cela, il ne pouvait le tolérer. L'acteur laissa l'homme blond se ressaisir, et tout en attendant, lui dit violemment:
« Cette pute ne mérite aucun égard. Elle joue avec les gens, leur promet monts et merveilles, et les renvoie par la suite sans motif! Un jour ou l'autre, elle paiera, si ce n'est pas par ma main... »

Néanmoins, Jack avait tendance à oublier que ce mariage n'était qu'un leurre, tout comme il omettait le fait qu'au lendemain de cette nuit bien arrosée, il avait été le premier à dire qu'il fallait faire semblant, que sa carrière serait ruinée si les médias l'apprenaient. Cassandre avait décidé de jouer le jeu pour aider son ex-fiancé, et s'était de nouveau attachée à lui avec une réelle tendresse, mais sans amour. L'acteur, quant à lui, s'était embourbé dans le mensonge, et pire, maintenant, y croyait dur comme fer.

Abel s'était redressé, un œil clos, mais prêt à en découdre. Il était temps de faire un petit peu de chirurgie plastique sur le visage de ce bellâtre.

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   Mar 14 Juil - 23:04

Jack fut très énervé par les paroles du grand blond. Sans crier gare, il se précipita rageusement vers Abel et le plaqua à nouveau contre la porte. Celui-ci avait déjà assez mal au dos à force de rester debout pour son travail, ce coup n’arrangea rien. Mais cela ne l’empêcha pas de répliquer cette fois-ci et de repousser violement l’acteur qui chuta sur le lit et se prit la valise ouverte. Qu’il ne joue pas au plus fort avec le tueur, il n’était pas sûr de gagner. Il avait beau ressembler à un fou en cet instant, il ne faisait pas peur. Ce n’était pas pousser furieusement une valise qui allait impressionner Abel. Le grand blond resta le fixer, sur ses gardes.

« Bon sang! Elle m'a brisé le cœur! Elle m'a fait croire que tout allait bien entre nous, que je la rendais heureuse! Et puis, il a suffit d'un entretien avec votre mec pour qu'elle soit complètement chamboulée, qu'elle remette tout en question, qu'elle me dise que tout devait finir!.. Je ne lui pardonnerais jamais! »

Après des paroles montrant sa colère et sa souffrance, Jack chargea de nouveau Abel mais cette fois-ci poing fermé et levé, prêt à frapper. Le grand blond l’arrêta avec force avant que ce bouquet de phalanges n’atterrisse contre sa joue. Mais l’acteur profita de cette proximité pour lever l’autre poing et l’abattre sur l’œil droit d’Abel qui fut, l’espace d’un instant sonné. Apparemment, le blond avait perdu ses réflexes de bagarreur. Mais il devait avouer que Jack était un adversaire de taille. Abel parvint à se ressaisir rapidement et afficha un sourire mauvais. C’était bien ce qu’il disait, Jack n’avait que des muscles, pas de cerveau. Ce n’était pas parce qu’il était sur les nerfs qu’il devait devenir violent. Mais en même temps, mieux valait qu’il frappe Abel que Cassandre.

« Cette pute ne mérite aucun égard. Elle joue avec les gens, leur promet monts et merveilles, et les renvoie par la suite sans motif! Un jour ou l'autre, elle paiera, si ce n'est pas par ma main... »

« Si ce n’est pas par ma main ? ». Cet imbécile avait l’intention de se venger de Cassandre et peut-être la violenter ? Le sang d’Abel ne fit qu’un tour. Jack se permettait de traiter sa femme de prostituée et faisait des menaces. Il n’aurait pas dû… Sans crier gare, ce fut le grand blond qui se rua cette fois-ci vers son « adversaire ». Il bouscula l’acteur de pacotille pour le faire tomber sur le lit puis se mit sur lui avant de lui asséner un coup de poing violent au visage au niveau de la joue, puis un autre au niveau de l’œil, pour lui rendre la pareille. Les deux hommes se retrouvaient ainsi avec un œil clos et qui virerait bientôt à l’œil au beurre noir. Mais Abel n’y pensa pas. Il était tellement énervé par cet idiot, peut-être plus qu’il ne l’aurait dû. Mais il détestait les hommes qui s’en prenaient aux femmes. Cela lui rappelait trop sa mère qui s’était fait battre par certains de ses clients.

« Tu te crois peut-être fort mais tu n’es rien ici. Tu ferais mieux de finir de faire tes valises et de te barrer d’ici pour retourner à ta vie minable d’acteur. Si tu oses faire du mal à Cassandre, tu ne seras pas prêt de t’en relever… »

Abel avait plaqué ses mains sur les épaules de Jack pour l’empêcher de se relever. Dès qu’il eut fini ses menaces, il le lâcha et se releva. Il partit rapidement de la chambre, sentant qu’il pourrait aller plus loin que de simples coups. Après tout, il était tueur à gage. Cela ne le gênait pas de tuer… Énervé, Abel traversa à grandes enjambées la maison de Cassandre. Il croisa bien Léon mais ne s’arrêta pas pour lui parler. Vu son état, il était évident qu’il s’était battu et avait rendu les coups. Le garde du corps devait être content… Le tueur sortit rapidement de la demeure et retrouva sa voiture. Il s’installa derrière le volant et démarra en trombe. Sous le coup de la colère, il n’avait pas encore senti la douleur à sa main et à son œil. Mais là, après avoir passé la deuxième vitesse en entrant sur l’avenue, il se rendit compte qu’il s’était peut-être déplacé quelque chose dans la main, ou même fracturé. Quelle chance…

Pour une fois, il dépassa la vitesse autorisée pour rentrer le plus vite possible au penthouse. Il avait besoin de prendre une bonne douche froide et surtout, de soigner ses blessures. Si Tatsuki était toujours à la maison, il aurait intérêt à ne pas feindre l’indifférence. Abel s’était tout de même battu pour défendre la mère de son futur enfant alors que cela n’était pas dans son tempérament d’être violent, à part lorsqu’on le poussait à bout. Mais, en temps normal, il trouvait un autre moyen que la bagarre pour se défouler, comme frapper dans un sac de boxe. Mais là, Jack avait commencé à le frapper donc il n’avait eu que ce qu’il méritait. Abel serra de sa main valide le volant. Quel enfoiré cet Américain. Comment Cassandre avait-elle pu épouser un homme pareil ? Bien sûr, il y avait eu l’alcool mais tout de même ! Abel avait du mal à comprendre les gens en ce moment, comme par exemple Tatsuki qui avait quitté une nouvelle fois la maison sans laisser d’explication. Le grand blond se retrouva donc de nouveau seul dans ce grand penthouse, énervé et surtout blessé…

~*~*~*~*~*~*~*~*~*~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A merciless world... (PV Abel) [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Les Quartiers Résidentiels :: Les Maisons :: Villa de Cassandre McKeller-
Sauter vers: