Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Jeu 24 Sep - 14:07

Les deux premières questions posées se passèrent très bien, et même mieux que la jeune femme ne l'espérait. C'était certes, un jeu stupide, mais il n'avait pour unique but que de détendre l'atmosphère bien trop pesante à son goût. Abel répondit gentiment à la question que l'américaine lui avait posé, avant d'interroger à son tour Izumi. Bien sûr, ce dernier avait fait à sa guise, face au dilemme que lui imposait Abel.

« Izumi, action ou vérité ? Ma question est celle-ci : quel métier exercez-vous ? Si vous n’y répondez pas… vous devrez monter sur la table et danser sur la musique qui passe. »

Le punk avait alors prit un air scandalisé à l'écoute de cette question, et lança, d'un jet:

« - Vous ne vous rendez pas compte de ce que vous me demandez là ? Mon métier... c'est un sujet sensible... mais bon, puisque c'est vous, je peux bien l'avouer : en fait, je bosse pour la mafia en indépendant, je prévois de monter ma propre affaire... et comme ça suffit pas toujours je fais escort-boy pour boucler mes fins de mois. »

Le mensonge était tellement drôle, que la jeune femme manqua de s'étouffer en riant. Si le punk avait été dans la mafia, nul doute qu'elle l'aurait repéré et que ses hommes l'en aurait informé. D'un autre côté, elle ne savait pas si elle devait y voir un rapprochement avec ses propres affaires, ou si Izumi avait lancé cela sans arrière pensées. Après tout, seul Abel connaissait le vrai statut de Cassandre. Quand à l'imaginer en escort-boy... La jolie blonde réfréna ses éclats de rire, et se concentra de nouveau sur la partie, un immense sourire sur les lèvres. Le show d'Izumi n'était pas terminé, et elle se demandait ce qu'il pouvait encore leur préparer.

« - Vous aurez peut-être repéré quelques incohérences dans ma réponse... mais c'est normal, tout cela n'était qu'un odieux mensonge. Je suis un homme d'action moi, me voilà donc bon pour une petite danse sur la table. Et... au passage, le jeu de mots carrément minable c'était exprès. »

Et le voilà qui sautait à pieds joints sur la table après avoir débarrassé cette dernière, prête à leur effectuer n'importe quelle danse. C'était bien Izumi. Il n'avait peur de rien, et c'est ce qui plaisait énormément à la jeune femme. Ses deux amis étaient bien différents l'un de l'autre, mais tout deux avaient des qualités particulières et indéniables. Abel était un homme d'une maturité, d'une sagesse et d'une générosité exceptionnelle. Les deux blonds se comprenaient parfaitement dans plusieurs domaines. De l'autre côté, Izumi incarnait l'insouciance, le défi, la vie. Tout ce qu'elle n'avait plus depuis longtemps. En sa compagnie, Cassandre présentait un caractère indéniablement plus joyeux et heureux. Quoiqu'il en soit, elle ne les aurait échangé pour rien au monde.
Le jeune punk lui tendit la télécommande de la chaine Hi-Fi, et lui demanda de choisir au hasard une station radio pour qu'il puisse danser dessus.

« - Je vais corser un peu le challenge; vous permettez ? Princesse, je te met à contribution. Je vais te demander un numéro au hasard qui pourrait être celui d'une fréquence radio, j'allumerais ensuite le poste sur la station que te m'auras ainsi indiqué et peu importe le genre de musique, je danse dessus. Si t'es un peu sadique tu peux même me donner le numéro d'une station dont tu sais que la musique est en général peu appropriée pour la danse... sinon on laissera faire le hasard. »

La jeune femme n'écoutait que très peu la radio, et ne connaissait donc pas les numéros de stations. Elle en énonça un au hasard, et appuya sur le bouton de la télécommande. La touche pour la station pré-enregistrée diffusa alors un air de country dans toute la pièce. Cassandre retourna s'asseoir aux côtés d'Abel, sans émettre un léger rire cristallin. Elle avait hâte de voir de quelle façon s'en sortirait son ami.

La prestation fut des plus... intéressantes, le jeune homme se déhanchant avec une sensualité torride sur la petite table. Cassandre se couvrit un moment les yeux, pour être sûre, en les ouvrant de nouveau, qu'elle ne rêvait pas. Il déboutonna alors sa chemise, et la lança à son public. La jeune femme éclata de rire en la recevant sur la tête. Elle avait l'impression d'être une groupie en extase devant son chanteur préféré. Izumi était décidément en grande forme ce soir. Une fois son show terminé, il arrêta la radio et se tourna vers son public, qui applaudit, saluant le spectacle. L'américaine était aux anges. Finalement, la soirée reprenait une tournure qui lui convenait beaucoup plus. Elle rendit sa chemise à son chevalier servant, qui prit place en face d'eux. Il lança alors, avec un sourire espiègle:

« - Maintenant, si je me trompe pas, c'est au tour de notre Princesse de se soumettre à son petit jeu. Mais vous inquiétez pas Abel, j'ai déjà une ou deux idées en réserve pour vous. »
« - Cassy... action ou vérité ? Comme question : as-tu déjà fait un rêve... compromettant dirais-je, incluant Abel ou moi-même ? Sinon, en action je te propose d'aller frapper à la porte de la chambre d'à côté pour demander à ses occupant s'ils dorment. »


Cassandre eut un charmant rire à l'entente de la question. Elle aurait du se douter qu'Izumi lui poserait une question de cet ordre, même si cette dernière était encore des plus sages. La jeune femme sourit, et toisa Izumi, puis, déclama, faussement lasse:

« Ah que veux-tu? Visiblement, je suis démasquée! », puis, avec plus de fougue: « Mais il est évident très cher Izumi que je ne pense qu'à vous, et que mes rêves débordent de sensualité et de charme! Je te vois toutes les nuits me rendre visite dans ton petit short, tandis qu'Abel me tartine le corps de chocolat! »

Elle s'arrêta, eut un petit sourire en coin, et joua alors le jeu d'Izumi:

« Comme vous pouvez le constater, il y a quelques « incohérences dans ma réponse ». Je vais donc de ce pas m'enquérir du bon sommeil de mes voisins! »

La jeune femme se leva, passa une main dans ses cheveux, et traversa la chambre avec beaucoup d'élégance. Elle ouvrit grand la porte, afin que ses compagnons puissent assister à son gage, et frappa à la première porte qui se présenta devant elle. Elle frappa avec insistance contre le bois, jusqu'à ce qu'un homme, visiblement agacé et fatigué vienne ouvrir. En peignoir, il observa la superbe jeune femme qui lui faisait face et arqua un sourcil. Cassandre lui fit alors son plus sourire et demanda alors, ingénue:

« Pardonnez moi de vous déranger à cette heure si tardive Monsieur, mais la direction de l'hôtel m'a expressément envoyé vous voir pour savoir si vous dormiez. Vous dormiez, n'est-ce-pas, Monsieur? »

Le type en question eut l'air surpris de la question, eut un mouvement de recul, et grommela quelque chose en se tenant à la porte:

« Bien sûr qu'j'dormais.. Pourquoi, y a un truc qui ne va pas avec cette chambre? »

« Oh non, non, pas du tout... Ne vous inquiétez de rien. C'est juste qu'à chaque fois, les clients qui viennent dans cette chambre, se plaignent le lendemain de ne pas avoir très bien dormi. Il paraît qu'ils entendent des choses étranges, comme des bruits d'ongles griffant le mur, ou des gémissements. Les bruits se déclenchent généralement à cette heure-ci, selon les dires de nos clients.... Mais vous n'entendez rien de tout cela, n'est ce pas? »

« Excusez-moi, mais je crois que vous avez un problème Mademoiselle... Mais il s'est passé quoi dans cette chambre? »

« Oh! Une histoire terrible... Mais il est un peu trop tard pour que je vous la conte. Vous risqueriez de faire quelques cauchemars... Surtout si vous me dîtes que vous dormez bien ici... Allez, je ne vais pas vous embêter plus que cela Monsieur... Très bonne nuit... »

Elle s'inclina alors poliment devant l'homme, qui, toujours aussi décontenancé, referma doucement la porte de la chambre. Nul doute qu'avec les bobards de Cassandre, il ne risquait plus de très bien dormir. Ce n'était pas très gentil, mais c'était amusant. Et puis, c'est lui qui l'avait cherché. Les mots lui étaient venus tout seuls aux lèvres. Elle retourna auprès de ses amis, avec un petit sourire satisfait, et ferma la porte derrière elle. Enjouée, elle demanda:

« Alors? Qu'avez vous pensez de tout cela? Désolée, je n'ai pas pu m'empêcher de lui raconter n'importe quoi. Il avait un air tellement hagard que je le sentais prêt à croire tout ce que je lui dirais! »

Elle se dirigea vers le petit salon, but une grande gorgée de jus d'oranges, et se tourna vers les deux hommes.

« Bon, c'est à mon tour de vous interroger... Tiens, j'en ai une pour vous deux.... Alors, si vous étiez tout les deux hétéros, quel serait votre type de femme? Sinon, j'attends de votre part un combat de pouces, et celui qui gagne à le droit de... mmmh.... de passer son tour! »

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Mar 29 Sep - 16:37

« - Vous ne vous rendez pas compte de ce que vous me demandez là ? Mon métier... c'est un sujet sensible... mais bon, puisque c'est vous, je peux bien l'avouer : en fait, je bosse pour la mafia en indépendant, je prévois de monter ma propre affaire... et comme ça suffit pas toujours je fais escort-boy pour boucler mes fins de mois. »

Abel sourit légèrement à la réponse donnée par Izumi, contrairement à Cassandre qui s’empêchait d’éclater de rire. Cette idée de métiers était assez drôle mais c’était le mot « mafia » qui dérangeait le blond. Il en avait assez d’en entendre parler. Cela faisait plus d’un an et demi qu’il était mêlé de loin à ce monde, d’abord comme tueur à gage indépendant puis comme amant d’un Oyabun. Et, ce n’était pas parce qu’il avait rompu avec Tatsuki que cela allait s’arrêter. Maintenant, il était l’un des meilleurs amis d’un autre Oyabun, Cassandre. En connaissant un peu la mafia, il pouvait dire sans hésitation que l’histoire d’Izumi ne tenait pas debout. De toute façon, si le punk avait vraiment travaillé pour la mafia, il aurait sûrement été au courant. Un homme comme ce jeune déluré ne passait pas inaperçu dans le milieu. Par contre, concernant le métier d’escort-boy, cela pouvait être plausible. Izumi avait des idées si étranges que cela ne choquerait pas.

« - Vous aurez peut-être repéré quelques incohérences dans ma réponse... mais c'est normal, tout cela n'était qu'un odieux mensonge. Je suis un homme d'action moi, me voilà donc bon pour une petite danse sur la table. Et... au passage, le jeu de mots carrément minable c'était exprès. »

Pour être un jeu de mots « carrément minable », ç’en était un mais Abel ne fit aucune remarque. Il regarda en silence Izumi se lever et retirer verres et bouteilles de la table pour les poser autre part, là où il ne risquerait pas de les renverser. Le punk monta ensuite sur la table basse qui servirait de scène improvisée. Ainsi il allait vraiment se ridiculiser et accomplir l’action que lui avait demandée Abel. Répondre à la question aurait été plus facile. Le blond n’aurait jamais osé accepter de faire cette danse, trop sage pour cela. Encore une fois, il se rendait compte qu’Izumi était quelqu’un de bien extraverti et qu’ils étaient pratiquement des opposés tous les deux. S’il n’y avait pas eu Cassandre pour les présenter, nul doute qu’ils ne se seraient sûrement jamais adressé la parole. Izumi était sympathique dans son genre et drôle mais pas le genre d’hommes qu’appréciait énormément Abel, ou alors juste en simple connaissance ou ami, pas plus.

« - Je vais corser un peu le challenge; vous permettez ? Princesse, je te mets à contribution. Je vais te demander un numéro au hasard qui pourrait être celui d'une fréquence radio, j'allumerais ensuite le poste sur la station que te m'auras ainsi indiquée et peu importe le genre de musique, je danse dessus. Si t'es un peu sadique tu peux même me donner le numéro d'une station dont tu sais que la musique est en général peu appropriée pour la danse... sinon on laissera faire le hasard. »

Izumi était vraiment fou. Non seulement il acceptait le défi mais il voulait le corser encore plus en laissant le choix du style de musique à Cassandre. La future maman ne fut pas contre, prit la télécommande et appuya sur un bouton. Le poste de radio chercha durant quelques secondes la station préenregistrée avant de laisser s’élever dans la pièce un air de country. Il n’y avait sûrement pas pire que de danser sur ce genre de musique. Abel sourit, amusé par ce choix volontaire ou non de la part de Cassandre, puis la laissa s’installer près de lui pour admirer la danse d’Izumi. Le punk, loin de se dégonfler, commença à se trémousser sur la table au rythme de l’air country. Il se débrouillait pas mal et rendait même cette musique quelque peu ringarde très sexy. Abel appréciait le spectacle et n’en perdit pas une miette, tout comme Cassandre. Les deux blonds s’amusaient à voir leur ami se déhancher de la sorte devant eux. Et, puisque cela ne semblait pas encore assez pour Izumi, le jeune homme retira sa chemise et la jeta sur son public composé de deux personnes. Ce fut Cassandre qui la reçut. La musique prit ensuite fin et le punk arrêta le poste de radio avant de s’asseoir sur la table, faisant ainsi face aux deux têtes blondes.

« - Satisfaits ? »

« J’avoue, c’était pas mal. »
avoua Abel en applaudissant un peu.

« - Maintenant, si je me trompe pas, c'est au tour de notre Princesse de se soumettre à son petit jeu. Mais vous inquiétez pas Abel, j'ai déjà une ou deux idées en réserve pour vous. »

Le sourire d’Abel se crispa un peu en entendant cela. Il redoutait les questions et les actions qu’on pourrait lui donner, surtout venant d’Izumi. Le punk ne semblait pas manquer d’idées farfelues. Le grand blond était même sûr que, sans gêne comme il était, le brun ne se gênerait pas de poser des questions intimes et de lancer des défis gênants. Entre action ou vérité, Abel choisirait sûrement vérité, ne voulant pas se ridiculiser mais… il y avait certainement quelques questions auxquelles il aurait du mal à répondre. Il n’était pas aussi ouvert qu’Izumi. Lorsque l’on abordait certains sujets, il ne se sentait pas très à son aise. Enfin, il verrait bien ce que le punk lui réservait. Il n’allait pas commencer à redouter des questions ou des actions qu’il n’aurait peut-être pas. Et puis, c’était au tour de Cassandre de se soumettre à son petit jeu enfantin.

« - Cassy... action ou vérité ? Comme question : as-tu déjà fait un rêve... compromettant dirais-je, incluant Abel ou moi-même ? Sinon, en action je te propose d'aller frapper à la porte de la chambre d'à côté pour demander à ses occupants s'ils dorment. »

« Ah que veux-tu? Visiblement, je suis démasquée!.. Mais il est évident très cher Izumi que je ne pense qu'à vous, et que mes rêves débordent de sensualité et de charme! Je te vois toutes les nuits me rendre visite dans ton petit short, tandis qu'Abel me tartine le corps de chocolat!.. Comme vous pouvez le constater, il y a quelques « incohérences dans ma réponse ». Je vais donc de ce pas m'enquérir du bon sommeil de mes voisins! »

Abel ne put s’empêcher de pouffer de rire en entendant la réponse de Cassandre. Il visualisait très bien la scène et c’était vraiment… grotesque. Néanmoins, l’idée du chocolat lui plaisait bien. On pouvait même dire que c’était l’un de ses fantasmes. Par contre, même si la jeune Américaine était une très belle femme, Abel préférait le faire avec un homme. Il serait ainsi plus impliqué dans ce qu’il faisait. Mais, ce n’était pas le moment d’avoir ce genre de pensées. Amusé de voir que Cassandre aussi ne souhaitait pas céder à la facilité, Abel se leva et la suivit jusqu’à la porte de la chambre pour la voir exécuter son défi. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il la vit frapper à la porte de leur voisin de chambre d’en face. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle ait autant de culot. Elle était bien loin de l’image de gentille petite fille qu’Abel s’était fait d’elle. Il avait l’impression de la redécouvrir ce soir. Peut-être que la présence d’Izumi n’y était pas étrangère.

Un homme ne tarda pas à ouvrir, visiblement agacé puis surpris de voir une belle blonde sourire aux lèvres lui faire face. Cassandre commença à lui parler et Abel admit qu’elle s’y prenait à merveille et était très drôle. Le pire, ce fut que l’homme se fit avoir par l’histoire surnaturelle que lui sortit la belle Oyabun. Des bruits d’ongles griffant le mur et des gémissements… Cela faisait froid dans le dos, surtout de la façon dont le racontait Cassandre. Mais, lorsque l’homme demanda ce qui avait bien pu se passer dans cette chambre pour que ce genre de manifestations se produise, la belle blonde répondit juste qu’il risquait de faire des cauchemars s’il le savait. Nul doute que maintenant, il allait avoir du mal à dormir le pauvre… Mais qu’est-ce que c’était drôle ! Cassandre lui souhaita tout de même une bonne nuit puis rejoignit ses deux compagnons dans la chambre, laissant le pauvre homme tenter de se rendormir.


« Alors? Qu'avez vous pensez de tout cela? Désolée, je n'ai pas pu m'empêcher de lui raconter n'importe quoi. Il avait un air tellement hagard que je le sentais prêt à croire tout ce que je lui dirais! »

« Le pauvre, il ne va pas réussir à refermer l’œil de la nuit avec ce que tu lui as raconté… »

« Bon, c'est à mon tour de vous interroger... Tiens, j'en ai une pour vous deux.... Alors, si vous étiez tous les deux hétéros, quel serait votre type de femme? Sinon, j'attends de votre part un combat de pouces, et celui qui gagne à le droit de... mmmh.... de passer son tour! »

Ça, c’était une bonne question. Abel ne s’y attendait vraiment pas. S’il avait été hétéro, quel aurait été son type de femmes ? Sans doute le même que le type d’hommes qu’il aimait, c’est-à-dire calme, doux, compréhensif… Bref, quelqu’un de facile à vivre. Cela ne ressemblait pas vraiment à Tatsuki mais, concernant l’Oyabun, les sentiments s’en étaient mêlés. Le blond avait appris que l’on pouvait tomber amoureux d’une personne qui ne correspondait pas forcément aux critères du genre que l’on aimait. L’amour était imprévisible et faisait souffrir. Ça aussi Abel l’avait compris. Il ne voyait pas pourquoi tant de personnes désiraient le vivre. Il était vrai qu’il avait vécu de très bons moments avec Tatsuki, les meilleurs de sa vie sûrement, mais il avait beaucoup souffert aussi…

« Tu ferais partie du genre de femmes qui me plairait à mon avis Cassandre. » avoua enfin Abel, sincère. « Tu es très belle, intelligente, tu sais être calme et t’amuser aussi, tu as ce petit côté fragile que j’aime beaucoup chez toi mais tu sais te montrer forte lorsqu’il le faut… »

Abel ponctua ses paroles par un tendre sourire. C’était un peu une déclaration qu’il venait de faire mais il était sincère. S’il avait été hétéro, il serait sûrement tombé sous le charme de Cassandre, plus qu’il ne l’était en ce moment. Il tenait énormément à la jeune femme. Il la voyait vraiment comme sa petite sœur. Elle avait l’air fragile et on avait envie de la protéger. C’était d’ailleurs ce qu’avait fait le grand blond avec Jack. Il avait remarqué que le futur ex-mari de la belle Américaine pouvait être un danger pour elle et le bébé. Il s’en était donc occupé, non sans mal d’ailleurs. Mais il ne le regrettait pas, bien au contraire. S’il n’était pas intervenu et n’avait pas remis à sa place cet imbécile d’acteur hollywoodien, peut-être que celui-ci s’en serait pris physiquement à Cassandre.

« Hmm, et vous Izumi ? Quel aurait été votre type de femmes ?.. A moins que vous ne préfériez vous mesurez à moi lors d’un combat de pouces ? Je vous préviens tout de suite, c’est jusqu’à ce que mort s’en suive, d’accord ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Ven 9 Oct - 1:43

Izumi s'amusait comme un gamin avec cette partie d'action ou vérité, il se prêtait volontiers au jeu, et riait intérieurement de l'expression d'Abel face à ses choix qu'il trouvait sans doute inutilement téméraires. L'homme en blanc avait visiblement du mal à se laisser aller à de tels enfantillages, ou n'en avait tout simplement pas envie.
Le brun n'était pas encore complètement demeuré, il comprenait parfaitement la réserve de son acolyte. Comprenait mais n'adhérait pas pour autant.
Le blond avait apparemment eut à faire face à quelques ennuis des plus déplaisants au cours de cette soirée, il n'était certainement pas d'humeur pour de pareilles sottises. C'était parfaitement concevable. Mais, d'un autre côté, Izumi avait l'impression, peut-être à tort, qu'Abel ne se serait pas pleinement prêté au jeu même si les circonstances avaient été différentes.
Cassandre au contraire suivit l'exemple du jeune punk (bon ou mauvais exemple, ça c'est une affaire de point de vue). Elle entrepris de raconter un de ses supposés rêves érotiques incluant ses deux chevaliers servants; une vague histoire de mini short et de tartines de chocolat. Le tout était quelque peu bancal, aussi, s'empressa-t-elle d'ajouter, sourire espiègle au coin des lèvres :


« Comme vous pouvez le constater, il y a quelques « incohérences dans ma réponse ». Je vais donc de ce pas m'enquérir du bon sommeil de mes voisins! »


Le mécanicien nota la référence faite à sa propre réplique mais ne s'attarda pas là dessus, plus intéressé par la seconde partie dans laquelle la miss acceptait de relever son défi. La jolie blonde savait se défaire des convenances et saisir les possibilités de divertissement; de telles occasions ne se présentaient sans doute pas souvent dans sa vie quotidienne, elle profitait donc de ces quelques rares instants de répit qui lui étaient offerts.

Sans plus attendre, la belle princesse, d'un pas décidé, traversa la pièce, ouvrit la porte en grand, et sortit dans le couloir, entreprenant d'aller vérifier si les occupants de la chambre située face à celle investie par le trio avaient réussi à trouver le sommeil. Elle frappa à la porte et un homme vint lui ouvrir. A l'allure qu'il avait, Izumi déduisit qu'il devait probablement dormir avant l'intervention de la jolie blonde. Le brun esquissa un sourire.
Contre toute attente Cassandre ne s'arrêta cependant pas là, elle s'appliqua à accomplir le gage qui lui avait été attribué en le rendant le plus désopilant possible... enfin... désopilant... surtout pour Abel et Izumi qui regardaient la scène depuis la chambre du blond, totalement hilares, car pour le pauvre homme qui s'entendait conter par la belle princesse un récit digne des légendes urbaines les plus angoissantes les faits étaient sans doute beaucoup moins drôles. C'était le genre de fables que l'on écoute d'une oreille, un air méprisant inscrit sur le visage, en se demandant quel imbécile pourrait bien croire de telles conneries, mais qui au final fait que l'on se retrouve à vérifier quatre ou cinq fois que l'on a fermé la porte à double tour, et que l'on va se mettre à tressaillir au moindre bruit.
Il y en avait un qui n'allait plus fermer l'oeil de la nuit et qui ne réserverait probablement plus jamais de chambre dans cet hôtel...

De leur côté, les deux camarades de l'espiègle demoiselle qui montait des histoires de fantômes au voisin de chambre étaient littéralement écroulés de rire.
A ce sujet, Izumi, plutôt observateur mais ayant de légères tendances à la paranoïa, se permis de remarquer la différence flagrante d'attitude que démontrait Abel. Le brun prenait parti de choisir à la fois action et vérité tout en corsant au maximum le challenge il se voyait alors gratifier d'une expression qui semblait révéler qu'on le considérait comme bon à interner; Cassandre entreprenait la même chose l'affaire était au contraire comique et des plus plaisantes.
Il faut croire que beaucoup de choses passent mieux présentées par une blonde incendiaire.
Le punk se questionna l'espace d'un moment, se demandant ce qu'il avait pu faire pour froisser ainsi Abel, qui depuis le petit accrochage survenu plus tôt avait manifestement changé de comportement à son égard. Il n'en était quand même pas resté à cet incident ? Si ?

Bref... ça n'était ni le moment ni le lieu pour créer des motifs de querelle. Izumi prit donc sur lui, et pour une fois dans sa vie ferma sa grande gueule. Mais il y avait fort à parier que cela ne durerait pas.


« Alors? Qu'avez vous pensé de tout cela? Désolée, je n'ai pas pu m'empêcher de lui raconter n'importe quoi. Il avait un air tellement hagard que je le sentais prêt à croire tout ce que je lui dirais! »


Commenta alors Cassandre.

Revenant ainsi à des préoccupations plus légères, le mécanicien passa son bras autour des épaules de sa princesse.


« - Mission accomplie ma belle, et au-delà de mes espérances. Très bonne initiative ce scénario de film d'horreur. Le type va bien flipper tout le reste de la nuit... dommage qu'on puisse pas voir ça. »


Il termina ses félicitations dans un éclat de rire.
Puis, regagnant un peu de sérieux, il écouta attentivement ce qu'avait à proposer la jeune femme pour la suite des festivités.


« Bon, c'est à mon tour de vous interroger... Tiens, j'en ai une pour vous deux.... Alors, si vous étiez tout les deux hétéros, quel serait votre type de femme? Sinon, j'attends de votre part un combat de pouces, et celui qui gagne à le droit de... mmmh.... de passer son tour! »


Abel répondit assez rapidement à la question. Le brun eut quand à lui besoin d'un temps de réflexion plus long.


« Tu ferais partie du genre de femmes qui me plairait à mon avis Cassandre. Tu es très belle, intelligente, tu sais être calme et t’amuser aussi, tu as ce petit côté fragile que j’aime beaucoup chez toi mais tu sais te montrer forte lorsqu’il le faut… »


La réponse du blond paraissait des plus franches. Cela ressemblait trait pour trait à une de ces grandes déclarations romantiques qui auraient sonné bien faux dans la bouche de notre punk.


« Hmm, et vous Izumi ? Quel aurait été votre type de femmes ?.. A moins que vous ne préfériez vous mesurer à moi lors d’un combat de pouces ? Je vous préviens tout de suite, c’est jusqu’à ce que mort s’en suive, d’accord ? »


Lança alors l'homme en blanc, arrachant le mécanicien à une profonde réflexion.
Un rictus narquois investit brièvement les lèvres du brun.


« - Un combat de pouces dont l'enjeu serait un peu de tranquillité durant un tour ? Sauf ton respect, Princesse, je trouve ça idiot. Je suis pas là pour passer mon tour; ça m'intéresse pas. Abel, si ça vous arrange comme ça vous pouvez considérer que je déclare forfait et que vous gagnez par abandon. »


Fidèle à lui même, Izumi allait jusqu'au bout de ce qu'il entreprenait. Il ne s'était pas donné la peine de s'investir dans le jeu proposé par Cassandre pour ensuite saisir la moindre occasion d'échapper aux éventuels aspects dérangeants que cela pouvait avoir. Libre au blond d'adopter la stratégie qui lui convenait le mieux, et de passer son tour si ça lui faisait plaisir. L'homme en blanc devait redouter les questions ou actions que le punk allait décider de lui soumettre.
D'ailleurs, si le jeune mécanicien se fiait à son intuition première, son camarade n'avait absolument aucune intention de ''s'abaisser'' à accomplir les actions ''ridiculisantes'' proposées par les deux autres.
Le match valait-il encore la peine d'être joué si on partait de ce type de postulat ?
Encore une fois il s'agissait d'une affaire de point de vue.

Mais plutôt que s'éterniser encore là dessus Izumi chercha plutôt une réponse à l'interrogation posée par Cassandre.
Son genre de femme s'il avait été hétéro ? Il ne s'était jamais vraiment pris la tête à essayer d'apporter une réponse à cette question existentielle. Il n'avait déjà pas de genre de mecs très défini alors un genre de femmes...
Puis, il trouvait cela complètement absurde. Alors quoi ? Maintenant il fallait dresser la liste exacte des traits de caractères et des détails précis du physiques de l'homme idéal ?
L'homme idéal ça n'existe pas de toute façon. Ceci dit, rassurez-vous, la femme idéale est un concept tout aussi irréel.


« - N'empêche, c'est une sacré colle que tu poses là Cassy. J'ai déjà pas de genre de mec... enfin, si, le genre beau gosse qui conçois le fait que je ne lui promettrais jamais rien et que l'histoire durera certainement pas plus d'une ou deux nuits... Alors si j'étais hétéro... bah plus ou moins ça serait la même chose je pense. »


Murmura finalement le jeune homme sans regarder un instant son interlocutrice, plus comme s'il s'adressait ces paroles à lui même; constat blasé d'une réalité sordide.
Il n'avait pas toujours été comme ça, abordant ces sujets avec une telle distance, de l'indifférence presque. Énonçant froidement le fait qu'en l'état actuel des choses il lui était impossible de s'attacher à quelqu'un et d'établir une vraie relation.
Soudain, il se reprit et compléta quelque peu sa réponse.


« - Y a bien un truc en fait... Mon type de femme ça serait le genre qui saurait me tenir tête. Quelqu'un qui dit amen à tout sans réfléchir ça m'énerverais. Après le but c'est pas non plus qu'elle me contredise pour tout et n'importe quoi, ça ce serait juste débile. »


Évidemment, ce critère était valable aussi pour les hommes, mais là n'était pas l'objet de la question.
C'était à présent au tour d'Izumi de proposer aux deux autres quelques petits défis.
Et ce tour là aussi allait se dérouler comme les précédents ? Abel choisissant la solution de facilité en se contentant de révéler une vérité par obligation vis-à-vis des règles du jeu, pendant que le jeune punk et la princesse seraient encore une fois les seuls à vraiment s'investir ?
Bien sûr, il ne pouvait, et ne voulait, forcer le blond à rien, mais il aurait été tout de même plus amusant qu'il se prête également au jeu.

Izumi avait déjà son idée sur ce qu'il allait demander à ses deux acolytes, aussi il ne les fit pas attendre inutilement et lança l'ultimatum, ne parvenant pas à réprimer ce sourire qu'il avait toujours lorsqu'il était plutôt content de lui et d'une de ses nouvelles trouvailles.


« - Alors... Cassandre, Abel, je propose à qui le voudra bien d'appeler le service d'étage pour leur demander de nous ramener une boîte de capotes et une paire de menottes. Je sais, les menottes j'en ai déjà sur moi mais ils sont pas censé savoir, puis on s'en fout en fait. Sinon, la question : quelle heure est il ? ... Je vous assure y a pas de piège. »


Effectivement il n'y avait aucun piège dans l'interrogation idiote énoncée par Izumi, mais ce n'était pas innocent pour autant.


« - Non, je vous assure, je ne suis pas plus débile que tout à l'heure, je suis juste curieux. Particulièrement curieux de voir, Abel, si vous êtes prêt à prendre des risques juste pour le fun, ou si vous décidez de passer votre tour puisque vous en avez la possibilité. Parce que depuis le début de la soirée vous m'êtes bien sympathique, au petit détail près que le balais d'habitude c'est pas là que ça se range. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Lun 19 Oct - 17:54

A la question que posa Cassandre, Abel fut le premier à y répondre, avec une franche et chaleureuse sincérité:

« Tu ferais partie du genre de femmes qui me plairait à mon avis Cassandre. Tu es très belle, intelligente, tu sais être calme et t’amuser aussi, tu as ce petit côté fragile que j’aime beaucoup chez toi mais tu sais te montrer forte lorsqu’il le faut… »

La réponse du beau blond eut de quoi surprendre la jeune femme. Elle ne s'attendait pas à de tels compliments, car c'était bien en ce sens qu'il fallait le comprendre. L'américaine fut profondément émue par cet aveu. Elle prit alors avec douceur la main de son ami et pressa légèrement la paume d'Abel contre la sienne, gratifiant ce geste tendre d'un sourire gracieux. Dans un demi-souffle, elle murmura alors à l'attention du jeune homme, un timide « Merci ».
Abel détourna son regard de celui de la demoiselle, et le posa sur le punk pour lui demander quelle était sa propre réponse:

« Hmm, et vous Izumi ? Quel aurait été votre type de femmes ?.. A moins que vous ne préfériez vous mesurer à moi lors d’un combat de pouces ? Je vous préviens tout de suite, c’est jusqu’à ce que mort s’en suive, d’accord ? »

Le blondinet se montrait plus enjoué, plus taquin envers Izumi, et il semblait que l'ambiance avait retrouvé une certaine sérénité. Un rictus s'étala sur les lèvres du brun, qui lança alors:

« - Un combat de pouces dont l'enjeu serait un peu de tranquillité durant un tour ? Sauf ton respect, Princesse, je trouve ça idiot. Je suis pas là pour passer mon tour; ça m'intéresse pas. Abel, si ça vous arrange comme ça vous pouvez considérer que je déclare forfait et que vous gagnez par abandon. »

La jeune femme haussa les épaules dans un sourire, indiquant par là qu'elle n'y voyait aucun inconvénient. Ce n'était là, qu'un jeu dont les règles pouvaient être modifiées sans problème. Izumi mit un certain temps, néanmoins, à répondre à cette question. Visiblement, Cassandre venait de lui poser une question à laquelle il n'avait pas l'habitude de répondre. Au bout d'un moment, il lâcha:

« - N'empêche, c'est une sacré colle que tu poses là Cassy. J'ai déjà pas de genre de mec... enfin, si, le genre beau gosse qui conçois le fait que je ne lui promettrais jamais rien et que l'histoire durera certainement pas plus d'une ou deux nuits... Alors si j'étais hétéro... bah plus ou moins ça serait la même chose je pense. »

Cassandre resta un instant interloquée par cette confidence, et se sentit mal à l'aise. Elle perçut à travers ces quelques phrases, toute l'amertume qui habitait son ami. La jeune femme frissonna un instant et détourna les yeux d'Izumi. L'homme reprit bientôt la parole, avec un peu plus d'émotions que précédemment:

« - Y a bien un truc en fait... Mon type de femme ça serait le genre qui saurait me tenir tête. Quelqu'un qui dit amen à tout sans réfléchir ça m'énerverais. Après le but c'est pas non plus qu'elle me contredise pour tout et n'importe quoi, ça ce serait juste débile. »

La réponse se voulait plus rassurante que l'autre, mais Cassandre percevait toujours une profonde plaie chez Izumi. Elle se demanda alors s'il avait toujours été ainsi, ou si quelque chose (ou quelqu'un) l'avait poussé à devenir ainsi. Au final, la jolie blonde plaignait son ami. Depuis qu'elle le connaissait, elle avait toujours perçu chez Izumi, une pointe de tristesse et de dépit. Bientôt, elle regretta d'avoir interrogé les deux hommes sur cette question. Elle se mordilla légèrement la lèvre inférieure avant de reposer son regard bleu-gris sur le punk. Le silence était retombé dans la pièce. Un silence plus pesant et plus lourd que le précédant. En tout cas, le fait que le brun recherche une femme, mais surtout un homme, qui lui tienne tête était bien le genre de son ami. Cet homme était une vraie tête brulée, et quelqu'un d'aussi libre que lui, dans ses opinions comme dans ses folies, était certain de lui plaire.

Izumi lança le nouveau défi à ses compagnons:


« - Alors... Cassandre, Abel, je propose à qui le voudra bien d'appeler le service d'étage pour leur demander de nous ramener une boîte de capotes et une paire de menottes. Je sais, les menottes j'en ai déjà sur moi mais ils sont pas censé savoir, puis on s'en fout en fait. Sinon, la question : quelle heure est il ? ... Je vous assure y a pas de piège. »

Le jeune homme arracha un sourire à la blonde demoiselle en annonçant son défi. Encore une fois, c'était une action des plus improbables et des plus folles. Néanmoins, Cassandre connaissait déjà la réponse qu'elle donnerait à cela. Avant même qu'elle n'ait le temps de dire quoi que ce soit, le punk s'adressa alors à Abel, et lui dit:

« - Non, je vous assure, je ne suis pas plus débile que tout à l'heure, je suis juste curieux. Particulièrement curieux de voir, Abel, si vous êtes prêt à prendre des risques juste pour le fun, ou si vous décidez de passer votre tour puisque vous en avez la possibilité. Parce que depuis le début de la soirée vous m'êtes bien sympathique, au petit détail près que le balais d'habitude c'est pas là que ça se range. »

La future maman baissa les yeux en rougissant. Même si ce n'était pas à elle que cela s'adressait, Cassandre ne put s'empêcher d'être gênée par une telle remarque de la part d'Izumi envers Abel. Elle n'avait pas son mot à dire là dedans. C'était une question qui se réglait entre hommes, rien de plus. La jeune femme s'effaça quelques instants avant de se décider à briser le silence. Elle consulta sa montre, et répondit au défi d'Izumi:

« Deux heures quarante-huit du matin. »

Elle leva les yeux vers ses deux amis avec un sourire timide, avant d'expliquer son geste:

« Je suis désolée Izumi, mais je ne peux vraiment pas faire ça. Les réceptionnistes de l'hôtel ont du me reconnaître, et j'ai quand même une réputation à tenir, Messieurs. Je n'ai aucune envie de voir mon nom souillé (encore une fois) par des journalistes peu scrupuleux qui auraient obtenu ces informations de la bouche d'employés en quête de rémunération pour leurs fins de mois. Alors, excuse moi Izu-chéri, si je me dégonfle pour ce tour-ci... »

Cassandre posa alors un regard encourageant sur Abel. Elle ne savait pas quelle réponse il apporterait à ce petit jeu, et espérait sincèrement que cette soirée ne tournerait pas au cauchemar, pour la deuxième fois ce soir, pour Abel. Le jeune homme réagira-t-il à la provocation du punk? Ou bien restera-t-il lui même?

[Je suis terriblement les amis pour la brièveté de ce post, et la grosse nullité de mes propos et de mon écriture... Je suis épuisée en ce moment, et je n'arrive pas à produire quelque chose de bien... Excusez-moi, encore!]

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Jeu 22 Oct - 19:19

« - Un combat de pouces dont l'enjeu serait un peu de tranquillité durant un tour ? Sauf ton respect, Princesse, je trouve ça idiot. Je suis pas là pour passer mon tour; ça m'intéresse pas. Abel, si ça vous arrange comme ça vous pouvez considérer que je déclare forfait et que vous gagnez par abandon. »

Abel ne savait pas vraiment comment il devait le prendre. Il avait en quelque sorte accepté ce stupide combat de pouces mais Izumi ne voulait pas se plier au jeu. L’excuse que trouva le punk fut que c’était tout simple idiot de vouloir passer son tour, que lorsque l’on acceptait de jouer, il fallait le faire jusqu’au bout. Le grand blond ne le voyait pas tout à fait comme cela. Il pensait plutôt que cette possibilité de passer son tour pouvait être vue comme un joker si jamais la question ou l’action qu’on lui proposait était trop intime ou ridicule. Bien sûr, ce n’était pas ce qui allait arrêter Izumi. Lui était tellement extravagant qu’il se fichait de passer pour un imbécile. C’était comme il voulait. Abel allait accepter ce joker offert par Cassandre, même s’il n’y avait aucune fierté à gagner par abandon. Il se sentait même vexé qu’on lui offre si facilement cette chance de passer son tour.

« - N'empêche, c'est une sacré colle que tu poses là Cassy. J'ai déjà pas de genre de mec... enfin, si, le genre beau gosse qui conçois le fait que je ne lui promettrais jamais rien et que l'histoire durera certainement pas plus d'une ou deux nuits... Alors si j'étais hétéro... bah plus ou moins ça serait la même chose je pense. »

Le genre d’hommes d’Izumi était en quelque sorte le même qu’avait eu Abel avant de connaître Tatsuki, et celui qui allait retrouver maintenant qu’il était de nouveau célibataire. Du moment que l’homme avait une belle gueule et avait un minimum de conversation, le tueur n’était pas contre passer la nuit avec lui. Bien sûr, les choses n’étaient pas aussi simples que cela. Par exemple, Izumi pouvait rentrer dans cette catégorie d’hommes mais il était beaucoup trop déluré et grande gueule pour Abel. De plus, il avait un caractère fort, ce qui laissait présager qu’il préférait être dominant que dominé. C’était donc impossible qu’il se passe quelque chose entre lui et le blond en fin de compte. Le seul homme à qui il s’était offert était Tatsuki et il serait le seul.

« - Y bien un truc en fait... Mon type de femme ça serait le genre qui saurait me tenir tête. Quelqu'un qui dit amen à tout sans réfléchir ça m'énerverait. Après le but c'est pas non plus qu'elle me contredise pour tout et n'importe quoi, ça ce serait juste débile. »

Izumi n’avait pas tord. Quelqu’un qui était toujours d’accord avec ce que l’on disait ou qui ne faisait aucune remarque était sans intérêt. Il fallait bien qu’il y ait quelques divergences de points de vue dans les couples, qu’il y ait quelques petites disputes pour ne pas rentrer dans la monotonie. Tatsuki et Abel s’étaient disputés à plusieurs reprises mais, lorsque cela n’avait pas été trop grave, les tensions s’étaient vite dissipées. Par contre, lorsque les disputes avaient été plus fortes, cela avait conduit à des ruptures. A la combientième étaient-ils ? Troisième ? Quatrième ? Une chose était sûre, c’était la dernière. Abel avait pensé accepter beaucoup de choses de la part de l’Oyabun mais sa tolérance avait des limites et son ex les avait très largement dépassées. Pour être franc, il avait fait très fort. Annuler leur projet de mariage, demander la main de Cassandre à la place, l’éloigner de l’enfant… Bref, sûrement tout ce qu’un homme qui n’aimait pas sincèrement aurait pu faire.

« - Alors... Cassandre, Abel, je propose à qui le voudra bien d'appeler le service d'étage pour leur demander de nous ramener une boîte de capotes et une paire de menottes. Je sais, les menottes j'en ai déjà sur moi mais ils sont pas censé savoir, puis on s'en fout en fait. Sinon, la question : quelle heure est il ? ... Je vous assure y a pas de piège. »

Abel haussa légèrement un sourcil, intrigué. Pourquoi la question était-elle si simple ? Cela devait sûrement cacher quelque chose, non ? A moins qu’on la trouve tellement simple qu’on veuille prendre l’action pour relever le niveau ? C’était ce que le blond avait bien envie de faire, même s’il se disait que ce serait tomber dans la piège d’Izumi. Appeler le service d’étage pour demander une boîte de préservatifs et des menottes ? Cela semblait faisable, bien que pas vraiment au goût d’Abel. Il se fichait de ce que la personne au bout du fil pourrait penser. On l’avait bien vu monter dans sa chambre accompagné d’une blonde incendiaire et d’un punk en mini short. Trois jeunes gens dans une même chambre à cette heure-ci de la nuit, il y avait de quoi se poser des questions, non ? Mais… C’était le fait de demander CE genre de choses qui le dérangeait un peu en fait.

« - Non, je vous assure, je ne suis pas plus débile que tout à l'heure, je suis juste curieux. Particulièrement curieux de voir, Abel, si vous êtes prêt à prendre des risques juste pour le fun, ou si vous décidez de passer votre tour puisque vous en avez la possibilité. Parce que depuis le début de la soirée vous m'êtes bien sympathique, au petit détail près que le balai d'habitude c'est pas là que ça se range. »

Abel tiqua un peu et lança sans le vouloir vraiment un regard assassin à Izumi. Il ne s’attendait pas à ce que l’ami de Cassandre lui fasse ce genre de remarque. Alors comme ça, c’était ainsi qu’il voyait le blond, avec un balai dans les fesses ? En gros, à ses yeux, Abel était un peu comme ces riches pompeux du casino qui faisaient bonne figure et qui ne se risquaient à rien de peur de donner une mauvaise image d’eux-mêmes. Bien, libre à lui de penser cela. Mais, il avait tout faux. Si Abel n’était pas aussi déluré que lui ou ne s’amusait pas comme Cassandre, c’était parce qu’il n’y parvenait pas, pas parce qu’il ne le désirait pas. Pourtant, ce n’était pas le fait de vouloir se décoincer un peu ! Il aimerait bien rigoler comme le faisaient ses deux acolytes mais ce n’était pas dans son caractère, voilà tout. Il n’allait pas se forcer pour faire plaisir aux autres et surtout à quelqu’un comme Izumi.

« Deux heures quarante-huit du matin. » finit par répondre Cassandre, sentant sûrement que des tensions commençaient à apparaître. « Je suis désolée Izumi, mais je ne peux vraiment pas faire ça. Les réceptionnistes de l'hôtel ont dû me reconnaître, et j'ai quand même une réputation à tenir, Messieurs. Je n'ai aucune envie de voir mon nom souillé (encore une fois) par des journalistes peu scrupuleux qui auraient obtenu ces informations de la bouche d'employés en quête de rémunération pour leurs fins de mois. Alors, excuse-moi Izu-chéri, si je me dégonfle pour ce tour-ci... »

La belle blonde savait être sage et c’était tout à son honneur. Elle en avait déjà suffisamment bavé au travers des médias et cela n’allait sûrement pas cesser avec ce qui se préparait. Il était donc préférable qu’on évite de dire qu’elle avait une vie de débauchée qui s’envoyait en l’air avec deux jeunes hommes et qui jouait avec eux avec une paire de menottes. Abel reconnaissait plus la Cassandre qu’il connaissait, celle qui était calme et réfléchie. Bien sûr, il aimait la voir s’amuser comme une folle avec Izumi mais il ne parvenait pas vraiment à la suivre. Lorsqu’il voyait les deux jeunes amis rire ensemble, il avait un peu l’impression de se sentir exclu, peut-être à cause de son balai dans le fondement comme le lui avait gentiment fait remarquer le punk. D’ailleurs, Abel allait répondre à sa question maintenant que Cassandre l’avait fait…

« Très bien… Quant à moi, je passe mon tour. » répondit-il en croisant les bras et en s’asseyant un peu plus confortablement dans le canapé.

Contrairement au brun, le tueur se retenait de dire ce qu’il pensait, par correction vis-à-vis de Cassandre. Si la belle Américaine n’avait pas été là, Abel l’aurait sûrement envoyé balader avant de partir. Pour qui se prenait-il ce petit con ? Ce n’était pas parce qu’il avait une grande confiance en lui-même ou quoique ce soit d’autre que cela l’autorisait à rabaisser les autres. Lorsque l’on ne connaissait pas la personne, on fermait sa grande gueule. Abel aimait prendre des risques, mais pas pour ce genre d’actions minables. Téléphoner pour avoir des capotes et des menottes, quelle action risquée dis donc. Si Izumi s’était abstenu de tout commentaire, le blond l’aurait fait. Malheureusement, il avait décidé de l’ouvrir et avait blessé et surtout énervé Abel. Le blond avait tout fait pour accepter l’ami de Cassandre mais il y avait des limites tout de même.


« Puisque j’ai passé mon tour, je pense que c’est à toi de proposer quelque chose Cassandre. »

Puisque cela ne semblait pas plaire à Izumi, Abel allait jouer la carte du gars qui déteste prendre des risques, même pour un simple jeu. Jusqu’ici, il avait fait beaucoup d’efforts, même si cela ne s’était pas vu. A quoi bon continuer si on vous critiquait ? Pour être franc, le grand blond avait bien envie de laisser tomber ce jeu et de partir. Il pouvait très bien se passer des remarques blessantes. Mais, par correction et parce que lui était poli, il ne ferait rien, du moins pas tant qu’Izumi ne soit allé trop loin. Cassandre avait envie que cette soirée soit réussie donc il allait faire des efforts, pour elle. Il n’en ferait plus pour supporter le caractère de merde du punk. Juste par vengeance, il allait continuer à jouer mais en ne prenant aucun risque. Tant pis si on ne s’amusait pas avec lui, c’était de la faute d’Izumi. Abel aurait très bien pu cette fois-ci accepter l’action des capotes et des menottes mais par principe, il ne ferait rien. Il pouvait être très borné lorsqu’il le voulait…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Dim 25 Oct - 1:12

Le moins que l'on puisse dire c'est que la dernière remarque d'Izumi avait jeté un froid.
Une atmosphère digne d'une plaine perdue quelque part au fin fond de la Sibérie en plein milieu de l'hiver. Quelque chose d'assez peu plaisant en résumé.
Ce que le brun avait lancé comme une réplique visant à stimuler quelque peu Abel et l'inciter à prendre plus d'initiatives avait apparemment été interprété d'une toute autre façon.
Au regard noir que le blond lui jeta, le jeune mécanicien comprit qu'il n'avait pas vraiment apprécié cette histoire de balai et que cela avait dû contribuer à le faire encore descendre d'un certain nombre de crans dans l'estime de l'ami de sa Princesse. Déjà qu'il ne devait pas y être bien haut placé...
Il faudrait sans doute qu'il apprenne un jour à présenter les choses de manière moins brutale. Ce qu'il avait dit à Abel, évidemment il le pensait, mais il y avait sans doute des façons plus délicates de présenter cela, et moins blessantes aussi.
Ou alors on pouvait adopter la technique du blond : garder pour soi ce type de réflexions et faire bonne figure.
Izumi était d'un tempérament trop sanguin pour poser son cul sur une chaise et se contenter de suivre les évènements sans jamais protester ni émettre aucun avis tout en affichant un sourire aussi factice que figé.

Assez rapidement, bien que cela ait parut prendre une éternité à cause de la pesanteur presque étouffante du silence qui s'était imposé dans la pièce, Cassandre tenta de calmer le jeu. Elle ne s'interposa pas entre les deux hommes. Il n'y avait de toute façon pas à s'interposer au milieu de cette sorte de guerre froide où aucun réel conflit n'avait officiellement éclaté. La jeune femme, peu désireuse d'assister à une dispute, préféra changer les idées de ses deux acolytes et les écarter de leurs différents pour les ramener à des préoccupations plus futiles.

« Deux heures quarante-huit du matin. »

Annonça-t-elle timidement.

« Je suis désolée Izumi, mais je ne peux vraiment pas faire ça. Les réceptionnistes de l'hôtel ont du me reconnaître, et j'ai quand même une réputation à tenir, Messieurs. Je n'ai aucune envie de voir mon nom souillé (encore une fois) par des journalistes peu scrupuleux qui auraient obtenu ces informations de la bouche d'employés en quête de rémunération pour leurs fins de mois. Alors, excuse moi Izu-chéri, si je me dégonfle pour ce tour-ci... »

L'entendant se justifier de la sorte, le punk fut saisi de remord. Ce qu'il avait déclaré au blond sa princesse l'avait pris pour elle; peut-être pas précisément l'histoire du balai, mais elle avait dû se dire qu'Izumi risquait de mal interpréter le fait qu'elle refuse d'accomplir l'action proposée. Elle s'était investie dans le jeu depuis le début, le jeune homme n'avait rien à reprocher à son attitude. De plus il n'était pas borné au point de ne pas vouloir comprendre que parfois certaines actions pouvaient poser problème.
Pour le coup le brun n'était pas franchement fier de lui, mais il se garda bien de le laisser entendre. Quand il était question de cacher un sentiment qui l'embarrassait il savait parfaitement faire comme si de rien n'était.

« - Ha, que veux-tu Princesse ? C'est ça la rançon de la gloire. »
Railla-t-il, adressant un sourire espiègle à Cassandre.

Il omit évidemment la partie où il était censé dire à la jolie blonde qu'elle n'avait pas à se justifier et encore moins à s'excuser. A la trappe également le moment de la réplique où il s'excusait lui même d'avoir mis la jeune femme mal à l'aise. Izumi n'avait jamais été doué pour ce genre de démonstrations. A cause de cela il passait souvent pour un rustre, mais ça n'était pas aujourd'hui qu'il allait commencer à changer ce trait de son caractère.
A quoi bon de toute façon ?

« Très bien… Quant à moi, je passe mon tour. »

Lança soudain Abel, se calant confortablement dans le canapé, visiblement fier de l'attitude qu'il affichait.
Il s'était abstenu de rétorquer directement à la provocation du punk, préférant jouer l'ignorance.
Mais qu'espérait-il au juste en abattant de telles cartes ?
Il voulait mettre Izumi hors de lui ? Ou cherchait il à le punir en quelque sorte d'en avoir trop dit en se posant dans le jeu encore plus inactif qu'il l'avait été jusque là ?
Le jeune mécanicien avait tenté de relancer la partie et de lui redonner de l'intérêt, mais cela avait produit l'effet inverse. Abel avait pris légèrement trop à coeur la remarque qu'avait fait Izumi.
Et maintenant quoi ? Le blond boudait ?
Remarquez... cela avait au moins le mérite de s'inscrire parfaitement dans le thème du jeu de gamin auquel les trois jeunes gens s'adonnaient.

L'homme en blanc proposa ensuite à Cassandre de poser la prochaine question.
Izumi, écoutant ses paroles d'une oreille, ne put empêcher un fin sourire d'investir l'espace d'un instant ses lèvres. Pas une expression moqueuse, juste un sourire quelque peu consterné qu'il s'adressait à lui même face à l'évidence sur laquelle il venait de mettre le doigt. Le brun venait de déceler que le but d'Abel était à présent de tout faire pour lui être désagréable, ou du moins pour l'agacer.
Là le brun se demanda sérieusement où il était tombé. Il n'avait plus cinq ans pour perdre son temps à faire la gueule à un autre gamin pour une manche d'action ou vérité... ou plus exactement pour un manche à balai mal placé. Le jeune homme ne se targuait pas d'être un modèle absolu de maturité ni quoi que ce soit de ce genre, cependant il y avait certaines manières d'agir qui ne lui paraissaient pas appropriées.

« - Arrêtez moi si je me trompe, mais vous comptez passer le reste de la soirée à être complètement passif pour me montrer à quel point j'ai eu tort de vouloir vous bousculer un peu pour faire avancer le jeu; c'est ça ? »

Interrogea le jeune punk, avec dans la voix beaucoup plus d'étonnement que d'agressivité.
Seulement, même s'il n'y avait mis aucune animosité, la question que le brun avait adressé à l'homme en blanc était purement rhétorique.
Izumi n'avait nullement envie de passer le reste de la soirée à subir la petite vengeance mesquine d'Abel. Après tout, ça n'était pas vraiment son problème si le blond décidait de se la jouer tapisserie durant les prochaines manches en se contentant d'en faire le minimum. Le punk n'avait fait qu'essayer de donner un nouveau souffle au jeu proposé par Cassandre afin d'éviter que la partie ne stagne et que notre trio ne finisse par s'endormir sur place.
Mais, manifestement, Abel était plutôt rancunier et, depuis le léger accrochage qu'ils avaient eu lorsqu'ils s'étaient retrouvés seuls, s'était mis à ne plus du tout supporter Izumi et à s'offusquer de la moindre de ses remarques.
A ce stade la situation était on ne peut plus bloquée.

« - Personnellement vous pouvez bien ne plus jamais m'adresser la parole ou jouer les mecs chiants tout le reste de la soirée, ça ne me fait ni chaud ni froid. Faut que vous soyez conscient que c'est pas ma soirée que vous pourrissez en faisant ça mais celle de Cassandre. »

Rétorqua Izumi à l'attention d'Abel, histoire que, même si ce dernier n'avait pas l'air de beaucoup se soucier de cet aspect là, les choses demeurent cependant claires. L'apprenti mécanicien détestait rester sur des non-dits.
De plus, celle qui faisait les frais de ces querelles silencieuses et inutiles c'était en définitive la blonde incendiaire que les différents des deux hommes mettaient dans une position délicate.
Les trois jeunes gens ne pouvaient pas continuer comme ça. Faire semblant de s'apprécier l'un l'autre représentait tout sauf une attitude correcte à adopter vis-à-vis de Cassandre. C'était peut-être la moindre des politesses de tolérer une personne même si elle vous énervait au plus haut point, mais c'était surtout tourmenter leur amie commune pour des affaires qui n'en valaient pas la peine.
Elle n'était pas idiote, elle se rendait pleinement compte que quelque chose n'allait plus entre les deux hommes, et elle en était inévitablement mal à l'aise. La laisser dans un tel état uniquement pour pouvoir jouir d'un plaisir aussi insignifiant que celui d'exaspérer une personne qui d'autre part avait naturellement tendance à démarrer au quart de tour était pour le moins égoïste, que cela ait été fait en toute conscience de cet aspect là ou non.

Le punk prit de nouveau la parole.

« - Maintenant Abel, puisque vous n'avez pas le cran, les couilles, l'impolitesse, ou la grossièreté, appelez ça comme vous préférez, de m'attraper par le short et de me flanquer hors de votre chambre à coups de pied au cul; je m'en irais de moi même. »

C'était tout de même dans la chambre d'hôtel d'Abel que le trio était venu se réfugier, cela aurait dû être à lui d'en chasser les importuns. Même si ça n'était pas de la manière radicale évoquée par Izumi, il y avait différents moyens d'éconduire un invité.

Le jeune homme se tourna ensuite vers Cassandre. Non pas que ça lui fasse particulièrement plaisir d'écourter ainsi ce moment passé avec elle, toutefois il était inutile de s'obstiner bêtement à poursuivre la nuit tous les trois dans de pareilles circonstances.
Trois ça n'a jamais été un excellent chiffre.

Il se pencha vers sa princesse. Tandis qu'il repassait doucement du bout des doigts les contours harmonieux du visage de la jeune femme, il planta son regard dans le sien pour lui murmurer quelques mots.

« - M'en veux pas ma belle, mais je crois qu'à défaut d'autre chose il est grand temps que je tire ma révérence. Que ça t'empêche pas de passer une bonne fin de soirée. »

Au pire, Cassandre savait où le joindre, elle pourrait le rappeler si et quand elle voudrait. Elle le savait.

Il en revint enfin à Abel.

« - Hé bien, bonne fin de soirée à vous aussi. »

Dit-il tout simplement avant de sortir une cigarette qu'il cala au coin de ses lèvres sans l'allumer et de se diriger vers la porte de la chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Jeu 29 Oct - 18:56

La jeune femme venait de refuser le défi lancé par Izumi, quitte à passer pour une dégonflée, mais le punk ne sembla pas lui en vouloir, et se contenta de lui répondre simplement: « - Ha, que veux-tu Princesse ? C'est ça la rançon de la gloire. ». Rassurée, Cassandre eut un sourire timide, qui s'effaça bien rapidement lorsqu'elle constata qu'Abel avait définitivement abandonné la partie. Elle se tordit nerveusement les mains, mal à l'aise d'avoir gâché la soirée de ses deux amis en les invitant ensemble. A y repenser, cela avait été un choix égoïste de sa part, puisqu'elle avait tenu à les voir en même temps, en voulant à tout prix croire qu'ils s'entendraient bien. Et pourtant, ils avaient un comportement et un caractère totalement différent. Comment avait elle pu penser qu'ils s'apprécieraient. Elle avait voulu forcer la nature en réunissant deux hommes que tout opposé. Et puis, ce n'était pas vraiment la soirée d'Abel, qui venait de rompre avec Tatsuki. En même temps, elle n'aurait pu le prévoir, mais elle n'aurait pas du insister pour finir la soirée tout les trois.

« Très bien… Quant à moi, je passe mon tour. » finit par lancer Abel à l'attention d'Izumi.

Il était clair que l'ambiance était résolument au plus bas, et que, malgré tous les efforts de la blondinette, elle ne parviendrait pas, cette fois, à sauver la situation. Les deux hommes avaient suffisamment pris sur eux pour ne pas envenimer plus encore la soirée. Elle ne pouvait leur demander un nouvel effort, et cela, pour ses beaux yeux. Abel proposa donc à la jeune femme de poser une nouvelle question afin de continuer le jeu, mais l'américaine sentait bien que le coeur n'y était plus. Un long silence s'abattit sur la petite chambre. Les trois jeunes gens n'osaient plus se regarder, ni s'adresser la parole.
Izumi ne se dégonfla pas pour autant face au mutisme de ses autres compagnons, et vint se planter face à Abel:

« - Arrêtez moi si je me trompe, mais vous comptez passer le reste de la soirée à être complètement passif pour me montrer à quel point j'ai eu tort de vouloir vous bousculer un peu pour faire avancer le jeu; c'est ça ? »

Aïe... La suite de la conversation ne s'annonçait pas réjouissante pour la suite. Néanmoins, Cassandre ne voulait pas s'en mêler. Il y avait clairement un désaccord entre les deux hommes, et prendre parti pour l'un ou pour l'autre risquait d'envenimer la situation, surtout qu'elle ne connaissait pas l'origine réelle du problème. Comment tout avait pu dégénérer ainsi?

« - Personnellement vous pouvez bien ne plus jamais m'adresser la parole ou jouer les mecs chiants tout le reste de la soirée, ça ne me fait ni chaud ni froid. Faut que vous soyez conscient que c'est pas ma soirée que vous pourrissez en faisant ça mais celle de Cassandre. »

Il est vrai que les voir se disputer ainsi ne réjouissait pas vraiment la jeune femme. Au contraire, elle était véritablement peinée de les savoir fâchés. Néanmoins, elle n'avait jamais considéré que c'était « sa » soirée. Si elle avait invité Izumi et Abel au casino, c'était principalement pour qu'ils passent un moment agréable tous les trois.

« - Maintenant Abel, puisque vous n'avez pas le cran, les couilles, l'impolitesse, ou la grossièreté, appelez ça comme vous préférez, de m'attraper par le short et de me flanquer hors de votre chambre à coups de pied au cul; je m'en irais de moi même. »

Izumi n'y allait pas avec le dos de la cuillère. Comme d'habitude, il ne mâchait pas ses mots. Cela ne posait pas de problèmes à Cassandre qui appréciait la franchise de son ami, mais elle était profondément gênée par rapport à Abel. Il ne méritait pas de recevoir autant de mots durs. D'un certain côté, c'était lui le plus à plaindre ce soir. Se faire plaquer par l'homme de sa vie à un bal de charité, puis supporter le caractère excentrique d'Izumi et les jeux ridicules de l'Oyabun, il y avait de quoi craquer quand même. Le punk s'approcha alors de la future maman et lui caressa avec douceur le visage, avant de lui dire:

« - M'en veux pas ma belle, mais je crois qu'à défaut d'autre chose il est grand temps que je tire ma révérence. Que ça t'empêche pas de passer une bonne fin de soirée. »

Cassandre eut un sourire triste et baissa la tête. Que pouvait-elle répondre à cela? Elle avait échoué, fait passer une mauvaise soirée à ses deux amis. Elle murmura doucement, à l'attention d'Izumi, pressant tendrement sa main:

« Je t'appellerai... »

Elle suivit du regard le punk se diriger vers la porte, sans oser jeter un coup d'œil dans la direction d'Abel. Elle ne lui imputait aucunement le départ d'Izumi, bien au contraire, tout cela était de sa faute.

« - Hé bien, bonne fin de soirée à vous aussi. »

Izumi venait de passer la porte, et le silence régna de nouveau en maître sur la petite chambre. Elle ne savait plus quoi dire, véritablement mal à l'aise par rapport à toute cette soirée. Au bout d'un moment, elle se décida à s'asseoir de nouveau sur le rebord d'un des fauteuils. Elle leva enfin les yeux sur Abel et lança dans un souffle:

« Je suis sincèrement désolée pour tout ça... Tu ne méritais pas qu'il s'en prenne ainsi à toi... Je suis vraiment désolée, Abel... Izumi est quelqu'un de très franc, qui a la fâcheuse tendance à mettre les pieds dans le plat sans se soucier des conséquences, mais c'est un homme honnête en qui j'ai confiance. C'est entièrement de ma faute si cette soirée n'a pas été réussie... »

La jeune femme plongea son visage dans ses mains. Elle se sentait prête à fondre en larmes, probablement à cause des hormones et de sa grossesse, mais elle se contenta de reprendre son calme en respirant le dioxyde de carbone qu'elle rejetait. Cassandre se redressa, et se leva du siège. Elle se dirigea vers le lit, où se trouvait son manteau, et s'en saisit. Elle était encore un peu nerveuse, agitée, et poursuivit:

« Je ferais mieux de m'en aller maintenant... Tu dois probablement vouloir rester seul après tout ça... J'ai déjà trop abusé de ton temps... Je m'en excuse encore, Abel... Je... Je.... »

L'américaine posa d'un geste rapide son manteau sur ses épaules, et reprit son petit sac à main. Elle se tourna de nouveau vers Abel, et s'inclina respectueusement devant lui:

« Pardonne-moi pour ce soir... Je ferais en sorte de me racheter... Prends soin de toi, Abel, et n'hésite pas à m'appeler... »

Cassandre se dirigea alors d'un pas énergique vers la porte, prête à partir...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Ven 30 Oct - 15:59

Abel se doutait très bien qu’Izumi avait compris son petit manège mais au fond, il s’en fichait. Le punk ne l’avait-il pas cherché ? C’était de sa faute si l’ambiance en avait pris un coup. S’il s’était abstenu d’ouvrir sa grande gueule, ils n’en seraient pas là et le grand blond aurait même pris sur lui pour accomplir cette action. Elle n’avait pas semblé bien compliquée. Il aurait même été capable d’aller demander directement à l’accueil au rez-de-chaussée s’il pouvait avoir des menottes et des préservatifs, au lieu d’appeler le service d’étage. Mais, sans le vouloir, Izumi en avait décidé autrement. Qu’il s’en prenne à lui-même plutôt qu’à Abel. Mais cela ne semblait pas être dans ses capacités, puisqu’il se sentit obligé d’adresser de nouveau la parole au jeune tueur, comme pour enfoncer un peu plus le clou.

« - Arrêtez moi si je me trompe, mais vous comptez passer le reste de la soirée à être complètement passif pour me montrer à quel point j'ai eu tort de vouloir vous bousculer un peu pour faire avancer le jeu; c'est ça ? »

Abel préféra garder le silence mais son regard en disait long. Il ne s’était pas trompé, Izumi avait très bien compris ses intentions. Par contre, il prit de nouveau sur lui pour ne rien répondre. Il ne désirait pas que la situation dégénère encore plus, même si le punk semblait s’en ficher complètement. En même temps, n’était-ce pas lui qui avait crée des tensions inutiles ? Abel avait fait en sorte de ne rien laisser paraître pour ne pas causer de soucis à Cassandre mais, à cause d’Izumi, c’était raté. Le blond appréciait de moins en moins l’ami de la belle blonde. Au début, il l’avait trouvé très intéressant et original mais là, il le voyait comme un casse-pieds, pour rester poli. Qu’est-ce que cela lui aurait coûté de se la fermer et de continuer le jeu sans lancer de remarques blessantes ? Abel l’aurait faite son action débile.

« - Personnellement vous pouvez bien ne plus jamais m'adresser la parole ou jouer les mecs chiants tout le reste de la soirée, ça ne me fait ni chaud ni froid. Faut que vous soyez conscient que c'est pas ma soirée que vous pourrissez en faisant ça mais celle de Cassandre. »

Abel avait conscience de cela mais c’était Izumi qui avait commencé à gâcher la soirée. Même s’il y aurait eu des non-dits et des sourires forcés, la soirée aurait pu continuer sans qu’il n’y ait de disputes stupides. Le blond détourna un instant le regard pour ne plus voir le punk. Zen, il fallait qu’il reste zen. Mais c’était difficile lorsque l’on avait envie d’envoyer son poing dans la figure d’un énergumène pareil. Pourquoi ne pouvait-il pas se taire celui-là ? Cela résoudrait beaucoup de problèmes. Abel en avait assez qu’on lui envoie des pics ou ce genre de paroles désagréables. Il n’avait rien demandé à personne alors qu’on le laisse tranquille. Il avait fait de son mieux jusque là pour rentrer dans l’ambiance que désiraient ses deux compagnons de la soirée mais il ne fallait pas trop lui en demander. Il n’avait pas la tête à s’amuser ce soir, même s’il avait essayé de se changer les idées.

« - Maintenant Abel, puisque vous n'avez pas le cran, les couilles, l'impolitesse, ou la grossièreté, appelez ça comme vous préférez, de m'attraper par le short et de me flanquer hors de votre chambre à coups de pied au cul; je m'en irais de moi même. »

C’est ça, qu’il s’en aille… Là encore, Abel ne répondit rien, même s’il en avait très envie. Encore des remarques, encore des reproches… Ça allait être de sa faute maintenant s’il était trop poli pour flanquer à la porte Izumi. En plus, il n’y avait pas pensé un seul instant. Il s’était plus imaginé quittant la chambre, même si c’était lui qui l’avait payée. Ainsi, Cassandre et son ami auraient pu continuer la soirée à s’amuser tous les deux, rien que tous les deux. Ils n’auraient pas eu un boulet avec eux. C’était ainsi qu’Abel comprenait les paroles du punk. Pourtant, le blond ne l’avait pas obligé à rester avec lui, bien au contraire. Il avait eu envie de laisser la blonde incendiaire avec cet énergumène pour partir de son côté mais celui-ci l’en avait empêché. Et, maintenant, Izumi rejetait la faute sur lui, il lui reprochait de ne pas se prêter au jeu. Mais ne lui était-il pas venu à l’esprit que depuis le début, Abel aurait préféré s’isoler pour éviter à Cassandre de subir son moral qui était au plus bas ?

Izumi et Cassandre s’échangèrent quelques mots, tandis qu’Abel ruminait un peu dans son coin. Le punk allait sûrement se faire passer pour le mal aimé, celui que l’on n’appréciait pas et qui était obligé de quitter la soirée. Qu’il fasse ce qu’il avait envie, ce n’était pas le problème du blond. Le tueur le laissa partir et ne répondit même pas à ses dernières paroles. Bon vent… Par contre, Abel s’en voulait d’avoir contribué à la mauvaise ambiance de la soirée. Il avait pourtant voulu faire des efforts pour que tout se passe bien et que Cassandre s’amuse. C’était pour elle qu’il avait supporté Izumi qui était pratiquement tout le contraire de lui. Mais il n’avait pas pensé que le punk ouvrirait tant sa grande bouche. Abel rejetait la faute sur l’ami de Cassandre, même si celui-ci l’avait fait passer pour le méchant de la soirée. Le blond était en quelque sorte habitué à ce qu’on l’accuse de tout. Tatsuki n’avait pas arrêté de le faire… Abel se passa une main dans ses cheveux alors qu’un silence pesait dans la chambre. Il était vraiment mal à l’aise et ne savait pas quoi dire. Heureusement, Cassandre finit par prendre la parole, même si ce qu’elle dit fit mal au cœur du jeune tueur.


« Je suis sincèrement désolée pour tout ça... Tu ne méritais pas qu'il s'en prenne ainsi à toi... Je suis vraiment désolée, Abel... Izumi est quelqu'un de très franc, qui a la fâcheuse tendance à mettre les pieds dans le plat sans se soucier des conséquences, mais c'est un homme honnête en qui j'ai confiance. C'est entièrement de ma faute si cette soirée n'a pas été réussie... »

« Non, ce n’est pas de ta faute. Tu ne pouvais pas savoir… »

Abel dit cela dans un premier temps sans regarder Cassandre. Elle prenait en quelque sorte la défense d’Izumi mais il s’en fichait. Le punk était son ami après tout, elle avait le droit d’expliquer son comportement. Bien sûr, Abel aurait pu enfin lâcher tout ce qu’il avait sur le cœur et dire ce qu’il pensait d’Izumi mais il ne fit rien. Il était bien trop poli pour critiquer l’ami de la belle blonde. En plus, ce ne serait pas très fair-play de le faire dans le dos du concerné. Si Cassandre appréciait cet énergumène, c’était son histoire et Abel n’avait rien à dire. La blonde incendiaire et le punk avaient sûrement plus de choses en commun que ce dernier et le tueur. C’était ce qui faisait toute la différence.

« Je ferais mieux de m'en aller maintenant... Tu dois probablement vouloir rester seul après tout ça... J'ai déjà trop abusé de ton temps... Je m'en excuse encore, Abel... Je... Je.... Pardonne-moi pour ce soir... Je ferais en sorte de me racheter... Prends soin de toi, Abel, et n'hésite pas à m'appeler... »

Abel finit par lever les yeux vers Cassandre et remarqua enfin que son amie était prête à partir. Elle avait pris son manteau et son sac et s’apprêtait à quitter la chambre. Pourquoi s’excusait-elle ? Pourquoi pensait-elle que tout était de sa faute ? Pourquoi croyait-elle qu’elle avait abusé du temps du blond ? Elle avait tout faux et Abel ne voulait pas qu’elle parte avec ces pensées en tête. Il se leva vivement du canapé où il avait été confortablement installé précédemment et se précipita vers la sortie pour empêcher son amie de partir. C’était peut-être égoïste mais il ne voulait pas qu’elle parte. Il voulait qu’elle reste avec lui cette nuit. Il ne désirait pas rester seul et encore moins que Cassandre prenne la route alors qu’il était aussi tard et qu’elle devait être fatiguée. D’une main, il bloquait la porte, tandis que de l’autre, il tournait sans violence la jeune femme pour qu’elle lui fasse face.

« Cassandre, tu n’as rien fait de mal. Ce n’est pas de ta faute si ton ami et moi nous ne pouvons pas nous entendre. Et puis je n’avais pas vraiment la tête à m’amuser ce soir… » avoua t-il avec un pauvre sourire. « Tu es sûre que tu veux partir ? Ça ne me dérange pas que tu passes la nuit ici. Ça me rassurerait même. Il est tard et tu dois être fatiguée… »

Même si c’était lui qui était le plus à plaindre ce soir, il ne pouvait s’empêcher de vouloir prendre soin de Cassandre. Il fallait qu’elle ait un rythme de vie plutôt calme avec le bébé qu’elle portait en elle. Abel avait envie de la couver, même si elle n’en avait pas vraiment besoin. Mais là, elle ne semblait pas aller très bien. Cette pseudo-dispute entre ses deux amis avait dû la secouer un peu et l’attrister. Le grand blond ne voulait pas qu’elle prenne le volant dans cet état… Il finit par retirer sa main de la porte et la posa sur la joue de Cassandre. Ce n’était pas son genre d’être aussi doux avec une femme mais la belle blonde était une exception. Il ressentait vraiment quelque chose pour elle. Elle était un peu comme sa petite sœur à ses yeux.

« Tu sais, si on partage le lit, il ne se passera vraiment rien. » dit-il pour plaisanter et remonter le moral de son amie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Ven 30 Oct - 22:29

La jeune femme était véritablement tourmentée par ce qui venait de se passer. Elle s'en voulait d'avoir gâché ainsi la soirée, et était convaincue que tout cela résultait de ses erreurs. L'américaine réprouvait le comportement qu'avait eu Izumi vis-à-vis d'Abel, mais c'était principalement de sa faute étant donné qu'elle avait été suffisamment stupide pour ne pas avertir chacun de ses amis sur le caractère de l'autre. Le blond avait vraiment pris sur lui ce soir, et elle ne pouvait pas lui en imposer plus. La main sur la poignée, elle s'apprêtait à franchir la porte de la chambre d'hôtel, mais Abel intervînt avant. Il appuya une de ses mains contre la porte, l'empêchant alors de s'ouvrir, et invita Cassandre à le regarder. Elle plongea son regard bleu-gris dans celui de son ami, et l'observa un long moment, l'écoutant la rassurer.

« Cassandre, tu n’as rien fait de mal. Ce n’est pas de ta faute si ton ami et moi nous ne pouvons pas nous entendre. Et puis je n’avais pas vraiment la tête à m’amuser ce soir… Tu es sûre que tu veux partir ? Ça ne me dérange pas que tu passes la nuit ici. Ça me rassurerait même. Il est tard et tu dois être fatiguée… »

La future maman baissa la tête. Décidément, ce n'était pas mieux d'un côté comme de l'autre. Cassandre voulait à tout prix se faire pardonner pour cette soirée, même si Abel lui avait expliqué que ce n'était pas de sa faute. Pourtant, elle ne cessait de s'imputer cette erreur, et ne trouverait d'apaisement que lorsqu'elle se serait rachetée auprès de son ami. Ainsi, il désirait qu'elle reste. La jeune femme hésitait, mais refusa de partir. Abel avait été là pour elle quand Jack avait été particulièrement violent. C'est lui qui avait recueilli les larmes de la blondinette alors qu'elle était en pleine rupture, et particulièrement désemparée. C'était à son tour, maintenant, d'être là pour lui, même si elle était certaine qu'Abel ne lui confierait pas sa peine. Mais peut être, peut être que sa simple présence lui suffirait. Rapidement, Cassy choisit de rester, même si ce n'était pas pour les raisons que son ami invoquait. Elle se sentait un peu fatiguée, mais pas suffisamment pour ne pas être en état de conduire. En tout, elle ne désirait pas lui donner un nouveau motif d'inquiétude.
Avec douceur, Abel vînt caresser la joue pâle de la jolie blonde, avant d'ajouter, avec une pointe d'humour:

« Tu sais, si on partage le lit, il ne se passera vraiment rien. »

Cassandre eut un léger rire, et releva son minois avec un petit sourire. Abel savait la faire rire quand la jeune femme n'était pas au mieux de sa forme. L'américaine se mordilla la lèvre inférieure, avant d'avoir un charmant et espiègle sourire:

« Mmmh, qui sait? Peut être que le « fantasme » que j'ai eu, t'imaginant tout tartiné de chocolat, me donnera quelques idées... »

Les deux jeunes gens eurent un sourire complice avant de se remettre en mouvement. L'homme habillé de blanc se décala pour laisser passer son amie. L'Oyabun retira son manteau de ses épaules et le déposa soigneusement sur un dossier de fauteuil. Elle posa sur le côté, son petit sac à main, et s'assit sur l'accoudoir, comme précédemment. Cassandre inspira profondément et se tourna vers Abel:

« Que veux tu faire maintenant? Veux-tu te reposer? Je ne sais pas si tu travailles demain... Tu voudrais peut être te coucher pour être en forme... »

L'américaine savait que le blond avait trouvé un emploi, mais elle ne connaissait pas ses horaires. Il faudrait qu'elle pense à lui rendre visite pour acheter quelques chocolats, pour les offrir à sa famille. Après tout, elle n'aurait pas trouvé meilleur emploi pour Abel, lui qui adorait le chocolat. Elle se demandait justement comment il faisait pour ne pas céder à la tentation avec tous ces délices. La jeune femme posa de nouveau son joli regard aux reflets changeants sur son ami, et lui demanda avec douceur:

« Ou bien préfères-tu que nous discutions d'un autre sujet? »


Par là, elle entendait sa rupture récente. Bien sûr, ce n'était pas pour satisfaire une curiosité mal placée, mais pour simplement en discuter. Parfois, il suffisait de peu pour apaiser momentanément une conscience ou une douleur. Cassandre ne s'improvisait pas « prêtre ». Elle désirait juste être plus agréable à Abel, et lui montrer qu'il pouvait compter sur elle...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Sam 31 Oct - 11:26

Abel fut rassuré d’entendre Cassandre rire. Même s’il n’était pas très fort par les mots, il avait su la faire rire et oublier un court instant ses mauvaises pensées. La blonde incendiaire releva ensuite son magnifique visage et planta son regard gris/bleu dans celui marron du tueur. Elle était si belle lorsqu’elle souriait. Si Abel avait été hétéro, nul doute qu’il serait tombé sous son charme, comme bien des hommes. Mais bien sûr, il n’y avait pas que son physique qui plaisait au blond. Sa personnalité était tout aussi attachante. Cassandre était douce et fragile. Pourtant, elle menait son clan avec conviction. Une main de fer dans un gant de velours. L’expression lui allait bien.

« Mmmh, qui sait? Peut-être que le « fantasme » que j'ai eu, t'imaginant tout tartiné de chocolat, me donnera quelques idées... »

Les deux têtes blondes échangèrent un sourire complice à cette remarque. Abel avait presqu’oublié cette histoire de « fantasme ». L’idée lui plaisait bien mais ne risquait pas de se concrétiser. Les deux amis avaient beau être très complices, ils n’iraient jamais jusqu’à coucher ensemble, surtout en agrémentant leurs ébats avec du chocolat. Et puis, pour que cela arrive, il aurait fallu que Cassandre soit un homme pour plaire à Abel, ce qui n’était visiblement pas le cas. L’espace d’un court instant, le jeune tueur se souvint que Tatsuki lui avait parlé de s’amuser avec du chocolat. Mais il chassa bien vite cette pensée, ne voulant pas se faire du mal inutilement. De plus, il fallait qu’il fasse bonne figure devant Cassandre pour ne pas la tourmenter encore plus.

Abel se décala pour laisser passer la jeune Oyabun. Celle-ci revint dans la chambre, retira son manteau qu’elle posa sur un dossier de fauteuil, puis reposa son petit sac à main. Maintenant, elle n’avait nullement l’intention de partir, ce qui faisait plaisir au grand blond. Il se retrouvait enfin seul avec elle. Il n’y avait plus Izumi avec eux et Abel se sentait un peu plus libre, moins étouffé. Le punk avait été bien trop extravagant pour lui. Qu’il soit parti lui procurait un bien fou, comme un bon bol d’air frais. Bien sûr, d’un certain côté, le tueur aurait aimé qu’Izumi reste, pour faire plaisir à Cassandre. Mais les choses étaient bien mieux ainsi. Il n’y avait plus aucune tension et Abel n’avait plus à prendre sur lui à chaque remarque du brun. Il reprit place dans un fauteuil, tandis que Cassandre préféra s’asseoir sur un accoudoir, celui du fauteuil sur lequel était son ami.


« Que veux-tu faire maintenant? Veux-tu te reposer? Je ne sais pas si tu travailles demain... Tu voudrais peut être te coucher pour être en forme... »

« Non, je ne travaille pas demain. C’est mon jour de repos. »

Le jour du bal masqué était bien tombé puisqu’il était suivi du jour de repos d’Abel. En plus, son patron, loin d’être un tortionnaire, l’avait autorisé à quitter plus tôt le travail ce jour-ci pour pouvoir se préparer pour la soirée au casino et voir les derniers détails pour la vente aux enchères. Le blond était vraiment heureux d’avoir trouvé ce travail. Peut-être n’était-il qu’un simple serveur mais il pouvait aussi être en cuisine pour préparer des chocolats. La cuisine était sa passion. Alors, dès que cela touchait au chocolat, il était aux anges. Pour rien au monde il ne changerait de métier maintenant. S’il pouvait aller jusqu’à sa retraire, il le ferait.

« Ou bien préfères-tu que nous discutions d'un autre sujet? »

« Je ne sais pas. Je… »

Abel voyait de quel « autre sujet » ils pouvaient parler tous les deux, maintenant qu’Izumi était parti. Mais sa rupture était encore toute fraiche et douloureuse. Il ne savait pas si c’était une bonne idée d’en parler. Cassandre était son amie mais cela l’embêtait de parler de ses problèmes avec elle. Ce n’était vraiment pas son genre et la belle blonde avait sûrement ses propres ennuis. Il était inutile de l’inquiéter pour rien, même si elle devait se douter de l’état dans lequel Abel se trouvait. Elle savait que l’histoire entre lui et Tatsuki avait été très passionnée et que, par conséquent, la rupture était d’autant plus douloureuse. Mais le blond devait-il tout de même se confier à elle ? Elle l’avait bien fait elle lorsqu’elle avait eu ses problèmes avec Jack. Devrait-il en faire autant maintenant que c’était lui qui avait des peines de cœur ?

« Tu sais, c’est la meilleure chose que j’aurais pu faire. » avoua t-il en parlant de sa rupture. « J’aurais continué à souffrir si j’étais resté avec lui. Je n’en pouvais plus qu’il me mente, qu’il me trompe, qu’il me tienne à l’écart… J’ai pris la bonne décision. »

Du moins, il tentait de s’en persuader. Peut-être aurait-il dû obliger Tatsuki à lui parler avant que la situation ne dégénère. Le problème, c’était qu’il ne savait pas quand tout avait dégénéré. Il avait beau y réfléchir, il ne trouvait pas. A un moment, le yakuza avait bien pris quelques distances mais il n’en comprenait pas les raisons. Parfois, Tatsuki était si instable qu’il était impossible de le comprendre. Reira le lui avait bien dit. Abel avait tout de même pensé qu’avec le temps et avec l’amour, il parviendrait à s’y faire et à comprendre l’Oyabun. Mais il s’était trompé ou, du moins, il n’avait pas été assez patient et tolérant pour atteindre ce moment où il aurait compris son ex. Mais, si lui n’y était pas parvenu, qui le pourrait ? Peu de monde était aussi tolérant que lui.

« Je ne comprends pas pourquoi il a fait tout ça. » dit-il en massant inconsciemment l’annulaire qui avait porté il y avait peu de temps encore, l’alliance offerte par Tatsuki. « Enfin, je n’ai pas envie de t’imposer mes plaintes. Tu as sûrement tes problèmes et, avec lui, ça ne risque pas d’aller en s’arrangeant. Fais attention, d’accord ? »

Le yakuza allait sûrement se montrer très exigeant avec la mère de son enfant et voudrait sûrement lui imposer ses choix, comme il l’avait fait avec Abel. Le blond désirait donc que Cassandre fasse attention. Tatsuki avait beau faire les yeux doux, ce n’était jamais sans avoir une idée derrière la tête. Il était très manipulateur et savait jouer avec les mots et son physique avantageux pour arriver à ses fins. Abel ne voulait pas que Cassandre se fasse avoir… Il tendit de nouveau sa main vers le visage de la belle blonde et lui caressa la joue, avant de se rapprocher d’elle et de la serrer contre lui. Ce n’était vraiment pas lui ça mais ce soir, il se laissait un peu aller. On ne pouvait pas lui en vouloir avec tout ce qui se passait autour de lui.

« Tu as envie de prendre un bon bain avant d’aller dormir ? Tu as besoin de te détendre après cette soirée où tu as eu la chance de discuter avec la femme du maire. » dit-il sur le ton de la plaisanterie, pour changer de sujet et être aux petits soins de sa princesse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Sam 7 Nov - 11:34

Abel expliqua à la jolie blonde qu'il ne travaillait pas le lendemain. Ce n'était sans doute pas plus mal. Il aurait besoin de repos et d'un peu de temps pour lui. Néanmoins, il fut moins enclin à aborder le sujet délicat de Tatsuki et sa rupture. Elle comprenait parfaitement que cela fut difficile pour lui, d'autant plus que c'était une blessure encore toute fraîche. La jeune femme ne dit rien, attendant que cela vienne de l'homme en blanc. Elle ne voulait pas le forcer à parler, et connaissant la nature secrète de son ami, il aurait été maladroit de le brusquer. Pourtant, les lèvres du blond se décelèrent dans un premier temps pour bafouiller:

« Je ne sais pas. Je… »

Avant de reprendre, avec plus d'assurance:

« Tu sais, c’est la meilleure chose que j’aurais pu faire. J’aurais continué à souffrir si j’étais resté avec lui. Je n’en pouvais plus qu’il me mente, qu’il me trompe, qu’il me tienne à l’écart… J’ai pris la bonne décision. »

Cassandre se garda bien de faire tout commentaire à ce sujet. Elle se doutait bien qu'Abel avait du en voir des vertes et des pas mûres avec Tatsuki. Ce dernier avait un sale caractère, et pouvait se montrer aussi câlin que distant en un quart de seconde. Elle n'avait pas vécu en couple avec l'Oyabun, mais il y avait fort à parier que cela n'avait pas du être rose tous les jours pour Abel. La future maman commençait à connaître son ami, et elle était certaine que le jeune homme avait du à de nombreuses reprises prendre sur lui pour ne pas éclater. Néanmoins, elle ne pouvait s'empêcher de penser que cette rupture n'était pas « une bonne décision ». Mais après tout, qui était-elle pour juger? Pourtant, dans le peu de temps où elle découvrit le caractère affectueux de Tatsuki, la jeune femme avait pu remarquer à quel point il pouvait tenir à son amant. Ses cheveux blonds et longs qu'elle portait auparavant devaient sans nul doute rappeler à l'Oyabun, Abel. Il est vrai que Cassandre et le tueur à gages se ressemblait par de nombreux aspects, mais elle n'avait toujours été vue que comme une pâle copie d'Abel dans les yeux du brun. L'américaine était persuadée que les deux hommes étaient faits l'un pour l'autre, mais toute l'histoire reposait maintenant sur Tatsuki. Son comportement était tout à fait inacceptable, et elle-même n'était pas peu fière de ce qu'elle avait accompli avec...
La jeune femme continuait d'observer son ami sans mot dire. Ce dernier continua, sur un air lasse et un peu perdu:

« Je ne comprends pas pourquoi il a fait tout ça. Enfin, je n’ai pas envie de t’imposer mes plaintes. Tu as sûrement tes problèmes et, avec lui, ça ne risque pas d’aller en s’arrangeant. Fais attention, d’accord ? »

La jolie blonde eut un doux sourire. Ce soir, Abel souffrait, et pourtant, il ne cessait de se faire du souci pour son amie. C'était vraiment un homme très généreux. Elle posa une main sur le visage d'Abel et le caressa tendrement avant de lui répondre:

« Tu ne m'imposes rien du tout, Abel. Je suis ton amie, et si je peux faire quelque chose pour apaiser ton coeur, je le ferais. Tu ne devrais pas t'inquiéter autant pour moi et penser beaucoup plus à toi. Pendant tout ce temps, tu n'as vécu que pour Tatsuki. Aujourd'hui, profite de ton célibat pour t'accorder un peu de répit. Je me doute que tout cela est dur pour toi, mais les choses finiront par s'arranger. Néanmoins, tant que Tatsuki n'aura pas pris conscience de ses erreurs et de la souffrance qu'il t'inflige, tu devras 'l'oublier', car au final, il risque de te détruire... »

La jeune femme glissa avec douceur ses doigts dans la chevelure blonde d'Abel avant que ce dernier ne l'enlace après lui avoir caressé la joue. Elle savait qu'il n'était pas très friand des contacts, mais d'un côté, elle sentait qu'il en avait besoin. Il devait savoir qu'il avait une personne sur qui compter dans ces cas là. Il avait été présent pour elle quand elle avait rompu avec Jack, c'était à son tour de faire quelque chose pour lui. L'étreinte se défit doucement, et Cassandre posa un regard plein d'affection sur son ami, ce même sourire mélancolique aux lèvres. Le jeune homme lui demanda, après un court silence, sur le ton de la plaisanterie:

« Tu as envie de prendre un bon bain avant d’aller dormir ? Tu as besoin de te détendre après cette soirée où tu as eu la chance de discuter avec la femme du maire. »

L'américaine sourit franchement, avant de s'exclamer, amusée:

« Mon dieu! Si tu savais toutes les âneries qu'elle a pu me débiter... Cette femme est vraiment une idiote, et si elle était au courant des petits accords que son mari et moi passons ensemble, elle me remercierait de pouvoir porter de telles tenues... » Elle se tut un instant, et reprit, toujours aussi enjouée: « En tout cas, ton idée de bain me plaît assez! Tu en prendras un après? »

La jeune femme se leva, et se dirigea vers la salle de bain, prête à remplir l'eau de la baignoire, tandis que son ami lui répondait. De l'extérieur, on aurait très bien pu voir en cet instant, un vrai petit couple entre Abel et Cassandre, tant leur complicité avait pris de l'ampleur depuis leur première rencontre...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Sam 21 Nov - 14:54

[Désolée pour le gros retard. En plus, ce post n'est pas super...]

« Tu ne m'imposes rien du tout, Abel. Je suis ton amie, et si je peux faire quelque chose pour apaiser ton cœur, je le ferais. Tu ne devrais pas t'inquiéter autant pour moi et penser beaucoup plus à toi. Pendant tout ce temps, tu n'as vécu que pour Tatsuki. Aujourd'hui, profite de ton célibat pour t'accorder un peu de répit. Je me doute que tout cela est dur pour toi, mais les choses finiront par s'arranger. Néanmoins, tant que Tatsuki n'aura pas pris conscience de ses erreurs et de la souffrance qu'il t'inflige, tu devras 'l'oublier', car au final, il risque de te détruire... »

Cassandre avait sûrement raison. Abel devait oublier Tatsuki sinon, il souffrirait et son amour pour l’Oyabun le détruirait à petit feu. Mais c’était plus facile à dire qu’à faire. Il avait vécu avec le yakuza durant pratiquement un an. Cela allait être difficile de retourner à sa vie de célibataire, même s’il en avait déjà fait l’expérience lors de leurs nombreuses ruptures. Que la vie était simple et sans problème de ce genre avant de rencontrer Tatsuki. Abel ne s’était jamais imaginé s’attacher autant à quelqu’un et devenir aussi sentimental. Comme quoi tout le monde pouvait changer, même un tueur à gage qui semblait sans cœur. Le blond soupira légèrement, un peu morose. Il allait tenter de mieux gérer cette rupture cette fois-ci. Il en avait en quelque sorte l’habitude maintenant. Et puis il n’était plus complètement seul. Il avait une amie sur qui compter.


« Mon dieu! Si tu savais toutes les âneries qu'elle a pu me débiter... Cette femme est vraiment une idiote, et si elle était au courant des petits accords que son mari et moi passons ensemble, elle me remercierait de pouvoir porter de telles tenues... »

Abel esquissa un sourire à cette remarque. Alors ainsi Cassandre et le maire de la ville faisaient des affaires ensemble. Ce n’était pas si surprenant finalement, même si le jeune tueur avait du mal à imaginer la belle blonde en femme de pouvoir. Pour lui, elle était comme une poupée fragile qu’il fallait à tout prix protéger. Mais, derrière cette image, elle devait être une femme forte, couverte d’épines pour quiconque se frotterait trop à elle. C’était difficile à imaginer tout de même en la voyant. Mais c’était ce qui faisait son charme. Beaucoup devaient se laisser avoir par sa douceur et son apparence fragile mais peu avaient l’honneur de s’en approcher. C’était tant mieux ainsi. Cassandre ne se laissait pas faire. Par contre, avec Tatsuki, Abel ne savait pas comment cela allait se passer…

« En tout cas, ton idée de bain me plaît assez! Tu en prendras un après? »

« Sûrement oui. »

Le grand blond laissa la jeune femme prendre congé dans la salle de bain tandis qu’il retirât ses chaussures pour être plus à l’aise. La place libre, il irait à son tour se prélasser dans l’eau chaude. Cela lui ferait sûrement du bien. Il était si fatigué et si tendu. Avec tout ce qui lui était arrivé en peu de temps, il y avait de quoi, non ? Il n’était pas croyant mais se demandait tout de même si une force supérieure ne s’acharnait pas sur lui. Mais cela ne pouvait pas être pire, si ? Il ne pouvait qu’aller mieux après ça, après avoir remonté la pente et s’être détaché de tous les problèmes qui lui encombraient l’esprit. Le temps serait long jusque là mais il avait déjà hâte d’y parvenir. Sa vie allait sûrement prendre un nouveau tournant et cela ne serait que bénéfique.

Abel se leva du canapé pour aller contempler la ville au travers des fenêtres de la chambre. La vue n’était pas spectaculaire mais l’on pouvait tout de même admirer les jeux de lumières de la nuit. Le tueur avait toujours aimé ce moment. Il faisait sombre, un calme relatif régnait, il y avait moins de monde dehors qu’en journée… Il préférait évoluer dans ce milieu plutôt que dans la foule, bercé par le bruit incessant des klaxons, des tramways et autres. Depuis toujours, il avait recherché le calme, à part durant une période où il avait fait les quatre cents coups dans les rues avec une bande de mauvais garçons. Abel n’avait pas toujours été l’homme calme qu’il était devenu. Et encore maintenant, il lui arrivait de sortir de ses gonds. Plusieurs personnes en avaient d’ailleurs été témoins, comme Cassandre par exemple.

L’espace d’un instant, le blond se remémora ce qu’il avait bien pu faire à la jeune femme lorsqu’il s’était emporté contre elle. Il ne regrettait pas vraiment mais se disait qu’il était peut-être allé un peu trop loin, surtout qu’à l’époque, Cassandre devait déjà être enceinte. Faire peur à une femme enceinte… C’était vraiment n’importe quoi. En général, Abel respectait les femmes mais lorsqu’il avait menacé Cassandre, il avait été comme dans un état second. Il lui en avait terriblement voulu et surtout, avait encore une fois rompu Tatsuki. Tout cela mis à bout, cela n’avait pas donné un résultat très joli. Enfin, c’était du passé et Cassandre semblait être passée outre. La preuve était leur complicité, même si certains avaient du mal à concevoir qu’ils soient réellement amis.

Les minutes passèrent durant lesquelles Abel était perdu dans ses pensées. Mais il restait calme, très calme. On aurait même dit une statue de cire vu son immobilité. Mais il se décida enfin à bouger pour aller s’allonger sur le lit. Il défit les premiers boutons de sa chemise pour se sentir un peu plus à l’aise. Cassandre n’y verrait sûrement pas une marque d’impolitesse ou d’impudence. En même temps, elle avait sûrement vu pire avec un certain punk qui se baladait en mini short en cuir avec des porte-jarretelles et des bas-résilles. Sacré Izumi. Il ne faisait rien à moitié, même lorsqu’il ouvrait la bouche. Enfin, mieux valait-il ne plus repenser à lui. La chambre était bien plus calme depuis qu’il était parti. Bien trop calme d’ailleurs avec Cassandre qui s’était isolée pour prendre son bain. Les paupières lourdes, Abel ne tarda pas à fermer les yeux et à s’en dormir dans le silence paisible de la chambre. Une bonne nuit de sommeil lui ferait sûrement du bien après cette soirée riche en événements.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Jeu 17 Déc - 9:57

La jeune femme abandonna son ami dans le salon pour aller prendre son bain. Elle referma la porte avec douceur derrière elle. La baignoire avait terminé de se remplir, et une légère vapeur d'eau chaude s'en échappait. Cassandre se plaça devant le miroir, et commença à retirer les différentes épingles à cheveux et accessoires accrochés à ses mèches blondes. Puis, avec un mouchoir, elle retira le rouge à lèvres éclatant et le maquillage qu'elle avait aux yeux. Ainsi, elle ne ressortirait pas du bain avec des yeux de panda. Elle entreprit alors de se dévêtir, en faisant glisser la fermeture éclair le long de sa colonne vertébrale. Son dos nu et blanc se découvrit quand les pans de sa robe s'ouvrirent. Elle fit tomber son vêtement au sol après avoir extrait ses bras d'ivoires des manches de dentelle. Enfin, elle se débarrassa du dernier bout de tissu, qui lui servait de sous-vêtement, avant de rentrer dans l'eau chaude. Cassandre trempa dans un premier temps son pied droit, pour s'assurer que l'eau était à la bonne température, puis, peu à peu, elle laissa sa jambe s'enfoncer dans la baignoire de porcelaine. Une fois à l'intérieur, elle s'assit et prit plaisir à se prélasser dans ce bain chaud et mousseux. Le silence. C'est ce qu'elle appréciait le plus au monde. Seule l'eau et son léger clapotis la rassuraient, l'apaisaient. Elle posa la tête sur le rebord de la baignoire et écouta le silence.
Les vapeurs parfumées de la mousse embaumaient l'air de la salle de bain.

Cassandre se mit alors à repenser à la soirée qui venait de se dérouler. Celle-ci avait été riche en émotions, pour chacun des trois compères. Elle regrettait néanmoins que tout ne se soit pas exactement passé comme elle l'avait envisagé entre Izumi et Abel. Après tout, elle ne pouvait pas contrôler les émotions et sentiments des personnes qu'elle côtoyait. L'américaine avait tendance à croire qu'elle possédait des capacités de contrôle incroyables, alors que ce n'était pas le cas. Elle ferma les yeux, et plongea la tête sous l'eau. Le silence se fit encore plus complet que précédemment. Elle n'entendait plus qu'un bruit sourd et les propres battements de son cœur, et peut être, elle l'espérait, ceux aussi de son enfant. Au bout d'une quinzaine de minutes à clapoter dans l'eau, Cassandre fit sa toilette et se lava les cheveux. Quand elle eut terminée, elle sortit de l'eau et se pelotonna dans un baignoire mis à disposition par l'hôtel. La jeune femme sécha ses cheveux dans une serviette qu'elle enroula autour de sa tête. Elle revînt vers le miroir, et sortit de son petit sac à main une crème qu'elle appliqua sur son visage ovale. Cassandre était une femme prudente. Elle avait toujours tout ce qu'il fallait dans son sac à main, y compris son Beretta 92, en prévision d'évènements non planifiés. Néanmoins, elle n'avait pas de vêtements de rechange. Elle prit son portable et appela à la résidence pour qu'on lui dépose à l'hôtel quelques habits. Une fois le bref coup de fil terminé, elle plia soigneusement ses affaires, qu'elle déposa dans un coin de la salle de bain, et vida l'eau de la baignoire. Il était assez curieux de la voir aussi soigneuse, car il était rare pour la jeune femme de faire du ménage. Mais elle aimait que les choses soient propres pour elle, et donc, aussi pour les autres. Si Abel prenait un bain derrière elle, l'américaine voulait que ce soit suffisamment rangé pour qu'il s'y sente bien.

Elle finit par sortir de la salle de bain, éteignit les lumières derrière elle, et se retrouva dans le salon. Dans un premier temps, elle ne vit pas Abel, et s'inquiéta un peu, mais quand son regard eut fait le tour de la pièce, la vue de son ami endormit lui arracha un tendre sourire. Elle déposa son sac sur un des fauteuils, et s'approcha du lit. Le jeune homme devait être épuisé après une soirée aussi éprouvante. Cassandre l'observa un instant, déplaça quelques mèches blonde du front de son ami, et lui souffla dans un murmure:

« Bonne nuit »

L'américaine fit le tour du lit, s'assit sur le rebord et se coucha de l'autre côté. Elle s'enveloppa bien dans son baignoire, éteignit la lumière, et ferma les yeux. Cassandre avait besoin de sommeil, et celui ci ne tarda pas à la trouver...

[désolée pour ce post très court, mais je voulais quand même écrire un peu après tout ce temps!]

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Mer 23 Déc - 17:16

Abel dormait si profondément qu’il n’entendit même pas son amie revenir près de lui. Les évènements de la soirée l’avaient exténué et cela faisait quelques nuits qu’il dormait très peu. Ce n’était pas la peine de préciser pourquoi. Cela concernait forcément Tatsuki. Mais, dans son sommeil, Abel ne pensa même pas au yakuza. Il rêva de choses sans importance, bercé par une douce chaleur qui venait de prendre place près de lui, dans le lit. Endormi, il ne savait pas quelle en était la source mais elle était si agréable. Il s’en rapprocha légèrement et se retrouva donc un peu plus près de Cassandre. Depuis sa vie à deux avec Tatsuki, il avait appris à apprécier la chaleur d’un corps près de lui durant son sommeil. C’était plus rassurant que de se retrouver dans un lit froid.

Les heures passèrent et, bientôt, Abel ne tarda pas à quitter les bras de Morphée pour revenir à la dure réalité. Enfin, pour le moment, elle n’était pas si dure que cela. Il se sentait bien dans ce lit. C’était comme si, dans cette chambre d’hôtel, il était isolé de ses problèmes. Complètement reposé, il ouvrit doucement les yeux. Le soleil était levé depuis quelques temps déjà. Ses rayons entraient par les vitres de la chambre. La journée s’annonçait belle vu le ciel clair. Le regard d’Abel quitta l’extérieur de l’hôtel pour se poser sur Cassandre. La jeune femme était encore endormie. Elle était magnifique. On aurait dit une princesse, la Belle au Bois Dormant. Dommage pour elle, Abel n’était pas son prince charmant. D’ailleurs, il allait éviter de la réveiller pour le moment.

Le grand blond se leva sans un bruit et se dirigea vers la salle de bain. Il n’avait pas pu prendre de bain dans la nuit car il s’était endormi avant. Par contre, Cassandre avait dû profiter du confort de la salle d’eau car celle-ci était encore embaumée de légers effluves de savon et de produits pour le bain. Abel aurait aimé prendre un long bain chaud mais il ne voulait pas trop tarder. Il allait prendre une douche. Il retira son costume blanc et son sous-vêtement avant de se glisser sous le jet d’eau chaude de la douche. Il n’aurait pas de vêtements de rechange mais tant pis. Cette douche lui permettrait de se réveiller complètement et de bien commencer la journée. Par contre, il ne savait pas comment cette dernière allait se terminer. Abel allait sûrement récupérer ses dernières affaires dans le penthouse puis retourner chez lui, dans les bas quartiers. Il avait bien fait de garder son loft.

Sa douche terminée, le tueur prit une serviette de bain et se sécha avec avant d’entourer sa taille avec. Il en prit ensuite une autre pour sécher grossièrement sa longue chevelure blonde. Lorsqu’il se tourna vers le miroir, il vit un jeune homme au regard terne comme reflet. Sa relation avec Tatsuki avait laissé des séquelles. Il espérait juste que cela passe, rapidement de préférence. Il allait faire des efforts pour de tout façon. Il ne voulait pas se retrouver dans le même état pitoyable que la dernière fois, lorsqu’il avait pour la énième fois rompu avec son ex. Il aurait dû écouter Reira, la sœur de Tatsuki. Elle l’avait prévenu que le yakuza était trop instable pour avoir une relation sérieuse. Abel avait cru qu’il pourrait le changer, mais s’était trompé et en avait payé le prix. Le mieux était de refaire sa vie et de rester le plus loin possible de Tatsuki.

Le blond préféra quitter ses pensées pour se concentrer sur ses cheveux. Il les brossa rapidement avant de saisir un peignoir mis à disposition par l’hôtel. Il s’en habilla avant de retourner dans la chambre. Cassandre dormait encore. Il allait en profiter pour appeler le service d’étage afin que celui-ci leur apporte un petit-déjeuner. Il décrocha donc le téléphone et alla se mettre un peu à l’écart pour ne pas réveiller la belle blonde. Il commanda du chocolat chaud et quelques viennoiseries. Il espérait que son amie apprécierait. En tout cas, il préférait éviter le café. Il avait lu que ce n’était pas très conseillé pour une femme enceinte… Une dizaine de minutes plus tard, un homme frappa à la porte pour apporter le plateau de petit-déjeuner. Abel alla lui ouvrir, le remercia et prit le plateau pour l’apporter près de Cassandre. Elle allait se réveiller avec une bonne odeur de chocolat chaud. Le blond posa le petit-déjeuner sur la table de nuit puis s’assit sur le lit, à côté de la jeune femme. Il lui caressa doucement le visage pour la réveiller calmement.


« Bonjour. » murmura t-il lorsqu’il la vit ouvrir les yeux. « Tu as bien dormi ?.. Je me suis permis de commander le petit-déjeuner. J’espère que tu as le temps de manger quelque chose avant de partir. Ta journée va sûrement être longue. »

Abel avait vécu un an avec un Oyabun. Il savait la charge de travail que cela apportait. Il espérait juste que Cassandre fasse attention et ne soit pas trop surmenée. Elle était enceinte. Le stress n’était pas bon pour le bébé. Le blond essayait de ne pas être trop protecteur mais c’était difficile. Il appréciait beaucoup Cassandre et ne tenait pas à ce que le bébé ait des problèmes. Cet enfant n’était biologiquement pas le sien, il le savait, mais depuis que Tatsuki lui avait parlé d’avoir un enfant ensemble, il s’était mis dans l’idée de faire parti de la vie de celui de son ex et de Cassandre. Il y avait longuement pensé et on ne pouvait pas lui en vouloir de continuer à s’attacher à ce rêve, malgré ce qui s’était passé la veille.


[Post un peu bizarre je trouve. J'ai du mal à me remettre dans le bain lol]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Mer 13 Jan - 9:38

Rapidement après s'être étendue sur le lit, aux côtés d'Abel, la jeune femme tomba dans un profond sommeil. Peu de rêves vinrent la visiter cette nuit-là, si ce n'est un sentiment diffus d'amertume et de regret. Lorsque l'américaine ouvrit les yeux une première fois, elle ne vit pas son ami dans la chambre, mais elle comprit vite qu'il était parti prendre une douche. Le son étouffé de l'eau lui parvenait dans la chambre. Elle se souleva un peu, légèrement nauséeuse. Pour ne pas aggraver son cas, Cassandre se recoucha et ferma les yeux. Cela faisait plusieurs heures qu'elle n'avait pas mangé, et lors de la soirée, elle n'avait pas eu l'occasion de beaucoup picorer dans les petits-fours. Son ventre ne tarda pas à lui faire part de son mécontentement en lâchant un terrible grognement. L'Oyabun s'endormit de nouveau, pour oublier un instant encore, la faim qui la tiraillait.

A travers ses pensées brumeuses, elle crut entendre, dans son demi-sommeil, des bruits de pas, des coups frappés contre une porte, quelques paroles confuses. Rien de tout cela n'avait de sens dans son esprit endormi. Soudain, elle sentit son lit s'affaisser légèrement d'un côté, puis une chaleur et une douce odeur de chocolat chaud vinrent embaumer son corps. Une caresse sur son visage lui indiqua qu'elle devait se réveiller. Elle ouvrit de nouveau les yeux, et chercha un instant, encore amorphe, l'origine de cette caresse. Son regard finit par se poser sur Abel, à qui elle adressa un joli sourire.

« Bonjour. Tu as bien dormi ?.. Je me suis permis de commander le petit-déjeuner. J’espère que tu as le temps de manger quelque chose avant de partir. Ta journée va sûrement être longue. »

Cassandre tourna la tête vers la table de chevet et vit le plateau de petit-déjeuner. A cette seule vue, son estomac se mit de nouveau à manifester sa présence. Elle eut un sourire gêné, se mordillant légèrement la lèvre inférieure, avant de lui répondre:

« Je crois qu'un petit-déjeuner ne serait pas du luxe. »

La jeune femme se redressa, et s'assit à côté de son ami. Elle prit sur la petite table sa montre et consulta l'heure. Elle avait le temps de manger un peu, sa prochaine réunion n'ayant lieu qu'en début d'après-midi. Cassandre s'était arrangée pour n'avoir pas à se soucier du lendemain de cette soirée, du moins, jusqu'en fin de matinée. Et puis, Gôro se chargeait de plus en plus des affaires en cours depuis qu'elle avait délégué ses responsabilités.
Elle prit une des tasses posées sur le plateau, et l'entoura de ses doigts fins. La chaleur se diffusa dans ses mains, avant qu'elle n'approche le récipient de sa bouche pour y tremper les lèvres. Après une première gorgée, elle interrogea son ami:

« Et toi, as tu bien dormi? Je n'ai pas trop ronflé? »
lui demanda-t-elle en plaisantant avant de reprendre un peu de la boisson chocolatée. « Au fait, le room-service t'a t-il apporté des vêtements pour moi? J'en ai fait amener hier soir... »

C'était une question certes triviale, mais la future maman ne pouvait pas remettre cette luxueuse robe de soirée qu'elle avait porté la veille. Elle aimait les choses simples, classiques et confortables à porter. Surtout pour travailler. Et puis, cette robe avait déjà été suffisamment compliquée à enfiler la veille, qu'elle avait été soulagée de la retirer pour prendre son bain.

Elle croqua dans un des petits pains apportés avec le reste. Son ventre commençait à se calmer, mais elle n'avait toujours pas oser dire à Abel qu'elle était a jeun depuis la veille. Il se serait beaucoup trop inquiété, et aurait pu lui faire un sermon.

« Alors, que vas tu faire aujourd'hui? C'est un nouveau départ pour toi. Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu sais que ma porte t'est grande ouverte... »

La jeune femme avait posé son regard bleu-gris sur son ami. Elle se doutait bien que ce jour, même si le temps était radieux, n'allait pas s'annoncer facile pour Abel. Cassandre voulait lui apporter son soutien, lui signifier qu'elle était là pour lui, qu'il pouvait compter sur elle, quoiqu'il arrive.
Elle ne savait pas s'il avait gardé son appartement, mais sa maison était suffisamment spacieuse pour qu'elle puisse l'accueillir. Un seul mot de sa part, et elle faisait aménager un certain nombre de pièces à sa disposition.

[Idem... ça fait un bout de temps que je n'ai pas écrit, j'ai l'impression d'avoir perdue la main!]

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Lun 18 Jan - 20:01

« Je crois qu'un petit-déjeuner ne serait pas du luxe. »

Abel ne fit que sourire légèrement à cette réponse. Par politesse, il ne fit aucun commentaire sur les lamentations de l’estomac de Cassandre. Après une soirée comme celle de la veille, il était normal d’avoir faim. Le blond prit la deuxième tasse de chocolat chaud et la porta à ses lèvres pour souffler doucement dessus. La boisson était chaude. Il était sûrement préférable de la refroidir un peu avant d’en boire, pour éviter de se brûler la bouche et la gorge. Lorsqu’il jugea la température raisonnable, Abel but deux petites gorgées du chocolat. Il était vraiment très bon. En même temps, le jeune homme n’était pas très difficile lorsqu’il s’agissait de chocolat. C’était vraiment l’un de ses points faibles.

« Et toi, as tu bien dormi? Je n'ai pas trop ronflé? »

« Non, je ne pense pas. J’ai tellement bien dormi que je n’aurais rien entendu de toute façon. »

« Au fait, le room-service t'a t-il apporté des vêtements pour moi? J'en ai fait amener hier soir... »

« Non, il ne m’a rien apporté. Peut-être ont-ils oublié. On les appellera tout à l’heure pour le leur rappeler si tu veux. »

Abel n’avait pas su que Cassandre avait fait apporter des vêtements de rechange la veille sinon il aurait demandé au room-service de les apporter en même temps que le petit-déjeuner. La jeune Américaine avait dû appeler l’un de ses hommes de main pour qu’il vienne déposer des vêtements propres à l’hôtel. C’était pratique d’avoir des gens à sa disposition. Abel aimait faire les choses lui-même mais parfois, il ne refuserait pas un peu d’aide. S’il avait toujours été avec Tatsuki, il aurait demandé à l’un de ses hommes de lui apporter des vêtements de rechange aussi. Enfin, s’il avait toujours été avec Tatsuki, il ne serait sûrement pas dans cette chambre d’hôtel avec Cassandre. Il serait au penthouse ou dans la demeure des Sugiura…

Le grand blond but de nouveau un peu de chocolat et prit un petit croissant. Premier petit-déjeuner qu’il prenait en étant de nouveau officiellement célibataire. Pour l’instant, cela ne lui faisait rien. La présence de son amie lui faisait du bien même s’ils ne parlaient pas beaucoup. Mais Cassandre devait savoir qu’Abel n’était pas un grand bavard depuis le temps qu’ils se connaissaient. Il était d’un naturel calme, même dans ce genre de circonstances. Surtout dans ce genre de circonstances en fait. Il venait de quitter l’homme qu’il aimait. Il n’allait pas sauter de joie. Et, pour ce qui était des larmes, il en avait suffisamment versées. Il s’était fait une raison : il n’était pas fait pour être avec Tatsuki. L’Oyabun était bien trop instable et immature pour lui. Mais ce n’était pas parce qu’il se faisait à cette idée qu’il n’était pas triste.


« Alors, que vas tu faire aujourd'hui? C'est un nouveau départ pour toi. Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu sais que ma porte t'est grande ouverte... »

« Merci mais je vais essayer de me débrouiller tout seul. J’irai chercher tout à l’heure les dernières affaires que j’ai laissées au penthouse et je retournerai dans mon loft. J’ai bien fait de ne pas le vendre. »

Peut-être ne l’avait-il pas vendu parce qu’au fond de lui, il se doutait que son histoire avec Tatsuki ne durerait pas éternellement. Reira avait vraiment eu raison de le mettre en garde. Mais, trop amoureux pour suivre ses conseils, il s’était obstiné à tout faire pour que son histoire avec le yakuza fonctionne. Mais tous les efforts du monde n’avaient pas suffi. Il avait fini par craquer à cause de toutes les bêtises qu’avait bien pu faire Tatsuki. Et, franchement, si lui n’avait pas pu supporter les écarts de l’Oyabun, qui le pourrait ? Abel ne pouvait s’empêcher de le plaindre. Comment le yakuza allait-il être un bon père avec une personnalité pareille ?..

Le blond termina son petit-déjeuner en silence. La main tendue de Cassandre lui faisait plaisir mais il préférait refuser, par fierté sûrement. Il n’aimait pas dépendre de quelqu’un. Et puis, que dirait-on de lui si jamais on apprenait qu’il se faisait légèrement entretenir par la belle blonde ? On allait vraiment le prendre pour un parasite. De plus, dans la mafia, on allait sûrement s’imaginer des choses si on le voyait habiter avec un Oyabun puis un autre. Abel préférait se tenir le plus loin possible des problèmes que pouvait causer la mafia. Il allait donc tenter de se débrouiller tout seul, comme il l’avait toujours fait. Cela serait sûrement difficile au début mais il y parviendrait.


« J’ai l’impression d’être un peu coupé du monde ici. Ça va être difficile de revenir à la vie de célibataire. Mais j’ai l’intention de ne pas me laisser aller comme la dernière fois. Il faut voir le bon côté des choses, ma relation avec Tatsuki m’a rendu un peu plus fort. » avoua Abel avec un pauvre sourire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Mar 2 Fév - 22:34

La conversation était calme et détendue. Les deux jeunes gens semblaient avoir bien dormis, malgré les évènements de la veille. Un spectateur extérieur à la scène aurait pu les prendre pour un couple... ou pour des personnes de la même famille. Il y avait toujours cette aura étrange qui planait autour d'eux, les reliant malgré leurs grandes différences. Leur discussion était des plus triviales, mais elle était agréable. Ces quelques mots avaient pour effet d'évacuer toute réalité extérieure. Pendant un instant encore, ils ne se souciaient pas du monde, des soucis, des personnes qui les attendaient dehors. Si Cassandre l'avait pu, en donnant toute sa fortune, elle aurait volontiers suspendu cet instant. C'était un moment de "non-lieu", dont les minutes s'égrainaient avec une lenteur apaisante et rassurante.
Abel donna à la belle américaine les réponses qu'elle désirait par rapport à cette nuit passée et aux vêtements qu'elle avait fait ramener. A la question qu'elle lui posa, le jeune homme lui répondit alors:

« Merci mais je vais essayer de me débrouiller tout seul. J’irai chercher tout à l’heure les dernières affaires que j’ai laissées au penthouse et je retournerai dans mon loft. J’ai bien fait de ne pas le vendre. »


D'un certain côté, c'était un refus poli de son ami, mais elle le comprenait très bien. Il avait la réputation d'être un gigolo, et le fait de vivre chez elle, ne serait ce que pour un temps, aurait renforcé cette impression aux yeux des autres. Abel n'avait certainement pas envie que sa réputation soit encore plus salie après sa rupture. Et puis, il voulait probablement couper les ponts avec les Oyabuns et les yakuzas de Yuukoku pour un moment. La solitude était parfois un bon moyen de se recentrer sur certaines priorités, de reprendre en main sa vie. Par moment, Cassandre avait envie de tout laisser tomber, de tout rejeter en bloc, de ne plus appartenir à sa vie, de ne plus sentir sur elle le poids de sa propre existence. Mais aujourd'hui, ce n'était plus possible. Elle avait choisi, consenti, accepté de partager son monde avec l'enfant qu'elle portait. Elle n'avait d'autres choix que de s'y résoudre et d'avancer. De toutes façons, sa mélancolie d'autrefois était maintenant loin derrière elle. La jeune femme avait décidé de ne plus se laisser abattre par le moindre obstacle, mais plutôt d'y faire front, afin de ne pas avoir à se sentir méprisable et lâche...

« J’ai l’impression d’être un peu coupé du monde ici. Ça va être difficile de revenir à la vie de célibataire. Mais j’ai l’intention de ne pas me laisser aller comme la dernière fois. Il faut voir le bon côté des choses, ma relation avec Tatsuki m’a rendu un peu plus fort. »

Étrangement, le jeune homme eut la même pensée qu'elle. En effet, rien ne semblait exister en dehors de cette pièce. Tels deux amants adultères, ils s'étaient réfugiés dans une passion commune qui ne devait pas connaître la sérénité et la continuité à l'extérieur, une sorte de secrète complicité que seuls les initiés pouvaient percevoir, les préservant de toutes agressions, leur épargnant le regard réprobateur des autres et leurs jugements froids. Cette chambre d'hôtel, d'une esthétique banale et anonyme, semblable à toutes autres chambres d'hôtel, les isolait du bruit, de la fureur, de la ville. Le temps s'était arrêté, ou du moins, il s'égrainait très lentement. Cette seule pensée apaisait la jeune femme, qui se sentait en sécurité, ici, dans cette chambre d'hôtel en compagnie de son ami.

Cassandre s'échappa de ses pensées, et se leva du lit. Elle fit quelques pas dans la chambre, en direction de son sac à main. Elle fouilla rapidement dedans, à la recherche de son portable. En l'allumant, elle constata, comme d'habitude, que son répondeur était bondé, tout comme sa boite mails. Parcourant rapidement des yeux les appels entrants, elle constata que la plupart était de son bras-droit, Gôro. L'affaire devait être urgente pour qu'il la harcèle ainsi... Enfin, peut être pas suffisamment non plus pour appeler l'hôtel pour joindre sa patronne. L'américaine ne savait pas trop quoi penser de ces coups de fil intempestifs. Elle soupira, et le rangea de nouveau dans son sac, en mode silencieux.

Elle se tourna de nouveau vers Abel, et lui demanda alors:

« Cela te dérangerait-il de rappeler l'accueil? J'ai vraiment besoin de savoir si mes vêtements sont arrivés... Le travail se fait de nouveau plus présent... »


Pourtant, la jeune femme aurait mille fois préféré rester ici, enfermée dans ce lieu qui ne signifiait rien, plutôt que retourner dans son bureau encombré de dossiers divers. Elle revint vers son ami, et posa avec douceur une de ses mains sur l'épaule d'Abel:

« Je vais bientôt devoir partir, dès que je pourrais m'habiller... Néanmoins, saches que, quoiqu'il arrive, je serais toujours là... Je suis désolée de ne pas pouvoir être plus présente pour toi en ce moment, mais si tu as besoin de moi, tu connais mon numéro, et où que tu sois, j'accourrai. »

Elle eut un doux sourire, avant de reprendre:

« Enfin, si mon gros ventre me le permet! »


Cassandre n'avait pas la prétention d'être une Wonderwoman... Elle était humaine après tout, avec ses hauts et ses bas...

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Abel Saalfield

avatar

Nombre de messages : 1666
Age : 27
Age : 25 ans
Sexe : Masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : Ex tueur à gages - Souhaiterait ouvrir une boutique
Petit(e) Ami(e) : Tatsuki Sugiura
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Sam 6 Fév - 22:42

Les deux têtes blondes finirent leur petit-déjeuner dans le calme. Pourquoi la vie ne pouvait-elle pas être aussi paisible qu’en cet instant ? Si la vie en avait voulu autrement, Abel et Cassandre auraient sûrement fait un beau couple. Ils avaient à peu près le même caractère et semblaient aimer les mêmes choses. Nul doute que la vie aurait été plus simple ainsi. Mais malheureusement, c’était impossible de changer les gens et les évènements passés. Mais leur amitié était suffisante. Abel avait très peu d’amies. Elles se comptaient même sur les doigts d’une seule main. Quant à ses amis hommes, ils ne devaient pas excéder la dizaine. Mais étant de nature plutôt solitaire, cela suffisait à Abel.

Le blond suivit du regard son amie qui venait de se lever. Vêtue d’un simple peignoir, elle se dirigea vers son sac à main pour rallumer son portable. Abel connaissait bien ce geste. Tatsuki aussi était souvent le téléphone à la main. Si on avait pu le lui greffer à l’oreille, le yakuza aurait sûrement été heureux. Et voilà que le grand blond repensait à son ex… Il fallait vraiment qu’il parvienne à le sortir de son esprit, pour son bien. Il se concentra donc sur Cassandre qui pianotait légèrement sur son portable. On avait sûrement dû essayer de la joindre depuis hier soir. Elle n’avait vraiment pas une vie facile en tant que femme Oyabun.


« Cela te dérangerait-il de rappeler l'accueil? J'ai vraiment besoin de savoir si mes vêtements sont arrivés... Le travail se fait de nouveau plus présent... »

Abel acquiesça tout simplement. Il allait appeler l’accueil pour savoir si des vêtements avaient bel et bien été apportés à Cassandre. Ainsi, elle n’aurait pas à remettre sa robe de soirée de la veille et serait prête pour se rendre directement sur son lieu de travail. Elle vivait vraiment à cent à l’heure. Le jeune tueur espérait juste qu’elle déléguait la plupart de son travail pour souffler un peu. Il ne fallait pas que le stress prenne le dessus sur elle sinon ça ne serait pas bon pour le bébé. Abel aimerait bien lui donner des conseils mais il avait peur de paraître trop envahissant. Il allait donc rester en retrait, mais serait quand même toujours là si jamais Cassandre avait besoin de lui.

« Je vais bientôt devoir partir, dès que je pourrais m'habiller... Néanmoins, saches que, quoiqu'il arrive, je serais toujours là... Je suis désolée de ne pas pouvoir être plus présente pour toi en ce moment, mais si tu as besoin de moi, tu connais mon numéro, et où que tu sois, j'accourrai… Enfin, si mon gros ventre me le permet! »

« C’est réciproque. Si tu as besoin de moi, appelle-moi. »

Abel posa une main sur celle de Cassandre posée sur son épaule. Elle s’inquiétait trop pour lui alors qu’elle devait d’abord prendre soin d’elle. Il était sans dire que le blond ne l’appellerait jamais au secours. Il préfèrerait se débrouiller tout seul ou bien appeler quelqu’un d’autre. Il n’allait pas la déranger alors qu’elle avait aussi beaucoup de problèmes à gérer… Abel finit par se lever pour aller téléphoner. Il espéra un instant que les hommes de Cassandre eurent oublié les vêtements de leur patronne. Cela aurait permis à la jeune femme de rester un peu plus longtemps dans cette chambre d’hôtel avec Abel. Le blond se rendit compte que cette pensée était vraiment égoïste. De plus, elle ne se réaliserait jamais vu que des vêtements attendaient bien Cassandre à l’accueil. Abel demanda à ce que quelqu’un les apporte dans leur chambre avant de raccrocher.

« Tes vêtements devraient arriver dans quelques minutes. » informa t-il en se tournant vers Cassandre. « Je vais aller m’habiller dans la salle de bain. Tu pourras prendre la place ensuite, d’accord ? »

Après avoir adressé un léger sourire à Cassandre, Abel alla s’enfermer dans la salle de bain. Il retira son peignoir et remit son costume de la veille. Cela ne lui plaisait pas de s’habiller avec des vêtements non lavés mais il n’avait pas le choix. Dès qu’il serait rentré chez lui, il reprendrait une douche et mettrait ces vêtements à laver avant d’en vêtir d’autres. Une fois habillé, le blond se regarda rapidement dans le miroir pour remettre quelques mèches ondulées en place. Peut-être se ferait-il une nouvelle coiffure pour prendre un nouveau départ dans sa vie. Il verrait bien. Il avait tellement de choses à penser pour revenir à sa vie de célibataire. Dès qu’il aurait franchi les portes de cet hôtel, la vie reprendrait son cours. Un léger soupir traversa les lèvres d’Abel avant qu’il ne sorte de la salle de bain. Cassandre avait apparemment récupéré ses vêtements. Elle allait pouvoir s’habiller. Le blond lui indiqua que la salle de bain était maintenant libre.

« Je t’attends. Nous quitterons les lieux ensemble. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre McKeller
Modo
avatar

Nombre de messages : 752
Age : 27
Age : 23 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Bisexuelle
Métier : Oyabun du clan McKeller
(Sycophante à ses heures perdues...)
Petit(e) Ami(e) : Divorcée... donc, célibataire!
Date d'inscription : 17/01/2009

MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   Mer 24 Fév - 22:48

(J'adore ton nouvel avatar!)

Le jeune homme se montra réceptif à son invitation. Elle tenait vraiment à ce qu'il l'appelle s'il avait le moindre problème, surtout depuis qu'il n'avait plus la protection de Tatsuki. Même si c'était un grand garçon, Cassandre était au courant des tensions qui existaient entre son ex et d'autres membres de la mafia, comme Akito Endo. Elle craignait donc que ce dernier ne s'en prenne à son ami pour se venger de l'Oyabun. Abel était le seul véritable ami, en dehors de son clan, qu'elle avait. Elle ne voulait pas le perdre, mais ne pouvait pas non plus l'affubler d'une dizaine de gardes du corps. De toutes façons, il n'aurait certainement pas beaucoup apprécié cela de la part de l'Oyabun. Le blond se leva pour s'emparer du téléphone. Il demanda à l'accueil ce qu'il en était des vêtements de son amie. Elle l'entendit ordonner qu'on les fasse monter dans la chambre.

A vrai dire, Cassandre se sentait bien ici, avec Abel, et elle aurait aimé prolonger son séjour. Néanmoins, elle était encore pour le moment une femme d'affaires qui avait un clan à gérer, et même si elle devait se ménager pour sa grossesse, elle n'avait pas terminé de s'occuper de l'organisation de son administration après son accouchement. Le travail l'attendait, et plus elle perdrait de temps, plus le retard et le stress risquaient de l'accompagner dans les prochaines semaines. Abel l'informa que ses vêtements n'allaient pas tarder à être monter. En attendant, il lui indiqua qu'il occuperait la salle de bain quelques minutes pour s'habiller lui aussi. La jeune femme n'eut rien à redire là-dessus, et se chargea de rassembler ses affaires tandis que son ami s'était enfermé dans la salle d'eau.

Peu de temps s'écoula avant que l'on ne vienne frapper à la porte. La future maman cessa ses activités pour aller répondre. Un employé de l'hôtel patientait devant la porte, une robe noire sur un cintre, protégée par un plastique de pressing dans une main, et dans l'autre, un petit sac qui devait contenir le reste des affaires personnelles de Cassandre. Elle le remercia, lui donna un pourboire et le regarda s'éloigner un court instant dans le couloir, avant de refermer la porte. Abel ne tarda pas à sortir de la salle de bain. Il portait les mêmes vêtements que la veille, n'en ayant pas prévu de rechange.

La salle de bain était maintenant libre, elle s'y faufila rapidement après qu'Abel lui eut assuré qu'il l'attendrait avant de partir. La jeune femme ne tarda pas, ne prenant pas la peine de se maquiller pour une fois. Après tout, au naturelle, elle était toujours aussi séduisante. Elle ouvrit le petit sac et en retira des sous-vêtements qu'elle enfila rapidement après avoir dénouée son peignoir. Puis, elle passa sa robe noire, bien cintrée et maintenue par une légère bande de tissu sous la poitrine. Ainsi, ses formes naissantes disparaissaient sous la coupe parfaite et le noir amincissant du vêtement. D'un rapide coup de brosse, elle coiffa ses cheveux, et après un dernier regard dans le miroir, sortit de la salle de bain, éteignant les lumières derrière elle.
La jeune femme remit ses talons de la veille, et enfila son manteau de fourrure. Elle avait regroupé le reste de ses vetements dans le sac qu'on lui avait apporté. Fin prête, elle jeta un coup d'oeil en direction d'Abel. Elle le sentait triste, d'une profonde mélancolie. Cassandre aurait tout donné pour lui rendre le sourire, mais elle savait que seul le temps pourrait améliorer les choses.

Elle s'approcha de lui, et l'entoura de ses bras. Abel n'était pas familier de ce genre de contact, et elle non plus. Néanmoins, elle sentait que cela était nécessaire, à ce moment-là, maintenant, sans vraiment savoir pourquoi. Elle desserra son étreinte et se recula, avant de lui dire:

"Je suis prête Abel..."


Le jeune homme et elle sortirent alors de la chambre. Abel referma à clé derrière lui, et ils prirent l'ascenseur pour descendre. Arrivés à l'accueil, il rendit la clé de sa chambre et signa un papier avant de rejoindre la jolie blonde qui l'attendait près des portes vitrées. Elle s'était mise à observer le monde en mouvement, et avait conscience que le rêve éveillé qu'elle vivait depuis la veille prendrait fin dès qu'elle poserait le pied dehors. Le temps suivait son cours, et c'était la seule chose qu'elle ne pouvait pas acheter.

Les deux jeunes gens sortirent de l'hotel. La vie reprit. Avant de se séparer, Cassandre lui dit avec douceur:

"Merci beaucoup pour cette soirée, Abel. J'espère que nous nous reverrons très bientôt. N'hésite pas à venir quand tu le désires."


Pour Cassandre, c'était une invitation ouverte qu'elle espérait qu'Abel accepterait, bien que beaucoup de choses soient à régler pour lui dans les prochains temps. Elle déposa un baiser sur sa joue, et s'éloigna doucement vers sa voiture..;

_________________

Cassandre McKeller
Don't be kind with me. I'm not a stupid doll...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mllepauline4ever.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Do not disturb... (Izu, Cassy, Abel) [TERMINE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Salle à manger]Petit diner entre amis [TERMINE]
» Nos chers auteurs...(Abel/Lola)
» Caïn Abel, 1er Vampire ...
» [THEME] Baiser volé [TERMINE]
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Le Quartier des Loisirs :: Les Hôtels-
Sauter vers: