Yuukoku, la ville aux deux visages...


 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cache, cache, qui est le chat ? [PV Ririko]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Cache, cache, qui est le chat ? [PV Ririko]   Ven 6 Nov - 11:50

Lena suivit le même chemin qu’avait emprunté Abe pour retourner à la réception. La salle était encore envahie par les invitées de la soirée. Les serveurs n’arrêtaient pas de déambuler partout, apparemment les petits fours connaissaient un grand succès. Tout le monde semblait également s’amuser à boire des jus de fruits. Lena aurait pu être tentée par l’un de ces jus de fruits ou petits fours, du moins si elle n’avait pas une telle aversion de manger et surtout de boire quoi se soit dans ce genre de réceptions. La dernière fois qu’elle s’y était risquée on avait mis du GHB dans sa coupe. Depuis elle avait développé une certaine paranoïa à ce sujet. Si elle ne voyait pas le serveur préparer son verre, elle n’en voulait plus. Idem si elle avait quitté son verre des yeux seulement quelques secondes. Elle en demandait un nouveau. Encore une de ses lubies.

L’inspecteur se dirigeait droit vers la sortie, quand elle bifurqua en plein milieu de son trajet déjà tracé. Yasunari discutait avec le préfet et juste à coté de lui se tenait Yameno Suzaki. L’oncle de Lena. En tant qu’ancien flic et dernier bienfaiteur de la police, il avait reçut un carton d’invitation pour la soirée. Lena regarda rapidement autour d’elle. Yameno ne semblait pas être venu accompagner de Shizuru Suzaki. Le dernier point de litige entre l’inspecteur et son oncle. Depuis qu’elle savait que sa chère cousine emménageait en ville, Lena et Yameno avait eut une violente dispute. La blonde avait de plus en plus de mal à accepter les rapprochements entre Yameno et le reste des Suzaki. L’installation de Shizuru à Yuukoku avait été l’événement de trop. Celui qui l’empêchait de se voiler indéfiniment la face à propos de son cher oncle.

Le petit groupe qui discutait donc à mi-chemin de la sortie, força Lena à dévier. Impossible de passer devant eux en ignorant son oncle. L’inspecteur entra dans les toilettes réservées à la gente féminine. Là au moins personne ne la verrait et viendrait encore moins la chercher. Un refuge momentané jusqu’à ce que les personnes indésirables s’éloignent. Elle soupira. Ce n’était pas une attitude digne d’elle. Ni même d’un adulte responsable, mais plutôt d’une gamine capricieuse. Elle en vint même à se demander si elle n’était tout simplement pas jalouse de l’attention que Yameno portait à Shizuru… Ah, non ! C’était infernal ! Même absente, Shizuru parvenait à semer la discorde, ainsi que le doute dans l’esprit de Lena. Elle avait l’impression de retourner dans son adolescence. Après toutes ces années, Shizuru était devenu la Némésis de Lena. *Bon sang ! De toute les villes sur Terre, il fallut qu’elle choisisse celle-ci !*

Elle migra dans l’une des cabines lorsqu’elle entendit un groupe de femme entrer à sa suite dans les toilettes. Elle sortit de son petit sac, un mini-spray aseptiseur. Elle en mit sur le couvercle de la cuvette des toilettes qu’elle avait préalablement rabattu, puis sortit une lingette nettoyante et désinfecta précautionneusement le couvercle. Une fois fait, elle attendit quelques secondes que les produits nettoyants sèchent, puis s’assit sur le couvercle.

Elle sorti son étui a cigarette et pris l’un de ses précieux cylindre blanc de nicotine. Cigarette aux lèvres, elle ouvrit son zippo pour l’allumer mais stoppa son geste. Après réflexion ce n’était peut-être pas l’idéal de fumer dans les toilettes. D’une ce n’était pas spécialement discret et deux la préfecture devait être bourré d’alarme incendie… Oui vraiment pas discret. Quoique… Elle sauverait certainement quelques malheureuses âmes qui étaient coincées dans cette soirée, et amènerait par la même occasion un peu d’animation. Lena s’empêcha de soupirer. Pas très glorieuse comme situation.

Les toilettes avaient vraiment une bonne acoustique. Lena pouvait parfaitement entendre ce que le troupeau de femme avait bien à se dire pendant qu’elles se refaisaient une beauté. Fascinant et très éducatif par la même occasion.

-Mmmm…. Vous avez vu Yasunari ?! Il est vraiment trop classe et surtout sexy dans son costume !


-Oui ! En plus il discutait tout à l’heure avec le préfet. C’est vraiment le parti du moment à prendre ! Lui et le commissaire Luwil avec ses beaux abdos! On dirait pas qu’il a passé plusieurs semaines dans le coma.

-Dans ce cas là les filles vous feriez mieux de vous méfiez de la blonde peroxydée qui travail avec eux.

-Ah bon ?

Lena fut interloquée. Il y avait une « blonde peroxydée » qui travaillait dans le même service qu’elle ? *Bah après tout* elle ne connaissait pas non plus chaque membre de son service.

-Oui, l’ex top model connu, Hélène, non, Helena…

-Lena ?

-Oui ! Voilà Lena … Kasama ! Pfff c’est bien la seule chose qu’elle a de japonais. J’connais bien ce genre de filles. Elles se croient tout permis sous prétexte qu’elles sont un peu jolies. C’est d’autant pire quand elles ont posé pour deux trois photos et qu’en plus c’est des Gaïjin. Toujours là à tourner autour des types bien comme Yasunari afin de nous les piquer sous le nez.

Alors là ! *Comment ça je suis une blonde peroxydée ?! 100% naturel. Je suis une vrai blonde espèce de mégère constipée !* Et puis c’était quoi toute cette histoire à propos d’elle ayant un quelconque intérêt pour Yasunari ou même le commissaire ?! *YEURK !* Elle pouvait tout à fait concevoir qu’on les trouve séduisants, mais de là à ce qu’elle en fasse autant il y avait tout un monde. Et puis surtout, dans quel monde Yasunari était « un type bien », ce « type bien » tant adulé par les commères, était bien plus proche du type qui est un vrai co****d… Vu les adoratrices cette vision déformée de Yasunari n’était pas si étonnante. Lena ferma les yeux. Ce genre de commentaires n’était pas non plus nouveau pour elle. Malheureusement il suffisait souvent qu’elle parle à un homme à moins de 3 mètres d’elle, et les rumeurs se faisaient toutes seules.

-Oui je connais aussi ce genre de fille sans cervelles ni scrupule ou bienséance. Toujours en train d’essayer de leur soutirer de l’argent. Mais finalement c’est juste des amusements ! Nous on est plus sérieuses et intéressantes, c’est pour ça que c’est toujours nous qu’ils finissent par épouser pour fonder un véritable foyer avec des valeurs !

La cigarette au bec, Lena leva les yeux au ciel en s’empêchant de soupirer ou de bailler devant tant d’idioties débitées à la seconde. C’était une blague ? C’était ça sa punition pour avoir fuie ? Elle n’avait pas voulu croiser son oncle de peur d’être interpelée par Yasunari et le préfet, résultat elle se trouvait enfermée dans des toilettes, dans l’incapacité de fumer, et avec pour compagnie les sarcasmes évolués d’une bande de * mal ba**ées * qui se prenaient pour la quintessence de l’humanité dans leur tenue 100% synthétique. Car elle en était sure, c’était typiquement le genre de personne à se prendre pour des grandes duchesses de haut standing en portant que des contres façons de mauvais goûts et sans cette précieuse bienséance dont elles faisaient mention plus tôt. Des filles particulièrement vicieuses dont l’emballage reflétait souvent l’intérieure. Des filles prêtes a tout pour s'assurer un bon mariage avec un homme riche.

Des pensées peu amènes de la part de Lena mais qui rendaient la pareil aux langues de vipères et la confortaient en l’empêchant de faire brutalement irruption sous le nez des commères, histoire de les clouer sur place. Quoique… Elle était bien curieuse de voir à quoi elles pouvaient ressembler. Ce qui était sur c’est qu’au moins elles occupaient l’esprit de Lena en la faisant penser à autre chose. C’était bien pour cela qu’elle ne sortait pas. Elle se fichait de sa réputation chez ce genre de personnes, mais avait par contre besoin de distraction. Elle aurait juste préféré une distraction plus plaisante…

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ririko Tatsuyashi
Modo
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Reste à définir
Métier : Médecin légiste
Petit(e) Ami(e) : Euh...?
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Cache, cache, qui est le chat ? [PV Ririko]   Mer 11 Nov - 18:30

Lena avait quitté à son tour le petit groupe formé autour d'Abiel, et bientôt, je sus qu'il était aussi temps pour moi de prendre congé. L'ambiance avait changé lorsque Yasunari et compagnie étaient arrivés. Je n'aimais vraiment pas ses airs pédants et prétentieux, et supporter plus longtemps sa compagnie m'aurait été insupportable, même si ce dernier avait du nous faire grâce de sa présence pour suivre un de ses collègues. Je saluais donc le commissaire Abiel, et m'éclipsais loin du kiosque. Je pris la direction de la salle, qui j'avais quitté précédemment, avec l'intention secrète de retrouver la jolie blonde pour un tête-à-tête. Elle me devait bien quelques explications...

En arrivant dans la salle, je constatais que le plus gros de la foule s'était dissipé, même s'il subsistait ça et là, quelques petits groupes compactes. Les serveurs ne chômaient pas de leur côté, et à peine avais-je fait un pas dans la pièce que l'un d'eux me colla son plateau sous le nez, m'invitant à me servir en petits fours. Je déclinais poliment avec un sourire gêné, et repris mon chemin, même si je ne savais pas trop où me diriger. Je pris le temps de jeter un coup d'oeil rapide autour de moi, et c'est au dernier moment que j'aperçus une chevelure blonde tourner au coin d'un couloir. D'un pas rapide, j'essayais de la rattraper, sans y parvenir, empruntant tout de même le même chemin que la jeune femme. Je me retrouvais alors dans un cul de sac, face à deux portes: Toilettes messieurs, et toilettes pour dames. Il faut dire que j'eus un instant, quelques soupçons quant à l'attitude à avoir. Devais-je vraiment me lancer à la poursuite de Lena... dans des toilettes publiques? J'allais faire demi-tour quand j'entendis des voix féminines dans mon dos. Sans réfléchir, je me précipitai vers la porte, et pénétrai dans la salle carrelée. J'avais certainement du penser que d'une manière ou d'une autre, je pourrais les éviter. En général, je n'aimais pas la compagnie d'autres femmes, et encore moins quand elles approchaient de mon âge. Il faut croire que les quelques petites persécutions féminines, de la part de mes camarades d'école, dont j'étais victime enfant, avaient du avoir un quelconque effet sur mon inconscient ce soir-là. Au final, je me retrouvais piégée. Je jetai un regard un peu perdu au reflet dans le miroir qui me faisait face. J'avais vraiment piètre allure.

Trois femmes entrèrent à leur tour dans les toilettes, dans l'attention visible de se repoudrer le nez. De mon côté, je faisais semblant de réajuster ma coiffure, espérant que ces dernières m'ignoreraient totalement. Néanmoins, je ne pus m'empêcher de tendre une oreille curieuse aux propos qu'elles tenaient:

-Mmmm…. Vous avez vu Yasunari ?! Il est vraiment trop classe et surtout sexy dans son costume !

Ça commençait vraiment bien. Encore une imbécile prête à baver sur le fameux costume de James Bond de l'inspecteur Monsieur-je-me-la-pète. De plus, j'étais certaine qu'elles n'avaient pas la moindre idée de l'identité choisie par Yasunari ce soir.

-Oui ! En plus il discutait tout à l’heure avec le préfet. C’est vraiment le parti du moment à prendre ! Lui et le commissaire Luwil avec ses beaux abdos! On dirait pas qu’il a passé plusieurs semaines dans le coma.

« Le parti du moment à prendre »? Yasunari? C'était très certainement une blague, car je n'imaginais surtout pas Yasunari être un bon parti. C'était, au contraire, le genre de type qui avait besoin de séduire pour survivre, et se voir caser avec une femme... C'était tout simplement inimaginable. A moins que la demoiselle en question accepte les infidélités de son mari, car c'est probablement ce qu'il risquait d'arriver avec l'inspecteur. Quand au commissaire Luwil, je partageais déjà un peu plus son avis, au seul fait près qu'Abiel Luwil était marié à son boulot, et probablement gay.

-Dans ce cas là les filles vous feriez mieux de vous méfiez de la blonde peroxydée qui travail avec eux.

Une des trois femmes avait élevé légèrement la voix. En entendant « blonde peroxydée », j'eus un léger pressentiment -qui se confirma- par rapport à la personne concernée. Dans le miroir, j'observais le reflet des trois autres femmes, jetant un coup d'oeil furtif. Oui, c'était bien ce que je me disais: la jalousie était inscrite sur leur visage. Elles étaient parfaitement quelconque, sans attrait pour le regard, et traduisait même une certaine vulgarité que l'on retrouve chez ces lycéennes qualifiées de « lolita ». Elles étaient certainement passées par ce stade au lycée, formant le genre de trio infernal qui s'éteint et se sépare brusquement à la fin de l'année pour chacune, poursuivre sa vie dans un minable boulot de vendeuse ou je-ne-sais-quoi...
L'une des trois sembla surprise, et de sa bouche en cul-de-poule s'échappa un: -Ah bon ? Étonné.

L'autre reprit de plus belle:

-Oui, l’ex top model connu, Hélène, non, Helena…

« Lena » rectifiais-je mentalement... Il n'était pas difficile de savoir de qui ces trois filles parlaient. Une ex top modèle blonde, au nom occidental, il ne pouvait s'agir que de Lena Kasama...

-Lena ?

-Oui ! Voilà Lena … Kasama ! Pfff c’est bien la seule chose qu’elle a de japonais. J’connais bien ce genre de filles. Elles se croient tout permis sous prétexte qu’elles sont un peu jolies. C’est d’autant pire quand elles ont posé pour deux trois photos et qu’en plus c’est des Gaïjin. Toujours là à tourner autour des types bien comme Yasunari afin de nous les piquer sous le nez.

« Un peu jolies »? Elle s'était regardée pour dire ça? En l'entendant proférer de telles paroles, j'eus un moment l'envie terrible de lui enfoncer le nez dans son poudrier. Pour qui se prenait-elle pour parler ainsi de Lena? Et puis, j'étais certaine que la belle russe n'était pas intéressée par Yasunari. Elle n'était pas du genre à s'accommoder de types pareils. Intérieurement, je sentais la colère monter en moi, sans vraiment savoir pourquoi. Mais ça me faisait mal de savoir qu'on pouvait parler de cette manière de Lena, alors que ce n'était que des mensonges.

-Oui je connais aussi ce genre de fille sans cervelles ni scrupule ou bienséance. Toujours en train d’essayer de leur soutirer de l’argent. Mais finalement c’est juste des amusements ! Nous on est plus sérieuses et intéressantes, c’est pour ça que c’est toujours nous qu’ils finissent par épouser pour fonder un véritable foyer avec des valeurs!

Et bien, on progressait! Je n'avais jamais entendu de commentaire plus stupides de toute ma vie. J'étais tellement abasourdie par tout ce que je pouvais entendre que je cessais de jouer avec mes cheveux. Mon visage était complétement tourné vers ces pimbêches, la bouche légèrement entrouverte. Il y eut alors un profond silence pendant lequel, les trois femmes se tournèrent vers moi pour m'observer. Ne réagissant toujours pas, elles se mirent à éclater de rire. L'une d'elle me lança alors:

-Eh bien, quoi? C'est quoi ton problème? T'en pinçais pour Yasunari ou quoi?

Je fermai rapidement la bouche, pris une profonde inspiration, et leur répliquais alors:

« Je crois sincèrement que les « filles sans cervelle, ni scrupule ou bienséance » ne sont pas celles que vous croyez. Pour vous en rendre compte, vous n'avez qu'à tourner la tête vers vos reflets, car il faut vraiment être conne pour croire qu'un type comme Yasunari puisse choisir l'une de vous pour « fonder un foyer » parce que vous êtes soi-disant plus sérieuses et plus intelligentes. Bien au contraire, Mesdames, vous ne serez qu'une couverture pour un homme pareil, tandis qu'avec d'autres femmes, il ira vous tromper. Et puis, avouez le, vous avez un peu tendance à inverser les choses, non? Ce n'est pas lui ou tout autre type du même gabarit qui viendra vous chercher pour « fonder un foyer »... C'est plutôt vous qui vous agripperez à ses chevilles pour qu'il puisse vous offrir tout le confort matériel. Et là, ça sera pour vous, une longue descente aux Enfers. Par politesse, il consommera une fois ou deux le mariage avec vous, pour vous laisser par la suite seule à la maison, à vous empâter à force de grignoter en regardant des émissions à la con, car, oui, vous aurez pris la décision d'arrêter de travailler pour vous consacrer à votre maison et à votre si gentil mari qui, pendant que vous lui préparerait son repas du soir, sera en train de se taper sa secrétaire. Alors, franchement, au lieu de dire autant de conneries sur une personne que vous ne connaissez pas, et dont vous ne soupçonnez même pas l'étendue de ses qualités, vous feriez mieux de réfléchir à la manière d'éviter l'obésité avant vos trente ans! »

Bon, je m'étais vraiment lâchée sur ce coup là, et on peut dire que je m'en mordis les doigts par la suite. J'en avais tellement marre de supporter des femmes pareilles que ce soir, je n'avais pas pu m'en empêcher. Et puis, il y avait bien quelque chose que je détestais par dessus tout, c'était bien l'hypocrisie. Elles restèrent un moment silencieuse, jusqu'au moment où l'une d'elle s'exclama:

-Mais quelle sa**pe!

Je la vis alors se précipiter vers moi, comme une furie. Merde, c'est toujours dans des cas pareils qu'on oublie tous ses cours de self-defense. Le seul réflexe que j'eus fut de me protéger le visage avec mes avant-bras. Au moment où je m'attendais à recevoir un coup, une porte s'ouvrit brutalement derrière le dos de mon agresseur, et je vis en sortir Lena...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Cache, cache, qui est le chat ? [PV Ririko]   Dim 22 Nov - 21:00

Soudain les commères cessèrent de parler. Lena fronça un instant les sourcilles. Que se passait-il pour qu’elles n’émettent plus de son aussi brutalement ? Généralement elles étaient le type de personne toujours en train de piailler, il fallait vraiment qu’il y ait quelque chose de particulier pour leur couper le sifflet ainsi. Lena tendit l’oreille. D’un coup leur rire agaçant se déclencha.

-Eh bien, quoi? C'est quoi ton problème? T'en pinçais pour Yasunari ou quoi?

A qui s’adressait-elle ? Une quatrième personne était là ? Ne voyant rien, et n’ayant jusqu’ici pas entendu de quatrième voix elle ne pouvait le confirmer. Ses sens et son instinct étaient en alerte pour comprendre ce qui se passait. Lorsqu’elle entendit une autre voix féminine qui était resté silencieuse jusqu’ici, Lena la reconnu immédiatement.

Ce fut autour de Lena d’être surprise. Ririko en modèle de franchise brisait les illusions des commères. Certaines remarques arrachèrent même un rictus à l’ex top.

-… Alors, franchement, au lieu de dire autant de conneries sur une personne que vous ne connaissez pas, et dont vous ne soupçonnez même pas l'étendue de ses qualités, vous feriez mieux de réfléchir à la manière d'éviter l'obésité avant vos trente ans!

Cette dernière remarque ne resta pas sans effet sur Lena. Planquée dans les toilettes à fuir ses problèmes comme une gamine capricieuse, « l’étendue de ses qualités » n’était pas si vaste finalement. Le silence qui suivit inquiéta de nouveau Lena. Est-ce que les commères allaient fuir la queue entre les jambes sans faire plus d’histoire, ou allaient-elles riposter ? Vu la situation, Lena avait tendance à opter pour la deuxième solution. Elles étaient trois. Ririko était seule. Les toilettes étaient supposé vides. Elles auraient bien le temps de lui sauter dessus avant que quelqu’un arrive. C’est ce que devait actuellement calculer le nid de vipère.

- Mais quelle sa**pe!

*Bingo !* Lena n’attendit pas plus longtemps pour faire son entrée. Elle sortit en faisant en sorte que la porte se claque violemment. Elle retira sa cigarette de ses lèvres et siffla les filles pour les calmer. Tout était une question de mise en scène dans ce genre de situation. Lena eut l’effet voulut, elles s’étaient toute figées et tournées vers elle. Par contre ce que Lena vit ne lui plut en rien. L’une des commères s’apprêtait à frapper Ririko…

Son visage pouvait sembler impassible, mais ses yeux… Son regard bleu électrique, assombrit par les lumières artificielles des toilettes, retranscrivait tout le mépris et le dédain qu’elle pouvait avoir envers les trois femmes. Un regard froid et sans pitié qui transperçait les corps gelait par la crainte que Lena inspirait aux trois vipères. Ce soir elle ne portait que cinq centimètres de talons. Ce n’était pas grand-chose, mais ajoutés à sa taille, l’ex-top atteignait rapidement les 1,80 m. De quoi diminuer d’autant plus les trois gnomes face à elle. Lena haussa un sourcil devant les tenues des trois femmes. Le genre de haussement terrible qui vous met mal à l’aise en vous faisant développer un complexe d’infériorité et de honte. Oh, ce qu’elle pouvait être terrible parfois.
*Ah ! J’en étais sûre !*

Tout séparait Lena des harpies faces à elle. Alors qu’elle portait une tenue récemment offerte par un grand couturier, elles portaient du synthétique mal taillé qui ne faisait qu’affirmer leur caractère de « pouf » et leur mauvais gout vestimentaire. Rien ne semblait jouer en leur faveur. Elles étaient dépourvues de qualité ne serait-ce que physique.

Lena remit sa cigarette dans son étui, puis s’avança jusqu’au lavabo et se lava les mains. Les trois vipères ne la quittaient pas des yeux.

-Dégagez.

Ce n’était pas une demande mais un ordre simple et concis. Un simple mot qui recelait une telle violence, alors qu’il était dit d’un ton froid sans le moindre haussement de voix particulier. Celle qui s’apprêtait à frapper Ririko se détourna de sa potentiel victime. Dans sa grande bonté, Lena leur laissa le temps de calculer les risques qu’elles prenaient à rester plus longtemps en sa présence. C’était bien de parler sur le dos des gens… quand ils n’étaient pas là pour l’entendre. C’était encore mieux quand les personnes concernées n’étaient pas des gens qui pouvaient bien ruiner votre vie. Que se soit physiquement, intellectuellement ou socialement Lena les surclassait sans mal. Elle pouvait les briser physiquement, mentalement comme socialement.

L’ex gravure de mode pouvait sentir le mécanisme de réflexion se mettre en route dans les cervelles de ces dames. Lena laissa s’écouler 10 secondes de tension avant de parler à nouveau d’un ton froid et lasse.

-Maintenant...

Le troupeau commença à migrer à contrecœur vers la sortie. Celle qui des trois était la plus virulente ne put s’empêcher d’hausser la tête quelque peu piquée au vif et vexée. Lena décida d’enfoncer le clou et de casser la planche avec.

-Au fait, pour Yasunari, laissez tomber, vous êtes en rien son style. Mais vraiment pas. Oh et tant que j’y suis, il a beau être fils de député, sa fortune reste inférieure à la mienne. Il est celui qui s’accrocherait à ma cheville tel que vous le feriez à la sienne, déclara Lena envers les trois vipères qui atteignirent la porte, et ce d’un ton insupportablement calme et porteur d’une vérité cruelle.

Le visage de la supposée leadeur se déforma en une expression de franche haine et jalousie avant de quitter définitivement les toilettes.

-Mais quelle sal*pe ! Qu’elle attende un peu que je me plaigne à mon nouveau mec !

-Grave !

Ce fut les dernières paroles des commères, que la porte laissa filtrer. La manipulation psychologique. Dans ce domaine, l’inspecteur Kasama excellait. Se jeter sur ces trois idiotes alors qu’elle pouvait résoudre autrement la situation, aurait été tout bonnement ridicule et une dépense d’énergie inutile. Parfois la meilleure solution n’était pas la violence physique.

Lena s’essuya les mains, puis se tourna vers Ririko. Elle observa la jeune femme d’un regard radicalement opposé à celui qu’elle avait bien pu avoir un peu plus tôt. Un regard amusé qui se trouva vite ponctué d’un sourire éclatant. L’inspecteur se rapprocha du docteur. Lena remit délicatement une mèche qui s’était échappée de la coiffure de Ririko. Le seul geste intime qu’elle se permit en se raisonnant pour ne pas embrasser le médecin.

-Ca va ? Tu sais, ça valait vraiment pas le coup que tu te donnes autant de peine *surtout pour moi*… Elles auraient vraiment pu te blesser, déclara Lena d’un ton neutre où perçait tout de même une certaine sincérité.

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ririko Tatsuyashi
Modo
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Reste à définir
Métier : Médecin légiste
Petit(e) Ami(e) : Euh...?
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Cache, cache, qui est le chat ? [PV Ririko]   Jeu 21 Jan - 11:25

Le coup fatidique que je redoutais tant ne s'abattit pourtant pas sur mon visage. La femme s'était arrêtée dans son élan lorsqu'un bruit sourd avait retentit dans son dos. Lena venait de sortir d'un des cabinets de toilettes, en faisant claquer la porte contre le mur. Les trois harpies s'étaient figées, surprises par cette importune qui me sauvait la vie. Je crois bien que face à une telle apparition, mes yeux se mirent à briller comme une enfant découvrant ses cadeaux sous le sapin de Noël. L'ex top modèle avait une classe folle, et une aura toute puissante semblait émaner de son corps de déesse. Avec grâce, elle retira la cigarette qu'elle avait coincé aux coins de ses lèvres maquillées. Ainsi, la demoiselle était venue se réfugier dans les toilettes pour femmes afin de s'en griller une... Lena s'avança vers les lavabos, et se lava les mains. Le temps semblait s'être suspendu. Aucune des femmes ne bougeait dans la pièce, moi y compris. Toujours le dos calé contre le mur froid de céramique, j'observai la scène, hébétée. Celle qui me tenait par le col relâchait son étreinte à chaque pas que faisait la divine inspectrice. Son bras s'abaissa peu à peu, et ce n'était pas pour me déplaire. Une fois qu'elle m'eut totalement lâchait, je glissais le long du mur pour me retrouver assisse par terre.

Sans même les regarder, Lena leur lança alors, d'un ton froid et sec:  «Dégagez ».

L'ordre était pourtant clair, mais les trois filles s'étaient réellement transformées en épouvantails. Le côté Clint Eastwood de Lena devait leur faire vraiment peur pour avoir si peu de réactions. Ou bien, elles ne comprenaient toujours pas ce qui pouvait bien se passer.

La jolie blonde reprit sur le même ton: « Maintenant.. ».

Les épouvantails commencèrent alors à se mettre en branle, comme de vieux robots dont les engrenages sont recouverts de poussières. Intuitivement, dirais-je, les trois femmes se rapprochèrent les unes des autres, comme un troupeau de gazelles (sans la grâce et le charme) effrayées et piégées dans une clairière par une lionne affamée. Les harpies se déplacèrent lentement vers la sortie, ne quittant pas des yeux leur prédatrice. Lena avait de la chance d'avoir un tel charisme. J'étais vraiment bien peu de chose à côté, petite et maigrelette comme je l'étais. Et puis, même si je ne me privais pas pour dire certaines choses, ce n'était généralement pas de plein front. J'utilisais l'ironie et le cynisme pour tourner en dérision mes adversaires, sans pourtant avoir la prestance de Lena pour m'affirmer plus.

-Au fait, pour Yasunari, laissez tomber, vous êtes en rien son style. Mais vraiment pas. Oh et tant que j’y suis, il a beau être fils de député, sa fortune reste inférieure à la mienne. Il est celui qui s’accrocherait à ma cheville tel que vous le feriez à la sienne.

A cette simple phrase, les trois filles se figèrent, tout en se décomposant littéralement. Puis, sachant qu'elles n'auraient pas le dernier mot, détournèrent leurs regards pleins de haine pour sortir. En poussant la porte, je les entendis parler entre elles, la « leader » du groupe annonçant aux vipères qui la suivait qu'elle irait se plaindre à son nouveau copain. Eh bien, avec un tel caractère, je me demandais de quelle façon elle pouvait bien les attirer ses « nouveaux copains ».

Je ne bougeais pas. Toujours assisse sur le carrelage froid des toilettes publiques, j'observai les derniers mouvements de la belle inspectrice, qui entreprit de se sécher les mains au porte serviette. La soirée avait été franchement mouvementée... Rapidement, la jeune femme vint me rejoindre avec un de ses éclatants sourires de mannequins, néanmoins empreint de sincérité. Elle s'accroupit face à moi, et tendit une main vers mon visage pour glisser délicatement une de mes mèches derrière mon oreille. Le contact fugace de ses doigts contre ma peau m'arracha un délicieux frisson que je tentais au mieux de dissimuler. Après tout, j'étais encore un peu fâchée contre elle, non? Même si elle m'avait sauvé d'une opération de chirurgie esthétique, je ne pouvais lui pardonner son attitude envers moi et son silence radio.

Ça va ? Tu sais, ça valait vraiment pas le coup que tu te donnes autant de peine. Elles auraient vraiment pu te blesser.

J'eus un sourire désolé, avant de lui rétorquer:

« Je ne savais pas que tu étais là... Ni que tu serais mon brave chevalier ce soir... Enfin, ça n'a pas d'importance. Ces filles ne m'auraient probablement rien fait, enfin, je crois... »

Lena se redressa et m'offrit sa main pour m'aider à en faire de même. J'étais heureuse de pouvoir enfin décoller mon fessier de cette surface froide. Je m'appuyais un instant sur le rebord du lavabo, afin de reprendre un peu mes esprits. Je lavais rapidement mes mains à l'eau claire, avant de tapoter légèrement mes doigts humides sur mon visage et mes yeux. Je respirai profondément et jetai un coup d'oeil dans le miroir. Je voyais le divin reflet de Lena qui m'observait. Sans me tourner vers elle, je lui demandai alors:

« Pourquoi ce silence radio avec moi? Ai-je fait quelque chose de mal? Je me suis vraiment posée beaucoup de questions depuis notre dernière rencontre. Et depuis, plus rien, plus de Lena Kasama! »

Je quittai des yeux le miroir pour faire face à l'inspectrice. La toisant du regard, je cherchais une réponse sur son visage. Je repris:

« Surtout que depuis tout ce temps, j'ai quelque chose qui t'appartient et que je n'ai pas encore pu te rendre... »

Je quittais le lavabo pour me rapprocher de la belle blonde. Doucement, j'approchai mon visage du sien, jusqu'à ce que nos lèvres se frôlent et que je les scelle dans un baiser. Depuis tout ce temps, je n'avais pu lui rendre cette marque d'affection dont elle m'avait gratifié au commissariat. Le baiser dura quelques instants avant que nos bouches ne se séparent. Je continuai:

« La prochaine fois, ne m'oublies pas, s'il te plaît... »

[Je suis sincèrement désolée du temps incroyablement long que j'ai mis pour te répondre!!!]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lena Kasama

avatar

Nombre de messages : 341
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Feminin
Sexualité : bisexuelle
Métier : ex-mannequin actuellement officier de police
Petit(e) Ami(e) : *cherche dans le dico*
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Cache, cache, qui est le chat ? [PV Ririko]   Dim 9 Mai - 16:27

-Je ne savais pas que tu étais là... Ni que tu serais mon brave chevalier ce soir... Enfin, ça n'a pas d'importance. Ces filles ne m'auraient probablement rien fait, enfin, je crois...

L’inspecteur eut un sourire à la réflexion du légiste. Au vu de la scène qu’elle avait interrompu, elle n’était pas convaincue de l’innocence de la bande d’harpie. Lena eut un léger rire qu’elle cacha un instant avec sa main droite.

-Vraiment, j’ai l’impression d’être retourné à l’école…


Sauf qu’à l’époque elle restait dans les toilettes jusqu’à ce que les commères quittent les lieux. Lena aida Ririko à se lever. Elle semblait quelque peu secouée par l’incident, chose qui ne fit que nourrir le ressentiment de Lena envers le nid de vipère. L’ex-gravure de mode, patienta tout en observant le docteur. Elle était toujours aussi délicieuse que dans les souvenirs de Lena, avec toujours cette certaine audace et franchise dont elle faisait preuve. Si les rôles avaient été inversés, Lena aurait certainement passé son chemin sans intervenir, préférant choisir ses batailles et éviter des vagues inutiles. Elle eut un peu honte à cette pensée alors que Ririko n’avait pas hésité longtemps avant d’y mettre son grain de sel. L’inspecteur fit un pas avant de s’arrêter au son de la voix de Ririko.

- Pourquoi ce silence radio avec moi? Ai-je fait quelque chose de mal? Je me suis vraiment posée beaucoup de questions depuis notre dernière rencontre. Et depuis, plus rien, plus de Lena Kasama!


Lena resta perplexe, puis fronça légèrement les sourcilles. Ririko se tourna alors vers elle. Quel affreux mal entendu. Ainsi donc Ririko attendait que Lena l’appel, quand cette dernière attendait que le docteur compose son numéro. Une situation qui en devenait presque comique, au détail prés que Ririko semblait en être peiné. Lena avait tout de même bien fait quelques passages à la morgue en espérant croiser son chemin, mais était tombé à chaque fois sur un collègue ou bien l’assistant de cette dernière. Lena lui avait donné sa carte, mais n’avait pas en échange reçut le numéro de la jeune légiste. Elle avait certes les moyens de l’avoir par des chemins détournés que lui offrait son travail, mais répugner à en abuser. Elle ne voulait pas user des mêmes méthodes que certains stalker à qui elle avait eut à faire.

- Surtout que depuis tout ce temps, j'ai quelque chose qui t'appartient et que je n'ai pas encore pu te rendre...

Lena arqua un sourcille face à la dernière phrase de Ririko et fut surprise par le geste qui l’accompagna. L’ex-top accueilli le baiser comme il se dut, elle rapprocha son corps de celui de Ririko et passa l’une de ses mains sur les hanches de la marquise. Le baiser finit par s’interrompre doucement.

-La prochaine fois, ne m'oublies pas, s'il te plaît...

-Je ne t’ai pas oublié, de la même façon que tu n’as rien fait de mal. D’accord ?
Elle releva le menton de Ririko et lui sourit avant de l’embrasser de nouveau. Comment j’aurais pu ?

Pas d’explications, pas d’excuses. Lena n’en voyait pas l’utilité, pour une fois elle préférait parler avec son corps qu’avec des mots. Lena l’embrassa de nouveau. Elle saisit la marquise par les hanches et la souleva avant de la déposer sur la longue table où les lavabos se trouvaient. Lena se cala entre les jambes de Ririko, réduisant ainsi l’espace qui séparait les deux corps alors qu’elle poursuivait son baiser. Sa main glissa sous la robe de la marquise, remontant doucement le long de sa cuisse. Ses baisers ne cachaient pas son envie de plus en plus ardente à vouloir profiter du corps de la légiste. Lena la désirait depuis si longtemps qu’elle ne patienterait plus beaucoup. Pourtant elle rompu leurs baisers et posa un doigt sur les lèvres de la marquise.

-Si je me souviens bien, la dernière fois qu’on s’est vu tu devais découvrir ce que je faisais avant de devenir flic afin d’obtenir ta récompense, sans compter que tu me dois un certain diner ? Alors ? Des idées ? Demanda Lena d’un air joueur avant de déposer un baiser dans le cou de la légiste, puis lui chuchota à l’oreille. Où veux-tu que je te fasse profiter de ta récompense, ici même ou ailleurs ?

Elle continua à embrasser le cou du docteur en attendant sa réponse. Même si les toilettes publique de la préfecture n’offrait pas la plus grande intimité, Lena estimait qu’elles pouvaient toujours s’enfermer dans l’une des cabines lors de leurs rapprochements. Ou bien quitter le bal pour continuer ailleurs. L’inspecteur laissait le choix à la délicieuse légiste. Un test déguisé pour mieux cerner la personnalité de la marquise, et voir jusqu’où son audace pouvait bien la mener…




[hrp : je crois que j'ai battu des records de temps là -_-""""" désolée pour le temps et la qualité pas top >-< *va se pendre* ... *ressuscite pour répondre à ses autres sujets* ]

_________________

Beautifull Stranger
~¤~ Je te surveille cher admin... Je te surveille tout le temps [Ca fait peur, ne ?] ~¤~
draw by_krzysztof20d
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ririko Tatsuyashi
Modo
avatar

Nombre de messages : 189
Age : 28
Age : 26 ans
Sexe : Féminin
Sexualité : Reste à définir
Métier : Médecin légiste
Petit(e) Ami(e) : Euh...?
Date d'inscription : 18/12/2008

MessageSujet: Re: Cache, cache, qui est le chat ? [PV Ririko]   Lun 23 Aoû - 20:28

La blonde incendiaire me rendit mon baiser en me rassurant: Je ne t’ai pas oublié, de la même façon que tu n’as rien fait de mal. D’accord ? Comment j’aurais pu?

Avec une force qui m'étonnait, la jeune femme me souleva d'un seul geste pour me faire asseoir sur les lavabos. Elle ne cessait de m'embrasser, et je me sentais pleinement heureuse dans ses bras. Nos deux corps étaient en fusion. Je sentais le désir me brûler, et il était clair que du côté de Lena, les sentiments étaient réciproques. Ses doigts m'effleuraient, remontaient le long de ma cuisse, suivant les coutures de mes bas nylons. Je pressentais que nous ne tarderions pas à aller plus loin, mais au moment où je m'apprêtais à l'embrasser de nouveau, l'ex mannequin me repoussa doucement, posant sur mes lèvres un sceau du silence.

-Si je me souviens bien, la dernière fois qu’on s’est vu tu devais découvrir ce que je faisais avant de devenir flic afin d’obtenir ta récompense, sans compter que tu me dois un certain diner ? Alors ? Des idées ? Où veux-tu que je te fasse profiter de ta récompense, ici même ou ailleurs ?

De telles questions me surprirent et m'excitèrent en même temps. J'eus un sourire amusé, avant de me mettre à rougir violemment. D'étonnantes pensées me venaient à l'esprit et j'en avais un peu honte. Quoi qu'il en soit, il était hors de question pour moi de faire quoi que ce soit ici. Les vipères pouvaient toujours débarquer pour une revanche musclée, et n'importe quelle péronnelle de la soirée aurait pu avoir le désir de se remaquiller au moment où nous serions en pleins ébats.
Les baisers dans le cou me faisaient frissonner, et presque perdre la tête, mais je réussis à reprendre un peu mes esprits pour repousser en douceur la jeune femme et lui chuchoter:

« Lena, ça me gêne ici... Je ne me sens pas vraiment à l'aise... » Les yeux baissés, je n'osais pas relever le regard sur la belle blonde. Je repris sur le même timbre de voix: « Et puis, j'ai beau être petite, j'ai un appétit d'ogre. Je n'ai rien mangé avant de venir. Je meurs de faim... »

Je plongeais alors mon regard bleu-gris dans celui de la jeune femme, un petit sourire en coin. Je caressais son visage parfait du bout des doigts, avant d'ajouter:

« T'ai je déjà dit que j'étais fin cordon bleu? Je ne passe pas beaucoup de temps chez moi, mais quand j'y suis, je suis capable de nourrir un régiment entier. Cela te tente? Et puis, mon appartement sera beaucoup plus confortable et... intime que cet endroit... non? »

Il était clair que je ne désirais pas rester ici plus longtemps. Le désir était plus fort que tout, mais ma pudeur et ma timidité l'emportaient. Je craignais d'être surprise, et comme j'avais pour politique de ne jamais sortir avec un collègue de boulot, je ne préférais pas être démasquée en plein bal de la police.

Je descendis des lavabos dans un bruit de froufrous. Un dernier coup d'oeil dans le miroir m'indiqua que j'étais toujours présentable. Certes, je n'égalais pas la beauté de Lena, mais j'avais la chance d'être encore suffisamment mignonne pour mon âge. Je pris la main de la jeune femme, et l'entraînais avec un sourire aguicheur:

"Alors? Est ce oui... ou non?"


Mes yeux pétillaient, et bien évidemment, j'attendais de sa part une réponse positive. Si elle acceptait, je l'entraînerais dans mon antre pour une soirée des plus exquises!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cache, cache, qui est le chat ? [PV Ririko]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cache, cache, qui est le chat ? [PV Ririko]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mortel cache-cache
» Cache Cache ^^
» Cache cache. [=> Défi]
» Touché, c'est toi le chat !
» Cache-Cache [Rp Libre!]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yuukoku, la ville aux deux visages... :: Autres :: Autres endroits-
Sauter vers: