Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Dim 2 Aoû - 20:05




Maître Kimura était un homme débordé. Hormis le droit dans sa vie, il n'y avait pas grand chose qui lui importait ; il passait donc toutes ses journées, voire ses soirées entre la société Sugiura et la résidence de son boss. En plus d'être l'avocat personnel de Tatsuki (le clan Sugiura en avait une vingtaine pour ses affaires), il était également très proche de l'Oyabun.
C'est au nom de cette amitié qu'il avait accepté de défendre le cas Abel Saalfield pour port d'arme. Fort heureusement, le temps jouait en sa faveur. Le tribunal de la ville était tellement plein que son cas ne passait visiblement pas pour une priorité...ou plutôt, comme il était l'amant officiel d'un homme très connu et qu'il portait un bracelet électronique, nul doute qu'il ne quitterait jamais la ville.
Par ce magnifique jour de juillet, Akatsuki Kimura prit une journée de congé, sur la recommandation de Tatsuki...mais cette journée n'allait pas servir qu'à se reposer, mais aussi à travailler un peu...
L'avocat se rendit en début d'après-midi dans la résidence de yakuza afin de s'entretenir avec lui ; il était bien question de droit, mais d'une affaire plus personnelle. Tatsuki et Abel étaient maintenant séparés officiellement et ils l'étaient pour de bon cette fois-ci.
Si l'Oyabun semblait accusé le coup, il voulait régler quelques détails administratifs.
Les deux hommes discutèrent deux bonnes heures, avant que Akatsuki s'attèle à la tâche sans perdre de temps. Il rédigea un contrat en bon et due forme selon les volontés du yakuza. Après l'avoir tamponné et que Tatsuki et lui-même aient apposé leurs signatures, il demande à Akatsuki d'aller voir Abel. Il ne manquait que la signature de celui-ci pour valider le contrat et la séparation de biens. Plus vite ce serait réglé, mieux ce serait. Après cela, Tatsuki estimait que lui et celui qui fut son aimé n'aurait plus rien à voir.
Akatsuki Kimura se rendit donc dans les bas quartiers pour aller chez Abel. Il ne savait pas si celui-ci serait chez lui. Abel ne semblait pas vouloir répondre à son portable et il n'avait pas de téléphone fixe chez lui.
Arrivé dans les bas quartiers, il gara sa voiture dans une petite ruelle, avant de frapper à la porte du blond. Si Abel n'était pas présent, il glisserait l'enveloppe sous la porte. Mais visiblement, il n'aurait pas besoin de le faire, puisque celle-ci s'ouvrit.


"Bonjour Monsieur Saalfield. Excusez-moi de vous déranger, maître Kimura vous vous souvenez?"


L'avocat et le blond ne s'étaient vus que deux fois après tout. Grand sourire aux lèvres, Akatsuki montra l'enveloppe. L'avocat était toujours aussi élégant. Costume cravate, même s'il était en congé, il s'était permis de porter une paire de lunette de soleil.


"Puis-je prendre un peu de votre temps ?"


Abel visiblement pas gêné de sa visite lui fit signe d'entrer et de le suivre.


Dernière édition par PNJ Tatsuki Sugiura le Ven 7 Aoû - 7:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Dim 2 Aoû - 21:51

Abel était en journée de repos. Mais, détestant rester inactif, il se sentait obligé de faire quelque chose. Là, c’était la décoration de son loft qui allait payer les frais de ses pulsions. La dernière fois qu’il avait quitté Tatsuki, le blond était resté à comater chez lui, bouteille ou verre à la main. Mais là, c’était différent. Il ne parvenait pas à tenir en place. Il fallait qu’il se change les idées et il avait appris que l’alcool ne l’y aidait pas, ou juste temporairement. Cheveux tressés en une longue natte, Abel s’afféra d’abord à nettoyer de fond en comble son habitation. Depuis qu’il avait emménagé dans le quartier Ginza, avec Tatsuki, il n’était plus repassé dans son loft pour le nettoyer. Alors, le premier jour qu’il rentra chez lui après avoir décidé de rompre avec son amant, il retrouva tous ses meubles sous une belle couche de poussière. Même si son chez-lui était assez petit, il passa plusieurs heures à la tâche.

Après que tout fût propre, il décida de faire le grand ménage de printemps, même si la saison était un peu passée. Il mit à la poubelle des choses qu’il n’utilisait plus ou les offrit à des associations. Le caritatif lui tenait très à cœur depuis quelques temps. Même s’il n’était pas riche, il aidait un peu ceux dans le besoin. Du temps où il vivait dans la rue, il aurait aimé qu’on lui vienne ainsi en aide, même si ce n’était que par de petites actions. Ses vieilleries trouvèrent donc preneurs rapidement. Et, une fois ses placards et ses armoires vidés, Abel réarrangea son loft. Il déplaça plusieurs meubles, changea la décoration de son salon et s’offrit un petit plaisir : un aquarium. Celui-ci n’était pas aussi grand et magnifique que celui de Kano mais était à hauteur de ses moyens, qui n’étaient pas très élevés. Il avait pratiquement tout dépensé pour acheter une partie du penthouse qu’il avait habité quelques mois avec Tatsuki.

Le tueur soupira à cette pensée. Même s’il n’était pas homme aimant le luxe, son penthouse lui manquait un peu. Il y avait tout ce dont on pouvait rêver à l’intérieur et était très utile pour se rendre au travail, ne se situant qu’à quinze minutes à pied de la chocolaterie où travaillait Abel. Maintenant, le serveur était obligé de se lever à l’aube, de prendre le métro puis le bus pour se rentre au travail. Il passait donc plus de temps sur la route et à la chocolaterie que chez lui. Ce rythme de vie était crevant mais il se devait de tenir le coup. Son travail le passionnait et il était très bien payé, plus que dans un bar miteux des bas quartiers où il habitait… Et puis, une autre chose lui manquait dans ce penthouse : les bons moments qu’il avait passés avec Tatsuki et les nuits qu’il y avait dormies, dans les bras de son amant. Maintenant, dormir seul était une épreuve puisqu’il n’y était plus habitué depuis plusieurs mois.

Ce jour de repos était plus fatiguant qu’autre chose mais Abel avait besoin de bouger. Il avait encore quelques détails à régler, comme rétablir sa ligne téléphonique. Le seul moyen de le contacter était son téléphone portable. D’ailleurs, où était-il celui-là ? Avec tous les changements qu’avait faits Abel dans son loft, il avait du mal à s’y retrouver. Mais c’était ce qu’il voulait, une sorte de dépaysement, pour prendre un nouveau départ. A défaut de pouvoir quitter la ville pour prendre l’air, il se rabattait sur la décoration de son logement dans les bas fonds de Yuukoku. Il était d’ailleurs en plein travaux de peinture lorsqu’il entendit quelqu’un frapper à la porte. Il soupira longuement avant de poser son pinceau et de quitter sa chambre à moitié peinte en blanc pour aller ouvrir la porte. Il se retrouva face à face avec Maître Kimura, l’avocat de Tatsuki et accessoirement le sien pour son problème de port d’arme.


"Bonjour Monsieur Saalfield. Excusez-moi de vous déranger, maître Kimura vous vous souvenez?"

« Bien sûr. Bonjour Maître. »
salua poliment Abel, un peu gêné de se montrer avec de vieux habits tachés de peinture alors que l’avocat était toujours aussi élégamment habillé.

"Puis-je prendre un peu de votre temps ?"

« Bien sûr. Entrez. »
dit le blond en laissant entrer Maître Kimura. « Je suis à vous dans deux minutes, le temps de me changer et de passer par la salle de bain. Asseyez-vous en attendant si vous le désirez. »

Un peu pris au dépourvu par cette visite surprise, Abel se dépêcha de se rendre dans sa petite buanderie, là où il avait entreposé ses vêtements le temps que sa chambre soit de nouveau habitable. Il fit ensuite un saut par la salle de bain pour se passer un peu d’eau sur le visage et se changer. Il était ainsi plus présentable qu’avec ses vieux vêtements troués et tachés qui servaient aux grands travaux. Le blond passa ensuite dans la cuisine où il prépara deux tasses de café et une assiette de gâteaux. Il était un très bon hôte et, même si Maître Kimura n’était là que pour affaire, il méritait que l'on soit à ses soins. Abel revint donc dans le salon où se trouvait l’avocat et posa le plateau sur la table basse. Il espérait que le café conviendrait à l’homme parce qu’il n’avait rien d’autre à lui proposer si ce n’était de l’eau. Il vivait un peu au jour le jour depuis qu’il était rentré chez lui et son frigo ainsi que ses placards n’étaient pas bien remplis.

« J’espère que cela vous conviendra. Excusez-moi en tout cas de vous avoir fait attendre, je suis en plein travaux. » avoua t-il en s’asseyant en face de Maître Kimura. « Bien… Hum… Vous venez pour mon problème de port d’arme ou bien… de la part de Tatsuki ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Dim 2 Aoû - 22:41



Akatsuki entra chez Abel qui lui pria de s'installer. Le blond s'absenta ensuite plusieurs minutes pour aller se changer, mais pas seulement, puisqu'il revint avec un plateau contenant cafés et parts de gâteau. Il s'assit ensuite face à l'avocat en posant les deux tasses de café.


« J’espère que cela vous conviendra. Excusez-moi en tout cas de vous avoir fait attendre, je suis en plein travaux. Bien… Hum… Vous venez pour mon problème de port d’arme ou bien… de la part de Tatsuki ? »

Kimura remercia Abel d'un signe de la tête puis, il retira ses lunettes.

"Merci monsieur Saalfield. Pour être franc, je viens aujourd'hui de la part de Tatsuki-sama. Mais, rien ne nous empêche de parler aussi de votre affaire. Je travaille activement sur votre dossier et sur votre défense, je souhaiterais d'ailleurs que nous nous entretenions pour que j'en sache un peu plus sur vous. Je pense baser ma défense sur l'environnement hostile dans lequel vous vivez..les bas quartiers sont dangereux et délaissés par la police monsieur Saalfield, personne ne pourrait vous reprocher d'avoir peur pour votre vie et de vouloir vous protéger...
Si les statistiques de la police étaient meilleures, nul doute que vous n'auriez pas eu cette arme en votre possession puisque vous auriez eu confiance en notre système...Mais actuellement les choses sont différentes à Yuukoku, mais aussi dans la région... Personne ne sort de chez lui sans regarder derrière son dos... Je ne dis pas que cette affaire passera comme une lettre à la poste vu notre législation, mais c'est déjà un bon mobile n'est-ce pas ? Nous pourrons en parler plus en détail lorsque j'étofferai votre dossier."


L'avocat esquissa un léger sourire avant de boire un peu de café. Jouer contre le système en soulignant ses failles...la justice était nécessaire sinon ce serait l'anarchie, mais comment la respecter à la lettre quand la police (donc l'état) était incapable de respecter son engagement :"Protéger et servir"...Ce serait donc une défense baser sur la défaillance de la justice elle-même.
Le petit sourire de l'avocat faisait surtout référence à ses derniers mots...Abel peur pour sa vie alors que c'était un tueur professionnel...Risible non ? Kimura était mêlé à la mafia et connaissait donc parfaitement le monde de l'ombre. Il voyait très souvent des armes à feu dans le clan Sugiura.

"Hmm, excellent café"

Il leva sa tasse avant de terminer le fond de café.
Le jeune homme tendit ensuite l'enveloppe à Abel pour qu'il l'ouvre. A l'intérieur, il y avait l'acte de partage des biens. Abel avait fait référence aux biens communs qu'il avait avec Tatsuki durant leur rupture. Ce point avait donc l'air de lui tenir à cœur.
Le blond examina avec grand intérêt le papier en question. L'avocat préféra apporter quelques précisions au cas où le blond ne comprendrait pas le jargon pénal, mais tout était clair.

"Vous pouvez examiner les papiers dans le détail monsieur Saalfield et prendre tout votre temps. Je suis aussi à votre entière disposition pour tout renseignement ou toute contestation.
Mais je pense que vous avez compris...Tatsuki-sama...abandonne sa part du penthouse et vous en fait don... La cessation du bien a été signée par l'intéressé. Il renonce également à tous les biens présents dans l'appartement, ainsi que dans la garage...Hmm, si je ne me trompe pas, il y a deux voitures... Le penthouse vous appartient donc... Par contre, il y a une seule condition, vous ne pourrez pas vendre sa part, donc le bien en question, pendant une durée de 5 ans..."


Le yakuza avait donc préféré abandonner son bien à son ex-amant...Il savait de toute façon que le blond ne pourrait pas lui racheter sa part, et il n'avait nul envie de vivre dans le penthouse. Si Abel le voulait, il pourrait revendre l'immense demeure d'ici 5 ans, mais pas avant....Une punition sans doute pour le blond qui était contraint de garder ce bien pendant tant d'années. Tatsuki savait qu'Abel avait engloutit une grande partie de ses économies dans l'achat de sa part, il n'avait donc pas d'autre choix que de le garder, c'était même plus sage.
D'ici 5 ans, Abel serait donc très riche s'il revendait ce bien...Plusieurs centaines de millions de yen étaient à la clef. La bonne nouvelle était que cette somme d'argent serait justifiable et "légal", étant donné qu'il pourrait en justifier la source.

"Vous êtes libre de refuser, mais je vous le déconseille vivement. Tatsuki-sama ne récupérera jamais ce bien et tout ce que vous y gagneriez serait des années de procédure inutile. Libre ensuite à vous d'y vivre, mais au bout du compte vous êtes gagnant...vous pourrez justifier cette somme d'argent touchée étant donné que c'est un bien tout ce qui a de plus légal. Votre position n'est pas simple monsieur Saalfield, voilà pourquoi je vous conseille de réfléchir."

Kimura se doutait que le blond veuille lui aussi se séparer de ce bien ; une rupture n'était pas chose facile. Qui plus est, il ne voudrait sans doute pas encore passer pour un "pique assiette". Tatsuki n'avait d'ailleurs pas agit dans ce sens, mais même si son ex avait été celui qui avait décider de rompre, il méritait quand même de garder un bon train de vie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Lun 3 Aoû - 0:28

Abel écouta attentivement Maître Kimura. Celui-ci venait de la part de Tatsuki. Sa venue ici concernait donc leur penthouse. Ils allaient signer des papiers et tout serait réglé, les deux ex-amants ne possèderaient donc plus rien en commun matériellement. C’était mieux ainsi. Le blond prit sa tasse de café et en but un peu tout en écoutant la défense que préparait son avocat concernant l’affaire de port d’arme. Maître Kimura allait tenter de faire passer Abel pour une victime de l’insécurité de son quartier tout en mettant en avant les failles du système concernant le manque d’effectifs ainsi que le fait que la police délaissait les bas quartiers, par peur mais aussi pour faire plaisir au maire qui désirait choyer les plus riches. Le blond trouvait cette défense intelligente. Elle était basée sur un mensonge mais cela lui permettrait peut-être de s’en sortir, d’éviter la prison. Cela ne serait pas facile mais Abel avait confiance en son avocat. Si l’homme travaillait pour Tatsuki, c’était qu’il était l’un des meilleurs de sa profession. Le tueur lui rendit donc son sourire. Maître Kimura était un homme bien et dont la compagnie rassurait.

"Hmm, excellent café."

« Merci… »


Le sourire d’Abel s’élargit un peu plus mais il préféra le cacher un buvant lui aussi son café. En tant que serveur, ce serait tout de même un comble que de servir un jus de chaussette. Le compliment de l’avocat lui fit donc plaisir, surtout que cela détendit légèrement l’atmosphère avant qu’Abel ne se retrouve avec l’enveloppe envoyée par Tatsuki dans les mains. Il posa sa tasse sur la table et ouvrit l’enveloppe pour en sortir un acte de partage des biens. Cela ressemblait un peu à un divorce. Les deux partis se partageaient leurs biens. Mais, en lisant les papiers et en écoutant en même temps Maître Kimura, Abel réalisa qu’il n’y aurait ni vente ni partage du penthouse et des biens s’y trouvant. Tatsuki lui offrait sa part, ainsi que sa voiture se trouvant dans le garage en plus de la BMW appartenant déjà à Abel. Le visage du blond perdit l’espace d’un instant ses couleurs qui étaient déjà peu présentes. Pourquoi… Pourquoi Tatsuki lui faisait-il cela ? C’était un cadeau empoisonné…

"… Par contre, il y a une seule condition, vous ne pourrez pas vendre sa part, donc le bien en question, pendant une durée de 5 ans..."

Abel resta silencieux un long moment, se remettant difficilement de ses émotions. C’était vraiment un cadeau empoisonné. Il n’avait jamais imaginé que Tatsuki lui ferait cela. Il avait pensé que son ex pourrait lui racheter sa part ou qu’ils pourraient revendre ce penthouse ensemble. Abel s’en fichait complètement de ce petit paradis sur terre. Il ne pourrait jamais y être heureux après avoir quitté Tatsuki. S’il avait accepté d’y vivre, cela avait été en ayant à l’esprit qu’il passerait sa vie aux côtés de l’Oyabun, pas terminer seul dans ces plus de deux cent mètres carrés. En plus, il ne pourrait même pas le revendre avant cinq ans donc durant tout ce temps, il aurait ce penthouse sur les bras et n’y mettrait jamais les pieds. C’était du gâchis. Avec cette séparation et ce don de la part de Tatsuki, on allait encore plus le prendre pour un gigolo alors que c’était l’image qu’il désirait effacer de lui. Le yakuza était vraiment un salaud. Il l’obligeait à rompre et ensuite, il l’enfonçait encore plus dans sa sale réputation de « pique-assiette ».

"Vous êtes libre de refuser, mais je vous le déconseille vivement. Tatsuki-sama ne récupérera jamais ce bien et tout ce que vous y gagneriez serait des années de procédure inutile. Libre ensuite à vous d'y vivre, mais au bout du compte vous êtes gagnant... vous pourrez justifier cette somme d'argent touchée étant donné que c'est un bien tout ce qui a de plus légal. Votre position n'est pas simple monsieur Saalfield, voilà pourquoi je vous conseille de réfléchir."

Abel était gagnant au bout du compte ? Il pensait plutôt avoir beaucoup perdu dans cette rupture, même si c’était lui qui l’avait souhaitée. Il se fichait vraiment de tout l’argent qu’allait lui rapporter cette vente dans cinq ans. Il se fichait même de retrouver l’argent qui lui avait servi à payer une partie du penthouse et des biens. S’il avait parlé à Tatsuki du partage des biens juste après lui avoir annoncé qu’il le quittait, c’était pour en finir le plus vite possible, pas pour récupérer son p*tain de fric. La colère monta en lui. Tatsuki le prenait-il finalement lui aussi pour un gigolo, un profiteur ? Il ne valait donc pas mieux que les autres langues de vipère qui crachaient sur Abel. Tellement obnubilé par l’image qu’on avait de lui et blessé en pensant que son ex le voyait lui aussi comme un parasite, le blond n’envisageait pas encore la possibilité que Tatsuki lui faisait un cadeau pour lui éviter d’être dans le besoin pour le restant de sa vie. Il posa donc les papiers sur la table, s’empêchant par respect de les déchirer. Maître Kimura avait sûrement passé du temps à rédiger cet acte qui, finalement, ne servirait à rien.

« C’est tout réfléchi. Je refuse, quitte à laisser tout l’argent que j’ai mis dans ce penthouse. Je n’en veux pas. Je n’y habiterai jamais et je me fiche de l’argent que j’en gagnerai dans cinq ans. »

Si l’avocat ne le savait pas encore, il comprenait enfin qu’Abel était l’une des dernières rares personnes dans cette ville qui se fichait totalement de l’argent. Le blond préférait travailler durement, quitte à faire des heures supplémentaires et se tuer à la tâche, plutôt que de recevoir l’argent d’un autre. Il était propriétaire et non locataire de son loft, il n’avait donc aucun loyer à payer. Le salaire qu’il recevait lui permettrait de payer les factures et le strict minimum de ce qu’il avait besoin pour vivre. Si Tatsuki refusait de lui redonner seulement sa part, tant pis, Abel parviendrait à s’en sortir sans. Il avait déjà connu pire situation et y survivrait. Il n’en avait que faire du cadeau empoisonné de son ex… Il soupira et se passa une main sur le visage pour retirer les quelques mèches qui s’étaient détachées de sa natte et qui lui barraient un peu la figure. Il releva ensuite la tête pour regarder Maître Kimura.

« Pourquoi ne rachète t-il pas ma part et ne revend t-il pas le penthouse ? » demanda t-il, même s'il pensait tout de même avoir la réponse : Tatsuki désirait se venger. « On serait ainsi à égalité, aucun gagnant, aucun perdant. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: n   Lun 3 Aoû - 1:40


Abel semblait troublé par le contenu du papier. L'avocat ne dit pas un mot et observa Abel lire la cessation de bien.

« C’est tout réfléchi. Je refuse, quitte à laisser tout l’argent que j’ai mis dans ce penthouse. Je n’en veux pas. Je n’y habiterai jamais et je me fiche de l’argent que j’en gagnerai dans cinq ans. »


Akatsuki se contenta de sourire discrètement. Il s'attendait visiblement à cette réponse de la part du blond. Tatsuki l'avait prévenu qu'il refuserait très certainement ; il connaissait Abel et savait très bien qu'il n'était pas intéressé...même s'il lui avait parlé de régler ces détails de partage. En réalité, le blond voulait vraiment couper les ponts avec le yakuza et se débarasser de tout ce qui pourrait lui rappeler cette liaison.
Maître Kimura se doutait aussi au fond que le blond n'était pas de ceux qui aimaient l'argent. Il ne le connaissait pas certes, mais grâce au peu de fois où il l'avait rencontré, il s'était fait un jugement. Abel était donc quelqu'un de bien, ce n'était pas étonnant que son patron l'ait aimé.


« Pourquoi ne rachète t-il pas ma part et ne revend t-il pas le penthouse ? On serait ainsi à égalité, aucun gagnant, aucun perdant. »

Kimura haussa seulement les épaules. Que pouvait-il dire ? C'était la décision de son patron et lui exécutait c'est tout.

"Pour être franc, je ne sais pas et cela ne me concerne pas ...Je pense cependant que dans cette histoire au fond, il n'y a ni gagnant, ni perdant. Tatsuki-sama a pris sa décision et vous le connaissez très bien pour savoir qu'il ne changera pas d'avis"

Tatsuki voulait peut-être lui aussi se débarrasser au plus vite de ce qui lui rappelait Abel. Il se fichait éperdument de perdre de l'argent ou non, car il avait perdu son amant. Plus rien ne comptait maintenant.

"Tatsuki-sama a émis l'éventualité d'un refus. Il m'a dit de vous dire que vous étiez libre de refuser sa part. Cependant, il vous faudra attendre deux ans avant de pouvoir revendre le bien...En revanche, vous ne toucherez que la moitié de la valeur du penthouse, ce qui équivaudra à votre part...La part du patron quant à elle ...sera au bénéfice de l'agence imobilière qui revendra le penthouse.
Tatsuki-sama ne récupèrera donc pas cette somme . Il ne veut plus rien à voir à faire avec cet appartement monsieur.
Vous n'êtes pas tenu de vivre dans le penthouse vous savez monsieur Saalfield...Je ne doute pas de votre sincérité et de votre honnêteté, mais dans tous les cas, ce bien est invendable pour le moment. Au mieux vous pourrez le revendre dans deux ans, au pire si je "puis" dire, dans 5 ans.
J'ai un autre contrat prévu à cet effet...Si vous ne voulez attendre que 2 ans pour récupérer seulement votre part, signez le "


Il sortit de sa mallette un autre formulaire pré-remplit. Le yakuza avait pensé à tous les cas de figures possibles. Abel était libre de choisir ce qu'il voulait faire. Abel devait donc dans tous les cas garder le penthouse quelques années.

"Si je peux me permettre monsieur Saalfield, attendre seulement deux ans serait du gâchis ... Je comprends parfaitement que vous ne vouliez pas de l'argent de Tatsuki-sama...mais rien ne vous oblige à le garder plus tard. Vous pourriez toujours reverser sa part -qui est une somme d'argent importante- à une œuvre de charité...Enfin, je veux dire...si l'agent immobilier le récupère, ce serait un peu injuste,enfin...pardonnez moi,ce ne sont pas mes affaires après tout..."

Maître Kimura n'était pas du genre à donne son avis ou à interférer d'habitude. Quelque part,Abel devait faire face à un cas de conscience. Soit l'argent investit pas Tatsuki partait en miette et allait servir à engraisser un autre riche, soit Abel pourrait la récupérer et non la garder. Il en ferait don. On ne pourrait plus dire qu'il était un pique assiette intéressé, au contraire...Allait-il donc refuser ce petit sacrifice et ne pas saisir l'opportunité d'aider des centaines de personnes, voire plus, par fierté?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Lun 3 Aoû - 15:14

"Pour être franc, je ne sais pas et cela ne me concerne pas... Je pense cependant que dans cette histoire au fond, il n'y a ni gagnant, ni perdant. Tatsuki-sama a pris sa décision et vous le connaissez très bien pour savoir qu'il ne changera pas d'avis."

Abel soupira légèrement. Oui, il connaissait très bien Tatsuki. Lorsque l’Oyabun avait une idée en tête, il ne l’avait pas autre part et ne changeait jamais d’avis. Mais là, il y serait bien obligé s’il ne voulait pas partir dans des procédures peut-être inutiles. Le blond n’en voulait pas de son cadeau empoisonné. Il se fichait complètement de l’argent et du luxe. Il préférait vivre dans son petit loft des bas fonds de Yuukoku plutôt que dans un somptueux penthouse du quartier de Ginza, là où les plus riches habitants de la ville résidaient. Il était vrai qu’y habiter serait plus simple pour lui pour son travail mais aussi niveau sécurité mais il désirait effacer tout ce qui avait rapport avec Tatsuki… même s’il n’avait pas pu s’empêcher de récupérer sa bague « de fiançailles » lorsqu’il était retourné chercher ses affaires à Ginza. Il ne savait pas pourquoi il avait fait cela. Peut-être pour garder avec lui un objet qui lui rappellerait ce jour où Tatsuki l’avait demandé en mariage, même si cela n’avait été qu’un mensonge. Ce séjour aux sources représentait à ses yeux les plus beaux jours de sa vie.

Maître Kimura reprit la parole et avoua que Tatsuki avait émis la possibilité qu’Abel refuse. Il fit donc une nouvelle offre, qui était d’attendre deux ans avant qu’Abel ne puisse revoir sa part. C’était mieux que cinq ans. Par contre, l’avocat expliqua que la part de l’Oyabun, qui représentait des millions de yens, reviendrait à l’agence immobilière. Le cœur du blond se serra en entendant que Tatsuki était prêt à sacrifier une grosse fortune juste pour ne plus rien à voir avec leur penthouse. Voyait-il cet argent qu’il avait investi dans leur vie commune comme sale, inutilisable puisqu’il avait un rapport avec Abel ? C’était ainsi que le voyait le tueur et cette pensée lui fit mal. Tatsuki était vraiment un beau salaud. Comme si leur rupture ne suffisait pas, il souhaitait remuer le couteau dans la plaie et faire encore plus mal à son ex.


"Vous n'êtes pas tenu de vivre dans le penthouse vous savez monsieur Saalfield...Je ne doute pas de votre sincérité et de votre honnêteté, mais dans tous les cas, ce bien est invendable pour le moment. Au mieux vous pourrez le revendre dans deux ans, au pire si je "puis" dire, dans 5 ans.
J'ai un autre contrat prévu à cet effet...Si vous ne voulez attendre que 2 ans pour récupérer seulement votre part, signez-le."


Abel prit le document que lui tendait Maître Kimura et le lut vaguement. Cette possibilité de récupérer seulement sa part dans deux ans lui convenait plus que de gagner des centaines de millions de yens. Mais, d’un côté, savoir que la part de Tatsuki irait à l’agence immobilière qui était déjà bien assez riche comme ça lui faisait mal au cœur. C’était vraiment injuste. Ces millions seraient mieux dans la poche d’associations pour aider les plus démunis. Tatsuki n’en voulait pas, tout comme Abel, et l’agence immobilière n’en avait aucunement besoin. Cet argent jeté par les fenêtres serait un meilleur investissement pour une œuvre de charité. D’ailleurs Maître Kimura évoqua cette possibilité. Il était sur la même longueur d’onde qu’Abel. Mais il se confondit rapidement en excuses, disant que ce n’était pas ses affaires et qu’il n’avait pas son mot à dire.

« Non, ne vous excusez pas, vous avez raison. J’étais en train d’envisager cette possibilité. » avoua Abel en posant le deuxième document et en reprenant le premier. « Le mieux serait donc d’attendre cinq ans. Pfff, il me connait trop bien. C’est du chantage qu’il me fait. »

Le blond relut le document. C’était sûrement la meilleure solution pour éviter que des millions partent à des gens qui n’en avaient pas besoin. Au final, Tatsuki lui imposait encore ses choix. Il avait toujours su comment s’y prendre pour l’obliger à faire ce qu’il voulait. Abel soupira. Ce choix ne lui plaisait mais y avait-il une autre solution au final ? Si Tatsuki ne voulait pas retrouver son argent, personne ne parviendrait à lui faire changer d’avis. Cela ne servait à rien de discuter avec lui, comme toujours. Mais pourquoi le faisait-il attendre cinq ans alors qu’il était possible de revendre le penthouse au bout de deux ans, voire même plus tôt ? Il y avait sûrement une raison mais qui échappait à Abel. Maître Kimura la connaissait-il lui ? Si c’était le cas, la dirait-il au blond ? Celui-ci en doutait. Après tout, il était d’abord l’avocat de Tatsuki, pas le sien. Mais, peut-être Abel pouvait-il tout de même poser la question. Qui ne tente rien n’a rien.

« Pourquoi souhaite-il que j’attende cinq ans ? Y a t-il une raison particulière à cela ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Lun 3 Aoû - 16:33


L'incompréhension et la colère se lisaient sur le visage d'Abel. Il ne comprenait pas où le yakuza voulait en venir. Les clauses du contrat n'étaient pas en sa faveur, sauf le côté économique, mais visiblement il s'en fichait.

« Non, ne vous excusez pas, vous avez raison. J’étais en train d’envisager cette possibilité. Le mieux serait donc d’attendre cinq ans. Pfff, il me connait trop bien. C’est du chantage qu’il me fait. »


Kimura resta impassible. Il n'avait pas de partie pris dans cette affaire, il ne faisait que son travail, à savoir, exécuter les ordres de son patron. Au fond cette proposition avait bel et bien des allures de chantages, mais cela ne le concernait pas...

« Pourquoi souhaite-il que j’attende cinq ans ? Y a t-il une raison particulière à cela ? »

L'avocat soupira et haussa les épaules. Pour ce cas de figure, Abel n'était pas son client. Il n'était donc pas en mesure de lui fournir des explications, en plus, ce n'est pas comme s'il le savait. Et même s'il le savait, il servait les intérêts de l'Oyabun, non ceux du blond.

"Pour être franc, je l'ignore. Tatsuki-sama impose et moi je dispose monsieur Saalfield"

Que pouvait-il dire d'autre ? Tatsuki ne s'était pas étalé sur sa vie privée, mais Akatsuki était loin d'être duppe...son patron se vengeait en quelque sorte en laissant ce bien sur les bras du blond le plus longtemps possible...Sans doute pour qu'il pense toujours à lui, à chaque fois qu'il mettrait les pieds dans cet immense demeure...Car même si Abel avait décidé de ne plus y mettre les pieds, nul doute qu'il ne pourrait pas le laisser abandonné pendant 5 longues années. Tatsuki connaissait trop bien son amant ; il savait qu'il n'aimait pas le gaspillage. Il y avait donc peu de chance qu'il laisse ce magnifique penthouse à l'abandon.

"Je sais que ça ne doit pas être simple pour voir, je vous laisse donc toute la documentation. Lisez en prenant tout votre temps, mais je pense en effet que ce serait du gâchis de le céder dans les deux ans...Rien ne vous oblige à y vivre, bien que là aussi, je pense que ce sreait du gâchis... C'est un bel appartement et un beau quartier...mais je ne suis pas très objectif...je pense que la rupture doit être difficile..."

Kimura s'inclina vers Abel pour s'excuser de trop parler. C'était un homme très courtois et assez timide pour un avocat...enfin, il oubliait sa timidité dès qu'il plaidait à la Cours.
Le jeune brun saisit ensuite une petite bouteille d'eau que son hôte avait au préalable posé sur la table. Il faisait une telle chaleur.


"Oh, je tenais aussi à m'excuser monsieur Saalfield...pour la dernière fois à la vente...je...je vous parlais de Tatsuki-sama, mais je ne connaissais pas votre situation. J'ai manqué de tact"

Maître Kimura ne savait pas que les deux hommes avaient déjà rompu à ce moment-là. Pendant la vente aux enchères, il avait donc plusieurs fois glissé des mots au blond en tarissant d'éloges Tatsuki. Ce n'était bien évidemment pas de sa faute, mais il préférait être prévenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Lun 3 Aoû - 20:39

"Pour être franc, je l'ignore. Tatsuki-sama impose et moi je dispose monsieur Saalfield."

Abel n’aimait pas cette histoire mais avait-il vraiment le choix de refuser ? Il allait se retrouver pendant cinq ans avec ce penthouse rempli de souvenirs sur les bras. Mais, cette période passée, il pourrait le revendre et donner une belle fortune à une œuvre caritative. Il devait mettre son orgueil mal placé de côté et accepter ce cadeau empoisonné, pour la bonne cause. Cela l’embêtait tout de même d’avoir cinq ans à attendre. Tatsuki avait sûrement fait cela exprès. Mais n’était-ce pas possible de raccourcir cette attente ? Abel avait beaucoup perdu en quittant son ex et en souffrait déjà bien assez. Tatsuki lui avait détruit ses rêves de vie à deux, de mariage et d’enfants. C’était assez cher payé aux yeux d’Abel.

"Je sais que ça ne doit pas être simple pour vous, je vous laisse donc toute la documentation. Lisez en prenant tout votre temps, mais je pense en effet que ce serait du gâchis de le céder dans les deux ans... Rien ne vous oblige à y vivre, bien que là aussi, je pense que ce serait du gâchis... C'est un bel appartement et un beau quartier... mais je ne suis pas très objectif... je pense que la rupture doit être difficile..."

Le blond acquiesça légèrement. Oui, la rupture était difficile, très douloureuse même. Mais c’était lui qui l’avait voulue. Il en avait eu marre de se faire traiter comme un moins que rien dont l’avis n’intéressait pas. Il avait accepté de vivre avec un Oyabun et tout ce que cela impliquait mais pas que l’on piétine ses sentiments et ses désirs et surtout que l’on ne tienne pas parole. Abel soupira légèrement et reposa l’acte de partage des biens sur la table. Il n’allait pas le signer tout de suite. Il préférait y réfléchir seul avant. Il était d’accord avec Maître Kimura qui disait que ce serait un gâchis de refuser mais aussi de ne pas vivre dans ce penthouse, mais l’avocat n’était pas objectif. Tout ce qu’il voulait, c’était suivre les désirs de Tatsuki et bien le représenter.

"Oh, je tenais aussi à m'excuser monsieur Saalfield...pour la dernière fois à la vente...je...je vous parlais de Tatsuki-sama, mais je ne connaissais pas votre situation. J'ai manqué de tact."

« Ne vous excusez pas. Comme vous l’avez dit, vous ne saviez pas pour Tatsuki et moi. Et puis ce que vous disiez sur lui était vrai, c’est un très bon orateur. »

Abel dit cela avec un léger sourire, montrant qu’il ne disait pas cela simplement pour être poli. Il n’en voulait aucunement à l’avocat. Maître Kimura avait simplement dit ce qu’il pensait durant la vente aux enchères et avait eu totalement raison en parlant de Tatsuki. L’Oyabun avait fait un très beau discours et avait une si grande aisance pour parler devant tant de monde. Durant cette vente, Abel avait de nouveau vu cette aura de puissance se dégageant de son ex. Il avait toujours admiré Tatsuki pour cela. Le yakuza pouvait avoir pratiquement tout ce qu’il voulait. Il n’avait qu’à parler, user de belles tournures de phrases et de ses charmes, et on irait jusqu’à lui donner le bon dieu sans confession. Il avait beaucoup de talents en tant qu’orateur.

« Je réfléchirai à tout ça à tête reposée. Par contre, si j’accepte, serai-je vraiment obligé de garder sa voiture ? Je n’en ferai vraiment rien et je ne pourrai pas la revendre. C’est la sienne. »

Abel ne comprenait pas pourquoi Tatsuki désirait lui donner aussi l’une de ses voitures. Cela ne lui coûterait rien de venir la chercher ou bien de demander à quelqu’un de le faire à sa place. Mais apparemment, vu que la voiture était dans le garage du penthouse et que ce penthouse avait un lien avec Abel, elle était comme « salie », tout comme l’argent qui avait été utilisé pour acheter cette belle demeure. Le blond avait l’impression qu’il n’était plus qu’une tache voire même une ordure qui souillait tout et dont l’on souhaitait se débarrasser. C’était aimable de la part de Tatsuki de lui faire penser cela. Même si Abel désirait l’oublier, il ne se permettait pas d’aller aussi loin.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Lun 3 Aoû - 21:47

« Ne vous excusez pas. Comme vous l’avez dit, vous ne saviez pas pour Tatsuki et moi. Et puis ce que vous disiez sur lui était vrai, c’est un très bon orateur. »


Maître Kimura aquiesça petit sourire aux lèvres. Il savait qu'il n'avait rien à se reprocher, mais il ne pouvait pas s'empêcher de s'excuser. L'avocat termina son verre d'eau et se permit d'ôter sa veste tant il faisait chaud. Il n'était pas du genre à se mettre trop à l'aise chez les autres, mais cette fois-ci la chaleur estivale avait eu raison de lui.

« Je réfléchirai à tout ça à tête reposée. Par contre, si j’accepte, serai-je vraiment obligé de garder sa voiture ? Je n’en ferai vraiment rien et je ne pourrai pas la revendre. C’est la sienne. »

Maître Kimura glissa tous les documents dans une grande enveloppe et les tendit à Abel. Lorsqu'on lisait un contrat, il fallait le lire dans sa totalité et plusieurs fois pour être sur d'avoir pris en compte toutes les clauses. En tant normal, l'avocat cherchait à faire signer les actionnaires ou associés au plus vite évidemment, mais dans le cas d'Abel, c'était différent. L'homme n'était pas un mauvais bougre et il n'était pas dans son intérêt de lui faire accepter tout ou n'importe quoi. Abel avait été l'amant de Tatsuki et visiblement celui-ci tenait toujours à lui.

"Vous... vous savez...je ne pense pas que Tatsuki-sama fasse cela par haine ou vengeance... je crois au contraire qu'il veuille votre bien. Je ne sais rien de votre relation à vrai dire...je ne m'implique pas dans la vie personnelle de monsieur Sugiura, mais je crois qu'il essaye de faire en sorte que ça se passe le mieux possible et que vous ne soyez pas lésé... "

Akatsuki Kimura parlait sincèrement à Abel qui paraissait ne pas aller très bien. Même si l'homme était plus doué pour le droit que pour les relations humaines, il essayait de faire de son mieux pour ne pas trop le secouer.

"Hmm pour la voiture en fait...euh... ce n'est pas sa voiture personnelle...Cette voiture il vous l'avait acheté pour vous l'offrir, mais il n'a pas eu le temps de le faire... désolé de vous l'apprendre comme ça. Enfin, libre à vous de refuser les voiture, je pense que nous pouvons séparer ces biens de l'appartement...mais ça restera entre nous!"

Après tout, Kimura pouvait être arrangeant et refaire le contrat en limitant bien sûr les modifications. Il fit un petit sourire à Abel avant de hausser les épaules.

"Bien...je ne veux pas abuser de votre temps monsieur Saalfield. Je pense que vous avez mieux à faire que de perdre une après-midi en ma compagnie. Je vous donne ma carte et si vous voulez me joindre, prenez ma carte. Je vous ai inscrit mon numéro personnel au dos. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas ! "


Dernière édition par PNJ Tatsuki Sugiura le Lun 3 Aoû - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Lun 3 Aoû - 23:28

"Vous... vous savez...je ne pense pas que Tatsuki-sama fasse cela par haine ou vengeance... je crois au contraire qu'il veuille votre bien. Je ne sais rien de votre relation à vrai dire...je ne m'implique pas dans la vie personnelle de monsieur Sugiura, mais je crois qu'il essaye de faire en sorte que ça se passe le mieux possible et que vous ne soyez pas lésé..."

Abel baissa la tête et ferma un instant les yeux. Il ne savait pas vraiment quoi penser de Tatsuki. Ils n’étaient plus ensemble et l’Oyabun n’avait pas cherché à le retenir, comme il l’avait fait les fois précédentes. Souhaitait-il vraiment le bien du blond ou l’obligeait-il à garder leur maison pendant cinq ans pour se venger de l’avoir quitté ? C’était le genre de Tatsuki de faire cela. Alors, même s’il désirait croire Maître Kimura, Abel préférait rester sur son idée : son ex désirait lui faire encore plus mal. Comme si ce qu’il avait déjà fait ne suffisait pas. Enfin, ce n’était pas le moment d’y penser et de craquer. Le blond se passa une main sur la figure et releva la tête pour faire face à l’avocat. Il se devait de faire bonne figure devant lui. Maître Kimura allait peut-être faire un compte rendu de cette entrevue à Tatsuki après tout…

"Hmm pour la voiture en fait...euh... ce n'est pas sa voiture personnelle...Cette voiture il vous l'avait achetée pour vous l'offrir, mais il n'a pas eu le temps de le faire... désolé de vous l'apprendre comme ça. Enfin, libre à vous de refuser les voitures, je pense que nous pouvons séparer ces biens de l'appartement...mais ça restera entre nous!"

Abel ne put que rester sous le choc après une telle nouvelle. Cette deuxième voiture était en fait un cadeau qu’avait voulu lui faire Tatsuki ? Mais… Le blond soupira et détourna son regard de celui de Maître Kimura. L’Oyabun avait eu l’intention de lui offrir une autre voiture mais n’avait pas eu le temps de lui faire la surprise. Depuis quand projetait-il de le faire ? Avait-il acheté cette voiture pour se faire pardonner de ce qu’il avait fait ? Abel n’était pas personne à accepter les excuses en même temps qu’un cadeau luxueux mais… Cette attention ne le laissait pas de marbre. Il en vint même un instant à regretter d’avoir réagi aussi vivement et d’avoir été aussi loin. Mais les crasses que lui avait faites Tatsuki lui revinrent rapidement à l’esprit et il préféra ravaler ses remords. N’était-il pas un tueur à gage qui ne regrettait rien ?

"Bien...je ne veux pas abuser de votre temps monsieur Saalfield. Je pense que vous avez mieux à faire que de perdre une après-midi en ma compagnie. Je vous donne ma carte et si vous voulez me joindre, prenez ma carte. Je vous ai inscrit mon numéro personnel au dos. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas ! "

Sans énergie, Abel prit la carte que lui tendait Maître Kimura. De quoi aurait-il besoin pour aller jusqu’à appeler l’avocat de Tatsuki ? Tout ce qu’il désirait, c’était vraiment oublier cet enfer dans lequel il vivait en ce moment, partir loin d’ici, très loin, et peut-être ne jamais revenir. Malheureusement, il était coincé ici, avec des problèmes avec la justice et un penthouse et deux voitures sur les bras, sans compter sa rupture avec l’homme de sa vie. Quelle vie de merde… Mais il ne devait pas se laisser abattre comme la dernière fois ! Il finit donc par acquiescer aux paroles de l’avocat, avec quelques minutes de retard, et glissa la carte dans l’enveloppe contenant tous les documents.

« Vous ne me dérangez pas Maître… Et puis comme nous sommes dans les mauvaises nouvelles, pourquoi ne pas continuer avec mon problème de port d’arme ? Autant gâcher complètement ma journée. » expliqua Abel, un pauvre sourire aux lèvres. « Mais vous avez peut-être autre chose à faire ? Je ne voudrais pas vous retenir. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mar 4 Aoû - 0:20


Abel prit la carte du jeune avocat non avec joie...Maître Kimura ne savait pas comment interpréter cette réaction presque forcée, mais, il était l'annonceur de mauvaise nouvelle après tout.


« Vous ne me dérangez pas Maître… Et puis comme nous sommes dans les mauvaises nouvelles, pourquoi ne pas continuer avec mon problème de port d’arme ? Autant gâcher complètement ma journée. Mais vous avez peut-être autre chose à faire ? Je ne voudrais pas vous retenir. »

L'avocat répondit lui aussi d'un sourire forcé, avant de secouer la tête à la négative.

"Non, je suis en congé aujourd'hui et depuis mon divorce, je n'ai plus tellement d'occupations..."

L'homme s'arrêta net. Il n'était pas dans ses habitudes de manquer de professionnalisme. Il se retint donc et fouilla dans sa mallette pour récupérer un bloc note. L'avocat était quelqu'un de très studieux et de très impliqué. Il était en congé, mais il n'avait pas hésité à passer son après-midi avec Tatsuki pour établir des contrats, avant de passer chez Abel. Son travail était vraiment toute sa vie. Il déboutonna légèrement sa chemise et se resservit un verre d'eau.


"Excusez mon geste déplacé, mais je supporte mal la chaleur...Auriez-vous un ventilateur s'ils vous plaît?"


Akatsuki n'était pas de ceux qui avaient de grandes exigences, mais quand il travaillait, il aimait le faire dans des conditions optimales.
Une fois le petit problème réglé, il gribouilla quelques petites choses sur sa feuille.


"Bon, je connais quelques petites choses sur vous. J'ai récupéré le dossier chez vos anciens avocats. Mais je veux en connaître davantage, même ce qui n'a pas de rapport avec le procès. out ce que nous dirons ne sortira pas d'ici monsieur Saalfield. Je suis assermenté et je me tiendrais au secret professionnel.D'ailleurs, je ne parlerai pas non plus de l'avancée du dossier à Tatsuki-sama, ainsi que des informations qui vous m'apporterez. Voilà, je tenais à ce que vous le sachiez. Je suis votre avocat concernant cette affaire"


Maître Kimura travaillait pour Tatsuki et il lui était dévoué corps et âme, cependant il était très professionnel et respectueux de la loi...c'était un peu paradoxal pour un homme qui travaillait pour la mafia, mais aussi surprenant que cela puisse paraître, il respectait (dans sa défense) la loi à la règle, même si son train de vie était au-delà des lois.
Il avait d'ailleurs parlé à Tatsuki qui avait accepté cette condition. Si ce n'était pas le cas, Kimura se serait tout simplement retiré de l'affaire.


"Donc dites moi...je connais quelques éléments de votre vie qui seront sans nul doute inaccessible à la police et au procureur...je sais que vous avais fait en sorte de bien couvrir votre passé. Par contre, si vous pensez qu'ils pourraient mettre la main sur l'un des éléments de votre passé, je tiens à être au courant. Je ne veux pas être pris pas surprise vous comprenez, c'est la pire chose qui puisse arriver, donc je préfère ratisser le plus large possible. Hmm, ils ont trouvé une seule arme sur vous c'est ça? Visiblement, la balistique n'a trouvé aucune concordance avec quelconque délit commis. C'est une bonne chose..."

Kimura nota maintes informations pour s'organiser peu à peu. Il attendait quelques réponses de la part de son client.

"Dites moi ce que vous pensez répondre pour justifier de cette arme. Je n'ai pas encore récupéré la retranscription de votre garde à vue et de ce que vous avez dit, mais j'en ai fait la demande. Vous êtes-vous incriminé ? Qu'avez-vous dit concernant cette arme ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mar 4 Aoû - 2:13

"Non, je suis en congé aujourd'hui et depuis mon divorce, je n'ai plus tellement d'occupations..."

« Je suis désolé. »

Abel était là à se morfondre alors que Maître Kimura traversait aussi une mauvaise passe. Quel abruti il faisait. Il n’était pas le seul au monde à avoir plaqué la personne qu’il aimait. L’aveu de l’avocat eut comme l’effet d’une gifle et le ramena un peu à la réalité. Il se sentait maintenant bête. Il n’était pas du genre à se plaindre mais sa rupture avec Tatsuki l’avait profondément affecté et il avait du mal à se reconnaître. Le tueur à gage froid et distant était bien loin maintenant. Il avait même disparu apparemment. Cette histoire avec Tatsuki l’avait complètement changé. Etait-ce un bien ou un mal ? Il n’en savait trop rien. Pour l’instant, il voyait pratiquement tout en noir, même s’il faisait tout pour aller bien ou, du moins, faire croire qu’il allait bien. Mais c’était loupé face à Maître Kimura.

"Excusez mon geste déplacé, mais je supporte mal la chaleur...Auriez-vous un ventilateur s'il vous plaît?"

« Non non, mettez-vous à l’aise. Je vais aller chercher mon ventilo. »

Abel se leva rapidement pour aller chercher son ventilateur qui se trouvait dans la cuisine. D’habitude, il le mettait dans sa chambre pour pouvoir l’actionner la nuit mais, depuis qu’il avait commencé les travaux de son loft, il avait changé de place à beaucoup de choses. Et, en plus du ventilateur, il prit un bac rempli de glaçons. Ceux-ci serviraient pour rafraichir l’eau mais aussi l’air envoyé par le ventilateur. A défaut d’avoir la clim, il fallait s’adapter. Abel n’était pas riche mais débrouillard. Il apporta donc le tout dans le salon et posa le ventilo et le bac à glaçons au bord de la table, pour que Maître Kimura ait tout de même un peu de place pour ses documents. Ce n’était pas très esthétique mais cela suffirait. C’était mieux que de laisser l’avocat se déshabiller complètement. Quoique… Abel préféra chasser cette pensée de son esprit et reprit sa place face à son invité.

"Bon, je connais quelques petites choses sur vous. J'ai récupéré le dossier chez vos anciens avocats. Mais je veux en connaître davantage, même ce qui n'a pas de rapport avec le procès. out ce que nous dirons ne sortira pas d'ici monsieur Saalfield. Je suis assermenté et je me tiendrais au secret professionnel. D'ailleurs, je ne parlerai pas non plus de l'avancée du dossier à Tatsuki-sama, ainsi que des informations qui vous m'apporterez. Voilà, je tenais à ce que vous le sachiez. Je suis votre avocat concernant cette affaire."

« Je ne suis pas sûr que mon cas l’intéresse beaucoup maintenant. Mais merci pour cette information. »

Tatsuki ne devait plus s’intéresser à lui, à part pour lui faire de nouvelles crasses. Mais Maître Kimura était un homme bien. Il savait faire la part des choses. Etrange pour un homme qui travaillait pour la mafia. D’ailleurs, c’était difficile à croire. L’homme était très respectueux de la loi par rapport à son travail. A le voir, on aurait même un peu de mal à croire qu’il était avocat. Maître Kimura était très poli, trop même. Il s’excusait pour un rien. Abel ne comptait même plus le nombre de fois où il avait reçu des excuses de sa part. Par contre, dès qu’il parlait travail, l’avocat devenait presque quelqu’un d’autre. C’était même amusant de le voir parler juridique avec la chemise légèrement défaite et les cheveux dans le vent que créait le ventilateur. Si le moral d’Abel avait été plus haut, le tueur en aurait ri.

"Donc dites moi...je connais quelques éléments de votre vie qui seront sans nul doute inaccessible à la police et au procureur...je sais que vous avais fait en sorte de bien couvrir votre passé. Par contre, si vous pensez qu'ils pourraient mettre la main sur l'un des éléments de votre passé, je tiens à être au courant. Je ne veux pas être pris pas surprise vous comprenez, c'est la pire chose qui puisse arriver, donc je préfère ratisser le plus large possible. Hmm, ils ont trouvé une seule arme sur vous c'est ça? Visiblement, la balistique n'a trouvé aucune concordance avec quelconque délit commis. C'est une bonne chose... Dites moi ce que vous pensez répondre pour justifier de cette arme. Je n'ai pas encore récupéré la retranscription de votre garde à vue et de ce que vous avez dit, mais j'en ai fait la demande. Vous êtes-vous incriminé ? Qu'avez-vous dit concernant cette arme ?"

« J’ai dit que je l’avais achetée à un homme dans la rue, que c’était pour ma propre sécurité. J’ai dit à peu près ce que vous avez dit tout à l’heure, que je vivais dans un quartier à risque. J’ai rajouté aussi que j’avais déjà terminé deux fois à l’hôpital à cause de bagarres. J’ai toujours les preuves sur moi. »


Abel n’avait pas un corps parfait. Il avait deux cicatrices, l’une causée par une balle, et l’autre par un coup de couteau. Il avait bien cru y passer d’ailleurs avec ce satané coup de couteau. Heureusement, quelqu’un avait appelé les pompiers pour qu’ils le conduisent rapidement aux urgences. Il s’en était tiré avec plusieurs points de sutures et deux semaines à l’hôpital. Il avait vu la mort de près cette nuit-là. Il s’était même laissé aller à penser qu’il ferait bien de mourir, pour rejoindre sa mère. Mais il s’était souvenu qu’elle lui avait fait promettre de vivre quoiqu’il arrive donc il s’était battu. Il était un homme de parole lui au moins. Mais ce n'était pas cela qui allait le sauver de la prison, malheureusement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mar 4 Aoû - 13:10


« J’ai dit que je l’avais achetée à un homme dans la rue, que c’était pour ma propre sécurité. J’ai dit à peu près ce que vous avez dit tout à l’heure, que je vivais dans un quartier à risque. J’ai rajouté aussi que j’avais déjà terminé deux fois à l’hôpital à cause de bagarres. J’ai toujours les preuves sur moi. »


Kimura nota très studieusement chacune des informations révélées par Abel. Il ne voulait pas louper un seul détail. Pour construire une défense solide, il ne fallait pas manquer la moindre information pour ne pas être pris de court. Abel avait dit les bonnes choses à la police, sans trop en dire. L'avocat pourrait de toute façon vérifier les dire de l'homme en lisant le procès verbal. Il hocha la tête tout en gribouillant un certain nombre de choses sur sa feuille.

"Hmm, je vois. Il faudra donc que je récupère auprès de l'hôpital quelques informations sur votre dossier médical. Si j'ai votre autorisation, ce ne sera pas tenu au secret professionnel après tout, mais par prudence, je vais tout de même demander un papier au juge. Ces preuves me permettront de justifier vos craintes et surtout de démontrer à quel point ce quartier est dangereux."


Mieux valait-il être très prudent. Il ne voulait pas joindre des pièces au dossier qui seraient inutilisables. Quand des informations étaient recueillies illégalement, elles pouvaient être irrecevables au tribunal. Le secret médical n'était pas pris à la légère dans la loi.


"Comme vous avez été blessé à l'arme blanche, l'hôpital a nécessairement dû prévenir les autorités et prendre des photos, c'est obligatoire. La police a dû elle aussi faire un rapport. Je vais donc également joindre leurs écrits comme pièces à conviction au dossier"

Akatsuki voulait charger au maximum le dossier d'Abel, étant donné qu'il appuierait principalement sa défense sur le versant de l'insécurité. Maintenant qu'il avait noté la liste des pièces et des témoignages à recueillir, il pouvait commencer à rédiger le dossier.

"Hmm, il me semble qu'avant cela vous n'aviez jamais été condamné. C'est un bon point...par ailleurs, vous avez été relaxé concernant l'affaire d'agression, vu que votre demi-frère avait menti...officiellement, vous êtes un honnête homme et vous travaillez en tant que vendeur...Bien, bien..."

L'avocat semblait assez satisfait de ses premières investigations, même si le plus gros restait à venir.

"Il faudrait aussi que je puisse vérifier vos comptes si cela ne vous dérange pas monsieur Saalfield, je ne les utiliserai pas au tribunal, mais si le procureur a quelque chose à redire, je préfère être prêt à riposter et à justifier vos revenus. Mais je suppose que de ce côté là, vous n'avez rien à craindre et que vous avez été prudent."

Abel ne menait pas une vie de pacha et visiblement il avait été prudent quant à ses anciens revenus de tueur à gage. Kimura était bien sûr au courant de cette ancienne activité même s'il ne le disait pas implicitement. Tatsuki l'avait un peu brifé sur l'ancienne vie de son ex compagnon pour qu'il sache où il mettait les pieds.

"Pour le moment, évitez de parler de vitre vie privée à qui que ce soit, et encore moins de cette affaire. Je préfère vous le préciser, même si je ne doute pas de votre intelligence. Ne parlez pas non plus de votre relation tendue avec Tatsuki-sama. Je veux dire, officiellement, je pense que les gens croient encore à votre relation, et quelque part, c'est peut-être pas si mal.
Je veux dire...Tatsuki-sama est bien vu en ville et a de l'influence, y compris auprès de certains juges. Ce serait donc mieux qu'ils croient pour un temps que vous êtes encore en bon terme..."


Même si Abel désirait oublier son ex-amant, il devrait encore vivre un petit moment dans son ombre. Il n'avait pas le choix et devait faire avec en attendant. L'avocat se redressa et se servit de nouveau un verre d'eau. Il ne supportait vraiment pas la chaleur.


"Avez-vous d'autres choses à me dire monsieur Saalfield ? D'important ou de moins important ? Je ne veux négliger aucun aspect de votre vie. "


Pour cette première entrevue, le principal avait été dit, mais Maître Kimura préférait avoir "trop d'informations", plutôt que pas assez.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mar 4 Aoû - 17:47

"Hmm, je vois. Il faudra donc que je récupère auprès de l'hôpital quelques informations sur votre dossier médical. Si j'ai votre autorisation, ce ne sera pas tenu au secret professionnel après tout, mais par prudence, je vais tout de même demander un papier au juge. Ces preuves me permettront de justifier vos craintes et surtout de démontrer à quel point ce quartier est dangereux."

« Vous aurez mon autorisation. Je souhaite mettre toutes les chances de mon côté. »

Abel avait peur de se retrouver en prison. Il préférerait même mourir que d’avoir à vivre entre quatre murs, prendre sa douche avec des inconnus et avoir son heure de balade dans la cours. Il avait besoin de sa liberté. Elle lui tenait trop à cœur. C’était d’ailleurs l’une des raisons qui l’avait poussé à quitter Tatsuki. Avec son ex, il était souvent sous surveillance. Bien sûr, il savait que cela avait été pour son bien mais cela avait été étouffant. Et puis céder aux moindres caprices de l’Oyabun avait été saoulant à la longue, et il avait fini par refuser l’un d’entre eux, et pas des moindres. Si Tatsuki avait une grande fierté, Abel quant à lui avait un grand besoin de liberté. Il espérait donc que Maître Kimura lui évite la prison.

"Comme vous avez été blessé à l'arme blanche, l'hôpital a nécessairement dû prévenir les autorités et prendre des photos, c'est obligatoire. La police a dû elle aussi faire un rapport. Je vais donc également joindre leurs écrits comme pièces à conviction au dossier."

L’avocat connaissait très bien son travail. Abel était sûr qu’il ferait tout pour le sauver d’affaire. L’homme allait utiliser des rapports de la police pour sauver son client. C’était plutôt original d’user des propres armes de la justice. Abel était tout de même reconnaissance envers Tatsuki de bien vouloir que son avocat aide son ex. Même si le yakuza avait énormément de défauts et était une belle enflure, on pouvait compter sur lui dans les moments difficiles. Dommage qu’on ne le découvre que lorsqu’on n’était plus avec lui… Tatsuki n’avait jamais vraiment remonté le moral du blond concernant cette affaire. Peut-être parce qu’il ne voulait pas remuer le couteau dans la plaie, tout simplement. Mais Abel aurait aimé qu’il le soutienne. Enfin, c’était du passé maintenant…

"Hmm, il me semble qu'avant cela vous n'aviez jamais été condamné. C'est un bon point...par ailleurs, vous avez été relaxé concernant l'affaire d'agression, vu que votre demi-frère avait menti...officiellement, vous êtes un honnête homme et vous travaillez en tant que vendeur...Bien, bien..."

Officiellement oui, Abel était un honnête homme et avait un bon travail, même si ce n’était pas aussi bien payé que banquier ou avocat. Mais il ne se plaignait pas de sa situation. Son salaire lui convenait parfaitement et l’argent qu’il avait gagné en étant au chômage l’aiderait en cas de coup dur. Heureusement, il n’avait pas à payer les honoraires de Maître Kimura, qui était payé par Tatsuki. Mais cette situation ne lui plaisait pas pour autant. S’il signait cet acte de partage des biens, dans cinq ans, il rembourserait son ex. Il y tenait et ne voulait rien lui devoir. Au pire, si Tatsuki refusait, Abel offrirait l’argent à Cassandre, pour qu’elle l’utilise pour son enfant qui était aussi celui du yakuza.

"Il faudrait aussi que je puisse vérifier vos comptes si cela ne vous dérange pas monsieur Saalfield, je ne les utiliserai pas au tribunal, mais si le procureur a quelque chose à redire, je préfère être prêt à riposter et à justifier vos revenus. Mais je suppose que de ce côté-là, vous n'avez rien à craindre et que vous avez été prudent."

« Oui, de ce côté-là, ça va. A part ça, je vous donnerai tous les papiers concernant mes comptes le plus tôt possible. »

"Pour le moment, évitez de parler de votre vie privée à qui que ce soit, et encore moins de cette affaire. Je préfère vous le préciser, même si je ne doute pas de votre intelligence. Ne parlez pas non plus de votre relation tendue avec Tatsuki-sama. Je veux dire, officiellement, je pense que les gens croient encore à votre relation, et quelque part, c'est peut-être pas si mal. Je veux dire...Tatsuki-sama est bien vu en ville et a de l'influence, y compris auprès de certains juges. Ce serait donc mieux qu'ils croient pour un temps que vous êtes encore en bon terme..."

Abel retint un soupir. Sans le vouloir, il devait encore vivre dans l’ombre de Tatsuki. Il allait encore devoir faire croire aux autres qu’il était toujours le gigolo de l’Oyabun pour ainsi utiliser l’influence de son ex sur les juges. Cela ne lui plaisait pas mais il n’avait pas le choix s’il désirait avoir une chance de s’en sortir. Il espérait juste qu’ils n’auraient pas à attendre longtemps la date du procès. Abel avait tout de même hâte d’en avoir fini et surtout de ne plus rien à voir avec Tatsuki. Il avait envie de vivre sa vie comme il l’entendait, sans plus avoir à faire attention à ses moindres faits et gestes qui pourraient mettre à mal la réputation du jeune Kumicho. Il avait envie de changer de vie le plus rapidement possible mais tâcherait d’être discret, comme le lui conseillait Maître Kimura.

"Avez-vous d'autres choses à me dire monsieur Saalfield ? D'important ou de moins important ? Je ne veux négliger aucun aspect de votre vie."

« Et bien… Concernant l’un de mes interrogatoires, j’ai eu le droit à un outrage à agent. Je ne sais pas si c’est important… Par contre, j’ai aidé la police dans un braquage. Je pense que ça pourrait peser dans la balance, non ? »

Il n’avait jamais parlé de ce braquage à Tatsuki et ne savait pas si celui-ci était au courant. En tout cas, le yakuza n’en avait fait aucune allusion. Cela s’était produit juste avant qu’ils se remettent ensemble. A chaque fois qu’Abel se retrouvait dans une situation dangereuse, Tatsuki s’inquiétait. Il y avait par exemple eu cette bande qui les avait attaqués Yukio et lui. Ils s’en étaient sortis sans problème mais l’Oyabun s’était énervé et avait voulu retrouver ceux qui avaient osé faire cela. Mais maintenant, c’était fini. Il n’y aurait plus personne pour s’inquiéter autant pour lui. Heureusement, au contact de Tatsuki, Abel s’était fait des amis. Rares, mais des amis quand même. Il faudrait d’ailleurs qu’il téléphone à Keiji pour l’inviter à sortir un de ces soirs. Cela lui changerait les idées.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mar 4 Aoû - 19:15


« Oui, de ce côté-là, ça va. A part ça, je vous donnerai tous les papiers concernant mes comptes le plus tôt possible. »


Abel acquiesça et semblait prédisposé à pleinement participé. Au fond, il n’avait pas vraiment le choix, et puis en collaborant au mieux, il mettait toutes les chances de son côté et cette affaire serait plus vite réglée . Il ne sembla par contre pas enchanté par l’idée de jouer encore le rôle de l’amant de Tatsuki. Mais sage comme il l’était, il avait sans doute compris qu’il n’avait pas le choix pour le moment. Et puis, ce n’était pas dit qu’on lui parlerait de Tatsuki étant donné que ça n’avait rien à voir avec cette affaire ; il fallait juste qu’il garde le silence sur sa rupture voilà tout.

« Et bien… Concernant l’un de mes interrogatoires, j’ai eu le droit à un outrage à agent. Je ne sais pas si c’est important… Par contre, j’ai aidé la police dans un braquage. Je pense que ça pourrait peser dans la balance, non ? »

Kimura se contenta de sourire lorsque le blond lui parla de l’outrage à agent. Par contre, il sourcilla quand il lui révéla avoir aidé la police dans un braquage…

"Pour l’outrage, on y survivra…vous étiez sans doute fatigué et stressé… et puis, tous les propos qui ont été dits au cours de votre interrogatoire ont été retranscrits. Donc, il y aura vos « mots » et ceux…des policiers présents…"

Il fit un léger sourire à Abel pour se montrer rassurant. Kimura connaissait les méthodes policières et le comportement parfois…excessif des agents. Certains étaient très malpolis et provocateurs. Il passa ensuite sa main dans les cheveux en profitant de l’air frais du ventilateur.

"Par contre … dites m’en plus sur ce braquage. Que s’est-il passé ? Détaillez les circonstances… Quel policier pourrait confirmer vos dires ?"


L’avocat était quelque peu surpris par cet aveu. C’était par curiosité, mais également pour l’affaire…Bien que, sa curiosité avait été titillée. Il n’était pas de nature curieuse d’habitude, mais pour une fois il voulait en savoir plus.

"Si vous avez aidé à la résolution d’une enquête, ou pris part avec succès à une affaire de ce type, ce sera à votre avantage bien sûr et ce sera un élément de plus pour prouver votre bonne foi monsieur Saalfield"


Plus Maître Kimura pouvait démontrer au procureur et au juge la bonne conduite de son client, plus il y aurait de chance que le verdict aille dans leur sens. Stylo à la main, il s’apprêta à noter les détails du récit du blond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mar 4 Aoû - 22:37

"Pour l’outrage, on y survivra…vous étiez sans doute fatigué et stressé… et puis, tous les propos qui ont été dits au cours de votre interrogatoire ont été retranscrits. Donc, il y aura vos « mots » et ceux…des policiers présents…"

Maître Kimura semblait confiant concernant cet outrage à agent, ce qui rassura Abel. L’inspecteur qui lui avait fait passer l’interrogatoire, Yasunari, s’en était pris à cœur joie à lui et avait appuyé sur des points sensibles, comme la mère du blond. Fatigué, stressé et avec sans doute encore un peu d’alcool dans le sang, Abel avait craqué et craché à la figure du policier. Cela lui avait fait un bien fou, mais pas assez. Malheureusement pour lui, les policiers pouvaient tout se permettre et on n’avait pas le droit de les remettre à leur place. Enfin, si Maître Kimura disait qu’il n’y avait aucun problème concernant ce petit incident, Abel lui faisait confiance. C’était lui l’avocat après tout.

"Par contre… dites m’en plus sur ce braquage. Que s’est-il passé ? Détaillez les circonstances… Quel policier pourrait confirmer vos dires ?.. Si vous avez aidé à la résolution d’une enquête, ou pris part avec succès à une affaire de ce type, ce sera à votre avantage bien sûr et ce sera un élément de plus pour prouver votre bonne foi monsieur Saalfield."

Abel avait eu un coup de chance lors de ce braquage. Non seulement il s’en était sorti sans problème, mais en plus cette affaire allait peut-être l’aider à éviter la prison. Il avait agi pour sauver sa peau mais aussi pour éviter de finir dans un bain de sang. Les braqueurs n’avaient été que des gamins sans expérience. Ils avaient été sur le point de craquer. Il avait donc fallu agir vite et bien, même si Abel avait commis une erreur, sans conséquence, heureusement. Il avait fait tomber l’arme d’un des braqueurs, qui, chargée, aurait pu tirer une balle et blesser l’un des clients de la banque. Le commissaire Luwil lui avait d’ailleurs fait la remarque et lui avait parlé comme à un chien pour le lui faire comprendre. Heureusement, par la suite, il s’était excusé. Sans doute avait-il parlé sous le coup de l’émotion. Il avait eu peur que quelque chose de grave arrive.

« J’étais en train de faire la queue à la banque et j’ai rencontré le commissaire Luwil. Peu de temps après, deux braqueurs sont arrivés et nous ont demandé de nous mettre à terre. J’ai proposé mon aide à Luwil mais il a refusé. Il ne voulait pas impliquer un civil dans l’histoire. Mais il a rapidement changé d’avis lorsque la situation s’est dégradée. Il s’est occupé de l’un des braqueurs, et moi de l’autre. J’ai utilisé l’arme de ce dernier contre lui pour le faire tenir tranquille mais ça n’a pas vraiment plu au commissaire. Ensuite, Luwil a appelé des renforts. »

Abel se servit un verre d’eau après avoir raconté tout cela. Il se souvenait très bien du sermon que lui avait fait le commissaire mais heureusement, il n’avait eu aucun problème par la suite. Tout s’était très bien terminé, à part pour les braqueurs. Le blond n’avait eu aucune nouvelle concernant cette affaire mais les deux imbéciles devaient être derrière les barreaux à cette heure-là. Tout ce qu’espérait le tueur, c’était de ne pas les rejoindre. Mais avec un avocat comme Maître Kimura, il avait de grandes chances de s’en sortir, non ? D’ailleurs, Abel aimerait tant pouvoir le remercier pour ce qu’il faisait pour lui. Bien sûr, l’avocat était payé pour cela mais tout de même… En plus, il prenait sur ses jours de congé pour travailler alors qu’il pourrait se reposer.

« Dîtes-moi… Hum… Je sais que Tatsuki vous paye pour m’aider mais… J’aimerai tout de même faire quelque chose pour vous en échange. Je n’aime pas que tout me soit servi comme ça, surtout que vous venez me voir alors que c’est votre jour de congé. » avoua t-il, un peu gênant et ne sachant pas quoi proposer pour remercier l’avocat.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mar 4 Aoû - 23:49

Kimura nota les informations si précieuses au dossier. Pour une nouvelle inespérée c'en était une... Kimura savait d'avance qu'il allait se servir de cette mésaventure pour vanter les mérite de son client et son sens de la justice.

"Très bien...Commissaire Luwil...très bien...il y avait évidemment beaucoup de témoins aussi ! Et bien, c'est une bonne chose monsieur Saalfield !"

Il ferma son bloc note avec un petit sourire aux lèvres. Décidément, il avait eu son lot de bonne nouvelle. Rien n'était jamais gagné certes, mais ce braquage était une aubaine...D'accord, c'était un événement grave, mais Maître Kimura allait savoir en jouer...et mettre cet acte de bravoure en avant. Et qui sait, il pourrait peut-être pousser le bouchon plus loin en recueillant le témoignage de Luwil qui pourrait se retrouver du côté de la défense...ironique nan ? Le visage d'Abel devint plus sérieux tout d'un coup. Vu l'expression, nul doite qu'il allait demander quelque chose à l'avocat.

« Dîtes-moi… Hum… Je sais que Tatsuki vous paye pour m’aider mais… J’aimerai tout de même faire quelque chose pour vous en échange. Je n’aime pas que tout me soit servi comme ça, surtout que vous venez me voir alors que c’est votre jour de congé. »

Kimura resta un instant interdit. Il n'avait pas l'habitude qu'on lui dise ce genre de chose. Il faisait son travail sans se poser de question et sans rien attendre en retour. Il ne travaillait que pour Tatsuki, il était donc normal pour lui de répondre favorablement aux ordres de son boss...même pendant ses jours de congés.

"Euh...c'est que...je travaille pour Tatsuki-sama depuis des années. Ce n'est même plus une question d'honoraire entre nous monsieur Saalfield... Ce que Tatsuki-sama veut, je l'accomplis...il m'a demandé de vous défendre, et je le fais avec grand plaisir. Mais je vous remercie pour tant de sollicitude"

Le mot était peut-être fort, mais Akatasuki avait été assez surpris que quelqu'un lui propose de lui "rendre la pareille" pour faire son travail. Tatsuki imposait, et, lui disposait, voilà tout.
La récolte d'informations avait été riche et intéressante. L'avocat était pleinement satisfait.


"Oh...si je peux me permettre...un petit café ne serait pas de refus...il était très à mon goût...voilà comme ça, on sera quitte!"


Le jeune homme fit un sourire un peu enfantin au jeune blond. Il se contentait de peu. Un café en échange de sa défense. C'était un homme très discret et un peut timide, il était l'inverse de Tatsuki en somme. C'était à se demander comment les deux hommes arraivaient à travailler autant de temps ensemble et à être en harmonie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mer 5 Aoû - 1:06

"Euh...c'est que...je travaille pour Tatsuki-sama depuis des années. Ce n'est même plus une question d'honoraire entre nous monsieur Saalfield... Ce que Tatsuki-sama veut, je l'accomplis...il m'a demandé de vous défendre, et je le fais avec grand plaisir. Mais je vous remercie pour tant de sollicitude."

Maître Kimura était quelqu’un de bien docile vis-à-vis de Tatsuki. Il travaillait pour lui et ne lui refusait rien, allant même jusqu’à prendre sur ses journées de congé pour accomplir les moindres désirs de son patron. Il était bien trop gentil, peut-être un peu comme Abel au début de sa relation avec l’Oyabun. Le blond se voyait un peu en l’avocat. Ils étaient tous deux polis, discrets, un peu mal à l’aise lorsque l’on sortait du domaine professionnel, leur simple présence pouvait calmer, refusaient qu’on leur rende la pareille, avaient rompu avec la personne qu’ils aimaient… Ils avaient beaucoup de points en commun en fait. Pourtant, ils n’avaient pas du tout grandi dans le même milieu. Du moins, c’était ce qu’Abel pensait. Maître Kimura était un grand avocat. Avait-il pu grandir dans la rue ? Comment serait-il devenu aussi fort dans son domaine alors ? La mafia l’y avait-il aidé ?

"Oh...si je peux me permettre...un petit café ne serait pas de refus...il était très à mon goût...voilà comme ça, on sera quitte!"

« Je vais vous en chercher. »

Abel se leva pour retourner dans la cuisine. L’avocat et lui avaient un autre point commun : ils se contentaient de peu. Ce constat eut pour effet d’afficher un léger sourire sur les lèvres du blond. Il avait enfin trouvé quelqu’un qui lui ressemblait et ce n’était pas désagréable de passer du temps avec lui. S’il avait eu le cœur à avoir une relation avec quelqu’un et si Maître Kimura n’avait pas été lié à Tatsuki et n’avait pas été son avocat, Abel se serait bien laissé séduire. Mais, puisqu’il était sérieux et n’avait pas vraiment le moral à cela, il allait laisser tomber cette idée… Il mit le café à chauffer puis revint dans le salon. Il servit son invité puis lui-même, avant de reprendre sa place en face de l’avocat.

« Si vous voulez que nous soyons vraiment quitte, vous devez manger au moins un gâteau. C’est moi qui les ai faits. »

Il les avait faits la veille mais ils étaient encore bons. Il adorait cuisiner et, comme s’il ne le faisait pas assez au travail, il fallait qu’il se mette aussi aux fourneaux chez lui. Mais c’était vraiment un passe-temps pour lui. Avec le temps, il s’était beaucoup amélioré. L’avocat n’avait donc aucune crainte à avoir, il n’allait pas s’empoisonner avec ces cookies. En plus, en disant cela, Abel était sûr que Maître Kimura en mangerait au moins un. S’il était vraiment comme lui, l’homme allait goûter par politesse. Le blond n’appelait pas cela de la manipulation mais c’était juste que cela l’amusait d’être en compagnie de quelqu’un qui lui ressemblait. Mais jusqu’à quel point allait cette ressemblance ?

« Avons-nous fini pour aujourd’hui ? Je n’ai rien d’autre qui me vienne à l’esprit. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mer 5 Aoû - 12:05


« Si vous voulez que nous soyons vraiment quitte, vous devez manger au moins un gâteau. C’est moi qui les ai faits. »


Comment refuser une proposition aussi alléchante? Kimura était quelqu'un de très poli. Décliner une telle offre serait faire preuve de mauvaise éducation, or, les manières ne lui manquaient pas.
L'avocat hocha la tête en souriant pour accepter l'un des gâteaux si gentiment offert.

"Merci"


Il avala une bouchée du petit trésor en question. Kimura était quelqu'un d'un peu gourmand. Rien de trop excessif, mais il aimait de temps à autre goûter aux petits plaisirs de la vie, même s'il était trop sage pour ne pas aller jusqu'à l'excès.

« Avons-nous fini pour aujourd’hui ? Je n’ai rien d’autre qui me vienne à l’esprit. »

Akatasuki posa son petit gâteau entamé sur la table, avant de s'essuyer la bouche. En plus d'être à cheval sur les bonnes manières, il était très raffiné.

"Oui monsieur Saalfield. Pour le moment, c'est plus que suffisant. J'ai récolté pas mal d'informations pour aujourd'hui, je vais donc commencer mes investigations et à rassembler les pièces nécessaires à votre défense..."

Maintenant que l'avocat avait une base de travail, il pouvait commencer à travailler sérieusement. Il avait pris son temps jusqu'à maintenant, car aucune date n'avait été encore décidée pour l'audience. Visiblement ce cas de port d'arme n'était pas une priorité. Mais studieux comme il l'était, il allait boucler au plus vite ce dossier et ne pas laisser traîner son travail, même s'il ne pouvait pas être sûr que l'audience se tiendrait dans les deux mois à venir... mais de ce côté-là, il pouvait toujours faire un recourt pour tenter d'accélérer les choses. Peut-être que ce serait sans succès, mais qui ne tentait rien, n'avait rien.

"Visiblement votre cas n'est pas prioritaire, il y a tellement de gros délinquants à condamner, mais...je pourrais toujours tenter de faire une demande auprès du juge qui est en charge du dossier pour tenter d'avoir une date dans les prochaines semaines. Je ne sais pas s'il acceptera ou si au contraire il laissera encore traîner le dossier des mois, mais je tenterai quand même... Une telle affaire ne devrait pas prendre plus d'une journée à être traitée.
Ils ne se pressent pas, car pour eux, le bracelet électronique est synonyme de sécurité. Vous ne risquez donc pas de vous enfuir, sans compter que vous vous rendez régulièrement au commissariat pour "pointer". De plus, ils savent que vous êtes le compagnon de ..."


L'avocat stoppa net un peu mal à l'aise.

"Enfin, vous voyez...là aussi, pour eux c'est une garantie..."

Etre l'amant de Tatsuki Sugiura qui était un homme assez connu dans la région était aussi la garantie que son amant ne pouvait pas tenter de s'échapper...L'avocat n'avait pas prononcé le nom du yakuza pour ne pas encore plus enfoncer le blond, mais celui-ci comprenait à quoi il faisait allusion.

"Bref, plus vite ce sera terminé, mieux ce sera..."

Il esquissa un sourire pour essayer de faire retomber la tension. Leur entretien était terminé pour l'instant, donc inutile de s'attarder sur l'affaire.
D'ailleurs, après cela, un long silence régna...Maintenant que Maître Kimura en avait terminé en tant qu'avocat, il ne savait plus quoi dire.
Il ne connaissait pas tellement Abel...du moins, il était son client et l'ex ami de son patron, voilà tout ce qui les liait. L'avocat était un peu timide et il ne voulait pas se montrer indiscret avec le blond.
Après un long silence pesant, il décida de reprendre la parole, en regardant le cookies.

"Hmm...dites moi, vous avez mis un peu de noix de muscade ? Enfin...mon ex femme en faisait de temps en temps, et il y a un petit quelque chose qui me rappelle le goût...enfin peut-être que je me trompe d'ingrédient. Je ne suis pas très doué pour les gâteaux."

Le jeune homme tentait d'entamer la conversation en complimentant un peu maladroitement Abel qui apparemment faisait des gâteaux aussi bon que ceux de l'ex madame Kimura.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mer 5 Aoû - 18:06

"Oui monsieur Saalfield. Pour le moment, c'est plus que suffisant. J'ai récolté pas mal d'informations pour aujourd'hui, je vais donc commencer mes investigations et à rassembler les pièces nécessaires à votre défense..."

Abel acquiesça. Pour l’instant, il y avait plus de choses en sa faveur qu’en sa défaveur. Le blond était confiant pour le moment. En plus, Maître Kimura était un grand avocat qui parvenait même à défendre des yakuza. Pour lui, cela serait donc facile d’aider un « honnête citoyen » qui avait une arme seulement pour sa propre sécurité. Enfin, le tueur savait que rien n’était joué d’avance. Il suffisait qu’il tombe sur un juge qui désirait faire du zèle et il finirait derrière les barreaux. Mais il y avait tout de même des cas pires que lui, du moins, si l’on oubliait sa double vie. La ville regorgeait de braqueurs, de dealers, de criminels, de policiers corrompus… Ce n’était pas la mauvaise graine qui manquait à Yuukoku, la ville de tous les vices.

"Visiblement votre cas n'est pas prioritaire, il y a tellement de gros délinquants à condamner, mais...je pourrais toujours tenter de faire une demande auprès du juge qui est en charge du dossier pour tenter d'avoir une date dans les prochaines semaines. Je ne sais pas s'il acceptera ou si au contraire il laissera encore traîner le dossier des mois, mais je tenterai quand même... Une telle affaire ne devrait pas prendre plus d'une journée à être traitée. Ils ne se pressent pas, car pour eux, le bracelet électronique est synonyme de sécurité. Vous ne risquez donc pas de vous enfuir, sans compter que vous vous rendez régulièrement au commissariat pour "pointer". De plus, ils savent que vous êtes le compagnon de... Enfin, vous voyez...là aussi, pour eux c'est une garantie... Bref, plus vite ce sera terminé, mieux cela serait..."

Abel plongea son regard dans son café avant d’apporter la tasse à ses lèvres. Etre l’amant ou ex-amant de Tatsuki aidait beaucoup dans l’histoire. Le blond aurait aimé qu’il en soit autrement et ne pas utiliser son histoire avec l’Oyabun pour régler ses problèmes. Malheureusement, s’il n’en profitait pas, il risquait de finir en prison. Il allait donc mettre sa fierté de côté et jouer de l’influence de son statut. Leur rupture était toute fraîche. Peu de monde était déjà au courant. Mais des rumeurs allaient très certainement commencer à circuler si on ne les voyait plus ensemble ou qu’on savait qu’Abel avait quitté Ginza pour retourner dans les bas quartiers de Yuukoku. Maître Kimura avait raison, plus vite cette histoire serait terminée, mieux ce sera.

Un silence tendu régna dans le salon. Abel ne savait pas quoi faire pour le briser. Tout comme l’avocat, il n’était pas très à l’aise pour engager la conversation. En plus, il n’était pas habitué à recevoir des gens chez lui, surtout à l’improviste. Peu de personnes venaient chez lui. Il y avait eu parfois Tatsuki voire Keiji, mais sinon, les gens se faisaient bien rares. Le loft d’Abel était comme mort. Il n’avait rien d’extraordinaire et il n’y avait pas beaucoup de vie. Il y avait juste le blond, et les poissons qu’il avait récemment achetés pour remplir son aquarium. C’était triste la vie de célibataire et de quasi-asocial. On n’avait personne à inviter pour mettre l’ambiance chez soi.


"Hmm...dites moi, vous avez mis un peu de noix de muscade ? Enfin...mon ex femme en faisait de temps en temps, et il y a un petit quelque chose qui me rappelle le goût...enfin peut-être que je me trompe d'ingrédient. Je ne suis pas très doué pour les gâteaux."

« C’est de la noix de pécan. » avoua Abel, soulagé que Maître Kimura ait enfin brisé le silence. « Je suis désolé si… ça vous rappelle votre ex-femme… Il faut croire que nous sommes forts pour faire des gaffes. »

Le tueur offrit un léger sourire à l’avocat. Sans le vouloir, ils rappelaient à l’autre qu’ils avaient rompu avec la personne qu’ils aimaient. Encore un point commun… Abel mangea un morceau de cookie puis termina son café. Maître Kimura n’allait sans doute pas tarder à partir. C’était dommage. Sa compagnie était agréable, même s’il n’était pas bien bavard, tout comme le propriétaire des lieux. Dommage que la seule chose les liant était une personne et que celle-ci s’avérait être Tatsuki. Cela aurait été plus facile de faire connaissance si cela avait été quelqu’un d’autre. Ils auraient pu en parler, pour ensuite dévier sur un autre sujet et petit à petit se connaître.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mer 5 Aoû - 19:00


« C’est de la noix de pécan. Je suis désolé si… ça vous rappelle votre ex-femme… Il faut croire que nous sommes forts pour faire des gaffes. »


Abel sembla soulagé que Kimura ait brisé la glace, mais sa joie fut de courte durée. Il eut l'air de se sentir coupable d'avoir involontairement fait allusion à l'ex madame Kimura.
Il n'avait nullement besoin de s'excuser, d'ailleurs, l'avocat n'allait pas tarder à lui confirmer.


"Oh non, ne vous sentez pas gêné monsieur Saalfield. Pour être franc notre divorce est un grand soulagement, ça aurait été pire d'être resté marié à Hanako...je veux dire... nous étions en réalité plus fait pour être amis que mari et femme"

Akatsuki sourit poliment en continuant de savourer son cookies. Visiblement, l'homme appréciait...
Contrairement à Abel, la séparation avait été consentie et faite à l'amiable. Les deux jeunes gens étaient restés amis et Kimura semblait nul affecté. Il but ensuite le café nouvellement préparé par Abel.


"J'ai connu mon ex-femme au collège. Ça fait tôt ! " (rire)

"Nous avions pris l'habitude d'être ensemble, nous avons fait nos études ensemble. C'est donc la seule grande amie et petite amie que j'ai eu...Je suppose que nous sommes surtout restés ensemble par habitude...mais bon je ne regrette rien, nous avons une magnifique petite fille de deux ans..."

Aussi surprenant que ce soit,ce très bel homme n'avait connu qu'une seule relation dans toute sa vie. Hormis le travail, il n'avait rien du tout en dehors de sa petite famille. Kimura sourit en étant un peu gêné. En quelques secondes, il s'était un peu lâché. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais en même temps, il rencontrait si peu de gens en dehors de son travail, qu'il n'avait pas l'habitude de parler.

"Oh je m'excuse...je suis très bavard. Un peu trop peut-être..."

Il termina sa tasse de café avant de la reposer sur la table. Assez gêné de la situation, il décida de garder le silence. Parler de sa vie à un inconnu qui était qui plus est son client, ce n'était pas très professionnel de sa part. Surtout que le blond n'était pas dans la même situation que l'avocat. Sa séparation avec Tatsuki semblait assez difficile, et, vu ses problèmes actuelles, il n'avait sans doute pas envie d'écouter un inconnu déblatérer sur sa vie. Pour lui, Kimura n'était que son avocat.

"Je...je ne vais pas m'imposer plus longtemps monsieur Saalfield. Je suppose que vous préférez être seul. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas en tout cas..."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mer 5 Aoû - 22:53

"Oh non, ne vous sentez pas gêné monsieur Saalfield. Pour être franc notre divorce est un grand soulagement, ça aurait été pire d'être resté marié à Hanako...je veux dire... nous étions en réalité plus fait pour être amis que mari et femme."

Abel fut rassuré de ne pas avoir fait une grosse gaffe. Maître Kimura ne semblait pas si affecté que cela par son divorce, ce qui était une bonne chose. Mais alors, cela signifiait que cela retirait un point commun entre les deux hommes. Le blond était très affecté par sa rupture avec Tatsuki, même s’il faisait tout pour garder cela pour lui. Il ne voulait pas terminer comme un saoulard comme la dernière fois que son ex et lui avaient rompu. Là, il désirait aller de l’avant, travailler pour se changer les idées et surtout, changer d’air. C’était pour cela qu’il désirait refaire son loft. Cela le dépayserait un peu. Et, dès que son procès serait passé, s’il échappait à la prison, il pensait quitter Yuukoku quelques temps. Il resterait sûrement au Japon, appréhendant de quitter son pays. Mais au moins, cela lui changerait complètement les idées. Et, avec un peu de chance, peut-être trouverait-il quelqu’un, même si pour l’instant, il n’était pas prêt à reconstruire quelque chose avec un homme.

"J'ai connu mon ex-femme au collège. Ça fait tôt !.. Nous avions pris l'habitude d'être ensemble, nous avons fait nos études ensemble. C'est donc la seule grande amie et petite amie que j'ai eu...Je suppose que nous sommes surtout restés ensemble par habitude...mais bon je ne regrette rien, nous avons une magnifique petite fille de deux ans..."

Le grand blond fut vraiment surpris par ce que lui apprenait Maître Kimura. L’homme avait un physique de rêve et un caractère facile à vivre. Comment se pouvait-il qu’il n’ait eu qu’une seule petite amie durant toute sa vie ? C’était… Abel avait du mal à trouver un mot pouvant convenir à la situation. Mais il cacha rapidement sa surprise en affichant un sourire lorsqu’il apprit que Maître Kimura avait une petite fille de deux ans. Alors ce bel avocat était papa. Abel en apprenait des choses en si peu de temps. Son invité semblait plus bavard que précédemment. Peut-être n’avait-il pas l’habitude de parler de lui et qu’il en avait besoin en fin de compte. Cela ne dérangeait pas le tueur de l’écouter. Il savait être un bon auditeur. C’était une qualité en tant que tueur à gage. Mais là, ce n’était pas du tout par professionnalisme qu’il désirait écouter Maître Kimura, mais par réel intérêt et par curiosité.

"Oh je m'excuse...je suis très bavard. Un peu trop peut-être..."

« Arrêtez de vous excuser, vous ne m’embêtez pas du tout. » avoua Abel, amusé par le comportement si timide de l’avocat.

"Je...je ne vais pas m'imposer plus longtemps monsieur Saalfield. Je suppose que vous préférez être seul. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas en tout cas..."

« D’accord, merci beaucoup… »

C’était peut-être le travail de Maître Kimura de lui venir en aide en cas de besoin mais le blond se disait que c’était par politesse que son avocat lui disait cela. S’il l’appelait pour un autre problème avec la police, Tatsuki serait-il d’accord de lui prêter de nouveau son avocat ? Si la réponse était non, Maître Kimura oserait-il aller à l’encontre de son patron ? Abel en doutait. Leur relation n’était que professionnelle et ne durerait que le temps de cette affaire. Ensuite, ils ne se reverraient sans doute plus. Maître Kimura était un homme bien. Cela embêtait le tueur de se dire qu’il ne le reverrait plus après le procès. Mais en même temps, ne serait-ce pas normal ? L’homme n’était que son avocat, rien de plus.

« Je ne vais pas vous retenir plus longtemps. Vous avez sûrement autre chose à faire que de bavarder avec moi et je souhaite que vous profitiez de la fin de votre journée de congé. Ça veut dire plus de travail avant demain et reposez-vous. Vous êtes trop sérieux. » dit Abel avec un petit sourire, montrant qu’il ne disait pas cela par méchanceté mais plus pour embêter un peu l’avocat.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Mer 5 Aoû - 23:41


Abel ne semblait pas du tout ennuyé par le récit de Kimura, au contraire. A le voir, on aurait pu penser qu'il aurait pu encore l'écouter des heures. Il avait l'air extrêmement calme et posé...Kimura ne disait rien, mais au fond, il s'étonnait de voir son patron avoir vécu avec un homme tel que Abel.Ils étaient tout simplement opposés. Quand on disait que les contraires s'attiraient, ce n'était pas faux. Abel devait être l'eau qui éteignait le feu de Tatsuki ; c'était du moins la métaphore qui venait à l'esprit de Kimura.


« Je ne vais pas vous retenir plus longtemps. Vous avez sûrement autre chose à faire que de bavarder avec moi et je souhaite que vous profitiez de la fin de votre journée de congé. Ça veut dire plus de travail avant demain et reposez-vous. Vous êtes trop sérieux. »

L'avocat se leva et acquiesça en souriant. Alors que le blond devait plutôt être inquiet pour lui-même, il sommait Kimura de se ménager un peu. Au fond, il n'avait pas tord. L'avocat se tuait au travail et n'avait quasiment pas de vie sociale, mais, il ne regrettait rien. Il aimait son métier et il était aussi beaucoup attaché à Tatsuki. La famille Sugiura avait veillé sur lui dans un sens, il était donc normal qu'il rendre la pareille. Quelque part, l'Oyabun avait aussi beaucoup de chance d'avoir un homme de confiance tel que lui, et il le savait...Voilà pourquoi il écoutait Kimura avec beaucoup d'attention.
L'avocat reprit sa mallette et porta sa veste sur son bras. Il releva également ses manches avant de remettre sa paire de lunette de soleil. Il allait de nouveau affronter la chaleur, donc autant se parer.

"Merci de vous soucier de moi... j'ai encore quelques dossiers à lire, mais je pense profiter du reste de ma soirée pour me reposer...Chez moi pour une fois ! "

Il ponctua sa phrase d'un haussement de sourcil. Il précisa cela, car, au cas où Abel n'était pas au courant, il arrivait souvent à Kimura de s'endormir à la résidence Sugiura. Non pas par plaisir, mais surtout parce qu'il restait souvent à travailler tard. Abel ne devait pas le savoir, car ils ne s'étaient jamais croisés. Akatsuki était l'homme de confiance du yakuza en plus d'être son avocat. Tatsuki n'avait évidemment pas qu'un seul avocat à son service ; il y en avait une bonne vingtaine qui travaillait pour lui, entre la société, le casino et le clan, mais Kimura était le seul à qui il faisait confiance presque aveuglément... Et Kimura lui rendait bien. Résultat, le jeune brun vérifiait toujours le travail fait par ses confrères dans tous les domaines. Il était donc submergé de travail à sa demande. Ce n'était en effet pas sur ordre de Tatsuki qu'il faisait cela, mais pour être sûr que personne ne poserait problème à l'Oyabun. D'ailleurs, le yakuza avait même dit à Akatsuki d'entreposer quelques vêtements à la résidence pour éviter de rentrer chez lui au petit matin, lorsqu'il passait les nuits chez son boss. Les deux hommes avaient donc une sorte de relation particulière, mais très discrète. La preuve, Abel ne savait pas lui-même à quel point son ex-amant respectait Akatsuki, et vice-versa. Les deux hommes se connaissaient tout de même depuis plus de 10 ans...
Maître Kimura se dirigea vers la porte suivit d'Abel. Avant de prendre congé, il se tourna tout de même vers son client.


"Merci de m'avoir accueilli ainsi monsieur Saalfield. Si je puis me permettre, réfléchissez à la proposition d'Oyabun-sama, et prenez autant de temps que nécessaire...Si vous avez besoin d'un renseignement, appelez-moi et surtout, n'hésitez pas ! Je me tiens à votre entière disposition pour un renseignement ou un conseil. Quant à votre affaire, je vous tiendrai aussi au courant. Là aussi, si besoin est, n'hésitez pas.
Et si je peux me le permettre, vous aussi, reposez vous un peu. Je suppose que les derniers jours n'ont pas été de tout repos pour vous non plus... "


Il s'inclina poliment vers le blond. Si Abel avait besoin de quoi que ce soit, il savait qu'il pouvait compter sur son avocat. D'ailleurs, il se permit lui aussi de lui donner quelques recommandations. Même si Abel ne laissait rien transparaître, il avait une petite mine. Un peu de fatigue sans doute, et son affaire de port d'arme n'arrangeait rien. Kimura voulait donc être le plus rassurant possible et de bon conseil. Selon lui, Abel devait y réfléchir à deux fois pour le penthouse et ne pas tout gâcher uniquement par fierté, même si au fond, l'avocat se questionnait lui aussi sur les motivation de Tatsuki...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Jeu 6 Aoû - 17:19

"Merci de vous soucier de moi... j'ai encore quelques dossiers à lire, mais je pense profiter du reste de ma soirée pour me reposer...Chez moi pour une fois ! "

Abel avait trouvé encore plus sérieux que lui. Maître Kimura allait se tuer à la tâche. Le blond aurait bien aimé le suivre jusqu’à chez lui ou bien le garder dans son loft pour être sûr que l’homme se détende. Là, en rentrant chez lui, il allait encore travailler puis, lorsqu’il aurait tout fini, il s’offrirait enfin un petit moment de détente. Mais ce n’était pas comme ça que fonctionnaient les journées de congé. Il fallait sortir, prendre l’air, se détendre, faire des choses à la maison… Ce qu’avait choisi de faire Abel durant son jour de congé n’était pas très reposant mais au moins, cela le changeait du travail et lui occupait l’esprit. Maître Kimura devrait en faire autant. Quoique, avec l’argent qu’il gagnait, l’avocat devait sûrement faire appel à des professionnels pour redécorer sa maison. Abel le voyait mal en vieux vêtements troués et tachés en train de faire de la peinture.

Le tueur se leva et raccompagna l’avocat jusqu’à la porte. Il aurait aimé passer plus de temps avec lui mais c’était impossible. Il n’allait tout de même pas devenir ami avec son avocat. Et puis, que dirait Tatsuki ? Abel ne voulait pas attirer d’ennuis à Maître Kimura. Les deux hommes semblaient être assez proches. D’ailleurs, avec les paroles de l’avocat, le blond se doutait qu’il passait plus de temps chez son patron que chez lui. Il ne l’avait pourtant jamais croisé à la demeure familiale un soir mais il fallait dire que Maître Kimura était quelqu’un de discret. Il savait passer inaperçu. Il était vraiment calme et extrêmement poli. Abel l’appréciait beaucoup pour cela. Mais il aimait aussi les personnes extraverties comme Keiji, le moulin à paroles. Maître Kimura et le jeune homme étaient vraiment des opposés. L’avocat avait dit précédemment qu’il avait trop parlé mais, comparé à Keiji, il était bien discret.


"Merci de m'avoir accueilli ainsi monsieur Saalfield. Si je puis me permettre, réfléchissez à la proposition d'Oyabun-sama, et prenez autant de temps que nécessaire...Si vous avez besoin d'un renseignement, appelez-moi et surtout, n'hésitez pas ! Je me tiens à votre entière disposition pour un renseignement ou un conseil. Quant à votre affaire, je vous tiendrai aussi au courant. Là aussi, si besoin est, n'hésitez pas.
Et si je peux me le permettre, vous aussi, reposez vous un peu. Je suppose que les derniers jours n'ont pas été de tout repos pour vous non plus... "


Abel acquiesça simplement à ces paroles. Maître Kimura était bien trop serviable. Il n’avait pas arrêté de préciser au tueur qu’au moindre problème ou à la moindre question, il n’avait qu’à l’appeler. C’était généreux de sa part mais Abel allait éviter de trop le déranger. L’homme était surtout au service de Tatsuki et, de ce fait, avait beaucoup de travail. Le blond n’allait pas lui en rajouter. Il l’appellerait juste s’il en avait vraiment besoin, si jamais il ne pouvait pas faire autrement. En tout cas, il allait vraiment réfléchir à la proposition de son ex qui était de garder le penthouse pendant cinq ans. Il pensait qu’il y avait tout de même anguille sous roche dans l’histoire. Pourquoi cinq ans ? Pourquoi ne pas vouloir reprendre sa part ? Et puis cette voiture… Quand l’avait-il achetée ? Et surtout, pourquoi ? Abel avait déjà sa belle BMW sport qui avait à peine six mois.

Le blond détestait se prendre autant la tête et surtout ne pas connaître les réelles intentions de Tatsuki. L’Oyabun prenait toujours des décisions seules et Abel ne parvenait jamais à le comprendre. Il avait pourtant essayé concernant cette demande en mariage avec Cassandre. Mais, au final, il en était venu à la conclusion que cette union n’apporterait pas grand-chose. Les deux clans étaient très puissants. Ils avaient beaucoup de gardes donc ce n’était pas pour une question de sécurité que Tatsuki souhaitait se marier avec la belle blonde. Etait-ce alors pour former une vraie famille ? Il n’y avait pas besoin de mariage pour cela. Ou alors, finalement, n’avait-il pas voulu ce mariage pour éloigner encore plus Abel de cette histoire ? Le blond avait vraiment eu l’impression d’être la cinquième roue du carrosse, qu’il n’avait rien à faire dans la vie de l’enfant à naître, qu’il serait juste l’amant de Tatsuki lorsque celui-ci en aurait envie.


« Dîtes-moi, est-ce que je peux vous poser une dernière question ?.. Cela n’a aucun rapport avec le port d’arme ou le penthouse. Ça concerne personnellement Tatsuki donc je comprendrais très bien que vous refusiez de me répondre. Il... Il m’a dit qu’il souhaitait épouser l’Oyabun McKeller… Juridiquement, qu’est-ce que cela leur apporterait ? »

Abel savait qu’il se faisait du mal en posant cette question mais il avait besoin d’une réponse. Tatsuki lui avait dit que ce mariage n’était que pour la forme, que ce serait bien pour les autres clans et pour l’enfant. Mais en quoi était-ce si important ? Que valait un mariage dans la mafia ? Le blond pensait par exemple à celui liant Reira au nouveau Oyabun du clan Endô. Il ne représentait pas grand-chose, les clans Sugiura et Endô étant toujours séparés par des tensions. Qu’est-ce qu’un mariage entre Tatsuki et Cassandre pourrait arranger alors ? Ce serait même mettre le feu aux poudres, non ? Cela serait vu comme une alliance, un désir de devenir encore plus puissant. C’était en tout cas ce que pensait Abel, qui n’y connaissait pas grand-chose à la mafia. Mais peut-être que Maître Kimura pourrait l’éclairer, s’il en avait l’autorisation.

« Je suis vraiment désolé de vous poser cette question mais ça m’énerve de ne pas savoir, de ne pas comprendre pourquoi… Enfin, vous voyez. » ajouta t-il, gêné d’embêter son avocat avec ses problèmes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PNJ Tatsuki Sugiura

avatar

Nombre de messages : 86
Age : 23 ans
Métier : Officiellement Hôte
mais officieusement...
Petit(e) Ami(e) : Célibataire
Date d'inscription : 02/08/2009

MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   Jeu 6 Aoû - 19:29


Abel ouvrit la porte d'entrée pour que l'avocat quitte les lieux. Visiblement cette discussion n'avait pas été vaine puisque l'homme allait réfléchir aux termes du contrat. Abel semblait aussi avoir apprécié la compagnie de Kimura et même si celui-ci ne le montrait pas, c'était réciproque. Le brun avait un réseau social très restreint et il parlait peu avec les hommes de Tatsuki. Hormis son patron, Kano et Ren qui étaient les plus capables de parler des affaires du clan, il ne parlait quasiment pas aux autres. Et même avec ces derniers, il parlait plus affaire que vie privée. Sauf parfois avec Tatsuki.

« Dîtes-moi, est-ce que je peux vous poser une dernière question ?.. Cela n’a aucun rapport avec le port d’arme ou le penthouse. Ça concerne personnellement Tatsuki donc je comprendrais très bien que vous refusiez de me répondre. Il... Il m’a dit qu’il souhaitait épouser l’Oyabun McKeller… Juridiquement, qu’est-ce que cela leur apporterait ? »

L'avocat sourcilla. Il ne s'attendait pas à une telle question. Il ne fallait pas être devin pour comprendre que le blond était encore très affecté par sa rupture avec l'Oyabun. Il était donc normal qu'il se pose encore pas mal de question, surtout que l'origine de leur rupture était le mariage prévu par Tatsuki avec Cassandre. Kimura était au courant des desseins de son patron, mais il ne savait pas que c'était cette histoire qui avait eu raison du couple. L'avocat un peu gêné ne savait pas quoi dire...il ne savait même pas s'il devait en parler avec Abel.

« Je suis vraiment désolé de vous poser cette question mais ça m’énerve de ne pas savoir, de ne pas comprendre pourquoi… Enfin, vous voyez. »


Devant la mine décomposée du blond, l'avocat décida de dire quelques mots. Il referma donc la porte pour ne pas prendre de risque. Ils parlaient d'un sujet intime après tout et concernant la mafia.

"Je...écoutez...je comprends votre désarroi, ça ne doit pas être facile pour vous"

L'avocat compatissait au sort d'Abel. Même s'il travaillait pour la mafia, il n'avait pas perdu son âme et restait humain. Surtout qu'Abel n'était pas du milieu, c'était donc encore plus dure à comprendre pour lui. Il devait subir un train de vie qu'il n'avait pas vraiment choisi et qui ne lui était pas familier.

"Vous savez, Oyabun-sama n'est pas quelqu'un de mauvais au fond. Croyez-moi, je le connais depuis plus de 10 ans. Il a son caractère certes, mais en général il est juste... Je connais votre passé et je sais que vous connaissez un peu le milieu, même si ce même milieu vous est aussi étranger... Mais, étant père, je ne vous cache pas que je comprends son point de vue...Cet enfant à naître, vous n'imaginez même pas le pouvoir qu'il aura entre les mains. Je veux dire...les deux sont Oyabuns. Imaginez deux clans entre les mains d'une même personne. C'est un cadeau empoisonné certes, mais c'est aussi une force colossale... "

Cet enfant aurait donc des pouvoirs différents de ceux de Taakaki par exemple. Celui-ci était certes le fils d'un Endô et d'un Sugiura, mais Reira avait aucun pouvoir contrairement à Cassandre.
L'avocat essayait de justifier la position de son boss tout en restant impartial.


"Il est vrai que cette union faciliterait beaucoup de choses pour Tatsuki-sama...Mais je pense que sa priorité numéro 1 reste la sécurité et le bien-être de cet enfant. Cassandre-sama est certes une femme puissante, mais Tatsuki-sama l'est beaucoup plus...et leurs ennemis aussi.
Pour ce qui est des biens aussi, je pense également qu'une union serait préférable. Si Tatsuki-sama venait à décéder, il voudrait qu'il y ait une juste répartition de ce qu'il possède ... Bien sûr qu'il a pensé à son testament, mais parfois vous savez, il peut y avoir des contestations et de la paperasse inutile. Je pense que le principal est qu'il reconnaisse cet enfant, et il le fera qu'elle le veuille ou non. Je crois aussi qu'au fond, il veut veiller sur Cassandre parce qu'elle est celle qui lui a donné cet enfant. Même s'il ne lui a jamais dit, il la respecte. Je sais qu'il est maladroit pour montrer ce qu'il ressent, mais je suis sûr qu'il vous aime au fond...
Ce n'est qu'un mariage de convenance monsieur Saalfield, rien de plus. Je suis bien placé pour savoir qu'un enfant a besoin de ses deux parents, surtout au cours de ses premières années... Mon enfant m'a eu deux ans auprès de lui et je sais qu'il a été heureux...mais depuis que je suis parti, même si je vois ma famille régulièrement, je sais qu'elle n'est plus heureuse depuis qu'elle n'a plus son père et sa mère sous le même toit...enfin...vous voyez..."


Kimura s'était un peu laissé aller en débordant sur sa vie privée, mais il voulait être clair avec Abel. La garde partagée n'était pas toujours ce qu'il y avait de plus équilibré contrairement à ce qu'on disait. Kimura parlait par expérience...même si cela devait gêner Abel.

"Mais je tiens surtout à dire que ce mariage serait tout aussi bénéfique pour Cassandre-sama...surtout pour elle en fait... Son clan reste le troisième en ville et dans le futur, beaucoup de choses vont évoluer...et même plus vite qu'on ne le pense...Hidekazu-sama va être amené à adopter des changements radicaux...Tatsuki-sama est celui qui subit le plus malgré les apparences...bref, je suis désolé si je n'ai pas répondu à toutes vos questions. Oyabun-sama serait le mieux placé pour en parler...
Je me suis un peu éparpillé mais je ne veux pas que Tatsuki-sama soit entièrement vu comme étant le responsable de la situation. Sachez qu'il prend souvent des décisions à contre-coeur, et je pense que celle-ci a été la pire qu'il ait pris de sa vie. Toute sa vie, il a dû penser aux autres avant lui-même...Et son clan passe avant son propre bonheur..."

Kimura un peu gêné s'arrêta.

"Je vous en ai trop dit concernant le clan, mais pas assez contrairement à ce que Tatsuki-sama aurait pu vous dire. Si un jour vous sentez le besoin d'avoir de vraies réponses, adressez-vous à lui si un jour le courage vous vient ...c'est le meilleur conseil que je puisse vous donner..."

Il ne savait pas s'il avait répondu aux questions de son interlocuteur, mais il espérait qu'il soit un peu plus soulagé. Peut-être qu'il comprenait un peu mieux son ex-amant, ou alors, peut-être que c'était pire maintenant. Akatsuki n'avait pas de parti pris, mais pour lui, la meilleure décision était celle de Tatsuki.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Visite professionnelle (Abel, Kimura) TERMINE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Formation professionnelle: 30000 jeunes cibles
» Visite au musée archéologique du Val d''Oise.
» visite chez le gynéco
» salle de visite médicale n°3 infirmière Noeliana
» Que pensez-vous de la visite du President Iranien à Columbia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Les Quartiers Résidentiels :: Les Lofts :: Loft d'Abel Saalfield-
Sauter vers: