Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Petite virée à NowhereLand [pv Lena]

Aller en bas 
AuteurMessage
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Mar 1 Sep - 21:53

En cette fin d'après-midi l'ambiance au garage était plutôt détendue, voire assez bon enfant.
La journée avait en effet été plutôt tranquille; pas d'épaves tellement vieilles à réparer qu'on se demandait par quel miracle on parviendrait à les ressusciter, pas non plus de tas de ferraille à moitié écrasé par un accident de voiture. Parfois les gens avaient tendance à confondre mécanicien et magicien... certes, les deux mots entretiennent une certaine ressemblance au niveau de l'orthographe et de la prononciation, mais c'est à peu près tous les points communs qui existent entre les deux fonctions. Seulement, quand vous disiez à une personne que sa voiture n'était plus bonne que pour la casse elle avait tendance à vous traiter d'incapable ou de fainéant, ou les deux à la fois, quand elle n'employait pas une série de termes un peu moins polis. La patience d'Izumi ne résistait en général pas longtemps face à ce genre de clients, il avait tôt fait de les envoyer balader eux et leur tas de taule sur roues. Ses méthodes pour le moins radicales ne plaisaient d'ailleurs pas à son patron, et il n'était pas rare que les deux hommes se disputent à ce sujet.
Mais, étrangement, aujourd'hui il n'y avait eu à déplorer aucun incident diplomatique de ce genre.
Chantonnant distraitement la mélodie débile que lui jouait la radio, Izumi finissait d'installer une batterie neuve sur une voiture. Une fois ce travail terminé sans difficulté majeure, le jeune homme examina une dernière fois la machine, histoire de vérifier que tout était parfaitement en ordre. Étant légèrement maniaque pour tout ce qui concernait son boulot, le brun prit la peine de remplacer les bougies du véhicule qui, bien que fonctionnant toujours, ne semblaient plus en avoir pour très longtemps. Il referma ensuite le capot de la voiture, pas mécontent d'en avoir fini avec ça, puis entrepris de faire un brin de rangement, toujours au son de son poste radio qui braillait les dernières conneries à la mode du moment. Quand c'était possible, Izumi aimait bien avoir un peu de musique en fond sonore. Habituellement personne n'avait rien contre.

N'ayant à présent plus grand chose à faire, le jeune homme s'octroya le droit d'aller embêter un peu son monde.
Muni d'un clef à molette qui lui faisait office de micro, l'apprenti mécanicien s'improvisa star de la chanson.
Talent vendu séparément...

On ne peut pas être doué pour tout, cela paraît évident, mais il y a des domaines ou l'on s'avère être excessivement mauvais. Ainsi, Izumi ne pouvait même pas prétendre au grade de chanteur de salle de bain. Le fait d'être parfaitement incapable d'aligner trois notes justes n'empêchait malheureusement pas notre homme de s'amuser à pousser la chansonnette dès que l'envie lui en prenait.
En règle générale il évitait d'offrir ce type de spectacle devant un public, mais il faisait parfois quelques exceptions à cette règle. Après une longue journée de travail, se détendre un peu en allant vérifier si le massacre du dernier tube vaguement pop/rock du moment agrémenté d'une chorégraphie ridicule suffit à déstabiliser le collègue qui essaie de répondre sérieusement au téléphone est un loisir assez plaisant.
Pour information, face à une prestation des plus consternante de la part du brun, le collègue en question, contraint de fournir un effort surhumain pour ne pas exploser de rire alors qu'il était en train de conseiller un client par téléphone, adressa finalement un geste déplacé du majeur à Izumi. En voilà un qui ne manquerait pas de se venger dès qu'il en aurait l'occasion. Ce genre d'enfantillages étaient régulièrement de mise au garage. Les employés, bien que plutôt sérieux dans leur travail, se transformaient vite en de véritables gamins. Enfin... on s'amuse comme on peut...
Satisfait de son méfait du jour, Izumi laissa échapper un petit rire moqueur. C'est alors qu'il sentit une main se poser lourdement sur son épaule.

« - Toi, je t'en supplie ne te lance jamais dans la chanson; ça m'ennuierais d'avoir à te descendre. »

« - J'avoue, c'est très... personnel... comme style. Mais vous savez boss, je crois que j'ai mes chances, les gens écoutent vraiment n'importe quoi de nos jours. »

Objecta le brun d'un air espiègle.
Il s'était retourné pour faire face à son patron qui le fixait à présent d'un air perplexe. Le ''boss'', comme Izumi l'appelait, était un homme d'une quarantaine d'année, il mesurait un bon mètre soixante-quinze et avait la carrure solide et la silhouette impressionnante des travailleurs manuels. Pourtant, le jeune homme n'était nullement intimidé par la stature du mécanicien, ni par son air bourru assez peu rassurant.
Le ''boss'' n'avait pas à se plaindre de son apprenti, il ne regrettais pas de l'avoir engagé, il était plutôt doué et assimilait vite, mais il pouvait se montrer assez indiscipliné.
L'homme soupira. Après tout, il aimait mieux voir le brun faire l'idiot plutôt que devoir le supporter les jours où il était mal luné. Il le rappela tout de même à l'ordre, pour la forme.

« - Izumi... je te trouve là à glander, mais t'avais pas du boulot par hasard ? Puis arrête avec ce ''boss'', je suis pas chef mafieux que je sache. »

Le mécanicien n'avait pas haussé le ton, et il ne s'attendait pas vraiment à ce que son interlocuteur le prenne au sérieux...
L'intéressé baissa les yeux, imitant l'expression d'un enfant que l'on vient de réprimander après qu'il ait fait une bêtise.

« - Mais papa, j'ai fini mon boulot, je m'ennuie maintenant. »

Papa ? ... Euh... à choisir ''boss'' c'était tout de même un peu mieux. Cependant, quelque par ça n'était pas entièrement faux, le ''boss'' avait une légère tendance à surveiller ce que faisait Izumi, un peu à la manière d'un père.
Il n'eut cette fois pas le temps de répliquer, il fut interrompu par la voix de son second employé qui lui parlait depuis l'autre bout de la pièce.

« - Boss ? On vient de recevoir un appel. Une panne de voiture. D'après ce que me dit la demoiselle va falloir sortir la dépanneuse, et à mon avis y a pas moyen de réparer sur place. »

Mais enfin... ils allaient arrêter tous avec ce ''boss''... c'était lassant à la longue.
Le patron, un sourire malicieux se dessinant soudain sur ses lèvres, posa un regard emprunt d'ironie sur le brun.

« - Dis moi gamin, c'est pas toi qui vient de me dire que tu t'ennuyais ? T'as tout gagné : c'est toi qui t'occupes de cette affaire. »

Ou comment annihiler en dix secondes la bonne humeur de votre jeune apprenti un brin caractériel.
Soudain l'expression facétieuse s'effaça complètement du visage d'Izumi pour être aussitôt remplacée par un petit air surpris qui laissa vite place à une mine agacée. Le moins que l'on puisse dire c'est que cette décision de son patron n'enchantait pas le brun, qui ne se priva pas de le faire savoir. Mais il eut beau protester le résultat demeura le même.

Quand il en eut marre de polémiquer en vain, le jeune homme, non sans continuer de râler, se résigna à aller sortir la dépanneuse. Il jeta une boîte à outils sur le siège passager et démarra le véhicule. Bien entendu, un boulot pareil, il avait fallu que ce soit sur lui que ça tombe; le boss avait juste trouvé le prétexte pour le lui refiler. Le garage allait fermer dans même pas une heure. La jeune femme qui avait téléphoné était tombé en panne en dehors de la ville, rien qu'en comptant le temps de faire l'allé-retour il était certain qu'Izumi ne serait pas revenu dans une heure.
Heureusement, la jeune femme avait indiqué l'endroit où elle se trouvait avec suffisamment de précision pour que le brun n'ait pas à se perdre trois heures en cherchant au hasard une grande cruche postée sur le bord de la route à côté de sa voiture en panne... Mais bon... même avec des indications précises sur la manière de s'y rendre un coin paumé reste un coin paumé. Les gens avaient le chic pour tomber en panne dans les lieux les plus isolés de la création...

*La chance Izu... le boss vient de t'offrir un voyage à Nowhereland... Si ça c'est pas un beau cadeau...*


L'apprenti mécanicien eut quand même trois bons quarts d'heure de route à faire avant de parvenir à l'endroit indiqué. Cependant, les embouteillages, les divers boulets roulants et autres conducteurs du dimanche ne l'avaient pas aidé à recouvrer un semblant de calme; notre homme était en effet de ceux qui perdent facilement leur sang-froid lorsqu'ils sont au volant.
Izumi gara la dépanneuse derrière la voiture de la jeune femme.
Avant de sortir du véhicule il examina rapidement son reflet dans le rétroviseur, passa une main dans ses cheveux... ça n'était pas ça qui allait changer grand chose à son allure peu avenante... mais bon.
Évidemment, même si niveau classe il y avait mieux, personne ne jugerait étrange de voir débarquer un mécanicien vêtu de son bleu de travail décoré de quelques taches de cambouis et portant de vieilles Doc Martens. Pour le look on repasserait... cependant le fait que le mécanicien en question tire une tronche de trois pieds de long serait certainement moins apprécié.
Fixant toujours le rétroviseur il se força à esquisser un sourire, puis, jugeant que le résultat avait plus l'air d'une immonde grimace, il abandonna l'idée de se donner un air plus sympathique.
Il attrapa sa boîte à outils sur le siège passager puis claqua la porte de la dépanneuse derrière lui.

« - B'soir. » Adressa-t-il à la jeune femme blonde qui se tenait près de la voiture.

« - Bon, ça se voit peut-être pas mais je suis le mécano. » Plaisanta-t-il. (après tout il n'était pas obligé d'infliger sa mauvaise humeur à son interlocutrice qui devait probablement être elle aussi plutôt à cran après ses quelques soucis de voiture.)

« - Désolé pour l'attente... mais votre caisse a bien choisi son endroit pour rendre l'âme... Enfin... bref... Je vais jeter un coup d'oeil à ce qui va pas et je vous dis si je peux faire les réparations sur place sans que ça prenne trop de temps ou s'il faut amener la bagnole au garage. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Mar 15 Sep - 16:53

Tokyo

Costume cravate, un petit colis sous le bras, Kojiro Kurushima courait à toute vitesse à travers les rues désertes à cette heure tardive. Loin du centre ville, l’ambiance était tout à fait différente des grandes rues bombées de passant à toutes heures du jour comme de la nuit. S’enfonçant dans un dédale de rues de plus en plus étroites, Kojiro commençait à désespérer. Il fallait absolument qu’il trouve une boite aux lettres. Il tourna encore au coin d’une ruelle pour aboutir dans une rue un peu plus grande. Il vit enfin une boite aux lettres. Il accéléra d’autant plus avec la force du désespoir. Il savait que ce soir il ne s’en sortirait pas. Mais il ne comptait certainement pas tirer sa révérence avant d’avoir fait un dernier geste. Un geste dont il espérait beaucoup.

Le souffle court, il sortit un stylo et finit d’écrire précipitamment le nom et l’adresse du destinataire. Il fourra le paquet dans la boite aux lettres et reprit aussitôt sa course en s’éloignant du lieu. Il commençait à entendre des bruits de pas derrière lui, il continua en espérant que personne n’avait vu sa précédente action. Des éclats de voix se firent entendre derrière lui. Il se retrouva rapidement coincé. Un 4x4, d’où 3 personnes sortirent, lui bloquait la route face à lui. Il regarda autour de lui. C’était fini. Ses poursuivants qui lui couraient après, l’avaient déjà rattrapé et lui coupaient toute retraite. Ils étaient plus nombreux, mieux armés et même le terrain était en leur faveur. Il releva la tête, prêt à se battre ongles et becs. Il n’allait pas leur mâcher le travail pour autant. Le lieutenant de police Kojiro Kurushima se battit avec acharnement jusqu’au dernier moment.



************************************


Ailleurs au Japon.



-Alors Lena ? Ça te plait ?


-Un peu que ça me plait ! Je suis littéralement sur un nuage !

Steevens éclata de rire.

-Attention, on va faire un peu d’acrobatie. Accroche-toi bien et laisse-moi-t’emmener au septième ciel Darling!

-Bien reçu !

Lena mit bien son masque à oxygène tout comme Steevens. Une fois fait, il amorça quelques manœuvres. Les sensations étaient indescriptibles. Le flux d’adrénaline accélérait son rythme cardiaque. Le corps collait à son siège de passager, c’était la première fois qu’elle montait dans un F-16. Tout était bleu et blanc autour d’elle. Steevens effectua quelques loopings et virages serrés. Ils se retrouvèrent la tête à l’envers. Au septième ciel. Quelques minutes plus tard qui lui semblèrent bien courtes, Steevens posa l’appareil sur la piste d’atterrissage. Même si c’était en douceur, cela changeait fortement des atterrissages des avions de ligne. Son corps fut quelques peu secoué. Elle resta quelques secondes immobile, le temps que son corps se remette de cette expérience. La verrière en polycarbonate s’ouvrit lentement. Avec un petit sourire à la limite de la béatitude, elle détacha le masque à oxygène de son casque et se libéra des sangles de sécurité de son siège, avant de s’extirper de l’avion à la suite de Steevens. Il lui tendit la main pour l’aider à descendre.

Lena retira son casque et passa sa main dans ses longs cheveux blonds, un grand sourire étalé sur son visage. Steevens en fit de même.

-Merci

-J’t’avais bien dis que t’aimerais ça et que tu en redemanderais même encore.


-Effectivement. C’était incroyable. J’ai toujours su que t’étais un homme de parole.

Steevens était officier dans l’armée américaine. Un grand texan blond, à la musculature irréprochable. Sous ses airs de dur, c’était une vrai crème. D’ailleurs Lena aimait bien l’embarrasser en l’appelant Teddy-Bear lorsqu’ils étaient seuls. Il y a quelques années il lui avait promis un vol dans un avion de chasse quand il serait devenu pilote. Quand James Steevens reçut sa mutation dans une base américaine au Japon, le jeune-homme avait remué ciel et terre pour la retrouver. C’est-à-dire pas très longtemps, il n’y avait pas beaucoup de flics qui s’appelaient Lena Kasama. La jeune femme avait elle-même oublié la promesse que le jeune homme lui avait faite. L’expression fière, il tendit une paire de lunettes Ray-Ban à Lena qui les mit sans rechigner.

-Félicitations, tu viens d’être dépucelée.


-C’était une première fois inoubliable.


Steevens parada à travers la base comme un paon avec Lena à ses cotés qui avait retrouvé des habits de civil. Quelques uns de ses camarades lancèrent des sifflements admiratifs ou quelques phrases remplies de sous-entendus. Ils discutèrent longuement sur ce qu’ils étaient devenus, qui était devenu quoi parmi certaines de leurs connaissances communes ou abordèrent d’autres sujets tout aussi détendu. Ils continuèrent dans la cabine de Steevens. Le jeune homme, même en repos, n’avait pas le droit de quitter la base pour l’instant. Étrangement son colocataire s’était trouvé beaucoup de choses à faire aujourd’hui. Le plus naturellement du monde ils remirent le couvercle. L’uniforme et le lieu ne devaient pas être innocents. Lena retrouva des sensations positives auxquelles elle était bien plus familière.

Quelques heures plus tard, Lena quittait la base en étant contente de sa journée de repos. Même son téléphone n’avait pas sonné une seule fois pour une affaire quelconque concernant son travail. Elle rendit son laisser passer à l’accueil et s’en alla à bord de sa voiture de location, un 4x4 japonais de couleur gris métallisé, avec en souvenir en plus des lunettes, un de ses magnifiques chapeau de cow-boy du Texas. Steevens avait insisté pour qu’elle l’emporte avec elle. Il fallait avouer que ça lui allait vraiment bien. Pour gagner du temps, elle avait pris l’avion pour venir voir Steevens. Puis loué cette voiture pour se rendre de l’aéroport à la base. Elle avait mis moins de 2 heures pour venir.

Prévoyant qu’elle aurait sa dose d’avion pour la journée, elle avait demandé une voiture qu’elle pourrait ensuite conduire jusqu’à Yuukoku. Elle avait eu le choix entre un pot de yaourt ou le 4x4 haute gamme japonais… Elle avait pris le 4x4 sans hésiter.

Son Ipod branché au 4x4, diffusait de la musique dans la voiture. Toujours avec son sourire aux lèvres, Lena conduisait paisiblement, quand elle dut subitement ralentir. Elle descendit la marche de son 4x4 et évalua les dégâts. Un simple pneu crevé. Lena ne se démonta pas pour autant. Sa veste en cuir trônait déjà sur le siège arrière de la voiture. La jeune femme portait un simple débardeur blanc associé à un jeans et des talons, sans oublier ses lunettes offerte par son cow-boy de Teddy-Bear. Le tout lui donnait toujours un certains style et une classe toujours indéniable qui lui était propre. Elle regarda ses chaussures. Pourquoi avait-elle mis des talons aujourd’hui? Pour la session de vol en F-16, Steevens l’avait prévenue qu’elle n’avait besoin de rien en particulier, puisqu’il lui fournissait toute la tenue réglementaire, Rangers y compris. Évidemment elle n’avait pas pu emporter la tenue avec elle, à vrai dire elle n’avait même pas demandé. Déjà que Steevens avait certainement dû jouer des pieds et des mains pour prendre une civile à bord avec lui. Et vu qu’elle n’était pas du tout en service aujourd’hui…

Elle soupira et ouvrit le coffre. Heureusement que l’agence de location y avait laissé le nécessaire en cas de crevaison. Elle se mit au boulot sans broncher. 20 minutes plus tard elle avait finit, le tout sans se casser la cheville et en conservant le blanc de son débardeur. Un exploit, qui méritait d'être applaudit s’il vous plait. Elle attrapa le chiffon qui allait de pair avec la roue de secours et essuya le gros de la saleté sur ses mains. Elle finit par essuyer ses mains aux ongles intactes et parfaitement manucurés, avec plusieurs lingettes nettoyantes qu’elle avait toujours sur elle. Elle avait sortit le paquet avant même de commencer à changer la roue, histoire de ne pas salir son sac quand elle voudrait les utiliser.

Elle monta dans la voiture et roula de nouveau… durant moins d’un km. Le moteur se mit à fumer dangereusement en faisant des bruits étranges. Lena s’arrêta immédiatement et se rangea de nouveau sur le bas coté. Elle posa son front sur le volant. Elle était maudite. Vu la fumée ça devait être le radiateur. Pas le genre de chose que l’on pouvait réparer comme ça, de la même façon que l’on changeait un pneu. Elle attendit que la fumée se calme puis se dissipe. Elle ouvrit le capot et jeta un coup d’œil en faisant attention à ne pas se bruler. C’était bien le radiateur.

Elle appela la compagnie de location. Elle expliqua la situation et la jeune femme au bout du fil lui promit d’envoyer quelqu’un dans moins d’une heure… 2h et des poussières plus tard, toujours rien. Elle rappela et engueula l’entreprise de location pour son incompétence flagrante, après avoir était suffisamment aimable pour répéter pour la énième fois ce qu’elle voulait. Finalement on n’était jamais mieux servi que par soi-même. Elle appela donc les renseignements qui la basculèrent sur la ligne d’un garagiste. Elle n’était qu’à une heure de Yuukoku en voiture. Elle expliqua de nouveau la situation, sa localisation avec le plus de précision, car évidement il fallait que se soit au milieu de nulle-part avec juste des arbres pour toute compagnie. Elle donna même les coordonnées GPS si cela pouvait aider à la retrouver.

Une fois fait, elle soupira de nouveau. Ça devait être son Karma. Elle était montée dans un F-16. Le genre de chose qui arrivait rarement quand on n’en pilotait pas un soi-même, surtout lorsqu’on était une simple civile. Il fallait donc bien que la balance retrouve son équilibre… C’était tout de même ennuyeux. A vrai dire c’était particulièrement énervant et frustrant… Elle aurait du reprendre l’avion.

Assise du coté passager, elle recula puis baissa son siège en arrière, et ouvrit le toit ouvrant du 4x4. Les jambes croisées sur le tableau bord, elle pouvait bien se le permettre vu le prix qu’elle payait et la qualité du service offert en conséquence. Son chapeau de cow-boy négligemment abaissé sur son visage. Elle attendit en musique, c’est tout ce qu’il y avait à faire. Elle avait déjà lu les magazines qui trainaient dans la voiture et finit son livre depuis bien longtemps.


Les bruit caractéristiques du moteur d’un véhicule qui roulait, réveilla aussitôt Lena. Elle regarda la route. Une dépanneuse ! Et en à peine une heure et des poussières! Enfin ! Elle se redressa et s’étira un instant avant de sortir de sa voiture. Sa mauvaise humeur en partie déversée sur les standardistes de la compagnie de location et le reste dissipée par son petit somme, elle était arrivée à un stade où le dépanneur était le nouveau messie en personne. Tout ce qu’elle voyait c’était son retour à la civilisation.

Un jeune homme à l’allure svelte et en bleu de travail, descendit de la dépanneuse avec une boîte à outils. Le jeune dépanneur portait plusieurs piercings apparents. Il s’approcha d’elle et se présenta. Il faisait visiblement un effort pour détendre l’atmosphère en plaisantant un peu.

-B’soir. Bon, ça se voit peut-être pas mais je suis le mécano.

-Et moi la personne en panne au milieu de nulle part et qui attend depuis plusieurs heures une dépanneuse, lui répondit-elle avec un léger sourire aimable quoique un peu amer. Elle venait de se souvenir qu’elle devait voir l’entrepreneur pour vérifier les travaux de son nouvel appartement. Elle allait devoir le rappeler. Son installation allait peut-être encore être repoussée.

-Enchantée, enchaîna-t-elle avec un sourire qui se transforma en une mine dépitée.

- Désolé pour l'attente... mais votre caisse a bien choisi son endroit pour rendre l'âme...

-Ce n’est pas ma voiture, mais une location.

Ce n’était qu’un détail idiot mais elle tenait à le préciser. Ses voitures étaient bien entretenues. Surtout celle de son père dont elle prenait particulièrement soin elle-même. Elle avait jeté un œil sous le capot de la location, l’entretien n’était pas parfait mais à peine passable. Avant le radiateur, les bougies auraient pu cesser de fonctionner n’importe quand. Pour une entreprise de location dite sérieuse, on pouvait attendre bien mieux. Surtout au niveau du service d’aide à la clientèle.

- Enfin... bref... Je vais jeter un coup d'œil à ce qui va pas et je vous dis si je peux faire les réparations sur place sans que ça prenne trop de temps ou s'il faut amener la bagnole au garage.

-Je ne veux pas remettre vos compétences en cause, mais à moins que vous ayez un radiateur de rechange pour une Toy**a RAV4 115 D-AD VX, ça m’étonnerait que vous puissiez faire grand-chose. C’est déjà un miracle que je sois arrivée jusqu’ici.

Lena laissa tout de même le garagiste regarder sous le capot de la voiture. En même temps qu’elle lui avait parlé d’un ton lasse et fatigué, elle avait ouvert le capot afin qu’il puisse voir de lui-même. Après tout il n’allait pas la croire juste parce qu’elle lui avait dit tout ça. En tant que professionnel il devait quand même jeter un coup d’œil, non ?

Elle s’excusa un instant et s’éloigna du mécanicien, histoire de le laisser faire son boulot sans être sur son dos. Elle-même ne supportait pas quand on tournait autour d’elle en surveillant ses moindres faits et gestes durant une enquête. Cela avait facilement tendance à l’agacer. Elle en profita pour appeler son entrepreneur. Elle s’excusa pour son empêchement de dernières minutes et s’arrangea pour le voir le lendemain. Elle raccrocha et se tourna vers le messie avec le seul véhicule qui fonctionnait correctement.

-Alors ? lui demanda-t-elle poliment. Il valait mieux être un minimum courtoise avec la seule personne qui pouvait la ramener à la civilisation. Et puis ce n'était pas comme si c'était lui qui avait personnellement préparé cette conspiration pour qu'elle se retrouve bloquée ici... n'est-ce pas ?

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Sam 26 Sep - 23:31

Izumi dévisagea un instant cette femme avec son chapeau de cow-boy vissé sur la tête.
Grande, blonde, des mensurations à faire crever un mannequin de jalousie, des yeux que le mécanicien distinguait à peine dans la pénombre mais qui lui semblaient être plutôt clairs. Américaine peut-être ? Sa tenue aurait eu tendance à le confirmer, mais ça n'était pas vrai pour autant, il ne fallait pas s'arrêter à cela. Le brun nota rapidement tous ces détails, mais l'allure de la jeune femme lui importait en réalité assez peu. Pour le moment son attention se centrait davantage sur le dilemme qu'il essayait de résoudre. Et quel dilemme...
Notre homme cherchait en effet à déterminer lequel des deux cas de figure qu'il avait envisagé serait le moins contraignant pour lui.
Seulement, les possibilités qui s'offraient à lui n'avaient rien de particulièrement réjouissant.
Première hypothèse : la panne de la voiture n'était pas vraiment grave et il pouvait la réparer sur place avant de rentrer tranquillement chez lui. Sachant qu'avec la chance qu'il avait, un soucis bénin en apparence pouvait finalement nécessiter de longues heures à se prendre la tête, le nez dans le moteur et la tronche recouverte de cambouis.
Deuxième hypothèse : la panne était plus grave et il serait impossible de remettre la voiture en état avec les moyens du bord. Il faudrait dans ce cas retourner au garage, et voir ce qu'il conviendrait de faire une fois arrivé sur place en compagnie de la blonde.
Sans compter que ce serait à Izumi de s'occuper de toute la paperasse et des coups de fil à passer à l'entreprise qui avait loué la voiture à la jeune femme. Le brun détestait cet aspect là du métier, de plus il n'avait pas la diplomatie ni la patience requises pour se charger de la partie ''discussion avec le client'' que comportait inévitablement le travail de mécanicien.

« -Je ne veux pas remettre vos compétences en cause, mais à moins que vous ayez un radiateur de rechange pour une Toy**a RAV4 115 D-AD VX, ça m’étonnerait que vous puissiez faire grand-chose. C'est déjà un miracle que je sois arrivée jusqu'ici. »

Le jeune homme haussa son sourcil à l'arcade piercée, quelque peu interloqué par les affirmation de son interlocutrice. Elle avait eu tout le loisir de se pencher sur la question du dysfonctionnement de son véhicule durant le temps où elle avait attendu l'arrivée de la dépanneuse, et visiblement elle ne s'en était pas privé. Mais savait elle seulement de quoi elle parlait ? Le brun se permit d'en douter.
Il suffisait en général de peu pour agacer le garagiste, et les clients qui lui dressaient leur diagnostique foireux basé sur des connaissances en mécanique inexistantes l'horripilaient au plus haut point.
Izumi prit une profonde inspiration censée l'aider à conserver un semblant de calme. Puis, évitant de se montrer trop désagréable, il répondit par une simple phrase.

« - Si vous permettez je vais aller vérifier ça; ok ? »

Contre toute attente, la jeune cow-girl ouvrit le capot de la voiture et laissa le brun en tête à tête avec la machine. Elle ne chercha pas à rester dans son dos à étudier le moindre de ses gestes. Un bon point pour elle. Avoir une personne qui vous surveille en permanence est une chose des plus exaspérante, surtout lorsque vous essayer d'exercer correctement votre métier.
Appréciant l'initiative de la jolie blonde, Izumi entreprit de jeter un oeil à ce qui avait pu causer la panne de la voiture. Là, premier constat : si le véhicule paraissait plutôt bien entretenu vu de l'extérieur, sous le capot c'était une autre histoire... c'était à se demander comment l'engin avait réussi à rouler plus de trois mètres avant de rendre l'âme.
Entre les diverses pièces du moteur qui était apparemment proches de la fin de leur vie, le brun décela sans aucun problème ce qui avait causé le décès prématuré de la Toy**a.
Du liquide de refroidissement s'était déversé de deux fuites présentes sur le radiateur. Les fuites étaient trop importantes pour que le radiateur puisse être réparé, la seule solution était de le remplacer... même si en réalité, vu l'état général du moteur, à moins d'en changer une grande partie des pièces la voiture serait de toute façon bientôt bonne pour la casse.

« - Alors ? »

S'enquit la jeune femme, voyant qu'Izumi venait de refermer le capot.
Rajustant son débardeur et marchant sur ses lacets défaits, le mécanicien se retourna vers la jeune femme et lui exposa la situation sans trop de cérémonies inutiles.

« - Le radiateur est percé en deux endroits, c'est pas réparable, il va falloir le changer... 'fin si vous voulez mon avis c'est pratiquement tout le moteur qui serait à changer... Je vais attacher l'épave à la dépanneuse pour l'amener jusqu'au garage, une fois là bas on réglera les détails avec les personnes qui ont osé vous louer ça. »

Le brun avait volontairement omis la partie de la réponse où il était censé féliciter la demoiselle, lui dire qu'elle avait eu raison et que son analyse s'était avérée exacte. Ne jamais dire trop ouvertement au client qu'il ne s'était pas trompé, ne pas trop souligner son éclair de génie, il risquerait d'y prendre goût et de vouloir ramener sa science un peu trop souvent, pensant être indispensable, et ne réussirait finalement qu'à énerver le professionnel qui essaie juste de faire son métier correctement.

Ne perdant pas plus de temps à bavarder, le jeune garagiste ramassa sa boîte à outils qui ne lui avait en fin de compte pas servi à grand chose, puis se dirigea vers la dépanneuse. Il vint ensuite garer l'engin tout près de la Toy**a afin de pouvoir l'y accrocher pour la tracter jusqu'au garage.
Une fois que ce fut fait, notre homme invita la belle blonde à prendre place sur le siège passager de la dépanneuse. Il n'alla cependant pas jusqu'à lui tenir la portière. Il voulait bien se monter poli mais ne tenait pas à sombrer dans le ridicule.
Izumi s'installa donc au volant de la dépanneuse. Il sortit les clefs de sa poche.
Cependant au moment de mettre le contact rien ne se produisit. Il fit de nouveau tourner la clef , le moteur émit un son capricieux mais ne démarra pas.
Au bout de la quatrième tentative infructueuse, le brun se résigna et se tourna vers la jeune femme assise à côté de lui.
D'un air embarrassé il essaya de dédramatiser la situation, prenant l'incident, si ce n'est avec une franche bonne humeur, avec une pointe d'humour.

« - Le coup de la panne deux fois d'affilée... c'est pas votre jour il me semble... »

Puis, il demeura silencieux quelques instants, les yeux toujours fixés sur la demoiselle, observant ses réactions. Il la laissa encore un court laps de temps dans le flou, sans vraiment réagir à la situation, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus réprimer un petit sourire espiègle.

« - Vous y avez cru, hein ? »

S'exclama Izumi dans un léger rire.
Au cas où il aurait été encore utile d'expliquer en quoi avait consisté la plaisanterie à laquelle venait de se livrer le mécanicien et dont il était plutôt satisfait, il mit le contact et cette fois-ci le véhicule démarra sans aucun effort. Une manière pour le moins discutable de détendre l'ambiance. Cela n'avait certainement pas enchanté la jeune cow-girl, mais le fait est que le brun s'amusait beaucoup de son dernier méfait en date. Il riait encore discrètement de sa mauvaise blague quand il engagea la dépanneuse sur la route.
Après cela notre comique improvisé détacha une de ses deux mains du volant.
Avec une dextérité qui démontrait qu'il était coutumier de ce genre d'exercices, de sa main droite il attrapa son paquet de cigarette, en sortit une, la porta à ses lèvres et l'alluma, le tout sans quitter la route des yeux une seconde et en laissant sa main gauche diriger parfaitement le véhicule.
Lorsqu'on ne peut pas se passer de ses clopes même au volant de sa dépanneuse on en arrive forcément à ce genre de petites manipulations étranges.
Izumi tira négligemment quelques bouffées de nicotine, ne semblant pour cela pas juger gênant le fait de n'être pas tout à fait seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Mar 3 Nov - 12:59

Donc le radiateur était percé, et en deux endroits en plus… Fas-ci-nant. Lena se fichait éperdument du diagnostic final de la voiture, surtout qu'elle le connaissait déjà. Ce qu'elle voulait c'était partir d'ici en vitesse. Elle acquiesça toutefois aux paroles du mécanicien en réfrénant son impatience à monter dans le char du messie. Après tout, maintenant qu'il avait vérifié de lui-même, le pauvre ne faisait que son devoir d'information. Lena en avait juste marre de rester sur le bord de la route et ça quelqu’un allait le payer. Dans tous les cas ça ne serait pas elle. La société de location pouvait être sur d’avoir quelques problèmes avec l'inspecteur Kasama.

-…Je vais attacher l'épave à la dépanneuse pour l'amener jusqu'au garage, une fois là bas on réglera les détails avec les personnes qui ont osé vous louer ça.


-Parfait.


Alors que le mécano positionnait la dépanneuse pour récupérer l’épave, Lena en profita pour récupérer ses affaires. Elle vérifia bien qu’elle n’oubliait rien dans cette satanée voiture. Maintenant que le messie était là sa patience s’effritait. Les discours zens avaient parfois leurs limites. Elle attendit ensuite sur le bas côté que le mécano fasse les manœuvres adéquates pour récupérer la carcasse louée, puis monta dans la dépanneuse quand elle fut invitée à le faire.

Elle s’installa et attendit… Dans ses souvenirs d’un véhicule qui démarre, on entendait le bruit du démarrage et puis surtout le véhicule bougeait par la suite. Mais rien ne se passa. Elle se tourna vers le messie qui tournait en vain sa clé pour démarrer. Le moteur se fit entendre un instant mais sans plus. Un rictus crispé et figé apparut sur le visage de Lena. C’était une blague n’est-ce pas ? Le messie était un imposteur en fait ?! Devant une nouvelle tentative du mécano pour démarrer, un premier rire jaune échappa à Lena. *Mais c’est pas vrai !* Cette journée devenait tellement surréaliste qu’elle en riait. Trois fois dans la même journée elle tombait en panne. Oui, il valait mieux en rire que pleurer.

- Le coup de la panne deux fois d'affilée... c'est pas votre jour il me semble...


-Non vraiment pas, surtout que c’est la troisième fois, vu que juste avant j’ai crevé un pneu, dit la belle blonde avec un sourire qui s’effaça rapidement devant une expression dépitée.

- Vous y avez cru, hein ?

-Pardon ?

Devant l’air mutin et le rire du mécano, Lena comprit rapidement qu’il s’était joué d’elle. Elle resta un moment perplexe devant l’humour du jeune-homme, avant d’afficher un rictus.

-Ah ah très drôle.

Elle soupira de dépit, après tout pourquoi pas. Il valait mieux que ce soit une blague plutôt que la réalité.Et puis si cela faisait vraiment plaisir au messie, tant qu'il l'amenait à bon port il pouvait bien faire toutes les blagues qu'il souhaitait. Mais pas trop tout de même. La dépanneuse démarra enfin et commença à rouler en direction de cette ville nommée Yuukoku.

Elle observa son messie se débrouiller pour allumer une cigarette. Nul doute que ce n’était pas la première fois qu’il faisait cette gymnastique commune aux accros de la nicotine. Elle ouvrit la fenêtre de son coté histoire d’avoir un peu d’air.

-Puis-je avoir également une cigarette s’il vous plait ?

Ils allaient rouler côte à côte durant près d’une heure. Lena se voyait mal rester assise à côté du jeune homme sans même savoir son nom. Et puis une heure c’était long quand on n’avait rien à faire de spéciale. De toute façon elle sentirait bien vite si elle embêtait le jeune homme ou non. Elle engagea donc la conversation en commençant par se présenter avec un sourire en coin.

-Lena Kasama … Je suppose que le grand farceur que vous êtes a également un nom ?

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Jeu 5 Nov - 22:12

« - Pardon ? »

Entendit-il prononcer la jeune femme.
A en juger par l'expression quelque peu crispée et le rire tout sauf convaincu qu'avait provoqué chez la demoiselle la mauvaise blague d'Izumi, il y avait fort à parier qu'elle avait clairement vu le moment où elle aurait été obligée de faire le chemin jusqu'à Yuukoku à pieds.
Servir une plaisanterie d'un goût aussi douteux à une personne qui a déjà eu dans sa journée trop de raisons de se croire maudite, péter un câble et se laisser aller à l'hystérie n'était franchement pas ce que l'on pouvait appeler l'idée du siècle. Et apparemment la belle blonde fut loin d'apprécier pleinement l'aspect comique et divertissant de la supercherie.
Elle se contenta d'ajouter un « - Ah ah très drôle. » qui en disait assez long sur ce qu'elle pensait de ce trait d'humour foireux. Le genre de petite phrase dépitée derrière laquelle on peut lire sans difficulté un message ressemblant fort à : ''T'es content petit con ? Tu t'es bien payé ma tête; ça va pour cette fois, mais envisage ne serait-ce qu'une seconde de recommencer et il pourrait bien y avoir un meurtre...''
Pourtant, s'il y avait une chose qui n'empêcherait pas le mécanicien de dormir cette nuit ce serait bien de repenser à ce petit méfait. Notre homme n'éprouvait en effet aucune espèce de remord ou de sentiment de culpabilité pour avoir fait une belle peur à la jeune cow-girl. Pour lui l'incident était clos. L'évènement lui arracherait certainement un sourire ce soir quand il serait enfin rentré chez lui pour finir tranquillement la nuit, mais rien de plus.
Affaire classée.

Sa cigarette au coin des lèvres, le brun observa d'un mauvais oeil sa passagère qui était en train d'ouvrir en grand la vitre de son côté.
En général quand ça commençait de cette façon, la personne, se disant gênée par la fumée, finissait par vous demander si par hasard vous ne pouviez pas éteindre votre cigarette. En d'autres circonstances, même si cela n'aurait pas été fait avec la plus grande conviction du monde, le jeune homme n'aurait pas rechigné à se passer de sa chère clope. Cependant en cet instant précis c'était une concession qu'il n'était pas disposé à faire.
Aussi fut il soulagé qu'en fin de compte la jeune femme lui demande une cigarette plutôt qu'elle le prie de bien vouloir se débarrasser de la sienne.
Il glissa une main dans l'une de ses poches et en ressortit son paquet de clopes et son briquet qu'il tendit à la jolie blonde.

« - Lena Kasama … Je suppose que le grand farceur que vous êtes a également un nom ? »

L'espace d'une seconde, Izumi avait osé nourrir l'espoir surréaliste que les discussions s'en tiendraient à l'affaire du paquet de clopes.
Il avait fait ce qu'il avait pu pour détendre un peu l'atmosphère (tentative au résultat assez mitigé d'ailleurs...) mais ça s'arrêtait là. Le jeune homme était de ces cas sociaux qui détestent les individus se sentant obligés d'entamer des conversations à tout bout de champ. Selon lui ça n'était pas parce qu'on se retrouvait seule dans une dépanneuse avec son mécanicien et environ une heure de route à parcourir qu'il fallait nécessairement meubler tous les silences avec des bavardages sans intérêt.
Malgré son humeur qui n'était pas des plus avenante, Izumi prit sur lui et fit l'effort de répondre à son interlocutrice sans paraître trop désagréable.

« - Izumi Akiya, votre mécano option mauvais blagueur. Enchanté mademoiselle Kasama... même si les circonstances sont pas les meilleures faut bien l'avouer. »

Dit-il, écrasant sa cigarette dans le cendrier du véhicule.
S'en suivit un moment de silence auquel le brun ne sembla pas pressé de mettre fin.
Connaissant le caractère du jeune homme cela aurait pu durer longtemps, très longtemps même...
En définitive, l'ambiance fut sauvée du naufrage par... la sonnerie du téléphone portable d'Izumi. Ne tenant plus le volant que d'une main, il attrapa le téléphone et jeta un œil à l'identité de l'appelant. Voyant que le numéro affiché était celui de son patron, il hésita une seconde à décrocher.

« - Ouais boss ? ... Nan, je repars à peine. Pffff... sans blague ?! ... Oui, bien sûr que j'ai la clef. ... Ha non, commencez pas ! Me faites pas genre c'était pas prévu. »

A mesure que l'échange téléphonique avançait, Izumi haussait le ton. Le patron venait ''prendre des nouvelles de l'avancement de la situation'', selon ses propres dires, et en avait au passage profité pour annoncer à son apprenti qu'il fermait le garage pour ce soir. Donc, comme le brun s'y était attendu, il aurait à gérer la situation seul d'un bout à l'autre... Génial...
C'est exactement cet instant précis que choisit une voiture pour doubler la dépanneuse.

« 'foiré d'mes deux ! Et la ligne blanche c'est pour les chiens, connard ?! » Pesta Izumi à l'encontre du chauffard... avant de se rappeler qu'il avait toujours son patron à l'autre bout du fil. « ... Non c'est pas à vous que je parlais ! Quoique... ... Ouais, c'est ça, je vous rappelle. »

Izumi, nerveux au volant ? Un euphémisme.
Il n'était tranquille que lorsqu'il enfourchait sa moto, la voiture n'étant pas un moyen de transport qu'il appréciait spécialement, et conduire la dépanneuse étant sa hantise.
Il inspira un bon coup, essayant de se détendre, et soudain l'évidence lui revint à l'esprit : il n'était pas exactement seul dans ce maudit véhicule.

« - Je vous assure mademoiselle, je suis calme. »

Adressa-t-il à la jeune cow-girl avec une expression entre le dépit et l'embarras.
Se retrouver coincée dans une dépanneuse avec un parfait inconnu à l'allure quelque peu louche n'était déjà pas des plus rassurant pour une jeune femme seule; si on ajoutait à cela la scène à laquelle elle venait d'assister, c'était un véritable miracle que Lena n'ait pas sauté du véhicule en marche pour échapper à l'espèce de sociopathe qui le conduisait.
C'était assez fâcheux dans le genre situation improbable...

* Tiens, j'ai une idée ! Pourquoi t'essaierais pas de passer pour un mec un tant soit peu civilisé pour une fois, ça changerait connard ! *

Notre homme se mit donc en tête d'appliquer les conseils de cette pensée au combien positive qui lui était venu.
Il prit donc la parole, se disant qu'en premier lieu expliquer la situation à sa passagère serait certainement utile et appréciable.

« - Au téléphone, c'était le boss... 'fin mon patron quoi. Il me faisait savoir qu'on était bon pour se débrouiller seuls vous et moi en arrivant au garage. Remarquez... une fois sur place on devrait trouver quoi faire... »

Voilà, mission accomplie... au petit détail près qu'un regard en coin vers la demoiselle à la fin d'une telle réplique pouvait être très mal interprété.
Amis de la classe et du bon goût, bonsoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Dim 22 Nov - 14:16

- Izumi Akiya, votre mécano option mauvais blagueur. Enchanté mademoiselle Kasama... même si les circonstances sont pas les meilleures faut bien l'avouer.

-Enchantée…

Voilà, maintenant qu’elle avait effectué les présentations, son devoir de politesse élémentaire était fait. Elle expira en direction de la fenêtre une bouffée de sa cigarette. Seul le bruit du moteur perturbait le silence qui s’était ensuite établit entre les deux jeunes gens. Manifestement le garagiste ne souhaitait pas non plus particulièrement entamer une longue discussion. Lena n’insista en rien. Elle finit par sortir un petit calepin et un stylo de son sac.

Elle relut quelques notes qu’elle avait déjà laissées dessus. Une suite de mots et de schéma qui n’avaient ni queue ni tête. La difficulté à comprendre ce que l’inspecteur avait bien pu noter, se compliquait par le fait qu’elle n’écrivait pas toujours en japonais, mais parfois dans d’autres langues. Elle usait parfois de symbole pour représenter un élément ou autre. Le bloc note n’avait de sens que pour Lena qui comprenait parfaitement tout ce qu’elle pouvait bien y avoir noté. Ce n’était pourtant pas un langage secret qu’elle avait intentionnellement établit pour que personne ne puisse lire ce qu’elle écrivait, mais simplement une méthode de travail pour l’inspecteur, qui au fur et à mesure était devenu rapidement incompréhensible. La jolie blonde n’avait même pas conscience que son bloc note était illisible pour le reste de la planète.

Une seule affaire restait toujours en cours dans l’esprit de l’inspecteur. Le tueur au phénol. Toutes les autres enquêtes qu’on avait pu lui confier avait été résolue par l’inspecteur. Seul ce dossier restait. La cowgirl fut vite absorbée par ses pensées. Elle essayait de comprendre le silence du tueur. Le meurtrier avait laissé trois cadavres aux soins de la police en à peine un mois. Juste de quoi confirmer que c’était bien un tueur en série. Mais depuis aucun signe de victime. L’affaire avait été classée sans suite malgré le désaccord de l’inspecteur Kasama. La blonde était depuis à l’affut du moindre événement suspect. Elle avait continué son investigation, épluchant tout les avis de disparition de jeune fille ayant eut lieu à Yuukoku depuis ces 3 dernières années. Un travail décourageant qu’elle avait du effectué seul. Elle savait qu’il finirait par refaire surface… Elle ignorait juste qu’elle serait amenée à faire équipe avec Yasunari et Abe lorsque la quatrième victime ferait son apparition….

Les vibrations de son portable la tira un instant de ses réflexions. Un message idiot de la part de Ryuu. Son ami d’enfance. Le message arracha un sourire à la jeune-femme qui lui répondit aussitôt. Quelques minutes plus tard se fut autour du portable de son mécano de s’éveiller en sonnerie. Aux tons du conducteur, Lena comprenait bien qu’il n’était pas satisfait par ce qu’il entendait. Quand une voiture décida de leur coupé la route, l’ex top se félicita d’avoir bien bouclé sa ceinture.

- Je vous assure mademoiselle, je suis calme.

-Oui, je n’en doute pas une seconde...

L’ex top lui répondit avec un sourire chaleureux pour essayer d’apaiser son conducteur. Lena commençait à se demander s’il n’avait pas mieux valut qu’elle rentre à pied. Akiya semblait un peu nerveux. Lena n’aimait pas les gens nerveux ou tout du moins s’en méfiait. Ils faisaient souvent des choses inconsidérées et irréfléchies quand ils perdaient leur moyen et commençaient à paniquer. Ca lui rappelait une mauvaise affaire qui avait mal finit.

- Au téléphone, c'était le boss... 'fin mon patron quoi. Il me faisait savoir qu'on était bon pour se débrouiller seuls vous et moi en arrivant au garage. Remarquez... une fois sur place on devrait trouver quoi faire...

La déclaration du jeune homme aurait pu tout à fait paraitre anodine… s’il n’y avait pas eut ce petit regard en coin lancé envers Lena. *Génial c’est de mieux en mieux* L’inspecteur avait suffisamment confiance en ses capacités à briser les os de ses opposants, pour ne pas être effrayée d’un possible assaut du garagiste. Par contre ce qui effraya Lena fut surtout la technique de drague du garagiste qui laissait à désirer. Aucun jeu de séduction. Juste une remarque à peine voilée. Certes ce n’était certainement pas la première fois qu’elle y avait droit. Pas plus tard qu’aujourd’hui, lorsqu’elle était encore avec son texan de teddy bear, on l’avait bien sifflé, et tenté de l’aborder pas toujours des manières les plus fines. C’est là que Steevens roulait des muscles et lui prenait la main de façon assurée et avec fierté…

Pourtant il y avait bien longtemps qu’elle avait appris à faire avec la finesse des hommes. Seulement Lena n’était tout simplement pas d’humeur à se faire draguer, encore moins de cette manière par un garagiste asocial et lunatique. Sa tolérance avait des limites. On pouvait dire que le mécano était mal parti en s’y prenant comme un manche et avec un timing déplorable. Elle avait juste assez de patience pour ne pas descendre le garagiste en flèche. Le fait qu’il conduise y était peut-être pour beaucoup.

C’était à son tour de conserver le silence. Elle n’émit aucun son jusqu’à leur arrivée au garage. Une fois qu’elle fut sur qu’Akiya avait finit de se garer, elle s’extirpa de la dépanneuse sans plus attendre. Elle prit bien toutes ses affaires et attendit portable en main en répondant a un autre message de Ryuu. Le jeune homme était impressionné par une voiture à commande vocal dont il venait de tester l’un des prototypes. Le concessionnaire était prêt à lui offrir la voiture pour la pub que pourrai lui amené Ryuu s’il la conduisait. C’était ça la célébrité. A un certain stade, même si on avait tout à fait les moyens de tout acheter par soi-même, les enseignes se battaient pour vous offrir tel ou tel nouveau produit ou vêtements.Ainsi va la société de consommation.

La blonde reporta de nouveau son regard cobalt sur son messie qui s’était avéré être… un simple homme. Dure réalité de la condition humaine…

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Ven 27 Nov - 20:05

Pour le coup, l'apprenti mécanicien était quelque peu largué.
Sa passagère ne daigna même pas réagir à ce qu'il venait de lui annoncer. Le fait qu'une fois parvenus au garages il seraient de nouveau livrés à eux mêmes ne sembla pas lui faire particulièrement plaisir ni la déranger au plus haut point. Et Izumi se doutait bien que ce manque de réaction ne venait absolument pas du fait qu'elle avait en lui une confiance aveugle et s'en remettrait sagement à tout ce qu'il pourrait dire.
Si ça n'avait été que ça... il n'aurait en temps normal même pas prêté attention à un détail de ce genre. Après tout, si la jolie blonde n'avait rien à redire face à l'idée de devoir gérer la situation seule avec Izumi, pourquoi pas.

Ce qu'en revanche le brun n'apprécia pas, ce fut le silence qui se prolongea indéfiniment. Non pas que notre homme soit devenu soudainement un adepte de la conversation envers et contre tout. Ne pas avoir à disserter sur le temps qu'il faisait ou répondre à des questions idiotes qui auraient eu pour seul but de meubler le calme ambiant arrangeait bien le jeune homme.
Seulement, on était apparemment ici bien loin d'un silence serein. Le mécanicien eut même la nette impression que l'atmosphère était soudain devenue pesante. L'état laborieux de ses nerfs depuis le début de cette soirée le rendait plus sensible aux modifications de l'ambiance, mais même sans ça à cet instant précis le changement était flagrant.
C'était comme si brusquement Lena s'était rendu compte de quelque chose de déterminant et qui modifiait complètement la donne; quelque chose dont visiblement Izumi n'avait pas l'insigne honneur de pouvoir être conscient.
Il faut dire que le jeune homme n'avait absolument pas pensé que les paroles et l'attitude qu'il avait eu un peu plus tôt aient pu offenser sa passagère. Il ne passait pas son temps à faire attention au moindre de ses mouvements, ni à se demander comment le plus infime de ses regards risquait d'être interprété. Aussi, il était un peu trop à cran pour avoir remarqué que le regard qu'il avait jeté à la demoiselle pouvait être mal perçu.
Il ne comprenait pas, il lui semblait pourtant avoir fait des efforts pour paraître un brin civilisé, ou en tous cas pour répondre correctement à la jeune cow-girl, maîtrisant sa nervosité pour ne pas se montrer agressif envers elle.
Dans ce cas, qu'est-ce qui n'allait plus ? Où était le problème ?

Durant le reste de ce trajet rendu encore plus désagréable par la tension nouvelle qui régnait entre les deux jeunes gens, Izumi eut tout le loisir de se questionner sur le sujet, et surtout il eut ainsi le temps de ressasser le tout maintes et maintes fois, ajoutant ainsi (comme si ça avait été nécessaire...) à son humeur massacrante.
Son agacement montait cran après cran, à mesure que s'épaississait le silence.

Après un temps qui avait paru voué à ne jamais arriver à son terme, le brun remit enfin la dépanneuse à sa place initiale dans le garage.
A peine eut-il coupé le moteur que sa passagère se ruait hors du véhicule, ramassant avec empressement ses quelques affaires.
Dans de telles conditions il fut difficile au jeune homme de ne pas prendre ça pour lui.

Par pur réflexe, il sortit une cigarette. Il ne l'alluma pas, la gardant simplement coincée entre ses lèvres. Comme si le seul fait d'avoir la clope au bec allait réussir à l'apaiser.
Il focalisa ensuite son attention sur la dépanneuse et la voiture qui y était encore attachée. Il s'affaira donc à libérer la To**ta. Cela ne lui demanda malheureusement pas beaucoup de temps, ça n'était pas une tâche compliquée.
Voilà, pour l'instant il ne pouvait rien faire d'autre. Il dut finalement se résoudre à revenir faire face à la jeune cow girl. La suite s'annonçait donc délicate puisqu'il fallait qu'il discute avec elle des mesures à prendre. Étant donné que pour une mystérieuse raison elle avait visiblement décrété qu'elle n'avait plus aucune envie d'adresser la parole au mécanicien les négociations risquaient d'être largement compromises.
Pourtant, il faudrait à un moment ou un autre aborder le sujet. Ils étaient tous les deux coincés dans ce garage, avec pour unique compagnie une dépanneuse et une To**ta qui tombait en ruine. La ruine en question était, d'après ce qu'avait affirmé la blonde plus tôt, une voiture de location; dans ce cas Izumi ne pouvait entreprendre aucune réparation tant qu'il n'aurait pas eut le feu vert d'un responsable de l'entreprise qui avait loué la voiture à Lena. Accessoirement, il faudrait rappeler à ces charmants loueurs de voitures qu'ils allaient devoir régler les frais de dépannage (et oui, même le plus sympathique des garagiste ne travaille pas gratuitement). L'entreprise essaierait certainement de faire jouer son assurance... ça signifiait pour Izumi double ration de paperasse inutile à remplir et de coups de téléphone à passer.

« - Maintenant qu'on est là, dans l'idéal faudrait réussir à contacter la boîte qui vous a loué ce tas de taule... mais inutile de vous dire qu'à cette heure-ci... »

Résuma-t-il sur le ton le plus neutre possible.
Évidemment, il était surréaliste de s'imaginer qu'à une heure pareille, alors que le garage aurait lui aussi dû être fermé depuis un moment, l'entreprise de location soit encore ouverte et disposée à répondre à leurs requêtes.
Le brun avait ôté sa cigarette de sa bouche pour prononcer ses quelques explications. Il tourna et retourna machinalement la clope entre les doigts de sa main gauche, cherchant toujours à occulter l'atmosphère pesante qui planait au dessus de la jolie blonde et lui.

Les limites de sa patience avaient été trop largement franchies par tous les évènements survenus au cours de cette soirée. Son incompréhension vis-à-vis de l'attitude de la jeune femme n'avait rien arrangé. Ça avait d'ailleurs été la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase.
Dans un ultime effort, il avait pourtant essayé de se détacher des faits, de regarder s'écouler lentement le contenu du vase tout en restant de marbre.
N'y tenant plus, il envoya finalement valser ce putain de vase.

« - Écoutez... j'ai déjà suffisamment de sujets sur lesquels me prendre la tête. Alors, une bonne fois pour toutes, c'est quoi votre problème ? Parce que, tant qu'à faire, j'aimerais bien savoir ce qui me vaut l'honneur d'un tel dédain de votre part. »

Voilà, ça c'était dit... et pas de la manière la plus diplomate qui soit...
Le ton employé était plus tranchant qu'agressif, mais certainement pas aimable.
Entre temps, à force de s'acharner dessus, la cigarette que tenait Izumi s'était brisée. Il acheva de la réduire en morceaux, resserrant son poing dessus, laissant ensuite les miettes de tabac glisser entre ses doigts pour se répandre sur le sol.
Il fit quelques pas dans la direction de la jeune cow girl, restant cependant à une distance respectable.

« - J'ai pas été fichu de vous servir le minimum requis de trente-sept compliments de l'heure que vous doit tout représentant de la gent masculine; c'est ça qui vous dérange ? Ou si j'ai pas été assez désagréable pour m'attirer vos faveurs faut prévenir, parce que désagréable c'est encore ce que je fais de mieux d'habitude. »

Lâcha le mécanicien, une note de cynisme pointant derrière son ton plutôt agacé.
Il n'était pas du genre à se fier à quelconques préjugés, ni à décréter d'après la simple allure d'une jeune femme qu'elle n'était qu'une petite mijaurée ne cherchant rien d'autre que l'attention de tous les hommes qui croisaient sa route, et se plaisant à s'encanailler des plus machos et irrespectueux qui existaient sous prétexte que s'exhiber en public aux bras d'un de ces pseudo bad boys était à la mode ou servait à se donner un certain genre.
Cependant, l'attitude arrogante que la jeune cow girl avait eu envers Izumi sans qu'il n'y ait vu une raison valable, l'avait amené à des suppositions de ce style.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Mar 29 Déc - 17:11

Lena attendait patiemment que le garagiste finisse de s’occuper de la dépanneuse. Même s’il fut rapide, la jolie blonde ne put s’empêcher de trouver que le jeune-homme était lent à accomplir sa tâche. Elle voulait rentrer chez elle une bonne fois pour toute. La fatigue commençait à poindre le bout de son nez chez l’inspecteur. Une fois sa tâche accomplit, le garagiste se dirigea vers elle.

-Maintenant qu'on est là, dans l'idéal faudrait réussir à contacter la boîte qui vous a loué ce tas de taule... mais inutile de vous dire qu'à cette heure-ci...

-Oui, j’ai leurs coordonnées. Je pense que j’appellerai également mes avocats demain matin, afin que tout soit réglé dans les plus brefs délais. Il est hors de question que ces personnes s’en tirent à si bon compte.

Lena commençait à ouvrir son sac afin de rechercher la carte de visite de la société, ainsi que les documents pour la location du véhicule. Ils allaient regretter sérieusement d’avoir croisé son chemin, elle allait lâcher les chiens de l’enfer sur eux. Sa suite d’avocat.

- Écoutez... j'ai déjà suffisamment de sujets sur lesquels me prendre la tête. Alors, une bonne fois pour toutes, c'est quoi votre problème ? Parce que, tant qu'à faire, j'aimerais bien savoir ce qui me vaut l'honneur d'un tel dédain de votre part.


Son regard perçant se posa sur le soudain plaignant. Elle arqua un sourcil. Oh non, elle n’était pas particulièrement d’humeur à s’occuper des humeurs égocentrique de qui ce soit en ce moment. Il s'avança vers elle après avoir dispersé une cigarette entre ses doigts. Le percevant comme une possible menace, Lena se prépara automatiquement à le recevoir. Il voulait de l’attention, il en aurait. De quoi penser à elle durant un moment… Malheureusement il s’arrêta avant d’être dans sa zone d’intervention. Soit il avait senti instinctivement qu’il allait être réduit en charpie s’il faisait un pas de plus, soit il était incroyablement chanceux.

- J'ai pas été fichu de vous servir le minimum requis de trente-sept compliments de l'heure que vous doit tout représentant de la gent masculine; c'est ça qui vous dérange ? Ou si j'ai pas été assez désagréable pour m'attirer vos faveurs faut prévenir, parce que désagréable c'est encore ce que je fais de mieux d'habitude.


-Oui, ça j’ai déjà pu le constater. Navrée si votre charme fou n’opère pas sur moi en moins de deux phrases. Faites d’abord votre job et ensuite vous pourrez contribuer à me bâtir un temple comme il se doit si vous le souhaitez tant. Comme ça vous pourrez au moins vous racheter. En attendant votre crise d’enfant délaissé lunatique vous la gardez pour vous-même. J’ai vraiment autre chose à faire que de consoler votre égo meurtrie en carence d’attention.

Il ne mâchait pas ses mots ? Elle non plus. Elle avait employé un ton froid et cassant sans hausser le ton. Non mais pour qui il se prenait ? Encore un de ces type qui pensait qu’elle allait docilement s’allonger pour lui parce qu’il claquait des doigts ? C’était mal la connaitre. Monsieur était vexé parce qu’elle n’était pas déjà à genoux en train de lui baisser son bleu de travail comme dans n’importe quel film pour adulte ? Et puis encore quoi ? Ah ! En plus de son égo mal placé, elle venait certainement de briser tout ses fantasmes et croyances idiotes ! Certainement encore un de ces types qui pensait vraiment qu’il allait séduire toutes les femmes, juste parce qu’il portait tel marque de déodorants qui en faisait démonstration dans leurs pubs. Il était déjà étonnant que le jeune homme ait eut à parler avant qu’elle ne se soit jeter sur lui en lui arrachant ses vêtements.

Ah les femmes, il fallait leur dire 37 mots doux, qui étaient des mots de passes pour coucher avec. Mais enfin, elles ne pouvaient pas tout simplement accepter de coucher en une phrase claire ? Elles étaient si idiotes que ça ? Ou bien il fallait payer pour que se soit le cas ? Lena se demanda même s’il ne la prenait pas pour une prostitué d’où la vexation disproportionnée. Le pauvre ne s’en remettait pas qu’une prostitué ne lui ait pas indiqué ses tarifs comme à son habitude. Comme quoi la vie était mal foutue parfois.

-Vous avez jusqu’à l’arrivée de mon taxi pour exécuter ce que vous avez à faire qui nécessite ma présence. Alors dépêchez-vous au lieu de perdre du temps dans vos niaiseries d’égo froissé.


Les choses avaient au moins le mérite d’être claires. Elle n’attendrait pas éternellement. Il fallait juste espérait que Izumi Akiya aurait suffisamment de jugeote pour ne pas énervé l’inspecteur Kasama. C’est qu’elle était encore calme et polie malgré sa franche verve.






[hrp : désolée si c'est un peu court, promis je me rattraperai pour le suivant >-<]

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Sam 2 Jan - 21:23

« -Oui, ça j’ai déjà pu le constater. Navrée si votre charme fou n’opère pas sur moi en moins de deux phrases. Faites d’abord votre job et ensuite vous pourrez contribuer à me bâtir un temple comme il se doit si vous le souhaitez tant. Comme ça vous pourrez au moins vous racheter. En attendant votre crise d’enfant délaissé lunatique vous la gardez pour vous-même. J’ai vraiment autre chose à faire que de consoler votre égo meurtrie en carence d’attention. »


« -Pardon ?! »


S'entendit il demander, surpris par de telles affirmations.
La jeune femme n'était pas la personne la mieux placée pour reprocher à Izumi ses changements d'humeur. Après tout ça n'était pas elle qui avait décrété sans préavis que le mécanicien n'était pas assez bien pour qu'elle daigne ne serait-ce que lui adresser la parole ?
D'ailleurs, il avait beau se repasser mentalement la scène, il ne voyait toujours pas ce qu'il avait pu faire ou dire pour vexer à ce point la demoiselle.
Peut-être n'arrivait il même plus à se rendre compte à quel point il pouvait être horripilant. A moins que la jolie blonde n'ait fait que chercher quelqu'un sur qui passer ses nerfs mis à rude épreuve par les évènements fâcheux qui étaient venus entacher sa journée.
Selon cette logique lui aussi aurait eu quelques personnes à aller martyriser...


« -Vous avez jusqu’à l’arrivée de mon taxi pour exécuter ce que vous avez à faire qui nécessite ma présence. Alors dépêchez-vous au lieu de perdre du temps dans vos niaiseries d’égo froissé. »


Assena alors la jeune femme sur un ton glacial.

Le brun espéra juste que le taxi en question arriverait le plus vite possible.

De plus, son ego à lui allait très bien, c'était plutôt sa patience et sa capacité à feindre un semblant de calme qui en avaient pris un coup.
Accessoirement, malgré le fait qu'il ait posé la question, il n'était pas sûr de comprendre ce qui lui était reproché exactement. Certes, lorsqu'on désire obtenir des réponses on évite en général de formuler ses demandes en y ajoutant trop de cynisme, auquel cas l'interlocuteur risque de ne pas réellement apprécier et d'y aller lui aussi de sa petite touche de provocation. Si chacun s'amusait à surenchérir à chaque tour le dialogue était rapidement compromis.

Néanmoins, la jeune femme avait parlé assez ironiquement du ''charme fou'' d'Izumi qui n'avait ''pas opéré''.
Cette fois c'était net, le mécanicien avait loupé un épisode.
On a vite fait de s'endormir durant les pages de pub et de se réveiller complètement largué face aux changements survenus le temps de cette petite sieste.

Parce qu'en plus elle avait eu l'impression qu'il cherchait un bon coup sans trop de prises de tête pour ce soir et qu'il avait donc tenté de la draguer ?!
A part essayer de ne pas se montrer trop désagréable il n'avait pas fait grand chose, alors la draguer... il était à mille lieues de là.
Si la jolie cow-girl avait pris ses tentatives maladroites d'agir en homme civilisé pour la démonstration d'une volonté d'aller avec elle plus loin qu'une simple relation tout ce qu'il y avait de plus neutre entre un garagiste et sa cliente, Izumi n'osait pas imaginer le genre de mecs qu'elle côtoyait habituellement.
Mais, à vrai dire, peu lui importait de savoir que la pauvre demoiselle n'avait jamais eu la chance de rencontrer un homme qui ne la considérerait pas comme un objet sexuel et chercherait à la traiter avec le respect et les égards qu'elle méritait.
Peu importait aussi qu'elle le mette ou non dans le même sac que les autres.


« - Rangez votre orgueil mal placé à un endroit plus approprié, ça contribuera certainement à calmer mes tendances lunatiques. ... En attendant, si Madame la grande Duchesse veut bien me faire l'honneur de patienter le temps que l'infâme gueux que je suis remette la main sur les papiers à remplir... »


Adressa-t-il à son interlocutrice d'un air pour le moins condescendant, affichant au coin des lèvres un rictus sarcastique. Il poussa même le mauvais goût jusqu'à effectuer devant la demoiselle une révérence parfaite.
Si elle voulait s'aventurer sur ce terrain là elle allait être servie. Il le lui bâtirait son temple, et même le palais qui allait avec si elle le désirait tant que cela.
Seulement il n'avait jamais eu aucun talent d'architecte.

A part de la paperasse à remplir il n'y avait plus grand chose à faire. Bien entendu il pouvait toujours essayer de contacter l'entreprise de location qui avait refourgué la voiture à Lena, mais à cette heure-ci, il le lui avait déjà dit, il serait certainement impossible de contacter qui que ce soit, à moins que les employés aient prévu de faire des heures supplémentaires spécialement ce soir là.

Izumi abandonna donc la jeune femme quelques minutes, le temps de mettre en désordre le bureau d'accueil du garage afin d'y retrouver les formulaires à remplir dans ce genre de cas.
Entre temps il se mit à songer à une idée pour son prochain tatouage. Il pensa ironiquement que se faire inscrire ''tapette'' en grosses lettres sur le front lui serait sans doute utile pour éviter les malentendus improbables du genre de celui dans lequel il était empêtré avec la jolie blonde. Mais une pancarte lumineuse pourrait aussi bien convenir. Enfin... trêve de plaisanteries idiotes. Il ne comptait pas argumenter sur le sujet de ses préférences sexuelles face à la jeune cow girl. Qu'elle croit donc ce qui l'arrangeait. De plus, ce serait sans doute trop lui demander que d'admettre qu'un homme puisse ne pas être intéressé par son physique de rêve.

Revenant vers la jolie blonde, il lui colla sous le nez un papier et lui expliqua brièvement de quoi il retournait.


« - A mon avis faudra attendre demain pour pouvoir contacter la boîte qui loue de pareilles épaves. On peut essayer quand même si ça vous fait plaisir. En attendant vous me remplissez ça. Vos nom et prénom, nom et numéro de téléphone, si vous l'avez sur vous, de l'entreprise qui vous a loué la voiture. Ici je fais une description rapide des dégâts subits par la voiture, je relève la plaque d'immatriculation et le kilométrage. Ensuite vous signez en bas de la page. »


Il tendit un stylo à Lena.
Il lui laissa le temps d'indiquer les informations demandées, puis récupéra le papier, releva la plaque d'immatriculation et écrivit quelques lignes de son écriture à peine lisible à propos de l'état du véhicule.
Puis le mécanicien ouvrit la portière et se pencha pour lire le nombre de kilomètres indiqué au compteur et revint le noter sur la feuille.
Izumi s'assit avec nonchalance sur le capot de la voiture. Il porta de nouveau son attention sur la jeune femme, la fixant de ses yeux noirs pour finalement lui adresser quelques phrases, armé de son habituel cynisme.


« - Voilà, me manque plus que votre autographe et vous serez libre de partir. J'espère que vous aurez plus de chances avec votre chauffeur de taxi que vous n'en avez eu avec moi. Qu'il saura mieux que moi ce que vous interprétez comme étant ouvertement une tentative de drague; parce que personnellement je cherche encore... Et enfin qu'il aura au moins la correction de venir vous rejoindre sur la banquette arrière après quelques allusions graveleuses puisque vous semblez déçue que ça ne m'ait même pas traversé l'esprit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Dim 7 Mar - 0:52

Lena braqua son regard cobalt aux nuances glaciales sur le mécanicien, en s’empêchant de rire à la tête qu’il fit quand cette dernière l’eut remis en place. Toutefois il ne mit pas longtemps avant de revenir à la charge en choisissant le sarcasme.

- Rangez votre orgueil mal placé à un endroit plus approprié, ça contribuera certainement à calmer mes tendances lunatiques. ... En attendant, si Madame la grande Duchesse veut bien me faire l'honneur de patienter le temps que l'infâme gueux que je suis remette la main sur les papiers à remplir...


Ah ! C’était l’hôpital qui se foutait royalement de la charité ! Elle et son « orgueil mal placé » ? Qui est-ce qui l’avait envoyé balader quand elle avait fournit un effort polis de sociabilisassions ? Qui est-ce encore qui avait commencé à taper du pied quand, elle s’était totalement détournée du jeune-homme ? Typiquement le genre de personne qui adorait ignorer le reste du monde mais qui ne supportait pas quand ce dernier faisait de même. Le mécanicien commença à faire aussitôt une courbette pour appuyer ses propos.

-Faite donc ce que vous avez à faire, indigent que vous êtes. Ma royale personne patientera dans sa grande magnanimité , déclara Lena avec une suffisance insupportable, concurrente à celle que lui avait inspirée Yasunari durant leur première collaboration forcé.

Le mécanicien n’était pas le seul à utiliser le sarcasme. Elle le laissa filer accomplir sa mission. Lena sortit son portable et commença à jouer à Tetris afin de se calmer, hors de question qu’un mécanicien de seconde zone lui gâche la soirée. Akiya finit par lui tendre un bout de papier et un stylo en lui indiquant ce qu’elle devait remplir. Elle rangea son portable puis trouva un petit plan de travail afin de remplir la feuille correctement.

Elle reprit sa partie alors que le jeune-homme effectuait le reste du travail.

- Voilà, me manque plus que votre autographe et vous serez libre de partir. J'espère que vous aurez plus de chances avec votre chauffeur de taxi que vous n'en avez eu avec moi. Qu'il saura mieux que moi ce que vous interprétez comme étant ouvertement une tentative de drague; parce que personnellement je cherche encore...


Lena ne releva même pas les yeux de son écran. Akiya était tellement loin dans son esprit. Simplement une espèce de bruit de fond pleurnichard.

- Et enfin qu'il aura au moins la correction de venir vous rejoindre sur la banquette arrière après quelques allusions graveleuses puisque vous semblez déçue que ça ne m'ait même pas traversé l'esprit.

L’inspecteur rangea son portable et posa son regard froid sur le mécanicien. Elle se dirigea vers lui d’un pas ferme, puis s’arrêta à une distance respectable du jeune-homme.

-Vous n’êtes qu’un idiot suffisant. Vous feignez les types blasés et désabusés. Vous passez votre temps à jouer les associables, ce qui fait de vous un handicapé relationnel de premier ordre. Votre cynisme et vos sarcasmes, qui peuvent être parfois de mauvais goût, en attirent certains mais révulsent la majorité. Vos tendances lunatiques n'arrangent pas les choses. Vous rejetez toute personne qui s’approche de vous puis vous vous étonnez qu’elle ne manifeste plus aucun intérêt pour vous. Vous devez certainement enchaîner les coups d’un soir dans des bars miteux ou autre boite de nuit. Vous rejetez la plupart des idées moralisatrices de cette société en vous marginalisant. Pourtant vous vous permettez de jouer les moralisateurs et de juger les gens sans les connaitre, leur accolant rapidement une étiquette alors que vous n'êtes qu'un aveugle parmi tant d'autre…

Lena avait fait son petit portrait, d’un ton les plus froid sans pour autant élever la voix. Son regard s’était assombrit sous l’effet de la lumière environnante. Il y avait certaines limites qui ne pouvaient être franchies sans être sanctionné. Oui, elle avait un minimum d’honneur qui lui interdisait de se laisser piétiner par un mécano de second ordre. Même si elle était loin d'être à son maximum.

-Et enfin pour information, puisque ça à l’air de taaaaaant vous intriguez, dans le langage universelle, lorsqu’on regarde de coté quelqu’un en disant « remarquez… une fois sur place on devrait trouver quoi faire... » après avoir bien confirmé qu’il y aurait personne dans les environs, c’est typiquement le genre de chose qui peut prêter à confusion. Mais vous inquiétez pas, j’ai bien compris que vous étiez gay, alors arrêtez de jouer les princes outré. La prochaine fois apprenez juste à communiquer. Vous avez une langue et semblez bien savoir comment vous en servir, alors ça sera pas trop difficile d’apprendre à interagir correctement avec les gens.

En effet, Lena avait bien finit par remarquer que le jeune-homme n’avait pas regardé sa poitrine. Si ça c’était pas un signe. Du moins ça confirmait les dires du jeune-homme sur le fait qu'il ne soit pas intéressé par la jeune-femme, et surtout l'expliquait. L'ex-gravure de mode savait qu'elle avait un certain physique, même si elle-même ne se trouvait pas exceptionnele. Elle savait également que tous les hommes qui n'étaient pas attirés par elle, n'étaient pas nécessairement gay. La jeune-femme ne faisait qu'exacerber un doute sur lequel elle bluffait. Le genre de stratégie qui avait souvent lieu dans les interrogatoires pour obtenir des informations... L'inspecteur ne pu tout de même s'empêcher de penser qu'elle aurait l'air fine, si le mécanicien n'était en rien gay... Au moins rien n'était filmé. Maigre consolation.

Lena ne se pensait pas parfaite, ses relations intimes n’étaient pas non plus toujours un exemple de réussite, mais Akiya semblait être bien plus désastreux qu’elle en terme de relation humaine. Au moins, elle était borgne quand lui était aveugle. Elle avait presque pitié de lui. Elle prit la feuille et la signa. Elle fourra le papier dans les mains du mécano et s'en éloigna en se dirigeant vers la sortie à quelques mètres d'eux. Le temps de leur petite discussion, il s'était mis à pleuvoir. Par contre son Taxi n'était pas encore arrivé...

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Izumi Akiya

avatar

Nombre de messages : 501
Age : 21 ans
Sexe : masculin
Sexualité : Homosexuel
Métier : apprenti mécanicien
Date d'inscription : 25/02/2009

MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   Lun 15 Mar - 19:06

L’ennui c’est que les taxis ne disposaient pas encore d’un système de téléportation leur permettant d’arriver à l’endroit où on les attendait en moins d’une minute.
De ce fait, étant donné qu’elle aurait donc encore un moment à passer avec lui, la jeune femme se sentit probablement obligée de fixer Izumi d’un air glacial, puis de venir se planter face à lui pour lui déclamer ses trente-sept vérités.

«-Vous n’êtes qu’un idiot suffisant. Vous feignez les types blasés et désabusés. Vous passez votre temps à jouer les associables, ce qui fait de vous un handicapé relationnel de premier ordre. Votre cynisme et vos sarcasmes, qui peuvent être parfois de mauvais goût, en attirent certains mais révulsent la majorité. Vos tendances lunatiques n'arrangent pas les choses. Vous rejetez toute personne qui s’approche de vous puis vous vous étonnez qu’elle ne manifeste plus aucun intérêt pour vous. Vous devez certainement enchaîner les coups d’un soir dans des bars miteux ou autres boites de nuit. Vous rejetez la plupart des idées moralisatrices de cette société en vous marginalisant. Pourtant vous vous permettez de jouer les moralisateurs et de juger les gens sans les connaitre, leur accolant rapidement une étiquette alors que vous n'êtes qu'un aveugle parmi tant d'autre…»

Fantastique…
Oui, vraiment…
Une belle tirade qui avait le fort accent d’un cours de sociologie agrémenté d’une bonne dose de psychanalyse.
Et après c’était lui qu’elle accusait de juger les gens sans les connaitre ?
Depuis le début il se contentait se s’appuyer sur les faits. Le fait qu’elle se soit d’abord montrée sympathique avec lui et se soit soudain mise à l’ignorer sans qu’il n’ait compris pourquoi.
La blonde se permettait de son côté de l’attaquer sur des domaines qui relevaient de sa vie privée, des choses dont elle ne savait rien mais sur lesquelles elle s’accordait la parole.
Certes, de son côté il avait exagéré dans ses dernières paroles à propos du taxi, mais c’avait été davantage une manière désagréable et blessante de lui montrer qu’il n’avait pas compris ni apprécié son attitude qu’une volonté de faire l’analyse précise du caractère, du mode de vie, et autres habitudes de la jeune femme dont il ne savait rien.
Pour quelqu’un qui lui en faisait le reproche, elle était bien trop prompte à accoler des étiquettes.
Visiblement elle n’en avait pas terminé…

«-Et enfin pour information, puisque ça à l’air de taaaaaaaaant vous intriguer, dans le langage universel, lorsqu’on regarde de coté quelqu’un en disant « remarquez… une fois sur place on devrait trouver quoi faire... » après avoir bien confirmé qu’il y aurait personne dans les environs, c’est typiquement le genre de chose qui peut prêter à confusion. Mais vous inquiétez pas, j’ai bien compris que vous étiez gay, alors arrêtez de jouer les princes outré. La prochaine fois apprenez juste à communiquer. Vous avez une langue et semblez bien savoir comment vous en servir, alors ça sera pas trop difficile d’apprendre à interagir correctement avec les gens.»

D’accord…
Tout ça pour ça ?
En fin de compte ce qui avait mis le feu aux poudres c’était cette simple phrase qu’il avait lancé sans la moindre arrière pensée, ne s’étant même pas rendu compte sur le moment de l’ambiguïté qu’elle pouvait présenter, et l’ayant d’ailleurs déjà oubliée deux minutes après.
Que cette petite réplique qu’il avait jugé sans conséquence ait pu à ce point faire réagir la jeune femme le surprit au plus haut point.
Cependant, il dut fournir un effort considérable pour ne pas éclater de rire à cette seconde partie du monologue.

« - C’est vrai que jusqu’ici niveau communication vous vous en êtes sortie tellement mieux que moi… »

Railla le mécanicien tandis que la demoiselle se dirigeait d’un pas décidé vers la sortie.
Izumi acceptait uniquement les recommandations des personnes lui ayant prouvé qu’elles étaient aptes à en donner. Pour l’instant il fallait admettre que Lena n’avait pas fait grand-chose susceptible de forcer le respect du brun.

Suivant un instant la blonde des yeux, le punk jeta un regard en direction de la sortie, remarquant ainsi qu’il s’était mis à pleuvoir. Ce détail n’échappa pas à son interlocutrice qui n’eut de ce fait d’autre choix que de s’abstenir d’aller attendre son taxi dehors.

Le jeune homme profita de l’occasion pour signifier clairement à la blonde ce que lui avait inspiré son argumentaire.

« - Pour le reste… Je savais pas que vous faisiez dans la divination. … Remarquez… vous aviez une chance sur deux… »

Commença-t-il, faisant à son tour quelques pas en direction de la porte du garage.

« - Enfin… admettons que vous n’ayez pas lâché cette affirmation au hasard. Dans ce cas, c’est quoi le raisonnement ? ‘’Ce pauvre con de mécano ne bave pas devant mon physique de gravure de mode, c’est pas normal, il doit être pédé, et pas qu’un peu.’’ Plus que discutable si vous voulez mon avis, mais admettons encore. … Alors du coup, partant de ces hypothèses, faut que vous m’expliquiez pourquoi m’avoir fait tout un flan pour une histoire de phrase vaguement ambiguë alors que vous aviez l’air de savoir qu’en bon gay que je suis il ne me viendrait pas à l’esprit de vous draguer ?! »

Il s’agissait là d’une question purement rhétorique ; le ton était néanmoins plus acide qu’amusé.
Izumi n’attendait pas nécessairement une réponse, se contentant par là de souligner le flagrant manque de logique et de cohérence entre les actions et les raisonnements de son interlocutrice.
Si depuis le début l’homosexualité de son mécanicien était pour elle un fait évident, alors pourquoi s’être offusquée de ses paroles et surtout les avoir interprétées de cette façon ?
En supposant que Lena n’y ait songé qu’après coup, l’histoire ne tenait pas plus la route. Car, dans ce cas de figure, pourquoi laisser planer inutilement le malentendu, et par là même provoquer tout aussi inutilement le jeune homme, alors qu’il aurait été tellement simple d’admettre qu’il y avait eu maldonne et de classer l’affaire ?

« - Depuis tout à l’heure vous êtes là à m’énumérer mes travers, avec une grosse marge d’erreur soit dit en passant, à dresser mon portrait psychologique complet, à inventer ma biographie… Vous êtes tellement focalisée sur mes défauts que vous avez l’air d’oublier les vôtres… Un peu ennuyeux quand on voit que vous ne vous gênez pas pour faire certaines choses que par ailleurs vous me reprochez. »

Conclut le jeune homme, pointant ainsi nettement du doigt les éléments qui l’insupportaient.

Mieux valait être aveugle que perdu dans ses illusions…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite virée à NowhereLand [pv Lena]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite virée à NowhereLand [pv Lena]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite virée nocturne dans les bois [Pv Angel ^.^] [HENTAÏ]
» Petite virée dans le Canyon [libre]
» Une petite virée ft. Jackson Whittemore
» Je suis sur que j'ai une petite place pour toi -Lena-
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Autres :: Autres endroits-
Sauter vers: